English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site

Contribution au débat sur la philosophie dialectique du mode de formation et de transformation de la matière, de la vie, de l’homme et de la société Ce site est complémentaire de https://www.matierevolution.org/

Introduction du site

21 mars 2011

Par Robert Paris et Tiekoura Levi Hamed

Prolétaires du monde, sauvons nous nous-mêmes !

Ne comptons ni sur les Etats bourgeois, ni sur les partis réformistes, ni sur les élections, ni sur les bureaucrates syndicaux, ni sur les chefs militaires radicaux ! Organisons nos propres conseils de travailleurs et prenons le pouvoir sur nos luttes comme sur toute la société !

Articles, brèves et commentaires du mois de janvier 2019

Articles, brèves et commentaires du mois de février 2019

Articles, brèves et commentaires du mois de mars 2019

Articles, brèves et commentaires du mois d’avril 2019

Articles, brèves et commentaires du mois de mai 2019

Articles, brèves et commentaires du mois de juin 2019

Articles, brèves et commentaires du mois de juillet 2019

Articles, brèves et commentaires du mois d’août 2019

Articles, brèves et commentaires du mois de septembre 2019

Articles, brèves et commentaires du mois d’octobre 2019

Articles, brèves et commentaires du mois de novembre 2019

Articles, brèves et commentaires du mois de décembre 2019

Articles, brèves et commentaires du mois de janvier 2020

Articles, brèves et commentaires du mois de février 2020

Articles, brèves et commentaires du mois de mars 2020

Articles, brèves et commentaires du mois d’avril 2020

Articles, brèves et commentaires du mois de mai 2020

Articles, brèves et commentaires du mois de juin 2020

Articles, brèves et commentaires du mois de juillet 2020

Articles, brèves et commentaires du mois d’août 2020

Articles, brèves et commentaires du mois de septembre 2020

Articles, brèves et commentaires du mois d’octobre 2020

Articles, brèves et commentaires du mois de novembre 2020

USA : AU NOM DE « LA LOI ET L’ORDRE », TRUMP DÉCHAINE LA VIOLENCE PARAMILITAIRE, EXTRALÉGALE ET FASCISTE CONTRE DES MANIFESTANTS PACIFIQUES

La révolution américaine a commencé !

Les USA prennent ainsi leur place dans la révolution sociale mondiale

Vive la giletjaunisation du monde

Face aux réactions violentes contre la police raciste de Minneapolis, Trump lance une guerre civile

Lire aussi sur les USA et les Noirs américains : ce n’est pas seulement du racisme mais une politique de classe

Le mouvement noir aux USA a toujours fait partie de la lutte des classes, tout comme le racisme et le suprémacisme fait partie de la réaction de la classe dirigeante

Le capitalisme est mort ! Ce n’est pas le coronavirus qui le tue mais ses propres contradictions et son incapacité à développer davantage les forces productives. Les déversements massifs de milliers de milliards ne vont que retarder l’échéance tout en augmentant l’ampleur de la chute. Si on ne se débarrasse pas rapidement de l’ancien système d’exploitation tout pourri, il nous enterrera avec lui, par le coronavirus comme par la guerre et le fascisme, et nous fera entrer dans un enfer sanglant moyenâgeux ! L’humanité a bien d’autres perspectives à condition de se débarrasser définitivement de la propriété privée des moyens de production et de l’Etat capitaliste ! Et d’abord de débarrasser les consciences du réformisme et de l’opportunisme qui nous mentent, qui nous poussent dans les bras de nos pires ennemis et qui nous empêchent de regarder l’avenir avec courage et détermination et de nous contacter et nous organiser pour préparer une perspective historique nouvelle ! L’avenir est à l’auto-organisation du peuple travailleur du monde et à sa prise de pouvoir sur toute la société et sur toutes les richesses ! Le coronavirus, loin de retarder cette échéance, en nécessite l’accélération ! Vive la révolution prolétarienne mondiale, seule chance des peuples pour se défendre de toutes les menaces, la pandémie comme l’effondrement économique et sociale et la dictature politique, policière et militaire ! Contre l’union sacrée, développons la lutte des classes révolutionnaire ! Serrons les rangs, camarades, préparons le nouveau parti révolutionnaire comme boussole de notre analyse, de notre organisation et de notre action. Plus que jamais, le seul activisme syndical ou politique n’est pas la voie : nous avons besoin d’étudier et de comprendre ce qui est en train d’advenir et pas de faire semblant d’agir. Quant à réclamer et revendiquer, c’est carrément dépassé : on ne demande rien aux classes possédantes quand elles s’arment du couteau des assassins ! On se prépare seulement à les renverser ! L’appel à l’unité, y compris l’unité prolétarienne, ne doit pas cacher ni supprimer les divergences, et surtout pas repousser lâchement les polémiques. Se préparer, c’est d’abord discuter, même quand il est plus difficile de le faire physiquement en face à face. C’est des idées révolutionnaires prolétariennes que l’on a maintenant urgemment besoin ! Nous entrons dans une période où les idées peuvent devenir des forces réelles car elles peuvent demain trouver le chemin des masses exploitées ! Débattons, chers amis et camarades, et c’est ainsi que nous préparons déjà un monde meilleur, une société véritablement humaine, sans exploiteurs et exploités, sans dirigeants et dirigés, sans possédants et non-possédants, sans classes sociales et sans oppression d’Etat. Puisque les capitalistes nous jettent dans leur effondrement, faisons en sorte que l’humanité en tire sa liberté et son émancipation !

LA VOIX DES TRAVAILLEURS

Quelques brochures et écrits sur la situation mondiale

Derrière la crise sanitaire, c’est l’effondrement historique et inexorable du capitalisme

Les dix principales raisons de l’agonie du capitalisme

Y a-t-il des antécédents historiques capables de nous éclairer sur la chute actuelle du capitalisme ?

Pandémie et krach mondial : Fin sanglante de l’ancien monde et embryons prometteurs du nouveau

Pandémie et effondrement économique, lequel est la cause de l’autre

La série des dix « hasards » de la crise du Covid-19 alliée à l’effondrement capitaliste, cela fait-il une preuve ?

Historique de la fin du capitalisme

Dix questions à ceux qui ne croient pas que le capitalisme a définitivement chuté en 2007-2008

Dix ans pendant lesquels la BCE a volé au secours du grand capital en Europe…

Le programme « coronavirus » de la bourgeoisie capitaliste, c’est du national-socialisme…

Le monde va changer radicalement, c’est sûr, mais dans quel sens ?

Lire sur la mort du capitalisme

Lire sur les causes de l’effondrement de l’ancien système dominant

A lire sur l’épidémie de coronavirus, ses causes et ses conséquences sanitaires, sociales et politiques

Attention ! Des conseils "de défense" pour la guerre de classes préparent la dictature militaire et policière sous prétexte sanitaire qui se met en place...

VIVE LA GRÉVE SAUVAGE GÉNÉRALE ET ILLIMITÉE DES OUVRIERS DES USINES ITALIENNES POUR EXIGER DE NE PAS TRAVAILLER SOUS CORONAVIRUS !!!!

Lire aussi sur syndicats et retraites

RÉVOLUTION SOCIALE DES GILETS JAUNES :

Grèves réformistes ou action révolutionnaire, il faut choisir

Gilets jaunes face au pouvoir des milliardaires : Qui sont les bandits ? Qui sont les voyous ? Qui sont les casseurs ? Qui détruit toute la société et pourquoi ?

Chronologie de un an de lutte des Gilets jaunes

Les Gilets Jaunes communiquent

Les gilets jaunes et le 5 décembre

Points de vue et débats des gilets jaunes

Les Gilets jaunes et la révolution mondiale

Les mille et un moyens d’affaiblir les Gilets jaunes en prétendant les renforcer

Gilets jaunes et luttes de classes en France : ce n’est qu’un début, le combat continue !

C’est la mafia qui règne

La lutte des classes, en France comme dans le monde, est lancée et ne peut être retardée ni délayée

Pourquoi les partis politiques et toutes les institutions bourgeoises sont-ils aussi radicalement et profondément discrédités ?

La démocratie, ce n’est pas de voter au sein d’un système antidémocratique

Quand les femmes s’insurgent, en tête des exploités et des opprimés

Les gilets jaunes affichent leurs buts de classe et leur caractère internationaliste

Ce que nous devons aux Gilets jaunes

L’Etat n’est sérieux que quand il défend, les armes à la main, les classes possédantes

La radicalisation… des luttes de classes en France et dans le monde

Le peuple travailleur veut gouverner lui-même !

Le mouvement des Gilets jaunes doit-il être qualifié de révolution ?

Les dérives fascistes de la répression en France

Déclarations des Gilets jaunes

Les classes possédantes nous ont déclaré la guerre !

L’antiterrorisme, arme de guerre contre les Gilets jaunes !

Pourquoi on a comparé le mouvement des Gilets jaunes à la Révolution française ?

Les extrême gauche « puristes » et moralistes contre les Gilets jaunes

Forces, faiblesses et perspectives des Gilets jaunes

La liaison des gilets jaunes et des salariés des entreprises

Gilets jaunes : quand les classes possédantes craignent la révolution sociale, elles poussent au fascisme !

Anarcho-syndicalisme et Gilets jaunes

Antisémitisme ? Ils calomnient les Gilets jaunes parce que le mouvement, trois mois après, est toujours vivant

Macron et les classes possédantes ont des amis... dans les syndicats et paient assez pour cela

Comment Macron travaille à relancer… le mouvement des gilets jaunes

Textes des Gilets jaunes à lire

Les fake news du pouvoir contre les Gilets jaunes

L’hôpital public et les Gilets jaunes...

La bourgeoisie mondiale ne dit pas merci à Macron pour les gilets jaunes…

Les gilets jaunes communiquent...

Apeurée par la montée de l’insurrection du peuple travailleur, la bourgeoisie capitaliste déterre la hache de guerre

Zineb Redouane, tuée par la police en pleine répression des gilets jaunes !!! Ne l’oublions pas !!!

Il est revenu, le temps des insurrections…

Tracts des Gilets jaunes

N’en déplaise aux gauches et extrêmes gauches opportunistes, la convergence des gilets jaunes et des salariés des entreprises, ce n’est pas se remettre derrière les bureaucraties syndicales !!!

Les actes d’agression caractérisée des forces de répression contre les gilets jaunes

Les principales leçons du mouvement des Gilets jaunes

Appel de l’assemblée des assemblées

Commercy : un événement marquant dans le mouvement des Gilets jaunes

L’extrême gauche officielle et les gilets jaunes

Les médias agissent ouvertement en organes du pouvoir des milliardaires contre les gilets jaunes

Lire en ligne le journal « Le Gilet Jaune Insurgé »

Pourquoi les gilets jaunes ne peuvent que vaincre ou être vaincus, mais pas être entendus du pouvoir, ni se concilier avec les classes possédantes

Deuxième appel de Commercy : l’assemblée des assemblées !

Deux mois de gilets jaunes : premier bilan

Quand la presse décrit les violences policières contre les gilets jaunes traités pire que des terroristes

Appel aux personnels de l’Hôpital Public

La liaison des gilets jaunes et des salariés des entreprises

Démocratie capitaliste et démocratie directe des gilets jaunes : deux voies incompatibles

Ces organisations politiques et syndicales qui se disent du côté des travailleurs et sont contre les Gilets jaunes

Le mouvement des gilets jaunes grandit et choisit ses orientations

CE QUE NOUS VOULONS ? NOUS VOULONS TOUT !!!

La révolution française a commencé le 17 novembre 2018...

Gilets jaunes, les banques nous bloquent, bloquons les banques !!!

Le mouvement social doit-il être pacifique ?

Le monde de demain ne sera pas celui d’hier

Les Gilets jaunes démontrent que nous entrons à nouveau dans l’ère des révolutions prolétariennes

Les pièges qui guettent les gilets jaunes…

Face aux gilets jaunes, l’Etat capitaliste entraîne ses forces de répression à la guerre civile

A la racine de l’explosion sociale et politique des gilets jaunes, il y a l’explosion des inégalités sociales entre le Travail et le Capital !!!

Les Gilets jaunes s’en prennent au pouvoir des milliardaires

Gilets Jaunes : les murs donnent la parole au peuple travailleur !!

Ceux qui n’aiment pas les Gilets jaunes : vraies et fausses raisons...

Quelle suite pour le mouvement des gilets jaunes

Travailleurs, organisons nous-mêmes luttes, grèves et insurrection !!!

Le RIC de Macron-Philippe : encore une fake new du pouvoir des milliardaires

L’insurrection des gilets jaunes s’approfondit et développe ses buts sociaux et politiques

Pas de trêve... dans les attaques contre les gilets jaunes !!!

Assez de la misère ! Assez du mépris ! Assez de payer pour les milliardaires !

Gilets jaunes après le blabla de Macron : nous ne sommes rien, soyons tout !

Gilets jaunes : la révolution sociale a des racines profondes

Gilets jaunes : la peur change de camp

Face aux gilets jaunes : non à la dictature policière et militaire du pouvoir du Capital contre le Travail !

Les sombres projets des gouvernants contre la révolte des gilets jaunes

Gilets jaunes : ce n’est qu’un début, l’insurrection continue !

Finies, dépassées, impossibles, les révolutions sociales, disiez-vous ?!!!

Ce qui gêne vraiment le pouvoir d’Etat et les classes possédantes dans le mouvement des gilets jaunes

Gilets jaunes : des comités de travailleurs partout !

C’est pas Macron, c’est la rue qui change le climat…

Une revendication juste que seule la classe ouvrière peut porter dans la protestation des "gilets jaunes" : Abolition de tous les impôts indirects !

Gilets jaunes

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Articles, brèves et commentaires du mois de décembre 2018

Articles, brèves et commentaires du mois de novembre 2018

Articles, brèves et commentaires du mois d’octobre 2018

Articles, brèves et commentaires du mois de septembre 2018

Lire ici les derniers éditoriaux

Matière et Révolution

Sommaire du site

Derniers articles et articles à paraître ...

Les bulletins de La Voix des Travailleurs

Les éditoriaux de La Voix des Travailleurs

Plan de la première partie du site Matière et révolution .

Plan de la deuxième partie du site Matière et révolution

Nos débats

Et nos discussions

LES AUTEURS :

Robert Paris

Tiekoura Levi Hamed

Alex

Faber Sperber

Max

Abacar

Karob

Ephraïm et Kletz

Waraa

Abdel

Ramata

DD


LA VOIX DES TRAVAILLEURS FAIT ICI LE BILAN DE LA RÉUNION PUBLIQUE QU’IL A COORGANISÉE AVEC DES GROUPES DE L’EXTRÊME GAUCHE RÉVOLUTIONNAIRE LE SAMEDI 12 OCTOBRE DE 14H A 17H A LA BOURSE DU TRAVAIL DE PARIS


deuxième partie du site, cliquez ici

Derniers articles et articles à paraître ... .

Plan de la première partie du site Matière et révolution .

Plan de la deuxième partie du site Matière et révolution

"Tant qu’il existera, par le fait des lois et des moeurs, une damnation sociale créant artificiellement, en pleine civilisation, des enfers, ... tant qu’il y aura sur la terre ignorance et misère, des livres de la nature de celui-ci pourront ne pas être inutiles."

Les Misérables, Victor Hugo


Vive la révolution !!!!

"L’émancipation des ouvriers ne peut être l’oeuvre que des ouvriers eux-mêmes. Il n’y a donc pas de plus grand crime que de tromper les masses, de faire passer des défaites pour des victoires, des amis pour des ennemis, d’acheter des chefs, de fabriquer des légendes, de monter des procès d’imposture, — de faire en un mot ce que font les staliniens. Ces moyens ne peuvent servir qu’à une fin : prolonger la domination d’une coterie déjà condamnée par l’histoire. Ils ne peuvent pas servir à l’émancipation des masses. Voilà pourquoi la IVe Internationale soutient contre le stalinisme une lutte à mort.

Il va sans dire que les masses ne sont pas sans péché. Nous ne sommes pas enclins à les idéaliser. Nous les avons vues en des circonstances variées, à diverses étapes, au milieu des plus grands bouleversements. Nous avons observé leurs faiblesses et leurs qualités. Leurs qualités : la décision, l’abnégation, l’héroïsme trouvaient toujours leur plus haute expression dans les périodes d’essor de la révolution. A ces moments, les bolcheviks furent à la tête des masses. Un autre chapitre de l’histoire s’ouvrit ensuite, quand se révélèrent les faiblesses des opprimés : hétérogénéité, insuffisance de culture, manque d’horizon. Fatiguées, déçues, les masses s’affaissèrent, perdirent la foi en elles-mêmes et cédèrent la place à une nouvelle aristocratie. Dans cette période les bolcheviks (les "trotskistes") se trouvèrent isolés des masses. Nous avons pratiquement parcouru deux cycles semblables : 1897-1905, années de flux ; 1907-1913, années de reflux ; 1917-1923, années marquées par un essor sans précédent dans l’histoire ; puis une nouvelle période de réaction qui n’est pas encore finie. Grâce à ces événements, les "trotskistes" ont appris à connaître le rythme de l’histoire, en d’autres termes la dialectique de la lutte des classes. Ils ont appris et, me semble-t-il, réussi à subordonner à ce rythme objectif leurs desseins subjectifs et leurs programmes. Ils ont appris à ne point désespérer parce que les lois de l’histoire ne dépendent pas de nos goûts individuels ou de nos critériums moraux. Ils ont appris à subordonner leurs goûts individuels à ces lois. Ils ont appris à ne point craindre les ennemis les plus puissants, si la puissance de ces ennemis est en contradiction avec les exigences du développement historique. Ils savent remonter le courant avec la conviction profonde que l’afflux historique d’une puissance nouvelle les portera jusqu’à l’autre rive. Pas tous ; beaucoup se noieront en chemin. Mais participer au mouvement les yeux ouverts, avec une volonté tendue, telle est bien la satisfaction morale par excellence qui puisse être donnée à un être pensant !"

Léon Trotsky dans "Leur morale et la nôtre"

Pour nous écrire, cliquez sur Répondre à cet article


SITE : MATIERE ET REVOLUTION

PLAN DU SITE

Pour nous écrire, cliquez sur Répondre à cet article


Contribution au débat sur la philosophie dialectique

du mode de formation et de transformation

de la matière, de la vie, de l’homme et de la société

Le travail que nous diffusons ici est incomplet et inachevé, dans sa conception comme dans sa rédaction. Cependant, l’ampleur du sujet, la longueur du travail nécessaire, justifie de mettre ce texte en circulation sans tarder. Il sera progressivement complété et corrigé. Le sujet, la révolution, n’est pas un thème si courant, y compris dans le pays souvent présenté comme celui de la Révolution française. Depuis le stalinisme, le maoïsme et les diverses « versions » prétendues du socialisme et du communisme, la signification de la révolution sociale s’est perdue ou a été faussée. Si, pour bien des travailleurs, leur classe se bat pour l’emploi ou le salaire, ils ne se voient pas comme la classe opprimée la plus puissante de l’Histoire, capable, à l’échelle internationale, de libérer l’humanité de l’oppression et de l’exploitation. Il ne faut pas concevoir ce mouvement de la conscience de classe comme un recul linéaire. De même qu’il ne faut pas interpréter le mouvement qui s’est manifesté de Marx à Lénine et Trotsky, ou de la Commune de Paris de 1871 à la révolution en Russie en 1917 et en Europe en 1918-1920, comme une montée continue. Le mouvement de l’Histoire, celui des luttes, celui de la conscience de classe, celui de l’organisation de classe, ces trois mouvements qui ne sont d’ailleurs pas similaires, ne suivent pas un cours graduel, mais connaissent des sauts brutaux. Et, parfois aussi, des chutes brutales. Aujourd’hui, suite au recul des illusions dans la social-démocratie (au service du grand capital depuis la première guerre mondiale), dans le stalinisme (principale force anti-communiste depuis 1925), et dans les nationalismes du tiers-monde (venus au pouvoir depuis la deuxième guerre mondiale), un nouveau cycle semble se profiler. Les illusions sur le capitalisme sont également retombées (même dans les Pays de l’Est), et un nouvel anticapitalisme semble en train de renaître dans une nouvelle génération de la classe ouvrière mondiale. Cela ne veut pas dire qu’une nouvelle compréhension du monde naîtra directement et spontanément, car de nouvelles tromperies peuvent très bien remplacer les anciennes. L’anticapitalisme, à la mode aujourd’hui, est un mouvement composite qui ne développe pas une conscience claire de la nécessité de renverser définitivement le capitalisme et de le remplacer par le pouvoir des travailleurs. Ce courant ne permet pas non plus une avancée dans la compréhension du rôle de l’Etat bourgeois, étant donné qu’il professe une défense de la démocratie citoyenne qui reste dans le cadre bourgeois. Pas question par exemple pour les anticapitalistes, et encore moins pour les altermondialistes, de destruction de l’Etat bourgeois, et surtout pas d’idée de mise en place d’un pouvoir aux travailleurs. La question de la propriété privée des grands moyens de production n’est nullement envisagée. On constate ainsi que, sous de nouvelles couleurs et de nouvelles formes, il est très possible de donner à la critique du capitalisme un caractère fondamentalement réformiste, c’est-à-dire visant au sauvetage du capitalisme en le rendant acceptable aux masses opprimées. Les idées de « développement durable », d’altermondialisme, de « décroissance », de « défense de la planète » sont de nouveaux moyens de détourner de la lutte des classes en prétendant que tous les hommes sont responsables des destructions, causées par le grand capital. Le capitalisme « éthique », « durable », « écologique », « solidaire », « régulé », l’alter-capitalisme en somme, n’est qu’une nouvelle forme de l’illusion réformiste qui refuse de prendre en compte le fondement de classe du capitalisme et sa conséquence : la nécessité pour les exploités de renverser ce système. De nouveaux types de réformismes, de nationalismes, de stalinismes, d’intégrismes religieux ou d’autres idéologies réactionnaires peuvent apparaître, détournant à nouveau les mouvements sociaux. Il n’y aura pas de naissance purement spontanée d’une nouvelle analyse critique du système. Et cela se déroule à un moment où une nouvelle crise du capitalisme se profile à l’horizon, grosse de nouveaux sacrifices pour les opprimés mais grosse aussi de nouvelles révolutions, c’est-à-dire de nouvelles potentialités d’en finir définitivement avec l’exploitation de l’homme par l’homme.

Il est d’autant plus important de repenser (c’est-à-dire de reconstruire) ce que signifient véritablement le socialisme et la révolution, dans le monde d’aujourd’hui. Pendant de trop longues années, les révolutionnaires eux-mêmes, en panne de révolutions, se sont tournés vers des luttes armées (guérillas n’ayant rien à voir avec l’action du prolétariat), vers des formes non classistes de contestation (altermondialisme, écologisme), ou vers des formes d’accommodation critique au système (syndicalisme, électoralisme). Dans tout cela, la révolution (et d’abord la destruction de l’Etat bourgeois et de l’ordre économique du capital) est bien oubliée. La question n’est même plus étudiée, ni discutée publiquement, que ce soit au nom d’un espèce de réalisme (la révolution n’est pas à l’ordre du jour), ou d’un renoncement plus ouvert à cette perspective.

Dans cette étude, on appellera révolution la situation de crise dans laquelle les opprimés cessent de suivre les idées et les organisations de la classe dirigeante, commencent eux-mêmes à s’organiser, d’une manière totalement nouvelle et émergente, en vue de leurs propres intérêts de classe et, surtout, appliquent leurs propres décisions, créant une situation de double pouvoir porteuse de la possibilité de changement radical du cours de l’Histoire, vers un pouvoir aux travailleurs. Cette définition ne considère pas la violence (la fameuse lutte armée) comme le critère fondamental, mais souligne plutôt le caractère radical du contenu social et politique donné par les opprimés eux-mêmes, et la destruction rapide des bases réelles de l’ancien ordre. Au sens large, scientifique, nous appellerons « révolution » tout état transitoire dans lequel l’ordre établi peut basculer qualitativement et brutalement. Mais, surtout, nous appellerons révolution une situation qui mène à l’émergence brutale d’une structure, qualitativement nouvelle, issue de l’agitation et des contradictions à l’échelon hiérarchique inférieur, encore appelée auto-organisation. Du coup, ce processus concerne aussi bien les différents domaines des sciences. La politique est particulièrement concernée par la question de l’auto-organisation des prolétaires. Rappelons l’expression qu’en donnait Karl Marx  : « Le socialisme sera l’œuvre des travailleurs eux-mêmes. » Pour se préparer à devenir un nouveau pouvoir, les exploités ont besoin de retrouver le sens de l’organisation collective et la confiance dans leurs propres forces.

Ce texte tente de tirer des leçons générales, philosophiques, des travaux récents des sciences, naturelles, historiques, économiques, et sociales. Les avancées scientifiques, qui font progresser nos connaissances et nos compétences techniques, influencent notre philosophie du monde. Du moins, elles devraient le faire. La vulgarisation scientifique touche un large public, mais la philosophie tirée des sciences est peu diffusée. La pensée scientifique a profondément changé, même si le grand public, inondé d’informations techniques, l’ignore souvent. La science actuelle n’est plus fondée sur des objets fixes, ni sur un ordre figé, mais sur l’organisation spontanée du désordre d’un grand nombre d’éléments interagissant. La matière n’est plus conçue comme une masse inerte, mais comme le produit d’une dynamique collective extraordinairement agitée. Renversement brutal des structures, la révolution est un processus de construction, par l’organisation spontanée des agitations sous-jacentes, de structures nouvelles, dites émergentes. La compréhension de ce mécanisme révolutionnaire, qui caractérise les phénomènes historiques, n’est pas évidente, ne découle pas directement de l’observation, et nécessite un effort de conceptualisation philosophique. Les anciennes oppositions diamétrales entre matière inerte et vivante, entre vie et mort, entre ordre et désordre, entre destruction et construction, entre hasard et nécessité, sont désormais caduques. Dépassant ces anciennes dichotomies, la nouvelle philosophie scientifique reconnaît l’interpénétration entre déterminisme et contingence, entre lois et désordre, entre singularités et universalité, entre atomisme et vitalisme, et entre matérialisme et création. Concevoir la dynamique, la tâche est rude, mais les éléments sont fournis par les sciences elles-mêmes.

La réflexion sur le processus actif de la nature, sur les rythmes de son mouvement historique, est porteuse d’un mode de pensée qui est indispensable, autant en sciences que pour l’étude de la société humaine. La capacité des opprimés de construire leur pouvoir dépend avant tout de leur expérience politique, de leur participation, active, organisée et consciente à leurs propres luttes. Une classe n’est pas seulement constituée d’hommes ayant des intérêts matériels. C’est d’abord une conscience, faite d’échecs, d’espoirs, de tentatives, de virtualités, d’idées et de potentialités. Le mécanisme d’émergence de la conscience de classe et le fonctionnement dynamique de la matière, sans cesse transformée par l’interaction entre virtuel et réel, entre destruction et construction, en permanence en révolution, sont du même type.

La compréhension de la révolution est d’une importance capitale pour la pensée scientifique comme pour l’action politique et sociale. Elle est particulièrement nécessaire au mouvement ouvrier, victime des idéologies de l’ordre et de la réforme, défenseurs de la continuité de l’Etat. L’a priori du continu, préjugé opposant progrès et changement brutal, est largement propagé, par les scientifiques comme par les courants politiques et sociaux, sociaux-démocrates, associatifs, écologistes, alter-mondialistes, syndicalistes ou staliniens. L’idée du rôle central de la classe travailleuse pour changer radicalement le cours de la société humaine est fortement combattue. La conscience de la classe opprimée dépend en premier de sa compréhension de ses capacités à transformer le monde. La signification de la société à construire est aujourd’hui altérée. La révolution, incomprise, est souvent rejetée. La rencontre des idées communistes vivantes et du prolétariat révolutionnaire reste le principal danger mortel pour les exploiteurs et la seule perspective d’avenir pour les exploités.

Ce texte est soumis à la réflexion, à la critique de tous. Il peut être librement cité, édité et traduit. Aucun copyright pour aucun pays. Envoyez toute observation et critique aux auteurs Robert Paris et Tiekoura Levi Hamed.

“”