English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 05 - Livre Cinq : ECONOMIE POLITIQUE > 2 - Les lois économiques obéissent à des contradictions dialectiques > Manuscrits de 1844, Karl Marx

Manuscrits de 1844, Karl Marx

dimanche 29 mars 2009, par Robert Paris

8 Messages de forum

  • Manuscrits de 1844, Karl Marx 30 mars 2009 15:56

    Manuscrits de 1844, Karl Marx

    dimanche 29 mars 2009, par Robert Paris

    Salaire

    [I] Le salaire est déterminé par la lutte ouverte entre capitaliste et ouvrier. Nécessité de la victoire pour le capitaliste. Le capitaliste peut vivre plus longtemps sans l’ouvrier, que l’ou­vrier sans le capitaliste. Union entre capitalistes habituelle et efficace, celle entre ouvriers inter­dite et pleine de conséquences fâcheuses pour eux. En outre, le propriétaire foncier et le capitaliste peuvent ajouter à leurs revenus des avantages industriels ; l’ouvrier ne peut ajouter à son revenu industriel ni rente foncière, ni intérêts de capitaux. C’est pourquoi la concur­rence est si grande entre les ouvriers. C’est donc pour l’ouvrier seul que la séparation du capi­tal, de la propriété foncière et du travail est une séparation nécessaire, essentielle et nuisible. Le capital et la propriété foncière peuvent ne pas rester dans les limites de cette abstraction, mais le travail de l’ouvrier ne peut en sortir.

    Donc, pour l’ouvrier, la séparation du capital, de la rente foncière et du travail est mortelle.

    Répondre à ce message

  • Manuscrits de 1844, Karl Marx 31 mars 2009 00:14

    Bonjour,
    ma passion c’est la philo, la critique. Mais que veut dire concrètement les mots : socialisme, impérialisme, communisme, capitalisme. je serai très ravi voir suite à mes questions.
    Bill, Bamako

    Répondre à ce message

    • Manuscrits de 1844, Karl Marx 31 mars 2009 11:21, par Max

      Le socialisme est au début du 19éme siècle une utopie pour un monde juste et égalitaire. Le communisme est le socialisme scientifique qui étudie les révolutions et les rapports entre les classes sociales. les Le communisme est la théorie de l’interaction des classes sociales : ces groupes humains qui ont des intérêts économiques et donc politiques différents et opposés. Cette science n’est pas qu’une classification différente des évènements qui font l’histoire humaine.
      Elle analyse la logique, l’enchainement, et les contracdictions des évènements passés, présents, pour anticiper les phénomènes futurs.
      C’est donc une science vivante et prédictive, qui a pour fondement les classes sociales comme moteur de l’Histoire et de la Préhistoire.
      Mais la vraie richesse est quand le communisme imprègne la classe opprimée, le prolétariat, et devient une conscience pour des millions de travailleurs et de travailleuses.
      Car l’émancipation des travailleurs sera l’oeuvre des travailleurs eux mêmes, disait le Manifeste de MArx et Engels.

      Répondre à ce message

    • Manuscrits de 1844, Karl Marx 31 mars 2009 12:31

      ok bil msg bien reçu mais pour commençé le concret n’éxiste pas dans tout ce que tu veux savoir sauf le capitalisme qui s’appel licenciment,guerre,argent,exploitations,anaphabetisme,repressiont,fami­nnes,pauvreté profond,ect ect et le reste est ’a venir dans quelques jours

      Répondre à ce message

    • Manuscrits de 1844, Karl Marx 31 mars 2009 13:32, par Robert Paris

      Cher lecteur,

      La philosophie n’est pas la critique des idéologies mais la critique de la réalité, c’est-à-dire son étude. Aujourd’hui, la classe dirigeante n’ayant plus aucun avenir à défendre, se refuse à toute défense d’une idéologie et se réfugie dans "la critique". Cela signifie qu’elle prétend mettre un signe égal entre toutes.

      Quant au socialisme, au communisme ou au capitalisme, ce ne sont pas des théories mais des sytèmes sociaux c’est-à-dire des modes d’organisation de la société humaine. Ces modes de fonctionnement sont historiques, c’est-à-dire nécessaires dans des circonstances sociales données.

      On peut y rajouter le communisme primitif, la famille matriarcale puis patriarcale, le tribalisme, le clanisme, le féodalisme et la société marchande.

      Tous ces sytèmes sociaux naissent, se développent puis meurent.

      Ce qui importe n’est pas seulement de détecter que le monde de l’homme est marqué par des sytèmes sociaux mais le fait qu’ils ont été nécessaires. C’est très différent que de chercher s’ils ont été bons. Car c’est une vision scientifique et non moralisatrice.

      Dans les "transitions" matérielles ou biologiques, peut-on dire lesquelles ont été "bonnes" ? L’apparition de la matière, des amas de galaxies, des étoiles, de l’hydrogène, de l’hélium ? Non, cela nous ferait rire de dire cela !

      Il en va de même de l’histoire humaine, la conception moralisatrice est très pauvre. le problème n’est pas de savoir si un système était bon mais quel rôle il jouait au niveau d’une époque, c’est-à-dire en fonction des capacités productives de l’homme. Quand le système développait ces capacités, il jouait un rôle dynamique. Quand il les bloquait, il était mort. il suffisait alors d’une petite poussée pour qu’un système apparemment très solide s’effondre au plus grand étonnement de tous.

      Robert Paris

      Répondre à ce message

      • Manuscrits de 1844, Karl Marx 1er avril 2009 08:53, par Robert Paris

        Pour conclure ma réponse :

        Alors ce qui définit concrètement un système social, c’est la classe dirigeante quand il y en a une ou le groupe dirigeant quand il n’y a pas encore de classe.

        Les chefs de famille riches, les chefs de tribus, chefs de clan, les chefs de guerre, les féodaux, les chefs de la bourgeoisie marchande, les négociants, les chefs de la finance et de la banque, les chefs de la bourgeoisie capitaliste, chefs de l’industrie et maîtres du capital.

        ce qui définit le socialisme, c’est que les travailleurs sont les maîtres.

        ce qui définit le communisme, c’est qu’il n’y a plus de maître : plus de classes sociales.

        Robert Paris

        Répondre à ce message

        • Manuscrits de 1844, Karl Marx 1er avril 2009 11:10

          Bien entendu. j’ai vu mes reponses merci merci merci.
          Ah !!! que c’est beau d’etre engagé, un homme simple qui déteste les personnes avec les mains pleins de sang, c’est à dire les altérateurs, les corrupu. bil de bko.

          Répondre à ce message

  • Manuscrits de 1844, Karl Marx 31 mars 2009 17:46

    reponse a bil de ..ok bil.a mon avie en plus des reponses qui t’on été faite et que j’espère que tu les liras tous,le socialisme est un projet de société qui ne peut etre réalisé que par les travalleurs du monde entier en discutant et en lisant les enciens penseurs militants qui se sont engagé sur cette voie des idées revolutionnaires communiste prolétariens et internationnaliste et comprendre ne sait resque une partie de ses idées là.le communisme qui serais une echelle un peut plus haut que le socialisme aussi ne serais realisé que par les travailleurs du monde entier.le capitalisme nous la vivont pas besoin de faire un dessin.alors vraiment pour savoirs ce q’écrivaient les penseurs révolutionnaires,comme ça été toujours discuté le moteur en haut du site a une utilité incomésurable tu tape tes questions le capitalisme ? l’impérialisme ? le socialisme ? et le communisme ?BIEN ENTENDU JE PENSE QU’EN PLUS DES REPONSS QUE T’A DEJA EU TU TROUVERA D’AUTRE REPONSE QUI SATISFERON TA CURUOSITE . pour bil de bko.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0