English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 13- Livre Treize : ART ET REVOLUTION > Le parti et les artistes, Léon Trotsky

Le parti et les artistes, Léon Trotsky

samedi 16 janvier 2010, par Robert Paris

6 Messages de forum

  • Le parti et les artistes, Léon Trotsky 22 septembre 2009 21:35, par Robert Paris

    "Notre politique en art, pendant la période de transition, peut et doit être d’aider les différents groupes et écoles artistiques venus de la révolution à saisir correctement le sens historique de l’époque, et, après les avoir placés devant le critère catégorique : pour ou contre la révolution, de leur accorder une liberté totale d’autodétermination dans le domaine de l’art."

    (L.Trotsky – Littérature et Révolution, Introduction)

    Répondre à ce message

  • Le parti et les artistes, Léon Trotsky 31 octobre 2009 18:06, par Robert Paris

    Il est ridicule, absurde, et même stupide au plus haut point, de prétendre que l’art restera indifférent aux convulsions de notre époque. Les événements sont préparés par les hommes, ils sont faits par les hommes, ils réagissent sur les hommes et les changent. L’art, directement ou indirectement, reflète la vie des hommes qui font ou vivent les événements. C’est vrai pour tous les arts, du plus monumental au plus intime. Si la nature, l’amour ou l’amitié n’étaient plus liés à l’esprit social d’une époque, la poésie lyrique aurait depuis longtemps cessé d’exister. Un bouleversement profond dans l’histoire, c’est-à-dire un réalignement des classes dans la société, ébranle l’individualité, situe la perception des thèmes fondamentaux de la poésie lyrique sous un angle nouveau et sauve ainsi l’art d’une éternelle répétition.

    Mais " l’esprit " d’une époque ne travaille-t-il pas de façon invisible et indépendamment de la volonté subjective ? Certes, en dernière analyse, cet esprit se reflète chez tous chez ceux qui l’acceptent et l’incarnent aussi bien que chez ceux qui luttent désespérément contre lui ou qui s’efforcent de se dérober à lui, mais ceux qui détournent la tête dépérissent peu à peu, ceux qui résistent sont tout au plus capables de ranimer telle ou telle flamme archaïque, alors que l’art nouveau, posant de nouveaux jalons et élargissant le lit de la création artistique, pourra être créé par ceux-là seuls qui font corps avec leur époque. Si l’on traçait une courbe allant de l’art actuel à l’art socialiste de l’avenir, on pourrait dire que nous avons à peine dépassé aujourd’hui le stade de la préparation de cette préparation même.

    Trotsky dans "Littérature et révolution"

    Répondre à ce message

  • Le parti et les artistes, Léon Trotsky 31 octobre 2009 18:08, par Robert Paris

    Il est fondamentalement faux d’opposer la culture bourgeoise et l’art bourgeois à la culture prolétarienne à l’art prolétarien. Ces derniers n’existeront en fait jamais, parce que le régime prolétarien est temporaire et transitoire. La signification historique et la grandeur morale de la révolution prolétarienne résident dans le fait que celle-ci pose les fondations d’une culture qui ne sera pas une culture de classe mais la première culture vraiment humaine.

    Notre politique en art, pendant la période de transition, peut et doit être d’aider les différents groupes et écoles artistiques venus de la révolution à saisir correctement le sens historique de l’époque, et, après les avoir placés devant le critère catégorique : pour ou contre la révolution, de leur accorder une liberté totale d’autodétermination dans le domaine de l’art.

    Pour le moment, la révolution ne se reflète dans l’art que de manière partielle, quand l’artiste cesse de la regarder comme une catastrophe extérieure, et dans la mesure où la confrérie des artistes et poètes, anciens et nouveaux, devient une partie du tissu vivant de la révolution, apprend à voir celle-ci non du dehors mais de l’intérieur.

    Le tourbillon social ne s’apaisera pas de sitôt. Nous avons devant nous des décennies de lutte en Europe et en Amérique. Non seulement les hommes et les femmes de notre génération, mais aussi ceux de la génération à venir seront les participants, les héros et les victimes de cette lutte. L’art de notre époque sera entièrement placé sous le signe de la révolution.

    Trotsky dans "Littérature et révolution"

    Répondre à ce message

  • Le parti et les artistes, Léon Trotsky 22 janvier 2011 14:56, par Zimer

    "Nous chérissons la science , la culture et l’art... Mais si nos ennemies de classe voulaient de nouveau nous montrer que tout cela n’existe que pour eux ...nous dirons" Mort à la science et à l’art .. Nous aimons camarades le soleil qui nous éclaire , mais si les riches ... voulaient monopoliser le soleil , nous dirions "Que le soleil s’éteigne et que règnent l’obscurité les ténèbres éternel "c’est précisément pour cela qu’on s’est battu sous les murs de Kazan [...) On se bat pour savoir à qui appartiendront les maisons , les palais , les villes , le soleil , le ciel ; appartiendront-ils aux ouvriers [...] ou bien aux bourgeois."

    Lev Trotsky

    Répondre à ce message

  • Le parti et les artistes, Léon Trotsky 27 octobre 2012 11:50, par abraham

    je suis en train de lire le livre de Broué sur Trotsky. Il rapporte un propos de Lénine sur Trotsky qui dit de ce dernier, qu’il a été le meilleur des bolchéviks.
    Pourtant, Trotsky a combattu le parti bolchévik de toutes ces forces durant des nombreuses années avant la révolution. La difficulté est : est-ce qu’il l’a combattu par erreur ou est-ce qu’il a pu être le meilleur des bolchévik justement parce qu’il n’a sans cesse combattu le parti bolchévik ?

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0