English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 04 - Livre Quatre : HISTOIRE CONTEMPORAINE > 05- Politique des blocs, fausses révolutions et faux socialismes > Qui était Patrice Lumumba ?

Qui était Patrice Lumumba ?

mercredi 3 mars 2010, par Robert Paris

"C’est la masse même qui nous pousse, elle voudrait aller beaucoup plus rapidement que nous."

Patrice Lumumba

Lumumba capturé et bientôt assassiné

DISCOURS DE L’INDÉPENDANCE :

Baudouin Ier de Belgique :

"L’indépendance du Congo constitue l’aboutissement de l’œuvre conçue par le génie du roi Léopold II, entreprise par lui avec un courage tenace et continuée avec persévérance par la Belgique. Elle marque une heure décisive dans les destinées non seulement du Congo lui-même mais je n’hésite pas à l’affirmer, de l’Afrique tout entière."

J. Kasa Vubu :

"Le Congo indépendant que vous avez créé, vous dit avec émotion sa gratitude infinie et vous assure solennellement que jamais vous ne serez oubliés."

P.E. Lumumba :

"Nous avons connu les ironies, les insultes, les coups que nous devions subir matin, midi et soir, parce que nous étions des nègres. Qui oubliera qu’à un noir on disait “tu”, non certes comme à un ami, mais parce que le “vous” honorable était réservé aux seuls blancs ? (....) Nous allons supprimer efficacement toute discrimination quelle qu’elle soit et donner à chacun la juste place que lui vaudra sa dignité humaine, son travail et son dévouement au pays.

Nous allons faire régner, non pas la paix des fusils et des baïonnettes, mais la paix des coeurs et des bonnes volontés. (Applaudissements.)

Et pour tout cela, chers compatriotes, soyez sûrs que nous pourrons compter, non seulement sur nos forces énormes et nos richesses immenses, mais sur l’assistance de nombreux pays étrangers dont nous accepterons la collaboration chaque jour qu’elle sera loyale et ne cherchera pas à nous imposer une politique, quelle qu’elle soit. (Applaudissements.)

Dans ce domaine, la Belgique qui, comprenant enfin le sens de l’histoire, n’a pas essayé de s’opposer à notre indépendance est prête à nous accorder son aide et son amitié, et un traité vient d’être signé dans ce sens entre nos deux pays égaux et indépendants. Cette coopération, j’en suis sûr, sera profitable aux deux pays. De notre côté, tout en restant vigilants, nous saurons respecter les engagements librement consentis."

Chacun peut faire la différence entre ces trois discours. Mais, si le discours de Lumumba nous touche, il contient toutes les illusions qui ont plombé la lutte de ce peuple comme celle des autres peuples colonisés, l’illusion de l’indépendance qui sonne très cruellement en ces jours anniversaires des indépendances africaines quand on connaît la réalité, par exemple, celle du Congo "indépendant" actuel, c’est-à-dire les terribles souffrances que le peuple subit aujourd’hui.

Le 23 juin 1960, Patrice Lumumba devint le premier premier ministre du Congo indépendant. Il appelait à la libération aussi bien économique que politique de son pays, et ne refusait pas le contact avec les pays staliniens dits socialistes. Cela ne veut nullement dire que c’était un révolutionnaire communiste. Mais il était suffisamment gênant pour les calculs de l’impérialisme dans un grand pays riche comme le Congo pour que l’impérialisme et ses représentants locaux, Tschombé et Mobutu, fassent tout pour le faire disparaitre !

Lumumba commença par décréter l’africanisation de l’armée et doubla la solde des soldats, ce qui rendait impossible le contrôle du gouvernement congolais par l’ex-puissance coloniale. La Belgique, qui voulait protéger ses investissements massifs dans les minerais répond par l’envoi de troupes pour protéger ses ressortissants au Katanga (la région minière) et soutient la sécession de cette région menée par Moïse Kapenda Tshombé. Le 11 juillet, la province de Katanga, qui abrite le gros des gisements de cuivre, de cobalt, d’uranium, d’or et d’autres minerais du Congo, annonça en effet qu’elle faisait sécession. La Belgique apporta donc son soutien à l’indépendance du Katanga, prévoyant les avantages qui en découleraient : ses investissements seraient à l’abri dans un pays minuscule, qui ne devrait ni rendre de comptes, ni payer de taxes au gouvernement central de Léopoldville. De plus, le leader du Katanga, Moise Tshombe faisait preuve d’un intérêt tout particulier pour les investissements des Belges.

Les Etats-Unis, de leur côté, conscients des vastes richesses mises en jeu, et obsédés, comme d’habitude, par la lutte contre le « communisme », entreprirent également de contrôler la situation politique sur place. Le directeur de la CIA, Allen Dulles prédit « une prise de contrôle communiste aux conséquences désastreuses […] pour les intérêts du monde libre » et débloqua un fond d’urgence de 100 000 dollars pour remplacer le gouvernement de Patrice Lumumba par un « groupe pro-occidental ». Le président Eisenhower décréta qu’il serait « très difficile, sinon impossible de négocier avec Lumumba », et que ce dernier représentait « une menace pour la paix et la sécurité dans le monde ». Rien que ça ! Un ancien petit employé des postes de la jungle congolaise à la tête d’un pays exsangue représentait donc une grave menace pour un pays comme les Etats-Unis qui détenait pourtant le pouvoir d’anéantir, en quelques heures, toute velléité de rébellion dans la plupart des régions du monde.

Bien évidemment, une vaste campagne de presse menée aux Etats-Unis vint appuyer cette idée que les soviétiques par l’entremise de Lumumba étaient sur le point de mettre la main sur le Congo et que le monde entier courait un grave danger. Il faut dire que c’étaient surtout les intérêts financiers au Katanga de certains hauts fonctionnaires de l’administration américaine qui couraient alors un grave danger.

Les Etats-Unis soutinrent donc l’intervention militaire belge au Katanga au nom de la paix et de la stabilité du monde. Seulement, l’intervention des Belges fut particulièrement violente et meurtrière, ce qui amena l’ONU, notamment sous la pression de nombreux pays du bloc afro-asiatique, d’exiger le retrait des belges et leur remplacement par les forces de l’ONU. Cependant, on vous le donne en mille, les responsables de l’opération des Nations Unies au Congo étaient tous américains. Il faut dire que Lumumba n’avait pas non plus les faveurs de l’ONU dont il avait ouvertement critiqué la politique par trop pro-occidentale.

Ainsi, malgré les demandes répétées de Lumumba, les forces de l’ONU ne firent rien pour arranger la situation sur place. Lumumba demanda l’intervention de l’ONU qui envoya des troupes partout sauf au Katanga, et refusa de s’opposer à "l’indépendance" du Katanga dont elle n’ignorait pas l’illégalité. Les combats meurtriers continuèrent donc et le gouvernement de Lumumba dû même faire face à un second soulèvement dans une autre province du pays. Dans ce climat de confusion et de chaos, le président du Congo, Joseph Kasavubu décida de congédier Lumumba. Il faut dire que la CIA faisait, à coup de billets verts, un travail de persuasion remarquable auprès des politiques congolais. Seulement ce travail devait avoir ses limites puisque Lumumba, s’il n’avait plus les faveurs du président désormais entretenu par la CIA, bénéficiait du soutien affirmé du parlement congolais encore majoritairement indépendant. Lumumba fut tout de même démis de ses fonctions et sans pouvoir officiel continua malgré tout la résistance avec le soutien de nombreux congolais. Le parlement fut tout près de voter sa restitution lorsque Mobutu, numéro un de l’armée, prit le pouvoir au cours d’un putsch conçu par les Américains et assigna à résidence les dirigeants congolais.

Pendant cette période confuse où Lumumba n’avait plus réellement de pouvoir, « la CIA et les hauts responsables de l’administration américaine ont continué à le considérer comme une menace ». On disait que « son talent et son dynamisme seuls lui ont permis de rétablir sa position à chaque fois qu’elle semblait ruinée », que « c’était un orateur envoûtant, capable de convaincre les foules massives de passer à l’action », que « si on lui permettait de parler à un bataillon de l’armée congolaise, il en ferait ce qu’il voudrait au bout de cinq minutes ». (Rapport pour le sénat américain de la Commission d’Etude sur les opérations gouvernementales liées aux activités, 20 novembre 1975).

Fin septembre, un scientifique de la CIA, le Dr Sidney Gottlieb, arriva au Congo avec une « substance biologique mortelle » destinée à tuer Lumumba. Le virus censé engendrer une maladie mortelle indigène au Congo, voyagea dans la valise diplomatique. L’évolution des évènements au Congo voulut que le virus ne fût jamais utilisé, car le bureau congolais de la CIA ne put recruter un « agent de confiance dans l’entourage de Lumumba » avant la péremption de la substance biologique.

Pendant quelque temps, Lumumba fut protégé contre Mobutu par l’ONU, qui se voyait contrainte, compte tenu de l’intense pression internationale, de prendre quelques distances avec Washington. Ainsi, en octobre, son lieu de résidence est encerclé et il est maintenu en résidence surveillée. Mais fin novembre, craignant pour sa vie, il essaye de s’enfuir afin de gagner Stanleyville alors aux mains de ses partisans. Il ne réussit pas et est rattrapé par les soldats de Mobutu, frappé et molesté en présence de troupes ghanéennes de l’ONU, qui restent impassibles sur ordre de leurs supérieurs. Le 1er décembre, il est donc arrêté et emmené par les troupes de Mobutu. Un câble de la CIA, daté du 28 novembre, indique que l’Agence a participé à la chasse à l’homme. Le câble évoque la collaboration du bureau local de la CIA avec le gouvernement congolais pour installer des barrages routiers, et la mobilisation de troupes pour bloquer un itinéraire qui aurait pu permettre à Lumumba de s’échapper.

Lumumba, Maurice Mpolo et Joseph Okito sont donc détenus un temps au camp militaire de Thysville sur ordre de Mobutu. Le 17 janvier 1961, ils sont transférés à Élisabethville et ainsi livrés par Mobutu aux mains de leur ennemi numéro un Moise Tshombe, chef de la province du Katanga. Ils seront conduits dans une petite maison sous escorte militaire où ils seront ligotés, humiliés et torturés par les responsables katangais comme Moïse Tshombé, Munongo, Kimba, Kibwe, Kitenge mais aussi les Belges Gat et Vercheure. Ils seront fusillés le soir même par des soldats sous le commandement d’un officier belge. Mais, des documents secrets officiels belges, maintenant déclassifiés, dont la lecture ne laisse pas de doutes sur le fait que c’est bien la Belgique qui porte la plus grande responsabilité dans l’assassinat de Lumumba. Le comte Harold d’Aspremont Lynden, ministre belge des Affaires africaines et proche du roi Baudouin, n’écrivait-il pas le 5 octobre 1960 que l’objectif principal à poursuivre dans l’intérêt du Congo, du Katanga et de la Belgique est évidemment l’élimination définitive de Lumumba ? Ce sont des Belges, précise De Witte, qui ont dirigé toute l’opération du transfert de Lumumba au Katanga, jusqu’à sa disparition et celle de son corps. La Belgique était en effet le seul pays à avoir reconnu le Katanga comme état indépendant et sa petite armée était dirigée par des officiers belges. Le lendemain, une opération sera menée par des agents secrets belges pour faire disparaître dans l’acide les restes des victimes découpées auparavant en morceaux. Leurs dépouilles ne seront donc jamais retrouvées.

Plusieurs de ses partisans seront exécutés dans les jours qui vont suivre, avec la participation de militaires, ou mercenaires belges. Tshombé lance alors la rumeur selon laquelle Lumumba aurait été assassiné par des villageois. Ceci déclenche une insurrection parmi la population paysanne, qui prend les armes sous la direction de Pierre Mulele au cri de « A Lumumba » ou « Mulele Mai » : les paysans conquièrent près de 70 % du Congo avant d’être écrasés par l’armée de Mobutu.

En fait, assassiné à 36 ans, Lumumba a passé six ans de militantisme et six mois au pouvoir. Durant sa courte vie et encore sa plus courte « carrière » politique, Patrice Emery Lumumba aura tout synthétisé : la prise de conscience de l’oppression coloniale dans ses aspects les plus brutaux, ceux de l’administration belge ; la volonté d’indépendance, exprimée dans un défi sans concession ; le refus de tous les particularismes régionaux ou tribaux ; la méfiance à l’égard d’une « bourgeoisie nationale » trop prompte à se substituer au colonisateur ; le rêve d’une Afrique unie solidaire des autres mouvements de libération du Tiers Monde ; enfin, la coalition contre lui des petits traîtres locaux ainsi que des grands intérêts privés et publics étrangers.

Mais Lumumba exprime également toutes les illusions sans espoir de la petite bourgeoisie nationaliste de l’époque des indépendances auxquelles le stalinisme n’a rien appris sur le socialisme. Il compte sur la démocratie bourgeoise, sur l’Etat congolais, il compte sur l’armée congolaise, il compte sur la bourgeoisie congolaise même s’il s’en méfie. Il n’arme pas le peuple ; il ne désarme pas les militaires. C’est lui qui nomme celui qui le tuera et opprimera longuement le peuple congolais : Mobutu !!!

Lumumba et Mobutu

Mais Lumumba a surtout l’illusion qui s’appelle "indépendance" et qui ne mène nullement à ... une indépendance, impossible, de l’impérialisme. Cer ce dernier, on ne peut que le détruire ou être détruits par lui !!!

Il ne compte pas sur la lutte des travailleurs mais sur l’évolution de la politique des grandes puissances...

Dans le livre de Jean-Louis Remilleux, « Dignité pour l’Afrique », le jeune journaliste Joseph-Désiré Mobutu qui participa à la table ronde économique pour le compte du MNC-Lumumba, livre cette conclusion prémonitoire : … « Nous nous sommes fait rouler. Par une série d’astuces juridiques et techniques, nos interlocuteurs ont réussi à préserver entièrement la mainmise des multinationales et des capitalistes belges sur le porte-feuille congolais !…"

L’impérialisme avait octroyé l’indépendance pour mieux éviter la révolution sociale mais il n’avait nullement l’intention de laisser le peuple gouverner un pays....

Le 5 septembre 1960, Joseph Kasa-Vubu, hostile à Lumumba, démet Lumumba de ses fonctions ainsi que les autres ministres nationalistes. Lumumba est néanmoins confirmé dans son statut par la Chambre et le Sénat congolais qui révoquent le président. Mi-septembre, suite à un coup d’État, Joseph Désiré Mobutu prend le pouvoir, crée le Collège des Commissaires généraux et assigne à résidence les dirigeants congolais. Lumumba est mis en résidence surveillée le 10 octobre. Le 27 novembre, Lumumba s’échappe de la capitale afin de gagner Stanleyville où Antoine Gigenza mène la lutte de ses partisans.

Alors qu’il passe la Sankuru à Mweka, il est rattrapé le 1er décembre par les troupes de Mobutu, frappé et molesté en présence de troupes ghanéennes de l’ONU, qui restent impassibles sur ordre de leurs supérieurs. Le 3 décembre, il est incarcéré au camp Hardy de Thysville en compagnie de ses adjoints Maurice M’polo et Joseph Okito. Le 17 janvier 1961, les trois hommes sont transférés par avion à Élisabethville (auj. Lubumbashi) au Katanga et livrés aux autorités locales. Ils sont ensuite conduits sous escorte militaire dans une discrète petite maison à Mwadingusha où ils seront ligotés, humiliés et torturés. Le soir même, ils sont abattus par des militaires katangais sous le commandement d’un officier de nationalité belge (comme tous les officiers katangais). Le lendemain, une opération sera menée par des agents secrets belges pour faire disparaître dans l’acide les restes des victimes découpées auparavant en morceaux. Leurs dépouilles ne seront donc jamais retrouvées. La mort de Lumumba ne fut rendue publique qu’un mois après, en février 1961, car les risques d’émeutes avaient été écartés dans l’est du pays.

Un film sur Patrice Lumumba

Ce qu’a dit Lumumba sur ce qu’il estimait la trahison de Mobutu, peu avant sa mort

Lumumba de Raoul Peck

Lumumba, histoire vraie

Mobutu, Roi du Zaïre de Thierry Michel

Patrice Lumumba : son discours du 30 juin 1960

L’arrestation de Lumumba

Patrice Lumumba, une tragédie africaine

D’autres films

Lumumba arrested

Patrice Lumumba - Congo 1960-1970 - History channel

Congo : The Assassination of President Patrice Lumumba, Congo (1961)

Patrice Lumumba est né au Congo belge (actuelle République démocratique du Congo). Il fréquente l’école catholique des missionnaires puis, élève brillant, une école protestante tenue par des Suédois. Jusqu’en 1954 (année de la fondation d’un réseau d’enseignement laïque et de la première université) la Belgique coloniale n’a que peu développé le système d’éducation, entièrement confié aux missions religieuses, l’école ne donne qu’une éducation rudimentaire et vise plus à former des ouvriers ou des clercs, mais Lumumba autodidacte, se plongera dans des manuels d’histoire pour étudier plus en profondeur la Révolution française, l’histoire d’Haïti, des États-Unis et de la Russie.

Il travailla comme employé de bureau dans une société minière de la province du Sud-Kivu jusqu’en 1945, puis comme journaliste à Léopoldville (aujourd’hui Kinshasa) et Stanleyville (Kisangani), période pendant laquelle il écrivit dans divers journaux.

En septembre 1954, il reçoit sa carte d’« immatriculé », réservée par l’administration belge à quelques éléments remarqués du pays (200 immatriculations sur les 13 millions d’habitants de l’époque).

Il découvre en travaillant pour la société minière que les matières premières de son pays jouent un rôle capital dans l’économie mondiale, mais aussi que l’administration coloniale cache aux Congolais ce potentiel présent dans les frontières - par ailleurs arbitraires - du pays. Il milite alors pour un Congo uni, se distinguant en cela des autres leaders indépendantistes.

En 1955, il crée une association "APIC" (Association du personnel indigène de la colonie) et aura l’occasion de s’entretenir avec le roi Baudouin en voyage au Congo, sur la situation des Congolais.

Le ministre du Congo de l’époque, Auguste Buisseret veut faire évoluer le Congo et notamment mettre en place un enseignement public. Lumumba adhère au parti libéral avec d’autres notables congolais. Avec plusieurs d’entre eux, il se rend en Belgique sur invitation du premier ministre. Le combat pour l’indépendance.

En 1956, il est emprisonné un an. Libéré par anticipation, il reprend ses activités politiques et devient directeur des ventes d’une brasserie.

Le gouvernement belge prend quelques mesures de libéralisation : syndicats et partis politiques vont être autorisés en vue des élections municipales qui doivent avoir lieu en 1957. Les partis politiques congolais sont parrainés par ceux de Belgique et Lumumba est d’abord inclus dans l’amicale libérale.

En 1958, à l’occasion de l’exposition universelle, des Congolais sont invités en Belgique. Mécontents de l’image peu flatteuse du peuple congolais véhiculée par l’exposition, Lumumba et quelques compagnons politiques nouent des contacts avec les cercles anti-colonialistes. Dès son retour au Congo, il crée le Mouvement national congolais (MNC), à Léopoldville le 5 octobre 1958 et, à ce titre, participe à la conférence panafricaine d’Accra. Il peut organiser une réunion pour rendre compte de cette conférence au cours de laquelle il revendique l’indépendance devant plus de 10 000 personnes. Premiers démêlés politiques en octobre 1959 : le MNC et d’autres partis indépendantistes organisent une réunion à Stanleyville. Malgré un fort soutien populaire, les autorités belges tentent de s’emparer de Lumumba - ce qui provoque une émeute qui fait une trentaine de morts. Lumumba est arrêté quelques jours plus tard, est jugé en janvier 1960 et condamné à 6 mois de prison le 21 janvier.

En même temps les autorités belges organisaient des réunions avec les indépendantistes auxquelles participe finalement Lumumba, qui est donc libéré de facto le 26 janvier. À la surprise générale[réf. nécessaire], la Belgique accorde au Congo l’indépendance qui est fixée au 30 juin 1960. Lors de la cérémonie d’accession à l’indépendance du pays, le 30 juin 1960, il prononce un discours virulent dénonçant les abus de la politique coloniale belge depuis 1885. Au lieu de s’adresser au roi présent à la cérémonie, Lumumba commença son allocution par une salutation "aux Congolais et Congolaises, aux combattants de l’indépendance..." Son discours proclamait vivement que l’indépendance marquait la fin de l’exploitation et de la discrimination, le début d’une ère nouvelle de paix, de justice sociale et de libertés.

Le MNC et ses alliés remportent les élections organisées en mai et, le 23 juin 1960, Patrice Émery Lumumba devient le premier ministre du Congo indépendant. Néanmoins, en attendant la formation des premières promotions d’officiers congolais, une grande partie des cadres de l’armée restent belges et les soldats noirs se révoltent, tuant les officiers blancs et violant les femmes belges. Pratiquement tous les cadres belges prendront alors la fuite.

Lumumba décrète l’africanisation de l’armée et double la solde des soldats. La Belgique répond par l’envoi de troupes pour protéger ses ressortissants au Katanga (la région minière) et soutient la sécession de cette région menée par Moïse Kapenda Tshombé. En septembre 1960, le président Joseph Kasa-Vubu révoque Lumumba ainsi que les ministres nationalistes. Lumumba déclare alors qu’il restera en fonction. À sa demande, le parlement acquis à sa cause révoque le président Kasavubu.

Suite à un coup d’État, Joseph Désiré Mobutu prend le pouvoir, crée le Collège des Commissaires généraux et assigne à résidence les dirigeants congolais. En décembre 1960, Lumumba s’échappe de la capitale pour tenter de gagner Stanleyville, région où il a de nombreux partisans. Il est arrêté le 2 décembre 1960 par le lieutenant Christophe Yowane Lokele alors qu’il passait la Sankuru à Mweka. Il est transféré au camp militaire de Thysville sur ordre de Mobutu. Leur transfert fut un moment envisagé au fort de Shinkakasa à Boma.

Le 17 janvier 1961, Patrice Lumumba, Maurice Mpolo et Joseph Okito sont conduits par avion à Elisabethville, au Katanga, et livrés aux autorités locales. Lumumba, Mpolo et Okito seront conduits dans une petite maison sous escorte militaire où ils seront ligotés et humiliés par les responsables katangais comme Moïse Tshombé, Munongo, Kimba, Kibwe, Kitenge mais aussi les Belges Gat et Vercheure[2]. Ils seront fusillés le soir même par des soldats sous le commandement d’un officier belge ; cependant, on a depuis pris connaissance de documents secrets officiels belges, maintenant déclassifiés, dont la lecture ne laisse pas de doutes sur le fait que c’est bien la Belgique qui porte la plus grande responsabilité dans l’assassinat de Lumumba. Le comte Harold d’Aspremont Lynden, ministre belge des Affaires africaines et proche du roi Baudouin, n’écrivait-il pas le 5 octobre 1960 que l’objectif principal à poursuivre dans l’intérêt du Congo, du Katanga et de la Belgique est évidemment l’élimination définitive de Lumumba ? Ce sont des Belges, précise De Witte, qui ont dirigé toute l’opération du transfert de Lumumba au Katanga, jusqu’à sa disparition et celle de son corps. La Belgique était en effet le seul pays à avoir reconnu le Katanga comme état indépendant et sa petite armée était dirigée par des officiers belges. Le lendemain, une opération sera menée par des agents secrets belges pour faire disparaître dans l’acide les restes des victimes découpées auparavant en morceaux. Plusieurs de ses partisans seront exécutés dans les jours qui vont suivre, avec la participation de militaires, ou mercenaires belges. Tshombé lance alors la rumeur selon laquelle Lumumba aurait été assassiné par des villageois. Ceci déclenche une insurrection parmi la population paysanne, qui prend les armes sous la direction de Pierre Mulele au cri de « A Lumumba » ou « Mulele Mai » : les paysans conquièrent près de 70 % du Congo avant d’être écrasés par l’armée de Mobutu.

Lumumba fut très regretté après sa mort par toute la communauté des pays non-alignés, y compris par un de ses bourreaux, le général Mobutu qui le consacra héros national en 1966. Le retour d’Égypte de sa femme Pauline et de ses enfants fut considéré comme un événement national. Le jour de sa mort, le 17 janvier, est un jour férié au Congo-Kinshasa.

Le rôle des puissances occidentales et celui des États-Unis en particulier a été fortement évoqué dans la mort de Lumumba. Ils craignaient une dérive du Congo belge vers l’URSS. En effet, Lumumba fit appel aux Soviétiques lors de la guerre du Katanga car l’ONU ne répondit pas à ses demandes d’aide militaire pour mettre fin à la guerre civile.

Les archives de la CIA déclassifiées depuis le 21 Juin 2007 indiquent clairement que la CIA a tenté d’assassiner Lumumba.

En Novembre 1962, Monsieur (classé) a informé M. Lyman Kirpatrick qu’il avait, à un moment, reçu la consigne de M. Richard Bissel de porter la responsabilité d’un projet incluant l’assassinat de Patrice Lumumba, alors premier ministre de la république du Congo. Selon (classé) la méthode devait consister en l’empoisonnement, puisqu’il a mentionné avoir reçu l’ordre de rencontrer le docteur Sidney Gottlieb afin de se procurer le mode d’administration.

Les États-Unis de Dwight Eisenhower voulaient l’éliminer pour éviter un basculement du géant africain dans le communisme et la Belgique voyait en lui et ses thèses d’indépendance économique une menace pour ses intérêts économiques notamment dans le secteur minier. Ces deux pays ont soutenu l’effort de guerre de Mobutu contre les Maï-Maï. Les mercenaires belges ont organisé l’opération Omegang pour écraser la résistance Maï-Maï au Kivu. Le meurtre de Lumumba a été élucidé par la justice belge sous l’impulsion de François Lumumba qui a porté plainte contre X, et du sociologue belge Ludo de Witte.

Le gouvernement belge a reconnu en 2002, une responsabilité dans les événements qui avaient conduit à la mort de Lumumba.

Clairement, tout ce que la planète comptait d’exploiteurs a voulu assassiner Lumumba. Cependant, est-ce que les idées de celui-ci suffisaient pour combattre tous ces rapaces ! N’avait-il pas des illusions dans le progrès des classes dirigeantes y compris celles des pays riches ? Ne comptait-il pas plus sur leur bonne foi que sur la force révolutionnaire des masses ? ne voulait-il pas fonder une état bourgeois avec une armée, une police, plutôt que d’armer les travailleurs ? Ne s’illusionnait-il pas en pensant éviter de renverser définitivement l’impérialisme dans ses propres bases en s’appuyant sur la lutte révolutionnaire des prolétaires ? Les illusions, même de bonne foi, sont sources de conséquences sanglantes...

3 Messages de forum

  • Qui était Patrice Lumumba ? 3 mars 2010 10:32, par Robert Paris

    si le discours de Lumumba nous touche, il contient toutes les illusions qui ont plombé la lutte de ce peuple comme celle des autres peuples colonisés, l’illusion de l’indépendance qui sonne très cruellement en ces jours anniversaires des indépendances africaines quand on connaît la réalité, par exemple, celle du Congo "indépendant" actuel, c’est-à-dire les terribles souffrances que le peuple subit aujourd’hui.

    Répondre à ce message

  • Qui était Patrice Lumumba ? 3 mars 2010 10:37, par Toto

    Clairement, tout ce que la planète comptait d’exploiteurs a voulu assassiner Lumumba. Cependant, est-ce que les idées de celui-ci suffisaient pour combattre tous ces rapaces ! N’avait-il pas des illusions dans le progrès des classes dirigeantes y compris celles des pays riches ? Ne comptait-il pas plus sur leur bonne foi que sur la force révolutionnaire des masses ? ne voulait-il pas fonder une état bourgeois avec une armée, une police, plutôt que d’armer les travailleurs ? Ne s’illusionnait-il pas en pensant éviter de renverser définitivement l’impérialisme dans ses propres bases en s’appuyant sur la lutte révolutionnaire des prolétaires ? Les illusions, même de bonne foi, sont sources de conséquences sanglantes...

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0