English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS > Edito - Non à la nouvelle guerre de la France avec les USA et l’Angleterre en (...)

Edito - Non à la nouvelle guerre de la France avec les USA et l’Angleterre en Syrie !!!

jeudi 29 août 2013, par Robert Paris

Edito - Non à la nouvelle guerre de la France avec les USA et l’Angleterre en Syrie !!!

Dans le monde actuel, la guerre gagne en ampleur tous les jours, même si on ne s’en rend pas compte là où ne tombent pas les bombes et où on n’entend pas les tirs. On n’entend même pas nécessairement parler de toutes les guerres qui se déroulent actuellement, même si la France y participe. Ainsi, la guerre de la France au Niger est occultée. Et il y a encore bien des guerres ignorées du grand public : du Yémen au Pakistan.

Cela ne signifie pas que nous ne soyons pas concernés. Quand la guerre se généralise, c’est que le monde entier et concerné et que le système est en crise. Une crise généralisée a mené à la première guerre mondiale. Une autre à la deuxième. La crise de 2007-2008 dont tout le monde reconnaît que l’on est bien loin d’être sortis peut-elle nous mener discrètement à la troisième ? La réponse est-elle en Syrie, en Corée du sud ou en Iran ? Ou les trois à la fois ?

En tout cas, il est clair que l’effondrement économique attise toutes les oppositions nationales, régionales, ethniques ou religieuses. On peut le voir au Mali comme en Irlande, en Belgique comme en Syrie. Les classes dirigeantes soufflent sur les braises des divisions raciales ou religieuses partout dans le monde. A entendre les média et les hommes politiques, les problèmes les plus urgents et graves en France seraient les Roms et le voile islamique !!! Quant au problème des banlieues, il ne serait pas dû au chômage et à la dégradation des revenus des milieux populaires mais à l’origine ethnique ou religieuse des habitants !!!

Les guerres se déroulent successivement et sont terminées à grand renfort de publicité tapageuse victorieuse sans qu’on en fasse seulement le bilan, ne serait-ce qu’un an après. La France était très fière de son intervention en Lybie et quel bilan maintenant que les terroristes islamistes y font la loi et étendent à partir de la Lybie leurs actions à toute la région ? Ou de son intervention en Côte d’Ivoire où rien n’est réglé pour les masses populaires par le remplacement d’un dictateur par un autre ?

Qu’en sera-t-il au Mali où aucun problème n’a été réglé par l’intervention militaire puisque les affrontements avaient pour base la misère et la dictature, l’exploitation par les trusts et la concussion des classes dirigeantes, toutes questions que l’armée française serait bien incapable de résoudre.

Et en Syrie, puisque c’est maintenant là que les pays occidentaux prétendent porter le fer pour, disent-ils, ramener la démocratie, quel beau résultat y a-t-il à en attendre ? La même démocratie que celles que l’armée américaine, avec des aides de ses alliés, a pu amener en Libye, en Irak, en Afghanistan ? La même démocratie que celle qu’ils soutiennent en Egypte ? La même démocratie qu’auparavant les USA avaient soutenu avec Pinochet au Chili, avec les dictatures militaires d’Argentine, du Guatemala ou du Brésil auparavant ?

Qui peut les croire quand les grandes puissances prétendent faire la guerre dans l’intérêt des peuples et de la démocratie ?

S’il était vrai que toutes les grandes puissances mobilisées militairement en Afghanistan défendaient les intérêts du peuple afghan, comment serait-il possible qu’ils soient en train d’en partir après dix ans d’une guerre féroce qui a fait des quantités de victimes civiles et de destruction et ramenant au pouvoir leur adversaire taliban ?

N’ont-ils pas affirmé vouloir sauver le peuple afghan de la dictature des Talibans alors qu’ils sont aujourd’hui en train de négocier le retour au pouvoir de ceux-ci en Afghanistan ? N’ont-ils pas affirmé vouloir combattre les Noriega, Ben Laden et Saddam Hussein alors que c’est eux-mêmes qui les avaient soutenu ou sauvé maintes fois ?

Quant à la France dont le peuple est persuadé qu’elle est le défenseur de la liberté et la démocratie, combien a-t-elle fait de guerres au Tchad pour y soutenir les pires dictatures sans jamais en rendre des comptes au peuple tchadien ni au peuple français ? Non, en Syrie, la France ne compte pas intervenir pour sauver le peuple syrien d’un massacre, ne serait-ce que parce que les deux armées qui s’y affrontent commettent toutes les deux des massacres contre les civils et de manière aussi violente l’une que l’autre.

On pourrait croire par exemple que la France, les USA et l’Angleterre y luttent contre le danger de l’islamisme radical qui est une menace pour les femmes, pour les jeunes, pour la démocratie dans toute la région. Mais cela est faux. Au contraire, la principale force qui appuie localement l’intervention anglo-franco-américaine armée est justement la force armée islamiste et notamment la branche locale d’Al Qaïda !!! Non ! La force armée des grandes puissances n’est en rien une force de libération et de démocratie servant à défendre les peuples mais une force de destruction supplémentaire. Qui a rebâti l’Irak et l’Afghanistan après les bombardements américains ? Qui a rebâti la Côte d’Ivoire et la Lybie ? Qui rebâtira la Syrie quand les grandes puissances auront rajouté leurs bombardements aux exactions actuelles ?

D’ailleurs le contresens sur les buts des puissances impérialistes, il suffit de rappeler les guerres américaines en Irak pour le lever. Qui était gêné des interventions aux gaz et aux produits chimiques destructeurs ? Les USA qui les employaient ? Qui était gêné le la dictature de Saddam Hussein contre le peuple ? Les USA qui l’avaient aidé, financé et armé contre l’Iran notamment ? Les USA qui, lors de leur première guerre en Irak, avaient arrêté leur offensive quand les masses populaires avaient lancé une révolte parmi les chiites pauvres et les kurdes ? Non ! Au contraire, les USA avaient alors arrêté leur offensive militaire et rendu sa garde présidentielle à Saddam pour qu’il en finisse avec les risques révolutionnaires des masses populaires irakiennes !

Non ! L’intervention des grandes puissances dans le monde arabe ne vise nullement à soutenir la révolution qui a débuté en Tunisie et en Egypte. Dans ces deux pays, France, Angleterre et USA ont soutenu jusqu’au dernier moment, jusqu’à leur chute, les dictateurs. Ils ont encore soutenu l’écrasement de la révolution arabe au Bahrein. Ils soutiennent la dictature algérienne ou marocaine contesté par les masses dans les émeutes ou dans les grèves.

La France ne représente nullement par ses interventions militaires dans le monde le drapeau de la liberté et de la révolution. Au contraire ! Il suffit de rappeler le Rwanda, où un génocide organisé dans l’ambassade de France et sous l’égide de la cohabitation gauche-droite en France sous l’égide de Mitterrand, a représenté la plus horrible des politiques des puissances occidentales en Afrique. Il n’en va pas différemment avec Hollande qu’avec Sarkozy et la droite soutient la gauche gouvernementale dans ses désirs guerriers en Syrie. C’est dire que les objectifs et les buts sont les mêmes pour les deux et que ce n’est nullement les intérêts des peuples qui les guident.

Les peuples et les classes opprimées ne peuvent que se sauver elles-mêmes. Aucune armée au monde n’a jamais été le sauveur des libertés. Ne tombons pas dans la propagande guerrière des grandes puissances car demain elle prendra le tour d’un affrontement avec la Russie et la Chine et s’en sera fini de la paix et de la liberté. Il est encore temps de dire NON !!!

7 Messages de forum

  • La Russie a détecté mardi matin le lancement de deux missiles balistiques en Méditerranée, qui sont tombés en mer, des tirs effectués dans le cadre d’un exercice israélo-américain, selon le ministère de la Défense israélien. "Le lancement, qui a eu lieu à 10H16 de Moscou, a été détecté par les stations radar à Armavir" (sud de la Russie), a indiqué le ministère de la Défense dans un communiqué cité par les agences russes. "Le ministre de la Défense Sergueï Choïgou a informé le président russe Vladimir Poutine, commandant en chef des armées", a ajouté le ministère de la Défense.

    Les engins ont été lancés "de la partie centrale de la Méditerranée vers la côte est", a indiqué le ministère sans autres précisions. Un peu plus tard, le ministère israélien de la Défense a annoncé avoir mené "avec succès" dans la matinée un tir de missile radar dans le cadre d’un exercice militaire israélo-américain. "Le ministère de la Défense et la MDA (Missile Defence Agency) américaine ont lancé mardi matin à 9H15 un missile radar de type Ankor", a déclaré le ministère dans un communiqué.

    Selon une source militaro-diplomatique russe citée par l’agence Interfax, il pouvait s’agir de tirs visant à "affiner les relevés météorologiques". "Il est possible que les destroyers de la 6e flotte de la Marine américaine aient tiré à blanc ou des leurres pour tester l’efficacité du système de la défense antimissile syrien", a indiqué une source à Moscou citée par l’agence Interfax. Ces tirs pourraient avoir pour but d’"intimider le peuple syrien et désorganiser la communauté internationale", a ajouté cette source. "Il y a eu en effet deux lancements, ils sont tombés dans la mer", a pour sa part indiqué une source officielle syrienne citée par l’agence publique russe Ria Novosti.

    Répondre à ce message

  • La note déclassifiée des renseignements français contenant soi-disant la preuve de la France d’une attaque chimique de Assad, rendue publique par Matignon, n’apporte en fait aucun élément nouveau sur l’attaque chimique de la Ghouta.

    Le gouvernement français ne fait qu’ y "estimer" que le régime syrien a lancé une "attaque associant moyens conventionnels et usage massif d’agents chimiques". Sur quels éléments la note s’appuie-t-elle ? D’après le document, des "renseignements crédibles" en provenance de plusieurs partenaires (services secrets alliés, NDLR) font état de préparatifs spécifiques de l’armée syrienne au cours des jours précédant le 21 août.

    "Ce document n’est pas une preuve, pas même un rapport brut des services de renseignement français", affirme au Point.fr Éric Denécé, directeur du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). "Il s’agit d’une synthèse gouvernementale de plusieurs papiers des services de renseignement afin de manipuler l’opinion et les parlementaires", estime le spécialiste.

    "Le contenu du rapport est décevant, car aucune information secret défense n’a en réalité été révélée", souligne Olivier Lepick, spécialiste des armes chimiques à la Fondation pour la recherche stratégique. "On aurait aimé que l’État français publie les résultats d’analyses des échantillons biologiques recueillis." À la place, la note détaille pour la première fois l’étendue du programme chimique syrien (gaz VX, moutarde et sarin) et les vecteurs dont Damas dispose pour les employer. Des "révélations" censées démontrer l’implication du régime, mais qui ne sont en réalité qu’un secret de polichinelle. "Tout a déjà été publié dans la presse depuis des années", indique Olivier Lepick.

    Répondre à ce message

  • S’adressant aux Américains, Barack Obama a souligné samedi la nécessité d’une intervention militaire limitée en Syrie pour empêcher de nouvelles attaques à l’arme chimique, tout en promettant de ne pas entraîner les Etats-Unis dans une nouvelle guerre longue et coûteuse.

    "Ce ne serait pas un autre Irak ou un autre Afghanistan", a-t-il déclaré lors de son allocution hebdomadaire à la radio, donnant un aperçu du discours qu’il prononcera mardi.

    "Toute action de notre part devra être limitée, à la fois dans le temps et dans l’ampleur, conçue pour dissuader le gouvernement syrien de gazer à nouveau son propre peuple et pour entamer sa capacité à le faire", a poursuivi le président des Etats-Unis.

    Face à la paralysie du Conseil de sécurité de l’Onu, où la Russie s’oppose à toute résolution condamnant le régime de Bachar al Assad, Barack Obama a décidé la semaine dernière de solliciter l’aval du Congrès américain pour recourir à la force.

    La perspective de frappes, aussi limitées soient-elles, ne suscite pas l’enthousiasme au Capitole, notamment en raison de l’hostilité de l’opinion à une nouvelle implication militaire au Moyen-Orient.

    "NOUS NE POUVONS PAS FERMER LES YEUX"

    Selon un sondage Reuters/Ipsos publié mardi, 56% des Américains ne sont pas favorables à une intervention en Syrie, alors que 19% seulement sont d’un avis contraire.

    "Je sais que le peuple américain est inquiet après une décennie de guerre, bien que celle d’Irak soit finie et que celle d’Afghanistan s’achève.

    "C’est pourquoi nous n’allons pas envoyer nos troupes au milieu d’une guerre qui n’est pas la nôtre", a poursuivi le président, qui se lancera la semaine prochaine dans une intense campagne de persuasion auprès des parlementaires.

    "Nous sommes les Etats-Unis d’Amérique. Nous ne pouvons pas fermer les yeux sur des images comme celles qui nous viennent de Syrie", a-t-il ajouté.

    Répondre à ce message

  • La dictature française n’a même pas besoin d’un vote du parlement pour entrer en guerre !!!

    Répondre à ce message

  • L’Elysée vient d’annoncer que la France est entrée en guerre en Syrie. La Russie aussi mais dans le camp d’en face. Les USA y étaient déjà. La guerre mondiale est à nos portes !!!

    Répondre à ce message

  • Et même sans les USA !

    Macron prévient que la France pourra frapper seule en Syrie

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0