English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 26- HISTOIRES COMIQUES > Echos comiques

Echos comiques

lundi 9 juin 2014, par Robert Paris

Le pape, papa ?

Le pape François premier serait-il un papi de petits enfants ? Il a en effet déclaré que « Les couples qui ne veulent pas d’enfant parviennent à la vieillesse dans l’amertume de leur méchante solitude. » Hou le vilain moraliste qui se permet de faire la leçon à toute l’humanité du haut de sa responsabilité des milliers de crimes pédophiles et du refus du droit à son propre corps pour les femmes, sans parler du refus du droit au plaisir en dehors de la procréation ! Lui, il refuse à des milliers de prêtres le droit de se marier et d’avoir des enfants (du moins des enfants reconnus) !!!

Roi sans couronne

A force de scandales, le roi d’Espagne a dû rendre sa couronne. Il y a eu l’inculpation de sa fille, l’infante Cristina, pour fraude fiscale et blanchiment de capitaux. Il y a eu les comptes en Suisse d’un roi qui s’est toujours dit sans fortune et ne tarissait pas de discours pour appeler le peuple à l’austérité. Le dernier et fatal scandale a été celui de ses chasses royales (y compris pour leur coût) en Afrique. Mais c’est le gibier qui a finalement vaincu le chasseur… Mais l’Espagne n’est pas débarrassée pour autant de la royauté.

La vente à découvert à Wall Street, vous connaissez ?

Cela consiste à vendre ce que vous ne possédez pas ! Que ce soient des titres, des devises ou des matières premières. En 2008, la vente à découvert a été accusée de tous les maux du capitalisme. En septembre 2008, le Président George Bush déclarait, avec un lapsus, que les vendeurs à découvert seraient persécutés ("persecuted") alors qu’il voulait vraisemblablement dire « poursuivis » ("prosecuted"). Aucun ne l’a été. Aujourd’hui, la vente à découvert est toujours le jeu favori de Wall Street. Dites après cela que le système a besoin d’être réformé, c’est une pensée qui fait bien !

General Menteurs

La patronne du trust automobile General Motors, responsable de la mort de 13 automobilistes (sans compter les accidentés blessés), victimes d’avaries au volant de leur Chevrolet Cobalt, Pontiac G5 ou Saturne Ion, n’a rien trouvé de mieux que de se défausser sur ses subordonnés, accusés de lui avoir caché des défauts de fabrication des véhicules. Pour la peine, elle vient de les licencier. Mary Barra, la patronne du constructeur, en a informé les employés de la firme ce jeudi, au cours d’une réunion solennelle dans un centre technique de la banlieue de Detroit, la capitale américaine de l’automobile. Elle leur a communiqué le contenu d’un rapport impitoyable. « Je déteste vous entretenir de ceci tout comme vous détestez entendre tout cela, leur a-t-elle déclaré. Mais je veux que vous l’entendiez. Je veux que vous vous en souveniez. Je veux que vous ne l’oubliez jamais ». Elle a aussi annoncé vouloir mettre en place un fond d’indemnisation des familles des victimes mais a refusé d’en communiquer la somme… On peut dire que c’est le lampiste qui trinque.

Fauteurs de paix

Poutine a demandé à Obama d’apaiser les tensions en Ukraine et Obama a demandé à Poutine d’apaiser les tensions en Ukraine. Voilà un point qui les rapproche en même temps qu’il les oppose… Si on les écoutait, la paix du monde serait sauvée ?

Illicites mais désirable

Plusieurs pays européens sont en train de réintégrer l’économie noire, l’économie grise, l’économie mafieuse, l’économie illicite, la drogue, la prostitution, le grand banditisme dans les chiffres de la production. Pourquoi se priver d’aussi bons chiffres du PIB avec 500.000 prostituées comme en Allemagne ou 300.000 comme en Espagne ou une économie du banditisme florissante comme en Italie, au point qu’elle peut permettre de redonner le blason productif du pays et d’attirer l’investisseur ? Il restera à convaincre ces mafieux qu’ils servent ainsi la collectivité nationale, c’est-à-dire la bourgeoisie. Mais celle-ci est déjà d’accord puisqu’avec une fois et demi les revenus du pétrole et de gaz, cette économie là a depuis longtemps irrigué les comptes des capitalistes et des banquiers.

Tous fascistes, mais pas copains pour autant

Qui a dit que « l’antisémitisme est dans l’ADN du Front National » ? Le leader anglais d’extrême droite Nigel Farage. Qui a dit que « Le Front National a un fond antisémite » ? Marine Le Pen a dit à peu près la même chose d’eux. Un dirigeant du parti d’extrême droite danois. A croire que les politiciens d’extrême droite ne disent des vérités que sur leurs concurrents de leur courant fasciste et qu’ils sont aussi ennemis entre eux que le sont entre eux les courants de l’UMP ou du PS… Pour ne pas nous contredire, on a la déclaration de Le Pen père sur Le Pen fille : « N’importe quel bourricot avec une pancarte FN aurait fait aussi bien. » Il faut dire que Le Pen père fait aussi des déclarations capables de le discréditer lui-même, par exemple quand il affirme que « le virus Ebola pourra régler le problème de l’explosion démographique et de l’immigration en trois mois » !!!!

On ne prête qu’aux riches !

La banque centrale européenne a pris une décision historique : la BCE a abaissé une nouvelle fois son principal taux directeur. Il s’agit du taux de refinancement, autrement dit le taux auquel empruntent les banques privées auprès des banques centrales pour se refinancer à court terme. Ce dernier passe à 0,15%, contre 0,25% jusqu’ici. La BCE a aussi décidé de baisser un autre taux directeur : le taux de facilité de prêt marginal, qui sert comme taux d’intérêt pour le marché monétaire lorsque les banques empruntent de l’argent à la BCE en dehors des opérations de refinancement. Il passe de 0,75% à 0,40%. Les banques centrales continuent donc à dépenser des milliers de milliards soi-disant pour sauver le capitalisme et les journaux dits économiques ne tarissent pas d’éloge sur la confiance de ces banques centrales dans le système !!!

La santé en Grèce est plus malade qu’au Rwanda !

Le résultat des politiques d’austérité et jusqu’où elles peuvent aller, on en a l’exemple non loin de nous : en Grèce. Le gouvernement grec ne paie plus pour les hôpitaux, pour les soins, pour les médicaments avec des conséquences catastrophiques pour la santé. Des patients atteints d’hépatite, par exemple, ne peuvent plus accéder aux médicaments. De plus en plus de malades, notamment les chômeurs, ne peuvent plus accéder aux soins. C’est presque la moitié de ses financements publics que l’hôpital a perdu depuis le début de la crise. La suppression des programmes de suivis des usagers de drogue notamment a entraîné une hausse de 52% des contaminations des drogués au VIH en un an. La santé en Grèce devient de plus en plus dépendante des seuls ONG. Il faut être conscient que c’est notre Etat français qui a imposé cette cure d’austérité au peuple grec et qui est donc parfaitement capable, quelle que soit l’équipe gouvernante, de droite ou de gauche, de nous l’imposer à nous aussi si nous nous laissons faire…

La gale à Calais, un prétexte pour expulser

Six cent migrants ont été expulsés de Calais où ils logeaient dans trois camps sous le prétexte qu’on y a trouvé de la gale. Il est bien évident qu’on soigne mieux la gale des Syriens, des Afghans et autres en les jetant à la rue qu’en les laissant dans des camps où ils peuvent être soignés par le Secours catholique et Médecins du monde, faute de soins délivrés par le ministère de la santé !!!

Profits privés ne riment pas avec santé !

Le nombre de médicaments en rupture de stock ne fait que progresser ces dernières années. Tous les médicaments sont concernés (anticancéreux, antibiotiques, etc…). La concurrence mondiale entraîne d’autres dérives aussi catastrophiques comme le blocage de médicaments ou de vaccins efficaces, en attendant que les trusts du pays fabriquent un concurrent. Tant pis pour les malades qui en meurent ! La course au profit ne suffit pas, il leur faut atteindre le profit maximum et celui-ci ne cesse d’augmenter, réduisant à la portion congrue les précautions, les études, les analyses, les scrupules… Il en découle que certains médicaments ne sont plus produits. Ils sont rentables mais pas assez à l’égard des nouvelles normes de profit capitaliste. Tant pis pour les malades qui ne peuvent plus être soignés ! En bloquant la production de certains médicaments, les labos tiennent en otage la santé publique, peuvent chantager les Etats, menacer la vie de la planète…

Portes fermées aux embauches

Le 14 juin, le ministre Hirsch organise une journée portes ouvertes dans les hôpitaux. Mais nos portes sont ouvertes au public toute l’année et le ministre a l’air de l’oublier. Nous sommes un secteur d’activité qui n’est nullement fermé au public et si nous avons besoin de quelque chose, ce n’est pas de publicité sur le mauvais état actuel dû à la politique d’austérité des gouvernements successifs et notamment aux effectifs insuffisants.

Les PDG qui regardent passer les trains

Le Canard Enchaîné du 28 mai dernier se fait un malin plaisir de faire la liste de tous les ratés des décisions des responsables de la SNCF : les rames de PACA et du Sud-Ouest qui ne peuvent dépasser les 100 km/h (au lieu des 160 qui étaient annoncées par les constructeurs), les nouvelles rames du TER de Pau et Tarbes qui déclenchent automatiquement les Barrières, les nouveaux TER qui ne sont joignables que par des liaisons numériques alors que les postes de contrôle n’ont que des téléphones analogiques, les nouvelles rames du RER A à deux étages qui ne laissent pas le temps aux passagers de descendre sans augmenter considérablement les temps de trajet, les nouvelles rames des RER qui ne peuvent être données au RER E parce que le viaduc de Marly ne peut supporter une telle charge… On n’oubliera pas l’accident de Brétigny qui risque d’autant moins d’être explicité que des services de la direction semblent être intervenu sur le site avant les secours et avant l’enquête. On voit bien pourquoi, à la SNCF, il faut d’abord secourir… une direction qui cumule les bévues !

En attendant la privatisation qui se prépare

La direction de la SNCF estime qu’il faut encore améliorer… la réduction des effectifs. En effet, il importe, avant la privatisation, d’avoir dégraissé les effectifs de fonctionnaires pour rendre la compagnie plus rentable et faire passer plus facilement la réforme. Une des manières de faire partir le plus possible de cheminots est le départ à 55 ans. Curieuse décision quand les hommes politiques, qu’ils soient de droite ou de gauche, s’ingénient à vouloir nous faire partir à 65 ans. Et ce n’est pas tout : les responsables sont chargés de chercher qui, dans les personnels, serait pressionnable ou impressionnable au point que quelques remontrances bien senties puissent le décourager de rester cheminot. D’où la multiplication dans certains secteurs des réprimandes et menaces. En tout cas, pour la direction, tout est permis si cela permet de diminuer les effectifs.

La grève du 10 juin

Les syndicats CGT et SUD appellent les cheminots à la grève générale reconductible le 10 juin pour s’opposer à la privatisation de la SNCF. Bien entendu, on ne peut qu’être d’accord qu’il faut s’opposer au démantèlement du service public. Mais on souhaiterait alors que ces deux syndicats s’engagent au moins à ne plus participer du tout à des négociations avec la direction tant que celle-ci maintiendra son objectif de démantèlement. On souhaiterait aussi que soit clair le fait que nous ne défendons pas ainsi notre corporation mais l’ensemble du service public, ce qui suppose de s’unir aux postiers, aux enseignants, aux chercheurs, aux agents de l’hôpital public, aux agents de l’EDF, etc, eux aussi attaqués, de la même manière et pour la même raison. Mais, pour faire cela, il convient de préciser que nous ne pourrons pas compter sur les directions syndicales car elles sont contre cette convergence pourtant indispensable et qui devra venir de la base des travailleurs.

La SNCF concurrencée par la RATP

« Le Parisien » du 4 juin explique que le métro parisien va perdre des centaines de milliers d’euros chaque année en faisant rouler des trains à vide sur la ligne 14 du fait d’une organisation défaillante. 850.000 euros jetés à la poubelle pour la seule ligne 14, on voit que Pépy a de la concurrence dans les autres secteurs du transport…

Le cancer du profit

Une étude américaine menée par le docteur Francis Boscoe révèle que les types de cancer varient selon que l’on est riche ou pauvre. La mortalité touche différemment elle aussi. Le cancer du col de l’utérus serait par exemple plus fréquent chez les précaires. Mais pourquoi distinguer ces deux types de maladies ? Eh bien, c’est pour intervenir plutôt contre les cancers des riches qui sont potentiellement des marchés très rentables que contre les cancers des pauvres qui ne sont que des investissements sociaux…

Le futur est inquiétant

Guillaume Pepy a présenté devant l’Assemblée nationale le « TGV du futur », qui doit être mis en service en 2018. Il sera 30% moins cher pour la SNCF que son prédécesseur sans qu’on sache à quel niveau cela se répercutera sur les usagers et les personnels. Il y aura plus de places par rames, et on nous dit que c’est "sans diminuer le confort du voyageur". On nous explique que la vitesse n’est pas un besoin pour les usagers. On nous dit notamment que sur la ligne Est, où le TGV circule à 320km/heure, l’usure des voies est nettement plus importante que sur les lignes où il ne circule qu’à 300 km/heure. Est-ce que le TGV va ralentir ? Ou être remplacé par des tortillards ?

9 Messages de forum

  • Echos comiques 8 juin 2014 08:23

    La nouvelle norme comptable de calcul du PIB d’Eurostat, l’organisme européen chargé des statistiques économiques, va tenir compte à partir de cette année de ce que les économistes appellent pudiquement « l’économie souterraine », à savoir principalement le trafic de drogue et la prostitution. Des pays comme l’Italie, l’Allemagne et l’Espagne se frottent d’avance les mains puisque les activités de la mafia dans ce domaine devraient permettre de doper leur PIB dés l’an prochain et de présenter des statistiques économiques florissantes aux investisseurs.

    Répondre à ce message

  • Echos comiques 8 juin 2014 21:17, par Robert Paris

    En réaction aux propos antisémites de Jean-Marie Le Pen, le Premier ministre Manuel Valls a vilipendé, avant de participer à un meeting européen à Barcelone, des "calembours effrayants".

    Il voit des calembours chez un politicien ouvertement fasciste et des propos fascistes chez un faiseur de calembour racistes : Dieudonné. Ce dernier est pourchassé par Valls mais pas Le Pen !

    Pourquoi ces deux poids deux mesures ?!!!

    Répondre à ce message

  • Echos comiques 9 juin 2014 09:08

    Jean-Marie Le Pen a déclaré que « Le Rassemblement Bleu Marine est une espèce de formation bizarre et sans consistance ».

    Répondre à ce message

  • Echos comiques 9 juin 2014 21:17

    Bygmalion ?

    Big !!! Mamma ! Mais où sont les lions ?!!!

    Répondre à ce message

  • Echos comiques 1er juillet 2014 18:46

    La BNP annonce qu’elle n’aura pas de mal à payer la pécadille de 9 milliards de dollars (6 milliards et demi de francs). C’est une bonne nouvelle pour les employés de banque qui voudraient déposer des revendications salariales et qui se trouvaient opposés à une direction affirmant que la banque ne pouvait pas se le permettre !

    Répondre à ce message

  • Echos comiques 3 juillet 2014 07:57

    Hollande change officiellement de lunettes : il a choisi l’homme de droite chiraquien Toubon comme défenseur des droits. Et demain ? Sarkozy comme défenseur des retraites ?

    Répondre à ce message

  • Echos comiques 3 juillet 2014 08:36

    Sarkozy semble craindre une erreur judiciaire : un nouveau Dreyfus ? Alors qu’il avait tout fait pour améliorer la justice !

    Répondre à ce message

  • Echos comiques 4 juillet 2014 16:14, par Robert Paris

    Participera, participera pas…

    Cette fois, il est clair que syndicats patronaux et syndicats de salariés jouent le même jeu : chacun y va de sa déclaration suivant laquelle il hésite à participer à la conférence sociale. Lepaon et Gattaz ont repris presque les mêmes mots, les mêmes menaces bidon pour ensuite dire qu’ils voulaient y participer. Résultat : le patronat a réussi son petit chantage et il a obtenu d’un Valls aux bottes des patrons un report partiel du compte pénibilité, une simplification du code du travail et la révision du dispositif temps partiel… Au fait, pourquoi les syndicats de salariés tiennent tellement à y participer puisqu’ils savent que patronat et gouvernement sont la main dans la main et proposent des contre-réformes et que les propositions syndicales, elles, iront à la poubelle ? Mais parce que ce sont ces blablas autour du tapis vert qui nourrissent les bureaucraties syndicales !!!

    Répondre à ce message

  • Echos comiques 4 juillet 2014 16:15, par Robert Paris

    L’affaire de corruption impliquant la sœur du roi d’Espagne, Cristina, et de son époux Iñaki Urdangarin pourrait aller jusqu’au procès. En effet, selon un document dont l’AFP a obtenu une copie jeudi, un suspect clé a témoigné contre M.Urdangarin.

    Ce témoin, un comptable inculpé dans l’affaire nommé Marco-Antonio Tejeiro, a dénoncé devant le procureur Pedro Horrach l’emploi de “factures ne répondant pas à des services réellement fournis” par l’institut Noos, une société à but non lucratif qu’Iñaki Urdangarin présidait entre 2003 et 2006, mais qui servait en fait à ce dernier et à son associé “à se répartir” ses bénéfices.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0