English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 03 - Livre Trois : HISTOIRE > 4ème chapitre : Révolutions prolétariennes jusqu’à la deuxième guerre (...) > La lutte des classes et la Révolution en Russie

La lutte des classes et la Révolution en Russie

vendredi 13 juin 2014, par Robert Paris

La lutte des classes et la Révolution en Russie

A la glorieuse mémoire des ouvriers et soldats de Moscou fusillés par les assassins bourgeois dans les grandes journées d’octobre.

La contre-révolution se hâte trop de fêter sa victoire. Les balles ne nourrissent pas les affamés. La cravache des cosaques ne sèche pas les larmes des mères et des épouses. Ni les chaînes, ni les nœuds coulants n’épuisent la mer des souffrances. La baïonnette ne calme pas les peuples. Les ordres des généraux n’arrêtent pas la débâcle de l’industrie.

Ainsi parlait le manifeste des bolchéviki de juillet, publié le 12 août, le jour de la convocation de la Conférence de Moscou.

Il ne s’était pas passé trois mois depuis la victoire de la clique impérialiste, où les galons des généraux et les coffres-forts incombustibles des banquiers étaient devenus le symbole du gouvernement russe de pair avec la pique cosaque et les tribunaux « à tir rapide », lorsqu’un bond dialectique de l’histoire renversa complètement l’ancien rapport du « peuple » au pouvoir. Dans l’incendie d’une affreuse guerre civile, le front impérialiste a été enfoncé par la poussée vigoureuse de la masse des ouvriers et des soldats. La « poignée d’espions allemands », comme les bourgeois haineux appelaient les chefs du prolétariat, a été portée par la vague révolutionnaire au sommet de l’appareil nouveau du pouvoir des Soviets. La dictature de l’impérialisme s’est changée en dictature du prolétariat et des soldats-paysans, qui ont saisis leurs ennemis de classe dans leurs mains de fer.

De cette façon la révolution russe a passé à une phase nouvelle, la phase de la révolution socialiste. Les millions d’hommes dont se composent les classes laborieuses sont entrés en mouvement ; par leur soulèvement victorieux, ils ont provoqué en même temps une incroyable exaspération de la part de toutes les couches de la société, liées au capital financier.

La suite

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0