English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS > Edito - Islam = terrorisme, une équation trompeuse et un piège (...)

Edito - Islam = terrorisme, une équation trompeuse et un piège mortel

mardi 27 janvier 2015, par Robert Paris

Edito - Islam = terrorisme, une équation trompeuse et un piège mortel

Tout est fait aujourd’hui pour faire croire que l’Islam menacerait le « monde libre », comme autrefois on prétendait que le stalinisme le menaçait alors que le stalinisme était d’abord un sous-produit d’un monde capitaliste (dont les nations impérialistes dominantes s’intitulent elles-mêmes monde libre), comme l’est l’Islam politique actuel, qu’il soit radical ou pas. En fait, à l’époque de l’URSS, c’était déjà le fameux « monde libre », c’est-à-dire quelques pays capitalistes occidentaux qui menaçaient ainsi le reste du monde ou plus exactement qui se servaient de l’opposition Est-Ouest pour contenir la véritable opposition, celle entre les classes dirigeantes et les exploités. C’est la même méthode mensongère par laquelle les classes dirigeantes occidentales et leurs Etats voudraient faire croire aux peuples et aux travailleurs qu’ils ne sont mobilisés que par la défense de leur liberté et de leur vie, alors même qu’ils sont en train de menacer les deux, ne serait-ce qu’en s’attaquant aux emplois, aux salaires, aux droits sociaux, aux retraites, à la santé et aux services publics. Ce sont les classes dirigeantes qui ont besoin d’un moyen permettant de faire dériver l’attention du public de la question sociale, de plus en plus explosive, vers la question sécuritaire, justifiant du même coup la répression policière accrue.

Selon cette thèse, il y aurait une opposition fondamentale entre deux principes : d’un côté l’idéal occidentale de démocratie né des Lumières, des révolutions américaines, anglaises et françaises et, de l’autre, la civilisation islamique.

Disons tout de suite que cette thèse ne résiste à aucun examen : ni historique, ni politique, ni idéologique, ni social. Ce ne sont pas les religions qui dominent le monde, même s’il est vrai qu’elles y jouent un rôle réactionnaire non négligeable, mais ce sont les classes capitalistes qui le font et pas en fonction principalement de buts idéologiques, qu’ils soient ou pas religieux, et encore moins d’une idéologie démocratique. Et, quand des idées et des courants sociaux et politiques réactionnaires remontent massivement, les classses dirigeantes ne sont jamais loin. L’effondrement des classes moyennes est toujours à la base de la dérive violente de la société bourgeoise vers des fascismes qui, malgré leur variété, ont en commun de s’appuyer sur des couches moyennes menacées par la paupérisation et de les pousser contre les travailleurs et la démocratie. Et toujours, derrière ces couches petites bourgeoises mobilisées à l’extrême droite, il y a les classes dirigeantes bourgeoises.

Quant aux nations occidentales qui se prétendent aujourd’hui ennemies d’un Islam moyenâgeux et retardataire, elles sont en réalité les meilleurs amies des régimes les plus islamistes de la planète : Arabie saoudite, Emirats du pétrole, Pakistan et Indonésie. Certains diront que ce n’est pas la même chose : ce seraient des islamismes modérés mais Arabie saoudite et Pakistan ont été, avec les USA, les créateurs d’Al Qaïda et continuent à aider et financer des courants intégristes radicaux et terroristes sans avoir perdu l’amitié des USA ! En Syrie, en Libye, les pays capitalistes occidentaux ont soutenu et armé les milices terroristes pour déstabiliser des régimes considérés par eux comme dictatoriaux ! La « résistance syrienne » qu’ils appuient encore aujourd’hui est majoritairement islamiste radicale et terroriste.

Là où les armées impérialistes sont intervenues dans le monde arabe, loin d’éradiquer les mouvements intégristes islamistes, ils les ont créés ou développés. Ils les ont parfois armés, financés et aidés. Dans la réalité, ils avaient d’autres craintes que les terrorismes et ces craintes, c’étaient que les peuples travailleurs se chargent eux-mêmes de se débarrasser des dictatures chancelantes. Rappelez-vous comment Bush avait sauvé Saddam Hussein auquel il menait la première guerre d’Irak quand celui-ci avait été menacé par les révoltes populaires des kurdes et des chiites. Bush avait alors rendu à Saddam sa garde présidentielle pour écraser ces révoltes, alors que ces dernières croyaient à l’appui américain ! C’est bel et bien contre les révolutions et pas contre les dictatures qu’interviennent les grandes puissances.

S’il y a eu une particularité du monde arabe, ce n’est nullement dans la propension à fabriquer des bandes armées fascistes ou se revendiquant d’une démagogie arriérée. C’est plutôt dans les espoirs nationaux déçus, dans la dépendance maintenue et accrue après les indépendances, dans l’impossibilité de se servir des ressources pétrolières et gazières de la région pour son développement, c’est dans la honte nationale qu’a représenté l’inclinaison des régimes arabes face aux USA et à Israël. Un sentiment national cuisant, une classe moyenne s’effondrant dans la crise, un Etat sans crédit populaire, tout cela a nourri le ressentiment arabe et donné une base à un nationalisme violent et exacerbé sans perspective sociale. Il a été chauffé à blanc par les interventions militaires occidentales devant lesquelles les Etats ont été impuissants à régir : en Irak, en Afghanistan, pendant que les premiers pays arabes par les revenus (Arabie saoudite, Emirats, Irak, Libye) devenaient des laquais du pouvoir impérialiste occidental… Les bourgeoisies nationales arabes ont complètement échoué à avoir un développement économique propre et elles ont échoué dans leurs prétentions nationalistes. Si l’idée du Califat islamiste interrégional a du succès, c’est parce que l’internationale islamiste paraît répondre aux incapacités panarabes des bourgeoisies liées aux puissances occidentales.

Mais le passage du nationalisme exacerbé au terrorisme n’a pas été une évolution simple et spontanée. Il a été organisé d’en haut par les USA avec Al Qaïda, création commune de la CIA américaine, des services spéciaux d’Arabie saoudite et du Pakistan. Cela faisait déjà des années que le pouvoir du général Zia Ul Haq manipulait les groupes radicaux islamistes pour écraser le mouvement ouvrier, quand il a collaboré à l’opération américaine en Afghanistan de création d’Al Qaïda avec les services spéciaux d’Arabie saoudite qui lui ont fourni un chef : Ben Laden !

Partout où des mouvements de masse intégristes ou des milices importantes intégristes se sont développés, ils ont reçu une aide financières de grandes bourgeoisies de plusieurs pays comme l’Arabie saoudite, le Qatar, le Pakistan ou la Turquie, et aussi souvent de puissances impérialistes comme les USA ou la France….

Cela montre que le « monde libre » ne rechigne pas à utiliser l’arme du terrorisme et n’est nullement un adversaire de principe de ces courants. Il n’est pas non plus adversaire de principe des dictatures puisqu’il a soutenu jusqu’à la dernière minute les dictatures de Tunisie et d’Egypte, comme celles du Burkina Faso, que les peuples ont renversées. Les intérêts des peuples et leur liberté n’ont été que des prétextes de l’intervention militaire massive des grands pays impérialistes. On le voit bien en Haïti, toujours occupée militairement de manière massive alors qu’on est loin maintenant du séisme qui avait été le prétexte de cette intervention face à un peuple en révolution.

En Syrie, loin d’aider la révolution, ils ont aidé à la transformer en une guerre de milices fascistes et même pas à renverser le dictateur… En Ukraine, les puissances occidentales soutiennent des milices fascistes qui participent au pouvoir qu’elles soutiennent à Kiev et qu’elles encouragent à massacrer dans l’Est du pays. Au Centrafrique, l’intervention militaire française appuie les milices fascistes des anti-balakas chrétiennes qui ont pourtant organisé des massacres et des exactions et ne sont pas moins terroristes que la séléka islamiste qu’elles prétendent combattre… Au Liban, ce sont les chrétiens qui ont développé le terrorisme fasciste contre les masses populaires en révolution. Tous ces combats ont eu pour résultat, pour ne pas dire pour but, de contraindre les peuples à choisir entre deux camps de massacreurs fascistes…

L’Etat algérien, lors de la guerre civile des années 90, avait donné le modèle : suite à l’insurrection ouvrière et populaire de 1988, il avait craint que les travailleurs ne renversent le pouvoir et avait transformé la situation en une bipolarisation entre milices fascistes intégristes et milices fascistes du pouvoir militaire. Le pouvoir s’est chargé de transformer le face à face entre le peuple travailleur et l’armée en face à face entre éradicateurs et réconciliateurs, imposant à toute la population une bipolarisation de la société entre pro-militaires et pro-islamistes, aussi terroristes et fascistes les uns que les autres afin d’éviter que monte la lute des classes en Algérie et qu’elle submerge le pouvoir militaire. C’était montrer que le but, pour les classes dirigeantes, de ces plongées de toute une société dans la violence est d’éradiquer des risques de révolution sociale. N’oublions pas que les grandes puissances occidentales du « monde libre » nous en avaient déjà donné la démonstration avec les fascismes italien, allemand, espagnol, portugais et grec et avec deux guerres mondiales. Chacune de ces plongés dans la violence avait été programmée par la classe capitaliste et son personnel politique et militaire afin d’éradiquer des risques révolutionnaires.

Les prétendues guerres de religion ont toujours caché d’autres calculs des classes dirigeantes, y compris au Moyen Age, y compris les massacres catholiques contre les protestants lors de la Saint-Barthélemy, y compris les croisades chrétiennes pas moins terroristes que les conquêtes militaires de l’empire musulman à la même époque. Les féodaux comme la bourgeoisie savaient se servir de l’idéologie religieuse mais se gardaient bien de se contenter de la servir. Ils avaient d’autres objectifs de pouvoir et de conquête de richesses. Et il en va de même avec la grande bourgeoisie capitaliste occidentale. Elle vise tout autre chose par ses guerres dites anti-terroristes que la sauvegarde des populations et des droits à la liberté de pensée ou de religion…

Il y a belle lurette que le capitalisme occidental ne joue plus le moindre rôle de locomotive du progrès pour le monde. Le colonialisme suivi de l’impérialisme lui ont permis de conquérir la domination mondiale mais le grand capital et ses Etats se sont bien gardé d’amener toutes les régions du monde au même niveau de développement économique, social et idéologique et ils sont bien mal placés aujourd’hui pour s’en plaindre. C’est l’impérialisme anglais qui a placé des royautés islamistes à la tête du monde arabe, à l’époque sous le prétexte de combattre l’empire ottoman. C’est l’impérialisme qui a soutenu toutes les dictatures du monde arabe. Les USA ont même soutenu les islamistes algériens du FIS pendant toute la guerre civile et affirmé qu’ils devaient accéder au pouvoir !

La division inéluctable du monde capitaliste ne se situe ni entre Musulmans et non-Musulmans (ou anti-Musulmans), pas plus qu’entre Juifs et antisémites, ni entre laïcs et religieux, ni entre partisans du « droit au blasphème » et leurs adversaires, ni entre partisans de liberté d’expression et leurs adversaires, ni entre Orient et Occident, mais entre exploiteurs et exploités. Ni le terrorisme islamique n’a pour cause le refus de la liberté de la presse ou de la liberté des athées, ni le contre-terrorisme prétendu des puissances occidentale n’a réellement pour but de défendre une quelconque liberté, pas plus de la presse que la liberté des femmes ou les libertés civiles face à des dictatures. Le but des guerres des impérialismes n’est même pas la lutte contre les violences terroristes, violences sur lesquelles il s’appuie quand cela l’arrange. L’essentiel des violences sociales et politiques, en hausse vertigineuse dans le monde, ne provient d’ailleurs pas de l’intégrisme se couvrant de l’Islam. Par exemple, au Moyen-Orient, l’Etat américain et celui d’Israël ont tué infiniment plus de personnes que le terrorisme islamiste.

L’essentiel des montées actuelles de violences dans le monde provient à la fois des guerres menées par les grandes puissances non seulement au Moyen Orient mais en Afrique, des répressions des Etats bourgeois contre les révolutions (Syrie, Egypte, Tunisie, etc…) et les soulèvements des peuples et, en dernier seulement, des bandes armées contre-révolutionnaires et fascistes se couvrant parfois de la religion, mais pas nécessairement et pas exclusivement de l’Islam. Même ces dernières ont d’abord un fondement social, dans la déstabilisation de toutes les sociétés civiles, conséquence de la crise économique mondiale, et pas seulement d’un fondement idéologique ou religieux. Le fascisme ne monte pas que dans le monde musulman et c’est un phénomène du même type qui amène les montées fascistes dans le monde occidental et, curieusement, les mouvements racistes et fascistes islamophobes sont fondés sur le même type de bases que les mouvements islamistes.

Ce n’est pas dans des caractéristiques propres aux idéologies religieuses qu’il faut chercher l’explication des violences actuelles dans le monde et de leur extension. Ces idéologies n’ont rien de nouveau. C’est l’effondrement du capitalisme qui est la cause de ces violences. A la fois, cet effondrement crédite ces mouvements, leur donne une base sociale, leur donne une apparence de perspective pour la société, les justifie et aussi il donne aux classes dirigeantes une possibilité de détourner les colères populaires vers des extrêmes droites fascistes qui ne sont nullement dangereuses pour le capitalisme dominant. Les mouvements Al Qaïda, Boko Haram ou Daesh ne sont nullement anti-capitalistes mais par contre anti-ouvriers et anti-communistes. Ils permettent également de justifier de l’autre côté les guerres et les mouvements d’extrême droite fascistes islamophobes.

Comme l’antisémitisme, l’islamophobie n’est qu’un moyen et non un but des classes dirigeantes. Certains fascismes passés ont employé l’antisémitisme comme le nazisme, d’autres pas comme le fascisme italien. Par contre, tous ont écrasé le mouvement ouvrier et la démocratie car tel était le but des classes dirigeantes face à la crise du monde capitaliste de l’époque. Le but commun de tous les fascismes est d’éradiquer les risques de la révolution sociale en la détournant. Le fascisme n’est nullement particulier aux nations catholiques, protestantes, hindoues ou musulmanes. Il est propre aux classes dirigeantes menacées par la révolution… La bourgeoisie capitaliste n’est pas la première à l’avoir employé. Le féodalisme français (face à la révolution bourgeoise protestante en août 1572) et chinois (face à la révolution dite des Turbans Jaunes en 184) l’ont devancé bien longtemps avant. Il consiste, dans une période de crise, à armer les plus démunis dans un mouvement de masse contre les milieux populaires révolutionnaires.

Quant à chercher dans le texte religieux de l’Islam l’explication des violences terroristes actuelles, y compris celles des tueurs qui se cachent derrière pour commettre leurs crimes, n’a rien de réel. Si l’Islam a justifié la guerre sainte, que dire de la religion catholique avec ses croisades et son inquisition et avec ses massacres en Espagne et au Portugal ? L’Ancien Testament, lui-même, fondement des monothéismes juif, catholique, protestant et musulman qui se revendiquent toutes d’Abraham et de Moïse, justifie les guerres des Juifs du Moyen Orient de cette époque, que ce soit contre les peuples cananéen, chaldéen, assyrien, babylonien ou égyptien. Le « tu ne tueras pas », règle morale des « dix commandements » est sans cesse relativisé par la nécessité de justifier la prétendue défense du peuple juif face à ses assaillants… L’Islam n’a pas inventé la guerre juste, la guerre soutenue par dieu, les massacres en son nom…

Mais, lorsqu’un Bush déclare mener une croisade contre l’Islam radical au nom de la prétendue « civilisation occidentale », faut-il croire que c’est la religion qui guide son action ? Et dans la guerre Iran-Irak faut-il voir une guerre de l’islamisme iranien contre l’athéisme irakien ? Mais alors pourquoi les USA auraient-ils fait chuter l’athée Saddam Hussein pour finir par favoriser la montée des islamistes irakiens par leur destruction de l’Etat irakien ?

Non, l’étude de l’idéologie religieuse n’est nullement une clef du monde actuel. Les camps en présence ne sont pas déterminés par elle. Les buts ne sont pas fixés par elle. Les causes de violence ne proviennent pas d’elle.

Le monde arabe n’est pas d’avantage la seule terrre de ce terrorisme. Dans l’Inde, théâtre principal des violences inter-religieuses, les terroristes sont aussi bien hindous que musulmans. Et ce n’est pas un terrorisme puisant ses racines dans ces antiques religions. Le terrorisme hindou, par exemple, date de 2000 ! Loin de le combattre, la classe dirigeante le favorise puisque l’un de ses leaders, Narendra Modi, est devenu le chef d’Etat de l’Inde et il est adulé par les classes dirigeantes occidentales.

Les mouvements terroristes, comme tout autre mouvement de masse, doivent être caractérisés socialement et politiquement, avant de l’être idéologiquement. Si les classes dirigeantes font basculer leur propre pays dans une violence qui mène parfois à la destruction d’une grande partie de ces richesses, ce n’est pas par aveuglement idéologique. La bourgeoisie allemande n’était nullement fanatisée par le nazisme et l’antisémitisme et ce n’était en tout cas nullement sa motivation ni celle de l’appareil d’Etat pour soutenir la venue au pouvoir d’Hitler. Le pouvoir algérien n’était ni pro ni anti-islamisme radical, que ce soit quand il a fait venir le FIS islamiste vers le pouvoir politique ou quand il a prétendu le combattre lors des années de la guerre civile. Les classes dirigeantes égyptiennes qui ont fait venir les islamistes au pouvoir sont exactement les mêmes que celles qui répriment violemment ce courant et en assassinent les membres. Dans les deux cas, leur but est de démolir la révolution égyptienne. L’idéologie religieuse ne peut qu’être un moyen.

La racine commune de tous les fascismes actuels dans le monde, qu’ils soient pro ou anti musulman ou n’aient même rien à voir avec l’Islam, est à chercher dans la crise mondiale du capitalisme, gravissime en 2001 avec le krach boursier, momentanément détournée par les attentats du World Trade Center, les faillites des trusts Enron, Vivendi Universal et Worldcom, et devenue en 2007-2008 la limite historique de ce système économique et social qui a longtemps dominé le monde et n’est plus capable de le faire, même s’il se maintient depuis sept ans par des astuces financières. S’il a toujours été fondé sur l’investissement productif de capitaux privés, il ne fonctionne plus aujourd’hui que pour faire tourner les marchés financiers à coups de fonds étatiques ou de ceux des banques centrales et les trusts comme les banques seraient tous disparus sans les aides continuels de ces coffres publics. Si les classes dirigeantes ont fait ce choix, ce n’est nullement parce qu’elles croient que ces interventions publiques vont relancer la machine économique et les investissements privés. S’ils le croyaient, les sept dernières années seraient suffisantes pour les démentir. Mais elles ne le croyaient nullement et ont seulement voulu retarder l’effondrement afin de s’y préparer politiquement et socialement, en transformant la planète en vaste terrain de guerre et en opposant les peuples entre eux, entre pays comme au sein de chaque pays.

C’est là le seul moyen qu’elles aient trouvé pour éviter que l’effondrement mondial du capitalisme se change en révolution mondiale. La révolution a cependant commencé à se propager du Maghreb au monde arabe, au Moyen Orient et à l’Afrique. L’effondrement économique a amené l’effondrement social et politique et même l’effondrement des Etats les moins puissants. Si le Mali, le Burkina Faso, Haïti, la Libye, la Tunisie ou l’Egypte se sont effondrés, c’est la crise mondiale qui en est la cause. Et les Etats des pays riches peuvent eux aussi s’effondrer si leurs ressources sont complètement asséchées. Les groupes terroristes sont d’abord des sous-produits du pourrissement et de l’effondrement des Etats. Quand l’Etat n’est plus capable d’encadrer et de réprimer la population, vient le temps des milices fascistes. Leur but n’est pas idéologique. Il ne vise pas la grande bourgeoisie, ni le grand capital, ni même les puissances impérialistes. Il vise le prolétariat. Il cherche à détourner le risque du communisme. Pour cela, il peut bénéficier du soutien (ou de la passivité) des classes dirigeantes et des Etats car toutes les violences terroristes ou guerrières valent mieux que la révolution communiste à leurs yeux… Elles ont préféré les fascismes, les génocides, les guerres mondiales plutôt que les risques de révolutions prolétariennes. Elles en feront de même demain.

Ce n’est pas contre le terrorisme que se mobilise l’Etat français ou l’Etat américain. C’est contre le peuple travailleur. Les classes dirigeantes montrent ainsi qu’elles savent mesurer à leur juste valeur les capacités révolutionnaires des masses prolétariennes. Reste au prolétariat à en prendre lui-même conscience et à cesser d’attendre du système ce qu’il ne peu plus donner : emploi, bien-être et sécurité ne pourront plus provenir que de l’action et de l’organisation autonome des masses travailleuses. Le capitalisme, lui, ne peut conserver momentanément son pouvoir qu’en nous prenant en otage de toutes les bandes armées du monde.

Comme dit Valls, habituez-vous au terrorisme parce que vous allez être servis ! Si nous gobons la thèse selon laquelle Islam = terrorisme, nous tombons direct dans les bras du fascisme et nous devenons des ennemis mortels de nos frères de classe pour le plus grand profit des capitalistes. C’est ce qu’avait défendu Bush pour se sortir de la crise de 2000. Il y est parvenu au prix du sang, de la guerre d’Irak et il a semé les terrorismes d’aujourd’hui, tout cela pour nous amener à la crise de 2007... Si nous rééditons cette tromperie, nous sommes bons pour être transformés en la chair à canons de la prochaine guerre mondiale. Il y a un autre avenir pour nous, à condition de nous passer de la propriété privée des moyens de production et passer au système d’avenir : la production au service de l’homme sans exploitation de l’homme par l’homme.

Au cas où vous ne l’auriez pas cru : Hollande est entré en guerre...

Le président Hollande : "De l’Irak à Charlie Hebdo, c’est le même combat, nous sommes en guerre !"

90 Messages de forum

  • Un exemple de l’hypocrisie du monde capitaliste occidental : l’Angleterre bourgeoise ne défend nullement la laïcité ni le "droit au blasphème" et pourtant elle a défendu Salman Rushdie et ses "versets sataniques" !

    Répondre à ce message

  • Invité samedi soir de l’émission "On n’est pas couché", Michel Onfray a expliqué que le Coran contient des sourates appelant au crime…

    D’une part il soutient qu’il voit à terme dans 50 ans l’Europe (et donc la France) islamisée et cela au nom de la démographie. D’autre part il présente le Coran "comme un texte agressif qui dit qui il faut détester et apprend à décapiter"...Il va sans dire que tous ces propos sont repris sur pratiquement tous les sites d’extrême-droite et particulièrement sur ceux qui se signalent par leur islamophobie.

    Il déclare : « Près de 250 versets – sur les 6235 du Livre (coran) – justifient et légitiment la guerre sainte, le djihad. Assez pour que se trouvent noyées les deux ou trois phrases qui invitent à la tolérance… Dans un tel océan de sang qui peut encore s’arrêter à [ces] deux ou trois phrases… D’autant que la biographie du prophète témoigne : on y trouve constamment le meurtre, le crime, l’épée et l’expédition punitive. […] L’islam refuse par essence l’égalité métaphysique, ontologique, religieuse, donc politique. Le Coran l’enseigne : au sommet, les musulmans, en dessous, les chrétiens, parce que gens du Livre eux aussi, puis, à la suite, les juifs, également partie prenante du groupe, parce que monothéistes. Enfin, après le musulman, le chrétien et le juif, arrive en quatrième position, toutes catégories confondues dans la réprobation générale, le groupe des incroyants, infidèles, mécréants, polythéistes et, bien sûr, athées... La loi coranique qui interdit de tuer ou de commettre des délits ou des massacres sur son prochain concerne seulement de manière restrictive les membres de la communauté l’umma. […] Au sein même de la communauté musulmane de prétendus semblables, la hiérarchie persiste : les hommes dominent les femmes, les religieux dominent les croyants, les fidèles pieux dominent les pratiquants tièdes, les vieux dominent les jeunes. Phallocratie, théocratie, gérontocratie, le modèle tribal et primitif des origines ne cesse pas depuis treize siècles. Il est fondamentalement incompatible avec les sociétés issues des Lumières. Le musulman n’est pas fraternel : frère du coreligionnaire, oui, mais pas des autres, tenus pour rien, quantités négligeables ou détestables. »

    Michel Onfray disait déjà :

    « L’islam est structurellement archaïque : point par point, il contredit tout ce que la philosophie des Lumières a obtenu depuis le XVIIIe siècle en Europe et qui suppose la condamnation de la superstition, le refus de l’intolérance, l’abolition de la censure, le rejet de la tyrannie, l’opposition à l’absolutisme politique, la fin de toute religion d’Etat, la proscription de la pensée magique, l’élargissement de toute liberté de pensée et d’expression, la promulgation de l’égalité des droits, la considération que toute loi relève de l’immanence contractuelle, la volonté d’un bonheur social ici et maintenant, l’aspiration à l’universalité du règne de la raison. Autant de refus clairement signifiés à longueur de sourate. » (Traité d’athéologie de Michel Onfray, page 251)

    Disons seulement qu’il estime que l’Islam de 600 après J.-C. serait un recul par rapport aux Lumières de 1750 !!!!

    « Désormais l’islam place des coins dans le vieux marbre d’une Europe qui ne croit plus en elle, en ses valeurs, en ses vertus, et ce avant destruction définitive ».

    Ces prophètes de l’islamophobie sont les soutiens objectifs du fascisme en France et dans le monde !

    Répondre à ce message

  • Alors que l’administration Bush présentait la guerre d’Irak comme le prolongement de la lutte antiterroriste et bien qu’aucun lien n’est été établi entre Saddam Hussein et Ben Laden il est plus que probable que la conséquence de cette guerre a été la montée en puissance des groupes terroristes partout dans le monde.

    Répondre à ce message

  • Si on examine ce que l’armée américaine a fait aux civils irakiens, peut-on nous dire ce qu’est le terrorisme ?!!!

    Répondre à ce message

  • Toute défense des guerres de l’impérialisme en Irak devrait être considérée comme apologie du terrorisme !

    Répondre à ce message

  • Le Figaro du 20/03/2013 écrit :

    « Toutes les guerres sont des erreurs », confie le général australien Peter Cosgrove, qui dirigeait les forces australiennes en Irak en 2003. « Dans le cas de l’Irak, ajoute le Suédois Hans Blix, il y a eu une tentative de la part de certains pays d’éradiquer des armes de destruction massive qui n’existaient pas ». Hans Blix sait de quoi il parle. Il dirigeait à l’époque la commission de l’ONU chargée de rechercher la présence d’armes de destruction massive en Irak.

    L’invasion, le 20 mars 2003, de l’Irak par la coalition menée par les États-Unis fut en effet une immense partie de poker menteur qui se solda par plusieurs centaines de milliers de morts. Dix ans plus tard, le bilan fait honte à une bonne partie des Américains eux-mêmes. L’Irak est loin, très loin, d’être cette démocratie rêvée par George W. Bush et ses éminences grises, ces néoconservateurs qui se refusent toujours à lever le voile sur les coulisses de ce conflit : le vice-président Dick Cheney, le secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld ou bien son secrétaire adjoint Paul Wolfowitz…

    Saddam Hussein était-il impliqué dans les attentats du World Trade Center (11 septembre 2001) ? C’est la question posée dès le lendemain des attaques par George W. Bush à ses subordonnés. Un rapport des services de celle qui est alors conseillère pour les questions de sécurité, Condoleezza Rice, assure que non : il n’y a aucun lien entre l’Irak et al-Qaida. N’empêche, les spéculations vont bon train. James Woolsey, qui dirige alors la CIA, évoque un « mariage très fructueux entre Saddam Hussein et Ben Laden ». Le ministre de la Défense italien Antonio Martino se risque à aller encore plus loin. Selon Martino, Oussama Ben Laden pourrait n’être qu’un simple exécutant d’un État voyou… Ainsi va naître « l’Axe du mal », un remake de « l’Empire du mal » de Ronald Reagan. En 2002, le vice-président américain Dick Cheney entreprend une tournée diplomatique, où il martèle que Saddam « développe des armes de destruction massive ». Il rencontre notamment le premier ministre britannique Tony Blair qui se rallie sans peine à ce scénario au point, quelques mois plus tard, de présenter un rapport de 55 pages démontrant que l’Irak développe non seulement des armes chimiques et bactériologiques, mais aussi des armes nucléaires qui pourraient être opérationnelles d’ici un à cinq ans…

    Répondre à ce message

  • Selon un sondage Ipsos/Sopra-Steria pour Le Monde et Europe 1 a été réalisé auprès de 1 003 personnes, qui ont été interrogées par Internet les 21 et 22 janvier ; soit deux semaines après le début des tueries, et dix jours après la "marche républicaine", 51 % des personnes interrogées considère que la religion musulmane « n’est pas compatible avec les valeurs de la société française ». L’écart est important avec la religion catholique, jugée « compatible avec la démocratie » par 93 %, et la religion juive (81 %). Il y a bel et bien un racisme particulièrement dirigé contre les populations d’origine musulmane qui sont mensongèrement reliées au terrorisme, aux attentats et à toutes les atteintes aux libertés alors qu’elles n’y sont absolument pour rien !

    Répondre à ce message

  • Le 8 janvier, Ahmed de 8 ans, élève de CE2 à Nice, les élèves discutent du drame avec leur instituteur. « Êtes-vous Charlie ? », demande-t-il. Ahmed, 8 ans, répond que non. Pourquoi ? « Parce qu’ils ont caricaturé le prophète. Moi, je suis avec les terroristes. » Le prof alerte son directeur. Ce dernier décide de convoquer le gamin, puis ses parents, qui raisonnent leur rejeton. Mais il ne s’arrête pas là. Le 21 janvier, le directeur de l’école dépose plainte au commissariat pour « apologie de terrorisme ».

    Ahmed a été convoqué mercredi dans un commissariat avec ses parents.
    Devant l’officier de police judiciaire, l’élève a nié avoir dit que « les journalistes méritaient la mort ». Il n’a pas non plus su définir ce que signifiait le mot « terrorisme ». Le père et la mère auraient de leur côté fermement condamné les propos de leur fils.

    Une plainte a bien été déposée contre le père de l’enfant. Et qu’un « signalement a été fait à la protection de l’enfance. »

    « A partir de là, la machine judiciaire est lancée », explique à Libération Me Sefen Guez Guez, l’avocat qui défend Ahmed.

    « Placer un enfant de 8 ans en audition libre, c’est dire l’état d’hystérie collective actuelle autour de cette notion d’apologie du terrorisme. Dans ce genre de cas, il faut de la pédagogie », considère Me Guez Guez, furieux. « On ne pense pas en rester là, l’attitude du directeur est inadmissible. » Il l’accuse d’avoir infligé des « brimades » à Ahmed, en le « mettant au coin » et le « privant de récréation ».

    Selon l’avocat, l’enfant a aussi raconté avoir essuyé cette remarque alors qu’il jouait dans le bac à sable : « Arrête de creuser, tu ne vas pas trouver de mitraillette pour tous nous tuer. » Ahmed, diabétique, aurait même une fois été privé de sa prise d’insuline, toujours selon l’avocat.

    sans commentaire !!!!

    Répondre à ce message

  • En effet, le grand capital estime génial, dans la situation critique du système capitaliste, que les peuples soient pris entre deux feux par l’extrême droite islamiste et l’extrême droite islamophobe, tous deux des produits non du moyen âge, ni celui de Mahomet ni celui des croisades, mais du monde capitaliste le plus moderne...

    Répondre à ce message

  • Oui, une équation trompeuse. Je voudrais juste redire que les musulmans ne sont pas l’islam, que l’islam n’est pas l’islamisme, que l’islamisme n’est pas le salafisme, que le salafisme n’est pas le terrorisme, que le terrorisme n’est pas l’intégrisme, que l’intégrisme n’est pas le fondamentalisme religieux, que le fondamentalisme religieux n’est pas le traditionalisme etc…

    Répondre à ce message

  • Un homme a porté plainte pour diffamation après l’audition le 15 janvier de son fils de neuf ans par la gendarmerie de Villers-Cotterêts (Aisne) parce qu’il aurait crié "Allah akbar" pendant une minute de silence en hommage à Charlie Hebdo, a-t-on appris vendredi auprès du procureur de Soissons.

    Les soupçons pesant sur l’enfant "sont sur le plan de la matérialité des faits totalement infondés", a affirmé à l’AFP le procureur de Soissons, Jean-Baptiste Bladier.

    L’enfant avait été entendu le 15 janvier par la gendarmerie de Villers-Cotterêts, en présence de son père, dans le cadre d’une enquête pour apologie du terrorisme, selon la même source.

    "On est dans une cantine municipale qui accueille plusieurs écoles, pendant la minute de silence il n’y a aucun témoin qui entend ce garçon de neuf ans venir dire "Allah akbar, vive le Coran"", a raconté le procureur.

    "C’est un autre enfant qui vient (le) dire après coup à sa mère qui est l’une des employées de la cantine, qui le dit à la personne qui encadre la cantine, un signalement est rédigé, (...) on prévient la brigade de gendarmerie", a poursuivi M. Bladier.

    L’enfant incriminé "répond aux enquêteurs qu’il ne comprend pas, il y a eu un quiproquo entre les deux enfants", a indiqué le procureur.

    Mécontent, le père dépose plainte le 23 janvier pour dénonciation calomnieuse et diffamation, a rapporté M. Bladier, qui a souhaité que les conclusions de l’enquête servent pour l’avenir à "éviter de s’emballer inutilement".

    Répondre à ce message

  • Les terrorismes de RDC Congo, de Congo Brazzaville, du Rwanda, du Burundi, du Liberia, de Côte d’Ivoire ne doivent rien à l’Islam qui n’y est même pas présent !!!

    Répondre à ce message

  • Effectivement, partout, en Algérie, en Afghanistan, en Irak, en Syrie, en Libye, les bourgeoisies et les impérialismes ont d’abord soutenu les forces politiques et militaires intégristes se disant islamistes ; quitte ensuite à justifier leurs guerres de classe et leurs guerres tout court par la "lutte contre l’islamisme radical"...

    Répondre à ce message

  • La politique de l’Etat et des politiciens comme des média consiste à naviguer entre flatter les communautarisme et pousser au nationalisme. Les deux font mine de s’opposer mais, en fait, ils se composent. Ils affirment que les Musulmans de France doivent se comporter d’abord comme des Français, pour expliquer ensuite qu’ils devraient pousser à un Islam clarifié et donc se revendiquer d’abord de leur communauté religieuse ou ethnique. Une fois, ils expliquent que tout le problème vient des communautarismes et une fois ils prêchent pour que chacun s’occupe de sa communauté ethnique ou religieuse ! Baratin ! Tout cela a pour but de pousser toutes les communautés vers l’extrême droite et la détourner d’une voie révolutionnaire…

    Répondre à ce message

  • QUAND L’ISLAMOPHOBIE D’ETAT ORGANISE DES ENLEVEMENTS D’ENFANTS

    Communiqué de la Coordination contre le Racisme et l’islamophobie (CRI)

    CRI dénonce avec la plus grande fermeté les enlèvements des cinq enfants de la famille M….. de Bourgoin Jallieu dans l’Isère, par la police, la justice et les services sociaux le jeudi 29 janvier 2015.

    Alors que leur père se trouvait en Tunisie pour préparer leur déménagement dans son pays d’origine, pour fuir le climat islamophobe étouffant de ces derniers temps, la mère a reçu la visite de la police et des services sociaux (cinq policiers et quatre fonctionnaires) qui ont décidé sur ordre des autorités judiciaires d’enlever les enfants à leur mère paniquée et en pleurs, les suppliant de lui laisser le dernier, âgé de trois mois et allaité par sa mère. Avec une cruauté et une violence inimaginables, les trois enfants, ( âgés de trois mois, un an et demi et quatre ans,) ont été emmenés vers une destination inconnue et les deux autres, âgés de cinq et six ans ont été pris à l’école avec les conséquences désastreuses sur leur état psycho-affectif et sans qu’ils ne puissent voir leur mère.

    Le père alerté est revenu le lendemain en France sans avoir été inquiété le moins du monde ni par la Douane, ni par la PAF (Police de l’Air et des Frontières). Alors que certains bruits avancent l’idée que le père serait un islamiste radical.

    Des membres de CRI, après avoir conseillé la famille depuis le début, les ont rencontrés aujourd’hui pour prendre leurs témoignages filmés, accompagnés de deux journalistes anglais et belges. Nous avons appris avec stupéfaction que la maman qui tenait à allaiter son bébé avec son propre lait avait fourni une bouteille qui a été refusée par les policiers qui lui ont répondu « on lui donnera du lait en poudre et vous le verrez plus tard ». Nous sommes révoltés par cette inhumanité qui consiste à séparer un bébé allaité de 3 mois de sa mère, et de refuser que le lait maternel lui soit donné. La mère, à qui rien n’est reproché , a demandé qu’on l’enferme, s’il le faut, avec ce bébé afin qu’elle puisse l’allaiter et être à ses cotés, mais l’arbitraire et l’injustice lui ont répondu négativement. Même si le père est le pire des criminels nous ne comprenons pas cet acharnement sur l’épouse et les enfants .

    Nous avons tenté d’avoir une explication du commissariat de Bourgoin Jallieu qui a refusé de nous en donner.

    CRI diffusera très rapidement une vidéo relatant le témoignage des parents .

    Nous dénonçons ce climat malsain et dangereux et tenons pour responsables les politiques et certains médias et intellectuels qui ont instrumentalisé les évènements dramatiques que nous avons vécu, et qui jouent avec le feu en laissant se répandre la vague islamophobe sans prendre les mesures qui s’imposent. Depuis les attentats du 7 janvier 2015 nous avons reçu plus de 200 appels de musulmanes agressées.

    CRI exige la mise en place d’une commission d’enquête parlementaire pour prendre la réelle mesure de cette nouvelle forme de racisme et légiférer pour protéger les nouveaux bouc émissaires que sont devenus les musulmans de France.

    Répondre à ce message

  • « On ne fait pas la guerre pour se débarrasser de la guerre »

    Jean Jaurès

    Répondre à ce message

  • Après les meurtres perpétrés par Coulibaly et les frères Kouachi, la plupart des enseignants, souvent démunis, ont voulu faire circuler la parole, organiser des débats, poser des mots sur ces événements glaçants. Dans le même temps, la ministre de l’Education nationale prévenait : tous les élèves ou les enseignants qui tiendraient des propos discutables seraient sanctionnés, voire signalés à la police.

    Un exercice difficile qui pourrait coûter cher à Jean-François Chazerans, professeur de philosophie au lycée Victor-Hugo de Poitiers. Il s’est vu reprocher d’avoir « tenu des propos déplacés » lors de la minute de silence (à laquelle il assure cependant n’avoir pas assisté), jeudi 8 janvier, en hommage aux victimes, rapporte la Nouvelle République. « Il y a eu des plaintes de familles, a expliqué au journal régional le recteur de l’académie de Poitiers, Jacques Moret. L’enseignant aurait tenu des propos déplacés […]. J’ai immédiatement diligenté une enquête. Le professeur a été suspendu. Il fallait l’éloigner de ses élèves. La procédure suit son cours. Le conseil de discipline statuera [le 13 mars, ndlr] sur la suite de sa carrière. » Sa suspension de quatre mois maximum a été agrémentée d’une plainte en justice. Le parquet de Poitiers a ouvert une enquête pour « apologie d’actes de terrorisme ». Il encourt 75 000 euros d’amende et jusqu’à 5 ans d’emprisonnement. La teneur des propos en question n’a pas été précisée.

    Or il ’est en rien un adepte du terrorisme !!!

    Dans ces conditions, il n’est plus autorisé de faire de la philosophie.

    Quand on pense que l’université de Cergy demande un signalement de tous les enseignants et chercheurs étrangers invités issus de pays musulmans, c’est vraiment du racisme d’Etat !

    Répondre à ce message

  • Vincent Geisser, spécialiste de l’islam et de la diversité au CNRS depuis 1991est menacé de sanctions sur le reproche de... de mieux traiter l’islam que le christianisme !!!

    Qui l’en accuse ?

    Joseph Illand, ingénieur général de l’armement et « fonctionnaire sécurité défense » au CNRS depuis 2003, après un temps à la Défense et d’autres missions interministérielles.

    C’est lui qui signe par exemple les ordres de mission dans les pays dits « sensibles » pour les chercheurs du CNRS. Lui aussi qui est chargé officiellement de la veille sécuritaire sur le patrimoine scientifique.

    En clair : protéger les recherches hexagonales d’une double allégeance possible ou d’éventuelles vélléités d’espionnage. Il a ainsi récemment refusé l’accueil d’une douzaine de chercheurs étrangers.

    Le bras de fer entre Vincent Geisser et Joseph Illand remonte à 2004. Geisser, 36 ans à l’époque, entreprend une enquête sur la place des chercheurs maghrébins dans les travaux français.

    Il l’accuse d’infiltrer le CNRS avec un “lobby islamique” !!!

    C’est un idéologue qui traque les musulmans et leurs “amis”, comme à une certaine époque, on traquait les Juifs et les Justes.

    Répondre à ce message

  • Selon Le Figaro du 29/10/2014, la police fédérale américaine avait monté de toutes pièces un site internet destiné à recruter un suspect dans un complot d’attentat. Selon des documents dévoilés cette semaine, le FBI avait écrit un faux article de l’agence de presse Associated Press, comme s’il était paru dans le quotidien Seattle Times pour en faire la publicité.

    L’agence AP tout comme le Seattle Times ont réagi avec autant de colère. "Ce stratagème est une violation du nom d’AP et sape sa crédibilité", a déclaré Paul Colford, un porte-parole d’Associated Press.

    Répondre à ce message

  • En même temps que l’on se méfie partout des musulmans étrangers ou pas, que l’Etat lui-même sème la méfiance à leur égard, la DGSE (services secrets) recrute des musulmans en masse, pour faire quoi ?

    Les services des renseignements français ont réussi à recruter pendant les quelques derniers mois quarante chercheurs universitaires algériens spécialisés dans différents domaines techniques et religieux.

    Les algériens qui ont accepté la proposition de la Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) ont été soumis à des épreuves de niveau dans leurs domaines de prédilection. Les services secrets français ciblent beaucoup plus les algériens, les marocains et les mauritaniens spécialisés dans les sciences islamiques. Dans ce sens, les services de sécurité algériens enquêtent sur les universitaires spécialisés dans les sciences islamiques, les spécialités techniques et ceux qui ont occupé des postes de responsabilité au sein de l’administration algérienne, qui ont remis leurs dossiers de candidature à la DGSE. Leur nombre oscille entre 40 et 50, selon une source fiable. Selon notre source, les nouvelles recrues passent des tests de niveau dans leurs spécialités respectives. Le recrutement des algériens s’effectue par des messages électroniques.

    En effet, ils reçoivent des offres d’emploi comme consultants pour la DGSE. Bien évidemment, des avantages sont proposés, à l’instar des salaires faramineux, le séjour gratuit dans des grandes villes françaises ainsi que d’autres avantages. Dans le même contexte, au moins 690 agents ont été recrutés par les services secrets français dans le Maghreb, la Mauritanie et la Libye. Les services de sécurité accentuent leur enquête sur les algériens qui ont occupé de postes de responsabilité et qui détiennent des informations importantes. Cette opération de recrutement des espions d’origine maghrébine a pour objectif de réunir des informations sur la situation socio économique des pays du Maghreb et du Sahel. En 2006, les services de sécurité algériens ont découvert que des services secrets des pays occidentaux collectent des renseignements sur l’Algérie sous le couvert des ONG. Selon une source proche au dossier, plusieurs ONG à caractère humanitaire et de la société civile ont été infiltrées par les services de sécurité.

    Répondre à ce message

  • Il y a toujours extrêmement peu d’informations médiatiques et politiques sur le crime islamophobe de Beaucet. C’est impressionnant ce silence relativement au grand bruit concernant les autres crimes, pourtant ni plus ni moins criminels. Mohamed El Makouli, Français d’origine marocaine, a été tué dans la nuit de mardi à mercredi de 17 coups de couteau au Beaucet (Vaucluse). Llépouse de la victime a témoigné avoir entendu l’agresseur présumé crier "Je suis ton Dieu, je suis ton islam".

    Dans ce cas, contrairement aux crimes attribués à des islamistes, rien ne filtre de l’enquête. Les autorités feignent de penser que ce crime ne serait pas forcément attribuable à l’islamophobie mais au dérangement du criminel. Comme si les terroristes eux n’étaient pas aussi complètement dérangés !!!

    Répondre à ce message

  • Au moins 116 actes antimusulmans ont été officiellement recensés en France suite aux attentats de Charlie et du supermarché casher. Pourtant, quelle enquête a trouvé un coupable ? Quasiment zéro ! Quelle enquête médiatique ? Rien ! Le gouvernement a mis des films se prétendant anti-islamistes sur le net mais aucun film anti-raciste pour l’islamophobie !

    Répondre à ce message

  • Aux USA l’islamophobie s’affiche ouvertement dans les transports : voir ici

    Répondre à ce message

  • L’unité nationale derrière sa bourgeoisie mène toujours au massacre. La manifestation de masse en France du 11 janvier derrière le slogan « je suis Charlie » aurait crée par enchantement l’unité nationale. Si cette manifestation a été l’occasion d’exprimer un hommage et une indignation populaire pour certains des participants. La manifestation a surtout permis à Hollande et compagnie d’adouber et parfois de soutenir bruyamment des dirigeants qui persécutent et tuent les journalistes, les minorités ou des peuples entiers comme c’est le cas en particulier des dirigeants turcs, égyptiens, hongrois et russes. D’ailleurs, la place centrale accordée à Netanyahou pour cette journée a juste fait froid dans le dos à des milliers de personnes qui savent le rôle de bourreau qu’il tient face au peuple palestinien. Nous ne croyons pas qu’il soit juste de se mobiliser, souvent à la demande de l’Etat impérialiste, pour soutenir la « liberté d’expression ». Nous pourrions faire de l’humour noir en rappelant que la loi française limite la liberté d’expression si celle-ci crée des troubles et de la violence, mais il y a plus important dans cette hypocrisie affichée. Des démocraties policières comme la France ou des pays ouvertement tortionnaires comme les Etats-Unis se présentent comme les champions de la liberté. Les pays qui dénoncent et pourchassent Julian Assange de Wikileaks ou Edgard Snowden, des pays qui ont mis en place ou qui n’ont profité des programmes de surveillance massive de la population prétendent mobiliser au nom de la liberté des médias. C’est une imposture évidente.

    Répondre à ce message

  • L’agence Associated Press rapporte que les Américains qui habitent ou travaillent dans les grandes villes du New Jersey ont fait l’objet d’un plan de surveillance de la police new-yorkaise, le New York Police Department (NYPD), qui visait à établir une base de données sur les lieux fréquentés par les citoyens de confession musulmane.
    Quelques jours plus tôt, Associated Press avait déjà révélé des écoutes effectuées par le NYPD sur des étudiants musulmans de 16 universités du nord-est des Etats-Unis.
    « Les policiers ont écumé chaque jour les sites Internet de groupes d’étudiants (…), explique le Time. Ils ont parlé avec des autorités locales à propos de professeurs de Buffalo, et ont même envoyé un agent secret dans une sortie en rafting, au cours de laquelle ils ont noté le nom des étudiants et indiqué dans les dossiers de renseignements de la police combien de fois par jour ils priaient. »

    L’infiltration est une pratique courante : en octobre 2011, AP révélait déjà que des officiers du NYPD avaient infiltré des associations d’étudiants musulmans dans plusieurs universités new-yorkaises.

    Le maire de New York Michael Bloomberg a déclaré que ses policiers se contentaient de suivre des pistes suspectes. Le rapport montre cependant qu’aucun des étudiants étudiés n’est impliqué dans une quelconque affaire. Les universités concernées comme Yale ou l’Université de Pennsylvanie ont rapidement réagi pour critiquer une « intrusion dans la vie privée des étudiants ».

    A Newark, l’enquête a commencé en 2007. Depuis, des officiers de l’unité démographique du NYPD en collaboration avec la police de Newark se promènent dans les rues, prennent des photos, écoutent des conversations dans les magasins. Le résultat, c’est un rapport de 60 pages avec cartes, photos et description des lieux fréquentés ou tenus par des musulmans (magasins, restaurants, mosquées) et de leur clientèle.

    Depuis le 11-Septembre, ce type de surveillance est déjà répandu dans la ville de New York, où les habitants soutiennent fortement les actions antiterrorisme du NYPD, mais c’est la première fois qu’on constate que ce type de pratique gagne d’autres villes. Le maire de New York affirme cependant que les musulmans ne sont pas visés en raison de leur orientation religieuse. Il explique :

    « Le département de police va là où il y a des soupçons. Et ils vont vérifier si ces soupçons sont fondés. C’est ce qu’on attend d’eux. C’est ce qu’on veut qu’ils fassent. Pensez-y quand vous éteindrez la lumière ce soir. »

    Le document montre cependant qu’il n’y avait aucun soupçon de terrorisme dans le cas des enquêtes du New Jersey. Il s’agit simplement d’un guide en 60 pages des musulmans de Newark, qui contient même des erreurs qui rendraient la base de données obsolète en cas d’urgence.

    Répondre à ce message

  • Valls parle d’ « islamo-fascisme » mais alors ne risque-t-il pas d’être soupçonné de judéo-fascisme ?!!!

    Manuel Valls : "Pour combattre l’islamo-fascisme, l’unité doit être notre force".

    Mais l’unité des Français dont il parle c’est d’opposer entre elles des communautés religieuses !!!

    "Il faut une rupture dans la gestion de l’islam de France. Et tous les imams devraient être formés en France"…

    C’est une manière de dire que le terrorisme a une origine religieuse et communautaire et de désigner pour cela une seule religion et une seule communauté !!!

    Le fascisme n’a pas pour adversaire la communauté juive. A preuve le fascisme italien. par contre, il a pour adversaire la classe ouvrière.

    Le fascisme qui se cache derrière le drapeau religieux est comme le fascisme d’Etat de Valls qui se cache derrière le drapeau de la démocratie : il a pour ennemi les travailleurs qu’il entend diviser et opposer les uns aux autres puis ensuite casser.

    Ne choisissons pas le fascisme de Valls face aux autres fascismes de Le Pen et de Al Qaïda : ils nous mènent dans le même cimetière..

    Répondre à ce message

  • En 1914, déjà, le terrorisme international a servi de prétexte aux nations occidentales pour plonger le monde dans la guerre afin de fuir les risques révolutionnaires causés par la crise économique mondiale du capitalisme qui datait de sept ans auparavant...

    Répondre à ce message

  • Déjà la lutte contre le terrorisme va justifier la policiarisation totale du monde. Le ministre Cazeneuve demande aux grands média informatiques la transparence totale pour la police au nom de la recherche des terroristes.

    Selon les dernières informations qui circulent sur la Toile, il semblerait que la NSA ainsi que le GCHQ aient accès à votre carte SIM et à toutes les communications téléphoniques. Le nom de Gemalto a été également entendu dans cet énorme vol de clefs de cryptage. La NSA américaine et le GCHQ britannique auraient agi à l’encontre du monde de la téléphonie pour cette fois. Ces deux services de renseignement auraient en effet volé une grande quantité de clefs de cryptage de cartes SIM. Ce qui est inquiétant dans tout cela, c’est le fait que ces derniers peuvent apparemment avoir accès à toutes vos communications indique The Intercept. Une fois de plus, si ces informations sont vérifiées, on a encore à faire face à un grand espionnage de la part des services de renseignements anglo-saxons, notamment pour ceux qui sont sur le réseau 2G (Edge).

    Répondre à ce message

  • Dans son discours Obama a proclamé que la lutte contre le terrorisme nécessitait « davantage de démocratie », de « forces de sécurité et de police respectant les droits humains et traitant les gens avec dignité. » Et pourtant Washington compte parmi ses alliés les plus proches dans cette lutte la monarchie tyrannique d’Arabie saoudite et le régime égyptien contrôlé par l’armée, tristement célèbres pour leur répression, leurs décapitations et leurs meurtres de masse.

    Obama a tenté, de façon absurde, de présenter le terrorisme comme le produit des « idéologies tordues » de groupes tels qu’al Qaida et l’EI (Etat islamique) ou d’« idées » et de « notions » erronées, de « courants de pensée » présent dans des secteurs étendus du monde musulman.

    « La notion que l’Occident est en guerre avec l’islam est un vilain mensonge, » a dit Obama dans ses remarques. En effet, Washington est un agresseur qui tient compte de l’égalité des chances. Il se prépare à des guerres, plus importantes encore, contre des non musulmans cette fois-ci, dans des pays allant de l’Europe de l’Est à l’Extrême-Orient.

    Il est possible que cette « notion » vienne de ce que les populations vivant dans les pays où se trouvent les plus grandes réserves énergétiques du monde et l’infrastructure indispensable à leur extraction, se trouvent être majoritairement musulmans et qu’ils fasse donc tragiquement les frais de la campagne menée par Washington pour imposer militairement son hégémonie sur ces territoires.

    La lutte contre le terrorisme, a déclaré Obama, requiert que l’on se confronte au fait que trop de gens « croient que le monde musulman a subi des injustices historiques – c’est quelquefois exact –… croient en la conviction qu’une grande partie des maux au Moyen-Orient découlent d’un passé de colonialisme ou de complot… »

    Des injustices historiques ? De qui Obama pense-t-il se moquer ? En fait d’injustices, guère n’est besoin pour des millions de gens dans le monde arabe de remonter aux colonisateurs français où britanniques portant casque colonial. L’impérialisme américain a saccagé ces dernières décennies un pays majoritairement musulman après l’autre.

    Il a précipité l’Afghanistan dans un carnage sans fin qui a coûté la vie à des millions de personnes depuis le début de la guerre parrainée par les Etats-Unis et menée par des moudjahiddines dans les années 1980. En Irak, il a lancé une guerre illégale d’agression qui a coûté la vie à plus d’un million de personnes. En Libye, il a appuyé une guerre de changement de régime qui a laissé derrière elle une société en ruine, ravagée par un conflit armé opposant des milices rivales. Et en Syrie, il a fomenté une guerre civile qui a tué près de 200.000 personnes et transformé des millions d’autres en réfugiés.

    En Irak, en Libye et en Syrie, Washington a effectué des interventions dans le but de renverser des régimes arabes séculaires et a servi de catalyseur à la croissance de forces islamistes telles al Qaïda et l’EI. Dans ces deux derniers pays, il a effectivement armé et soutenu ces éléments et les a utilisés comme forces intermédiaires.

    Répondre à ce message

  • Le président du CRIF Roger Cukierman a déclaré, lundi matin, au micro d’Europe 1.

    « Toutes les violences aujourd’hui sont commises par des jeunes musulmans » !!!!

    Et il se dit antiraciste ! Qu’est-ce que ce serait sinon ?!!!!

    Peut-on dire plus clairement que le but actuel de la soi-disant mobilisation contre les attentats vise à opposer violemment les non Musulmans aux Musulmans et singulièrement les Juifs aux Musulmans ?

    Répondre à ce message

    • Rajoutons que, pour ce président du CRIF, « Marine Le Pen est irréprochable personnellement » et aussi que Hollande et Valls le cautionnent à fond, eux qui reçoivent Le Pen et Nétanyahou à l’Elysée. Eux qui affirment que tout propos contre les Juifs sera sanctionné ne sanctionnent aucun propos contre les Musulmans sans parler des actes. Où sont les criminels qui ont tiré des balles et des grenades contre des Mosquées et autres lieux musulmans ? A-t-on fait une grande campagne médiatique contre les actes et propos antimusulmans ? Pourquoi seulement ceux contre les Juifs ? Le racisme se sépare-t-il en bon et mauvais racisme suivant ses cibles ?

      Le gouvernement de Valss, en guerre contre les Musulmans, vire à l’extrême droite...

      Les travailleurs auraient tort de ne pas comprendre que les véritables cibles de ce gouvernement, c’est eux. Le racisme sert seulement à les diviser pour mieux les attaquer !

      Répondre à ce message

      • Rajoutons qu’à cette réception du CRIF à laquelle Hollande participait, il s’est bien gardé de dénoncer les dérives précédemment citées et il est même intervenu pour réconcilier le responsable raciste du CRIF avec un responsable Musulman. Hollande a même eu à cette réception une parole qui a permis de connaître sa pensée, opposant "Français de souche" et Français d’origine musulmane.

        Quelle souche ? Sabre de bois !

        Répondre à ce message

  • Chantal Clamer qui se présente sous le sigle Front National dans le canton Pamiers 1 (Ariège) a appelé, en janvier 2014, à "éliminer les musulmans sans hésitation, par tous les moyens possibles". Marine Le Pen refuse de l’éliminer des listes !

    Le FN n’est pas un parti ouvertement raciste ?

    Répondre à ce message

  • Hollande a reconnu qu’en France, en janvier 2015, il y a eu autant d’actes anti musulmans que durant toute l’année 2014.

    Répondre à ce message

  • Pour Marine Le Pen, "Il n’y a pas d’actes anti-musulmans, pas plus que contre les femmes... ou les personnes de petite taille" !!!!

    Hollande lui-même a reconnu qu’en France, en janvier 2015, il y a eu autant d’actes anti musulmans que durant toute l’année 2014.

    Curieusement, dans la même déclaration elle reconnait qu’il y a des actes contre les Juifs et dénonce l’antisémitisme, ce qui sous-entend que les Juifs ne seraient pas des êtres humains comme les autres !

    Pas d’actes contre les femmes non plus pour Marine Le Pen en somme !!!

    Chaque année, 216 000 femmes âgées de 18 à 75 ans sont victimes de violences physiques et/ou sexuelles de la part de leur ancien ou actuel partenaire intime (mari, concubin, pacsé, petit-ami…). Il s’agit d’une estimation minimale. L’enquête n’interrogeant que les personnes vivant en ménages ordinaires, elle ne permet pas d’enregistrer les violences subies par les personnes vivant en collectivités (foyers, centres d’hébergement, prisons…) ou sans domicile fixe. Ce chiffre ne couvre pas l’ensemble des violences au sein du couple puisqu’il ne rend pas compte des violences verbales, psychologiques, économiques ou administratives.

    Répondre à ce message

  • Cinq ans après la mort de Saïd Bourarach, vigile marocain de 35 ans retrouvé noyé le 30 mars 2010 dans le canal de l’Ourcq (Seine-Saint-Denis), le procès de ses agresseurs présumés s’est ouvert mardi 17 mars. Les quatre accusés, âgés de 23 à 30 ans, sont jugés jusqu’au 26 mars à Bobigny par la cour d’assises de Seine-Saint-Denis pour « violences volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner, avec usage ou menace d’une arme ». L’un d’eux, qui ne s’est pas présenté, sera jugé par défaut.

    Ce procès était attendu de longue date. L’émotion suscitée par la mort de la victime et la religion des agresseurs – tous de confession juive – avaient réveillé un profond sentiment d’injustice dans une frange de la population musulmane. Dans des clips de rap ou sur des sites communautaires, la mort de Saïd Bourarach est devenue un symbole : de l’indifférence médiatique d’abord, ce fait divers n’ayant été que discrètement couvert à l’époque. Un signe, surtout, du « deux poids, deux mesures » supposé de la justice, qui n’a pas retenu le caractère aggravant de crime « raciste » malgré la rumeur, jamais étayée par l’enquête, d’une sympathie des accusés pour la Ligue de défense juive (LDJ).

    Aucun grand média ne s’est particulièrement ému de tous ces événements ni n’en a fait sa « une », contrairement à ce qui se passé pour des assassinats de Juifs ou de crimes commis par des Musulmans. Il en a été de même pour les actes anti-musulmans en France qui n’ont pas suscité d’émotion politique ou médiatique.

    Répondre à ce message

    • « La place de Dan L. est vide. » La présidente de la cour d’assises de Bobigny (Seine-Saint-Denis) n’a pu que constater l’absence du principal accusé, à l’ouverture ce jeudi matin, du dernier jour du procès concernant le drame du vigile noyé à Bobigny.

      Le jeune homme de 24 ans est jugé depuis le 17 mars, comme son frère Michaël L., ainsi que Dan S. et Lucien D. (également absent mais depuis le début) après la mort le 30 mars 2010 de Saïd Bourarach, maître-chien pour le magasin Batkor, à Bobigny. La victime de 35 ans s’était noyée dans le canal de l’Ourcq en voulant échapper à ses poursuivants, après une altercation avec Dan L., pour l’achat d’un simple pot de peinture, à la fermeture de l’établissement. Ce jeudi matin, les deux accusés encore présents ont eu une dernière fois la parole. La cour d’assises s’est ensuite retirée pour délibérer.

      « J’apprends qu’il est en fuite ! Normalement, il devrait être derrière les barreaux ! » La compagne de Saïd Bourarach crie sa douleur, dans la salle des pas perdus en s’adressant à Me Paul Le Fèvre, le défenseur de Dan L. « Je vais lui dire quoi à mon fils ? », reprend la femme qui partageait la vie du vigile à l’époque du drame.

      Depuis les débuts de l’affaire, le climat est tendu, certains s’interrogeant sur le caractère raciste de l’agression, la victime étant musulmane et les accusés, juifs. Néanmoins, l’instruction a écarté le thèse raciale ou religieuse et cela a été précisé presque quotidiennement au cours des audiences. « Ce dossier n’est ni celui du racisme, ni celui de l’antisémitisme », a rappelé l’avocate générale, mercredi.

      Vous avez dit justice, comme c’est bizarre...

      Répondre à ce message

  • Toulouse : une femme enceinte qui portait le hijab a été agressée

    L’agresseur a tiré sur son voile, l’a agrippée par les cheveux, l’a jetée au sol et l’a frappée plusieurs fois.

    Répondre à ce message

  • Interdits de noces. C’est la mauvaise surprise qu’ont eue H. et sa compagne à leur arrivée à la mairie de Nice. Lundi, le couple de confession musulmane se présente à l’hôtel de ville, bien décidé à célébrer son union. C’est là que des policiers, accompagnés de la police montée, leur font barrage. Motif : ils sont musulmans et des voisins auraient porté une dénonciation contre eux, dénonciations dont ils n’ont même pas eu connaissance ni pu répondre. Cela a suffi à Estrosi pour interdire le mariage pour se faire de la pub sur des bases fascistes ! Estrosi, le petit copain de Sarkozy !

    Répondre à ce message

  • Et en plus il y en a qui en étaient à soupçonner le pilote d’avion d’être musulman !!!

    Répondre à ce message

  • La justice a annulé mardi le non-lieu prononcé par un juge d’instruction versaillais dans une enquête pour des violences policières sur un jeune homme lors des émeutes de Trappes à l’été 2012, selon une décision consultée ce vendredi par l’AFP.

    Dans son arrêt, la chambre de l’instruction de la cour d’appel de Versailles (Yvelines) a estimé qu’il existait « des motifs plausibles de soupçonner que la force déployée à l’occasion de l’interpellation d’Alexandre Costanzo (alors âgé de 20 ans) n’était pas strictement nécessaire, ni proportionnée ».

    La cour ordonne de fait au juge d’instruction de remettre en examen trois policiers pour des faits de « violences volontaires par personnes dépositaires de l’autorité publique, en réunion et avec arme » sur le jeune homme. Ce dernier doit être jugé le 5 mai à Versailles, pour « violences et rébellion » lors de ces émeutes.

    Cheville cassée, plaies au crâne, lésions « d’une gravité certaine », il s’était vu prescrire 45 jours d’ITT à l’issue d’une interpellation musclée. L’IGPN, la police des polices, avait été saisie.

    L’affaire remonte à la nuit du 19 au 20 juillet 2012. Un peu plus tôt dans la soirée, le commissariat avait été pris d’assaut par une foule en colère, réclamant la libération d’un homme qui s’était opposé la veille au contrôle d’identité de son épouse intégralement voilée. De violents heurts entre policiers et habitants avaient éclaté dans la ville dans la foulée, ainsi que les nuits suivantes.

    Le jeune homme avait expliqué aux enquêteurs s’être arrêté avec des amis « par curiosité » à 200 mètres du commissariat, « pour regarder » les heurts, a relaté l’arrêt. Il avait alors vu « une horde de policiers qui courait » dans sa direction, et se sentant ciblé, avait couru avant d’être rattrapé.

    « Ceinturé au niveau de la hanche puis jeté au sol, il avait reçu un coup de matraque sur le crâne » avant de se rendre, suppliant les policiers de le lâcher. Mais d’autres agents étaient arrivés et « l’avaient criblé de coups de matraques, de coups de pieds et de coups de poing », selon l’arrêt.

    Les policiers issus de l’Unité de Sécurisation et d’intervention des Yvelines avaient justifié les coups de tonfa « par la violence dont avait fait preuve » le jeune homme, « retors » selon eux, lors de cette interpellation « difficile », menée « dans la pénombre », face à six émeutiers qui leur jetaient des pierres.

    Répondre à ce message

  • Quatre élèves de l’Ecole des pupilles de l’Air, en Isère, ont été mis en examen, jeudi 2 avril, pour avoir projeté "une action" contre une mosquée.

    Ces quatre adolescents sont scolarisés dans le lycée de la Défense de l’armée de l’air, situé à Montbonnot-Saint-Martin, dans la grande banlieue de Grenoble. Interpellés mercredi matin, ils ont été mis en examen le lendemain "pour association de malfaiteurs", et placés sous contrôle judiciaire.

    Selon "Le Dauphiné libéré", ces quatre lycéens "sont suspectés d’avoir préparé l’attaque à l’explosif d’une mosquée, à Montélimar". La source judiciaire a fait état de "craintes" d’un possible passage à l’acte, ajoutant sans plus de précisions que du "matériel" avait été saisi chez l’un des suspects.

    Répondre à ce message

  • Selon le vice-président du Front national, 100% des jihadistes ont été endoctrinés dans une mosquée. Mais selon les spécialistes, 100% de l’analyse de Florian Philippot est fausse...

    En décembre 2014, Pierre Conesa, maître de conférences à Sciences-Po et ancien haut fonctionnaire au ministère de la Défense, esquissait les grands axes d’une « politique de contre-radicalisation » dans un rapport commandé par la Fondation d’aide aux victimes du terrorisme. Il y cite des sources des services judiciaires antiterroristes assurant que « 80% des retours de Syrie n’ont fréquenté ni la mosquée ni la prison ». Dans la même étude, il note que les « mosquées sont de moins en moins un lieu de radicalisation », et que celles « connues pour leur encadrement salafiste veillent à la parole publique. » Il constate par ailleurs que les mosquées régies par les structures officielles, à l’instar du CFCM, sont justement des cibles pour les salafistes, qui les considèrent comme des « collaborateurs de police » et « traîtres à l’Islam » de par leur rôle de « réseau d’alerte avancée ».

    Comme l’a relevé le Huffington Post, d’autres spécialistes ont souligné le rôle décroissant des mosquées dans l’embrigadement jihadiste. Dans une interview au Monde en 2013, Mohamed-Ali Adraoui, chercheur à l’Institut d’études politiques de Paris, estimait que « grâce au système de surveillance mis en place dans les lieux de culte, il est aujourd’hui devenu quasiment impossible de se radicaliser dans une mosquée. […] Aujourd’hui, ceux qui ont l’intention de passer à l’acte se coupent des mosquées. »

    Un constat partagé par le sociologue Farhad Khosrokhavar, directeur d’études à l’EHESS et auteur en 2013 d’un rapport sur la radicalisation en prison. Interrogé par Le Point sur le parcours des frères Kouachi et Amedy Koulibaly, il estimait que les mosquées ne sont « plus le lieu de socialisation islamiste radicale, d’autant qu’elles sont désormais plus ou moins sous surveillance », la radicalisation passant plutôt par « la prison, mais aussi à l’extérieur, comme sur Internet, ou par le biais d’amis. »

    Enfin, un exemple très médiatique contredit les propos de Philippot. En novembre 2014, le parcours de Maxime Hauchard, un jeune normand de 22 ans identifié dans une vidéo de décapitations collectives de l’Etat islamique avait été retracé en détail, notamment dans Libération. Habitant dans une commune rurale de 3 000 habitants sans mosquée, le jihadiste expliquait s’être lui-même radicalisé avec des vidéos sur Internet. Selon Le Monde, si Hauchard allait « de temps en temps à la mosquée d’Elbeuf », un lieu de culte qui n’est pas réputé radical, il avait organisé seul son voyage pour la Syrie.

    Par contre, fascisme et terrorisme sont des frères juneaux...

    Répondre à ce message

  • La communauté musulmane de Montélimar – et par-delà cette ville du Drôme - est sous le choc. Quatre lycéens de l’Ecole des pupilles de l’air de Montbonnot-Saint-Martin, près de Grenoble (Isère), ont projeté un attentat à l’explosif contre une mosquée de Montélimar. Le président de l’association à la tête du lieu de culte, s’est dit indigné du silence politique autour de cette affaire.

    Il est exact qu’il y a bien deux poids deux mesures et l’attitude du gouvernement et des média sont bien différentes s’il s’agit d’une mosquée ou d’une synagogue !!!

    Répondre à ce message

  • Quatre Allemands membres présumés d’une "organisation terroriste d’extrême droite" ont été interpellés mercredi matin en Allemagne, soupçonnés de projets d’attentats anti-musulmans et contre des foyers de demandeurs d’asile.

    Ces arrestations se produisent alors que plusieurs foyers d’accueil pour réfugiés ont été attaqués ces derniers mois, sans faire de victimes. Le bâtiment d’un futur centre a été incendié mardi soir à Limburgerhof (ouest), un autre début avril à Tröglitz (est).

    En France comme aux USA, les forces de l’ordre n’arrivent pas à mettre la main sur les terroristes anti-islamiques ou ne le veulent pas ?

    Répondre à ce message

  • A Stuttgart, l’extrême gauche a été à l’initiative d’une contre-manifestation massive contre une manifestation du mouvement raciste fasciste anti-immigrés Pegida.

    Répondre à ce message

  • C’est pas les Roms...

    C’est pas les sans papiers...

    C’est pas les jeunes de banlieue...

    C’est pas les immigrés...

    C’est pas les Musulmans...

    Qui licencient Qui menacent les retraites

    Qui détruisent les services publics

    Qui ont causé la crise de 2007/2008

    Qui ponctionnent le budget de l’Etat

    Qui s’attaquent à la Santé, aux Transports et à l’Éducation

    Qui menacent les salariés, les petits paysans, marins pêcheurs, petits artisans et toute la société

    NON !

    Ceux-là s’appellent Bettencourt, Dassault, Peugeot, BNP, Société Générale, AXA, et autres capitalistes ainsi que le gouvernement à leur service

    Répondre à ce message

  • Les extrême-droites se rejoignent parfois !!!

    La prestigieuse institution de l’islam sunnite Al-Azhar a justifié vendredi la réception la veille « à sa demande » de Marine Le Pen, la présidente du Front National français (extrême-droite), par l’opportunité de lui montrer « le véritable islam ».

    De son côté, Marine Le Pen a évoqué vendredi ses « nombreuses convergences de vue » avec le Grand Imam d’Al-Azhar, Ahmed al-Tayeb.

    Répondre à ce message

  • La Maison Blanche a annoncé mercredi que 450 soldats américains de plus seront envoyés en Irak comme « formateurs » et « conseillers », ce qui porte les effectifs américains officiellement reconnus dans le pays à plus de 3.500. Cette dernière escalade de l’intervention militaire renouvelée de Washington dans un pays décimé par la guerre et huit ans d’occupation commencée en 2003 vient exactement un an après la chute de la deuxième plus grande ville d’Irak, Mossoul, aux mains des combattants islamistes du groupe État islamique d’Irak et de Syrie (EI).

    Dans le sillage de cette débâcle sidérante de la politique américaine dans la région et, en premier lieu, de l’armée nationale irakienne, armée et entraînée par le Pentagone qui y avait consacré près de 10 ans et 20 milliards de dollars, le gouvernement Obama a lancé sa nouvelle intervention en Irak et en Syrie sous le nom Inherent Resolve [détermination propre].

    Après près de 10 mois de frappes aériennes menées par Washington et le déploiement de plus de 3.000 soldats américains pour former et conseiller les troupes gouvernementales irakiennes, ces forces ont montré peu de résolution, qu’elle leur soit propre ou non. Elles se sont dérobées le mois dernier devant un assaut de l’EI sur Ramadi, la capitale de la province d’Anbar, comme elles l’avaient fait en juin de l’année dernière à Mossoul. Une fois de plus, des quantités massives d’armes, de véhicules et d’équipement américains sont tombées aux mains de la guérilla islamiste, qui est de fait maintenant l’un es plus grands utilisateurs d’armement américain de toute la région.

    Répondre à ce message

  • Actes et menaces islamophobes ont quadruplé au 1er semestre 2015 mais le gouvernement Hollande-Valls poursuit ses attaques contre les Musulmans et ses déclarations pro-juives afin de diviser le camp des travailleurs et de semer les germes de futures guerres fratricides.

    Répondre à ce message

  • Le très faible résultat des recherches de responsables d’actes islamophobes par les forces de l’ordre est remarquable !!!

    Répondre à ce message

  • Le procureur de la République d’Auch a confirmé lundi soir, que l’incendie qui a ravagé la mosquée de la ville, était d’origine criminelle.

    Répondre à ce message

  • Des parents d’élèves protestent contre l’arrêt des plats sans porc à Chilly Mazarin et cet arrêt a lieu également à Wissous. Il provient d’un appel de Sarkozy et risque d’être suivi des maires « républicains » pour qui la république, c’est du cochon !!!

    Répondre à ce message

  • « Dans les cantines d’écoles publiques, je suis opposé à ce qu’on appelle les repas de substitution, où en fonction des origines des enfants ou des religions des parents, on choisit des repas différents », avait lancé Sarkozy sur le plateau du journal télévisé de TF1.

    Par contre, le même Sarkozy, en tant que président de la république soi-disant si à cheval sur la laïcité, n’était pas gêné d’aller dans une synagogue ou dans une église !

    Tout est bon pour rafler des voix au Front National, y compris lancer des guerres de religion !

    Répondre à ce message

  • Pendant des années les menus de substitution n’ont pas posé de problème à la "laïcité républicaine", pourquoi en verrait-elle aujourd’hui sinon justement, sous ce prétexte, pour semer la guerre de religion entre les citoyens ?

    Répondre à ce message

  • Hillary Clinton, favorite dans la course à l’investiture démocrate pour la Maison Blanche, a twitté lundi : « Un musulman peut-il être président des Etats-Unis d’Amérique ? En un mot : oui. Maintenant, passons à autre chose ».

    Répondre à ce message

    • Elle répondait à une déclaration raciste de son adversaire...

      Coutumier des déclarations publiques racistes et islamophobes, Donald Trump, l’étonnant favori à la primaire des Républicains aux Etats-Unis, s’est une fois encore, laissé aller à la provocation. En meeting dans le New Hampshire le 17 septembre dernier, le milliardaire américain a répondu à une question en égratignant sérieusement les musulmans américains et le président des Etats-Unis lui-même, le tout sans l’ombre d’un regret.

      "Nous avons un problème dans ce pays. Il s’appelle ’les musulmans’", a déclaré Donald Trump. "Nous savons que notre président actuel en est un.

      Nous savons qu’il n’est même pas un Américain", a-t-il poursuivi, avant d’interroger le public présent : "Nous avons des camps d’entraînement, où ils veulent nous tuer. Quand allons-nous pouvoir nous en débarrasser ?"

      Répondre à ce message

  • La mairie socialiste d’Auxerre a fait porter une pastille rouge aux enfants qui ne mangent pas de porc !!!

    Pas une étoile jaune mais presque !!!

    Répondre à ce message

  • Le maire FN de Hayange en Moselle, déjà connu pour ses coups d’éclat fascistes, avoulu interdire la fête de l’Aïd sous le prétexte d’un "sauvetage de moutons qu’il dépeint comme de pauvres "victimes de la barbarie". Il ne lui reste plus qu’à interdire, dans ce cas, toutes les boucheries !!!

    Répondre à ce message

  • Les Musulmans victimes du terrorisme

    On a coutume en Occident de présenter les Musulmans comme les auteurs du terrorisme mondial, oubliant sciemment le terrorisme chrétien, le terrorisme bouddhiste, le terrorisme des sectes chinoises et autres… Même les groupes terroristes qui se revendiquent de l’Islam pour commettre leurs crimes ont fait mille fois plus de victimes musulmanes que non musulmanes. Mais le groupe ethnique qui a été le plus ciblé par des massacres de masse est celui des Rohingyas, victimes des attaques racistes des bouddhistes radicaux, un peuple passé de 51 millions à 800.000 !!! En Inde également ce sont des bouddhistes intégristes qui sèment la mort et Modi, le président actuel, est un de ces intégristes racistes ! Au Centrafrique, ce sont des intégristes chrétiens qui ont récemment mené des actions massives et violentes contre les Musulmans et ces intégristes ont le soutien de l’intervention française et occidentale. Cela n’empêche pas les média occidentaux de faire croire que le terrorisme mondial est d’abord musulman !

    Répondre à ce message

  • Actes et menaces islamophobes ont été multipliés par trois depuis le début de l’année en France !!

    Les discours de Hollande-Valls contre le racisme ne s’appliquent pas ici car la police ne recherche aucun des responsables de ces actes !!!

    Répondre à ce message

  • On a recensé 103 actions (dégradations de lieux de culte, violences...) et 227 menaces (tracts, propos injurieux...) visant les musulmans entre janvier et septembre 2015, contre respectivement 45 et 45 pour la même période en 2014.

    Répondre à ce message

  • L’attaque au sabre dans une école par un militant d’extrême droite raciste anti-Musulmans en Suède est un exemple de la dégradation de l’ambiance en Europe de même que la manifestation de Pegida en Allemagne !

    Répondre à ce message

  • Les actes anti-musulmans se multiplient aux États-Unis... Là aussi le musulman Obama ne lève pas le petit doigt !

    Répondre à ce message

  • Le milliardaire américain Donald Trump, en tête des sondages des primaires républicaines pour la Maison Blanche en 2016, a appelé lundi à barrer l’entrée des musulmans aux Etats-Unis, proposition applaudie par ses partisans mais dénoncée à droite comme à gauche.

    "J’ai des amis musulmans, ce sont des gens très bien, mais ils savent qu’il y a un problème, et on ne peut plus le tolérer", a expliqué Donald Trump, ovationné en meeting en Caroline du Sud, quelques heures après avoir annoncé dans un communiqué qu’il souhaitait fermer les frontières des Etats-Unis aux musulmans "jusqu’à ce que nous soyons capables de déterminer et de comprendre ce problème".

    Répondre à ce message

  • Les violences contre les musulmans se multiplient en Allemagne. Le gouvernement dit les combattre mais c’est faux : il les entretient par ses discours... Selon une enquête de l’hebdomadaire Die Zeit, sur les 222 attaques de foyers de réfugiés les plus graves commises cette année, seules quatre affaires ont débouché sur des condamnations.

    Répondre à ce message

  • Dans le Guardian de Londres, une info assez désespérante : suite aux attentats du 13 novembre à Paris, le nombre de délits islamophobes signalés à une hotline dédiée a augmenté de... 300%. Il s’agit pour la plupart d’insultes ou d’agressions sur des femmes portant le voile. La presse française n’en dit pas grand-chose… Pour ne pas donner des idées aux agresseurs ou pour cacher la réalité ?

    Répondre à ce message

  • « Les actes antimusulmans ont triplé en 2015, et nous constatons une diminution de 5% des actes antisémites » constate la police français et les média, eux, donnent une impression inverse, laissant croire que les juifs et les catholiques sont plus que jamais attaqués !

    Répondre à ce message

  • Royaume-Uni : un enfant terrorisé par la police après une faute d’anglais !!!

    En anglais, « maison mitoyenne » se dit « terraced house ». Un petit Britannique de 10 ans, musulman, scolarisé dans une école du Lancashire (nord-ouest de l’Angleterre) a fait une faute en classe et écrit qu’il vivait dans une « terrorist house » (maison terroriste). Dès le lendemain, la police est venu l’interroger chez lui et examiner l’ordinateur familial.

    L’incident s’est produit le 7 décembre. Depuis, la famille du petit garçon affirme qu’il est traumatisé et qu’il n’ose plus écrire. « J’ai d’abord cru à une blague », a déclaré à la BBC sa cousine, dont l’identité n’a pas été divulguée pour protéger l’enfant. « Si l’enseignant avait une inquiétude à se faire, c’est au sujet de son orthographe », a-t-elle ajouté.

    Depuis le mois de juillet, les enseignants britanniques sont tenus de déclarer toute attitude extrémiste dans le cadre de la législation antiterroriste. Miqdaad Versi, secrétaire général adjoint du Conseil des musulmans du Royaume-Uni (MCB), a affirmé que plusieurs dizaines de cas similaires lui ont été rapportés et s’est dit « très inquiet » des dérives de la loi.

    En septembre, après avoir employé le terme « éco-terroristes » en classe, un adolescent de 14 ans avait été longuement interrogé par les services de protection de l’enfance sur ses liens éventuels avec le groupe État islamique (EI). Le garçon avait utilisé ce terme, en français, lors d’un cours de français où il était question d’écologie et de l’usage de la violence pour défendre la cause verte, dans son école du centre de Londres.

    Répondre à ce message

  • Anti-islam = terrorisme !!!

    La façade d’une boucherie halal a été mitraillée dans la nuit dans la station balnéaire de Propriano, en Corse-du-Sud. L’établissement, qui se trouve en centre-ville, a été "atteint par des tirs à l’arme lourde en rafales", a indiqué le procureur de la République d’Ajaccio, Eric Bouillard, précisant qu’il pourrait s’agir d’un fusil d’assaut. Il n’y a pas eu de victime.

    Répondre à ce message

  • La classe dirigeante accuse pour… ne pas être accusée…

    La classe dirigeante accuse l’Islam, accuse les Roms, accuse la Grèce, accuse l’Angleterre, accuse la Belgique, accuse l’Europe, accuse la Syrie, accuse les migrants, accuse la Russie, accuse la Chine, accuse les fonctionnaires, accuse les syndicats, accuse les travailleurs, accuse les jeunes, tout plutôt qu’incriminer le grand capital !

    Répondre à ce message

  • Un Irakien vient d’être expulsé d’un avion aux USA rien que parce qu’il parlait en arabe au téléphone !!!

    Répondre à ce message

  • Les violences contre des musulmans, ciblés parce qu’ils sont considérés globalement comme responsables du terrorisme se multiplient même si elles sont peu rapportées par les média. Par exemple, à New York, où un imam et son assistant ont été tués par balles samedi alors qu’ils venaient de sortir d’une mosquée. Maulama Akonjee, 55 ans, et son assistant Thara Uddin, 64 ans, ont été touchés à la tête peu avant 14h heures locales (20h, heure française) dans le quartier populaire d’Ozone Park, où vit une importante communauté musulmane, principalement originaire du Bangladesh.

    Répondre à ce message

  • La mosquée de Floride que fréquentait le tueur de la boîte de nuit gay d’Orlando a été la cible d’un incendie volontaire lundi, le jour de la fête musulmane de l’Aïd al-Adha, ont affirmé les autorités locales "sans écarter l’hypothèse" d’un acte anti-musulman.

    Vu qu’il s’agissait de la mosquée fréquentée par le tueur d’Orlando, on sait qu’il s’agit d’un crime raciste anti-musulmans mais les autorités américaines affirment que ce n’est qu’une hypothèse !

    Les vengeurs des assassinats d’Orlando auraient pu aussi bien s’en prendre aux clubs gay qu’il fréquentait ou aux gardiens pour établissement pour délinquants juvéniles qui l’avaient formé au tir !!!

    Ce n’est pas en tant que musulman qu’il a tiré. C’est simplement l’un des multiples détraqués américains qui tuent en masse quand ils pêtent un plomb.

    Répondre à ce message

  • Les média diffusent maintenant en boucle que tous les jeunes d’origine musulmane seraient des terroristes potentiels qu’il faudrait interroger pour s’assurer qu’ils ne se "radicalisent" pas !!!! Monter ainsi volontairement les haines, c’est impressionnant !!!

    Répondre à ce message

  • Le ministère de l’Intérieur a de nouveau lancé des fermetures de mosquées pour continuer à agiter dans la population française l’idée que ce sont les musulmans de France qui organisent le terrorisme.

    Répondre à ce message

  • je vous envoie deux articles lus dernièrement.

    Le 1er porte sur une critique de l’annalyse de Marx qui n’aurait pas pris en compte suffisamment la question raciale dans le développement du capitalisme européen parlant de "capitalisme racial". L’article est publié sur le site du PIR (parti des indigènes de la république).

    l’autre article est un article critique tant sur le PIR que sur la question de la lutte contre l’islamophobie parue dans la revue « Lutte de Classes » de Lutte Ouvrière :

    http://indigenes-republique.fr/quen...

    http://mensuel.lutte-ouvriere.org/2...

    Répondre à ce message

  • Dans l’article de LO, on peut être en gros d’accord avec la critique du NPA qui fait de la lèche aux Musulmans mais pas avec le discours LO :

    "Mais nous estimons que c’est notre rôle, en tant que communistes, de dénoncer l’emprise de la religion musulmane sur la jeunesse d’origine immigrée"

    dans un texte où il n’est nullement fait allusion au fait que les dirigeants politiques de la bourgeoisie instrumentalisent le judaïsme et le christianisme comme Valls-Hollande et Fillon, dans un texte qui ne discute pas des guerres impérialistes censées être des croisades ou des guerres contre l’intégrisme musulman.

    On ne peut d’autre part pas créditer un texte qui n’explique nullement le lien entre les politiques des bourgeoisies, pro ou anti musulmanes, avec la crise mondiale du capitalisme qui le mène à la guerre mondiale.

    On ne peut pas considérer que le discours antireligieux, pas plus que celui qui pactise avec les religieux, soit la réponse à la crise historique du capitalisme !!!!

    Répondre à ce message

  • Deux hommes ont tiré sur des fidèles rassemblés pour la prière du soir dimanche 29 janvier au Centre culturel islamique de Québec, faisant six morts et huit blessés. Les deux assaillants, aux visages masqués, se sont introduits dans l’enceinte du centre culturel vers 19 h 15, ont raconté des témoins sur les télévisions.

    Le premier ministre canadien Justin Trudeau a dénoncé un « attentat terroriste dirigé contre des musulmans se trouvant dans un lieu de culte et de refuge ».

    Répondre à ce message

  • Les agressions sexuelles, commises par des réfugiés à Francfort la veille du Nouvel an et décrites dans le quotidien allemand "Bild", n’ont jamais eu lieu.

    Le journal Bild s’est excusé auprès de ses lecteurs mardi 14 février. Alors que le quotidien allemand publiait le 6 février dernier un article sur des violences sexuelles commises à Francfort le soir du Nouvel an, sa rédaction a admis avoir diffusé une fausse information.

    Deux faux témoignages. Dans son article, supprimé depuis par le journal, intitulé "37 jours après le nouvel an, les victimes brisent le silence - agressions sexuelles de masse rue Fressgass", le Bild s’appuyait sur deux témoignages. Un restaurateur et une jeune femme de 27 ans racontaient avoir assisté à des violences sexuelles commises par un groupe d’une cinquantaine de réfugiés notamment arabes.

    Répondre à ce message

  • Quand il y a du terrorisme visant les Musulmans, les média et les politiques restent tranquilles ! Des cocktails Molotov on été tirés contre des tentes accueillant des fidèles musulmans à Lagny-sur-Marne : silence radio !!!

    Répondre à ce message

  • C’est un piège développé par les classes possédantes et dont l’extrême droite n’est que l’un des canaux...

    Le groupuscule d’ultradroite baptisé « Action des Forces opérationnelles » voulait s’attaquer à des imams radicalisés, des femmes voilées ou des détenus islamistes sortis de prison pour se venger des attentats perpétrés en France ces dernières années.

    Dix personnes liées à l’ultradroite radicale ont été interpellées samedi soir dans toute la France, notamment en Corse, par les services antiterroristes dans le cadre d’une enquête sur un projet d’attaque ciblant des musulmans, a appris dimanche l’AFP de sources judiciaire et proche de l’enquête.

    Répondre à ce message

  • Deux poids deux mesures !!!

    Un groupe terroriste français d’extrême droite anti-musulman qui projetait des attentats a été relâché. Deux sur dix avaient été arrêtés. Ils sont tous en liberté !!! Leurs noms n’ont jamais été cités. Ils faisaient partie de la police et de l’armée !!!

    Celui qui ne voit pas la différence avec des musulmans qui ont seulement flirté avec des sites djihadistes sur le net et qui sont toujours arrêtés !!!

    Répondre à ce message

    • Ne croyez pas que l’hypothèse d’attentats anti-musulmans ait été fausse !!!

      Trente-six armes à feu et des milliers de munitions ont été retrouvées lors de perquisitions chez des suspects, y compris des éléments « entrant dans la fabrication d’explosif de type TATP », avait précisé le parquet, qui avait ouvert une enquête à la mi-avril.

      Selon les premières investigations, ce groupe, qui affiche son ambition de lutter « contre le péril islamiste », avait évoqué des projets d’attaques contre des islamistes sortant de prison ou des mosquées radicales.

      Ce groupe s’appelait « Action des forces opérationnelles » (AFO).

      Une multitude d’autres groupuscules fascistes terroristes issus essentiellement de l’armée et de la police sont en liberté même si on connaît parfaitement leur existence et leur dangerosité !!!!

      Mais ils risquent d’être utiles aux classes possédantes dans un temps proche....

      Répondre à ce message

    • Le juge d’instruction les avait qualifiés d’"association de malfaiteurs terroriste criminelle". !!!

      Répondre à ce message

    • FAO avait pour l’objectif de "lutter contre le péril islamique". Pour ce faire, le groupe "essayait de recruter de nouveaux membres et d’étendre son maillage territorial", selon le ministère public. Ses membres se réunissaient pour définir les actions à venir, et bénéficiaient de formations de combat, de secourisme, de topographie. Des "stages de survivalisme" étaient également proposés. Certains des membres cherchaient à se procurer des armes et avaient testé des explosifs et des grenades de confection artisanale".

      Répondre à ce message

    • Les gendarmes et militaires du groupe, dont certains revenaient de théâtres d’opérations militaires tel que l’Irak et l’Afghanistan ou encore le Kosovo, semblaient plus assoiffés d’actions que de discours. Parmi leurs projets, on trouvait l’idée d’empoisonner de la nourriture étiquetée halal, pour faire un maximum de victimes musulmanes. Ce «  projet halal  », comme il était intitulé au sein du groupe, ne semble cependant pas avoir fait l’unanimité, selon les enquêteurs. D’autres membres préféraient des attaques – selon eux plus ciblées – contre des imams, des ex-détenus djihadistes sortant de prison, ou encore des femmes voilées dans la rue.

      Répondre à ce message

  • Les anciens zéros des guerres soi-disant anti-terroristes occidentales veulent pratiquer le terrorisme anti-musulmans sur le sol de France et on ne les arrête même pas !!!

    Répondre à ce message

  • Une voiture a foncé volontairement, selon un communiqué de la préfecture du Nord, dans la porte de la mosquée Al Wifaq de Mons-en-Baroeul (Nord) samedi 11 août vers 23h30, rapporte France Bleu. Le conducteur est parvenu à rentrer dans le batiment et à s’enfuir. Dix minutes après cela aurait fait un carnage. Avant enquête, la police déclare qu’il n’y a pas de but raciste !

    A Beaune, sept personnes avaient été blessées, dont deux sérieusement, par des gerbes de plomb tirées par des assassins qui prétendent qu’ils n’étaient pas racistes alors qu’ils criaient « sales bougnouls ».

    Dans la Creuse, un groupe terroriste d’extrême droite préparait des attentats contre les musulmans, notamment d’empoisonner la viande halal.

    A Ajaccio, deux personnes qui préparaient des attentats contre les musulmans ont été arrêtées.

    A Strasbourg, l’extrême droite préparait des attentats anti-muslmans et a par hasard été démasquée.

    Etc, etc. Lire ici

    Avez-vous entendu une réaction du président, du premier ministre, du ministre de l’intérieur dénonçant cette vague d’attentats terroristes ?!!!

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0