English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 05 - Livre Cinq : ECONOMIE POLITIQUE > 5- L’économie mondiale en route vers une nouvelle crise systémique (...) > Où en est la crise du capitalisme ?

Où en est la crise du capitalisme ?

mardi 26 mai 2015, par Robert Paris

Ce qui caractérise de capitalisme par rapport aux systèmes précédents et notamment à la société marchande ou à la finance des époques esclavagistes ou féodales, c’est l’accumulation du capital.

Ce qui caractérise le monde actuel, c’est la chute du taux d’accumulation du capital malgré la hausse du taux de profit.

Voici des courbes provenant de divers économistes et de divers pays :

FRANCE

Où en est la crise du capitalisme ?

Le premier point pour y répondre : le capitalisme a-t-il réussi à éviter la faillite ou l’a-t-il seulement caché par des interventions purement artificielles (à contre-rentabilité) des Etats et des banques centrales ? Poser la question, c’est y répondre : sans les dizaines et centaines de milliards de dollars injectés par toutes les institutions publiques du monde aucun truct, aucune banque, aucune bourse, aucune assurance ne survivrait aujourd’hui. Ce n’est pas seulement quelques « canards boiteux » qui allaient suivre la banque Lehman Brothers mais la totalité ! Et il a fallu, du coup, les suaver tous ou faire semblant !

« Too big to die », trop gros pour mourir, est devenu le slogan du monde capitaliste qui a continué à laisser des petites boites, des artisanats et des commerces faire faillite mais aucune grosse dans aucun pays…

L’idée qui a dirigé cette intervention massive des Etats, y compris de la part de pouvoirs politiques très anti-interventionnistes, comme le Républicain Bush, c’est que si on laissait un seul trust ou une seule banque chuter, ce n’est pas quelques secteurs qui allaient faire faillite mais tout le système. On a dressé la liste des « établissements à risque systémique » et on les a aidés sans limite… Tous les Etats capitalistes de la planète, des USA au Japon et de la Russie à la Chine, ont été d’accord sur cette aide massive des fonds publics aux économies privées.

On nous a dit que « cette fois on a tiré les leçons de la crise de 1929 » et on a évité la crise des liquidités…

Seulement, c’était en 2007-2008 et nous sommes en 2015…

Et Etats et banques centrales sont contraints de continuer à balancer des milliers de milliards de dollars sur les marchés, pour continuer à « sauver le système ».

Notre réponse : c’est le système d’accumulation qui est en panne parce que l’investissement productif privé s’est arrêté, les capitalistes estimant que le profit à retirer de cette sphère n’est plus suffisant relativement au profit tiré de la sphère financière, en particulier en exploitant les fonds des institutions centrales et étatiques.

Rappelons nos thèses au début de la crise de 2007 :

1- Il n’y a aucune origine accidentelle à la crise actuelle. Pour les capitalistes, loin d’être une surprise, elle est une catastrophe annoncée. C’est seulement pour le grand public, et particulièrement pour les travailleurs, qu’elle est tout ce qu’il y a de plus étonnant : le système qui domine le monde, sans une puissance capable de le renverser, sans une classe sociale qui semble lui contester ce pouvoir, est en train de s’effondrer et de se détruire lui-même. 2- Ce n’est pas une crise conjoncturelle. Ce n’est pas une crise américaine. Ce n’est pas une crise immobilière. Ce n’est pas une crise financière. Ce n’est pas une crise bancaire. Ce n’est pas une crise pétrolière. Ce n’est pas une crise de confiance. Ce n’est pas une crise inflationniste. Ce n’est pas une crise de l’endettement. Ce n’est pas une crise due à une simple récession. Bien sûr, il y a tout cela à la fois mais cela n’explique pas le fondement de la crise. C’est le système capitaliste tout entier qui est en crise. Le terme « systémique » pour caractériser la crise signifie que c’est le principe même du capitalisme qui est mort. 3- C’est l’accumulation du capital qui ne peut plus fonctionner. Et ce pour une raison simple. Le mécanisme d’accumulation du capital a atteint sa limite. 4- Cela signifie que le capitalisme n’a pas subi une maladie, ni un défaut, ni un comportement défaillant de tels ou tels de ses acteurs. Non, le capitalisme meurt parce qu’il a été au bout de ses possibilités. C’est son succès lui-même qui provoque sa fin. Il n’y a pas moyen d’inventer suffisamment d’investissement vu la quantité de capitaux existant dans le monde. Tous les cadeaux des Etats et des banques centrales au capital ne peuvent qu’être des palliatifs d’une durée de plus en plus limitée. 5- Le capital n’est pas simplement de l’argent. De l’argent, il y en a aujourd’hui et il n’y en a même jamais eu autant sur la planète. Mais c’est de l’argent qui participe à un cycle au cours duquel encore plus de travail va être transformé en argent. L’accumulation du capital est le but même de la société capitaliste. Produire et vendre des marchandises, exploiter les travailleurs, tout cela n’est qu’un moyen. Faire de l’argent, s’enrichir n’est aussi qu’un moyen. Le but même est de transformer cet argent en capital, c’est-à-dire trouver les moyens de l’investir et de lui faire rendre du profit, lequel profit doit lui-même encore être investi. 6- C’est ce mécanisme qui ne fonctionne plus. Il n’est pas grippé. Il n’est pas menacé. Il est mort. Il a été maintenu en survie pendant un temps déjà très long par des mécanismes financiers et eux-mêmes viennent d’atteindre leurs limites. On ne peut pas maintenir le mourant tellement longtemps même en inventant de nouvelles techniques de survie artificielle. Bien entendu, aujourd’hui tout le monde accuse le système financier et ses « folies », mais c’est oublier que ce sont ces prétendues folies, des politiques pratiquées parfaitement consciemment, qui ont permis au système de perdurer au-delà de ses limites. 7- Les guerres locales comme celles d’Irak, celle d’Afghanistan, mais aussi de Yougoslavie et du Timor ont été aussi des moyens de faire durer le système. Mais, là aussi, les limites sont atteintes. 8- Quel moyen aurait le système de se redresser vraiment ? Celui de détruire une très grande partie des richesses et des marchandises accumulées. Il ne lui suffit pas de détruire les richesses fictives de la finance. Il lui faut, pour repartir, détruire une partie de la planète comme il l’a déjà fait, dans des circonstances semblables, lors de deux guerres mondiales. 9- De là découle l’alternative pour les classes ouvrières et les peuples. Entre le Capital et le Travail, il y a maintenant une question de vie ou de mort. Même si la classe ouvrière ne souhaite pas consciemment se préparer au renversement définitif du système et à la fondation d’une société reposant sur la satisfaction des besoins collectifs des peuples de la planète, c’est le capitalisme lui-même qui va la contraindre à choisir. 10- Les mécanismes politiques et sociaux de domination sont désormais dépassés. On va voir du nouveau. Les « démocraties » occidentales vont montrer toute leur barbarie aux populations qui y sont le moins préparées : celles de leurs propres pays. Les dictatures, les fascismes vont revenir au goût du jour. 11- Il est urgent de préparer l’avant-garde aux situations à venir. Il n’y a rien de plus urgent que de comprendre la crise actuelle et ses conséquences et de les faire comprendre autour de nous. Ce qui est à l’ordre du jour n’est pas seulement de se défendre contre des attaques. C’est de se défendre contre une attaque idéologique de grande ampleur. Les gouvernants vont tâcher de donner leur propre interprétation des événements pour nous convaincre qu’eux seuls peuvent faire revenir l’époque passée. Ils mentent. Elle ne peut pas revenir. Ils vont chercher ainsi à nous empêcher de nous organiser entre nous pour comprendre, discuter et répondre aux situations. La crise de confiance des peuples dans le système est dangereuse si les opprimés, si les peuples se mettent à s’organiser, et déjà à se réunir pour confronter les points de vue, pour donner leurs avis sur la signification de ce qui se passe et sur les moyens d’y faire face. 12- Ce que souhaite la classe dirigeante, c’est que chacun se retrouve face à ses peurs, face aux problèmes matériels touchant sa vie, celle de sa famille, et se demande seulement quel dirigeant bourgeois va pouvoir le sauver. Des sauveurs suprêmes, des Hitler ou des chefs civils ou militaires dictatoriaux prétendant tenir la solution, on va en voir défiler. La première des tromperies qui va se présenter à nous sera celle des réformistes de tous poils qui auront quantité de prétendues solutions pour sauver à la fois le système et la population. Le seul effet de leurs discours sera de démobiliser les opprimés et d’éviter tout risque révolutionnaire aux exploiteurs afin de leur permettre de préparer leurs vraies solutions violentes : dictatures et guerres. D’avance il faut se préparer à n’avoir confiance qu’en nous-mêmes. 13- Au lieu de se protéger, ce qui ne sera pas possible, il faut saisir l’occasion. Le capitalisme est atteint dans ses fondements. Profitons-en pour en finir avec ce système d’exploitation. Nous sommes des millions de fois plus nombreux que les exploiteurs et bien plus forts que le système si nous en sommes conscients. La fin du capitalisme ne sera une catastrophe et un recul massif que si nous nous contentons de nous défendre, catégorie par catégorie, pays par pays, groupe social par groupe social. Cela peut être le prélude d’une avancée historique de l’humanité si nous décidons d’en finir avec l’esclavage salarié.

Il serait erroné de voir dans la crise actuelle une simple crise conjoncturelle. Les éléments dont on dispose à l’heure actuelle poussent plutôt à y voir une crise systémique, c’est-à-dire une véritable limite du système qui le remet fondamentalement en question. Bien sûr, il y a diverses crises au sein de la situation actuelle : une crise immobilière doublée d’une crise spéculative une crise boursière une crise bancaire une récession économique une crise américaine liée aux divers déficits de l’impérialisme US une crise générale de la domination impérialiste etc... Mais tout cela ne s’additionne pas. Il n’y a en fait qu’une seule crise qui a longtemps été retardée par l’impérialisme US essentiellemnt grâce à ce que l’on a appelé la "mondialisation". Il y a peu de chance que les USA parviennent encore à retarder l’explosion. les trémoussements des chefs d’Etat et des dirigeants financiers de la planète ne font que souligner leur grande inquiétude. L’une des dernières mesures qu’avait pris Bush après quelques faillites retentissantes aux USA, en Grande Bretagne ou en Espagne, c’est d’annoncer une limitation du droit de spéculer sur les sociétés dont les noms suivent. Sous-entendu, ces sociétés sont pleines de trous, vont bientôt faire faillite et le système financier va les attaquer. Ce sont : BNP Paribas, Bank of America, Barclays Citigroup, Crédit Suisse, Daiwa Securities, Deutsche Bank, Allianz, Goldman Sachs, Royal Bank, HSBC Holding, JP Morgan Chase, Lehman Brothers, Merril Lynch, Mizuko Financial Group, Morgan Stanley, UBS, freddie Mac et Fannie Mae. Exit donc à terme de tous ceux-là ! Finalement, il est amené à les nationaliser les uns après les autres ou à les faire racheter les uns par les autres... En attendant que tout s’effondre ! Mais, là encore, ce n’est que la partie immergée de l’iceberg. Sur le fond, le capitalisme lui-même répond : "no future" (pas d’avenir) Ce ne sont pas les peuples, c’est le système qui n’y croit plus et ne voit plus d’échappatoire. Laisser exploser le tout va de plus en plus lui paraître la meilleure solution pour parvenir au même résultat : faire payer aux peuples les frais de la crise, assainir en détruisant, pour - beaucoup plus tard et après quelles guerres ? - repartir sur des bases plus saines si tout n’est pas détruit d’ici là ! Pour les travailleurs et les peuples, la situation est neuve : il faut préparer un autre avenir débarrassé du capitalisme.

Pour notre part, nous estimons que nous ne sommes nullement sortis de l’effondrement de 2007, que nous ne sommes pas dans une crise qui serait aujourd’hui purement européenne, et encore moins française, mais toujours dans la situation mondiale issue de la politique de l’impérialisme de 2008 qui consiste en la volonté de toutes les bourgeoisies du monde de bloquer la crise de 2007-2008 à coups de centaines de milliards de dollars de toutes les banques centrales. Cela signifie que nous sommes sortis du capitalisme cyclique qui a dominé le monde depuis longtemps, système fondé sur des épurations périodiques plus ou moins violentes agissant comme un système de respiration (inspiration et expiration) provenant de l’incapacité du système de s’auto-réguler et de se planifier du fait de ses contradictions fondamentales entre le caractère collectif de l’économie et le caractère privé de la propriété des moyens de production, entre la nécessité de produire et de vendre au maximum et la nécessité de ne vendre que des produits permettant de réaliser au moins le taux de profit moyen, la nécessité d’accumuler le plus possible de capital et la nécessité d’offrir à tout capital se constituant des plus-values alors que les investissements rentables ne sont pas illimités.

Ce qui a caractérisé la situation de 2007, en a fait même une situation historiquement absolument inédite, c’est l’appréciation générale et mondiale de toute la grande bourgeoisie selon laquelle il n’était plus possible de laisser chuter aucun, d’abandonner à la faillite, un seul trust, une seule grande banque ni une seule grande assurance, une seule bourse, un seul gros spéculateur dans aucun pays, dans aucune région au monde. Ce qui supposait que les banques centrales soient prêtes à débourser des sommes colossales sans rechigner afin d’éviter ce type de faillite. Il n’existe aucune crise capitaliste précédente dans laquelle ce type de considération ait prévalu de quelque manière que ce soit. Y compris jusqu’au début des années 2000, de nombreux trusts ou banques ou assurances ont fait faillite et n’ont pas été sauvées. On se souvient par exemple d’Enron, de Vivendi Universal ou de Worlcom comme de la banque Barings. Par contre, dès que l’Etat américain a eu une velléité de laisser chuter la banque Lehman Brothers, il a vu s’ouvrir un abîme comme l’exprimait le dirigeant de la FED et il a affirmé qu’il n’était plus question de prendre le risque qu’un seul capitaliste de grande taille puisse chuter. Le mécanisme régulateur des crises est donc définitivement supprimé de manière artificielle et très coûteuse. Il en résulte l’impossibilité pour les capitalistes privés, les banquiers et les spéculateurs de savoir en qui et en quoi on peut faire confiance. Les actifs pourris sont cachés partout et les banques centrales ont beau les racheter massivement, personne ne peut dire où il y en a encore ni en qui on peut faire confiance. Depuis 2007, cette situation n’est pas résolue ni près de l’être et c’est cela qui détermine l’absence de perspectives du capitalisme. Les prétendues reprises ne font que cacher l’incapacité des capitaux privés de retrouver un dynamisme propre, car l’absence de crise empêche toute épuration des investissements précédents.

Depuis l’éclatement de la crise bancaire en 2007, les banques centrales des pays les plus industrialisés prêtent massivement aux banques à des taux d’intérêt très bas afin d’éviter des faillites, permettant aux grandes banques qui en bénéficient d’économiser des sommes considérables en termes de remboursement des intérêts.

La Fed achète massivement aux banques des États-Unis des produits structurés hypothécaires, la BCE n’achète pas jusqu’ici de produits structurés mais elle accepte que les banques les déposent comme collatéraux, autrement dit comme garantie, des prêts qu’elle leur octroie.

Les gouvernements, quant à eux, apportent leurs garanties et injectent massivement des capitaux afin de recapitaliser les banques.

Les banques systémiques savent qu’en cas de problème, du fait de leur taille et du risque que représenterait la faillite de l’une d’elles (« too big to fail »), elles pourront compter sur le soutien des États qui les renfloueront sans sourciller.

Les gouvernements empruntent sur les marchés financiers en émettant des titres de la dette publique souveraine. Ils confient la vente de ces titres aux grandes banques privées. Les banques bénéficient par ailleurs de baisse d’impôts sur les bénéfices.

Certes, on constate qu’il y a de plus en plus d’argent entre les mains des capitalistes puisque les Etats et les banques centrales les en inondent mais cet argent ne provient pas de l’exploitation de la plus-value tirée du prolétariat. Dès maintenant, et sans attendre une prochaine « crise », il est clair que le mode de fonctionnement ne peut être que provisoire et qu’il n’est pas à proprement parler capitaliste. Tous les Etats et toutes les banques centrales de la planète n’ont pu faire durer le système depuis l’effondrement de 2007-2008 qu’en s’engageant sans cesse plus dans l’économie, en suppléant sans cesse plus à la défaillance des capitalistes privés qui, pour leur part, misent sur les effondrements, les faillites, les titres pourris et les dettes. Il a fallu des sommes colossales pour faire tenir le système Madoff mondial mais cela n’a pas suffi à faire repartir le moins du monde une économie capitaliste viable et, au contraire, cela pousse encore plus les capitalistes privés à continuer à vivre sur les dos des fonds d’état. Ce château de carte finira bien par s’effondrer de lui-même, y compris sans une poussée révolutionnaire des masses. Par contre, les classes dirigeantes savent parfaitement qu’un nouvel effondrement économique, causé par exemple par une perte de confiance dans les fonds d’Etat ou par un effondrement économique d’une grande banque ou d’une monnaie importante, entraînerait inévitablement l’ensemble de l’économie dans le gouffre et les prolétaires du monde vers la révolution sociale. Ils n’attendront donc pas d’en arriver là pour s’attaquer au prolétariat et tenter de leur couper les ailes. Ils préparent déjà les guerres, les guerres civiles et les fascismes. Ils préparent même la guerre mondiale. Les mesures qu’ils prennent n’ont pas un but économique mais un but politique et social. Il s’agit de détruire la classe ouvrière dans ses capacités révolutionnaires potentielles, de la soumettre à l’Etat sauveur, de lui imposer l’idée que ses ennemis sont étrangers, de la pousser vers les idéologies nationalistes, racistes, xénophobes. Or toutes ces tendances préparent un certain type d’avenir qui va bien au-delà d’une récession ou d’un recul du capitalisme et qui prépare une barbarie infra-capitaliste, une société qui ressemblerait plutôt à un monde des féodaux armés, une espèce d’Afghanistan mondial… En tout cas, le capitalisme n’attendra pas la montée de la révolution pour attaquer le prolétariat et les peuples. Dès qu’il se rendra compte que la perfusion mondiale ne suffit plus à faire tenir le château de cartes économique, il lancera son offensive contre le prolétariat et les peuples. Il deviendra alors clair que ce qui remplace le capitalisme est devenu la barbarie. Marx n’a jamais dit que le socialisme devait fatalement remplacer le capitalisme mais seulement que c’est dans des conditions objectives données (celles d’une crise du système) que le prolétariat pouvait se poser le problème de son remplacement.

La vague des révolutions qui commence à frapper le monde n’est pas à séparer de cette crise mondiale capitaliste. Certes, la crise a été plus frappante dans les pays les plus riches et la révolution plus forte dans les pays les plus pauvres mais il est normal que les anneaux les plus faibles de la chaîne capitaliste cèdent les premiers.

Les guerres, les guerres civiles sont le pendant de la crise économique, sociale et politique qui gagne le monde. Jamais les violences de masse n’ont pris une telle extension mondiale. C’est le reflet de l’ampleur de la crise du capitalisme.

Aux USA même, il se produit des choses nouvelles, à la fois des contestations d’une ampleur nouvelle et des attaques nouvelles comme celles des Noirs.

Michel Lasserre écrit ainsi :

La propriété privée du capital

La première chose qu’on peut dire sur le capitalisme, c’est que ce système repose sur la propriété privée du capital. Capitalisme et propriété privée du capital sont deux choses qui vont totalement de paire, l’un ne va pas sans l’autre. Alors, que signifie plus précisément le droit à la propriété privée du capital ?

Ça signifie au moins deux choses, d’abord c’est le droit d’en tirer profit, dans ce système on peut directement gagner de l’argent à partir de son capital, c’est même la règle pour que le système fonctionne bien. Puis, c’est aussi le droit de disposer librement de son capital. On peut placer son argent comme on veut, là où ça rapporte le plus, le déplacer si on trouve plus profitable ailleurs, monter des entreprises, les revendre, etc.

Rappelons que ceci n’était pas le cas dans le système précédent, le système féodal, où le crédit et le droit d’entreprendre étaient très limités. Contrairement à ce que nous disent donc certains idéologues, le capitalisme n’a rien de naturel mais comme tous les autres systèmes économiques, découle de choix politiques.

Très rapidement, il existe 3 grandes théories économiques du capitalisme qui sont : La théorie libérale, la théorie keynésienne, et la théorie marxienne. Il est préférable ici d’employer le mot marxien plutôt que le mot marxiste parce que ce dernier a été tellement utilisé pour désigner des choses qui parfois avaient très peu à voir avec la pensée de Marx qu’il pourrait prêter à confusion.

Depuis ses origines, le capitalisme entretient un rapport intime avec les crises économiques. Pour les libéraux, ces crises sont la faute des contraintes imposées par les gouvernements, des taxations, des charges, des législations, etc. et pour éviter les crises, pour permettre le plein emploi, pour que le capitalisme puisse assurer la prospérité générale : il faut libéraliser totalement.

Pour les keynésiens, c’est un excès de libéralisme qui est la cause des crises. Et c’est alors les gouvernements qui doivent "réguler", en fixant quelques cadres au capital, mais surtout en relançant l’économie par des politiques adaptées quand le besoin s’en fait sentir, par le déficit budgétaire et l’endettement public, la relance par l’état, les grands travaux, etc.

Quoi qu’il en soit de leurs différences, pour ces deux théories, le capitalisme est le seul système possible. Il n’y en a pas d’autre !

Pour la théorie marxienne. La propriété privée du capital soumet le système à une logique interne qui devient insoutenable à un moment donné de son évolution. Vous avez bien compris que c’est cette approche qui nous intéresse ici.

La nature du capital

Nous allons d’abord commencer par voir ce qu’est le capital, Le capital est d’une nature très complexe, qui peut prendre diverses formes, on entend parler de capital commercial, capital industriel, financier, il peut prendre la forme de marchandises, d’entreprises, la forme de brevets, de crédit, mais le capital aujourd’hui dominant, celui auquel peuvent se réduire toutes les autres formes de capital, c’est le capital financier. Alors c’est quoi, concrètement ?

Le capital financier est composé d’actifs financiers, qu’on appelle aussi des titres.

Il existe deux sortes de titres, des titres de propriété d’entreprises : ce qu’on appelle des actions, et qui rapportent des dividendes, c’est à dire une partie des profits de l’entreprise. Mais la majeure partie des actifs sont des titres de créances, c’est tout simplement des reconnaissances de dettes, du crédit, de l’argent qu’on prête, de l’argent qu’on peut aussi placer dans des banques ou des caisses diverses, qui elles mêmes le reprêtent et qui rapporte des intérêts. Ces titres peuvent bien sûr se revendre sur les marchés financiers, tout le monde à entendu parler des subprimes.

Le capital financier, c’est donc de l’argent qui rapporte de l’argent.

A l’époque de Marx, le capital dominant était le capital industriel. L’exemple type marxiste, était le filateur, propriétaire de son entreprise, qui économisait sur ses profits pour acheter une machine à filer supplémentaire pour faire encore plus de profit. Ce type d’entrepreneur n’est plus aujourd’hui la norme, et l’entreprise appartient aujourd’hui à ses actionnaires.

Pour ces entreprises et leurs actionnaires, il n’y a pas d’un côté un capital industriel et de l’autre un capital financier, les actions sont l’équivalent financier du capital industriel.

Maintenant, ce sont les actionnaires qui sont les propriétaires des entreprises, ce sont les actionnaires qui font la loi à son Conseil d’administration et qui la dirigent dans le sens de leur profits. Le plus souvent, celui qu’on appelle le patron, même s’il est grassement payé et intéressé aux profits de l’entreprise, n’est que l’employé des actionnaires, et s’il veut conserver son poste il faut que l’entreprise dégage de bons profits pour verser de bons dividendes.

La loi du profit

On entend souvent dire que le capitalisme est soumis à la loi du profit, alors qu’est-ce que ça veut dire exactement ?

Quand quelqu’un a de l’argent disponible et qu’il veut le placer, c’est à dire acheter des titres, du capital, il n’a pas cinquante motivations mais il en a une seule, c’est pour que ça lui rapporte, pour qu’il en tire du profit. Comprenons bien ici que le profit est l’unique motivation pour acheter du capital, c’est à dire en même temps pour financer l’économie.

Seulement, il y a des risques quand on place son argent, les actions peuvent chuter, les crédits peuvent faire défaut. D’ailleurs, plus les risques de défaut de crédit sont élevés, plus les taux d’intérêts montent, on le voit en ce moment avec les exemples de l’Irlande et de la Grèce. Si l’espoir de profit est insuffisant face aux risques encourus, et bien personne ne veut acheter des titres. Dans ce cas l’économie n’est plus financée et c’est la crise.

Le profit est donc absolument indispensable pour le fonctionnement de ce système. Le capitalisme est effectivement totalement soumis à la loi du profit.

D’ailleurs même les keynésiens savent que des contraintes trop fortes sur les profits entraînent des conséquences négatives qui risquent d’engendrer ou d’aggraver la crise et que, dans ce système, l’utilisation de ce genre de contraintes ne peut être que très limitée.

D’autre part, le capitalisme est un système où les entreprises sont soumises à une très forte concurrence, et cette loi du profit entraîne alors des conséquences très importantes.

Profits et concurrence

La concurrence entre les entreprises a pour premier effet de mettre la pression sur les profits, Pour maintenir, ou encore mieux, pour accroître ses profits, chaque entreprise va essayer de conserver ses parts de marché et même de les accroître. Comment ?

- elle va améliorer ses produits pour qu’ils soient plus attirants que ceux de la concurrence,

- elle va innover en trouvant de nouveaux produits et de nouvelles manières de produire

- elle va aussi essayer de baisser ses coûts de production, pour pouvoir vendre moins cher que la concurrence

Toutes ces pratiques pour la recherche du profit entraînent plusieurs conséquences. La première est très positive, et c’est là un des rares mais important côtés positifs du capitalisme, c’est que la recherche du profit entraîne une dynamique d’innovation et de développement technologique.

Par contre, ce qui coûte très cher aux entreprises, ce sont les salaires, l’achat de la force de travail et la recherche du profit conduit inévitablement à une volonté de réduire la masse salariale.

Si, dans leur recherche du profit, les entreprises focalisent sur la baisse des coûts de production, la réalité montre qu’elles sont par contre totalement indifférentes aux coûts sociaux et écologiques. Elles n’ont pas de scrupules à licencier ou à polluer si ça leur rapporte et les exemples ne manquent pas. Elles n’hésiteront pas à extraire et brûler le pétrole jusqu’à la dernière goutte s’il y a du profit à en tirer, tant pis pour l’effet de serre et ses conséquences catastrophiques pour l’avenir de l’humanité.

L’accumulation du capital

Au-delà de ces premières conséquences de la loi du profit, il en existe une autre bien moins connue, mais bien plus préoccupante pour l’avenir du capitalisme, c’est un mécanisme qu’on appelle : " l’accumulation du capital". Alors qu’est-ce que ça veut dire ?

Je prendrai un exemple très simple à comprendre : Un ménage riche, place 1 million d’euros à 10 %.

Une enquête de 2007 nous informe que la France comptait à cette époque 394 000 millionnaires en dollars, millionnaires en actifs financiers sans compter l’immobilier. Il y a bien sûr moins de millionnaires en Euro, sans doute entre 130 et 150 0000, mais ce n’est pas pour autant insignifiant. Sans oublier que parmi ceux-ci, certains sont plusieurs fois milliardaires. D’autre part, quand on place des sommes importantes, 10 % est un rendement tout à fait possible y compris une fois payés les taxes et impôts. Il y a des fonds spéculatifs qui, même malgré la crise, peuvent rapporter beaucoup plus sans problème.

Sur un an, ce ménage gagne donc 100 000 €. Supposons qu’il a probablement d’autres sources de revenus, qu’il utilise seulement 20 000 € sur ce profit pour sa consommation personnelle, qu’il les dépense. Il peut alors placer les 80 000 € restants, les ajouter à son million d’euros. Son capital a augmenté de 8% et s’élève maintenant à 1 080 000 €, et à ce compte, il atteindra les 2 millions d’€ dans une douzaine d’années. Il aura doublé en 12 ans et dans encore 12 années, il aura encore doublé et s’élèvera à 4 millions d’€.

Seulement, il y a une condition incontournable pour que ces 80 000 € puissent être placés, il faut qu’ils trouvent un débouché, c’est à dire qu’ils puissent être transformés en titres, mais en nouveaux titres, en titres supplémentaires par rapport à l’année précédente. Ce qui veut dire que le mécanisme d’accumulation implique donc la nécessité d’une croissance absolue du capital financier.

Toujours plus de capital implique toujours plus de profits et aboutit à encore plus de capital et ainsi de suite ….

Le mécanisme d’accumulation aboutit donc à un besoin permanent pour le capital de trouver toujours de nouveaux débouchés. Comme ce capital se réduit à des titres de propriété et de créances, il doit toujours y avoir de nouvelles émissions d’actions, ainsi qu’une augmentation continuelle de la masse de créances. Toujours plus d’actions, donc d’entreprises, d’investissement industriel, de production de marchandises, et toujours plus de crédit, c’est à dire toujours plus d’endettement.

A partir de ce mécanisme d’accumulation du capital, on comprend beaucoup mieux pourquoi le capitalisme entretient une liaison passionnée avec les crises.

Capitalisme et crises

La logique interne du système le conduit inexorablement à accumuler du capital, jusqu’à trop. Trop par rapport aux besoins réels de financement de l’économie, et surtout trop par rapport aux possibilités solvables de consommation. Il arrive toujours un moment où il y a trop d’entreprises, trop de production de marchandises, trop de crédit. Il y a suraccumulation de capital

- Les profits ne trouvent plus suffisamment de débouchés pour s’accumuler aux capitaux déjà existants. L’accumulation devient de plus en plus difficile.

- Les capitaux se font concurrence et les profits chutent. Une partie des capitaux se réfugie dans la spéculation.

- Le moteur économique s’étouffe et les faillites et défauts de paiement apparaissent : c’est la crise.

La crise n’est pas éternelle, du moins jusqu’à présent car nous verrons dans quelques instants que la crise actuelle est d’un type particulier. La crise permet une bonne purge, avec des faillites industrielles et bancaires à la clé, ce qui entraîne la destruction d’une partie du capital surabondant. Au bout d’un temps plus ou moins long, l’économie capitaliste repart pour un nouveau cycle d’accumulation, jusqu’à la prochaine crise. Une grosse crise s’accompagne souvent de conflits avec des destructions de bâtiments et d’infrastructures diverses, dont la reconstruction facilitera la relance.

La crise n’est donc pas un accident dans la logique interne du capitalisme, mais apparaît comme un mode normal de régulation de ce système. Seulement, derrière ces mécanismes apparaît encore une nouvelle question, celle de la limite du capitalisme.

La limite du capitalisme Le mécanisme d’accumulation conduit donc le capitalisme à une dynamique de croissance permanente, avec un besoin permanent de trouver de nouveaux débouchés. Au fur et à mesure de son développement, il va donc devoir absorber tous les marchés solvables de la planète. C’est ce qu’il a fait, depuis son décollage il y a environ deux siècles, il a petit à petit envahi tous les pays de la planète et tous les secteurs de la production. Aujourd’hui, avec sa mondialisation, c’est cette conquête qui est en train de se finaliser. Seulement, la mondialisation du capital aboutit inévitablement à une raréfaction des débouchés, il y en a forcément de moins en moins. Il y a bien sur toujours des niches pour les capitalistes les plus malins ou les plus chanceux. Il existe encore des possibilités de croissance en Chine ou une partie de la population s’enrichit. Mais cet enrichissement repose sur des déséquilibres économiques et financiers, et sur un accroissement des inégalités qui sont tels, qu’aucune certitude ne peut être établie sur les réelles possibilités, futures, de croissance de la Chine. La croissance actuelle y repose sur les délocalisations de production et les exportations, c’est à dire sur un transfert de croissance à partir des vieux pays capitalistes, transfert qui ne bénéficie pas à la grande masse de la population chinoise qui risque surtout de rester toujours exclue de la consommation. Avec la mondialisation, on approche donc une véritable limite physique à l’accumulation du capital. C’est l’existence de cette limite qui faisait dire à Marx que le capitalisme était historiquement condamné.

Évolution depuis les années 1930 Ce que je viens d’expliquer, cette logique d’accumulation et ses conséquences, la dynamique de croissance qui en découle, le besoin permanent de nouveaux débouchés, ça nous fournit ce qu’on appelle une grille de lecture marxienne de l’économie capitaliste. A partir de cette grille, nous pouvons par exemple expliquer les causes profondes des crises économiques, ou interpréter l’évolution du capitalisme. On va d’ailleurs maintenant examiner une partie de l’histoire du capitalisme à l’aide de cette grille de lecture, on démarrera avec la crise des années 1930. Pourquoi la crise des années 30 ? Parce qu’elle fut la dernière grande crise et la plus importante qu’a connu le capitalisme jusqu’à présent. Les défauts de paiement, les faillites d’entreprises, d’établissements financiers furent sans précédent, les bourses s’effondrèrent de 90 %. Il y eut donc une destruction massive de capital. Après la guerre, cette absence de capital faisait tellement défaut que la reconstruction s’annonçait difficile dans les pays d’Europe et que les États-unis qui s’étaient bien enrichis pendant la guerre durent prêter de l’argent. De la fin de la guerre à la fin des années 60, les états se mettent au service du capital. C’est ce qu’on appelle le capitalisme régulé :
- on nationalise des banques et des grosses entreprises pour mieux les refinancer, l’état dépense pour la reconstruction,
- on évite la concurrence étrangère en mettant des barrières douanières, les capitaux ne peuvent plus s’exporter, ce qui n’est pas du tout un problème pour leurs propriétaires puisqu’il y a du profit à faire sur place.
- on achète pour un temps la paix sociale avec le programme du Conseil National de la Résistance. C’est une très forte période de croissance, avec très peu de chômage. Les profits décollent, le capital s’accumule à nouveau, les fortunes se reconstituent comme avant la guerre et de nouvelles apparaissent. Le capital s’accumule tellement bien que, dès la fin des années soixante, on assiste à une baisse des profits.

Des années 70 à aujourd’hui Les années 70 voient à nouveau la crise, mais cette fois, c’est celle du capitalisme régulé. Les capitaux se sont tellement accumulés qu’ils n’arrivent plus à s’investir dans leurs propres pays. La stagnation économique et l’inflation s’installent durablement, le chômage commence à grimper malgré les mesures de relance des gouvernements. Le capitalisme régulé a tellement bien fonctionné, tellement bien joué son rôle dans la relance, qu’il a atteint ses propres limites d’efficacité. Pour sortir de cette impasse, pour que le capital puisse trouver les nouveaux débouchés, nécessaires à son accumulation, les décideurs économiques et financiers n’ont plus d’autre choix, d’autre solution ,que d’ouvrir les frontières aux capitaux et aux entreprises. Les gouvernements, à commencer par ceux de Reagan et de Thatcher, font le choix du libéralisme, avec l’aide des grandes institutions mondiales que sont le FMI, l’OMC, la Banque Mondiale, etc. Du milieu des années 70 à aujourd’hui, c’est la période de mondialisation du capitalisme.
- les délocalisation de production s’enchaînent vers les pays à faible salaires
- le décrochage des monnaies avec l’or officialisé en 1975 permet une création massive de monnaie de crédit par le système bancaire.
- on assiste à un gonflement inouï du crédit, et donc de l’endettement des ménages, des entreprises et maintenant des états.
- le capital financier bénéficie au passage d’une accumulation sans précédent. Les plus riches s’enrichissent comme jamais. Depuis les années 80, les éclatements de bulles spéculatives et les crises financières se succèdent. Ça a commencé dans les pays d’Amérique latine, le Brésil, l’Argentine, puis l’Asie avec la crise des dragons asiatiques, la Russie, puis encore l’Argentine, la bulle internet, la crise des subprimes, qui n’est toujours pas réglée et s’accompagne d’une crise immobilière. De nos jours c’est l’Irlande, la Grèce, le Portugal et l’Espagne qui seront suivis par bien d’autres car les déséquilibres monétaires et financiers métastasent partout sur la planète.

La crise systémique Au stade actuel de développement de la crise, début 2011, que ce soit par ses effets sociaux, ou par l’accroissement des déséquilibres économiques, pas un pays n’est totalement épargné. La crise est mondiale. Aujourd’hui pratiquement tout le monde dépend directement ou indirectement de ce système, y compris ceux qui en sont exclus parce qu’ils ne sont pas solvables et encore moins rentables, et qu’ils ne le seront jamais. Tous les secteurs de l’économie et l’ensemble des populations sont concernés. C’est donc une crise globale. Jamais l’endettement général n’a atteint de tels niveaux, c’est une crise de suraccumulation de capital financier sans précédent historique, Cette crise est ce qu’on appelle une crise systémique, c’est à dire qu’elle découle directement de la logique interne du système capitaliste, directement de son fonctionnement normal, de ses propres fondements économiques. C’est aussi une crise qui concerne l’ensemble du système, et c’est une crise sans issue définitive tant que l’on ne touchera pas aux fondements mêmes du système, c’est à dire à la propriété privée du capital.

La réponse capitaliste Alors, quelles réponses à la crise ? Et bien, il y a deux grandes réponses possibles, la première est la réponse capitaliste. On considère que le capitalisme peut être sauvé, que le capital peut indéfiniment trouver de nouveaux débouchés pour s’accumuler, que la crise n’est que conjoncturelle et qu’on va s’en sortir comme des précédentes par un judicieux mélange de mesures libérales et keynésiennes. On essaye alors de relancer les moteurs de l’avion, et de réparer les avaries en répondant aux différents effets de la crise par des mesures diverses.
- Au niveau des entreprises, on fait le maximum pour essayer de dégager du profit. Les conditions de travail se détériorent, les restructurations et délocalisations s’enchaînent, ainsi que les licenciements.
- Les gouvernements de droite comme de gauche, tranchent dans les budgets sociaux, suppriment de plus en plus d’emplois publics, mènent une politique d’austérité sociale tout en aidant les entreprises et les actionnaires.
- Les privatisations de services publics sont à l’ordre du jour dans tous les pays. Il faut bien voir que ça fait de très bons débouchés pour perpétuer encore un peu l’accumulation du capital. C’est dans cette seule optique qu’il faut comprendre les privatisations, parce que rien d’autre ne les justifie vraiment.
- Les banques centrales et les banques privées créent de plus en plus massivement du crédit, donc de la dette, des montagnes de dettes, avec une instabilité toujours croissante, avec le risque d’une catastrophe financière et monétaire sans précédent à partir d’un certain seuil d’aggravation de la crise.
- Les aides aux entreprises et les cadeaux fiscaux aux plus riches ont des conséquences très négatives sur les déficits publics, déficits qui se creusent partout malgré les promesses de les diminuer, malgré les privatisations.
- L’endettement public s’amplifie. Au Japon il atteint même le double du PIB. Au États-unis, l’endettement public et privé atteint trois fois et demi le PIB. Et malgré tout ça, la crise est toujours là ! Les quelques signes d’amélioration possible ne sont jamais durables. Le chômage grimpe, les conséquences sociales s’aggravent, la pauvreté se répand. Chacun voit bien que ces mesures ne font rien d’autre que repousser l’échéance, tout en aggravant les déséquilibres et les contradictions, sans jamais rien régler sur le fond du problème. Le système s’enfonce dans une infernale fuite en avant, à plein gaz dans l’impasse du capitalisme mondialisé. Dit autrement : on va dans le mur ! On entend parler à droite comme à gauche de réguler le capitalisme, de réguler les banques, la finance. Comme si la crise n’était pas le résultat du fonctionnement normal du capitalisme, mais le résultat de simples excès que l’on pourrait corriger à l’aide de quelques mesure s appropriées. Nous ne sommes plus du tout dans le contexte de redémarrage économique d’après 1945, et il faut bien comprendre que maintenant fixer des contraintes supplémentaires au profit ne peut pas suffire pour sortir le capitalisme de sa crise, mais au contraire risquerait de l’y enfoncer encore plus rapidement. La régulation du capitalisme est donc essentiellement une illusion destinée à rassurer ceux qui ne connaissent pas encore la vrai nature de ce système. Bien sûr, même la crise de sa mondialisation ne suffira pas pour tuer le capitalisme et il pourra toujours rebondir. Seulement, il ne pourra vraiment le faire qu’après une bonne purge, une purge à la hauteur de la suraccumulation de capital financier la plus énorme que l’on n’ait jamais connue. Avec, à la clé, une récession économique et sociale sans précédent et des risques de conflits majeurs, le tout aggravé par une crise écologique à laquelle le capitalisme est dans l’incapacité d’apporter des réponses. D’autre part, les perspectives de débouchés futurs ne sont plus du tout comparables à celles d’après 1945, et une fois passés le chaos et la période de reconstruction, le capitalisme retoucherait rapidement les limites actuelles. La mondialisation est aujourd’hui effective et il n’y a pas d’autre monde à conquérir pour le capital.

La réponse socialiste La deuxième réponse à la crise est la réponse socialiste, alors attention, il faut ici entendre le socialisme dans son sens originel, pas dans son sens socio démocrate. Le socialisme n’est pas conçu comme un mode de gestion du capitalisme comme l’entendent aujourd’hui le parti socialiste et ses alliés de gauche, mais comme un système socio-économique à part entière, qui repose sur d’autres fondements que ceux du capitalisme, et qui n’est pas non plus obligatoirement un système étatique comme dans les expériences du 20e siècle. La logique du capitalisme découle directement de la propriété privée du capital. C’est à dire du privilège de l’argent et c’est ce privilège qu’il faut abolir dans l’intérêt général. Dépasser le capitalisme, ça veut dire dépasser la propriété privée du capital, et ça passe par des réformes majeures et incontournables. Aujourd’hui, le système monétaire et financier est régi par la seule loi du profit, les banques privées créent la monnaie et prêtent l’argent dans la seule optique de dégager du profit pour leurs actionnaires. Dépasser le capitalisme, ça passe inévitablement par un système bancaire public, qui créera la monnaie et qui attribuera les crédits sur d’autres critères que le profit immédiat de quelques privilégiés. Aujourd’hui, la principale contrainte des entreprises, celle qui engendre la course au profit, les délocalisations, les licenciements, c’est la contrainte des actionnaires, la contrainte de la propriété privée. Il faut donc libérer l’entreprise de ses actionnaires ! Dépasser le capitalisme, ça passe donc par un nouveau statut de l’entreprise, qui ne doit plus avoir le statut de propriété privée, mais celui d’une association de travailleurs, qui la gèrent eux-mêmes. Et qui sera financée par du crédit public. Ce qu’on appelle aussi l’autogestion socialiste. C’est sur ces deux profondes réformes que reposera la base économique d’un nouveau modèle socialiste. C’est sur ces nouveaux fondements que nous pourrons enfin construire un autre monde. C’est aujourd’hui la seule réponse cohérente possible pour sortir du capitalisme et de la crise du 21eme siècle. Alors comment faire aujourd’hui, pour pouvoir mettre en oeuvre cette indispensable révolution économique et sociale ? Bien ça, c’est une question qui va au delà de cet exposé, une question dont les réponses sont bien sûr d’ordre politique. Disons simplement, pour conclure, qu’il ne faut rien attendre des institutions politique mises en place par le système capitaliste, à son propre service. Une transformation sociale majeure passe toujours par la mobilisation des forces sociales. Une mobilisation non pas seulement sur de simples actions de résistance aux conséquences du capitalisme mondialisé, ni sur des revendications restant dans le cadre du rapport salarial capitaliste, mais une mobilisation sur la base d’un projet global, réellement alternatif, un projet anticapitaliste pour un socialisme du 21e siècle. Mobilisation et projet qu’il y a maintenant urgence à construire…

Michel Lasserre

L’annonce la semaine dernière par la Banque centrale européenne (BCE) qu’elle allait accélérer ses achats d’actifs en vertu de son programme d’assouplissement quantitatif a fourni un nouvel aperçu révélateur de l’état des marchés financiers mondiaux. Cela met en évidence leur volatilité et l’absence de plan d’ensemble des autorités financières, soi-disant en charge, qui se précipitent d’un point chaud à l’autre, cherchant à empêcher l’éruption d’une nouvelle crise.

La décision d’accélérer les achats en mai et juin est venue en réponse à une baisse majeure des obligations allemandes à 10 ans, les Bunds. Leur rendement, qui change dans une relation inverse au prix, a bondi de près de zéro à plus de 0,55 pour cent en quelques jours.

Annonçant la décision lundi dernier, Benoit Cœuré, membre du directoire de la BCE, a dit que ce n’était pas le retournement des cours des Bunds ou d’autres obligations souveraines qui inquiétait, mais la rapidité avec laquelle il s’est produit car c’était un autre signe de « volatilité extrême » et de « liquidité réduite ». En d’autres termes, la BCE craint que si la vente prenait de l’ampleur, ceci pourrait être le début d’une crise majeure et donc qu’il était nécessaire d’intervenir.

La réaction des marchés financiers à la promesse de financement accru de la BCE indique la montée du parasitisme qui est devenu le trait principal des marchés financiers et d’une façon plus générale, de l’économie mondiale.

Malgré l’inquiétude que l’économie américaine ne connaîtrait pas de reprise au deuxième trimestre – après un taux de croissance de seulement 0,2 pour cent au premier trimestre, chiffre qui pourrait bien être révisé à la baisse – que la stagnation continue en Europe et que les signes d’un ralentissement important en Chine sont de plus en plus nets, les marchés financiers se sont réjouis. L’indice clé de Wall Street, le S & P 500, a connu deux pics record la semaine dernière, l’indice des valeurs industrielles Dow a connu lui aussi un jour record.

La hausse des marchés boursiers n’est pas un signe de bonne santé mais plutôt d’une maladie de plus en plus incurable de l’ordre économique mondial. C’est devenu clair vendredi dernier lorsque les marchés ont chuté en réaction à l’allusion de Janet Yellen, de la banque centrale américaine, que celle-ci envisageait peut-être un léger virage vers un régime plus normal de taux d’intérêt plus tard dans l’année. Il est presque certain que les marchés répondront positivement à toutes données économiques mauvaises parce que de telles nouvelles garantiront qu’on ne fermera pas le robinet d’argent gratuit.

Le caractère mondial de ce parasitisme effréné s’est montré dans les données publiées la semaine dernière sur l’état des marchés financiers chinois. Les courtiers chinois ont levé 14 milliards de dollars de capital cette année, plus que les trois dernières années réunies et ils en ont investi la moitié dans le marché boursier.

Cet argent est utilisé pour des opérations de prêt avec appel de marge où les prêts sont garantis contre les actions achetées. Malgré de nouveaux signes de ralentissement de la croissance chinoise – la production des usines, selon le dernière indice des directeurs d’achat, s’est contracté pour le troisième mois d’affilée et est à son plus bas niveau depuis un an – l’indice composite de Shanghai est déjà en hausse de 44 pour cent cette année. Il est alimenté par la conviction qu’à mesure que l’économie chinoise empirera, les autorités financières vont baisser les taux d’intérêt et prendre d’autres mesures pour accroître l’offre de crédit.

La maladie cependant, se trouve au cœur même de l’économie mondiale et du système financier. Selon un article publié dans le New York Times la semaine dernière, le secteur financier enregistre des profits qui, proportionnellement à l’économie, sont aussi élevés qu’ils l’étaient au début des années 2000, tandis que les fusions et les acquisitions, organisées par les institutions financières de Wall Street, dépassent le niveau atteint avant la crise financière mondiale de 2008.

L’augmentation de l’activité financière va de pair avec une criminalité accrue. Un autre article du New York Times publié au début du mois faisait remarquer que dans un récent sondage, un tiers des personnes qui gagnait plus de €500.000 par an ont dit qu’elles avaient, soit été témoins soit avaient eu connaissance directe de méfaits. Près d’un sur cinq a estimé que « les professionnels des services financiers doivent parfois se livrer à une activité contraire à l’éthique ou illégale pour réussir dans l’environnement actuel ». Compte tenu de la tendance à ne pas avouer la pratique d’activités criminelles, même dans un sondage, ces deux chiffres sont susceptibles d’être encore plus élevés.

La montée du parasitisme financier laisse présager l’éruption d’une nouvelle crise financière mondiale. Cependant, comme l’indique clairement l’intervention de la Banque centrale européenne (BCE) la semaine dernière, la situation est sensiblement différente d’il y a sept ans.

Avant 2008, les banques centrales n’étaient pas directement impliquées dans les opérations quotidiennes des marchés financiers. Elles se tenaient à l’écart, agissant en tant que gardiens de la stabilité du système financier et établissant le cadre de ses opérations. Aujourd’hui, elles sont des participants actifs dans le marché et leurs activités deviennent une source d’instabilité comme le démontre le cas de la BCE.

Suite à la décision de la BCE de commencer les achats de dette souveraine en mars au rythme de €60 milliards par mois au moins jusqu’en septembre 2016, le rendement sur ​​les obligations souveraines a plongé à zéro et en dessous car on croyait que leur prix continuerait de monter en raison des achats de la Banque centrale. Mais lorsque le prix des obligations a chuté, la BCE a dû intervenir soudainement de peur que le château de cartes qu’elle avait créé ne s’effondre.

Il est impossible de prédire ce qui sera la cause immédiate d’une nouvelle crise. Très probablement, ce sera quelque chose qui n’aura pas été prévu par les autorités financières. Dans la période menant au 15 septembre 2008, il y eut des avertissements quant au danger croissant venant de la croissance du marché américain des prêts hypothécaires sub-prime. Mais le président de la Banque centrale américaine, Ben Bernanke, affirmait que cela n’aurait pas d’effet plus large en raison de la petitesse de ce marché par rapport au système financier dans son ensemble.

Quelle que soit l’étincelle initiale, les conditions objectives d’une nouvelle crise sont contenues dans les opérations mêmes du système financier. Les profits financiers ne peuvent pas continuer à augmenter indéfiniment dans des conditions de stagnation et de récession de l’économie réelle, parce que, en dernière analyse, les actifs financiers représentent une créance sur la richesse réelle. Le prix des actifs peut continuer d’augmenter — même pendant une période considérable – tant que l’argent continue d’être déversé sur les marchés, mais quand la bulle éclate, ils s’avèrent être « toxiques ».

Si le cours des événements financiers ne peut être prédit de façon exacte, la réponse des élites dirigeantes elle, est déjà définie. Pendant les sept dernières années, leur politique a conduit à l’accumulation de vastes fortunes pour les spéculateurs et les criminels aux sommets de la société, tandis que les conditions pour la masse des travailleurs ont empiré.

Maintenant, ils ont l’intention de développer cette attaque. Leur détermination fut affichée lors de la conférence annuelle de la BCE à Sintra au Portugal pendant le week-end. Le président de la BCE Mario Draghi y a appelé à des « réformes structurelles » pour réaliser le « potentiel inexploité » pour une production plus élevée.

L’affirmation de croissance plus élevée n’est que de la poudre aux yeux comme la précisé les l’économiste londonien Paul De Grauwe dans un commentaire. Il a dit que quand la Banque centrale appelait à « des réformes structurelles » cela signifiait en réalité que le système de protection étatique devait être supprimé. La banque, a-t-il dit, « se positionnait en dehors du processus démocratique ».

L’imposition de la dictature financière n’est pas une question hypothétique – elle a déjà été mise en œuvre en Grèce, menant à l’appauvrissement de millions de personnes. Dans des conditions où elles n’ont pas de solution à l’aggravation de la crise, les élites financières et leurs représentants exigent qu’elle soit étendue.

24 Messages de forum

  • Où en est la crise du capitalisme ? 26 mai 2015 17:46, par max

    Record battu : 1 826 milliardaires en 2015 dans le monde/ 2,5 milliards de personnes, soit plus d’un tiers de la population mondiale, survivent avec moins de 2 dollars par jour.
    Si l’on devait définir la pauvreté comme le fait de vivre avec moins de $5 par jour, plus de 4 milliards de personnes, soit les deux tiers de la population mondiale. Pour exemple, le salaire que touche les employés des chaines de magasins aux USA est de 7.5$/heure. (donc largement plus que 5$ /jours et récemment ils étaient en grève pour réclamer 15$/heure).

    En mars, le magazine Forbes a rapporté que la valeur nette combinée des milliardaires de la planète avait atteint en 2015 le nouveau sommet de $7.000 milliards. Depuis 2000, la richesse totale des milliardaires du monde a été multipliée par huit.
    Les milliardaires européens sont plus riches que leurs homologues américains et asiatiques, avec une fortune moyenne de 5,7 milliards de dollars, selon une étude publiée mardi 26 mai par la grande banque suisse UBS et le cabinet conseil PricewaterhouseCoopers.

    La fortune moyenne des milliardaires américains est de 4,5 milliards de dollars, et celle des milliardaires asiatiques, de 3,2 milliards de dollars.

    Si les milliardaires d’Asie sont moins riches, ils sont en revanche beaucoup plus jeunes que les Américains ou les Européens, avec une moyenne d’âge de 57 ans, soit dix ans de moins que leurs homologues.

    La moitié des fortunes constituées au cours des vingt dernières années en Europe trouvent leur origine dans l’industrie des biens de consommation, contre 20 % pour les Asiatiques. Aux Etats-Unis, 30 % des nouveaux milliardaires ont fait fortune dans le secteur financier.

    L’Américain Bill Gates, cofondateur de Microsoft, reste l’homme le plus riche du monde avec une fortune qui atteint désormais 79,2 milliards de dollars (70,7 milliards d’euros).

    Répondre à ce message

  • Un article publié dans le Wall Street Journal la semaine dernière détaille certains impacts des fonds d’investissement sur les opérations de grandes sociétés américaines, et la façon par laquelle leur soif insatiable de profit accapare les forces vives de l’économie par des manipulations financières et ainsi contribue à son effondrement.

    L’article est basé sur une étude réalisée pour le journal par S&P Capital IQ. Ce dernier a constaté que les entreprises de l’indice S&P 500 avaient « fortement augmenté leurs dépenses sur les dividendes et rachats [d’actions] à une médiane de 36 % des flux de trésorerie en 2013, comparativement à 18 % en 2003 ». Le doublement de ce taux a été accompagné par une baisse des dépenses par ces entreprises en usines et en matériel, de 33 à 29 % sur la même période.

    L’étude a révélé que dans les entreprises ciblées par ce qu’on appelle des « investisseurs activistes » – c’est à dire des fonds spéculatifs qui détiennent des centaines de millions et parfois des milliards de dollars au nom de leurs riches investisseurs – les chiffres étaient encore plus élevés. Les entreprises visées ont réduit leurs dépenses en capital de 42 à 29 % des flux de trésorerie et ont fait passer les dépenses sur les dividendes et les rachats d’actions de 22 à 37 % des flux de trésorerie.

    L’un des principaux facteurs qui facilitent ces opérations a été l’offre d’argent à très bon marché par la Réserve fédérale américaine qui a maintenu les taux d’intérêt officiels à près de zéro, conduisant à des taux d’intérêt historiquement bas sur les marchés financiers. Les fonds spéculatifs sont en mesure d’utiliser l’argent emprunté pour acquérir des participations importantes dans des sociétés et puis faire pression pour plus de rachats d’actions et de paiement de dividendes. Les rachats d’actions, à leur tour, peuvent être financés par des prêts à faibles taux d’intérêt.

    L’objectif est de produire une augmentation du prix de l’action de la société ou de générer un flux accru de dividendes qui produit de gros profits pour les « activistes », ce qui s’accompagne souvent de suppressions d’emplois ou de la fermeture pure et simple de certaines parties de l’entreprise ciblée qui ne feraient pas une contribution suffisante au « fonds propre des actionnaires ». À la fin du processus, de vastes profits ont été empochés, sans un seul atome de nouvelles richesses créé, tandis que la capacité de production est réduite.

    Répondre à ce message

  • Les conséquences de ces opérations vampiriques sont les plus importantes dans les grandes industries. Les géants de l’énergie des États-Unis, qui ont dépensé des milliards en rachats d’actions, en dividendes et en fusions, ont refusé pendant des décennies d’investir dans les infrastructures, ce qui a conduit à une situation où les travailleurs doivent faire des journées de 16 heures et où les conditions de travail sont de plus en plus dangereuses. De même, les entreprises de l’industrie automobile et de l’industrie des télécommunications sont connues pour leur résistance à des augmentations de salaire, et elles participent aux mêmes manipulations financières.

    Plus profonde est la crise économique, plus frénétique est la spéculation. L’article fait remarquer que depuis 2010 le nombre de campagnes de ces activistes, dirigées vers les rachats d’actions et l’augmentation des dividendes, a crû de 60 %. L’année dernière, il y a eu 348 de ces campagnes, soit le plus grand nombre depuis 2008. Il y a eu 108 campagnes de plus au premier trimestre de cette année. Les fonds spéculatifs contrôlent maintenant 130 milliards de dollars en actifs, plus que le double du montant qu’ils détenaient en 2011. Cela signifie que, une fois qu’ils exploitent ces fonds à l’aide d’emprunts à des taux extrêmement bas, ils peuvent cibler pratiquement n’importe quelle société.

    Ceux qui se posent en réformateurs de l’économie capitaliste feront valoir qu’on peut surmonter ces dangers en développant des mécanismes ou des règlements visant à promouvoir le « bon » côté de l’activité commerciale – la recherche, le développement et l’investissement réel – tout en contrôlant le « mauvais » côté : le parasitisme. Mais la question demeure : pourquoi maintenant ?

    Répondre à ce message

  • Parmi les signaux annonciateurs de nouvel effondrement, tous résultent d’une stratégie de la part des capitalistes à vouloir optimiser leurs profits record. Ne pouvant pas les réinjecter dans l’économie réelle car ils savent pertinemment que ce cycle ne serait pas profitable (du fait de la saturation des marchés), ils n’ont d’autre choix que de les valoriser autrement :

    - Au cours des trois derniers mois, la somme des fusions-acquisition (900 milliards de dollars) a dépassé la somme des fusions-acquisition de l’année 2007 qui est, rappelons-le, la dernier année où l’on a cru que le capitalisme était indéboulonnable. Ces milliers de milliards de dollars injectés ne sont rien d’autre que le papier froissé imprimé par les banques centrales aux abois.

    - Les entreprises du CAC 40 ont racheté leurs propres actions pour une somme de 15 milliards d’euros (contre 19 milliards en 2007). Il en est de même pour les entreprises du Dow Jones, mais pour des sommes pouvant dépasser cette année les mille milliards d’euros. La raison à tout cela est que les entreprises n’ont pas intérêt à garder une trésorerie importante car les taux d’intérêts du capital sont faibles.

    - Par rapport aux sommes ci-dessus, cela aurait pu paraître anecdotique. Lors d’une vente aux enchères chez Christie’s à New York, un tableau de Picasso (Les dames d’Alger) a atteint un record : 179 millions de dollars. Un autre record fut la statue L’Homme au doigt d’Alberto Giacometti, vendue 141 millions de dollars. On comprend bien à la lecture de ces chiffres qu’ils sont complètement déconnecté de la vraie vie.

    - La bourse de New York se situe à des records historiques : elle a dépassé la barre jamais atteinte des 18 000 points alors qu’en 2008 eelle était à 14 000 points. Le CAC 40, lui n’a pas encore atteint le record de 2008 de 6 000 points mais s’en approche. Les spéculateurs se réjouissent et sablent le champagne. Tant qu’il y a des crédules pour continuer, c’est open bar.

    La dépression économique surviendra quand plusieurs grands capitalistes financiers spéculateurs, sentant que la sangria tourne à l’aigre, chercheront soudainement à se débarrasser des avoirs boursiers non adossée à des valeurs sonnantes et trébuchantes (les passifs) pour les transformer en actifs industriels, fonciers, en moyens de transport. C’est alors que la bourse s’emballera et tout ce fatras d’actions et d’obligations toxiques s’écroulera emportant avec lui les économies de millions d’épargnants floués.

    Répondre à ce message

  • Les bourses mondiles ont chuté jeudi, les craintes d’un ralentissement économique mondial se mêlant à celles d’une déstabilisation des taux de change et des tensions géopolitiques.

    La bourse américaine a connu sa plus forte chute en un jour depuis février 2014, en effaçant tous leurs gains du marché depuis un an. Les bourses des marchés émergents, quant à elles, ont baissé pour la cinquième journée consécutive, atteignant leurs cours les plus bas depuis 2011.

    Les marchés en Chine ont mené la danse jeudi, chutant de 3,18 pour cent. Cela porte les baisses totales depuis juin à 29 pour cent, malgré une série extraordinaire d’injections de liquidités par la banque centrale chinoise, qui s’est intensifiée suite à la dévaluation de la devise chinoise la semaine dernière. Le krach va de paris avec une forte baisse de la croissance.

    Jeudi, le marché semble avoir chuté à cause d’une évaluation sombre de l’économie mondiale par la Réserve fédérale aux USA dans sa réunion du 28-29 juillet, dont les notes venaient d’être publiées.

    Depuis 2008, la classe dirigeante traite généralement les prévisions négatives de la « Fed » comme un élément positif, signalant l’octroi de nouvelles perfusions d’argent pour soutenir les marchés.

    Mais jeudi, les marchés semblaient craindre qu’avec des taux d’intérêt proches de zéro pour cent et après neuf ans sans augmentation des taux, les banques centrales sont à court de munitions pour combattre une crise qui touche de plus en plus chaque coin du globe.

    Les marchés en Asie, en Europe et en Amérique du Nord ont suivi les marchés chinois à la baisse. Aux États-Unis, l’indice Dow Jones a chuté de plus de 350 points, clôturant en baisse de 2 pour cent, le S&P 500 a chuté de 2,1 pour cent, et le marché Nasdaq a chuté de 2,8 pour cent à cause de piètres ventes de technologie des deux côtés du Pacifique.

    Bloomberg signale : « L’indice NASDAQ biotechnologie... est entré dans une correction, après une chute de plus de 10 pour cent à partir d’un record établi il y a un mois. L’indice Philadelphia Semiconductor a glissé dans un marché en baisse, plongeant de plus de 20 pour cent à partir d’un pic en juin. »

    Les actions qui ont augmenté le plus cette année étaient les plus durement touchées. Netflix a chuté de 7,8 pour cent en une seule journée. Selon Bloomberg, « On commence enfin à voir les actions ’intouchables’ — parmi les poids lourds du marché — qui sont touchées à leur tour. »

    En plus du pronostic négatif par la Fed, les marchés répondaient à la baisse persistante des prix des matières premières, dans le contexte d’une baisse continue de la demande mondiale en raison du ralentissement international.

    Le Financial Times a souligné l’importance de la vente massive des matières primaires en écrivant que, « prise au pied de la lettre, la chute des prix des matières primaires au cours de l’année écoulée était compatible avec une récession mondiale aussi grave que celle de 2008-09. »

    La chute des prix des matières primaires transmet les tendances à la chute de l’économie réelle vers les marchés financiers. Selon Reuters, la corrélation entre la bourse américaine et le prix du pétrole ces deux dernières semaines est la plus étroite depuis cinq mois.

    Répondre à ce message

  • La Bourse de Paris en forte baisse dans le sillage des marchés asiatiques...

    Il ne suffit pas de faire semblant de ne pas voir pour que la réalité ne soit pas réelle : le capitalisme ne s’en sort et ne s’en sortira pas !

    Répondre à ce message

  • Où en est la crise du capitalisme ? 7 septembre 2015 07:30

    « La crise de 2008 représente, pas moins que 1914, 1929 et 1939, un tournant dans l’histoire mondiale. »

    David North, WSWS

    Répondre à ce message

  • Où en est la crise du capitalisme ? 9 septembre 2015 08:05, par R.P.

    Lire aussi :

    Les économies capitalistes occidentales se dirigent-elles vers une crise générale existentielle ?

    Le terme d’existentielle signifie à la fois « une crise inhérente à leur existence » et aussi, ce qui n’est pas contradictoire, « une crise pouvant mettre en cause leur existence ».

    cliquer ici

    Et aussi :

    “Quelque chose ne tourne pas rond dans le capitalisme mondial”

    cliquer ici

    Et encore :

    Sur les crises capitalistes du passé

    Répondre à ce message

  • Où en est la crise du capitalisme ? 19 septembre 2015 22:13

    Moody’s dégrade la note de la France...

    Cela veut dire que la dette coutera plus cher à tous l’Etat et à tous les organismes publics ou semi publics...

    Répondre à ce message

  • Fitch estime à son tour que l’Ukraine est en défaut partiel sur sa dette... La Banque mondiale a également revu à la baisse ses prévisions pour l’Ukraine en septembre en tablant désormais sur une chute de 12% du PIB en 2015.

    C’est loin d’être un cas isolé...

    L’économie mondiale ne montre aucun signe positif : le FMI a abaissé mardi ses prévisions de croissance pour 2015 et 2016 en s’inquiétant en particulier du ralentissement chinois qui entraîne les pays émergents dans son sillage. L’économie de la planète serait ainsi en passe de réaliser cette année sa plus mauvaise performance depuis la récession planétaire de 2009.

    Les inquiétudes se concentrent tout particulièrement sur la Chine, dont le récent ralentissement économique a déjà plombé une cohorte de pays et devrait se confirmer en 2016 avec une croissance attendue de 6,3%, selon le FMI, au plus bas depuis vingt-cinq ans.

    « Ce qui se passe en Chine a des répercussions sur la planète tout entière », a affirmé le chef économiste du FMI lors d’une conférence de presse.

    D’après le FMI, le coup de mou de la deuxième puissance économique mondiale va ainsi se payer au prix fort chez des pays exportateurs de matières premières, notamment de métaux dont 50% de la production mondiale est absorbée par la Chine.

    Ces pays « vont être dans le pétrin », a déclaré M. Obstfeld.

    L’addition s’annonce sévère pour le Brésil, dont la récession devrait être deux fois plus forte que prévu jusque-là (-3,0% en 2015) ou l’Afrique sub-saharienne dont la croissance pourrait être amputée de 1,2 point par rapport à 2014 (3,8%).

    Autre grande économie émergente, la Russie cumule, elle, le double handicap de produire de l’or noir et d’être visée par des sanctions occidentales pour son rôle dans la crise en Ukraine. Verdict du FMI : une récession de près de 4% cette année.

    Un péril commun guette par ailleurs les pays émergents : le prochain changement de cap monétaire aux Etats-Unis qui pourrait accélérer la fuite de capitaux, au risque de les priver d’argent frais.

    Répondre à ce message

  • Où en est la crise du capitalisme ? 30 décembre 2015 21:47

    Le FMI prévoit une croissance « décevante et inégale » en 2016… Tant pis pour ceux qui affirment qu’on est sortis de la crise !!!

    Répondre à ce message

  • Où en est la crise du capitalisme ? 17 janvier 2016 16:27

    Le pétrole et l’Iran font chuter les Bourses du Golfe...

    Pour le reste, comptez sur la Chine, le terrorisme et la montée des hostilités avec la Russie, la Corée du Nord et le monde musulman... Et on en passe...

    En fait tout cela est conditionné par la crise du capitalisme mondial !

    Répondre à ce message

  • Où en est la crise du capitalisme ? 3 février 2016 07:13

    L’économie américaine est tombée dans une certaine torpeur au quatrième trimestre 2015. Le Produit Intérieur Brut (PIB) des Etats-Unis n’a progressé que de 0,7 % en rythme annualisé entre octobre et décembre, autant dire une quasi-stagnation en termes réels. Cette première estimation, publiée vendredi 29 janvier par le Département du commerce, représente une nette décélération par rapport aux deux trimestres précédents, au cours desquels la croissance avait été respectivement de 3,9 % et 2 %.

    Sur l’ensemble de l’année, le PIB américain n’a progressé que de 2,4 %, comme en 2014. Une fois de plus, les espoirs d’assister à une franche accélération de la croissance après six ans de reprise se sont envolés.

    Répondre à ce message

  • Où en est la crise du capitalisme ? 15 février 2016 06:45

    Huit ans après le krach financier de 2008, il est clair que les gouvernements capitalistes et les banques centrales n’ont répondu à aucune de ses causes profondes. Au lieu de cela, ils ont injecté l’argent dans les marchés financiers et déclenché un cercle vicieux de spéculation et de parasitisme sous forme de fusions et consolidations qui ont fortement réduit la production et conduit à des licenciements massifs.

    Le résultat final a été une nouvelle accélération de la croissance de l’inégalité sociale où l’enrichissement fantastique de l’oligarchie financière parasitaire est financé par la destruction massive de l’activité productive et une vaste paupérisation de la classe ouvrière.

    Autrement dit, les conditions qui ont donné naissance à la crise financière de 2008 ont été reproduites sous une forme encore plus extrême, avec le risque d’un résultat similaire.

    Incapable de s’autoréformer, le capitalisme a atteint ses limites, à partir desquelles son mécanisme de développement se transforme en mécanisme d’autodestruction...

    Répondre à ce message

  • Où en est la crise du capitalisme ? 15 février 2016 12:47

    La Chine a vu ses exportations et importations dégringoler de concert à nouveau en janvier, montraient lundi des chiffres des douanes chinoises, sur fond de dégradation continue de l’activité industrielle dans la deuxième économie mondiale. Les exportations du géant asiatique ont reculé le mois dernier de 6,6% sur un an, à 1.140 milliards de yuans (environ 174 milliards de dollars), selon ces statistiques dévoilées seulement dans la monnaie chinoise. De leur côté, les importations de la deuxième économie mondiale ont continué de s’enfoncer en janvier, plongeant de 14,4% sur un an à 738 milliards de yuans. L’excédent commercial chinois a gonflé de 12,2% sur un an en janvier, à 406 milliards de yuans, ont précisé les douanes.

    Pour rappel, les statistiques commerciales de la Chine, grand consommateur de matières premières et première puissance commerciale de la planète, sont scrutées de près, d’autant que le commerce extérieur est un pilier traditionnel de son modèle économique.

    Répondre à ce message

  • Où en est la crise du capitalisme ? 16 février 2016 10:34

    L’économie mondiale pourrait bientôt "dérailler" : en pleine tempête boursière, le FMI a abaissé mardi ses prévisions de croissance et lancé une mise en garde face au ralentissement chinois et à son impact sur les autres pays émergents.

    Signe du pessimisme ambiant, le Fonds a abaissé de 0,2 point sa prévision de croissance pour 2016 (3,4%) comme pour 2017 (3,6%) en pointant la situation "périlleuse" de nombreux pays émergents, guettés par le "ralentissement généralisé".

    L’économiste en chef du FMI, Maurice Obstfeld, a prévenu en outre que les "risques" pesant sur ces prévisions s’étaient "intensifiées" ces tout derniers mois et averti que le monde pourrait emprunter "un chemin cahoteux cette année"

    Répondre à ce message

  • Où en est la crise du capitalisme ? 7 mai 2016 06:57, par Olivier

    Le capitalisme s’enfonce chaque jour un peu plus dans la crise économique qui s’approfondit depuis 2007 et qui est la plus profonde depuis 800 ans. La stagnation des investissements dans le monde signe le fait que ce dernier n’arrive plus à réaliser ses profits comme auparavant. Ses effets sont visibles partout et par tous. Ceux-ci comprennent notamment la destruction de l’environnement qui menace de plus en plus l’existence même de la vie sur la planète.

    À travers le monde, les gouvernements ne cessent d’attaquer nos conditions de vie et de travail, avec en supplément la tentative largement infructueuse de réduire les dettes causées en grande partie par la spéculation financière qui permet, par ce moyen, à nos maîtres de continuer à s’enrichir.

    C’est cette crise économique qui génère les actes d’agression et la multiplication des conflits militaires dans toutes les régions de la planète. Que ce soit en mer de Chine méridionale, au Moyen-Orient, en Afrique ou en Ukraine – les puissances impérialistes se préparent partout à un conflit militaire ouvert et généralisé.

    Répondre à ce message

  • Où en est la crise du capitalisme ? 7 mai 2016 06:59, par R. Paris

    Cher lecteur

    Tu fais un petit pas en avant en montrant que la crise n’est pas tout à fait comme avant puisque l’on ne peut plus profiter comme avant mais cet enfoncement permanent ne te permet-il pas de voir que ce n’est plus "une crise" mais un état de mort clinique dont les soins palliatifs ne font que souligner le diagnostic de ses prétendus médecins qui n’essaient plus de soigner le prétendu malade. Cet espèce de Sharon a tous les tuyaux pour drainer son corps mais cela ne fait que montrer qu’il s’agit de soins pour maintenir un état végétatif ! Pour ta part, tu interprètes les attaques anti-sociales par la nécessité de réduire les dettes dues à la spéculation financière. Au contraire, la politique de tous les états et banques centrales ne fait que rajouter des dettes publiques aux dettes privées.

    Le but est bien plus un but de classe que cela : détruire moralement et politiquement, socialement la classe ouvrière pour détourner le mouvement de colère inévitable dès qu’il sera clair que le capitalisme cesse de fonctionner vers des haines entre peuples, des guerres et des fascismes.

    amicalement

    Robert

    Répondre à ce message

    • Salut Robert,

      Je suis content d’avoir de tes nouvelles et de lire tes réflexions qui me paraissent intéressantes et me permettent en même temps de prolonger et de clarifier ma pensée..

      1/ Sur la crise économique.

      Il y a une différence entre la plus grave, la plus grande et la plus profonde en étendue même du fait de la mondialisation, des crises du capitalisme et sa "mort clinique" comme tu l’écris.
      En effet :

      a/ Ce sont les hommes qui font l’histoire et la bourgeoisie n’est pas la classe de la conscience universelle et marxiste. Elle ne peut pas comprendre qu’elle a fait son temps et qu’une autre société doit la remplacer. Si elle sait qu’elle est en difficulté, elle ne croit pas sa disparition possible. De toute façon, elle ne se fera pas hara-kiri toute seule. Déjà, "Il faut qu’elle ne puisse plus" comme le dit Lénine pour qu’un changement social soit possible mais nous devrons la renverser. Elle est seulement capable de faire la guerre pour se sauver une fois le dos au mur. (j’y reviendrai)

      b/ Marx nous a appris que c’est la lutte de classe qui accouche de l’histoire. Seul le prolétariat peut renverser le capitalisme. Un système social ne disparaît pas de mort clinique. Nous n’avons vu cela ni des sociétés de chasseurs cueilleur, ni du despotisme asiatique, ni de l’esclavage, ni du servage. Il a fallu d’abord que les conditions sociales soient possibles et ensuite c’est la violence qui est accoucheuse de l’histoire et d’un monde nouveau.

      c/ La crise économique se manifeste en dernier ressort du fait du faible taux des profits des entreprises. (de ce fait les capitalistes se détournent de la sphère de la production industrielle pour la spéculation financière). Pourquoi ce phénomène ? C’est la fameuse loi de la baisse tendancielle du taux de profit qui rentre en jeu.

      La loi de la valeur nous enseigne que le taux de profit a tendance à diminuer du fait de l’accroissement du capital constant. A la fin d’un cycle de production qui se termine par une crise économique, pour se régénérer le capital doit donc détruire du capital constant dans une guerre, par exemple, voir du capital variable (des ouvriers sur le front). Et un nouveau cycle de production peut repartir à nouveau quand le capital a « assaini » les moyens de production. (voilà pourquoi je disais plus haut que j’y reviendrai : sur la guerre ou sur le fait que beaucoup d’entreprises ferment avec des licenciements massifs dans tous les pays pour ne laisser en place que les secteurs qui sont les plus rentables pour repartir dans un nouveau cycle de production)

      Voilà pourquoi, je crois que ton raisonnement reste un peu « idéaliste ». Tu dois réintroduire dans la pensée les contradictions du capitalisme. Le monde est plus contradictoire et complexe même que de la façon dont je le décris là dessus. Mon raisonnement est volontairement réducteur afin de faire comprendre plus aisément et simplement les choses. Donc nous sommes d’accord que la crise est très grave mais il faut faire attention avant d’asséner un diagnostic aussi définitif que tu ne le fais.

      Bien souvent, par le passé alors membre du CCI, j’ai eu ta vision au cours des dernières crises économiques et j’ai dû réfléchir plus avant depuis lors pour être moins péremptoire. En effet, quand je parlais de « décadence » du capitalisme j’omettais de dire que ce n’était qu’une tendance. Ceci dit sur ce point notre réflexion va dans la même direction : la gravité. Mais cela ne signifie pas « mort ». Attention, « il bouge encore » et il n’est que plus dangereux, comme un bête à terre !

      2/ Tu dis : « tu interprètes les attaques anti-sociales par la nécessité de réduire les dettes dues à la spéculation financière. Au contraire, la politique de tous les états et banques centrales ne fait que rajouter des dettes publiques aux dettes privées. » (souligné par moi)
      Je ne sais pas où tu as lu cela dans la phrase suivante : « À travers le monde, les gouvernements ne cessent d’attaquer nos conditions de vie et de travail, avec en supplément la tentative largement infructueuse de réduire les dettes causées en grande partie par la spéculation financière qui permet, par ce moyen, à nos maîtres de continuer à s’enrichir. »

      Je ne parle que d’une tentative car c’est effectivement l’argument (réduire la dette) utilisé par les gouvernants pour attaquer encore plus la classe ouvrière. Et cela comme je le dis plus haut pour que la loi de la valeur permette de réduire la part du capital constant et variable.
      L’essentiel est de serrer la vis aux ouvriers et de retrouver un bon taux de profit pour les capitalistes (c’est l’essentiel pour eux, mêmes s’ils n’en ont pas conscience. Pour nous, c’est Marx qui nous l’a enseigné.).

      Mais en attendant, il faut continuer à s’empiffrer pour les capitalistes. Comment faire ? Seule solution momentanée pour ces derniers : s’enrichir par la spéculation et la dette puisqu’ils ne peuvent plus le faire par la production classique et l’exploitation de la classe ouvrière dans les usines moins rentables (sauf en Chine, Inde, Arabie Saoudite, etc... et encore... là aussi l’on touche les limites).

      Du coup, l’on comprend les raisons de cette spéculation effrénée. Spéculation monstrueuse qui ne peut durer !

      Et en effet, les 28 plus grandes banques dominent l’économie mondiale, elles tiennent les États nationaux comme otages. François Morin, auteur de "L’hydre mondiale, l’oligopole bancaire" écrit : “Les États sont à la fois otages de l’hydre bancaire et disciplinés par elle”.

      Les 28 banques contrôlent des ressources supérieures à la dette publique des 200 États de la planète. Tandis que ces derniers détiennent pour actifs : 50 341 milliards de dollars, la dette publique mondiale est de 48 957 milliards de $. Il y a des centaines de milliers de banques dans le monde, mais 28 entités concentrent 90% des actifs financiers .

      Aujourd’hui, 90% de l’argent est créé par ces 28 banques ; seulement 10% est de la responsabilité des banques centrales. La moitié des 28 banques produisent des produits « dérivés » (les fameux junks-bonds ou obligations pourries) à hauteur de 710 000 000 000$, soit l’équivalent de dix fois le PIB mondial.

      Oui le monde vit sur une bulle spéculative qui peut à tout moment éclater et s’effondrer, c’est très grave pour le capital. Si cela arrive il ne faudra pas perdre la tête car c’est alors que notre rôle d’accoucheur de l’histoire interviendra ! Si nous ne faisons rien, le capital repartira pour un nouveau cycle productif en laissant beaucoup de cadavres sur le terrain.
      Donc, si ma phrase laissait prise à ton interprétation et à un quelconque réformisme, c’est peut être sa rédaction qui manque de développement mais comment dire tout cela dans un manifeste que je juge, au demeurant, trop long.

      Mais ne soyons pas populistes ! Ni ne soyons pas comme LO qui pense qu’il faut distribuer cet argent des « riches » ou des banques. Notre seule réflexion possible aujourd’hui ne va que dans la destruction du capital pour résoudre les horreurs que le capitalisme nous prépare toujours un peu plus. A l’ordre du jour c’est encore et toujours : « socialisme ou barbarie » depuis 1914. Dès lors, il n’y a plus de réformes possibles. L’heure n’est plus aux demi-mesures, ni aux « sparadraps », ni aux « emplâtres » pour sauver la planète.

      Olivier

      Répondre à ce message

  • Où en est la crise du capitalisme ? 8 mai 2016 13:12, par R. Paris

    Cher Olivier,

    Il y a effectivement une énorme différence entre la crise la plus grave et la mort clinique. Cela change non seulement les effets mais les conséquences durables sur le long terme.
    Tu prends comme premier argument pour prouver que cela ne serait pas la fin du capitalisme que la classe capitaliste ne pourrait pas comprendre par elle-même qu’elle a fait son temps ! Et ensuite tu m’accuses d’idéalisme, c’est plutôt amusant ! Il faudrait se fonder sur ce que cette classe pense d’elle-même pour savoir ce qu’elle est ?!!

    Ensuite, tu dis qu’elle ne se fera pas hara kiri toute seule. Comme si on ne pouvait mourir que par hara kiri !

    Tu dis que l’on ne pourra pas économiser de devoir renverser la classe capitaliste. Tout à fait d’accord avec toi sur ce point. Cela ne signifie pas que ce système n’ait pas atteint ses limites. C’est deux choses tout à fait différentes.

    Par contre, pas du tout d’accord quand tu écris : « Un système social ne disparaît pas de mort clinique. » Il y a un très grand nombre de systèmes sociaux qui ont disparu sans que des révolutions permettent de les dépasser.
    Tu écris : « La crise économique se manifeste en dernier ressort du fait du faible taux des profits des entreprises. » Mais justement ce n’est pas du tout la situation. Ce qui caractérise la situation, c’est une part croissante du capital privé qui ne s’investit pas car il est trop important, soit une suraccumulation massive et même générale du capital privé, ce qui ne se produit pas durablement dans une crise classique.

    Tu dis : « Attention, il bouge encore »… Mais le fonctionnement du système peut être mort sans que son pouvoir soit encore atteint et c’est ce pouvoir qui est, lui, mortel pour les travailleurs et les peuples !

    Ton interprétation des causes de la guerre me semblent toujours aussi économiste et ne tient pas compte en réalité de la lutte des classes. Le but des politiques des Etats impérialistes, aujourd’hui comme dans les guerres mondiales précédentes, me semble d’abord et avant causé par la nécessité de détruire la capacité prolétarienne de lutte de classes.

    Amicalement

    Robert Paris

    Répondre à ce message

  • Où en est la crise du capitalisme ? 4 novembre 2016 12:42

    Le FMI vient de déclarer :

    « Notre préoccupation omniprésente est que les dirigeants traditionnels perdent leur emprise, et l’économie mondiale entre dans un territoire inexploré et dangereux. »

    Répondre à ce message

  • L’expansion économique des Etats-Unis s’est affaissée à 0,7 % en rythme annuel de janvier à mars, signant sa cadence la plus faible en trois ans, freinée par des consommateurs frileux, a indiqué le département du Commerce dans sa première estimation du Produit intérieur brut (PIB).

    Les analystes ne s’attendaient pas à une telle faiblesse et prévoyaient une expansion de 1,1 %, après 2,1 % au dernier trimestre 2016.

    Répondre à ce message

  • Le milliardaire Warren Buffett sur la crise du capitalisme :

    « Quand on est dans un trou, la pire chose à faire est de continuer de creuser. »

    « Si jamais vous vous retrouvez dans un bateau qui coule, l’énergie pour changer de bateau est plus productive que l’énergie pour colmater les trous. »

    « C’est quand la mer se retire qu’on voit ceux qui se baignent nus. »

    « C’est une guerre de classes, et c’est ma classe qui est en train de gagner. »

    « Les prévisions vous en disent beaucoup sur ceux qui les font, elles ne vous disent rien sur l’avenir. »

    « Dans le monde des affaires, le miroir arrière est hélas toujours plus clair que le pare-brise. »

    « L’économie est tombée d’une falaise. ( …) Je n’ai jamais vu un tel niveau de peur auparavant… »
    Le milliardaire américain Warren Buffet à chaîne américaine CNBC lundi 9-03-2009, parlant de « Pearl Harbour économique ».

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0