English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > Nouvelles attaques contre l’hôpital public en mai 2016 !!!

Nouvelles attaques contre l’hôpital public en mai 2016 !!!

vendredi 27 mai 2016, par Robert Paris

Tout pour l’ambu

L’hôpital public court de plus en plus vers ce qui est plus rentable, abandonnant ainsi des activités, des méthodes médicales en fonction de ce seul critère financier ou comptable. Il ne s’agit bien entendu pas de la rentabilité pour les personnels ni pour les malades. Il ne s’agit pas de véritables économies puisque le secteur privé profite plus que jamais sur le dos de l’hôpital public. Non, il s’agit toujours des critères comptables imposés depuis la T2A et confirmés depuis. L’un des exemples de cette politique est la croissance de l’ambulatoire aux dépens, bien sûr, du non-ambulatoire. Par exemple, à Saint-Antoine, la chirurgie ambulatoire empiète progressivement sur le reste. Les week-ends, les ambus sont accueillis dans le non-ambu, en salle. C’est au point que l’hôpital priorise les ambus par rapport aux patients arrivant en urgence avec une pathologie importante. Simplement parce qu’ils n’occupent pas un lit !

L’arnaque des labos s’accroît

Les labos pharmaceutiques font payer des prix faramineux pour certains médicaments et le gouvernement laisse plumer les finances publiques pour aider les trusts, soi-disant pour aider « l’économie » ! Le traitement de l’hépatite C en donne un exemple : 40.000€ pour trois mois ! Et encore, il faut avoir atteint un stade avancé pour en bénéficier. Récemment cent dix cancérologues dénonçaient les prix invraisemblables des traitements anticancéreux, expliquant qu’en une quinzaine d’années, on est passés de 10.000 dollars par an à 120.000 dollars ! La part du coût recherche et développement dans le prix des médicaments dégringole sans cesse et les Etats prennent en charge la recherche et pourtant les tarifs des trusts pharmaceutiques grimpent en flèche : cherchez l’erreur. Qui nous protègera du cancer du profit des trusts !

Cela n’a rien de civique

Au titre du « service civique », de nombreux jeunes sont employés dans les hôpitaux. Dans certains hôpitaux ils ont commencé à être employés dans les services pour pallier le manque de personnel. Rappelons qu’au départ, ils étaient censés seulement orienter les patients perdus dans les couloirs. Certes, ces jeunes s’ennuyaient à ne rien faire, mais ce n’est pas une raison pour en faire des bouche-trous pour cacher le refus d’embaucher de la direction. La moitié du salaire minimum pour un emploi très précaire après lequel il n’y a rien et qui n’est même pas le début d’une perspective d’emploi, ce n’est pas un avenir !

Dégâts collatéraux du plan Hirsch

L’arrêté Hirsch n’est même pas entré officiellement en vigueur qu’il est déjà appliqué et a des effets dévastateurs. Il s’agit d’instaurer partout la polyvalence. Tout nouvel embauché l’est sur ces bases. La grande équipe est devenue la norme. Les RTT sautent. Le personnel est de plus en plus sous pression. Que le plan Hirsch soit passé, malgré la révolte des personnels et grâce à la fameuse stratégie syndicale de négociations, ne veut pas dire que les personnels supportent bien le traitement de choc qui leur est imposé. Au contraire, la crise mûrit…

Regrouper, c’est réduire

« Le 1er juillet, tous les hôpitaux publics devront s’être regroupés pour mutualiser certaines fonctions. Quel est le sens de cette réforme ? » demandent "Les Echos" à Marisol Touraine ...

Elle répond :

« Je tiens à souligner que sans les réformes engagées à l’hôpital depuis quatre ans, la création de ces GHT n’aurait pas été possible. Je veux avant tout parler du virage ambulatoire. Plus de la moitié de la chirurgie se fait désormais sans dormir à l’hôpital. C’est une révolution silencieuse. »

Contre-révolution pas si silencieuse que ça puisque des personnels combattent déjà cette réforme !

La lutte contre les Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT) – qui sont l’inverse direct de l’hôpital de proximité – se développe. Les hôpitaux psychiatriques sont les plus actifs dans cette lutte. En effet, ils sont particulièrement visés car les groupements s’y traduisent par des suppressions d’effectifs, notamment dans les personnels administratifs. La psychiatrie est également touchée par la « réforme » qui s’attaque particulièrement aux petites structures (l’hôpital hors les murs). Accepter ces réformes, ce serait complètement fou !

On reste en contact ?

Sous prétexte de plan blanc, les cadres de l’hôpital public ont récolté nos numéros de téléphone personnels et ne se gênent pas pour s’en servir afin de remplir les trous de leurs plannings sans embaucher ni recourir à l’intérim. Ils savent qu’il est illégal de nous relancer directement et poussent des collègues à nous appeler. Mais certains cadres se permettent de nous appeler directement chez nous et de façon systématique, pour nous pousser à travailler en dehors de nos horaires, ce qui est inadmissible…

Il faut qu’une porte soit ouverte ou fermée

Un petit fascicule édité par la direction de l’APHP nous annonce que « le jour J, des manifestations sont organisées dans les hôpitaux ». Ne vous en faites pas : Hirsch n’est pas en train de nous mobiliser contre son plan ! C’est seulement une brochure « portes ouvertes des hôpitaux de l’APHP » ! Portes ouvertes au public pour présenter l’hôpital de Hirsch qu’il présente ainsi : « solidarité, proximité, excellence ». Nous traduisons : pénurie de moyens, pénurie de personnels, pénurie d’humanité, maltraitance des personnels et des malades. Porte ouverte vers le risque maximum et le bien-être minimum de tous !

Pas gênée, la direction !

La revue « Transmissions » de la direction de l’APHP, celle-ci ose se féliciter de la manière dont s’est passé l’accueil des victimes du terrorisme dans la nuit du 13 novembre 2015 affirmant que « la solidarité et le dévouement des soignants se sont montrés plus forts que tout ». Plus fort que la passivité et que la pénurie de matériel, de lits, de moyens, de personnel et surtout que l’incurie de la direction et des cadres, singulièrement absents, y compris dans ces circonstances dramatiques ?!!!

Divisés, nous serons toujours battus

Maintenant qu’Hirsch a imposé sa réforme à l’hôpital public, que Radio France a imposé la sienne, qu’Air France a imposé la sienne, qu’Areva a imposé la sienne, à chaque fois les personnels luttant seuls sans que leur lutte rejoigne celle des autres salariés attaqués, c’est maintenant au tour des cheminots de se défendre, seuls une fois de plus. Car telle est la stratégie ces centrales syndicales. Pourtant toutes ces attaques proviennent des mêmes et ont la même origine. Même quand les centrales syndicales reconnaissent que le plan Pépy à la SNCF, c’est la même attaque que la loi El Khomri, ils proposent des mobilisations séparées : pas les mêmes jours de grève, pas les mêmes revendications, pas d’assemblées communes, pas de convergence ni même de liaisons. Le dernier mouvement massif de l’APHP a bien montré que les directions syndicales ne respectent pas les demandes des salariés et sont capables d’aller contre la volonté des personnels en négociant jusqu’au bout avec Hirsch alors que les personnels étaient unanimes à dire que le plan Hirsch n’était négociable ! Il est plus que temps de reprendre en nos mains la direction de nos luttes au travers d’assemblées interprofessionnelles, de coordinations et de comités de grève élus et révocables. On ne pourra pas faire reculer patronat et gouvernement sans nous investir nous-mêmes dans la direction de nos luttes.

Touraine transparente ?

Le Canard Enchaîné du 11 mai écrit : « Touraine remet une couche de sombre transparence. Rendre publique les sommes que les labos versent aux toubibs ? Pouah ! L’industrie pharmaceutique ne veut pas de cette transparence. Ça tombe bien ! Marisol Touraine ne cesse de voler à son secours pour escamoter cette obligation votée… en 2011 et méthodiquement torpillée depuis… »

Attention au puma !

Le dispositif PUMA, protection universelle maladie, qui va remplacer la CMU va exclure de la possibilité de se soigner une grande partie des personnes en attente de régularisation de leurs papiers. Et priver des droits à la protection sociale les personnes étrangères. Du plus elle mettra en place un système de contrôle excluant des catégories de travailleurs en situation de précarité.


A bas l’Etat policier !!!

Mais que fait la police ?! Plus elle intervient contre les manifestants, plus il y a de violences ! Plus l’Etat prétend empêcher les manifestations, notamment par l’Etat d’urgence qui théoriquement les interdit encore, plus y en a. Plus la police prétend qu’elle s’attaque aux casseurs en arrêtant des manifestants ou des grévistes, qui ne sont nullement des casseurs, même si le gouvernement voudrait bien faire croire le contraire, mais des militants, des travailleurs, des lycéens ou des étudiants, plus il y a de casseurs et de casse. Comment se fait-il que des policiers armés de flash balls attaquent des réunions d’information syndicales, comme récemment à la poste, ou des assemblées pacifiques de grévistes, comme s’ils attaquaient un groupe terroriste. Pendant ce temps-là, les vrais casseurs, qui ont été entourés par des forces armées de police, lors de la manifestation parisienne du premier mai, sont ensuite relâchés ! Ce sont seulement des manifestants pacifiques qui ont été bloqués et inquiétés ! Et, pendant ce temps-là, le gouvernement se sert des violences de casseurs pour discréditer la lutte, pour casser le soutien de la population aux grèves et manifestations en polarisant l’attention sur « les violences » pour cacher la violence d’une loi qui supprime massivement des droits sociaux afin de favoriser les licenciements, les attaques contre les salaires et les conditions de travail et accroissent la violence sociale des patrons et de l’Etat.

C’est l’attaque contre la sécurité de la population par le gouvernement qui augmente l’insécurité et pas les manifestants ou les grévistes ! C’est la violence des policiers qui a provoqué des réactions. Sans parler de la partie la plus agressive et professionnelle des casseurs qui semble être protégée par une telle impunité qu’elle pourrait bien être appointée par le ministère de l’Intérieur ! Le gouvernement de gauche ne ferait ainsi que pratiquer une méthode classique des gouvernements de droite, une bonne partie des casseurs allant, après les manifestations, retrouver Pasqua à l’Hôtel de ville de Paris pour toucher leurs rémunérations ! La méthode des provocateurs policiers n’est nullement nouvelle ni proprement française, ni propre au gouvernement Hollande-Valls-Cazeneuve.

En tout cas, il a été clairement constaté que les violences policières à l’égard de manifestants pacifiques s’accroissent nettement, que le gouvernement souhaite augmenter la violence de ses forces de l’ordre en les motivant par des provocateurs qui poussent les policiers à se venger sur le dos des manifestants, comme cela avait été le cas en 1968 en France et dans les années qui avaient suivi ou lors de la répression contre les indépendantistes algériens. La police s’autorisait alors à des violences contre les civils, même ceux qui n’étaient ni algériens ni manifestants, ni violents.

Si le pouvoir souhaite augmenter le caractère policier et violent de l’intervention de forces de l’ordre, ce n’est pas à cause des casseurs ni des terroristes ni des voleurs ou autres malfrats. C’est parce que les classes dirigeantes capitalistes veulent augmenter le niveau des attaques antisociales contre toutes les couches populaires et ont besoin de la peur pour gouverner. La peur des violences pour combattre l’envie des gens de protester. La peur des attentats pour combattre leur envie de se rassembler ou de manifester, l’état d’urgence étant justifié par le terrorisme. Mais qui peut nous expliquer pourquoi une manifestation anti-CP21 ou anti-loi El Khomri risquerait davantage d’être attaquée par des terroristes qu’un marché de Noël ou qu’une coupe du monde ou encore que le rassemblement des chefs d’Etats à la Cop21 ?!!!

L’insécurité est un prétexte pour réprimer, pour aggraver la violence des interventions de l’Etat. La justification des violences policières contre les manifestants par la violence des casseurs est aussi mensongère que la justification de la loi El Khomri elle-même qui permet aux patrons de licencier plus facilement sous prétexte de combattre la hausse du chômage ! Ou encore la justification des guerres de la France aux quatre coins de la planète soi-disant pour combattre le terrorisme alors qu’il a été prouvé que le terrorisme a été produit par ces guerres, à commencer par celles des USA en Irak et en Syrie, ou en Afghanistan, le terrorisme n’y existant pas avant leur intervention armée violente.

Le gouvernement se sert des violences des casseurs pour nous faire peur et pour justifier les violences policières comme il s’est servi des violences terroristes pour justifier les violences de l’armée française et pour crédibiliser les forces de répression dans la population en les faisant passer pour les héros du bataclan qui prennent des risques pour nous sauver ! Pourtant tel n’est nullement ce que démontrent les faits. Les forces policières ont cent fois laissé passer les terroristes qu’ils avaient pourtant fiché. Au Bataclan lui-même, ce sont des forces de répression spécialisées, BRI et RAID, qui ont laissé deux heures et demi aux terroristes pour tuer les gens dans le Bataclan un par un, alors qu’ils savaient parfaitement ce qui se passait à l’intérieur, un commissaire ayant pu pénétrer dans les lieux au début des assassinats et tuer un terroriste.

C’est l’incapacité des forces armées face au terrorisme comme l’incapacité des forces de polices face au terrorisme ou encore l’incapacité des forces du renseignement intérieur et du contre-espionnage qui frappe et non leur héroïsme ou leur grande capacité à nous défendre ou nous protéger, comme l’incapacité du gouvernement à nous protéger du chômage. Ou, plus exactement, au caractère mensonger de ce prétendu rôle sécuritaire de l’Etat exclusivement au service de la sécurité des capitaux et de leur rentabilité sur le dos de la population !

Pour la troisième fois, le Parlement a adopté jeudi, par un vote de l’Assemblée, une prolongation de l’état d’urgence post-attentats, jusqu’à fin juillet.

Mais après ?

Eh bien après, la DCRI nous annonce qu’elle prévoit de nouvelles bombes qui justifieront de nous enfoncer dans l’Etat policier et de plus en plus fasciste !!

Il n’y a aucun hasard que les lois anti-chômage favorisent le chômage, que les interventions financières des Etats et des Banques centrales pour sauver trusts et banques coulent les fonds publics, que les lois pour protéger les retraites les détruisent, que les guerres pour détruire le terrorisme le créent et l’entretiennent, et que les lois pour défendre la sécurité des citoyens la mettent gravement en cause. C’est la même logique qui dirige l’Etat et le met au service de l’infime minorité de possesseurs du grand capital contre l’ensemble de la population travailleuse et de la jeunesse. C’est une logique de classe. Qu’il soit gouverné par la gauche, par la droite, par l’extrême droite (et même par la gauche de la gauche comme en Grèce), l’Etat est au service exclusif du grand patronat et, avec l’effondrement du capitalisme initié en 2007, cela signifie une augmentation graduelle des attaques antisociales : destruction des services publics, des retraites, des pensions, des aides sociales, des emplois, des salaires et des conditions de travail. Hollande-Valls ne sont nullement différents de Sarkozy-Fillon ou Le Pen. La France n’est en rien différente du reste du monde qui connaît exactement les mêmes attaques pour exactement les mêmes raisons.

C’est partout dans le monde que les classes dirigeantes remettent en question le droit de manifester, le droit de faire grève, le droit syndical, les droits sociaux, les droits démocratiques. C’est partout que les Etats capitalistes entretiennent l’insécurité au nom de la défense de la sécurité, augmentent les guerres et conflits au nom de la lutte pour la paix, accroissent la terreur des peuples au nom de la lutte contre la terreur, accroissent le chômage et la misère au nom de la défense des chômeurs et des plus démunis. Hollande-Valls n’ont aucune originalité en la matière. La France ne se distingue en rien. C’est le monde qui bascule dans la violence parce que les classes dirigeantes capitalistes en ont besoin pour se protéger du mécontentement populaire croissant et des luttes sociales des travailleurs.

Les interdictions de manifester, les arrestations, les assignations à résidence de militants, les licenciements pour « radicalisation », les violences policières contre les grévistes se multiplient. Ce sont les travailleurs qui défendent leur emploi qui sont traités comme des bandits et des terroristes. Ce sont les jeunes lycéens ou étudiants. Ce sont les travailleurs et les syndicalistes qui sont traités comme des casseurs. Ce sont les cheminots qui sont présentés comme des poids morts de l’économie alors que ceux qui ponctionnent les finances publiques sont les capitalistes et les banquiers.

Il est évident que l’événement de ce véhicule de police qui flambe au moment même où on veut nous démontrer que la violence serait du côté des manifestants, des jeunes, des travailleurs et des syndicalistes, sert la police pour obtenir des interdictions de manifester et des assignations à résidence au moment même où le tribunal administratif vient de les repousser. Il est évident que faire passer les flics pour des victimes au moment où veut les pousser à intervenir plus violemment contre les manifestants et les grévistes est une méthode classique et simple. Exactement de la même manière qu’on a fait passer les salariés de Goodyear pour des agresseurs ou encore ceux d’Air France. Et ainsi les législations et les méthodes de l’appareil d’état sont de plus en plus policières répressives et violentes…

Cela ne signifie pas que la méthode ouvrière pour faire face à la situation soit l’augmentation du « radicalisme », l’augmentation des répliques « dures » ou des blocages comme voudraient le faire croire certains dirigeants syndicaux.

La solution n’est pas à chercher dans « durcissement du mouvement » du style du blocage des raffineries et industries pétrolières, présenté une fois de plus comme un moyen d’éviter ou de retarder un appel à une véritable généralisation de la grève reconductible.

La méthode n’est en rien nouvelle : lors du mouvement des retraites, les centrales syndicales nous ont déjà fait passer le blocage des dépôts d’essence et des raffineries comme un moyen de gagner sans appeler à la grève générale et on a vu le succès de cette manœuvre ! Tout cela pour finalement nous faire croire qu’il suffisait de voter Hollande pour revenir en arrière sur les attaques de Sarkozy contre les retraites. Mais Hollande n’a fait qu’aggraver ces attaques !!!

La solution pour la classe ouvrière réside dans sa capacité à s’organiser elle-même, à fonder partout des comités de grèves, à placer le mouvement sous la direction d’assemblées générales interprofessionnelles prenant réellement la direction des luttes, décidant réellement des revendications et méthodes d’action, aux côtés des militants syndicalistes mais indépendamment des directions bureaucratiques de ces centrales.

Ce n’est pas une augmentation de la virulence des actions des travailleurs, des jeunes et des manifestants qui est nécessaire mais une augmentation des efforts d’auto-organisation et de l’unification des luttes malgré la direction bureaucratique de celles-ci. Il est plus clair que jamais que la lutte contre la loi El Khomri n’est pas à séparer de la lutte contre les privatisations de services publics, de La Poste, de la SNCF, de l’hôpital public qui se préparent en dégradant systématiquement les conditions de travail des agents du service public et les résultats pour les usagers. Là aussi, ce sont les agents du service publics qui sont mis en accusation devant la population pour une dégradation en fait organisée par en haut, par tous les Hirsch, Pépy et autres Touraine ! Le gouvernement transforme La Poste en banque, décide que le transport du courrier n’est pas rentable et ce sont les postiers qui sont accusés de dégrader le service postal ! Pendant que les agents de La Poste sont violemment attaqués à l’échelle nationale par « les réformes », les directions syndicales continuent de discutailler avec la direction de « la bonne réforme » et les luttes restent localisées et isolées, jamais le même jour, jamais tous ensemble.

Cette méthode des directions bureaucratiques ne peut que décourager les travailleurs et les militants, qu’isoler les plus combatifs des autres et permettre ainsi leur répression, que les pousser au soi-disant « radicalisme » qui est une impasse et une voie sans issue, alors que c’est l’action d’ensemble qui fait défaut, que c’est la lutte de classes qui doit remplacer l’action corporative, entreprise par entreprise, secteur par secteur.

Il est certain que les Etats bourgeois dérivent vers le plus en plus policier, le plus en plus dictatorial, le plus en plus fasciste comme le montre notamment la dérive des pays de l’Est de l’Europe vers des gouvernements d’extrême droite et la montée des fascismes aussi en Europe de l’Ouest (Grèce, Allemagne, France, etc).

C’est la classe ouvrière qui peut offrir une alternative, à condition qu’elle ne craigne pas que son action sociale se double d’une action politique et s’adresse aux couches des classes moyennes frappées par la crise et à la jeunesse.

17 Messages de forum

  • Suite aux baies vitrées brisées de l’hôpital Necker par de prétendus casseurs lors de la manifestation du 14 juin, la très opportuniste direction de l’Assistance publique-Hôpitaux de Paris (AP-HP) avait lancé un appel aux dons via son site internet en estimant les travaux à 200.000€… Elle est pourtant assurée… par sa propre assurance ! Et elle a un excédent de recettes de 36,6 millions d’euros mais l’occasion était trop belle de profiter de l’intérêt médiatique !!!!

    Répondre à ce message

  • D’après le dernier rapport annuel de l’Observatoire national des violences en santé, les agressions envers le personnel hospitalier sont en augmentation.

    Il y a un acte de violence toutes les 30 minutes dans les hôpitaux !!!

    Répondre à ce message

  • Le torchon brûle à l’Hôpital Henri-Duffaut d’Avignon. Treize des vingt-huit médecins du service des urgences de l’établissement ont donné leur démission à leur directeur mercredi. D’après les informations du site ledauphine.com, ils entendent protester contre leurs conditions de travail et le management qu’ils qualifient de « catastrophiques ».

    Depuis plusieurs mois, « la pression est de plus en plus forte, ce qui génère des tensions en termes de prises en charge, de plages horaires et d’effectivité des gardes, auxquelles s’est ajoutée une défiance vis-à-vis de la gouvernance du pôle des urgences », a expliqué à l’Agence France Presse (AFP), Patrick Bourdillon, secrétaire général de la CGT au centre hospitalier. Il a aussi rappelé que les Urgences d’Avignon se situent au troisième rang en Provence-Alpes-Côte d’Azur (Paca) en terme d’activité, avec en moyenne 180 à 200 passages d’adultes au quotidien et une augmentation de 6 % par an. Mais d’après le syndicaliste, elles sont surtout soumises à des contraintes budgétaires. Bref, la cocotte-minute a explosé.

    Répondre à ce message

  • Les réductions budgétaires dans les maisons de retraite déstabilisent le travail des personnels. Les repas, les soins, l’hygiène, de même que les activités proposées aux personnes âgées subissent de plein fouet ces politiques d’austérité – quand il s’agit du public – ou de « préservation des marges » – lorsqu’il s’agit du privé. Pour quelles conséquences ? Une pression devenue insupportable pour les soignants, et des conditions d’accueil à la limite – voire au delà – de la maltraitance pour les résidents.

    Répondre à ce message

  • Les grèves de personnels de maisons de retraite se sont multipliées depuis le printemps, en Ile-de-France, à Niort, à Bordeaux, ou encore en Indre-et-Loire, dans des établissements privés comme publics. Les grévistes dénoncent la dégradation de leurs conditions de travail, le manque de personnel, le non remplacement des salariés malades, le recours systématique aux vacataires et CDD… et l’effet désastreux de ces politiques sur les conditions de vie des résidents.

    Répondre à ce message

  • « Aujourd’hui, avec les réductions de personnel, nous ne pouvons plus donner qu’une vraie douche par semaine aux résidents. Et encore, parfois c’est une douche toutes les deux semaines », témoigne Anne, aide-soignante dans un établissement public d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) dans une commune rurale près de Tours. Elle et ses collègues sont en grève depuis mai dernier pour demander davantage d’effectifs et de meilleures conditions de travail. Depuis cinq mois, tous les jours, elles se déclarent grévistes. Elles sont néanmoins assignées à travailler quand même pour dispenser les soins. Leur mouvement vient d’être reconduit...

    Répondre à ce message

  • Bonjour ,

    Nous appelons le mardi 8 novembre à une manifestation de Montparnasse au Ministère départ 10h.

    Veuillez nous rejoindre mardi matin à 9h devant le local syndical FO rue de l’infirmière pour un départ collectif vers Montparnasse afin d’exprimer notre ras le bol et notre colère.

    Répondre à ce message

  • Flux tendu, catastrophe préparée

    A l’hôpital public, nous sommes victimes de la politique du « flux tendu » et des ruptures de stocks qui se multiplient. Il s’agit bien entendu des stocks de médicaments qui arrivent en rupture alors que le flux tendu ne permet pas de le prévoir et que les labos en profitent pour effectuer leurs petits chantages sur les prix. Résultat : des morts en série en chimio à Nantes par exemple parce que le médicament d’habitude utilisé est en rupture de stock. Autre exemple : des matériels ayant subi un accident, comme la cuve de stérilisation à Tenon, ne peuvent pas être remplacés par du matériel jetable. En cause : la rupture de stocks ! la rupture de « stocks » et le « flux tendu », cela concerne bien sûr aussi les matériels, les stocks, les effectifs, les plannings et la gestion des personnels !

    Répondre à ce message

  • Y a-t-il un médecin dans… le travail ?

    Il y a de moins en moins de médecins du travail à l’hôpital public. Cela signifie que les moins bien soignés sont les personnels de santé ! Bien sûr, la direction affirme que le recrutement marche mal : trop de travail et pas assez de salaire. C’est la même chose pour tous les personnels mais cela n’affole pas la direction. La santé la préoccupe moins que l’austérité et un médecin de moins, c’est autant d’économisé !

    Répondre à ce message

  • La Haute Autorité de la Santé (HAS), la même qui mène la politique de casse de l’hôpital public, ferme des lits, supprime des postes, regroupe des hôpitaux, ferme des services, eh bien elle lance une notation des hôpitaux soi-disant fondée sur les sondages auprès des patients !!!

    Répondre à ce message

  • Un collectif appelle à la réouverture de la maternité de Decazeville, fermée depuis dix mois après le décès d’une mère et de son bébé., par une manifestation le 28 janvier

    Répondre à ce message

  • "Les hôpitaux font face et ne sont pas débordés", assure Marisol Touraine !

    Pas étonnant : ce n’est pas elle qui est au travail et elle compte même continuer à effectuer des coupes sombres dans les effectifs, tant qu’elle sera au pouvoir...

    Répondre à ce message

  • Ce mercredi, les infirmiers qui interviennent au bloc opératoire de l’hôpital de Roanne sont en grève. Ils contestent une évolution de la rémunération des astreintes de nuit.

    Auparavant, ils touchaient un forfait d’astreinte et quand ils étaient appelés pour une intervention, les heures de travail au bloc étaient rémunérées en plus.

    Depuis septembre, ces heures sont déduites du forfait d’astreinte, ce qui fait selon les grévistes perdre 1000 à 1500€ par an. Le directeur de l’établissement indique qu’il n’a fait que modifier une disposition non réglementaire « car on ne peut pas payer les gens deux fois ».

    La grève se poursuivra ce jeudi. Mercredi, toutes les interventions chirurgicales dans les sept salles de bloc ont été annulées, à l’exception de celles d’oncologie.

    Répondre à ce message

  • Hôpitaux saturés, urgentistes au bord de la crise de nerfs, personnels pointant le résultat d’une politique obsédée par l’ambulatoire (sans hospitalisation) ayant conduit à une réduction du nombre de lits disponibles à l’hôpital. Le « service minimum » déjà remarqué de Marisol Touraine dans plusieurs crises sanitaires récentes (essais cliniques mortels de Rennes, chimiothérapies fatales à Nantes, Uvestérol responsable de la mort d’un nourrisson à Paris…) pourrait cette fois lui coûter cher, politiquement. L’ombre des 18.300 morts de l’épidémie de 2014-2015 est dans tous les esprits.

    Répondre à ce message

  • Face à l’épidémie de grippe, "l’hôpital se paie les dysfonctionnements de notre système", a déploré Frédéric Valletoux, président de la Fédération hospitalière de France et maire Les Républicains de Fontainebleau, ce jeudi matin sur RMC. "Le gouvernement a supprimé 16.000 lits, ces dernières années. C’était l’objectif du plan d’économies de Marisol Touraine de 2014."

    Répondre à ce message

  • Comment un événement récurrent comme la grippe hivernale peut-il engendrer de telles tensions dans les hôpitaux ? L’épidémie en cours met en lumière l’exaspération de toute une profession. Notre système de santé est malmené par des choix politiques radicaux, qui ne datent pas d’hier, et qui se révèlent bien plus dangereux pour la santé des citoyens que le virus grippal lui-même…

    Répondre à ce message

  • « Les services sont pleins de patients en attente d’intervention. Les absences ne seront pas remplacées, vous savez que l’hôpital doit être à l’équilibre. J’en conviens, le bilan de cette épidémie risque de ne pas être bon, mais c’est de la faute du virus. » a déclaré la ministre de la santé, la responsable en chef de la catastrophe actuelle...

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0