English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > La direction de l’hôpital Tenon s’attaque à la maternité !

La direction de l’hôpital Tenon s’attaque à la maternité !

samedi 28 janvier 2017, par Robert Paris

La direction de Tenon se bat contre la Maternité

La direction semble bien penser qu’elle a trouvé enfin le moyen de s’attaquer à la maternité. Elle vient d’annoncer que la néonatalité sera fermée au premier février ! Pas au premier février 2018, non 2017, dans quelques jours !!! C’est ce qu’on appelle du rapide ! Une fermeture annoncée une semaine à l’avance, record battu ! Et ce n’est pas innocent car cette fermeture est une menace directe pour toute la maternité de Tenon puisqu’elle la fait passer de niveau deux à niveau un. Du coup, des obstétriciens vont vouloir la quitter et la maternité risque bien d’arriver au niveau zéro : n’est-ce pas l’objectif inavoué de la direction ? Celle-ci s’est débrouillée pour faire en sorte que les pédiatres partent puis reviennent en intérim ! C’est elle qui s’est débrouillée pour que les pédiatres soient mal traités par Trousseau, qui avait été chargé de la direction de la maternité de Tenon. Pour finir, la direction de Tenon prétend que cet échec provient du personnel de la néonatalité de Tenon qui a bien travaillé depuis vingt ans et qu’elle accuse maintenant d’incompétence ! Qui veut noyer son chien l’accuse de la rage !

La lutte du personnel de la Maternité

Depuis le 3 décembre 2016, la maternité de Tenon amené une lutte, qui vient de se conclure et qui a été l’une des plus longues grèves de ces derniers temps (du 3 décembre au 27 janvier !), même si on ne peut pas dire que l’écho donné par les centrales syndicales dans les autres hôpitaux en soit bien important et parfois il est même nul. Et pourtant, les personnels de la Maternité de Tenon ont été rendre visite à des hôpitaux, ont manifesté, se sont imposés face à Hirsh.

Cependant, il y aurait des raisons de se mobiliser alors que la maternité de Tenon n’est pas la seule menacée et que c’est tout l’accouchement à Paris et région parisienne qui l’est, avec la maternité de Saint-Antoine qui a déjà fermé, Trousseau qui est à saturation, Robert Debré de même, Les Bleuets menacés, Les Lilas pas mieux, Port Royal à saturation (devenue une véritable usine à bébés).

Et, après toutes ces semaines de grève, la direction de Tenon a refusé de céder. Elle a à peine admis un poste d’infirmier sur une seule équipe à titre provisoire. Les sages-femmes n’ont pas obtenu d’être plus nombreuses mais la direction a juste déplacé des services, prenant ici ce qu’elle donnait là. Elle a maintenu son exigence d’imposer que les aides soignantes et les auxiliaires de puer fassent le travail les uns des autres, admettant seulement 18 semaines de formation au lieu de 5 jours prévus initialement par la direction. La lutte de la Maternité a été décidée et organisée par les personnels eux-mêmes et c’est à remarquer car, même si la lutte est dure, s’organiser nous-mêmes est la seule voie pour les personnels de l’hôpital public comme pour tous les travailleurs.

Sur le même thème

Lire aussi

Lire encore

Et aussi

Et toujours

A remarquer également un article de Lutte ouvrière qui se refuse à remarquer l’absence des syndicats et le caractère d’auto-organisation du mouvement

Encore une attaque contre la maternité !

Cette fois, c’est l’eau qui attaque le bloc ! Il y a en effet eu une méga inondation au bloc de la maternité. Celle-ci subissait déjà les travaux depuis deux ans, avec toutes les nuisances que l’on connaît. Cette fois, il n’y avait plus d’eau sur tout un côté du bâtiment sur plusieurs étages ! C’est vraiment la bérézina !

Ça ne chauffe pas en cuisine !

Il a fait deux degrés dans les cuisines du fait du froid et cela a obligé la direction a se bouger un tout petit peu pour faire en sorte que des fenêtres bloquées ouvertes soient remises en état. Du moins partiellement parce que maintenant elles sont bloquées fermées, ce qui est dangereux puisque cela supprime une aération ! Réparer les matériels désuets, c’est trop demander à une direction qui lésine sur chaque petite dépense et croit économiser en faisant la radine !

Le plus grand malade est l’hôpital public !

De plus en plus, l’hôpital public n’embauche plus d’IDE ou d’AS qu’en CDD et non en CD. Les personnels étant embauchées en CDD, on voudrait les obliger à accepter n’importe quelles conditions de travail, c’est-à-dire des changements d’horaires intempestifs, des changements de salle d’un jour sur l’autre, des fois pas de jours de repos accordées ou des repos donnés quand cela arrange l’encadrement et que le manque de personnel aggrave les conditions de travail et donc la sécurité du patient. La direction des hôpitaux, la direction de l’APHP et la direction du ministère de la Santé s’en moquent comme si la Santé n’avait rien à voir avec leurs attributions.

Pas touche aux droits des femmes !

Les manifestants anti-IVG ont battu le pavé de Paris. Ils ont fait suite aux discours de Fillon qui affirmait « à titre personnel » être contre le droit des femmes à l’IVG. Suite aussi à tous les discours du pape en ce sens et aux décisions contre l’IVG de la part de Trump, nouveau président américain qui ne cache pas son mépris des femmes. Décidément, les combats pour défendre les droits des femmes sont plus que jamais indispensables !

Les vœux d’un pourri

On a reçu les vœux de Hirsch : « réfléchir ensemble aux valeurs qui sont les nôtres à l’APHP » et ils tombent dans l’oreille d’un sourd ! En effet, inutile d’expliquer pourquoi Hirsch et le personnel de l’APHP, nous n’avons certainement pas les mêmes valeurs, nous le savons tous !


Où va l’Amérique de Trump ?

Trump semble vouloir aller vite et changer bien des choses dans la politique de l’Etat américain en termes de politique économique et sociale, d’immigration, de relations internationales. Cela apparaît comme un changement radical et même comme un retournement de politique. En fait, il avance dans un sens qui lui est permis par la politique menée par Obama-Clinton, en matière de guerre sociale et de guerre tout court, et il en profite pour aller encore plus loin, en détournant la colère sociale de nombreux milieux sociaux vers une aggravation des attaques et des reculs, sociaux comme politiques, que ce soit à l’égard des femmes, des Noirs, des Mexicains, des étrangers, des immigrés, des travailleurs, des aides sociales, des services publics… Il change également la relation des USA avec le reste du monde, en plongeant la planète dans le protectionnisme tous azimuts. Il confirme sa campagne plus agressive envers les femmes qu’aucun autre président précédent par de premières mesures contre les droits des femmes et notamment le droit à l’avortement ! Il développe sa pression contre les média et contre la liberté d’internet. Il se proclame favorable à la torture, aux prisons secrètes dans les pays étrangers, à la défense des forces spéciales américaines qui ont commis des actes répréhensibles, etc.

Trump s’est constitué un appareil politique, les postes clefs et l’entourage de la présidence, qui n’est pas identique au parti républicain et qui est le plus à l’extrême droite que l’Amérique ait connu depuis belle lurette, avec de véritables fascistes, et pas seulement en paroles. Des organisateurs de l’extrême droite, des racistes virulents, des généraux bellicistes, des militants anti-femmes, des potentats du capital assoiffés de casse des droits sociaux, des xénophobes violents, des partisans de la suppression des libertés, des droits politiques, des droits sociaux, des partisans de la torture, et bien d’autres brigands qui sont depuis longtemps passés des discours aux actes et que Trump est en train de mettre au plus haut niveau de l’Etat. Le gouvernement Trump s’affiche comme celui des mâles sexistes blancs, et agressifs, prônant une politique violente des USA à l’intérieur comme à l’extérieur. Le gouvernement de Trump, ce n’est pas seulement le Ku Klux Klan au pouvoir, ce sont les milliardaires, du pétrole notamment, directement au pouvoir politique, ce sont les généraux bellicistes directement au pouvoir, ce sont les fascistes ayant mis un premier pied dans l’Etat américain.

Dès ses premiers jours et même avant d’avoir été intronisé président, Trump a fait quelques pas en avant qui ne sont pas négligeables. Et ils vont tous dans le même sens, celui qu’indiquaient ses discours de candidature : de protectionnisme économique américain sous prétexte de reconstruire une Amérique forte, de mesures répressive et liberticides, de suppressions des taxes et impôts pour les capitalistes.

Trump a déjà commencé à mettre en cause les délocalisations d’emplois, ou à s’en donner l’air, en exerçant des pressions sur quelques trusts productifs comme ceux de l’Automobile. Il a également commencé à remettre en question les accords commerciaux internationaux signés jusque là par les USA : l’accord transpacifique, l’accord avec l’Amérique latine et aussi les liens économiques avec l’Europe que Trump affirme vouloir remplacer par une alliance avec l’Angleterre post-Brexit tournée vers une guerre économique contre l’Europe. Si cela devait aller au-delà des discours et des déclarations d’intention, ou même des pressions pour renégocier ces accords, cela signifierait un changement radical, non seulement pour les USA mais pour le monde…

En réalité, le Brexit avait déjà montré, avec l’appui d’une partie de la bourgeoisie américaine à la fraction de la bourgeoisie anglaise pro-Brexit, que la classe dirigeante US avait commencé de prendre le tournant, bien avant l’élection de Trump et que c’est, au contraire, cette élection qui est le produit du tournant de la politique de la classe dirigeante US et non l’inverse, même si cette élection accélère considérablement le tournant, tournant américain et mondial.

La démagogie anti-étrangers, anti-délocalisations, nationaliste et protectionniste satisfera, dans un premier temps les classes dirigeantes et les sentiments xénophobes d’une partie de la population américaine, en particulier de la petite bourgeoisie et des petits blancs racistes mais le protectionnisme ne peut qu’aggraver l’effondrement des échanges économiques et des investissements productifs, aggravant la crise mondiale du capitalisme…

La seule véritable issue à la situation d’impasse du capitalisme est la remise en cause du cadre trop étroit de la propriété privée des entreprises et des capitaux, cadre dans lequel le capitalisme lui-même étouffe désormais, sans parler des classes ouvrières et des milieux populaires

3 Messages de forum

  • L’objectif affiché par la direction de Tenon pour la maternité, c’était : 1900 accouchements en 2016, 2700 prévus en 2017 et 3500 en 2018 – tout cela à effectif constant !

    Répondre à ce message

  • 11 400 décès observés en plus, depuis le début de l’épidémie de grippe !!! Merci à la "réforme" de l’hôpital public de Hisch-Hollande-Valls !!!

    Répondre à ce message

  • La Maternité de Tenon toujours sous pression

    La grève de la Maternité de Tenon s’est terminée sans avoir obtenu satisfaction sur l’essentiel et la direction a fermé la néonatalité d’une manière extraordinaire : avec une semaine de préavis ! Et elle l’a fait d’une manière délibérément conflictuelle. Elle a mis la faute de tout ce qui arrivait sur le personnel. Elle l’a fait partir de toute urgence en lui imposant de trouver des points de chute dans d’autres hôpitaux sans délai. Cela ne l’a pas empêchée ensuite de prendre d’autres personnels en CDD à la place !

    La direction n’a même pas accepté de signer le protocole de fin de conflit auquel elle s’était engagée et qui ne l’engageait pas à grand-chose pourtant ! Histoire de montrer à tous les personnels à quel point elle méprise tout le monde ! Merci de la leçon : on la retient et on en fera bon usage !

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0