English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 03 - Livre Trois : HISTOIRE > 3ème chapitre : Révolutions bourgeoises et populaires > Les dix millions de victimes africaines du colonialisme belge au (...)

Les dix millions de victimes africaines du colonialisme belge au Congo

lundi 13 février 2017, par Robert Paris

« Les morts du Congo, victimes de Léopold II roi des Belges, ont disparu sans laisser de traces. Ils se sont littéralement volatilisés. »

Les dix millions de victimes africaines du colonialisme belge au Congo

Entre 1885 et 1907, les Congolais furent l’objet d’un effroyable massacre à grande échelle, à l’instigation du roi des Belges de l’époque, Léopold II. L’enjeu, c’était le caoutchouc, indispensable à la fabrication des pneus.

Avant d’accéder au trône de Belgique, Léopold II, qui était alors duc de Brabant, s’intéressait déjà à l’idée de colonisation dont il vantait les mérites. Mais il s’intéressait aussi à un système économique en rapport avec la colonisation, qui fut mis en place par les Hollandais : le « système des cultures ». Ce principe, selon Léopold II, « consistait non seulement à acheter le produit des plantations à un prix fixé arbitrairement, mais aussi à mettre en place des fonctionnaires qui obtenaient des primes en fonction de la production ».

En 1876, Léopold II organise une association internationale comme paravent pour son projet privé d´exploitation des richesses de l’Afrique centrale (caoutchouc et ivoire). En 1879, sous le patronage de Léopold, Henry Morton Stanley entre en concurrence avec l’explorateur français Pierre Savorgnan de Brazza pour acquérir des droits sur la région du Congo qui deviendra le Congo belge. Pendant les cinq années suivantes, Stanley travaille à ouvrir le Congo inférieur à l´exploitation intensive, construisant une route du fleuve inférieur au Stanley Pool (actuellement Pool Malebo), où le fleuve devient navigable. Léopold II charge aussi Stanley d’obtenir des « contrats » d’exploitations de leurs terres par l’Association internationale du Congo (AIC). Grâce à ces contrats, ces territoires seraient proclamés « États libres » par l’AIA, qui aurait alors la souveraineté intégrale des territoires colonisés. L’action de Stanley permet qu’une personne privée – Léopold II – devienne le propriétaire de 2,5 millions de kilomètres carrés ainsi que de la force de travail de ses habitants.

À la conférence de Berlin de 1884-1885, des représentants de 14 pays européens et les États-Unis reconnaissent à l’AIC, présidée par Léopold, la souveraineté sur l’État indépendant du Congo (EIC). Alors que cette conférence prend acte du partage de l’Afrique inter-tropicale par les puissances industrielles européennes dont la Belgique.

En 1891, Léopold II emploie l’explorateur canadien, et commandant militaire britannique, William Grant Stairs afin de reprendre le contrôle du Katanga, convoité par Cecil Rhodes pour l’Angleterre. L’occupation est essentiellement poussée vers la vallée méridionale du Nil, où Stairs prend possession de l’enclave de Lado à partir de 1894.

Avant même la fin du XIXe siècle, Léopold tient à établir une ligne ferroviaire le long du fleuve Congo et de ses affluents. Il s’agit ainsi de créer le moyen d’écouler vers la côte les produits dont la vente dans le monde doit créer les sources de revenus indispensables à l’autofinancement du Congo et à l’autogestion de son territoire.

Dès le début du XXe siècle, la concurrence coloniale atteindra vite son zénith avec le développement de l’industrie automobile. Le caoutchouc, principale production de l’EIC d’alors, est destiné aux industries automobiles naissantes (Rover, Ford, Mercedes, etc.) ou textiles.

Des témoignages établissant l’exploitation indigne et les mauvais traitements dont est victime la population indigène, y compris l’esclavage, la malnutrition, et la mutilation (l’affaire des « mains coupées » avec quelques photos à l’appui), en particulier dans l’industrie du caoutchouc, entraînent un mouvement international de protestation mené par le Royaume-Uni et les États-Unis à partir des années 1894-1895. Le journaliste et écrivain Edmund Dene Morel, les diplomates britanniques Edward Bannister, William Pickersgill et Roger Casement, mais aussi le missionnaire suédois E.V Sjöblom, ou l’écrivain écossais Conan Doyle s’attachent à alerter l’opinion internationale à ce sujet.

En 1904, une Commission d’enquête est dépêchée sur place.

La commission d’enquête internationale est indépendante. Présidée par Edmond Janssens, elle est composée d’Edmond Janssens, avocat général à la Cour de Cassation de Bruxelles, Giacomo Nisco, président de la Cour d’appel à Boma, Edmond de Schumacher, un juriste suisse. La commission se rend de Matadi à la province du Bas-Congo, puis jusqu’à Stanleyville (actuellement Kisangani), au centre du Congo.

Après 4 mois d’investigations sur place et l’audition de centaines de témoins, dont 5 des Congolais mutilés mentionnés dans le rapport Casement, le rapport de la commission confirme la surexploitation, souvent forcée, de la main-d’œuvre indigène (souvent victimes de coercition) qui a eu pour résultat le vidage forcé des villages de leur population mâle qui, en temps normal, approvisionne leurs familles en produits de la chasse, de la pêche et de la cueillette, les femmes étant généralement affectées, comme dans la plupart des communautés bantoues, à la petite agriculture traditionnelle de subsistance (igname, manioc là où sa culture existe, gousses d’espèces sauvages).

Le fait que les agents européens (plus d’une dizaine de nationalités) œuvrant pour l’EIC (donc pour Léopold II) soient livrés à eux-mêmes, car insuffisamment encadrés et surveillés, n’a pu conduire qu’à des abus. La commission tombe donc « à bras raccourcis sur les sociétés concessionnaires, désignées comme les principaux coupables. ».

L’emploi d’expéditions militaires est désigné notamment comme source de massacres, mais il est à rappeler que les campagnes militaires étaient destinées à combattre l’esclavagisme, l’éradication de l’esclavage étant un des buts proclamés par la conférence de Berlin en attribuant le Congo à Léopold II. Quant aux mutilations, si certains auteurs estiment qu’elles résultaient « d’une pratique guerrière indigène […] qui n’a pas été réprimée par des responsables européens. », Conan Doyle, lui, écrit clairement en 1909 : « Beaucoup de sources disent que des mutilations de cette sorte étaient inconnues des sauvages. Elles ne se sont répandues que sous le régime européen ». D’autres auteurs rappellent que l’amputation des mains avait pour origine l’obligation pour les soldats congolais de justifier l’utilisation de leurs cartouches auprès de la hiérarchie blanche afin d’éviter qu’ils utilisent leurs fusils pour la chasse. Ces soldats avaient dès lors pris l’habitude d’amputer la main de leurs victimes. Outre que ces faits démontrent l’existence d’une violence importante régnant au Congo, des témoignages rapportent que des amputations ont pu s’être produites sur des personnes vivantes.

Quant au fait d’un génocide ou d’une dépopulation du Congo de la moitié de ses habitants par l’exploitation du caoutchouc comme cela a été écrit et réécrit un siècle plus tard à partir de la campagne de presse de l’époque, « il est difficile d’avancer un quelconque pourcentage car les seuls chiffres de population qui sont disponibles sont ceux de groupes restreints d’Européens. Il n’existe donc aucun fondement scientifique » à une telle affirmation. Néanmoins, les auteurs s’accordent pour estimer que le nombre de victimes congolaises pendant cette période se chiffre en millions d’individus (environ 6 millions).

« Il pleut des mains sur le Congo » par Marc Wiltz

Il pleut des mains sur le Congo

Le bourreau aux dix millions de victimes

L’histoire oubliée du roi Leopold, l’assassin

« Le crime du Congo » de Conan Doyle

Le pays des mains coupées

Il pleut des mains sur le Congo

Présentation de « Le Soliloque du roi Léopold » de Mark Twain

« Le soliloque du roi Leopold » de Mark Twain

“King Leopold’s Soliloquy” by Mark Twain

“The crime of the Congo” by Conan Doyle

Le Congo belge

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0