English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 06- Livre Six : POLITIQUE REVOLUTIONNAIRE > 4- Ce qu’est le socialisme et ce qu’il n’est pas > Les racontars et calomnies fantaisistes de certains anarchistes contre la (...)

Les racontars et calomnies fantaisistes de certains anarchistes contre la révolution russe et le parti bolchevique

samedi 18 mars 2017, par Robert Paris

Trente ans après la Révolution russe, Victor Serge (Juillet 1947) :

« Un auteur américain, M. James Burnham , s’est plu à soutenir que Staline est le véritable continuateur de Lénine. Le paradoxe, poussé à ce degré hyperbolique, ne manque pas d’un certain attrait stimulant à l’endroit de la pensée paresseuse et ignorante… Il va de soi qu’un parricide demeure le continuateur biologique de son père. Il est toutefois autrement évident que l’on ne continue pas un mouvement en le massacrant, une idéologie en la reniant, une révolution de travailleurs par la plus noire exploitation des travailleurs, l’œuvre de Trotsky en faisant assassiner Trotsky et mettre ses livres au pilon… Ou les mots continuation, rupture, négation, reniement, destruction n’auraient plus de sens intelligible, ce qui peut au reste convenir à des intellectuels brillamment obscurantistes. Je ne songe pas à classer James Burnham dans cette catégorie. Le paradoxe qu’il a développé, sans doute par amour de la théorie irritante, est aussi faux que dangereux. Sous mille formes plates, il se retrouve dans la presse et les livres de ce temps de préparation à la troisième guerre mondiale. Les réactionnaires ont un intérêt évident à confondre le totalitarisme stalinien, exterminateur des bolcheviks, avec le bolchevisme, afin d’atteindre la classe ouvrière, le socialisme, le marxisme, et jusqu’au libéralisme... Le cas personnel de Staline, ex-vieux bolchevik lui-même, tout comme Mussolini fut un ex-vieux socialiste de l’Avanti ! est tout à fait secondaire à l’échelle du problème sociologique. Que l’autoritarisme, l’intolérance et certaines erreurs du bolchevisme aient fourni au totalitarisme stalinien un terrain favorable, qui le contestera ? Une société contient toujours, comme un organisme, des germes de mort. Encore faut-il que les circonstances historiques leur facilitent l’éclosion. Ni l’intolérance ni l’autoritarisme des bolcheviks (et de la plupart de leurs adversaires) ne permettent de mettre en question leur mentalité socialiste ou l’acquis des dix premières années de la révolution. Si réel, cet acquis, que deux savants américains étudiant le développement cyclique des organismes et des sociétés, constatent qu’en 1917-1918, la Russie entra dans un nouveau cycle de croissance, de sorte qu’elle apparaît aujourd’hui comme la plus jeune des grandes nations du monde. »

Les racontars et calomnies fantaisistes de certains anarchistes contre la révolution russe et le parti bolchevique

Lénine pire que Staline !

Le pouvoir bolcheviste surtout préoccupé par les anarchistes !

Lénine et Makhno, le double langage duquel des deux ?

Lénine, fondateur du stalinisme

Lénine, mauvais guide

Octobre 1917 : l’anarchisme en Russie

Les bolcheviks tuent les anarchistes

La réalité :

Lénine a combattu jusqu’au bout contre le stalinisme

Marxisme et anarchisme

Les anarchistes dans la révolution russe

Cronstadt : le mythe de la révolution soviétique contre le pouvoir de Lénine et Trotsky

Encore sur Cronstadt

Finir sur Cronstadt

Cronstadt, 1921 : bolchévisme ou contre-révolution

De Lénine à Staline

Le stalinisme en portrait / Quel rapport avec la politique de Lénine ?

L’échec de la révolution russe, c’est celui de la vague révolutionnaire en Europe

Un point de vue anarchiste honnête :

Serpent Libertaire : Lénine et Trotsky face à la bureaucratie

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0