English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 25 - COMMENTAIRES DE FILMS > Les films contre la guerre

Les films contre la guerre

dimanche 7 mai 2017, par Robert Paris

Les films contre la guerre

« Monsieur Verdoux » de Charlie Chaplin

« Les hommes contre » de Francesco Rosi

« Johnny s’en va-t-en guerre » de Dalton Trumbo

« La Bataille d’Alger », de Gillo Pontecorvo

« Avoir vingt ans dans les Aurès » de René Vautier

« Gallipoli » de Peter Weir

« La bombe » de Peter Watkins

« Les Sentiers de la gloire » de Stanley Kubrick

« Pour l’exemple » de Joseph Losey

« Le Pantalon » de Yves Boisset

« À l’Ouest, rien de nouveau » de Lewis Milestone

« La Grande Guerre » de Mario Monicelli

« La Grande Illusion » de Jean Renoir

« Les Chemins de la gloire » de Howard Hawks

« J’accuse » d’Abel Gance

« Quatre de l’infanterie » de Georg Wilhelm Pabst

« L’Homme que j’ai tué » de Ernst Lubitsch

« Le Déserteur » de Léonide Moguy

« Civilisation » de Reginald Barker, Thomas H. Ince et Raymond B. West

« Voyage au bout de l’enfer » de Michael Cimino

« Le dictateur » de Charlie Chaplin

Chaplin dans « Le dictateur » :

« Je dis à tous ceux qui m’entendent : Ne désespérez pas ! Le malheur qui est sur nous n’est que le produit éphémère de l’habilité, de l’amertume de ceux qui ont peur des progrès qu’accomplit l’Humanité. Mais la haine finira par disparaître et les dictateurs mourront et le pouvoir qu’ils avaient pris aux peuples va retourner aux peuples. Et tant que des hommes mourront pour elle, la liberté ne pourra pas périr. Soldats, ne vous donnez pas à ces brutes, à une minorité qui vous méprise et qui fait de vous des esclaves, enrégimente toute votre vie et qui vous dit tout ce qu’il faut faire et ce qu’il faut penser, qui vous dirige, vous manœuvre, se sert de vous comme chair à canons et qui vous traite comme du bétail.

Ne donnez pas votre vie à ces êtres inhumains, ces hommes machines avec une machine à la place de la tête et une machine dans le cœur.

Vous n’êtes pas des machines.

Vous n’êtes pas des esclaves.

Vous êtes des hommes, des hommes avec tout l’amour du monde dans le cœur.

Vous n’avez pas de haine, sinon pour ce qui est inhumain, ce qui n’est pas fait d’amour.

Soldats ne vous battez pas pour l’esclavage mais pour la liberté.

[...]

Ces brutes vous ont promis toutes ces choses pour que vous leur donniez le pouvoir : ils mentaient. Ils n’ont pas tenu leurs merveilleuses promesses : jamais ils ne le feront. Les dictateurs s’affranchissent en prenant le pouvoir mais ils font un esclave du peuple.

Alors, il faut nous battre pour accomplir toutes leurs promesses. Il faut nous battre pour libérer le monde, pour renverser les frontières et les barrières raciales, pour en finir avec l’avidité, avec la haine et l’intolérance. Il faut nous battre pour construire un monde de raison, un monde où la science et le progrès mèneront tous les hommes vers le bonheur. »

1 Message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0