English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > La Voix des Travailleurs de l’Hôpital Public en mai 2017

La Voix des Travailleurs de l’Hôpital Public en mai 2017

mardi 9 mai 2017, par Robert Paris

Interdit… de jouer les terreurs !

Certains cadres confondent leur rôle avec celui de garde-chiourme. Ils discréditent ainsi leur véritable profession et ne font que rendre le travail plus difficile et plus désagréable. Pour ces bouledogues, il suffit d’aboyer, il suffit de proclamer qu’il serait interdit de respirer, de souffler, de pisser, de fumer, de se parler. Mais, cachés dans leurs bureaux, est-ce qu’ils ne piquent pas leur sieste, ne lisent pas leurs mails personnels ?!

Une gestion à l’économie, tu parles !

Au même moment que l’on pressionne l’hôpital public pour lui faire rendre gorge, en supprimant des matériels, des personnels, des temps de repos et des salaires, en supprimant des lits d’hôpital, des services et même des hôpitaux entiers, les responsables de l’AP-HP dépensent des sommes colossales dans des buts plus que discutables, dépenses de com, de prestige, de travaux inutiles, et parfois de vol manifeste, enrichissent ainsi des officines privées et des grands trusts, ceux du Bâtiment, du Médicament, de l’Appareillage médical, de la Bureautique, de la Publicité et de l’Informatique notamment. Par exemple, le nouveau siège de l’AP-HP coûte 138,5 millions d’euros révèle la Cour des Comptes. L’ancienne DG de l’hôpital public a ramassé 530.000 euros en trois ans avant de partir. La haute direction ne se gène pas avec l’argent public : par exemple, 230.000 euros de dépenses de luxe au Brésil ! Et c’est eux qui nous accusent de plomber les comptes !

Les économies de bouts de chandelle

On a remarqué que tous les matériels changent. On ne retrouve plus les mêmes marques, les mêmes qualités, plus les mêmes quantités, plus la même efficacité, plus la même durabilité. Tout se dégrade et c’est bien entendu le produit de la politique des économies, la direction recherchant avant tout que cela coûte moins cher. Et, même avec ces matériel bas de gamme, dont l’effet n’est pas le même, tout est compté au plus près. C’est la lutte pour le moindre petit matériel ! Comme si la propreté, l’hygiène, le confort n’avaient rien à voir avec la santé !

Plus radin qu’eux, tu meures !

Pour un dernier acte pourri, le gouvernement Hollande en a commis un contre les personnels de l’hôpital public par la voix de son ministre de la Santé, madame Touraine ! Non seulement celle-ci a répondu à la revendication légitime d’un paiement plus honnête des heures de nuit des infirmières par une véritable provocation (1€50 d’augmentation pour dix heures de travail, une aumône !) mais elle a rajouté que ce cadeau ne serait perçu que par les infirmières des urgences, de la réa et des soins intensifs ! Pas étonnant que le gouvernement « socialiste » d’Hollande ait réussi à se rendre aussi impopulaire ! Mais il ne faut pas oublier que les dirigeants syndicaux avaient tous appelé à voter pour lui et fait croire qu’il allait nous sauver !

Assez des harcèlements et des suicides !

Emmanuelle, infirmière au service néonatalogie de l’hôpital du Havre avait mis fin à ses jours en juin 2016. Elle avait laissé une lettre dans laquelle elle mettait en cause ses conditions de travail. Le lien entre le suicide d’une infirmière de l’hôpital Monod, au Havre, et ses « conditions de service », a été établi et reconnu, près d’un an après le drame. Les suicides se sont succédés à l’hôpital Cochin, à Longjumeau, au CHU Rangueil à Toulouse. Et on en passe… « J’estime que le respect des proches comme la recherche de la vérité imposent de la réserve et de la retenue, incompatibles avec une communication de l’instant », annonçait la ministre Touraine !!! Pas de communication plus tard non plus et aucune reconnaissance de ses responsabilités...

La course, c’est tous les jours !

La direction organise à la Pitié les « dix kilomètres de l’AP-HP ». Nous faire courir, on peut dire qu’elle s’y entend, la direction ! Ce n’est pas dix kilomètres qu’elle nous faire, c’est bien plus. Pour chercher partout les matériels qui manquent dans les services, pour nous déménager tous azimuts, pour déplacer les malades, pour chercher des lits, on ne cesse d’en faire des kilomètres et nos jambes savent très bien, le soir, ce qu’il en est !!!

Leur lettre, c’est « Pas nous » !

« Nous, Lettre des personnels de l’AP-HP », c’est ainsi que la direction a intitulé son bulletin de communication et de publicité de ses politiques. Elle fait comme si c’étaient les personnels qui y écrivaient. Et on y trouve de soi-disant expressions libres d’infirmières, de secrétaires et autres qui disent tous du bien de la politique de la direction, qui n’ont jamais de problème, qui n’ont rien à dénoncer, pas de surmenage, pas de manque d’effectifs, pas de stress, pas de manque de RTT, pas de surcharge de travail, pas d’épuisement, pas de harcèlement de l’encadrement. « Nous », c’est le personnel tel que la direction le rêve mais pas le vrai !

L’appli suppressions d’emplois

L’AP-HP offre une appli mobile aux patients. Ça permettra, dit-elle, de « présenter les grands projets de l’AP-HP ». Un simple coup de pub ? Non. La direction compte sur l’appli pour que les malades paient par ce moyen. Cela permettra d’économiser des emplois de personnel aux caisses ! Mais toujours pas d’appli pour des embauches de personnels, pour les augmentations de salaires, pour les dysfonctionnements, pour les formations !

En marche ? Mais vers quel avenir ?

Pris en sandwich entre Le Pen et Macron, non merci !!! Pris en sandwich entre terrorisme et anti-terrorisme, non merci !!! Pris en sandwich entre USA et Russie, non merci !!! Pris en sandwich entre république des bandits et dictature policière, militaire ou fasciste, pris en sandwich entre banquiers et trusts, non merci !!!

L’Amérique, de plus en plus pauvre sauf une minorité, serait représentée par le milliardaire Trump. La France de plus en plus pauvre, sauf quelques possesseurs de capitaux qui sont de plus en plus riches parce qu’ils sont nourris à milliards sur fonds publics et par la BCE, serait représentée par deux millionnaires, Le Pen et Macron ! Mensonge !

Macron, c’est un homme prêt à dépenser un SMIC par jour mais prêt aussi à imposer aux salariés de travailler plus en étant payés moins ! La bourse peut sauter de joie ! Mais qu’elle ne se rassure pas trop vite ! Le danger, pour les profiteurs, ce n’est pas Le Pen, c’est la classe ouvrière ! Elle se tait parce qu’elle ne peut pas s’exprimer dans le cirque organisé, au sein du système, mais elle n’est pas battue, elle conserve toutes ses perspectives et sa force !

On nous a proposé le choix entre la démagogue fasciste et le représentant des banquiers et des boursicoteurs au sein de la démocratie bourgeoise ? On n’aurait le choix de n’en sortir que par le fascisme ou par la dictature de quelques généraux putschistes qui s’agitent de plus en plus ? Le cheminement irait vers une dictature militaire et policière ? Et si on changeait ce parcours fatal ?

On n’aurait que le choix entre perdre son travail ou le voir devenir plus dur de jour en jour, avec un salaire plus bas, une charge de travail plus pesante ?

On n’aurait que le choix de financer les trusts de la santé et de définancer sans cesse le médicament, l’hôpital, la sécu, toute la santé publique qui ne cesse de décliner, les plus démunis n’ayant plus les moyens de se soigner et le service public de santé étant transformé en machine à profit d’un côté et en usine de l’autre.

On n’aurait que le choix entre la barbarie des terroristes et celle des armées anti-terroristes ?

On devrait renoncer aux droits démocratiques pour se protéger des attentats… la suppression de la démocratie pour défendre… la démocratie ?!!!

On devrait donner aux flics le droit d’arrêter qui bon leur semble, sans le moindre contrôle, de cogner les manifestants, d’interdire les grèves, tout cela sous prétexte des menaces terroristes, que ces mêmes flics n’ont jamais empêché !

Ou on en finit d’un seul coup avec tous ces chantages ?

Nous, travailleurs, ne sommes pas représentés dans les élections bourgeoises et les milieux populaires non plus ! La petite bourgeoisie elle-même essaie de se croire représentée dans le chevalier blanc Fillon mais c’est difficile d’y croire ! Raison de plus pour s’exprimer en dehors du système, contre le système ! Seule la classe ouvrière peut unir toutes les couches sociales qui n’exploitent personne contre le grand capital, contre les banques, contre les spéculateurs, contre les boursicoteurs, contre les trusts !

Si nous prenons conscience que nous ne sommes pas représentés, cela signifie que nous allons, à un moment ou à un autre, vouloir nous exprimer autrement.

Quel meilleur moyen que de constituer nos propres comités, nos conseils, nos assemblées, nos coordinations, nos élections de délégués…

Cela ne signifie pas que les politiciens soient de plus mauvais clowns que leurs prédécesseurs, cela ne signifie pas qu’ils soient plus menteurs ! Cela signifie que la société perd la boussole. Si la corruption grandit, c’est parce que le système capitaliste est en perte de vitesse. L’argent coule à flots d’un côté, pour « sauver le système », pour éviter que les trusts et les banques ne coulent, et, de l’autre, les hommes du système se sucrent.

Une autre époque ressemble à celle-ci : celle de la chute de Louis XVI, qui était parvenue au summum de défiance populaire, avec la multiplication des scandales, de la corruption, des détournements de fonds publics par les classes dirigeantes au moment même où les caisses de l’Etat étaient pleines de trous…

Assez de la loi du capital qui jette à la rue des familles, qui pousse au suicide des salariés stressés, qui jette au chômage des milliers de salariés, qui bombarde des peuples entiers sous prétexte de lutte contre des groupes terroristes, eux-mêmes financés par des capitalistes !

Assez d’un pouvoir entièrement aux mains d’une infime minorité et qui se cache de plus en plus mal sous les faux semblants de la démocratie électorale ! Il faut sortir les profiteurs et les spéculateurs, les bandits de la bourse et de la finance du pouvoir ! Il faut retirer les moyens de nuire aux capitalistes !

Une seule solution : la révolution sociale !

3 Messages de forum

  • Touraine enfin efficace

    Pas pour défendre la santé publique, pas pour défendre l’hôpital public, pas pour défendre l’accès au médicament, pas pour défendre la sécu !!! Non, Touraine a été efficace pour placer ses anciens collaborateurs au ministère de la santé et leur offrir de bons postes, avant la valse des ministères organisée par Macron : Champion à la Cour des Comptes, Varnier à Gustave-Roussy et Péju à la Haute Autorité de Santé. Tous les trois ont ainsi atteint leur PHNI (plus haut niveau d’incompétence) !

    Répondre à ce message

  • On brade !

    Un tiers de l’hôpital de la Pitiè-Salpétrière est livré aux promoteurs, l’hôpital Fernand Widal est menacé de fermeture, dans le nord de Paris il ne va bientôt plus y avoir un seul hôpital, Beaujon et Bichat devant fermer pour faire place aux promoteurs. Le sud de Paris n’est pas si bien loti non plus, depuis les fermetures de Saint Vincent de Paul et de val de Grâce, sans compter l’Hôtel Dieu à l’abandon. Ainsi, les urgences ophtalmologiques de ce dernier sont censées fermer et déménager à Cochin, même si cet hôpital n’est pas en mesure de les accueillir ! Et on sait que Macron s’est engagé à accélérer les Groupements Hospitaliers de Territoires qui signifient des fermetures supplémentaires ! L’hôpital public ne peut être défendu que par les personnels et par la population : il ne faut pas compter sur les directions ni sur les gouvernants !

    Répondre à ce message

  • Au Canada… pour mieux mesurer la vie au travail ?

    Le syndicat SUD a révélé que la direction avait organisé une « semaine internationale » au Canada où elle avait convié directeurs, cadres et syndicalistes soi-disant pour étudier la « Qualité de vie au travail » ! Non seulement ce n’est pas à Montréal que l’on peut mesurer ce qui ne va pas au travail mais, pour les personnels, il n’est pas besoin de stages et de réunions d’étude pour savoir ce qui ne va pas pour les personnels : c’est les suppressions de postes, la réduction des moyens, et l’accroissement de la charge de travail et du stress et aucune semaine, au Canada ou ailleurs, ne va y pallier, sans parler du fait qu’elle ne fait que montrer que la direction jette l’argent, qu’elle prétend économiser, par les fenêtres et hublots d’avions !!!

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0