English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 06- Livre Six : POLITIQUE REVOLUTIONNAIRE > 4- Ce qu’est le socialisme et ce qu’il n’est pas > Grandizo Munis, ça vous dit quelque chose ?

Grandizo Munis, ça vous dit quelque chose ?

jeudi 2 novembre 2017, par Robert Paris

Grandizo Munis, vous connaissez ? C’était un des compagnons les plus proches de Léon Trotsky !

GRANDIZO Y MARTINEZ Manuel Fernandez, dit MUNIS

Grandizo Munis est un des fondateurs de la section espagnole de l’Opposition de gauche en 1930. Puis il fonde la section espagnole de la Ligue communiste internationale en 1936. Le groupe est connu par son organe La Voz Leninista. Il est emprisonné par les staliniens en février 1938.

Il s’enfuit ensuite et se réfugie à la fin de la guerre civile au Mexique où il est chargé par Trotski de diriger la section mexicaine. Il dirige également la section trotskiste espagnole. À ce titre, il participe à la conférence d’Alarme de la IVe Internationale (1940), et devient un proche collaborateur de Natalia Sedova.

Munis rompt avec la IVe Internationale en 1948, sur la nature de la l’Union soviétique qu’il considère comme un régime de capitaliste d’État (rejoignant ainsi les conceptions de la Tendance Johnson-Forest aux États-Unis) et sur la nature de la Deuxième Guerre mondiale qu’il considère comme étant une guerre impérialiste. Il estime que le trotskisme officiel a choisi un camp impérialiste, celui de l’URSS. Natalia Sedova, la veuve de Léon Trotski, suit le même chemin en rompant avec le trotskisme officiel quelques années plus tard.

Il s’installe en France puis rentre en Espagne pour participer à la grève des transports de Barcelone en 1951, ce qui lui vaut d’être emprisonné dans les geôles franquistes.

Après sa libération en 1958, Munis rentre en France et fonde l’année suivante le Fomento Obrero Revolucionario (Ferment ouvrier révolutionnaire) qui publie la revue Alarme et développe des positions proches de celles de la gauche communiste, sans jamais rompre totalement avec le léninisme.

Qui était Grandizo Munis ?

Un révolutionnaire méconnu

Un ouvrage fondamental : « Jalones de derrota, promesa de victoria ; en français : les leçons de la défaite, promesse de victoire », leçons de la révolution espagnole

Articles de Munis sur la révolution espagnole

Encore des textes de Munis sur la révolution espagnole

Péret-Munis, Les syndicats contre la révolution

Munis, Les révolutionnaires devant la Russie et le stalinisme mondial

Son camarade Benjamin Péret

Munis, la voz de la memoria

Munis, Observations on the Guerrillas

Munis, The Programme of the Spanish Bolshevik-Leninists

Writings of Grandizo Munis

La revolución en Espana con Munis

Natalia Trotsky, Benjamin Péret, Grandizo Munis :

La IV° Internationale en danger

Lettre ouverte au Parti Communiste Internationaliste

Déclaration de rupture avec la IV° Internationale

Grandizo Munis

1 Message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0