English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 26- HISTOIRES COMIQUES > PDR = Plié de rire…

PDR = Plié de rire…

mardi 4 juillet 2017, par Robert Paris

PDR = Plié de rire…

14 juillet style MacDo

Les présidents Macron et Donald Trump qui se retrouvent au défilé du 14 juillet, c’est vraiment… Mac Do !

Les vases communicants

Macron a promis de donner aux syndicats des moyens financiers supplémentaires, en même temps qu’il supprime des droits et revenus des salariés. Hollande avait donné des droits supplémentaires de représentation en prud’hommes en ôtant ces droits aux salariés. Y aurait-il des avantages aux syndicats en échange de désavantages aux salariés ?

Général déchaîné

Un général utilise des avions militaires pour ses congés de particulier. Ce n’est ni le gouvernement ni ses chefs militaires qui ont démasqué le pot aux roses. C’est la Canard enchaîné. Pour l’information fiable, le canard a ses galons !

La cyberattaque bleu-blanc-rouge

La DGSE recrute des apprentis, futurs agents, spécialistes hackeurs dans les termes suivants : « mettre au point de nouvelles méthodes d’attaque », « rechercher des vulnérabilités pour contourner les protections afin d’accéder aux données », « corrompre le fondement des composants électroniques sécurisés » ou encore « injecter des logiciels malveillants » De quoi permettre à la France d’entrer en concurrence avec les spécialistes du cyberterrorisme que sont les USA, la Russie, la Chine ou la Corée…

Exécutions extrajudiciaires

Le Wall Street Journal du 30 mai dernier annonce que la France a communiqué aux services spéciaux irakien et américain la liste de Français accusés d’agir aux côtés des terroristes. Il ne s’agit pas de les arrêter pour les juger mais de les éliminer physiquement par des assassinats ciblés au cas où l’armée et les forces spéciales françaises n’y parviendraient pas. Hollande s’était déjà fait remarquer en rendant public son autorisation pour un grand nombre de ces assassinats extrajudiciaires d’Etat. Ces assassinats ne sont pas reconnus par le fonctionnement normal de l’Etat mais ce dernier s’autorise lui-même à sortir de son fonctionnement « normal » sans aucun contrôle ni judiciaire, ni politique, ni rien !

Un général rétrogradé

Le général Soubelet, candidat aux législatives après avoir fait état d’ambitions présidentielles et putschistes, s’est contenté d’une place de numéro quatre dans ces élections alors qu’il était numéro trois de la gendarmerie. Avec ses 6,2% des voix, il a dû battre en retraite !

« S » = suspect ou services secrets ?

Dans le cadre de la nouvelle loi antiterroriste en France de Macron-Collomb, le pouvoir politique s’arroge le droit de suspendre, de manière quasi discrétionnaire, certaines libertés individuelles avec notamment des mesures d’assignation à résidence y compris pour des personnes jamais condamnées ni soupçonnées de quoique ce soit par la justice, mais simplement considérées comme suspectes par les services de renseignement ! Vous avez aimé le non-droit de l’Etat d’urgence de Hollande-Valls, vous adorerez celui de Macron-Collomb !

Le contre-terrorisme change de nom

Le contre-terrorisme français a de multiples services indépendants, qui sont secrets, y compris les uns vis-à-vis des autres. En somme, les uns peuvent parfaitement prendre les autres pour du terrorisme et inversement, s’il n’y avait pas de coordination au sommet. Cela s’est appelé direction du CNR, UCLAT puis EMOP et, maintenant, avec Macron, cela s’appellera CNCT ! Quelle signification de tous ces changements ? Eh bien, cela montre que cela ne marche tout simplement pas : malgré la coordination, les services secrets français oublient que leurs ennemis ne sont pas les autres services secrets français ! CNCT devrait vouloir dire : « Contrer Notre Contre-Terrorisme » ?!!!

Qui roulent les cars Macron ?

Le lancement des cars Macron, des cars libéraux pour remplacer des trains d’Etat, à l’époque ministre de l’Economie, avait été réalisé à grands de trompette triomphalistes : ces cars devaient créer 22.000 embauches, paraît-il ! Bilan réel : 2000 emplois ! Combien de supprimés à la SNCF ? Les tarifs de ces cars ont augmenté de 17% et pourtant le succès commercial n’est pas là ! Il ne suffit pas de se proclamer libéral pour déclencher des embauches !

Ouibus, ça marche ?

On pourrait penser que, puisque les cars Macron à la place de trains, cela n’a pas marché, ce sont les cars SNCF qui allaient marcher à la place des trains. Eh bien non ! Ouibus va ainsi devoir fermer sa firme lyonnaise en transférant les salariés, avec une perte de 6000 à 8000 euros et le licenciement pour ceux qui refusent !

Bienvenus qu’ils disaient !

La justice française a refusé de créer à Calais un centre d’accueil d’urgence des migrants. Après la déclaration publique à Calais du nouveau ministre de l’Intérieur Collomb selon laquelle la violence policière contre les migrants est justifiée, on voit combien les peuples qui ont été obligés à migrer sont une préoccupation des gouvernants français, alors que la France prétend faire des guerres dans leurs pays, avec des bombardements meurtriers et de nombreuses victimes civiles, soi-disant pour les sauver !

Le travail gouvernemental pour augmenter le chômage ne chôme pas !

Macron va augmenter les droits des patrons et des trusts à licencier, sous le prétexte fallacieux de favoriser des embauches, il va précariser les emplois, il va diminuer les sanctions pour licenciements abusifs, il va imposer plus d’années de travail avant la retraite, il va supprimer des emplois publics, il va…, il va… Ne dites pas que le gouvernement ne fait rien sur l’emploi : il fait tout CONTRE l’emploi ! Et on atteint les 3,49 millions de chômeurs officiels, (combien de chômeurs réels ?) dans la seule France métropolitaine car les esclaves coloniaux ne comptent pas !!!

Rien vu, rien entendu, rien sanctionné

Un professeur à la Sorbonne constate des violences policières en rentrant de son travail à Saint Denis. Il filme la scène. Les flics s’en prennent à lui, l’insultent et le frappent. Il porte plainte. Elle est classée sans suite. Pas d’enquête. La police des polices n’est pas saisie. Si on vous dit qu’il ne s’est rien passé, ne protestez pas, sinon tant pis pour vous !

Pas de sécurité nucléaire, ni même en rêve !

Parmi les multiples dysfonctionnements de la centrale nucléaire EPR de Flamanville, la première centrale de nouvelle génération ce qui nécessiterait normalement une prudence accrue, citons les diesels de secours chargés de remplacer l’approvisionnement en électricité en cas de panne. Ils sont défectueux. Leurs plans ont été perdus. Cela n’empêchera pas EPR de démarrer, pas plus que le fait que le couvercle soit reconnu comme défectueux. Démarrer est une obligation car, sinon, c’est tout le nucléaire français qui ne va plus jamais redémarrer ! Quant à l’incident nucléaire, eh bien, ce n’est pas le souci principal de ces adeptes du risque… pour les autres !

Le Grand pari… immobilier

Dans le cadre de la loi sur le « Grand Paris », les entreprises privées du Bâtiment se frottent les mains et ce ne sont pas les seules. Par exemple, les offices HLM municipaux sont, dans ce cadre, remplacés par des établissements territoriaux et parfois par des établissements privés. Ici une société anonyme, là l’Immobilière 3F ! C’est donc un pari privé !

Pas de conflit d’intérêt au sein de la famille !

Florence Parly, nouvelle ministre des armées, est la femme de Martin Vial. Vous ne voyez pas le problème ? Eh bien, ce monsieur est patron de l’APE qui gère les relations public-privé pour des collaborations avec les trusts des armées : Airbus, Safran, Thalès notamment. Les achats profitant aux trusts pourront donc être réglés… sur l’oreiller ! N’appelez pas cela un conflit d’intérêt mais une entente familiale !

Justice de classe !

La justice française vient d’arrêter l’instruction et de renvoyer la moitié des dossiers pour cancer lié à l’amiante sous prétexte que la date exacte de la contamination ne serait pas connue. Tout cela sur la base d’un rapport d’experts qui dit exactement le contraire puisqu’il affirme que la date de la contamination est la même que la date de première exposition ! Ne comptez pas sur la justice pour condamner les trusts et les gouvernants !

Un petit caillou pour un Gallet

Le PDG de RadioFrance était auparavant PDG de l’INA et il a marqué notamment son passage par des dépenses somptuaires et inutiles confiées à des petits copains comme Denis Pingaud et ses entreprises OpinionWay et Balises, tout cela sans mise en concurrence. Bilan : 250.000 euros d’argent public dans la poche des petits amis ! Quand on vous dit que la nouvelle race de PDG sont des gens très humains !

Faites ce que je dis, ne faites pas ce que je fais

Au sommet européen de Bruxelles du 23 juin, Macron a fortement grondé les gouvernants hongrois, polonais et tchèques : « Nous devons accueillir des réfugiés, c’est notre devoir et notre honneur ». Il a dit tout le contraire aux policiers français… Mais ceux-ci n’ont pas de questions à se poser : ils ne sont ni hongrois, ni polonais, ni tchèques !

L’Etat français, soutien des génocidaires et… récidiviste !

Patrick de Saint-Exupéry, journaliste renommé à l’origine de nombreuses informations exclusives sur l’implication de la France dans le génocide des Tutsis du Rwanda de 1994, fait de nouvelles révélations stupéfiantes : non seulement Paris a soutenu le régime criminel hutu qui a organisé le génocide rwandais, mais l’Elysée a donné l’ordre, après le génocide, de réarmer les génocidaires. En avril 2015, l’Elysée a annoncé l’ouverture des archives officielles françaises sur le Rwanda. Deux fonctionnaires sont alors chargés de leur lecture. Et l’un de ces fonctionnaires, travaillé par ses découvertes, a raconté, en privé, de façon impromptue et improbable ce qu’il a découvert dans ces archives.Et il découvre d’abord qu’une directive a été donnée de réarmer ceux qui venaient de commettre le génocide. Selon une enquête fouillée de la revue XXI, la France aurait livré illégalement des armes aux anciens génocidaires Hutus au cours de l’opération « Turquoise » de 1994.

Répondre à cet article