English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS > Tout est de la faute de Trump ?!!!

Tout est de la faute de Trump ?!!!

lundi 11 décembre 2017, par Robert Paris

Edito

De Jérusalem à la Corée du Nord, du Yémen à l’Iran, des migrants mexicains aux noirs américains, tout est de la faute de Trump ?

Trump provoque la Corée du Nord, Trump s’attaque aux migrants, Trump s’en prend à l’Iran, etc. : dans tous les domaines « Trump » est considéré comme une explication suffisante du tournant de la politique mondiale. C’est le méchant qui mènera une politique méchante. Une version simple, morale, facile mais qui n’explique rien, même pas Trump lui-même !

Si les guerres (ou les menaces de guerre) ainsi que les affrontements violents montent partout dans le monde, on nous dit à chaque fois que l’explication serait l’élection de Trump comme président des USA. Bien sûr, il est facile d’opposer l’image d’un Trump président d’extrême droite raciste à celle d’un Obama, premier président noir des USA se présentant comme un humaniste pacifique, ouvert et démocratique. Mais ce n’est pas moins une tromperie grossière ! C’est Obama qui a lancé ou accentué la guerre des USA au Pakistan, en Syrie, au Yémen, en Irak et soutenu l’intervention en Libye, qui a radicalisé la lutte contre la Russie en Ukraine. C’est lui qui a encouragé la politique du Brexit. C’est encore sous Obama président que se sont multipliés les assassinats de Noirs par des policiers et le blanchiment des crimes des policiers. C’est aussi sous Obama que la violence sociale contre les Américains les plus démunis s’est considérablement accrue et notamment la précarité et la misère.

De toutes manières, les classes possédantes américaines n’ont jamais choisi de déléguer au président des USA la totalité du pouvoir de décision et elles ne sont pas tributaires d’une simple élection politicienne. Ce n’est certainement pas aux Etats-Unis que c’est l’opinion publique et pas le grand capital qui fait la loi !!! Et, sur ce plan, un Obama n’était pas moins l’émanation du grand capital qu’un Trump ! Ou qu’une Clinton !!! Pas plus qu’en France, les guerres françaises en Libye, au Mali ou au Centrafrique, ce n’est davantage la droite que la gauche ou que l’extrême droite.

En réalité, la fameuse candidate anti-Trump, madame Clinton est apparue bien plus belliciste que Trump, plus favorable à un conflit armé avec le Russie notamment. Et, de toutes manières, la montée vers la guerre mondiale est très loin de concerner les seuls Etats-Unis, sans parler de la seule politique politicienne américaine. Le monde entier est sur la même voie : vers des affrontements violents de toutes sortes, des guerres soi-disant pour libérer les peuples mais qui bombardent massivement les populations civiles, et qui soutiennent même les bandes armées terroristes sous prétexte de renverser des dictateurs, des dérives antidémocratiques et antisociales de tous les Etats sous prétexte d’objectifs antiterroristes, une offensive contre les droits des peuples à s’informer librement, à manifester, à faire grève, etc. Cette dérive est mondiale et nullement le produit du seul fait que Trump soit président.

Bien sûr, il y a eu plusieurs tournants importants (au moins dans le discours) dans la politique mondiale des USA depuis que c’est Trump qui dirige les USA : positions sur l’Iran, sur Cuba, sur le Venezuela, sur la Corée du nord ou, tout récemment, dans le conflit palestinien et tout particulièrement sur Jérusalem, capitale de l’Etat hébreu.

En ce qui concerne la question palestinienne, il y a certainement pas un vrai changement dans la politique américaine et il consiste dans la fin de l’hypocrisie des gouvernants américains qui ne font même plus semblant de souhaiter la paix, la négociation, la concorde et autres balivernes. Dans la réalité, ce n’est un tournant car Obama, avec des mots différents, agissait dans le sens des demandes des gouvernants israéliens d’extrême droite, leur fournissant même l’aide financière et militaire la plus grande jamais donnée par les USA. Cela compense bien des discours platoniques, prétendument réticents vis-à-vis de la poursuite de la colonisation israélienne contre les territoires palestiniens occupés.

En fait, les classes dirigeantes ont un nouvel affichage, plus agressif, plus guerrier, plus violent, qui ne se limite pas aux USA ni à Trump. On se souvient du « nous sommes en guerre, intérieure et extérieure » de Hollande-Valls ! Tous les gouvernants européens notamment soutiennent « les guerres pour libérer les peuples », les mêmes peuples qu’ils présentent ensuite comme des affreux migrants qui envahissent leur pays ! La politique anti-migrants, anti-musulmans, anti-ouvrière, antidémocratique sous prétexte d’antiterrorisme et guerrière tous azimuts, cela concerne tout autant les diverses puissances impérialistes et pas seulement les USA ni le seul Trump !

Certes, de nombreux chefs d’Etat ont pris leurs distances vis-à-vis du choix de Trump sur Jérusalem, comme ils l’ont fait sur l’Iran ou sur le climat, mais ces mêmes gouvernants ne reconnaissent pas pour autant l’existence d’un Etat palestinien et aucun d’entre eux n’a réellement pris ses distances vis-à-vis des massacres commis par l’Etat d’Israël, et pas même vis-à-vis du bombardement actuel de Gaza par Israël sous prétexte des actes de révolte des Palestiniens contre le choix d’une ambassade américaine à Jérusalem. Tous ces chefs d’Etat n’ont jamais cessé de recevoir en amis les dirigeants israéliens, y compris quand ceux-ci menaient une véritable guerre de massacre contre des Palestiniens désarmés.

Que pourraient reprocher ces Etats impérialistes à Israël et qu’ils ne font pas eux-mêmes contre les peuples, que ce soit en Syrie, en Irak, en Afghanistan, d’ailleurs avec le même prétexte qu’Israël : la lutte contre le terrorisme !

Tous ont condamné à mort des civils pacifiques qu’ils ont bombardés massivement, que ce soit en Syrie, en Irak, au Yémen, au Mali, au Tchad ou ailleurs. Tous condamnent à mort le peuple du Yémen par leur guerre et leur blocus. Tous sont d’accord pour faire vivre le peuple afghan dans une guerre permanente depuis des décennies, sans que l’on ne voie en rien en quoi cela libère ce peuple de la dictature, de la misère, du terrorisme ou de la guerre.

Nos gouvernants, quelle que soit leur couleur politicienne, - elle ne compte pas en la matière puisque c’est un choix de classe, un choix de possédants contre des non-possédants, d’exploiteurs contre les exploités -, ne peuvent pas condamner la montée de la violence guerrière dans le monde puisque c’est eux-mêmes qui l’ont décidée, estimant qu’il fallait détourner les peuples travailleurs du monde de la colère contre les classes dirigeantes, colère qui ne pouvait pas manquer d’exploser sous forme de révolution sociale et politique suite à la crise historique de la domination du capitalisme débutée en 2007 et qui avait commencé d’amener les peuples à la révolte en Egypte et en Tunisie. C’est pour endiguer les révolutions que les classes possédantes ont favorisé les bandes armées terroristes, soi-disant afin d’aider les peuples à renverser les tyrans, puis ont mené des guerres prétendument de libération ! Mais ces guerres n’ont libéré aucun peuple et n’ont endigué aucun terrorisme. Dans les pays où ces guerres ont soi-disant triomphé du terrorisme, l’ordre qu’elles établissent est lui-même terroriste, et nourrit à nouveau le terrorisme, y compris si c’est une ordre pro-occidental, comme en Afghanistan ou en Irak.

Ce n’est pas le Moyen Orient qui fait basculer le monde dans la violence. Ce n’est pas le monde musulman qui explique ce qu’est en train de devenir le monde entier. Ce qui dirige le monde, c’est le capitalisme et si le monde va mal, c’est parce que la domination capitaliste bat de l’aile, est bloquée devant un mur qu’elle est incapable de franchir, une limite qui étouffe le système et l’empêche d’envisager de nouveaux développements.

Le capitalisme n’est pas désarmé devant des terroristes, n’est pas désarmé devant des dictateurs, n’est pas désarmé devant des présidents excités, n’est pas désarmé devant des idéologies fascistes, mais il l’est devant la crise historique que connaît le capitalisme depuis 2007. Certes, il a pu survivre apparemment à cette crise pendant presque dix ans puisque, depuis 2008, il a donné une réponse qui a fait durer la situation, qui a permis un répit. Mais, sur le fond, il n’a fait qu’aggraver toutes les conditions de la crise de 2007, que rendre le développement économique plus tributaire des moyens artificiels, purement financiers, spéculatifs et étatiques et il en crève. Son incapacité à développer davantage les investissements productifs ne provient pas de la délocalisation de toute l’activité productive en Chine ou en Asie. A preuve cette région connaît elle-même la crise, pour exactement les mêmes raisons. Dans cette région aussi, sans les milliers de milliards des fonds d’Etat, aucune banque ni aucun trust ne serait encore en fonctionnement, tous ayant fait faillite. C’est tout le grand capital mondial qui est maintenant en faillite permanente, sauvé sans cesse par les fonds publics, des Etats et des banques centrales. Au point que les classes possédantes attendent maintenant le « Big One », le grand krach financier à venir devant lequel elles seront désarmées, contrairement à ce qui s’est passé en 2008, les Etats et les banques centrales étant eux-mêmes endettés et en faillite !

La montée à la guerre n’est pas le produit d’un méchant Trump, pas plus qu’autrefois, lors des guerres mondiales, elle n’avait été causée par un méchant Hitler ou un méchant Kaiser. La violence guerrière est un besoin des classes dirigeantes de détourner la colère sociale des peuples de son issue naturelle : la révolution.

Ce sont les réformistes qui essaient de nous faire croire qu’en restant au sein de la logique du grand capital, on pourrait quand même faire des choix plus pacifiques, plus démocratiques, plus favorables aux peuples, alors que les classes possédantes ne peuvent plus faire de tels choix. Il est vital pour elles de s’attaquer violemment aux peuples, de remettre en cause la démocratie, comme de remettre en cause l’équilibre social établi dans le code du travail, dans l’existence de services publics, de santé public, d’un certain niveau général de bien-être et d’un consensus social. C’est tout cela que les classes possédantes sont en train de détruire et on nous sert à chaque fois en guise d’explication : tout est de la faute de Sarkozy, puis tout est de la faute de Hollande, et enfin tout est de la faute de Macron, comme si cela changeait quoique ce soit au problème de changer celui qui, pantin des possédants, fait tout ce qui leur plait, au détriment de la population, y compris des électeurs de ces politiciens.

Prétendre que tout est de la faute de l’homme qui gouverne, c’est un bon moyen de faire croire que rien n’est de la faute des possédants et de leur système de domination, ce qui est exactement l’inverse de la réalité !

8 Messages de forum

  • Tout est de la faute de Trump ?!!! 11 décembre 2017 07:25

    Macron prétend qu’il dénonce le choix de Trump de reconnaître Jérusalem capitale d’Israël mais reçoit Nétanyahou, alors que ce dernier assassine les Palestiniens. L’hypocrite déclare qu’il demande à Nétanyahou un « geste courageux envers les Palestiniens » !!! Le courage de Nétanyahou, c’est de massacrer !!!

    Répondre à ce message

  • Tout est de la faute de Trump ?!!! 13 décembre 2017 07:00

    C’est vrai que tout expliquer par Trump c’est ne rien expliquer car qui expliquera qu’il y ait Trump !

    Cependant, on voit que Trump marque un tournant.

    Notamment, Trump favorise particulièrement les hydrocarbures...

    "L’administration Trump va embrasser la révolution des pétrole et gaz de schiste pour créer des emplois et apporter de la prospérité à des millions d’Américains" déclarait-il en arrivant au pouvoir.

    Il vient encore de le faire... Pas d’apporter la prospérité aux Américains mais aux trusts !!!

    Trump vient en effet de réduire de respectivement 45 et 85% deux parcs nationaux américains. Une décision qui ouvre la région à l’exploitation des hydrocarbures, mais qui laisse sans protection des trésors archéologiques et géologiques.

    Répondre à ce message

  • Tout est de la faute de Trump ?!!! 18 décembre 2017 14:40

    Les négociateurs républicains au Congrès des Etats-Unis ont mis la touche finale à un texte commun qui devrait être soumis cette semaine à la Chambre et au Sénat. Le président américain Donald Trump souhaite que le texte puisse être promulgué avant Noël.

    Le projet prévoit notamment d’abaisser de 35% à 21% le taux de l’impôt sur les sociétés, un allègement que les milieux d’affaires réclamaient depuis des années. Divers autres allègements fiscaux sont prévus pour les entreprises, notamment pour les inciter à rapatrier leurs bénéfices aux Etats-Unis.

    Répondre à ce message

  • Tout est de la faute de Trump ?!!! 12 janvier 08:09, par Moshe

    La Révolution américaine est une période de changements politiques importants provoqués par l’insurrection des habitants des treize colonies d’Amérique du Nord contre la Grande-Bretagne à la fin du XVIIIe siècle. Épisode fondateur de la nation américaine et de la naissance des États-Unis, la révolution se manifesta notamment par des violences contre les autorités britanniques. En quoi la révolution américaine a été véritablement une révolution, plutôt qu’une révolte ou qu’une jacquerie, à quelle date ou à quelle époque elle s’est transformée, et est devenue compatible avec le capitalisme, avec l’exploitation, avec le racisme, avec l’impérialisme mondial ?

    Répondre à ce message

  • Tout est de la faute de Trump ?!!! 12 janvier 08:09, par Robert Paris

    En fait, « la révolution » américaine devrait, comme pour toutes les grandes révolutions, être appelée « les révolutions » tant l’explosion a été à la fois nationale, sociale, politique, raciale et bien d’autres choses encore. Tout a explosé ensemble et l’affrontement a eu lieu en plusieurs phases révolutionnaires. C’est une révolution anticoloniale, mais aussi une révolution sociale, une révolution politique, une révolution des paysans, une révolution des Noirs, etc. Ce qui en fait une révolution plutôt qu’une révolte, c’est l’incapacité des classes possédantes d’arrêter le développement en profondeur d’une contradiction explosive, l’incapacité de celles-ci de continuer à gouverner.

    Répondre à ce message

  • Tout est de la faute de Trump ?!!! 14 janvier 13:48, par alain

    Pourtant, le commentaire de Trump contre les migrants et sur les « pays de merde » d’Haïti, du Salvador et d’Afrique est hors norme !!!

    Répondre à ce message

  • Tout est de la faute de Trump ?!!! 14 janvier 13:48, par Robert Paris

    Certes ! Mais il correspond à une évolution globale de la bourgeoisie mondiale qui, en Europe, traite les migrants pire que des chiens et le déclare haut et clair sans gène… Voir les déclarations des nouveaux ministres d’extrême droite autrichiens qui affirment vouloir enfermer les migrants dans des camps de concentration et aussi celles du président de Tchéquie qui vont dans le même sens, tout cela sans que les autres responsables européens soient autrement choqués !!!

    Répondre à ce message

  • Un spectacle dégradant s’est déroulé mardi à Washington lorsque Alexis Tsipras, Premier ministre de la Grèce et chef de la « Coalition de la gauche radicale » (Syriza), rendait visite au président américain Donald Trump. Se prosternant devant le président américain de droite lors d’une conférence de presse conjointe, le principal représentant de la « gauche » petite-bourgeoise européenne a déclaré la Grèce un pays sûr pour Wall Street et le Pentagone.

    Dans un contexte où l’administration Trump est méprisée par des masses de travailleurs en Grèce et dans toute l’Europe, le Premier ministre grec a déclaré que les relations américano-grecques étaient « au mieux » depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

    Tsipras a précisé qu’après presque trois dures années d’austérité de l’Union européenne que son gouvernement a imposée à la classe ouvrière, il y a beaucoup de profits à faire en Grèce. Souriant alors que Trump saluait la « mise en œuvre continuelle de réformes » par le gouvernement Syriza et annonçait que ce dernier dépenserait 2,4 milliards de dollars pour la modernisation des avions de chasse américains F-16, Tsipras a salué les « principes démocratiques communs » qu’il partage avec Trump. Les fonctionnaires en Grèce, a-t-il dit, « ont hâte d’attirer les investissements américains ».

    Tsipras a fait un appel ouvert à la machine de guerre américaine. Il a fait allusion au fait qu’Athènes et Washington prévoient améliorer la base navale américaine de Souda Bay sur l’île grecque de Crète et ouvrir une nouvelle base américaine ailleurs sur l’île, ce qui mettrait d’importants champs de bataille tels que la Sryie et l’Irak à portée des forces américaines. Affirmant que Washington aide la Grèce sur « des questions nationales fondamentales de sécurité et de défense », Tsipras a demandé à Trump d’aider à résoudre les conflits gréco-turcs à propos de Chypre.

    Tsipras a salué la politique américaine au Moyen-Orient et dans les Balkans, où les guerres américaines ont fait des millions de victimes et transformé des dizaines de millions en réfugiés. Les États-Unis, a-t-il dit, « encouragent la coopération avec le Moyen-Orient et les Balkans, qui contribuent à la sécurité et à la croissance de la région ». Tsipras a rabroué un journaliste qui rappelait que, lors de l’élection présidentielle, Tsipras avait qualifié de « dangereuse »la perspective d’une victoire de Trump. Tsipras a déclaré : « Les États-Unis sont une puissance très forte et leur capacité à intervenir pour le bien est très, très importante... Nous avons des valeurs communes ».

    La déclaration de Tsipras selon laquelle il partage des « valeurs communes » avec Trump démontre la faillite politique non seulement de Syriza, mais de tous les partis « de gauche » de la classe moyenne aisée qui ont salué Syriza et sa victoire électorale en 2015. C’est l’aboutissement d’une expérience stratégique de la classe ouvrière internationale.

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0