English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 01 - Livre Un : PHILOSOPHIE > LIVRE UN - Chapitre 02 : Matière à philosopher ? > Galilée : « Considérations sur le système de Copernic »

Galilée : « Considérations sur le système de Copernic »

lundi 12 mars 2018, par Robert Paris

Galilée : « Considérations sur le système de Copernic »

Afin d’enlever (autant que le Dieu béni me le permet) l’occasion de dévier du jugement le plus correct sur la résolution de la controverse en cours, je vais essayer de faire disparaître deux idées fausses. Ce sont des notions que, je crois, certains tentent d’imprimer à l’esprit des personnes chargées des délibérations et, si je ne me trompe, ce sont des concepts loin de la vérité.

La première est que personne n’a de raison de craindre que le résultat puisse être scandaleux ; car l’immobilité de la terre et le mouvement du soleil sont si bien démontrés en philosophie que nous pouvons en être sûrs et indubitablement certains ; d’autre part, la position contraire est un immense paradoxe et une folie évidente, de sorte que personne ne peut douter d’aucune façon qu’elle ne puisse être démontrée maintenant ou jamais, ni même qu’elle ne puisse jamais trouver place dans l’esprit des personnes douées de sens. L’autre idée qu’ils essaient de répandre est la suivante : bien que l’hypothèse inverse ait été utilisée par Copernic et d’autres astronomes, ils l’ont fait d’une manière supposée, et dans la mesure où elle peut rendre compte plus commodément des apparences des mouvements célestes et faciliter calculs et formules mathématiques en astronomie, et ce n’est pas le même cas lorsque les mêmes personnes qui l’ont supposé l’ont cru vrai de facto et dans la nature ; donc la conclusion est que l’on peut sans risque juger de le condamner. Cependant, si je ne me trompe, ces idées sont fallacieuses et loin de la vérité, comme je peux le montrer avec les considérations suivantes. Celles-ci seront seulement générales et appropriées pour être comprises sans beaucoup d’effort et de travail, même par quelqu’un qui n’est pas très versé dans les sciences naturelles et astronomiques. Car, si l’on avait l’opportunité de traiter ces points avec ceux qui sont très expérimentés dans ces études, ou du moins qui ont le temps de faire le travail requis par la difficulté du sujet, alors je ne devrais proposer que la lecture du propre livre de Copernic ; à partir de cela et de la force de ses démonstrations, on pourrait voir clairement à quel point les deux idées dont nous discutons sont vraies ou fausses.

Qu’il ne faille pas dénigrer et ridiculiser ce point de vue est clairement démontré par la qualité des hommes, anciens et modernes, qui l’ont présenté et défendu. Personne ne peut le considérer comme ridicule à moins qu’il ne considère comme ridicule et insensé Pythagore avec toute son école, Philolaos (professeur de Platon), Platon lui-même (comme Aristote en témoigne dans son livre « Sur les cieux »), Héraclide du Pont, Ecphantus, Aristarque de Samos, Hicetas et Séleucus le mathématicien. Sénèque lui-même non seulement ne le ridiculise pas, mais il se moque de ceux qui le font, en écrivant dans son livre « Sur les comètes » : « Il est également important d’étudier ces questions pour savoir si l’univers tourne autour de la terre immobile ou si la terre tourne mais l’univers ne le fait pas. Certains ont dit que nous sommes naturellement inconscients du mouvement, que le lever et le coucher du soleil ne sont pas dus au mouvement des cieux, mais que c’est nous mêmes qui nous levons et nous couchons. La question mérite d’être examinée, afin que nous connaissions les conditions de notre existence, que nous restions immobiles ou que nous bougions très vite, que Dieu conduise tout autour de nous ou nous conduise. »

En ce qui concerne les modernes, Nicolaus Copernicus a d’abord accepté l’idée et l’a confirmée dans son livre entier. Puis il y en eut d’autres : William Gilbert, médecin et philosophe distingué, qui le traite longuement et le confirme dans son livre « Sur l’aimant » ; Johannes Kepler, philosophe et mathématicien illustre vivant, au service de l’ancien et de l’actuel empereur, suit la même opinion ; Origanus (David Tost) au début de ses éphémérides soutient le mouvement de la terre par une très longue discussion ; et il ne manque pas d’autres auteurs qui ont publié leurs raisons sur la question. En outre, bien qu’ils n’aient rien publié, je pourrais nommer de très nombreux disciples de cette doctrine vivant à Rome, Florence, Venise, Padoue, Naples, Pise, Parme et d’autres endroits. Cette doctrine n’est donc pas ridicule, ayant été acceptée par de grands hommes ; et, bien que leur nombre soit faible par rapport aux partisans de la position commune, c’est une indication de sa difficulté à la comprendre, plutôt que de son absurdité. D’ailleurs, qu’elle se fonde sur des raisons très puissantes et efficaces peut être démontré par le fait que tous ses partisans étaient auparavant de l’opinion contraire, et en effet cela pendant longtemps ils ont ri d’elle et l’ont considérée comme stupide. Copernic et moi, ainsi que tous les autres auteurs vivants, en sommes des exemples. Maintenant, qui ne croira pas qu’une opinion qui est considérée comme stupide et même stupide, qui a à peine un millier de philosophes à la suivre, et qui est désapprouvée par le prince de la philosophie dominante, peut devenir acceptable autrement que par des démonstrations très fermes, des expériences très claires et des observations très subtiles ? Certainement, personne ne sera dissuadé d’une opinion imprégnée du lait maternel dès sa formation, acceptée par presque tout le monde et soutenue par l’autorité d’écrivains très sérieux, à moins que les raisons contraires ne soient plus qu’efficaces. Si nous réfléchissons bien, nous trouvons qu’il y a plus de valeur dans l’autorité d’une seule personne qui suit l’opinion copernicienne que dans celle de cent autres qui prétendent le contraire, puisque ceux qui sont persuadés de la vérité du système copernicien étaient dans le début tous très opposés. Donc je la discute comme suit.

Soit ceux qui doivent être persuadés sont capables de comprendre les raisons de Copernic et ne le suivent, soit ils ne le sont pas ; de plus, soit ces raisons sont vraies et démonstratives, soit elles sont fallacieuses. Si ceux qui doivent être persuadés sont incapables de la comprendre, alors ils ne seront jamais persuadés par les vraies ou par les fausses raisons ; ceux qui sont capables de comprendre la force des manifestations ne seront jamais non plus persuadés si ces démonstrations sont fallacieuses ; ainsi, ni ceux qui font, ni ceux qui ne comprennent pas seront persuadés par des raisons fallacieuses. Par conséquent, étant donné que personne ne peut être dissuadé de la première idée par des raisons fallacieuses, il s’ensuit nécessairement que si quelqu’un est persuadé du contraire de ce qu’il croyait auparavant, les raisons sont convaincantes et vraies. Mais en réalité, il y en a beaucoup qui sont déjà persuadés par des raisons coperniciennes. Par conséquent, il est vrai à la fois que ces raisons sont efficaces et que l’opinion ne mérite pas l’étiquette de ridicule mais l’étiquette de digne d’être très soigneusement considéré et réfléchi.

En outre, combien il est futile de prétendre que la plausibilité de telle ou telle opinion émanant simplement du grand nombre d’adeptes peut facilement en être déduite : personne ne suit cette opinion qui n’a jamais cru le contraire ; mais au lieu de cela vous ne trouverez même pas une seule personne qui, après avoir tenu cette opinion, passera à l’autre, indépendamment de toute discussion qu’il entend ; par conséquent, on peut juger, même s’il ne comprend pas les raisons d’un côté ou de l’autre, que les démonstrations pour le mouvement terrestre sont probablement plus fortes que celles de l’autre côté. Mais je dirai plus, à savoir que si la probabilité des deux positions était quelque chose à gagner au scrutin, je serais prêt à concéder la défaite quand le côté opposé aurait un vote de plus que moi sur cent ; non seulement cela, mais je serais prêt à accepter que chaque vote individuel des opposants valait dix de mes adversaires, aussi longtemps que la décision aurait été prise par des personnes qui avaient parfaitement entendu, pénétré intimement et examiné subtilement toutes les raisons et preuves des deux côtés ; en effet, il est raisonnable de s’attendre à ce que ce soit le cas pour ceux qui ont voté. D’où le fait que cette opinion n’est pas ridicule et méprisable, mais quelque peu branlante est la position de celui qui a voulu capitaliser sur l’opinion commune de tous ceux qui n’ont pas étudié avec précision ces auteurs. Que dire alors des bruits et des bavardages oisifs de quelqu’un qui n’a même pas compris les premiers et les plus simples principes de ces doctrines, et qui n’est pas qualifié pour les comprendre ? Quelle importance devrions-nous lui donner ?

Considérons maintenant ceux qui persistent à vouloir dire qu’en tant qu’astronome Copernic considérait le mouvement de la Terre et la stabilité du Soleil comme une hypothèse plus adéquate pour sauver les apparences célestes et pour calculer les mouvements des planètes, mais qu’il ne croyait pas en vrai être dans la réalité et dans la nature. Avec tout le respect que je vous dois, ces gens montrent qu’ils ont trop tendance à croire la parole de quelqu’un qui parle plus par caprice que par l’expérience du livre de Copernic ou la compréhension de la nature dans cette affaire. Pour cette raison, ils en parlent d’une manière qui n’est pas tout à fait juste.

D’abord, en nous limitant à des considérations générales, voyons sa préface au pape Paul III, à qui il dédie l’œuvre. Nous verrons d’abord, comme pour se conformer à ce qu’ils appellent la tâche de l’astronome, qu’il a fait et achevé le travail conformément à l’hypothèse de la philosophie dominante et de Ptolémée lui-même, de sorte qu’il n’y avait rien de manquant. Mais alors, enlevant le costume d’un astronome pur et mettant ceux d’un contemplateur de la nature, il a entrepris d’examiner si cette hypothèse astronomique déjà introduite, qui était complètement satisfaisante concernant les calculs et les apparences des mouvements de toutes les planètes, pourrait aussi se produire vraiment dans le monde réel et dans la nature. Il trouva qu’il n’existait pas un tel arrangement des parties : bien que chacune d’elles fût bien proportionnée, le résultat fut une chimère très monstrueuse.

Alors il commença à étudier ce que le système du monde pouvait vraiment être dans la nature, non plus pour la seule commodité de l’astronome pur, dont il avait respecté les calculs, mais pour arriver à comprendre un problème physique aussi noble ; il était convaincu que, si l’on avait pu rendre compte des simples apparences au moyen d’hypothèses qui ne sont pas vraies, cela pourrait être fait beaucoup mieux au moyen de la vraie et physique constitution du monde. Ayant à sa disposition un très grand nombre d’observations physiquement vraies et réelles des mouvements des étoiles (et sans cette connaissance il est tout à fait impossible de résoudre le problème), il a travaillé sans relâche à la recherche d’une telle constitution. Encouragé par l’autorité de tant de grands hommes, il examina le mouvement de la terre et la stabilité du soleil. Sans son courage et son autorité, il n’aurait pas conçu lui-même l’idée, ou il l’aurait considérée comme une très grande absurdité et un paradoxe, comme il avoue l’avoir d’abord considéré. Mais alors, à travers des observations à long terme, des résultats favorables et des démonstrations très fermes, il la trouva si conforme à l’harmonie du monde qu’il devint complètement certain de sa vérité. Donc cette position n’est pas introduite pour satisfaire l’astronome pur, mais pour satisfaire la nécessité de la nature.

En outre, Copernic savait et écrivait au même endroit que publier cette opinion l’aurait rendu fou aux yeux d’innombrables disciples de la philosophie actuelle, et surtout de tous les profanes. Cependant, poussé par les demandes du cardinal de Capoue et de l’évêque de Kulm, il la publia. Maintenant, n’aurait-il pas été vraiment fou si, considérant cette opinion physiquement fausse, il avait publié qu’il la croyait vraie, avec la conséquence certaine qu’il serait considéré comme un imbécile par le monde entier ? Et pourquoi n’aurait-il pas déclaré qu’il ne l’utilisait que comme astronome, mais qu’il le nia comme un philosophe, échappant ainsi à l’étiquette universelle de folie, au profit de son bon sens ?

De plus, Copernic expose en détail les raisons et les arguments pour lesquels les anciens croyaient que la terre était immobile, et ensuite, examinant la valeur de chacune des idées à son tour, il montre lesquelles sont inefficaces. Maintenant, qui a jamais vu un auteur sensible engagé à confesser les manifestations qui confirment une proposition qu’il considère vraie et réelle ? Et quel genre de jugement aurait-il de critiquer et de condamner une conclusion alors qu’en réalité il voulait que le lecteur croie qu’il l’acceptait ? Cette sorte d’incohérence ne peut être attribuée à un tel homme. De plus, notez bien que, puisque nous avons affaire au mouvement ou à la stabilité de la terre ou du soleil, nous sommes dans un dilemme de propositions contradictoires (dont l’une doit être vraie), et nous ne pouvons en aucun cas recourir à que ce n’est peut-être ni de cette façon ni de cette façon. Maintenant, si la stabilité terrestre et le mouvement solaire sont de facto physiquement vrais et la position contraire est absurde, comment peut-on raisonnablement dire que la fausse vue est meilleure que la vraie avec les phénomènes clairement visibles et ressentis dans les mouvements et l’arrangement du étoiles ? Qui ne sait qu’il y a une harmonie des plus agréables entre toutes les vérités de la nature, et une dissonance très nette entre les fausses positions et les vrais effets ? Il arrivera donc que le mouvement de la terre et la stabilité du soleil s’accordent de toutes les manières avec l’arrangement de tous les autres corps dans l’univers et avec tous les phénomènes, mille objets que nous et nos prédécesseurs avons observés en détail, et que cette position est fausse ? Et la stabilité de la terre et le mouvement du soleil peuvent-ils être considérés comme vrais et ne pas être d’accord avec les autres vérités ? Si l’on pouvait dire que ni cette position ni cette position ne sont vraies, il peut arriver que l’une soit plus commode que l’autre pour rendre compte des apparences. Mais, étant donné deux positions, dont l’une doit être vraie et l’autre fausse, dire que la fausse convient mieux aux effets de la nature est vraiment quelque chose qui surprend mon imagination. J’ajoute : si Copernic confesse d’avoir pleinement satisfait les astronomes au moyen de l’hypothèse communément admise comme vraie, comment peut-on dire qu’au moyen du faux et de l’insensé il pourrait ou voudrait satisfaire encore les mêmes astronomes ?

Cependant, je vais maintenant considérer la nature de l’entreprise d’un point de vue interne, et montrer avec quel soin on doit en discuter.

Les astronomes ont jusqu’ici fait deux sortes de suppositions : certaines sont primaires et se rapportent à la vérité absolue de la nature ; d’autres sont secondaires et sont imaginées pour rendre compte des apparences des mouvements stellaires, apparences qui ne semblent pas être en accord avec les hypothèses primaires et vraies. Par exemple, avant d’essayer de rendre compte des apparences, agissant non pas comme un astronome pur, mais comme un pur philosophe, Ptolémée suppose, en effet il raisonne en philosophe, que les mouvements célestes sont tous circulaires et réguliers, c’est-à-dire uniformes ; que le ciel a une forme sphérique ; que la terre est au centre de la sphère céleste, qu’elle soit sphérique, immobile, etc. Passant ensuite aux inégalités que nous voyons dans les mouvements planétaires et les distances, qui semblent se heurter aux premières suppositions physiques déjà établies, il passe à une autre sorte de supposition ; ceux-ci visent à identifier les raisons pour lesquelles, sans changer les primaires, il existe une inégalité aussi claire et sensible dans les mouvements des planètes et dans leur approche et leur éloignement de la terre. Pour ce faire, il introduit quelques mouvements qui sont encore circulaires, mais autour de centres autres que la terre, en traçant des cercles excentriques et épicycliques. Cette supposition secondaire est celle dont on pourrait dire que l’astronome le suppose pour faciliter ses calculs, sans s’engager à la maintenir vraie dans la réalité et dans la nature.

Voyons maintenant dans quelle sorte d’hypothèse Copernic place le mouvement de la terre et la stabilité du soleil. Il n’y a aucun doute que, si nous réfléchissons bien, il les place parmi les premières et nécessaires suppositions sur la nature. Car, comme je l’ai déjà dit, il semble qu’il ait déjà donné satisfaction aux astronomes par l’autre voie, et qu’il ne prenne celle-ci que pour essayer de résoudre le plus grand problème de la nature. En fait, dire qu’il fait cette supposition pour faciliter les calculs astronomiques est tellement faux qu’au lieu de cela on peut le voir, lorsqu’il arrive à ces calculs, quitter cette supposition et revenir à l’ancienne, cette dernière étant plus facilement et plus facilement comprise et encore très rapide même dans les calculs. Cela peut être vu comme suit. Intrinsèquement, des calculs particuliers peuvent être faits en prenant une position aussi bien que l’autre, c’est-à-dire en faisant tourner la terre ou le ciel ; néanmoins, de nombreux géomètres et astronomes dans de nombreux livres ont déjà démontré les propriétés des déplacements orthogonaux et obliques des parties du zodiaque par rapport à l’équateur, les déclinaisons des parties de l’écliptique, la variété des angles entre eux et les méridiens et les obliques horizons, et mille autres détails spécifiques nécessaires pour compléter la science astronomique. Copernic lui-même les examine de la manière ancienne, c’est-à-dire telles qu’ils se produisent le long de cercles tracés dans les cieux et autour de la terre immobile, même si le calme et la stabilité doivent appartenir au plus élevé. Le ciel, appelé le premier mobile, ayant un mouvement vers la terre. Ainsi, dans l’introduction du livre deux, il conclut : « Les gens ne devraient pas être surpris si nous utilisons encore les termes ordinaires pour le lever et le coucher du soleil et des étoiles et des occurrences similaires, mais devrions reconnaître que nous parlons en langage coutumier, qui est acceptable pour tous, mais en gardant toujours à l’esprit que « Pour nous qui marchons sur la Terre, ce sont le Soleil et la Lune qui passent. » Nous devons donc comprendre clairement que Copernic ne choisit le mouvement de la terre et la stabilité du soleil pour aucune autre raison et d’aucune autre manière de l’établir que celle du philosophe de la nature, en tant qu’hypothèse du genre primaire ; au contraire, quand il s’agit de calculs astronomiques, il revient à l’ancienne hypothèse, qui prend les cercles des mouvements de base avec leurs détails pour les situer au plus haut des cieux autour d’une terre immobile, comme étant l’hypothèse la plus facile à comprendre pour tout le monde, enracinée dans les habitudes. Mais qu’est-ce que cela prouve ? C’est la force de la vérité et la faiblesse du mensonge, que ceux qui parlent ainsi ne se révèlent pas tout à fait capables de comprendre ces sujets et de ne pas bien les connaître ; cela arrive quand ils se laissent persuader que l’hypothèse secondaire est considérée comme chimérique et fictive par Ptolémée et par d’autres astronomes sérieux, et qu’ils les considèrent vraiment comme physiquement fausses et introduites seulement pour des calculs astronomiques. Le seul argument qu’ils apportent en faveur de cette opinion très fantaisiste est un passage de Ptolémée où, incapable d’observer plus d’une simple anomalie au mouvement du soleil, il écrit que pour en rendre compte, on pourrait prendre l’hypothèse d’une simple excentrique comme de celui de un épicycle sur un concentrique, et il a ajouté qu’il a préféré le premier choix, étant plus simple que le second ; à partir de ces mots, certains affirment de manière très superficielle que Ptolémée n’a pas jugé nécessaire, mais plutôt entièrement fictif, à la fois cette supposition, puisqu’il a dit qu’ils sont tous les deux tout aussi commodes, tandis qu’un et un seul peut être attribué au comportement du soleil. Mais de quel genre de superficialité s’agit-il ? Qui peut faire les deux choses suivantes ? Premièrement, supposer comme vraies les suppositions primaires que les mouvements planétaires sont circulaires et réguliers, et admettre (comme les sens eux-mêmes nous y forcent nécessairement) qu’en passant par le zodiaque toutes les planètes sont à un moment lentes et à un moment rapides, sont non seulement lentes, mais aussi stationnaires et rétrogrades, et que nous les voyons à un moment très grands et très proches de la terre et à un moment très petits et très loin ; et après avoir compris ces points précédents, comment nier que les excentriques et les épicycles puissent réellement exister dans la nature ? Ceci est totalement excusable pour des hommes qui ne sont pas des spécialistes de ces sciences, mais pour d’autres qui prétendent être des experts dans ces sciences, ce serait une indication qui ne comprennent même pas la signification des termes excentrique et épicycle. On pourrait tout aussi bien admettre qu’il y a trois lettres, dont la première est G, la deuxième O et la troisième D, puis à la fin nier que leur combinaison donne DIEU et prétendre que le résultat est OMBRE. Mais si les arguments rationnels n’étaient pas suffisants pour faire comprendre la nécessité de placer réellement les excentriques et les épicycles dans la nature, au moins les sens eux-mêmes devraient l’en persuader, car nous voyons les quatre planètes médicéennes suivre quatre petits cercles autour de Jupiter qui sont loin d’entourer la terre, enfin quatre épicycles ; Vénus, que l’on voit à certains moments en pleine de lumière et à d’autres très mince en croissant, fournit des preuves concluantes que sa révolution est autour du soleil et non autour de la terre, et par conséquent que son orbite est un épicycle ; et la même chose peut être argumentée pour le cas de Mercure. De plus, les trois planètes extérieures sont très proches de la terre lorsqu’elles sont en opposition au soleil, et très loin lorsqu’elles sont en conjonction ; par exemple, Mars au plus près apparaît à nos sens plus de cinquante fois plus grand que lorsqu’il est le plus loin, de sorte que certains ont parfois craint qu’il ne se soit perdu ou qu’il ait disparu, étant vraiment invisible à cause de sa grande distance ; maintenant, quoi d’autre en conclure, sinon que leur révolution se fait dans des cercles excentriques, ou dans des épicycles, ou dans une combinaison des deux, si l’on prend en considération cette seconde anomalie ? Ainsi, nier les excentriques et les épicycles dans les mouvements des planètes, c’est comme nier la lumière du soleil, ou bien c’est se contredire soi-même. Appliquons ce que je dis plus directement à notre propos : certains disent que les astronomes modernes introduisent les hypothèses du mouvement de la terre et de la stabilité du soleil pour expliquer les phénomènes et faciliter les calculs, tout comme les épicycles et les excentriques sont supposées de la même manière, bien que les mêmes astronomes les considèrent comme physiquement chimériques et répugnants. Je réponds que je serai d’accord avec tout ce discours, tant que ses auteurs se bornent à rester dans leurs propres conceptions, à savoir que le mouvement de la terre et la stabilité du soleil sont aussi faux ou vrais que les épicycles et les excentriques. Qu’ils fassent alors tous leurs efforts pour se débarrasser de l’existence réelle et réelle de ces cercles, car s’ils parviennent à démontrer leur inexistence dans la nature, je m’inclinerai immédiatement et admettrai que le mouvement de la terre est une grande absurdité. Mais si, au contraire, ils sont forcés de les accepter, qu’ils acceptent aussi le mouvement de la terre, et qu’ils admettent avoir été convaincus par leurs propres contradictions.

Je pourrais présenter beaucoup d’autres choses dans le même but. Cependant, puisque je pense que ceux qui ne sont pas convaincus par ce que j’ai dit ne seraient pas non plus convaincus par beaucoup de raisons, et je m’en tendrai là. J’ajouterai seulement quelque chose à propos de ce qui aurait pu être le motif pour lequel certains ont conclu avec une quelconque vraisemblance que Copernic lui-même ne croyait pas vraiment à sa propre hypothèse.

Il y a au verso de la page de titre du livre de Copernic une certaine préface au lecteur, qui n’est pas de l’auteur puisqu’elle le mentionne à la troisième personne et est sans signature. Il déclare clairement que personne ne devrait croire au moins que Copernic considère sa position comme vraie, mais seulement qu’il l’a simulée et introduite pour le calcul des mouvements célestes ; il termine sa discussion en concluant que le considérer comme vrai et réel serait stupide. Cette conclusion est si explicite que celui qui ne lit pas plus loin, et croit que cela a été placé au moins avec le consentement de l’auteur, mérite d’être un peu excusé pour son erreur. Mais quel poids donner à l’opinion de ceux qui jugeraient un livre sans rien lire d’autre qu’une brève préface de l’imprimeur ou de l’éditeur, je laisse chacun en décider par lui-même. Je dis que cette préface ne peut provenir que de l’éditeur pour faciliter la vente d’un livre car les gens ordinaires auraient considéré comme une chimère fantaisiste si une préface semblable n’avait pas été ajoutée. La plupart du temps, les acheteurs ont l’habitude de lire de telles préfaces avant d’acheter un ouvrage. Non seulement cette préface n’a pas été écrite par l’auteur, mais elle a été incluse sans son consentement, et aussi à son insu ; ceci est montré par les erreurs qu’elle contient, et que l’auteur n’aurait jamais commises.

Cette préface dit que personne ne peut considérer comme vraisemblable, à moins d’ignorer complètement la géométrie et l’optique, que Vénus ait un si grand épicycle lui permettant à un moment de précéder et à un autre de suivre le soleil de 40 degrés ou plus ; car il faudrait que, lorsqu’il est le plus haut, son diamètre ne parût que le quart de ce qu’il paraît être le plus bas, et que dans ce dernier endroit son corps soit vu seize fois plus grand que dans le premier ; mais ces choses, dit-il, répugnent aux observations faites tout au long des siècles. Dans ces assertions, nous voyons d’abord que l’auteur ne sait pas que Vénus s’écarte d’un côté et de l’autre du soleil d’environ 48 degrés, et non de 40 comme il le dit. En outre, il affirme que son diamètre devrait apparaître quatre fois, et son corps seize fois, plus grand dans une position que dans l’autre. Ici, d’abord, à cause d’un oubli géométrique, il ne comprend pas que lorsqu’un globe a un diamètre quatre fois plus grand qu’un autre, son corps est soixante-quatre fois plus grand, et non seize, comme il l’a dit. Par conséquent, s’il considérait un tel épicycle absurde et voulait le déclarer physiquement impossible, s’il avait compris ce sujet, il aurait pu rendre l’absurdité beaucoup plus grande ; car, selon la position qu’il veut réfuter (bien connue des astronomes), Vénus s’écarte du soleil de près de 48 degrés et, lorsqu’elle est la plus éloignée de la terre, sa distance doit être six fois plus grande que son diamètre apparent. Cette dernière position est plus de six fois plus grande que dans la première (pas quatre fois), et son corps plus de deux cent seize fois plus grand (et pas seulement seize). Ces erreurs sont si grossières qu’il est impossible de croire qu’elles aient été commises par Copernic ou par quelqu’un d’autre que par les personnes les moins qualifiées. D’ailleurs, pourquoi étiqueter un si grand épicycle de la façon la plus absurde, de sorte qu’en raison d’une telle absurdité, nous conclurions que Copernic ne considérait pas ses hypothèses comme vraies, et que les autres ne devraient pas les considérer ainsi ? Il aurait dû se souvenir qu’au chapitre 10 du premier paragraphe, Copernic parle ad hominem et attaque d’autres astronomes qui prétendent que c’est une grande absurdité de donner à Vénus un tel épicycle, qui est si grand qu’il dépasse toute l’orbite lunaire par plus plus de deux cents fois, et qui ne contient rien à l’intérieur ; il supprime alors l’absurdité quand il montre qu’à l’intérieur de l’orbite de Vénus est contenue l’orbite de Mercure et, placé au centre, le corps du soleil lui-même. Quelle frivolité est-ce donc de vouloir montrer une position erronée et fausse à cause d’une difficulté que cette position n’introduit pas seulement dans la nature, mais qu’elle supprime complètement ? De même, il supprime les immenses épicycles que les autres astronomes ont dû supposer dans l’autre système. Cela ne touche que l’auteur de la préface de Copernic. Nous pouvons donc soutenir que, s’il avait inclus quelque chose d’autre d’un point de vue professionnel, il aurait commis d’autres erreurs.

Mais enfin, pour lever l’ombre d’un doute, si l’échec à observer de si grandes variations dans les tailles apparentes du corps de Vénus devrait jeter le doute sur sa révolution circulaire autour du soleil (du point de vue du système copernicien), alors nous faisons des observations soigneuses avec un instrument approprié, à savoir avec un bon télescope, et nous trouverons tous les effets et expériences exactement d’accord ; c’est-à-dire que nous verrons le croissant de Vénus quand il sera le plus près de la terre et d’un diamètre six fois plus grand que lorsqu’il est à sa plus grande distance, c’est-à-dire au-dessus du soleil. J’ai discuté ailleurs des raisons de ne pas détecter ces variations avec notre simple vue, mais de même que, si de cet échec nous pourrions raisonnablement déduire la négation de cette supposition, maintenant, de voir la correspondance très exacte dans ce détail et dans tous les détails, nous devrions en conclure d’abandonner tout doute et considérez la supposition vraie et réelle. Quant au reste de ce système admirable, celui qui voudrait connaître l’opinion de Copernic lui-même ne devrait pas lire la préface fantaisiste de l’imprimeur, mais tout le travail de l’auteur lui-même ; sans aucun doute, il saisira de première main que Copernic a tenu pour très vrai : la stabilité du soleil et le mouvement de la terre.

II

Le mouvement de la terre et la stabilité du soleil ne pourront jamais être contraires à la Foi ou à la Sainte Écriture, si cette proposition était correctement prouvée physiquement par les philosophes, les astronomes et les mathématiciens, avec l’aide d’expériences sensorielles, d’observations précises et de démonstrations nécessaires. Cependant, dans ce cas, si certains passages de l’Écriture devaient sembler contraires, nous devrions dire que cela est dû à la faiblesse de notre esprit, qui est incapable de saisir le vrai sens de l’Écriture dans ce cas particulier. C’est la doctrine commune, et c’est tout à fait juste, car une vérité ne peut contredire une autre vérité. D’un autre côté, quiconque veut le condamner judiciairement doit d’abord démontrer qu’il est physiquement faux en recueillant les raisons qui le justifient.

Maintenant, on veut savoir par où commencer pour déterminer sa fausseté, c’est-à-dire soit par l’autorité de l’Écriture, soit par la réfutation des démonstrations et des observations des philosophes et des astronomes. Je réponds qu’il faut partir de l’endroit le plus sûr et le moins susceptible de provoquer un scandale ; cela signifie commencer avec des arguments physiques et mathématiques. Car si les raisons prouvant le mouvement de la terre sont fallacieuses, et les opposés sont contradictoires, alors nous sommes déjà certains de la fausseté de cette proposition et de la vérité du contraire, ce que nous disons alors correspond au sens de l’Écriture ; on serait libre de condamner la fausse proposition et il n’y aurait pas de danger. Mais si ces raisons sont trouvées vraies et nécessaires, cela ne portera aucun préjudice à l’autorité de l’Écriture ; au lieu de cela, nous aurons été avertis qu’en raison de notre ignorance, nous n’avions pas saisi le vrai sens de l’Écriture, et que nous pouvons apprendre ce sens avec l’aide de la vérité physique nouvellement acquise. Par conséquent, en commençant par les arguments on est sûr dans tous les cas. D’un autre côté, si nous devions seulement fixer ce qui nous semblait être la signification vraie et certaine de l’Écriture, et que nous allions continuer à condamner une telle proposition sans examiner la force des arguments, quel scandale en résulterait expériences et raisons devaient démontrer le contraire les unes des autres ? Et qui aurait apporté la confusion à la Sainte Eglise ? Ceux qui avaient suggéré de porter la plus grande considération des arguments, ou ceux qui les avaient décriés ? On peut donc voir quelle route est la plus sûre.

De plus, nous admettons qu’une proposition physique qui a été prouvée vraie par des démonstrations physiques et mathématiques ne peut jamais contredire l’Écriture, mais que dans un tel cas, c’est la faiblesse de notre esprit qui nous empêche d’en saisir le vrai sens. D’autre part, quiconque veut utiliser l’autorité des mêmes passages de l’Écriture pour confesser et prouver la même proposition, commettrait l’erreur appelée « raisonnement tautologique ». Car le vrai sens de l’Écriture étant dans le doute à la lumière des arguments, on ne peut pas le prendre comme une réponse aussi claire et certaine pour réfuter ensuite la même proposition ; au contraire, il faut réserver les arguments et trouver les erreurs à l’aide d’autres raisons et expériences et certaines observations. Lorsque la vérité factuelle et physique a été trouvée de cette manière, alors, et pas avant, peut-on être assuré de la véritable signification de l’Écriture et l’utiliser en toute sécurité. Ainsi la route sûre est de commencer par les arguments, confirmant le vrai et réfutant les arguments fallacieux.

Si la Terre se déplace de facto, nous ne pouvons pas changer de nature et nous organiser pour qu’elle ne bouge pas. Mais nous pouvons plutôt facilement enlever l’opposition de l’Écriture avec le simple aveu que nous ne saisissons pas sa véritable signification. Par conséquent, la façon d’être sûr de ne pas faire d’erreur est de commencer par des investigations astronomiques et physiques, et non par des investigations bibliques.

On me dit toujours qu’en interprétant les passages de l’Écriture pertinents sur ce point, tous les Pères s’accordent sur le sens le plus simple et correspondant au sens littéral ; il est donc vraisemblable qu’il soit impropre de leur donner un autre sens ou de changer l’interprétation commune, car cela reviendrait à accuser les Pères de négligence ou de superficialité. Je réponds en admettant que les Pères méritent en effet un respect raisonnable et convenable, mais en ajoutant que nous avons pour eux une excuse très facile : c’est qu’à ce sujet ils n’ont jamais interprété l’Ecriture différemment du sens littéral, parce qu’à leur époque l’idée du mouvement de la terre était totalement enterrée et personne n’en parlait, encore moins personne n’écrivait là-dessus ni ne le soutenait. Mais il n’y a aucune trace de négligence de la part des Pères pour ne pas avoir pensé à ce qui était complètement caché. Qu’ils n’y aient pas réfléchi est clair du fait que dans leurs écrits on ne trouve même pas un mot sur cette opinion. Et si quelqu’un disait qu’il l’envisageait, cela rendrait sa condamnation plus dangereuse ; car après l’avoir considéré, non seulement ils ne l’ont pas condamné, mais ils n’en ont exprimé aucun doute.

Ainsi, la défense des Pères est facile, aisée et très simple. Au contraire, il serait très difficile, voire impossible, d’excuser ou d’exonérer d’une accusation semblable de négligence les papes, les conciles et les congrégations de l’Index des quatre-vingts dernières années, si cette doctrine était erronée et méritait d’être condamnée ; car ils ont laissé circuler cette opinion dans un livre qui a été écrit sur les ordres d’un pape, puis imprimé sur les ordres d’un cardinal et d’un évêque, dédié à un autre pape, et surtout reçu par la sainte Église, de sorte qu’on ne peut pas dire qu’il était resté inconnu. Si, par conséquent, il convient de tenir compte de l’inopportunité de charger nos plus hautes autorités de négligence, assurons-nous, en essayant d’échapper à une absurdité, de ne pas en tomber dans une plus grande.

Mais supposons maintenant que quelqu’un considère comme inapproprié d’abandonner l’interprétation unanime des Pères, même dans le cas de propositions physiques non discutées par eux et dont ils n’ont même pas considéré la proposition contraire. Je demande ensuite ce que l’on devrait faire si les démonstrations nécessaires montraient que les faits de la nature disaient le contraire. Lequel des deux décrets devrait être changé ? Celui qui stipule qu’aucune proposition ne peut être à la fois vraie et erronée, ou l’autre qui nous oblige à considérer comme articles de foi des propositions physiques soutenues par l’interprétation unanime des Pères ? Il me semble, si je ne me trompe, qu’il serait plus sûr de modifier ce second décret que d’être obligé de considérer comme un article de foi une proposition physique qui avait été démontrée avec des raisons concluantes pour être factuellement fausse dans la nature. Il me semble aussi que l’on pourrait dire que l’interprétation unanime des Pères devrait avoir une autorité absolue dans le cas des propositions qu’ils ont diffusées, et pour lesquelles il n’y a pas de manifestations contraires et il est certain qu’aucune ne pourrait jamais exister. Je n’introduis pas le fait qu’il est très clair que le Concile exige seulement que l’on soit d’accord avec l’interprétation unanime des Pères "en matière de foi et de morale, etc."

III

1- Copernic utilise des excentriques et des épicycles, mais ceux-ci ne sont pas une raison pour rejeter le système ptolémaïque, puisqu’ils existent indubitablement dans les cieux ; c’étaient d’autres difficultés.

2- En ce qui concerne les philosophes, s’ils étaient de vrais philosophes à savoir des amoureux de la vérité, ils ne devraient pas s’irriter, mais, apprenant qu’ils avaient tort, ils devraient remercier quiconque leur montre la vérité ; et si leur opinion devait s’améliorer, ils auraient raison d’en être fiers plutôt que d’être irrités. Les théologiens ne devraient pas être irrités parce que, si cette opinion était fausse, ils pourraient l’interdire librement, et si elle était découverte, ils devraient se réjouir que d’autres aient trouvé le moyen de comprendre la véritable signification de l’Écriture et les aient empêchés de commettre un scandale sérieux en condamnant une proposition vraie.

En ce qui concerne la falsification de l’Écriture, ce n’est pas et ne sera jamais l’intention des astronomes catholiques comme nous-mêmes ; notre point de vue est plutôt que l’Écriture correspond très bien aux vérités démontrées sur la nature. De plus, certains théologiens qui ne sont pas des astronomes devraient veiller à ne pas falsifier l’Écriture en voulant l’interpréter par opposition à des propositions qui peuvent être vraies et démontrables.

3- Il pourrait arriver que nous ayons des difficultés à interpréter l’Écriture, mais cela se produirait à cause de notre ignorance et non pas parce qu’il y a vraiment ou qu’il peut y avoir des difficultés insurmontables à réconcilier l’Écriture avec les vérités démontrées.

4- Le Conseil parle « de questions de foi et de morale, etc. » Il y a donc une réponse à l’affirmation qu’une telle proposition est « un article de foi à cause de l’orateur », mais pas « en raison du sujet ». C’est pourquoi il fait partie de ceux qui sont couverts par le Conseil. La réponse est que tout dans les Écritures est « un article de foi à cause de l’orateur », de sorte qu’à cet égard il devrait être inclus dans la règle du Conseil ; mais cela n’a manifestement pas été fait parce que dans ce cas, il aurait dit que « l’interprétation des Pères doit être suivie pour chaque mot de l’Écriture, etc. » et non « pour les questions de foi et de morale » ; après avoir ainsi dit « pour les questions de foi », nous voyons que son intention était de signifier « pour les questions de foi en raison du sujet ».

Faut-il considérer alors que c’est beaucoup plus une question de foi d’affirmer qu’Abraham a eu des enfants et que Tobias a eu un chien, parce que l’Écriture le dit, que de considérer que la terre bouge, même si cela se trouvait dans la même Écriture, et plus loin nier le premier est une hérésie, mais pas nier le dernier. Il me semble que cela dépend de la raison suivante. Il y a toujours eu dans le monde des hommes qui avaient deux, quatre, six enfants, etc., ou aucun, et de même des gens qui ont des chiens et qui n’en ont pas, de sorte qu’il est également crédible que certains aient des enfants ou des chiens et d’autres ; par conséquent, il semble n’y avoir aucune raison pour que, dans de telles propositions, le Saint-Esprit parle différemment de la vérité, les côtés négatif et affirmatif étant également crédibles pour tous les hommes. Mais ce n’est pas le cas avec le mouvement de la terre et la stabilité du soleil ; ces propositions sont très éloignées de la compréhension des masses, car sur ces questions qui ne concernent pas leur vie éternelle, le Saint-Esprit a choisi de conformer ses déclarations à leurs capacités, même lorsque les faits sont autrement du point de vue de la chose en soi.

5- Pour ce qui est de placer le soleil dans le ciel et la terre à l’extérieur, comme l’Écriture semble l’affirmer, etc., cela me semble vraiment être une simple perception de la nôtre et une manière de parler seulement pour notre commodité. Car, en réalité, tout ce qui est entouré du ciel est dans le ciel, tout comme tout ce qui est entouré par les murs de la ville est dans la ville ; en effet, si l’on exprimait une préférence, ce qui se trouve au milieu se trouve davantage au ciel et dans la ville, étant, pour ainsi dire, au cœur de la ville et du ciel. Cette différence existe parce que l’on prend la région élémentaire entourant la terre comme étant très différente de la région céleste. Mais une telle différence existera toujours indépendamment de l’endroit où ces éléments sont placés ; et il sera toujours vrai que, du point de vue de notre commodité, la terre est au-dessous de nous et du ciel au-dessus, puisque tous les habitants de la terre ont le ciel au-dessus de nos têtes, et le centre de la terre sous nos pieds, qui est notre bas ; ainsi, par rapport à nous, le centre de la terre et la surface du ciel sont les endroits les plus éloignés, c’est-à-dire les extrémités de notre haut et de notre bas, qui sont des points diamétralement opposés.

6- Ne pas croire qu’il y a une démonstration de la mobilité de la Terre jusqu’à ce qu’on la montre est très prudent, et on ne demande pas non plus que quelqu’un croie une telle chose sans une démonstration. Au contraire, nous cherchons seulement que, pour l’avantage de la sainte Église, on examine avec la plus grande sévérité ce que les adeptes de cette doctrine connaissent et peuvent avancer, et que rien ne leur soit accordé à moins que la force de leurs arguments dépasse les raisons du côté opposé. Maintenant, s’ils n’ont pas plus de quatre-vingt-dix pour cent, ils peuvent être renvoyés ; mais si tout ce qui est produit par les philosophes et les astronomes du côté opposé est montré pour la plupart faux et complètement inconséquent, alors l’autre côté ne devrait pas être déprécié, ni considéré paradoxal, de manière à penser qu’il ne pourrait jamais clairement prouvé. Il est bon de faire une offre si généreuse, car il est clair que ceux qui détiennent le faux côté ne peuvent avoir en leur faveur une raison ou une expérience valables, alors qu’il faut que toutes choses soient d’accord et correspondent au vrai côté.

7- Il est vrai que ce n’est pas pareil de montrer qu’on peut sauver les apparences avec le mouvement de la terre et la stabilité du soleil, et de démontrer que ces hypothèses sont vraies dans la nature. Mais il est également vrai, ou même plus, qu’on ne peut rendre compte de telles apparitions avec l’autre système communément accepté. Ce dernier est indubitablement faux, alors qu’il est clair que le premier, qui peut en rendre compte, peut être vrai. On ne peut pas non plus chercher une vérité plus grande dans une position que celle correspondant à toutes les apparences particulières.

8- On ne demande pas qu’en cas de doute l’interprétation des Pères soit abandonnée, mais seulement qu’on cherche à acquérir la certitude de ce qui est en doute, et que personne ne dénigre ce qui attire et a attiré de très grands philosophes et astronomes. Ensuite, après tout le soin nécessaire, la décision peut être prise.

9- Nous croyons que Salomon, Moïse et tous les autres écrivains sacrés connaissaient parfaitement la constitution du monde, car ils savaient aussi que Dieu n’a ni mains, ni pieds, ni expérience de colère, d’oubli ou de regret. Nous ne douterons jamais de cela. Mais nous disons ce que les Saints Pères et en particulier saint Augustin disent de ces choses, à savoir que le Saint-Esprit leur a inspiré d’écrire ce qu’ils ont écrit pour diverses raisons, etc.

10 - L’erreur du mouvement apparent du rivage et de la stabilité du navire est connue par nous après avoir observé de nombreuses fois le mouvement des bateaux du rivage, et beaucoup d’autres fois observé la rive d’un bateau ; et ainsi, si nous pouvions maintenant rester sur la terre et aller maintenant au soleil ou à l’autre étoile, nous pourrions peut-être acquérir une connaissance sensible et certaine de laquelle se déplace l’un d’eux. Certes, si nous regardions seulement ces deux corps, il nous semblerait toujours que celui sur lequel nous étions était immobile, tout comme ne regardant que l’eau et que le bateau donne toujours l’impression que l’eau coule et que le bateau est immobile. De plus, les deux situations sont très différentes : il y a une grande disparité entre un petit bateau, séparable de son environnement, et l’immense rive que nous connaissons à travers des milliers d’expériences pour être immobile, c’est-à-dire immobile par rapport à l’eau et au bateau ; mais l’autre comparaison est entre deux corps dont les deux sont substantiels et également inclinés vers le mouvement et vers le repos. Il serait donc plus pertinent de comparer entre eux deux bateaux, auquel cas il est absolument certain que celui sur lequel nous étions nous apparaîtrait toujours comme immobile, tant que nous ne pourrions considérer aucune autre relation que celle qui existe entre ces deux bateaux.

Il y a donc un très grand besoin de corriger l’erreur d’observation si la terre ou le soleil se déplacent, car il est clair que pour quelqu’un sur la lune ou sur toute autre planète, il apparaîtrait toujours qu’il était immobile et à l’autre que les étoiles bougeaient. Mais ces raisons et bien d’autres, plus plausibles, des partisans de l’opinion commune sont celles qui doivent être dénouées très ouvertement, avant qu’on puisse prétendre même être entendu, encore moins approuvé ; Malheureusement, nous n’avons pas fait un examen très détaillé de ce qui est produit contre nous. De plus, ni Copernic ni ses disciples n’utiliseront jamais ce phénomène du rivage et du bateau pour prouver que la terre est en mouvement et le soleil au repos. Ils ne le présentent que comme un exemple qui sert à montrer non pas la vérité de leur position, mais l’absence de contradiction entre l’apparition d’une terre stable et le soleil qui se déplace dans notre expérience sensorielle simple, et la réalité du contraire. Car si c’était une des conceptions de Copernic, ou si ses autres adeptes ne discutaient pas plus efficacement, je pense vraiment que personne ne serait d’accord avec lui.

Ceci est ma traduction rapide ; mais si vous voulez une véritable traduction, la voici

Voici le texte en anglais :

Galilei Galileo (1615)

Considerations on the Copernican Opinion

In order to remove (as much as the blessed God allows me) the occasion to deviate from the most correct judgment about the resolution of the pending controversy, I shall try to do away with two ideas. These are notions which I believe some are attempting to impress on the minds of those persons who are charged with the deliberations, and, if I am not mistaken, they are concepts far from the truth.

The first is that no one has any reason to fear that the outcome might be scandalous ; for the earth’s stability and sun’s motion are so well demonstrated in philosophy that we can be sure and indubitably certain about them ; on the other hand, the contrary position is such an immense paradox and obvious foolishness so that no one can doubt in any way that it cannot be demonstrated now or ever, or indeed that it can never find a place in the mind of sensible persons. The other idea which they try to spread is the following : although that contrary assumption has been used by Copernicus and other astronomers, they did this in a suppositional manner, and insofar as it can account more conveniently for the appearances of celestial motions and facilitate astronomical calculations and computations, and it is not the case that the same persons who assumed it believed it to be true de facto and in nature ; so the conclusion is that one can safely proceed to condemn it. However, if I am not mistaken, these ideas are fallacious and far from the truth, as I can show with the following considerations. These will only be general and suitable to be understood without much effort and labor even by someone who is not well versed in the natural and astronomical sciences. For, if there were the opportunity to treat these points with those who are very experienced in these studies, or at least who have the time to do the work required by the difficulty of the subject, then I should propose nothing but the reading of Copernicus’s own book ; from it and from the strength of his demonstrations one could clearly see how true or false are the two ideas we are discussing.

That it is not to be disparaged as ridiculous is, therefore, clearly shown by the quality of the men, both ancient and modern, who have held and do hold it. No one can regard it as ridiculous unless he considers ridiculous and foolish Pythagoras with all his school, Philolaus (teacher of Plato), Plato himself (as Aristotle testifies in his book On the Heavens), Heraclides of Pontus, Ecphantus, Aristarchus of Samos, Hicetas and Seleucus the mathematician. Seneca himself not only does not ridicule it, hut he makes fun of those who do, writing in his book On Comets : “It is also important to study these questions in order to learn whether the universe goes around the motionless earth, or the earth rotates but the universe does not. For some have said that we are naturally unaware of motion, that sunrise and sunset are not due to the motion of the heavens, but that it is we ourselves who rise and set. The matter deserves consideration, so that we may know the conditions of our existence, whether we stand still or move very fast, whether God drives everything around us or drives us.” Regarding the moderns, Nicolaus Copernicus first accepted it and amply confirmed it in his whole book. Then there were others : William Gilbert, a distinguished physician and philosopher, who treats it at length and confirms it in his book On the Loadstone ; Johannes Kepler, a living illustrious philosopher and mathematician in the service of the former and the current Emperor, follows the same opinion ; Origanus (David Tost) at the beginning of his Ephemerides supports the earth’s motion with a very long discussion ; and there is no lack of other authors who have published their reasons on the matter. Furthermore, though they have not published anything, I could name very many followers of this doctrine living in Rome, Florence, Venice, Padua, Naples, Pisa, Parma, and other places. This doctrine is not, therefore, ridiculous, having been accepted by great men ; and, though their number is small compared to the followers of the common position, this is an indication of its being difficult to understand, rather than of its absurdity. Moreover, that it is grounded on very powerful and effective reasons may be shown from the fact that all its followers were previously of the contrary opinion, and indeed that for a long time they laughed at it and considered it foolish. Copernicus and I, and all others who are alive, are witnesses to this. Now, who will not believe that an opinion which is considered silly and indeed foolish, which has hardly one out of a thousand philosophers following it, and which is disapproved by the Prince of the prevailing philosophy, can become acceptable through anything but very firm demonstrations, very clear experiences, and very subtle observations ? Certainly no one will be dissuaded of an opinion imbibed with mother’s milk from his earliest training, accepted by almost the whole world and supported by the authority of very serious writers, unless the contrary reasons are more than effective. If we reflect carefully, we find that there is more value in the authority of a single person who follows the Copernican opinion than in that of one hundred others who hold the contrary, since those who are persuaded of the truth of the Copernican system were in the beginning all very opposed. So I argue as follows.

Either those who are to be persuaded are capable of understanding the reasons of Copernicus and others who follow him, or they are not ; moreover, either these reasons are true and demonstrative, or they are fallacious. If those who are to be persuaded are incapable, then they will never be persuaded by the true or by the false reasons ; those who are capable of understanding the strength of the demonstrations will likewise never be persuaded if these demonstrations are fallacious ; so neither those who do nor those who do not understand will be persuaded by fallacious reasons. Therefore, given that absolutely no one can be dissuaded from the first idea by fallacious reasons, it follows as a necessary consequence that, if anyone is persuaded of the contrary of what he previously believed, the reasons arc persuasive and true. But as a matter of fact there are many who are already persuaded by Copernican reasons. Therefore, it is true both that these reasons are effective and that the opinion does not deserve the label of ridiculous but the label of worthy of being very carefully considered and pondered.

Furthermore, how futile it is to argue for the plausibility of this or that opinion simply from the large number of followers may be easily inferred from this : no one follows this opinion who did not previously believe the contrary ; but instead you will not find even a single person who, after holding this opinion, will pass to the other one, regardless of any discussion he hears ; consequently, one may judge, even if he does not understand the reasons for one side or for the other, that probably the demonstrations for the earth’s motion are stronger than those for the other side. But I shall say more, namely that if the probability of the two positions were something to be won by ballot, I would be willing to concede defeat when the opposite side had one more vote than I out of one hundred ; not only that, but I would be willing to agree that every individual vote of the opponents was worth ten of mine, as long as the decision was made by persons who had perfectly heard, intimately penetrated, and subtly examined all the reasons and evidence of the two sides ; indeed it is reasonable to expect that such would be those who cast the votes. Hence this opinion is not ridiculous and contemptible, but somewhat shaky is the position of whoever wanted to capitalise on the common opinion of the many who have not accurately studied these authors. What then should we say of the noises and the idle chatter of someone who has not understood even the first and simplest principles of these doctrines, and who is not qualified to understand them ever ? What importance should we give him ?

Consider now those who persist in wanting to say that as an astronomer Copernicus considered the earth’s motion and the sun’s stability only a hypothesis which is more adequate to save celestial appearances and to calculate the motions of planets, but that he did not believe it to be true in reality and in nature. With all due respect, these people show that they have been too prone to believe the word of someone who speaks more out of whim than out of experience with Copernicus’s book or understanding the nature of this business. For this reason they talk about it in a way that is not altogether right.

First, limiting ourselves to general considerations, let us see his preface to Pope Paul III, to whom he dedicates the work. We shall find, to begin with, as if to comply with what they call the astronomer’s task, that he had done and completed the work in accordance with the hypothesis of the prevailing philosophy and of Ptolemy himself, so that there was in it nothing lacking. But then, taking off the clothes of a pure astronomer and putting on those of a contemplator of nature, he undertook to examine whether this astronomical assumption already introduced, which was completely satisfactory regarding the calculations and the appearances of the motions of all planets, could also truly happen in the world and in nature. He found that in no way could such an arrangement of parts exist : although each by itself was well proportioned, when they were put together the result was a very monstrous chimera.

And so he began to investigate what the system of the world could really be in nature, no longer for the sole convenience of the pure astronomer, whose calculations he had complied with, but in order to come to an understanding of such a noble physical problem ; he was confident that, if one had been able to account for mere appearances by means of hypotheses which are not true, this could be done much better by means of the true and physical constitution of the world. Having at his disposal a very large number of physically true and real observations of the motions of the stars (and without this knowledge it is wholly impossible to solve the problem), he worked tirelessly in search of such a constitution. Encouraged by the authority of so many great men, he examined the motion of the earth and the stability of the sun. Without their encouragement and authority, by himself either he would not have conceived the idea, or he would have considered it a very great absurdity and paradox, as he confesses to have considered it at first. But then, through long sense observations, favourable results, and very firm demonstrations, he found it so consonant with the harmony of the world that he became completely certain of its truth. Hence this position is not introduced to satisfy the pure astronomer, but to satisfy the necessity of nature.

Furthermore, Copernicus knew and wrote in the same place that publishing this opinion would have made him look insane to the numberless followers of current philosophy, and especially to each and every layman. Nevertheless, urged by the requests of the Cardinal of Capua and the Bishop of Kulm, he published it. Now, would he not have been truly mad if, considering this opinion physically false, he had published that he believed it to be true, with the certain consequence that he would be regarded as a fool by the whole world ? And why would he not have declared that he was using it only as an astronomer, but that he denied it as a philosopher, thus escaping the universal label of foolishness, to the advantage of his common sense ?

Moreover, Copernicus states in great detail the grounds and reasons why the ancients believed the earth to be motionless, and then, examining the value of each in turn, he shows them to be ineffective. Now, who ever saw a sensible author engaged in confuting the demonstrations that confirm a proposition he considers true and real ? And what kind of judgment would it be to criticise and to condemn a conclusion while in reality he wanted the reader to believe that he accepted it ? This sort of incoherence cannot be attributed to such a man. Furthermore, note carefully that, since we are dealing with the motion or stability of the earth or of the sun, we are in a dilemma of contradictory propositions (one of which has to be true), and we cannot in any way resort to saying that perhaps it is neither this way nor that way. Now, if the earth’s stability and sun’s motion are de facto physically true and the contrary position is absurd, how can one reasonably say that the false view agrees better than the true one with the phenomena clearly visible and sensed in the movements and arrangement of the stars ? Who does not know that there is a most agreeable harmony among all truths of nature, and a most sharp dissonance between false positions and true effects ? Will it happen, then, that the earth’s motion and sun’s stability agree in every way with the arrangement of all other bodies in the universe and with all the phenomena, a thousand of them, which we and our predecessors have observed in great detail, and that this position is false ? And can the earth’s stability and sun’s motion be considered true and not agree in any way with the other truths ? If one could say that neither this nor that position is true, it might happen that one would be more convenient than the other in accounting for the appearances. But, given two positions, one of which must be true and the other false, to say that the false one agrees better with the effects of nature is really something that surprises my imagination. I add : if Copernicus confesses to having fully satisfied astronomers by means of the hypothesis commonly accepted as true, how can one say that by means of the false and foolish one he could or would want to satisfy again the same astronomers ?

However, I now go on to consider the nature of the business from an internal viewpoint, and to show with how much care one must discuss it.

Astronomers have so far made two sorts of suppositions : some are primary and pertain to the absolute truth of nature ; others are secondary and are imagined in order to account for the appearances of stellar motions, which appearances seem not to agree with the primary and true assumptions. For example, before trying to account for the appearances, acting not as a pure astronomer but as a pure philosopher, Ptolemy supposes, indeed he takes from philosophers, that celestial movements are all circular and regular, namely uniform ; that heaven has a spherical shape ; that the earth is at the center of the celestial sphere, is spherical, motionless, etc. Turning then to the inequalities we see in planetary movements and distances, which seem to clash with the primary physical suppositions already established, he goes on to another sort of supposition ; these aim to identify the reasons why, without changing the primary ones, there is such a clear and sensible inequality in the movements of planets and in their approaching and their moving away from the earth. To do this he introduces some motions that are still circular, but around centers other than the earth’s, tracing eccentric and epicyclic circles. This secondary supposition is the one of which it could be said that the astronomer supposes it to facilitate his computations, without committing himself to maintaining that it is true in reality and in nature.

Let us now see in what kind of hypothesis Copernicus places the earth’s motion and sun’s stability. There is no doubt whatever, if we reflect carefully, that he places them among the primary and necessary suppositions about nature. For, as I have already stated, it seems that he had already given satisfaction to astronomers by the other road, and that he takes this one only to try to solve the greatest problem of nature. In fact, to say that he makes this supposition to facilitate astronomical calculations is so false that instead we can see him, when he comes to these calculations, leaving this supposition and returning to the old one, the latter being more readily and easily understood and still very quick even in computations. This may be seen as follows. Intrinsically, particular calculations can be made by taking one position as well as the other, that is, by making the earth or the heavens rotate ; nevertheless, many geometers and astronomers in many books have already demonstrated the properties of orthogonal and oblique displacements of parts of the zodiac in relation to the equator, the declinations of the parts of the ecliptic, the variety of angles between it and both meridians and oblique horizons, and a thousand other specific details necessary to complete astronomical science. This ensures that, when he comes to examining these details of the primary motions, Copernicus himself examines them in the old manner, namely as occurring along circles traced in the heavens and around the motionless earth, even though stillness and stability should belong to the highest heaven, called the Prime Mobile, and motion to the earth. Thus in the introduction to Book Two he concludes : “People should not be surprised if we still use the ordinary terms for the rising and setting of the Sun and stars and similar occurrences, but should recognise that we are speaking in customary language, which is acceptable to everyone, yet always bearing in mind that ‘For us who ride the Earth, the Sun and Moon are passing ; patterns of stars return, and then again recede’.” We should therefore understand clearly that Copernicus takes the earth’s motion and sun’s stability for no other reason and in no other way than to establish it, in the manner of the natural philosopher, as a hypothesis of the primary sort ; on the contrary, when he comes to astronomical computations, he goes back to the old hypothesis, which takes the circles of the basic motions with their details to be located in the highest heaven around the motionless earth, being easier for everyone to understand on account of ingrained habit. But what am I saving ? Such is the strength of truth and the weakness of falsehood, that those who speak this way reveal themselves not completely capable of understanding these subjects and not well versed in them ; this happens when they let themselves be persuaded that the secondary kind of hypothesis is considered chimerical and fictional by Ptolemy and by other serious astronomers, and that they really regard them as physically false and introduced only for the sake of astronomical computations. The only support they give for this very fanciful opinion is a passage in Ptolemy where, unable to observe more than one simple anomaly in the sun, he wrote that to account for it one could take the hypothesis of a simple eccentric as well as that of an epicycle on a concentric, and he added he preferred the first for being simpler than the second ; from these words some very superficially argue that Ptolemy did not consider necessary, but rather wholly fictional, both this and that supposition, since he said they are both equally convenient, while one and only one can be attributed to the sun’s behaviour. But what kind of superficiality is this ? Who can do both of the following ? First, to suppose as true the primary suppositions that planetary motions are circular and regular, and to admit (as the senses themselves necessarily force us) that in running through the zodiac all planets are now slow and now fast, indeed that most of them can be not only slow but also stationary and retrograde, and that we see them now very large and very near the earth and now very small and very far ; and then, having understood these former points, to deny that eccentrics and epicycles can really exist in nature ? This is wholly excusable for men who are not specialists in these sciences, but for others who would claim to be experts in them it would be an indication that they do not even understand the meaning of the terms eccentric and epicycle. One might just as well first admit that there are three letters, the first of which is G, the second O, and the third D, and then at the end deny that their combination yields GOD and claim that the result is SHADOW. But if rational arguments were not sufficient to make one understand the necessity of having to place eccentrics and epicycles really in nature, at least the senses themselves would have to persuade him : for we see the four Medicean planets’ trace four small circles around Jupiter which are very far from enclosing the earth, in short, four epicycles ; Venus, which is seen now full of light and now very thinly crescent, provides conclusive evidence that its revolution is around the sun and not around the earth, and consequently that its orbit is an epicycle ; and the same may be argued for the case of Mercury. Moreover, the three outer planets are very near the earth when they are in opposition to the sun, and very far when in conjunction ; for example, Mars at its closest appears to the senses more than fifty times larger than at its farthest, so that some have occasionally feared that it had gotten lost or had vanished, being really invisible because of its great distance ; now, what else can one conclude but that their revolution is made in eccentric circles, or in epicycles, or in a combination of the two, if we take the second anomaly into consideration ? So, to deny eccentrics and epicycles in the motions of planets is like denying the light of the sun, or else it is to contradict oneself. Let us apply what I am saying more directly to our purpose : some say that modern astronomers introduce the earth’s motion and sun’s stability suppositionally in order to account for the phenomena and to facilitate calculations, just as epicycles and eccentrics are assumed in the same manner, though the same astronomers consider them physically chimerical and repugnant ; I answer that I shall gladly agree with all this talk, as long as they limit themselves to staying within their own conceptions, namely that the earth’s motion and sun’s stability are as false or true in nature as epicycles and eccentrics. Let them, then, make every effort to do away with the true and real existence of these circles, for if they succeed in demonstrating their non-existence in nature, I shall immediately surrender and admit the earth’s motion to be a great absurdity. But if, on the contrary, they are forced to accept them, let them also accept the earth’s motion, and let them admit to have been convinced by their own contradictions.

I could present many other things for this same purpose. However, since I think that whoever is not persuaded by what I have said would not be persuaded by many more reasons either, I want these to suffice. I shall only add something about what could have been the motive why some have concluded with any plausibility that Copernicus himself did not really believe his own hypothesis.

There is on the reverse side of the title page of Copernicus’s book a certain preface to the reader, which is not by the author since it mentions him in the third person and is without signature. It clearly states that no one should believe in the least that Copernicus regarded his position as true, but only that he feigned and introduced it for the calculation of celestial motions ; it ends its discussion by concluding that to hold it as true and real would be foolish. This conclusion is so explicit that whoever reads no further, and believes it to have been placed at least with the author’s consent, deserves to be somewhat excused for his error. But what weight to give to the opinion of those who would judge a book without reading anything but a brief preface by the printer or publisher, I let each one decide for himself. I say that this preface can only have originated from the publisher to facilitate the sale of a book which common people would have regarded as a fanciful chimera if a similar preface had not been added ; for most of the time buyers are in the habit of reading such prefaces before buying the work. Not only was this preface not written by the author, but it was included without his consent, and also without his knowledge ; this is shown by the errors it contains, which the author would never have committed.

This preface says no one can consider it verisimilar, unless he is completely ignorant of geometry and optics, that Venus has such a large epicycle enabling it now to precede and now to follow the sun by 40 degrees or more ; for it would have to happen that when it is highest its diameter should appear only one-fourth of what it appears when it is lowest, and that in the latter location its body should be seen as sixteen times bigger than in the former ; but these things, he says, are repugnant to the observations made throughout the centuries. In these assertions we see, first, that the writer does not know that Venus departs on one side and on the other of the sun by about 48 degrees, and not 40 as he says. Moreover, he asserts that its diameter should appear four times, and its body sixteen times, larger in one position than in the other. Here, first, due to a geometrical oversight he does not understand that when one globe has a diameter four times larger than another, its body is sixty-four times bigger, and not sixteen, as he stated. Hence, if he considered such an epicycle absurd and wanted to declare it to be physically impossible, if he had understood this subject, he could have made the absurdity much greater ; for, according to the position he wants to refute (well known to astronomers), Venus digresses from the sun almost 48 degrees, and when farthest from the earth its distance must be six times greater than when closest, and consequently its apparent diameter in the latter position is more than six times larger than in the former (not four times), and its body more than two hundred and sixteen times greater (and not just sixteen). These errors are so gross that it is impossible to believe they were committed by Copernicus, or by anyone else but the most unqualified persons. Moreover, why label such a large epicycle most absurd, so that because of such an absurdity we would conclude that Copernicus did not regard his assumptions as true, and that neither should others so regard them ? He should have remembered that in chapter 10 of the first hook Copernicus is speaking ad hominem and is attacking other astronomers who allege that it is a great absurdity to give Venus such an epicycle, which is so large as to exceed the whole lunar orbit by more than two hundred times, and which does not contain anything inside ; he then removes the absurdity when he shows that inside Venus’s orbit is contained the orbit of Mercury and, placed at the centre, the body of the sun itself. What frivolity is this, then, to want to show a position mistaken and false on account of a difficulty which that position not only does not introduce in nature, but completely removes ? Similarly it removes the immense epicycles which out of necessity other astronomers assumed in the other system. This only touches the writer of Copernicus’s preface ; so we may argue that, if he had included something else professionally relevant, he would have committed other errors.

But finally, to remove any shadow of a doubt, if the failure to observe such great variations in the apparent sizes of the body of Venus should cast doubt on its circular revolution around the sun (from the viewpoint of the Copernican system), then let us make careful observations with a suitable instrument, namely with a good telescope, and we shall find all effects and experiences exactly agreeing ; that is, we shall see Venus crescent when it is nearest to the earth, and with a diameter six times larger than when it is at its maximum distance, namely above the sun, where it is seen round and very small. I have discussed elsewhere the reasons for not detecting these variations with our simple eyesight, but just as from this failure we could reasonably deny that supposition, so now, from seeing the very exact correspondence in this and every other detail, we should abandon any doubt and consider the supposition true and real. As for the rest of this admirable system, whoever desires to ascertain the opinion of Copernicus himself should not read the fanciful preface of the printer, but the whole work of the author himself ; without a doubt he will grasp first-hand that Copernicus held as very true the stability of the sun and the motion of the earth.

II

The motion of the earth and stability of the sun could never be against Faith or Holy Scripture, if this proposition were correctly proved to be physically true by philosophers, astronomers, and mathematicians, with the help of sense experiences, accurate observations, and necessary demonstrations. However, in this case, if some passages of Scripture were to sound contrary, we would have to say that this is due to the weakness of our mind, which is unable to grasp the true meaning of Scripture in this particular case. This is the common doctrine, and it is entirely right, since one truth cannot contradict another truth. On the other hand, whoever wants to condemn it judicially must first demonstrate it to be physically false by collecting the reasons against it.

Now, one wants to know where to begin in order to ascertain its falsity, that is, whether from the authority of Scripture or from the refutation of the demonstrations and observations of philosophers and astronomers. I answer that one must start from the place which is safest and least likely to bring about a scandal ; this means beginning with physical and mathematical arguments. For if the reasons proving the earth’s motion arc found fallacious, and the contrary ones conclusive, then we have already become certain of the falsity of this proposition and the truth of the opposite, which we now say corresponds to the meaning of Scripture ; so one would be free to condemn the false proposition and there would be no danger. But if those reasons arc found true and necessary, this will not bring any harm to the authority of Scripture ; instead we shall have been cautioned that due to our ignorance we had not grasped the true sense of Scripture, and that we can learn this meaning with the help of the newly acquired physical truth. Therefore, beginning with the arguments is safe in any case. On the other hand, if we were to fix only on what seemed to us the true and certain meaning of Scripture, and we were to go on to condemn such a proposition without examining the strength of the arguments, what a scandal would follow if sense experiences and reasons were to show the opposite ? And who would have brought confusion to the Holy Church ? Those who had suggested the greatest consideration of the arguments, or those who had disparaged them ? One can see, then, which road is safer.

Moreover, we admit that a physical proposition which has been proved true by physical and mathematical demonstrations can never contradict Scripture, but that in such a case it is the weakness of our mind which prevents us from grasping its true meaning. On the other hand, whoever wants to use the authority of the same passages of Scripture to confute and prove false the same proposition would commit the error called “begging the question.” For, the true meaning of Scripture being in doubt in the light of the arguments, one cannot take it as clear and certain in order to refute the same proposition ; instead one must cripple the arguments and find the fallacies with the help of other reasons and experiences and morc certain observations. When thc factual and physical truth has been found in this manner, then, and not before, can one be assured of the true meaning of Scripture and safely use it. Thus the safe road is to begin with the arguments, confirming the true and refuting the fallacious ones.

If the earth de facto moves, we cannot change nature and arrange for it not to move. But we can rather easily remove the opposition of Scripture with the mere admission that we do not grasp its true meaning. Therefore, the way to be sure not to err is to begin with astronomical and physical investigations, and not with scriptural ones.

I am always told that, in interpreting the passages of Scripture relevant to this point, all Fathers agree to the meaning which is simplest and corresponds to the literal meaning ; hence, presumably, it is improper to give them another meaning or to change the common interpretation, because this would amount to accusing the Fathers of carelessness or negligence. I answer by admitting that the Fathers indeed deserve reasonable and proper respect, hut I add that we have an excuse for them very readily : it is that on this subject they never interpreted Scripture differently from the literal meaning, because at their time the opinion of the earth’s motion was totally buried and no one even talked about it, let alone wrote about it or maintained it. But there is no trace of negligence by the Fathers for not thinking about what was completely hidden. That they did not think about it is clear from the fact that in their writings one cannot find even a word about this opinion. And if anyone were to say that they considered it, this would make its condemnation more dangerous ; for after considering it, not only did they not condemn it, but they did not express any doubt about it.

Thus the defence of the Fathers is readily available and very easy. On the contrary, it would be very difficult or impossible to excuse or exonerate from a similar charge of carelessness the Popes, Councils, and Congregations of the Index of the last eighty years, if this doctrine were erroneous and deserving of condemnation ; for they have let this opinion circulate in a book which was first written on orders from a Pope, and then printed on orders from a cardinal and a bishop, dedicated to another Pope, and, most important, received by the Holy Church, so that one cannot say that it had remained unknown. If, then, the inappropriateness of charging our highest authorities with negligence is to be taken into account, as it should, Let us make sure that in trying to escape one absurdity we do not fall into a greater one.

But assume now that someone regards it as inappropriate to abandon the unanimous interpretation of the Fathers, even in the case of physical propositions not discussed by them and whose opposite they did not even consider ; I then ask what one should do if necessary demonstrations showed the facts of nature to be the opposite. Which of the two decrees should be changed ? The one which stipulates that no proposition can be both true and erroneous, or the other one which obliges us to regard as articles of faith physical propositions supported by the unanimous interpretation of the Fathers ? It seems to me, if I am not mistaken, that it would be safer to modify this second decree than to be forced to hold as an article of faith a physical proposition which had been demonstrated with conclusive reasons to be factually false in nature. It also seems to me that one could say that the unanimous interpretation of the Fathers should have absolute authority in the case of propositions which they aired, and for which no contrary demonstrations exist and it is certain that none could ever exist. I do not bring in the fact that it is very clear that the Council requires only that one agree with the unanimous interpretation of the Fathers “in matters of faith and morals, etc.”

III

1. Copernicus uses eccentrics and epicycles, but these were not the reason for rejecting the Ptolemaic system, since they undoubtedly exist in the heavens ; it was other difficulties.

2. In regard to philosophers, if they were true philosophers, namely lovers of truth, they should not get irritated, but, learning that they were wrong, they should thank whoever shows them the truth ; and if their opinion were to stand up, they would have reason to take pride in it, rather than being irritated. Theologians should not get irritated because, if this opinion were found false then they could freely prohibit it, and if it were discovered true then they should rejoice that others have found the way to understand the true meaning of Scripture and have restrained them from perpetrating a serious scandal by condemning a true proposition. In regard to falsifying Scripture, this is not and will never be the intention of Catholic astronomers such as ourselves ; rather our view is that Scripture corresponds very well to truths demonstrated about nature. Moreover, certain theologians who are not astronomers should be careful about falsifying Scripture by wanting to interpret it as opposed to propositions which may be true and demonstrable.

3. It might happen that we could have difficulties in interpreting Scripture, but this would occur because of our ignorance and not be cause there really are or can be insuperable difficulties in reconciling Scripture with demonstrated truths.

4. The Council speaks “about matters of faith and morals, etc.” So there is an answer to the claim that such a proposition is “an article of faith by reason of the speaker,” though not “by reason of the topic,” and that therefore it is among those covered by the Council. The answer is that everything in Scripture is “an article of faith by reason of the speaker,” so that in this regard it should be included in the rule of the Council ; but this clearly has not been done because in that case it would have said that “the interpretation of the Fathers is to be followed for every word of Scripture, etc.,” and not “for matters of faith and morals” ; having thus said “for matters of faith,” we see that its intention was to mean “for matters of faith by reason of the topic.”

5. Then consider that it is much more a matter of faith to hold that Abraham had some children and that Tobias had a dog, because Scripture says it, than it would be to hold that the earth moves, even if this were found in the same Scripture, and further that to deny the former is a heresy, but not to deny the latter. It seems to me that this depends on the following reason. There have always been in the world men who had two, four, six children, etc., or none, and similarly people who have dogs and who do not, so that it is equally credible that some have children or dogs and others do not ; hence there appears to be no reason why in such propositions the Holy Spirit should speak differently from the truth, the negative and the affirmative sides being equally credible to all men. But it is not so with the motion of the earth and the stability of the sun ; these propositions are very far removed from the understanding of the masses, for on these matters not relevant to their eternal life the Holy Spirit chose to conform its pronouncements with their abilities, even when facts are otherwise from the point of view of the thing in itself.

6. In regard to placing the sun in heaven and the earth outside it, as Scripture seems to affirm, etc., this truly seems to me to be a simple perception of ours and a manner of speaking only for our convenience. For, in reality all that is surrounded by heaven is in heaven, just as all that is surrounded by the city walls is in the city ; indeed, if one were to express a preference, what is in the middle is more in heaven and in the city, being, as it were, at the heart of the city and of heaven. That difference exists because one takes the elemental region surrounding the earth as being very different from the celestial region. But such a difference will always exist regardless of where these elements are placed ; and it will always be true that from the viewpoint of our convenience the earth is below us and heaven above, since all the inhabitants of the earth have heaven above our heads, which is our upwards, and the center of the earth under our feet, which is our downwards ; so, in relation to us the center of the earth and the surface of heaven are the farthest places, that is, the endpoints of our up and down, which are diametrically opposite points.

7. Not to believe that there is a demonstration of the earth’s mobility until it is shown is very prudent, nor do we ask that anyone believe such a thing without a demonstration. On the contrary, we only seek that, for the advantage of the Holy Church, one examine with the utmost severity what the followers of this doctrine know and can advance, and that nothing be granted them unless the strength of their arguments greatly exceeds that of the reasons for the opposite side. Now, if they are not more than ninety percent right, they may be dismissed ; but if all that is produced by philosophers and astronomers on the opposite side is shown to be mostly false and wholly inconsequential, then the other side should not he disparaged, nor deemed paradoxical, so as to think that it could never he clearly proved. It is proper to make such a generous offer since it is clear that those who hold the false side cannot have in their favour any valid reason or experiment, whereas it is necessary that all things agree and correspond with the true side.

8. It is true that it is not the same to show that one can save the appearances with the earth’s motion and the sun’s stability, and to demonstrate that these hypotheses are really true in nature. But it is equally true, or even more so, that one cannot account for such appearances with the other commonly accepted system. The latter is undoubtedly false, while it is clear that the former, which can account for them, may be true. Nor can one or should one seek any greater truth in a position than that it corresponds with all particular appearances.

9. One is not asking that in case of doubt the interpretation of the Fathers should be abandoned, but only that an attempt be made to gain certainty regarding what is in doubt, and that therefore no one disparage what attracts and has attracted very great philosophers and astronomers. Then, after all necessary care has been taken, the decision may be made.

10. We believe that Solomon, Moses, and all other sacred writers knew perfectly the constitution of the world, as they also knew that God has no hands, no feet, and no experience of anger, forgetfulness, or regret ; nor will we ever doubt this. But we say what the Holy Fathers and in particular St. Augustine say about these matters, namely that the Holy Spirit inspired them to write what they wrote for various reasons, etc.

11. The error of the apparent movement of the shore and stability of the ship is known by us after having many times observed the motion of boats from the shore, and many other times observed the shore from a boat ; and so, if we could now stay on earth and now go to the sun or other star, perhaps we would acquire sensible and certain knowledge of which one of them moves. To be sure, if we looked only at these two bodies, it would always seem to us that the one we were on was standing still, just as looking only at the water and the boat always gives the appearance that the water is flowing and the boat is standing still. Moreover, the two situations are very different : there is great disparity between a small boat, separable from its environment, and the immense shore, known by us through thousands of experiences to be motionless, that is, motionless in relation to the water and the boat ; but the other comparison is between two bodies both of which are substantial and equally inclined toward motion and toward rest. Thus it would be more relevant to compare between themselves two boats, in which case it is absolutely certain that the one we were on would always appear to us as motionless, as long as we could not consider any other relationship but that which holds between these two ships. There is, therefore, a very great need to correct the error about observing whether the earth or else the sun moves, for it is clear that to someone on the moon or any other planet it would always appear that it was standing still and the other stars were moving. But these and many other more plausible reasons of the followers of the common opinion are the ones that must be untied very openly, before one can pretend even to be heard, let alone approved ; unfortunately we have not done a very detailed examination of what is produced against us. Moreover, neither Copernicus nor his followers will ever use this phenomenon of the shore and the boat to prove that the earth is in motion and the sun at rest. They only adduce it as an example that serves to show, not the truth of their position, but the absence of contradiction between the appearance of a stable earth and moving sun to our simple sense experience, and the reality of the contrary. For if this were one of Copernicus’s demonstrations, or if his others did not argue more effectively, I really think that no one would agree with him.

Lire encore

Le Dialogue sur les deux grands systèmes du monde de Galilée

Qui était Galilée ?

Lire encore

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0