English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS > Scandales industriels : qui empêchera les trusts de mentir, de nuire, de (...)

Scandales industriels : qui empêchera les trusts de mentir, de nuire, de détruire, de tuer ?

lundi 13 août 2018, par Robert Paris


LA VOIX DES TRAVAILLEURS

« Travailleurs de tous les pays unissez-vous »

Karl Marx


Scandales industriels : qui empêchera les trusts de mentir, de nuire, de détruire, de tuer ?

Les scandales industriels ne cessent de se multiplier et certains d’entre eux, parfois avec des années de retard, éclatent au grand jour, avec, pour certains, des milliers à des millions de victimes !!! Derrière chaque scandale meurtrier, il y a un ou plusieurs trusts. Ces scandales ont notamment pour noms : lait Lactalis et Nestlé, dieselgate de toutes les firmes automobiles, nucléaire (de Fukushima aux anomalies des cuves des centrales françaises signées Framatome, Areva et EDF, notamment des EPR finlandais et français), Dépakine-Sanofi, Médiator-Servier, Valsartan-labos chinois, Levothyrox-Merck, Distilbène-Borne-Ucepha, Vioxx-Merck, cancers de la nourriture industrielle ultratransformée, chlordécone de la banane des Antilles, génériques (Merck et autres), glyphosate de Monsanto, poulet aux dioxines, œufs au fipronil, nombreux scandales des vaccins dangereux ou inefficaces, trafics de conformité des métaux du trust sidérurgique japonais Kobe Steel, produits aux nanoparticules, nombreux scandales de la cosmétologie et de la chirurgie plastique, multiples scandales du médicament (Thalidomide-Grünenthal, Isoméride, Di-antalvic, Cérivastatine, Extraits thyroïdiens, Cytotec, Anorex, Prefamone, Tenuae Dospan, Moderatan, Dinintel, Fenproporex, Cholstat, Stator, Incital, Diane 35, Tareg, Diovan, etc, etc…), multiples scandales cachés de l’industrie chimique (Bayer, Monsanto, Téflon, amiante, synthron, …), etc, etc… Et c’est sans parler des multiples scandales et marées noires des industries pétrolières !!! Les particules fines PM2,5 dans l’air, dioxyde de soufre, dioxyde d’azote, monoxyde de carbone, nanoparticules, etc., voilà encore une série de scandales capitalistes ! Amiante, Arsenic, Benzène, Cadmium, Dioxydes, Mercure, pesticides, Plomb, Cyanure, Sélénium, Zinc, Acide chlorhydrique, Acide Fluorhydrique, acides gras volatils, Lithium, Césium, Sodium, Francium, Potassium, Dioxyde de soufre, Sulfure d’hydrogène, etc, etc…, ce sont encore des noms de tueries capitalistes avec des listes sans fin de victimes… La plupart des victimes et familles restent non indemnisées et les coupables, les trusts, non condamnés, toujours autorisés à sévir dans le même secteur d’activité, sans davantage de contrôle malgré toutes les promesses gouvernementales.

Impossible de seulement citer les principaux scandales de l’industrie capitaliste tellement ils sont nombreux : plusieurs pour chaque trust et dans tous les pays. Ce n’est pas un cas, deux cas, dix mille cas, mais c’est une épidémie. C’est tout le monde capitaliste qui trafique ses résultats, qui vit du trafic, qui ne compte que sur le trafic pour engranger des résultats plus grand que le voisin. Ce n’est pas une dérive, ce n’est pas un défaut contagieux, ce n’est pas une mode, c’est une époque, c’est un état déliquescent du capitalisme ! Les trusts pharmaceutiques écrivent des faux rapports, effaçant des risques reconnus, inventant des effets non démontrés, présentant les résultats d’études non réalisées, cachant les victimes, achetant leur silence, etc. Les trusts automobiles trafiquent les résultats des tests de pollution, cachant les risques, polluant à fond en prétendant produire des voitures non polluantes, étouffent les populations à coups de polluants mortels, détruisent l’air des villes. Les banques trafiquent tous leurs résultats, spéculent contre les économies, contre les monnaies, se font financer pour cela par les banques centrales, coulent des entreprises, coulent des régions, coulent des pays, spéculent sur toutes les chutes, investissent dans les produits financiers nécrophiles, profitent de toutes les mafias, engrangent l’argent noir. Il n’y a pas d’argent sale pour les trusts et les banques, tout est bon !

En face, les appareils d’Etat font semblant de s’emparer du dossier, d’enquêter, de s’indigner, toujours une fois que le scandale a déjà éclaté et qu’il est tard pour intervenir, de se réunir, de nommer des commissions, pour trouver des réponses, de juger éventuellement, de dénoncer publiquement tout en justifiant en réalité, et toujours ils prennent sur le fond pour les capitalistes, les couvrent, acceptent la reprise de l’activité avant enquête, avant jugement, sans aucune garantie réelle de sécurité et assument, si nécessaire, une partie des dégâts et indemnités sur fonds publics. Jamais les trusts qui ont contaminé massivement à l’amiante, au diesel, au plomb, au nucléaire et autres poisons n’ont payé. Jamais les trusts qui nous contaminent actuellement aux nano particules ne paieront sous le régime capitaliste, avec le pouvoir d’Etat capitaliste, sous la loi de la propriété privée du grand capital.

Evidemment puisque ce sont des Etats, des appareils d’Etat, des polices et des justices notamment, et des gouvernements tous aussi capitalistes ! Et puisque c’est la loi du grand capital qui gouverne le monde ! Ces Etats et ces lois ont été mis en place par les capitalistes, notamment les trusts et les banques, et ont toujours été à leur service, quelles que soient les équipes gouvernementales et quel que soit la couleur de leurs partis, tous pro-capitalistes malgré des discours parfois démagogiques. Ce n’est en rien nouveau mais ce qui l’est, c’est l’état de décomposition du système qui amène celui-ci à ne plus miser sur aucun progrès, sur aucune avancée mais uniquement sur des reculs massifs des conditions de vie de toutes les populations, pays riches comme pays pauvres. Oui, cela est complètement nouveau et date des années 2000 d’effondrement du capitalisme, culminant par la chute massive de l’économie en 2007-2008. Depuis, c’est uniquement en faisant triompher les méthodes de bandits, de sangsue, de mafia, que le capitalisme s’est survécu à lui-même alors que son heure a sonné, qu’il ne peut plus développer « normalement » l’accumulation du capital.

Les esprits forts diront que le « zéro accident » n’existe pas et que ce ne serait pas le nombre d’accident qui augmente mais l’information des clients et des usagers ! Ils prétendront qu’il faudrait ne rien faire pour ne rien risquer et qu’on ne va pas arrêter de vivre parce que cela entraîne des risques. Comme si le capitalisme équivalait à la seule vie possible ! Comme si les capitalistes faisaient de leur mieux pour la sécurité et que ce qui arrivait était de l’ordre du difficilement évitable ! Difficilement évitable pour les responsables effectivement de ne pas cacher la vérité, de ne pas faire établir de faux rapports sanitaires, techniques et scientifiques, de ne pas faire fonctionner le système de manière mensongère, corrompue et mafieuse, de ne pas ponctionner les fonds publics et leur faire assumer les risques. Eh oui, ce n’est plus évitable pour le capitalisme arrivé à son terme, celui où il ne peut subsister qu’en détruisant la société humaine !

Pour détourner le mécontentement du public, les gouvernants tentent de faire croire qu’ils vont mettre en place des contrôles plus serrés et fréquents et des pénalités plus importantes. Mais tout cela n’empêchera nullement ces trusts de recommencer parce c’est vital pour leurs profits et que la loi ne leur retirera certainement pas le droit d’exercer, alors que n’importe quel individu qui commettrait de tels crimes dans sa profession, lui, se verrait interdire la profession et devoir payer pour ses crimes !

A-t-on jamais vu un seul pays, un seul gouvernement, à une seule époque, interdire à un trust le droit d’exercer une profession dans laquelle il a agi sciemment de manière criminelle, entraînant de nombreux morts ? Dans ce cas, Tepco, Union Carbide, Roche, Total et autres Monsanto ne feraient plus parler d’eux ! Si le système le faisait, aucun trust capitaliste ne pourrait aujourd’hui fonctionner et ce devrait être la collectivité qui organise l’activité économique sans passer par des propriétaires privés d’entreprises et de capitaux. Au fait, pourquoi pas ? Qu’y aurait-il de mal à cela ? Puisque, de toutes façons, on nous dit que la solution est un contrôle de la société sur l’activité économique. Et le gros avantage serait l’impossibilité pour des profiteurs privés de corrompre les décideurs politiques et étatiques, puisqu’il n’y aurait plus de propriétaire privés de trusts, de banques et de gros capitaux ! Cela irait, nous dit-on, contre la liberté des individus ? Mais c’est au nom de cette liberté d’une minorité, la liberté capitaliste d’entreprendre et de posséder des capitaux et des entreprises, que l’on attaque le droit du plus grand nombre à la santé, à la sécurité et à la vie !!!

D’ailleurs, puisqu’il faudrait interdire à tous les industriels responsables de crimes d’exercer et que tous les font, la seule logique ne mènerait-elle pas à leur retirer à tous le droit d’intervenir sur le terrain économique comme politique, ce qui signifie supprimer la propriété privée des capitaux ainsi que la mainmise sur l’Etat ? Quant à les condamner à payer pour tous les crimes commis qui concernent des millions de gens, le seul moyen n’est-il pas que la collectivité saisisse leurs capitaux et entreprises ?

Il n’existe qu’un seul moyen de faire fonctionner l’économie sans le faire payer lourdement à la population, c’est que celle-ci décide directement du mode de fonctionnement et possède collectivement les richesses qui sont produites collectivement, dans la grande entreprise. Hors de cela, toute mesure prétendue n’est que poudre aux yeux et n’empêche rien. Il n’existe pas et n’existera jamais un capital honnête, respectueux, durable, écologique et autres… Et cela suppose que l’appareil d’Etat ne soit plus aux mains des capitalistes mains dans celles de la collectivité laborieuse.

Tous les jours le grand capital assassine quantité d’ouvriers. D’ailleurs, quand on écrit le mot « ouvrier » dans un moteur de recherche, l’essentiel de ce qui vient est des ouvriers morts dans des chantiers, dans des usines ou dans d’autres entreprises !!! Et ce n’est pas ce système-là qui va se préoccuper que des clients de son industrie soient eux aussi victimes de l’exploitation à tout prix. Le profit n’est pas plus compatible avec la santé des populations qu’avec celle de ses exploités ! L’idée d’un capitalisme respectueux des exploités et des peuples, protégeant la planète est aussi ridicule que l’idée d’armées respectant la vie des peuples. Ou encore, l’idée d’une justice au service de tous dans un Etat qui ne l’est pas et soutient des intérêts privés diamétralement opposés à l’intérêt public. Tous les Etats capitalistes du monde ont couvert les crimes des exploiteurs privés, aussi grands soient-ils. Nulle part au monde, un Etat capitaliste n’a jamais obligé le capitalisme à supprimer ses activités du fait des risques pour les populations. Et ceux qui affirment que c’est aux opinions publiques de faire pression sur les responsables des Etats et sur les entrepreneurs pour obtenir que la santé des populations soit préservée devraient aller jusqu’au bout de leur propre discours : le seul véritable moyen pour les peuple de pouvoir faire pression, c’est d’exercer eux-mêmes le pouvoir d’Etat, de renverser le pouvoir capitaliste, de fonder le pouvoir aux travailleurs, par le biais de leurs comités prolétariens révolutionnaires. C’est seulement alors que les travailleurs et les peuples pourront contrôler l’économie. Tous ceux qui parlent de contrôle populaire sans accorder aux peuples le rôle de diriger la société sont des menteurs. Les capitalistes ne contrôlent la société que parce qu’ils possèdent les capitaux et le pouvoir d’Etat. Aux travailleurs d’en faire autant s’ils veulent que l’effondrement du capitalisme ne s’écroule pas sur leur dos !!!

28 Messages de forum

  • Des immeubles qui s’écroulent après un séisme, des ponts qui s’écroulent après une tempête, des centrales qui s’écroulent après un tsunami, c’est aussi des scandales industriels !

    Répondre à ce message

  • Alors là chapeau j’ai pas pu trouver une seule ligne de désaccord avec toi et pourtant je l’ai lu jusqu’au bout. Je soutien pleinement ce rapport. Il est d’une vérité absolue.

    Répondre à ce message

  • Après la tragédie de Gênes, les interrogations en France. Selon un audit du réseau routier dévoilé début juillet, un tiers des 12 000 ponts sous la responsabilité de l’Etat nécessiteraient des travaux de rénovation et dans 7% des cas il faudrait une intervention d’urgence. Oui, c’est bien un scandale industriel capitaliste !

    Répondre à ce message

  • Vers un nouveau scandale dans l’industrie automobile ? Le scandale qui touche l’industrie automobile depuis 2015 est en passe de connaître un nouveau rebondissement. La Commission européenne affirme en effet détenir des documents attestant que les constructeurs manipuleraient de nouveaux leurs taux d’émissions polluantes en vue des nouvelles normes qui entreront en vigueur en 2020. « Des preuves émergent que les valeurs d’émissions polluantes déclarées officiellement par les constructeurs ont pu être gonflées », affirme Bruxelles. Car cette fois-ci, ces derniers ne chercheraient pas à réduire frauduleusement leurs émissions mais à les augmenter. La Commission européenne pointe « un risque clair » que les constructeurs créent une « augmentation artificielle » de leurs taux d’émissions pour 2020. Cette année-là, une nouvelle base de calcul sera établie pour mesurer les futures normes auxquelles seront soumis les industriels. Ainsi, si les véhicules sont enregistrés comme plus polluants dès le début, ils pourraient bénéficier de normes plus accommodantes par la suite.

    Répondre à ce message

  • Dans la scandale du pont autoroutier de gênes, la justice, les experts et le gouvernement italiens ont pointé du doigt la responsabilité de la société autoroutière. Facile, une fois que tout est fait mais puisqu’ils se sont gardés de la dénoncer avant, tous sont aussi responsables.

    A remarquer que cette société d’autoroutes gère l’aéroport de Nice et était la candidate pour la privatisation d’aéroports de Paris !!!

    Répondre à ce message

  • Au Venezuela aussi, le pont du Général-Rafael-Urdaneta, à Maracaibo, un autre pont Morandi suscite la crainte...

    Répondre à ce message

  • Pour le pont de Gênes, n’est-il pas facile d’accuser après coup ?

    Répondre à ce message

  • Du tout ! Comme tous les trusts qui ont commis des actes scandaleux, ce trust était prévenu du risque. Une étude commandée par la société concessionnaire du pont autoroutier Morandi de Gênes a mis au jour l’an dernier des problèmes de stabilité de l’ouvrage, rapportent aujourd’hui les quotidiens italiens La Stampa et La Repubblica. L’audit, effectué en novembre 2017 par des experts de l’Ecole polytechnique de Milan à la demande d’Autostrade per l’Italia, a notamment mis en exergue l’état des haubans, montrant que les câbles de la portion du pont qui s’est effondrée mardi dernier réagissaient aux vibrations "d’une manière qui ne correspond pas totalement aux résultats attendus et requiert des investigations approfondies", indiquent les deux journaux.
    Dans leur rapport confidentiel, les experts estiment qu’il est possible que des phénomènes de corrosion aient joué. Mais l’une des particularités du pont Morandi étant que les câbles sont coulés dans du béton, il est difficile d’évaluer leur état. Le pont Morandi, inauguré en 1967, a rapidement présenté des problèmes et certains de ses haubans ont été consolidés dans les années 1990, ont indiqué des experts depuis la catastrophe de mardi qui a fait au moins 38 morts.
    Selon La Repubblica et La Stampa, Autostrade per l’Italia a lancé en mai dernier un appel d’offres de 20 millions d’euros afin de consolider les haubans qui n’avaient pas bénéficié des travaux de renforcement des années 1990. Aucune réaction n’a pu être obtenue dans l’immédiat auprès du groupe Atlantia, la maison-mère d’Autostrade per l’Italia, concessionnaire de l’ouvrage.

    Répondre à ce message

    • Le groupe italien qui gère le pont de Gènes fait partie du consortium franco-italien Ecomouv qui avait remporté le contrat des portiques de la collecte de l’écotaxe en 2011 avant qu’il ne soit annulé en 2014. Il gère aujourd’hui l’aéroport de Nice et lorgne ceux de Paris et détient aussi les autoroutes du nord et l’est de la France.

      Répondre à ce message

    • En France, en region parisienne ouest, le viaduc de Gennevilliers s’est affaissé causant la fermeture de l’autoroute A 15. Aujourd hui encore , des voies sont bloquées ...voir sur le site du journal Le PArisien les photos du pont le plus emprunté en ile de France !

      Répondre à ce message

    • Georges Mothron (LR), maire d’Argenteuil, règle ses comptes avec l’Etat sur sa gestion des problèmes liés à l’effondrement d’un mur de soutènement du viaduc de l’A15, le 15 mai dernier, qui entraîne d’importants bouchons, notamment dans sa ville.
      "on a eu des alertes en 2016 avec des fuites de sablons (voir encadré) dans les rues d’Argenteuil. Elle aurait dû mieux surveiller ce pont. On était censé avoir un retour des inspections qu’ils devaient y mener. On n’en a jamais eu. Ont-elles été faites ou pas ? On n’en sait rien. Ils n’ont rien fait sur l’évacuation des eaux de pluie ni sur l’assainissement.

      Y a-t-il eu négligence ?

      Je pense, oui, qu’il y a eu négligence. Personne ne m’a apporté de preuve que les inspections avaient été menées.

      L’effondrement aurait-il pu être évité, selon vous ?

      Cela aurait pu être évité s’il y avait eu un plan de maintenance de cet ouvrage. Il a été délaissé et maintenant, on est en train de payer dix fois plus cher que si on avait fait le nécessaire en amont. Ce n’est pas sérieux.

      En mai 2016, de fortes pluies avaient provoqué l’écoulement d’une couche de sable provenant de la culée du pont de l’A15 en direction de Paris. La circulation avait été fermée rue des Déserts (une rue parallèle à la rue des Grands-Saules, l’endroit où la culée s’est effondrée cette année). L’eau tombait au goutte-à-goutte du mur de parpaings d’où s’était échappé le sable. La Dirif avait effectivement effectué une visite sur le site sans mener d’investigations, mais selon elle, « aucune déformation du mur » n’y avait été détectée."
      commentaire d’un lecteur du Parisien :
      "M. Mothron était député LR et a soutenu les politiques de baisse des crédits publics pour l’entretien des routes de 2007 à 2012. Il en subit les conséquences aujourd’hui."
      Commentaires de M&R : oui mais ce sont surtout les riverains et les salariés -artisans qui vont travailler tous les matins qui , quand ils ne risquent pas leur vie en empruntant ces ponts, perdent un temps fou dans des embouteillages et se font sanctionner pour retards par des patrons qui en profitent pour affirmer leur autorité..

      Répondre à ce message

  • La couverture de la justice bourgeoise multiplie les scandales. Par exemple, la justice allemande refuse de transmettre ses éléments à la France dans le « Dieselgate » Volkswagen et la justice française couvre Renault et Peugeot dans le même scandale...

    Répondre à ce message

  • Les experts savaient que le pont de Gênes s’était affaibli de 20% !!!

    Un rapport de 2017 demandé par la société Autostrade au polytechnique de Turin soulignait une déformation anormale des haubans attachés à la pile numéro 9 du pont.

    Déjà en 2016, l’ingénieur Brencich de l’université de Genes avait écrit un article très critique sur ce pont.

    Des experts en ingénierie avaient déterminé en février que la corrosion des câbles métalliques supportant le pont de l’autoroute de Gênes avait réduit la force du pont de 20%, une conclusion qui s’est produite des mois avant son effondrement la semaine dernière.

    Malgré les conclusions, Espresso a écrit que « ni le ministère ni l’entreprise routière n’avaient jamais jugé nécessaire de limiter la circulation, de détourner les camions lourds, de réduire la chaussée de deux à une ou de réduire la vitesse des véhicules sur l’artère principale ». ville portuaire du nord.

    Répondre à ce message

  • Le jury du procès Dewayne Johnson contre Monsanto a déclaré l’entreprise coupable d’avoir dissimulé les dangers du glyphosate, l’herbicide le plus répandu dans le monde, et a accordé au jardinier en phase terminale des dommages-intérêts s’élevant à un total de 289 millions de dollars.

    Le verdict historique rendu le 10 août par le jury de San Francisco, en Californie, pèsera lourdement sur les plus de 4 000 affaires similaires en cours aux États-Unis, alléguant un lien entre le glyphosate et le lymphome non hodgkinien, un cancer du sang.

    Répondre à ce message

  • Encore un scandale du médicament : l’Androcur cause des tumeurs du cerveau !

    Quand l’Etat bourgeois va cesser de confier à des criminels le droit de soigner ? Jamais !

    Répondre à ce message

  • Les scandales industriels sont la cause de la multiplication des cancers dans le monde !!!

    Les cancers auront tué près de 10 millions de personnes dans le monde en 2018 !!!

    Et ça s’accélère !!!

    Répondre à ce message

  • 17 millions de cancers contre 14 en 2012 !!!

    Qui arrêtera la mort provoquée par les trusts industriels ?!!!

    Répondre à ce message

  • Un lanceur d’alerte révèle un grave danger d’explosion d’un site industriel en Alsace, la CAC d’Ottmarsheim !!!

    Le nitrate d’ammonium, ou ammonitrate, est l’engrais le plus utilisé de France. Il a plusieurs fois provoqué des explosions meurtrières, comme à l’usine AZF de Toulouse, en 2001. Un inspecteur d’assurance industrielle révèle que les conditions de stockage de ce produit chimique dans une coopérative alsacienne sont très inquiétantes. L’imposant bâtiment est installé dans la zone industrielle, située entre Mulhouse et l’Allemagne. C’est l’un des principaux sites de stockage céréalier de France.

    Répondre à ce message

  • Neuf mois après le scandale, Lactalis autorisé à nouveau à vendre son lait infantile alors que l’enquête n’a pas été menée ni la cause jugée...

    Répondre à ce message

  • L’usine Lactalis de Craon en Mayenne, à l’arrêt depuis décembre 2017, va ainsi reprendre son activité de lait en poudre pour bébé. Fin 2017, 36 nourrissons ont été atteints de salmonellose après avoir bu du lait infantile des marques Picot et Milumel produit dans l’usine Lactalis de Craon, mais le trust reste impuni, pas davantage surveillé en réalité et surtout pas interdit de nuire...

    Répondre à ce message

  • Un trust peut donc tuer des bébés et... continuer !!!

    Lactalis n’a retiré ses produits contaminés qu’à la fin 2017, alors que la salmonelle a été détectée en août et novembre de la même année. Les distributeurs ont continué à vendre les boîtes de lait pourtant interdites. L’institut Pasteur a indiqué que la même bactérie à l’origine de l’épidémie en 2017 avait déjà contaminé des nourrissons en 2005.

    Pourquoi Lactalis ne recommencerait pas ? Il lui suffit de changer le nom du produit !!!

    Répondre à ce message

  • Le médecin qui avait lancé l’alerte sur les prothèses PIP dénonce la dangerosité de nouvelles prothèses mammaires !!!

    Répondre à ce message

  • Pour lancer ses accusations contre le leader mondial des prothèses mammaires, le docteur Christian Marinetti s’appuie sur un rapport de l’agence du médicament (ANSM). En France, depuis 2011, l’ANSM a recensé 50 cas, dont plusieurs ont été fatals. Sur 400 000 à 500 000 femmes porteuses d’implants mammaires, cela peut sembler peu.

    Pour Christian Marinetti, il existe un point commun à presque toutes les femmes malades : "Celle qui donne le plus de problèmes de lymphome, c’est la Biocelle d’Allergan." La prothèse mammaire Biocell de l’Américain Allergan est texturée, c’est-à-dire que pour mieux adhérer au sein, elle a un aspect granuleux. C’est ce qui pourrait provoquer ces lymphomes.

    Répondre à ce message

  • Encore un scandale industriel ?!! Santé publique France a rendu publique ce jeudi ses premières conclusions concernant les naissances de bébés nés sans bras ou sans main dans des zones géographiques restreintes ces dernières années. Verdict ? Pour l’agence nationale de santé publique, l’analyse statistique des sept cas rapportés dans l’Ain, "ne met pas en évidence un excès de cas par rapport à la moyenne nationale". En outre, les investigations n’ont permis d’identifier aucune exposition commune à la survenue de ces malformations.

    Le phénomène inexpliqué avait été porté à la connaissance du grand public le 26 septembre dernier après l’enquête de France 2 révélant un document médical confidentiel alertant sur le nombre de malformations de bébés entre 2009 et 2014 dans ce département. Une fréquence 58 fois plus élevée que la normale, selon le Registre des malformations de Rhône-Alpes (REMERA), qui avait alerté les autorités de santé.

    Répondre à ce message

  • Un scientifique découvre ce qui est nuisible dans le Lévothyrox. Le CNRS, loin de le remercier, l’accable !!!

    Le dossier Levothyrox est décidémment bien sensible. Ce vendredi matin, une conférence de presse devait se tenir à Toulouse, pour présenter les résultats des analyses menées par Jean-Christophe Garrigues, ingénieur de recherche au CNRS, qui travaille au laboratoire des Interactions Moléculaires et Réactivités Chimiques et Photochimiques de l’université de chimie Paul-Sabatier de Toulouse.

    Mais cette conférence a été soudainement annulée jeudi pour des raisons inconnues. Ces analyses sur des comprimés ancienne et nouvelle formules du Levothyrox ont été menées par le chercheur toulousain à la demande de l’association française des malades de la thyroïde (AFMT). Selon les informations qu’a pu se procurer La Dépêche du Midi cette semaine, ces analyses confirmeraient la présence de substances étrangères dans les comprimés de la nouvelle formule du Levothyrox examinés par le laboratoire toulousain.

    Par ailleurs, selon une source proche du dossier, les chimistes auraient observé davantage d’impuretés dans les comprimés nouvelle formule délivrés en 2017 que dans les médicaments distribués aux malades en 2018. Une découverte pourrait laisser supposer que la formule a été modifiée par le fabriquant, les laboratoires Merck.

    Mais ce vendredi, le CNRS, où travaille le chercheur toulousain, a littéralement chargé son employé dans un communiqué envoyé à toute la presse dans lequel il donne les raisons de l’annulation de la conférence de presse qui était prévue ce vendredi.

    "Le CNRS et l’université Toulouse III Paul Sabatier ont demandé l’annulation d’une conférence de presse consacrée à des analyses du Levothyrox, prévue ce vendredi 5 octobre à Toulouse. En effet, les résultats annoncés par Jean-Christophe Garrigues, ingénieur de recherche au CNRS, n’ayant pas été validés par le processus d’évaluation par les pairs propre à la communauté scientifique, le CNRS considère qu’ils ne constituent pas en l’état actuel des faits scientifiques. De plus, bien que Jean-Christophe Garrigues ait effectué ces mesures en utilisant les équipements du laboratoire des Interactions Moléculaires et Réactivités Chimiques et Photochimiques (IMRCP), celles-ci ne sont liées en aucune façon à une quelconque activité de recherche de son équipe ou du laboratoire. En tant qu’employeur, le CNRS considère que l’agent n’a pas respecté la déontologie scientifique indispensable pour valider toute recherche. Ces analyses ont d’ailleurs été réalisées hors conventionnement. Ni les tutelles, le CNRS et l’université Toulouse III Paul Sabatier, ni l’IMRCP n’ont été impliqués dans les analyses conduites par Jean-Christophe Garrigues, dont ils n’étaient pas même informés. Le CNRS et l’université Toulouse III Paul Sabatier s’engagent à encourager leurs laboratoires compétents dans le domaine à travailler dans l’élucidation des questions soulevées par lesdits résultats", écrit le service de communication du CNRS.

    Le CNRS est bel et bien à la botte de l’industrie et du profit !

    Répondre à ce message

  • Les scandales du médicament se multiplient en France : Lévothyrox, Médiator, Distilbène, Vioxx, Diane 35, Dépakine, implants Essure, Valsartan, Androcur, scandale de Thiotepa périmés, Cytotec-Misoprostol, Uvestérol D, etc.

    Et tous ces médicaments ont un ingrédient commun !!!

    C’est la recherche du profit aux dépens du malade et avec la complicité des pouvoirs publics français !!!

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0