English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > Gilets jaunes : ce n’est qu’un début, l’insurrection continue !

Gilets jaunes : ce n’est qu’un début, l’insurrection continue !

mercredi 5 décembre 2018, par Robert Paris

Gilets jaunes : ce n’est qu’un début, l’insurrection continue !

On va rentrer à la niche comme des toutous parce que le maître a annoncé la fin du jeu ? Certainement pas !!!

Rien n’est réglé ! Aucune attaque n’est annulée, déchirée, définitivement abandonnée ! Aucun problème n’est réglé ! Tout continuera comme avant du moment que les gilets jaunes auraient abandonné la lutte !

Au contraire, en ce moment de nombreux travailleurs prennent conscience que le chemin est le bon et que, contrairement aux inactions syndicales, cette lutte est efficace, se fait entendre des classes dirigeantes !

En avant !

Le mouvement des gilets jaunes montre que lorsque même une petite partie du prolétariat s’organise par lui même et dirige directement ses luttes sans les bureaucrates réformistes des directions syndicales, il est possible de faire reculer la bourgeoisie. Ce que n’ont pas pu faire les dernières pseudo luttes syndicales notamment la grève frelatée du printemps dernier à la SNCF.

Les leçons que nous devons tirer pour l’instant et dont le prolétariat doit se saisir c’est que nous devons nous auto-organiser de manière autonome et indépendante des directions réformistes et diriger nos luttes sans nous en remettre aux organisateurs des défaites, liés par mille liens au classes possédantes et à leur Etat.

Une autre leçon c’est qu’il n’y a pas seulement la grève comme moyen de lutte de classe : il y a l’insurrection.

Un autre aspect non négligeable c’est que ce mouvement se fiche de respecter la légalité bourgeoise que les syndicats ne remettent jamais en cause. Et enfin, le gouvernement et la bourgeoisie recule alors qu’il n’y eu aucune négociation...

Cela devrait donner confiance aux travailleurs pour partir en lutte dans toutes les entreprises et usines sans attendre après les syndicats. La bourgeoise a peur que d’autres secteurs de la classe ouvrière entre dans le combat. Voila pourquoi elle oblige Macron/Phillipe à reculer.

Ce n’est qu’un début, continuons la lutte de classe…

Pourquoi les syndicats se sont détournés d’un mouvement de masse contre la misère ?

C’était un mouvement de petits patrons, pas de salariés, disaient-ils !

C’était un mouvement où gravitaient des racistes, des machistes, des homophobes, des fascistes, prétendaient-ils !

Ils ne voulaient pas cautionner les extrêmes droites et ultra gauches qui y participaient, ont-ils prétendu.

Ils ne voulaient pas cautionner les casseurs ?

Ils ne voulaient pas cautionner des gens qui sont contre les sans-papiers ?

Mais tous ces prétextes sont complètement bidon. Les syndicats ont refusé dès le début d’y participer alors que rien de tout cela n’existait, que ces accusations n’étaient même pas encore lancées !!!

Les syndicats ont tous en leur sein un grand nombre de militants d’extrême droite et ils s’en accommodent plus ou moins ouvertement…

Des casseurs, il y en a aussi dans les manifs syndicales ou associatives environnementalistes. Faut-il renoncer à manifester ?

Des racistes, il y en a aussi dans les grèves. Faut-il renoncer de faire grève ?

Les syndicats sont considérés maintenant par les travailleurs comme des institutions des classes dirigeantes et c’est normal. Par contre, les militants syndicalistes qui ont rejoint le mouvement n’ont pas du tout été mal reçus et font partie du mouvement sans l’ombre d’une difficulté…

Les appareils syndicaux prétendent ne pas avoir vu que c’était une insurrection du monde du travail contre le monde du capital.

Curieux : même le premier ministre de la bourgeoisie dit qu’il l’a vu et entendu et qu’il faudrait être aveugle et sourd pour ne pas le savoir !!!

Les dirigeants réformistes ne sont ni aveugles, ni sourds : ils ne sont pas dans notre camp et tous les opportunistes, qui leur sont liés, y compris dans la gauche de la gauche et dans les groupes d’extrême gauche opportunistes sont des faux amis !

Un point essentiel aujourd’hui : constituons nos comités gilets jaunes au sein des entreprises et des quartiers ouvriers !!!

10 Messages de forum

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0