English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 10 - Livre Dix : SYNDICALISME ET AUTO-ORGANISATION DES TRAVAILLEURS > Quand l’intersyndicale mène dans le mur le mouvement de défense des retraites (...)

Quand l’intersyndicale mène dans le mur le mouvement de défense des retraites et toute la lutte des classes

samedi 7 décembre 2019, par Karob, Robert Paris

Si vous voyez dans cet appel de l’intersyndicale, par exemple, la grève illimitée de toute la classe ouvrière et pas l’appel à une journée d’action juste le 5 décembre, c’est que nous ne savons pas lire... Si vous y voyez la liaison avec la lutte des hôpitaux, des cheminots, des enseignants, des chômeurs, etc., c’est que nous ne savons pas lire...

Les syndicats prétendaient qu’ils avaient appelé à la grève générale ILLIMITÉE reconductible mais, au lendemain du premier jour de grève, ils appellent à faire grève... quatre jours plus tard... le mardi 10 décembre et ils appellent cette action non une grève reconductible mais une "journée d’action". Vous voyez bien qu’ils n’ont fait que semblant d’abandonner leurs traditionnelles et inefficaces journées d’inaction !!!

Une grève illimitée reconductible signifiait de voter le 6 décembre pour la grève le 7 décembre et pas que les directions bureaucratiques décident d’un "temps fort" le... 10 décembre !!! Rien avant et rien après !!!

Quand l’intersyndicale mène dans le mur le mouvement de défense des retraites et toute la lutte des classes

Dans le mouvement actuel en France, l’intersyndicale n’a pas appelé à la grève générale interprofessionnelle reconductible, même si certains le croient ou le font croire, ni à rejoindre les gilets jaunes, ni à s’en prendre au grand capital, ni les salariés à s’organiser à la base, ni à étendre le mouvement, ni à relier le combat sur les retraites à tous les autres sur les services publics, sur l’hôpital, sur la SNCF, la RATP et les aéroports, ni sur la misère, ni sur le chômage, ni contre les guerres, ni contre les attaques sur les libertés, ni....

Pourquoi les syndicats vont droit dans le mur et nous entraînent avec eux ?

5 décembre et suite : allons-nous laisser à nouveau une mobilisation sociale entre les mains des bureaucraties de l’intersyndicale ?

5 décembre : les directions syndicales font seulement semblant de prendre la tête d’une grève générale reconductible et interprofessionnelle

Pourquoi le gouvernement ne bat pas en retraite devant les bureaucraties syndicales

Bilan et leçons du mouvement des retraites de 2010

L’Intersyndicale a mené la lutte... dans le mur

Et aussi l’intersyndicale des cheminots

Et encore l’intersyndicale des personnels hospitaliers

Pour défendre les retraites... et le reste, deux orientations contradictoires : front de classe ou front de collaboration de classes...

Méthodes de lutte des centrales syndicales et méthodes ouvrières

Pourquoi patronat et gouvernement ne cèdent pas devant les grèves et manifestations ?

L’avenir de nos luttes nécessite de tirer des leçons des luttes passées

Et l’avenir, c’est l’action directe, la lutte des classes et l’auto-organisation

On prend les mêmes trompeurs et on recommence ?

Pourquoi le syndicalisme opposé à la lutte de classe mène à la défaite

Le syndicalisme réformiste contre la lutte de classe et la révolution

Vive le comité de grève

Des Gilets jaunes auto-organisent le 5 décembre et la suite

Formons nos comités de travailleurs

Syndicats et auto-organisation des gilets jaunes

Ne pas nous laisser piéger entre faux amis et vrais ennemis…

La suite

22 Messages de forum

  • Travailleurs, nous luttons pour requiquinquer les syndicats ou pour nos propres buts ?!!!

    Répondre à ce message

  • L’intersyndicale vient de transformer une grève illimitée reconductible en trois journées d’action : les 5,6 et 10 décembre !!! As-t-on besoin d’une autre preuve qu’ils mentent et dirigent la lutte par des mensonges ? Organisons nous nous-mêmes !

    Répondre à ce message

  • « La principale conquête de la première vague de grève réside dans le fait que des chefs ouvriers sont apparus dans les ateliers et les usines. (…) La grève a secoué, ranimé, renouvelé dans son ensemble le gigantesque organisme de la classe. (…) L’organisation de combat ne coïnciderait pas avec le parti, même s’il existait en France un parti révolutionnaire de masse, car le mouvement est incomparablement plus large qu’un parti. L’organisation de combat ne peut pas non plus coïncider avec les syndicats, qui n’embrassent qu’une partie insignifiante de la classe et sont soumis à une bureaucratie archi-réactionnaire. La nouvelle organisation doit répondre à la nature du mouvement lui-même, refléter la masse en lutte, exprimer sa volonté la plus arrêtée. Il s’agit d’un gouvernement direct de la classe révolutionnaire. Il n’est pas besoin ici d’inventer des formes nouvelles : il y a des précédents historiques. Les ateliers et les usines élisent leurs députés, qui se réunissent pour élaborer en commun les plans de la lutte et pour la diriger. Il n’y a même pas à inventer de nom pour une telle organisation : ce sont les « soviets de députés ouvriers ». (...) Le mot d’ordre de comités ne peut être abordé que par une véritable organisation révolutionnaire, absolument dévouée aux masses, à leur cause, à leur lutte. Les ouvriers français viennent de montrer de nouveau qu’ils sont dignes de leur réputation historique. Il faut leur faire confiance. Les soviets sont toujours nés des grèves. La grève de masse est l’élément naturel de la révolution prolétarienne. D’atelier en atelier, d’usine en usine, de quartier en quartier, de ville en ville, les comités d’action doivent établir entre eux une liaison étroite, se réunir en conférences par villes, par branches de production, par arrondissements, afin de couronner le tout par un congrès de tous les comités d’action de France. »

    Extraits de Léon Trotsky dans « L’étape décisive » (5 juin 1936)

    Répondre à ce message

  • Hypocrisie : la confédération CGT appelle à trois journées d’action, les 5, 6 et 10 décembre au lieu de la grève illimitée reconductible et n’appelle pas à la grève générale mais profession par profession, syndicat par syndicat et, en même temps, Philippe Martinez fait semblant d’appeller à "généraliser les grèves dans toutes les entreprises" !!!

    Répondre à ce message

  • C’est avec de telles journées d’action qu’ils prétendent "ancrer le mouvement dans la durée" mais auparavant ils avaient laissé croire qu’ils défendraient la grève illimitée reconductible !!!

    Répondre à ce message

    • Dans le privé,les directions syndicales et 1 partie des délégués d’usine également ne font même pas semblant d’être pour la grève , ces derniers étant au boulot le jour de la grève comme si de rien était ! Rien n’est décidé par les salariés qui se sont dits d’accord pour la grève, mais rien non plus du coté des syndicats qui sont à l’origine de cet appel.
      Aucune assemblée, aucun vote, aucune reunion de section syndicale, aucune réunion de travailleurs, juste un tract avec un RV pour prendre le bus et aller à la manif...autant dire qu’on essaye de nous prendre pour des moutons...mais c’est très loin de fonctionner et de satisfaire tout le monde .
      Dans le même temps que les attaques sur les retraites , d’autres attaques sur les emplois sont en cours et là tout est fait pour décourager la mobilisation. Etalement des assemblées, des débrayages , des rencontres qui n’en sont pas entre salariès et patron et surtout plus aucune assemblée depuis que les travailleurs ont voté le principe de la grève contre les restructurations et le chômage pour les intérimaires ! C’est dire qu’à l’échelle d’une entreprise, on voit ce dont sont capables les syndicats pour décourager les mouvements avant même qu’ils prennent trop d’ampleur...tout un art et des années d’expérience transmises par les bureaucraties —>la pomme pourrie du syndicalisme de négociation dans le panier de la lutte de classes.

      Répondre à ce message

  • Terrifiés par cette montée de la colère sociale et bousculés par les grèves sauvages des cheminots cette automne, les appareils syndicaux en France et leurs alliés politiques de pseudo gauche se sont résignés à appeler une grève pour éviter d’être débordés. A présent, les travailleurs s’engouffrent dans la brèche ainsi ouverte à contrecoeur par les syndicats.

    Toutefois, les appareils syndicaux, qui ont été hostiles aux « gilets jaunes », ne cherchent pas à construire un mouvement contre Macron. Tout comme avant cette grève, ils freinent des quatre fers. Ainsi Laurent Escure de l’UNSA a mis en garde le patronat que « La colère est en train de s’enkyster dans certains secteurs », leur proposant « que des arbitrages soient rendus le plus vite possible » car « si c’est après le 5, on sera dans une zone de danger ».

    Il est essentiel pour les travailleurs de prendre en main leurs propres luttes et de former leurs propres comités d’action, indépendants des syndicats et de leurs alliés politiques. Déjà dans des réunions ils scandent « la grève aux grévistes ». Les travailleurs ont vu que les « gilets jaunes » se sont organisés indépendamment, sur les réseaux sociaux. Il est essentiel pour les travailleurs de se doter de comités d’action où ils pourront discuter et décider librement des actions à mener, et les relier aux luttes de jeunes et de travailleurs à l’international.

    Répondre à ce message

  • Le gouvernement remercie les syndicats...

    Dans la cellule de crise du ministère des Transports, le Premier ministre Édouard Philippe a d’ailleurs déclaré : « Dans l’ensemble les grèves et manifestations se passent comme c’était prévu. De nombreuses manifestations sont organisées aujourd’hui en France, la plupart se passent bien. (…) Je veux rendre hommage aux organisations syndicales qui les ont encadrées, a ajouté M. Philippe. »

    "Aucun syndicat ne pense sérieusement que nous renoncerons à cette réforme"
    Quant aux syndicats, "je les respecte", a-t-il souligné, "ils savent que nous avons vraiment discuté avec eux", mais "aujourd’hui aucun syndicat ne pense sérieusement que nous renoncerons à cette réforme", a-t-il lancé.

    "Ce qu’ils veulent, c’est des réponses sur des points techniques, pas sur l’articulation générale de la réforme", a-t-il jugé.

    "Nous ne lâcherons pas", car renoncer signifierait devoir prendre des mesures financières "beaucoup plus difficiles, injustes, risquées que celles que nous allons être capable de prendre dans le cadre de ce nouveau régime", a encore mis en garde M. Le Gendre.

    Aucune peur de débordements syndicaux du côté du pouvoir !!!

    Répondre à ce message

  • La CGT continue de proposer des journées d’action successives (mardi puis jeudi) et n’appelle toujours pas à la grève générale illimitée reconductible. Ce sont toujours des décisions par en haut, par le dirigeant en chef, pas par des assemblées de grévistes et même pas par des assemblées de syndiqués !

    Répondre à ce message

  • Le gouvernement joue toujours la comédie d’un bras de fer spectaculaire avec la CGT faisant mine de lui être particulièrement hostile, revenu à l’ancienne posture classique des gouvernants pour maintenir les exploités sous la coupe de la bureaucratie. Il n’y a pas d’autre issue que la mise en place de comités de grèves élus par les assemblées locales et se fédérant.

    Répondre à ce message

  • « On espère qu’ils ne reproduiront pas les erreurs des gouvernements précédents en restant droits dans leurs bottes », a conclu Laurent Brun !

    Erreurs des gouvernements précédents ? Face au mouvement syndical sur les retraites ?!!!

    Mais ce ne sont pas les gouvernements précédents qui avaient échoué alors, mais au contraire les syndicats qui avaient fait échouer la lutte des travailleurs ! Et, eux, ils recommencent de la même manière !

    Mis à part qu’il y a eu les gilets jaunes et que les salariés le savent...

    Quant à l’appel de la CGT au gouvernement de ne pas rester droit dans ses bottes, c’est une proposition de petites améliorations d’une contre-réforme !!!

    Répondre à ce message

  • dans les cortèges, les manifestants ne protestaient pas que contre la réforme des retraites mais l’intersyndicale continue de s’en tenir là. Et elle continue d’apparaitre diriger le mouvement ce qui le rend impuissant !!! Ceux qui ont proposé de mettre les gilets jaunes derrière les syndicats sont directement responsables d’un recul énorme !

    Répondre à ce message

  • Bernard Vivier, directeur de l’Institut supérieur du travail, le danger de la grève contre la réforme des retraites, qui débute ce jeudi, est que les syndicats soient mis sur le banc de touche et que l’on revive la crise des Gilets jaunes, cette fois-ci à l’intérieur des entreprises.

    Lire ici

    Répondre à ce message

  • En fait, ce que ne veut pas dire l’intersyndicale c’est que la lutte des retraites fait partie de la lutte des classes. Car c’est la GRANDE LUTTE contre la privatisation des retraites, de la sécu, de la santé, de la recherche, de l’enseignement, de la gériatrie, du trésor public qui rejoint la GRANDE LUTTE contre la surexploitation des propriétaires privés de capitaux et que ces deux luttes mènent à la LUTTE INEVITABLE pour en finir avec le grand capital avant qu’il n’en finisse vaec nous !!!

    Répondre à ce message

  • Il n’y a pas que la mort au travail avec la réforme des retraites que nous prépare ce gouvernement. Il y a aussi la mort de ceux qui ne trouvent pas de travail, avec la destruction de l’assurance chômage qui est passée comme une lettre à la poste. Ils ont enlevé sur la fiche de paie la ligne qui correspond aux cotisations pour le chômage et cela s’appelle un crime un crime social, c’est un homicide volontaire !

    Répondre à ce message

  • Cette réforme touche tous les salariés et en particulier les précaires (les employées à temps partiel qui sont majoritairement des femmes), les emplois courts, les étudiants, les retraités Cette réforme fait et va faire encore plus de pauvres, encore plus de gens dans la misère, encore plus de famille à la rue avec leurs enfants ! et encore plus de morts ! Quand dans le même temps les membres du gouvernement se sont octroyé une augmentation de 300 euros sur leur prime au logement, quand dans le même temps la fortune de Bernard Arnault s’est multipliée par deux.

    Répondre à ce message

  • C’est une guerre sociale qu’ils nous ont déclarée , une guerre qui aura les mêmes effets qu’une guerre militaire mais elle sera plus lente. Il faut bien se débarrasser de tous ces assistés que l’on accuse de ne pas trouver le travail qu’il n’y a pas.
    Alors, reprenons notre dû, et débarrassons nous de tous ces voleurs. Il est plus que temps de reprendre nos vies en mains, et de décider nous-même de nos conditions d’existence et des conditions d’existence que nous voulons pour nos enfants.

    Répondre à ce message

  • Diviser jeunes et vieux sur les retraites, Philippe nous prend pour des cons !!!

    Répondre à ce message

  • TOUT LE MONDE EST CONTRE LA RETRAITE A 64 ANS !!!

    TOUT LE MONDE EST CONTRE TRAVAILLER PLUS TARD DANS UN MONDE DE CHÔMEURS !!!

    TOUT LE MONDE EST CONTRE MOURIR AU TRAVAIL !!!!

    TOUT LE MONDE EST CONTRE QUE LES RETRAITES SOIENT DES MISÉRABLES !!!

    TOUT LE MONDE EST CONTRE QUE LES INTÉRÊTS PRIVES PROFITENT DE LA MISÈRE DES RETRAITES PUBLIQUES !!!

    TOUT LE MONDE EST CONTRE QUE LES INTÉRÊTS PRIVES PROFITENT DE LA MISÈRE DES HÔPITAUX PUBLICS !!!

    TOUT LE MONDE EST CONTRE QUE LES INTÉRÊTS PRIVES PROFITENT DE LA MISÈRE DES ENSEIGNEMENTS PUBLICS !!!

    TOUT LE MONDE EST CONTRE QUE LES INTÉRÊTS PRIVES PROFITENT DE LA MISÈRE DE LA RECHERCHE PUBLIQUE !!!

    TOUT LE MONDE EST CONTRE LES MILLIARDAIRES ET LEUR GOUVERNEMENT !!!

    Répondre à ce message

  • Bidon l’intersyndicale : UNSA cheminots arrête carrément la grève, la CFDT ne veut qu’une seule journée d’action, la CGT fait semblant pour ne pas laisser les cheminots s’auto-organiser.

    Répondre à ce message

  • L’UNSA-Ferroviaire a indiqué, jeudi 19 décembre, qu’elle marquait une « pause dans le mouvement social pour les congés de fin d’année ». Un moment de répit que le deuxième syndicat de la SNCF a décidé de s’accorder après avoir obtenu des « avancées notables » en faveur des cheminots.

    Ce n’est pas seulement l’UNSA qui baratine, c’est le mythe de l’intersyndicale !

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0