English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS > 10 mesures d’urgence à mettre en place immédiatement face au coronavirus et au (...)

10 mesures d’urgence à mettre en place immédiatement face au coronavirus et au capitalisme agonisant

lundi 2 mars 2020, par Karob, Robert Paris

Coronavirus : Aucune confiance dans les classes dirigeantes !

Non à l’Etat-policier sanitaire pour maintenir la machine à fric !

Les classes dirigeantes du monde entier ont félicité les autorités chinoises dans la gestion sanitaire du coronavirus en Chine. Pourtant il a fallu attendre le 20 janvier pour que les autorités chinoises reconnaissent qu’il y avait une épidémie due à un nouveau coronavirus encore inconnu. Pendant des semaines, les autorités chinoises savaient qu’elles faisaient face à une pandémie potentielle. Mais elles n’ont émis aucun avertissement de santé publique ni en Chine ni dans le monde, alors que des millions de personnes se déplaçaient à Wuhan pour les vacances du Nouvel An. Ce n’est que contraint par la propagation du virus et par les nouvelles qui avaient quand même filtré sur internet et sur les réseaux sociaux que les autorités chinoises se sont décidées à interrompre leur silence.

Mais leur intervention, comme leur non intervention au tout début de l’épidémie, a été dictée non par un souci sanitaire de lutte contre le coronavirus mais pour défendre les intérêts économiques du capitalisme chinois et par extension du capitalisme mondial. En effet, si la Chine capitaliste-stalinienne n’a pas, dans un premier temps, reconnu l’existence du virus c’était pour éviter les seules mesures susceptibles de lutter contre, à savoir le confinement immédiat, l’arrêt de toutes les entreprises non vitales (ex automobile…). Et le confinement supposait l’arrêt de l’économie chinoise qui pèse aujourd’hui 18% de l’économie mondiale. Mettre à l’arrêt l’économie chinoise, c’était mettre à l’arrêt l’économie mondiale, autrement dit mettre à l’arrêt la machine à pognon, la machine à profit qui vit du travail de milliards de travailleurs de par le monde et mettre en péril de mort l’économie mondiale déjà moribonde. Mais, face à la propagation et à la défiance du peuple travailleur de Chine vis-à-vis des autorités, ces dernières n’ont eu d’autres choix que d’intervenir mais toujours selon les intérêts du capitalisme chinois et mondial. En effet afin d’endiguer, ce qu’elles craignaient, à savoir un effondrement financier, les autorités chinoises parlent de recul de l’épidémie afin de relancer l’économie chinoise tout en mettant en place un l’État policier sanitaire qui sous prétexte de lutter contre le coronavirus permet le déploiement notamment de l’armée sur tout le territoire. Ce déploiement n’a pas d’autre but en réalité que de se prémunir d’un soulèvement insurrectionnel du peuple travailleur de Chine. En tout cas, peu de jours après avoir parlé de déclin de la maladie, ces mêmes autorités chinoises sont bel et bien contraintes d’annoncer que c’est reparti à la hausse et de plus belle.

En fait, avant même que le coronavirus s’étende au monde entier, c’est la crise mondiale qui s’y étend, faisant chuter les bourses, faisant monter la valeur de l’argent et de l’or, restreignant de plus en plus massivement l’économie, menaçant tout le système mondial. Ce sont les capitalistes eux-mêmes qui le reconnaissent et en sont affolés. Le commentaire le plus judicieux de ceux-ci consistant à dire que le coronavirus est, pour l’économie mondiale, la crise sanitaire qu’il ne fallait pas au moment où il ne la fallait surtout pas. Et, sur ce seul plan, on peut les croire mais pas du tout sur le reste de leurs déclarations, comme on va le voir.

Si le coronavirus fait vaciller à ce point le capitalisme mondial c’est que ce dernier ne s’est toujours pas remis de l’effondrement de 2007/2008. Il ne survit qu’au prix d’un détournement de fonds publics (argent des Etats et des banques centrales, argent volé aux services publics et aides sociales, argent volé aux travailleurs et aux milieux populaires), vol massif sans précédent de toutes les richesses produites, aiguisant encore plus l’opposition entre une petite minorité de milliardaires qui possèdent tout pendant que le reste de l’humanité ne possède rien. Comme nous pouvons le constater, même face à une pandémie qui menace l’humanité, le capitalisme mondial, ses États et ses gouvernements sont incapables de prendre des mesures favorables aux peuples. Même dans cette situation, la défense des intérêts de la petite minorité de capitalistes est toujours de mise, d’abord et avant tout. La lutte contre la pandémie de la part des classes dirigeantes capitalistes du monde entier ne sera rien d’autre qu’une lutte contre la révolution sociale qui montait dans le monde entier. Quoi de mieux que la peur d’une pandémie mondiale pour que les peuples se jettent dans les bras des États qui se présentent comme le seul rempart ? Oui sous prétexte de lutte contre l’épidémie, on pourra demain interdire toute manifestations, rassemblement ou même enfermer des opposants politiques sous prétexte de maladie voire confiner des villes, des régions entières….

Les fossoyeurs du système de santé public ne peuvent nous protéger de l’épidémie ! Pour se prémunir, A bas l’État et le gouvernement capitaliste !

L’exemple de la France est frappant à ce sujet. Au moment où le gouvernement se réunit pour débattre de la lutte contre le coronavirus, il interdit les rassemblements de plus 5000 personnes en milieu confiné, fait passer l’attaque contre les retraites avec le 49.3 démontrant qu’il est prêt à instrumentaliser le coronavirus contre le peuple travailleur sans mettre aucun moyen réel de lutte contre l’épidémie. En effet, ce ne sont pas les fossoyeurs du système de santé publique qui peuvent prendre les mesures nécessaires à endiguer cette épidémie. L’hôpital public français, déjà au bord de la rupture, n’est pas en mesure de faire face à une telle épidémie. Déjà en sous-effectif, des centaines de travailleurs de l’hôpital se trouvent en mesure de confinement, des services sont fermées…. Comment de telles conditions lutter contre cette épidémie ? Comment faire confiance à un gouvernement qui depuis plus deux ans détruit les conditions de vie des plus modestes, des plus précaires. Comment faire confiance à un gouvernement qui depuis le début diffuse vérités et contre-vérités ? Les autorités françaises ont affirmé que le coronavirus était moins dangereux qu’une grippe pour dire ensuite que c’est le virus qui allait tuer… l’économie mondiale !

Rien n’est davantage expliqué sur les politiques mises en œuvre jusqu’à présent face au coronavirus qui sévit depuis décembre de l’an dernier ? Pourquoi se met-on maintenant à produire en masse des masques pour les pharmacies après avoir dit qu’ils étaient inutiles pour les personnes non malades ? Pourquoi avoir parlé des personnes non atteintes par la maladie alors que l’on ne peut pas le savoir, même après le temps d’incubation et que des personnes non atteintes peuvent transmettre la maladie sans l’avoir contractée ? Pourquoi refuser que toute la population soit masquée ? Pourquoi refuser d’arrêter les communications avec les régions les plus infectées ? Pourquoi ne pas mener une étude sérieuse sur les risques des virus voyageant sur des surfaces matérielles ? Et on en passe encore des dizaines de pourquoi à commencer par pourquoi ne pas avoir lancé dès décembre dernier un plan de mise en œuvre d’un dispositif hospitalier massif en cas d’épidémie ? Pourquoi avoir laissé Buzyn, alors ministre de la Santé, déclarer que la France était déjà prête à faire face à une épidémie avec sept salles dédiées ? Pourquoi l’avoir laissé dire que les masques ne servaient à rien, que le temps de quarantaine garantissait la non dissémination de l’épidémie ? Pourquoi ne pas reconnaître aujourd’hui que tout cela était faux ?

Pourquoi s’être refusé à bloquer les relations aériennes avec la Chine dès le début ? Puis ensuite avec l’Italie ? Pourquoi ne pas avoir mis en place dans les aéroports des points médecin avec passage obligatoire des passagers entrants ? Pourquoi avoir maintenu les activités économiques comme si de rien n’était ?

Est-ce que les messages pour rassurer n’avaient pas pour effet d’empêcher les gens de prendre des précautions ? Est-ce qu’ils n’avaient pas d’abord pour but d’éviter l’effondrement boursier, financier et économique, qui est d’ailleurs tout de même en train d’arriver… La peur qu’ils craignent, c’est d’abord celle des possesseurs de capitaux. La mauvaise santé qui les affole, c’est celle des capitaux. Dans ces conditions, comment croire que l’État capitaliste se mobilise d’abord pour défendre la population face au virus et pas, comme d’habitude, d’abord pour défendre les intérêts des milliardaires, comme on l’a vu face à toutes les catastrophes économiques et sociales. Jamais le pouvoir capitaliste ne soignera notre santé, il est bien trop préoccupé de celle de son régime économique et social, c’est-à-dire de la mainmise d’une infime minorité sur l’essentiel des richesses et jamais il ne sacrifiera quoique ce soit de ce pactole pour le bien de la santé de la population mondiale ! En conséquence, la principale leçon du coronavirus : soignons-nous du pire virus qui soit dans de telles circonstances, celui de la confiance dans les autorités et de la soumission à l’ordre établi ! Oui, face au coronavirus comme face à la crise économique, l’opposition entre exploiteurs et exploités est plus importante que jamais et il est d’autant plus décisif que nous choisissions de ne pas nous solidariser des classes dirigeantes et de ne pas marcher dans la prétendue unité nationale, qui n’est que l’unité avec nos exploiteurs ! Marcher derrière l’État ce se serait donner la corde pour se faire pendre. Ceux qui nous appelleront à marcher derrière lui ou à s’en remettre à sa politique pour lutter contre l’épidémie, disons-le très clairement sont des ennemis déclarés du peuple travailleur. Il ne faut surtout pas mettre en veilleuse nos luttes sociales et politiques face aux vraies causes de catastrophes y compris au virus qui sont toutes liées à la mainmise des milliardaires sur le monde ! Gilets jaunes révolutionnaire plus que jamais, nous combattrons tous les virus capitalistes !

Que Faire face au coronavirus et au capitalisme déliquescent ?

10 mesures d’urgence à mettre en place immédiatement

1- Ne pas compter sur l’Etat capitaliste au service exclusif des trusts, des banques et de la finance pour protéger la population ni pour l’informer. Le secteur public ne doit plus être synonyme de secteur d’État mais de secteur aux mains de la population, organisée dans ce but avec les professionnels du secteur.

2- Ne pas compter sur les moyens d’information et d’organisation habituels, média, institutions, partis, syndicats, associations. Ne compter que sur le peuple travailleur lui-même, organisé dans ses comités de gilets jaunes, s’informant par lui-même, et indiquant lui-même ses consignes de sécurité, de protection sanitaire et sociale en liaison avec les personnels publics de santé.

3- Rendre publiques par cette organisation les véritables études et consignes de santé et de sécurité (masques et de quel type, inhalations et de quel type, protection contre le virus, etc.). Combattre la propagande anti-masques pour les personnes qui se croient non malades et qui peuvent n’être que porteurs sains, malades asymptomatiques ou en incubation. Pour les bien portants, la protection par masques est limitée mais non nulle. Imposer que des tests gratuits soient produits en masse distribuées largement aux personnels de santé, médecins, généralistes, infirmières… Imposer que ces tests coronavirus soient pratiqués pour tout soupçon de coronavirus et pas seulement la quarantaine.

4- Ne pas respecter les intérêts du capital dans cette situation d’urgence : intérêt des compagnies aériennes, intérêts de la finance, des trusts, de la banque et de la bourse, intérêt des trusts pharmaceutiques, etc. N’oublions pas que ce sont les trusts pharmaceutiques qui ont délocalisé leur production massivement en Chine, ne craignant pas de nous jeter dans une catastrophe. Il faut imposer que les patrons cessent de faire pression pour imposer aux salariés d’aller à leur travail s’ils se demandent s’ils ne sont pas en train d’attraper la maladie. Tout licenciement pour non présence au travail doit être dénoncée et interdite sous peine de réquisition de l’entreprise.

5- Mettre en place le service public du médicament qui produit en masse pour pallier la production de la Chine et la production privée capitaliste

6- Reconstruire l’hôpital public comme un service public débarrassé du profit, de la rentabilité, de la T2A (tarification à l’activité), totalement gratuit, ouvert à tous, avec des moyens financiers publics massifs (ceux retirés aux aides aux capitalistes), avec des embauches massives de personnels de santé, avec des moyens matériels massifs.

7- Distribuer massivement et gratuitement tous les matériels de protection à la population y compris celle qui pense n’avoir nullement contracté la maladie (masques adaptés – chirurgicaux, FFP2 et FFP3, inhalateurs, gants, médicaments, mouchoirs, foulards de protection, etc.) Interdiction de faire du profit en spéculant sur la pénurie, en haussant les prix, en faisant des stocks pour les augmenter encore, que ce soit celle de matériels médicaux, de nourriture ou d’autres produits. Si nécessaire, fermeture et réquisition gratuite des entreprises qui spéculent. Interdiction de la spéculation boursière sur le coronavirus et, si nécessaire, fermeture ou réquisition des bourses, des banques et des trusts qui spéculent.

8- Mettre en vacances de toute l’activité économique et sociale, à l’exclusion de celle qui est nécessaire à la santé et à la vie de la population. Maintien du salaire intégral du salaire sans limitation de durée, arrêt de toutes les aides aux grandes entreprises sous prétexte de coronavirus. Transformation des magasins en distribution à domicile sans frais. Fermeture des grands magasins.

9- Assurer la subsistance de tous, salariés hors activité, précaires, chômeurs, personnes âgées, pauvres, démunis, sans logis et sans réaliser de profit. Fermeture ou réquisition gratuite des entreprises ou des capitalistes qui s’y refusent.

10- Interrompre les communications et transports non essentiels (essentiels à la population bien entendu pas aux trusts et au grand capital), les voies aériennes notamment et vérifications des motivations des personnes qui continuent à se transporter sur de longues distances. L’économie et la société du profit ne doit plus être considérée comme un motif essentiel. Interdire les licenciements, le renvoi des précaires et le diminution de salaires dans les entreprises dont l’activité baisse ou réalise moins de profit ou même s’arrête.

Seule la Collectivisation de l’économie sous contrôle des comités du peuple travailleur peut répondre à l’urgence sanitaire et sociale !

Ces mesures nécessitent que le peuple travailleur de France ne s’en remettent pas au pouvoir capitaliste. Elles nécessitent l’organisation du peuple travailleur en comité surtout le territoire. Comités qui doivent se fédérer, discuter de tous les problèmes, voter et mettre en application leur décisions. Cette fédération de comité doit envoyer des mandatés élus, responsables et révocables devant ces comités du peuple travailleur au sein d’un comité fédéral central afin de coordonner les politiques locales des comités. Localement ces comités doivent se coordonner pour donner naissance à des Communes révolutionnaires. Si le peuple veut pouvoir se protéger du coronavirus mais pas seulement, s’il veut se protéger également de la déchéance sociale, de la pauvreté, de la précarité, nous devons contester le pouvoir des grandes fortunes, le renverser et instaurer le pouvoir du peuple travailleur sur la société. Et cela suppose de réquisitionner et d’exproprier toutes les entreprises nécessaires à la lutte contre l’épidémie et à la survie du peuple travailleur.

35 Messages de forum

  • voilà qui est clair et j’ajouterai que la propagande patronale doit être combattue par tous maintenant : quand on nous dit de se laver les mains , on nous prend pour qui ? nous le rabâchons à nos enfants mais par contre les gels hydro alcooliques sont en rupture de stock depuis 2 semaines car ni les entreprises ni les supermarchés n’ont de stock suffisant ! Quand les directions nous conseillent d’éviter le serrage de main le lundi , c’est parce que nous l’avons mis en pratique nous même la semaine d’avant . Quand l’Etat rabâche que les masques ne servent à rien , c’est pour mieux masquer ses reponsabilités dans les ruptures d’approvisionnement et donc les responsabilités des entreprises qui ne peuvent plus garantir la santé des salariés. Les silences des médecins du travail sont très révélatrices, surtout quand les infirmières leur demandent juste de confirmer que ce Covid19 est à déclarer obligatoirement...
    Autre élément important est l’absence quasi totale des CHSCT dans les entreprises et usines : ils ont disparu comme par enchantement ...occupés certainement pas tout un tas de réunions .
    Si nous voulons vraiment nous sortir de cette situation il va vraiment falloir s’organiser nous même et là ce ne sera plus une question de retraite, ou d’emplois pour les vivants car nous pourrions le regretter amèrement.

    Répondre à ce message

  • parmi les mesures immédiates à mettre en place, le nettoyage chez soi des éléments que nous touchons avec nos mains. Les huiles essentielles sont très efficaces et encore trouvables en parapharmacie, sinon le vinaigre blanc fera l’affaire aussi. Boire de l’eau minérale en bouteille. Bien faire cuire les aliments. Evidemment, mettre des gants (jetables de préférence sinon à laver) pour se déplacer en transport en commun (si obligés) et un masque de chirurgien . Au travail (pour ceux dont l’activité n’est pas indispensable comme les usines militaires, aéronautiques, automobiles,écoles, entreprises bancaires,de tourismes etc..) , il faut s’organiser collectivement et excercer son droit de retrait le temps nécessaire : cela voudra dire aussi exiger de continuer à être payer en résistant aux pressions consistant à nous faire prendre tous nos jours de congés. Pour tout cela nous ne pouvons pas compter sur les syndicats : il va falloir se passer d’eux !

    Répondre à ce message

  • Le gouvernement va délivrer tellement peu de masques aux pharmacies qu’il a édicté cette règle :

    « Les masques anti-projection ne seront délivrés dans les pharmacies que sur prescription médicale. »

    Pour justifier la pénurie, il prétend que les masques sont réservés aux malades mais, comme on ne peut pas savoir qui est malade, qui est en incubation, qui est porteur sain de germes, qui n’est vraiment pas malade, toute la population devrait avoir des masques.

    Mais Macron-Buzyn avaient refusé de les produire !!!

    Répondre à ce message

  • Je suis étonné que vous citiez l’inhalation comme mode de protection possible contre le coronavirus, n’ayant lu aucune étude médicale allant dans ce sens.

    Répondre à ce message

  • Le gouvernement va délivrer tellement peu de masques aux pharmacies qu’il a édicté cette règle :

    « Les masques anti-projection ne seront délivrés dans les pharmacies que sur prescription médicale. »

    Pour justifier la pénurie, il prétend que les masques sont réservés aux malades mais, comme on ne peut pas savoir qui est malade, qui est en incubation, qui est porteur sain de germes, qui n’est vraiment pas malade, toute la population devrait avoir des masques.

    Mais Macron-Buzyn avaient refusé de les produire !!!

    Répondre à ce message

  • Pourquoi les masques seraient utiles aux professions de santé non malades pour se protéger et ne serviraient à rien pour se protéger pour des personnes qui ne travaillent pas dans la santé, comme le prétend le gouvernement ?!!

    Répondre à ce message

  • Les tentatives de l’Administration Trump de minimiser le danger posé par le coronavirus sont submergées par la propagation rapide de la maladie aux États-Unis. Des scientifiques avertissent qu’un pourcentage important de la population tombera dangereusement malade.

    Il est maintenant admis que le virus se propage aux États-Unis sans être détecté depuis des semaines. Des cas de coronavirus ont été confirmés dans 16 États et neuf personnes sont décédées. La Californie, Washington et New York ont détecté des foyers de « transmission communautaire » d’« origine inconnue », ce qui signifie que des centaines, voire des milliers de personnes peuvent être infectées dans tout le pays.

    La propagation de la maladie dans la population a mis en évidence l’effroyable manque de préparation des États-Unis pour répondre efficacement à l’apparition d’une pandémie. Bien que les scientifiques avertissent depuis au moins deux décennies qu’un événement de ce type était très probable, voire inévitable, les autorités fédérales et celles des États réagissent par des improvisations désorganisées et inefficaces.

    À ce jour, il n’y a toujours pas d’effort national bien coordonné pour effectuer des tests visant à déterminer qui peut être infecté, afin de contenir la propagation du virus. Alors que la Chine a testé des millions de personnes, les États-Unis n’en ont testé que plusieurs centaines.

    Les réseaux sociaux rapportent de nombreux cas d’individus et de travailleurs médicaux cherchant désespérément à obtenir un test, pour eux-mêmes et leurs patients, mais dont on a rejeté la demande plusieurs fois et sans explications. Cela a déjà conduit à une série de transmissions et de décès évitables. Des dizaines de premiers intervenants et de travailleurs médicaux de la côte ouest sont tombés malades.

    Répondre à ce message

  • Les gouvernements lésinent sur les fonds pour lutter contre le coronavirus, mais ouvrent les robinets pour les banques et les trusts ! Pour nous défendre, il nous faudra les renverser et pour cela il faut nous organiser de manière révolutionnaire ! C’est vital !

    Répondre à ce message

  • Une infirmière qui se targait d’en savoir plus que moi m’a demandé ce que je savais des "porteurs sains" expression que je venais d’utiliser.

    Ma réponse a été simple : il s’agit de quelqu’un qui n’est pas malade mais qui peut transmettre le virus ou la maladie. Que n’avais-je pas dit là ! Cela lui a suffit pour me dire que je ne savais pas ce qu’étais un porteur sain.

    Elle a voulu en rester là. En fait, elle me reprochait d’avoir éviter une poignée de main à une tierce personne que nous connaissons tous deux.

    Je n’ai pas vraiment saisi en quoi consistait mon ignorance. Je lui ai indiqué que son attitude ne permettrait pas que je sois mieux informé, précisément parce qu’elle me reprochait de n’être pas informé...

    Quelqu’un pourrait-il préciser au moins cette notion de « porteur sain » ?

    Merci. Bonne soirée/Bonne journée.

    Répondre à ce message

  • En fait cette notion claire en soi : pas malade car il a attrapé mais son corps s’est défendu efficacement mais capable de contaminer ses voisins. Ensuite, elle dépend de chaque maladie. Certaines maladies n’ont pas de porteurs sains. D’autres comme le sida ou ce coronavirus en ont. Ils ont été systématiquement négligés depuis le début de cette crise.

    Répondre à ce message

  • L e principal syndicat infirmier des USA, le NNU, a dénoncé l’état d’impréparation ainsi que le manque d’équipements de protection et de formation des professionnels de santé dans de nombreux hôpitaux et cliniques.

    Le syndicat a en outre critiqué la gestion de l’épidémie à venir par les autorités fédérales, tardive et pas assez rigoureuse à ses yeux.

    Chargé par Donald Trump de coordonner la lutte contre le coronavirus, le vice-président Mike Pence a reconnu que le pays ne disposait pas d’assez de tests à ce jour pour satisfaire la demande attendue.

    En visite dans l’Etat de Washington (nord-ouest), le plus touché par l’épidémie avec plus de 70 cas et 11 morts, Mike Pence a toutefois annoncé que des kits seraient "livrés à travers le pays dans les prochains jours pour permettre de tester environ 1,2 million d’Américains".
    Quatre millions d’autres kits devraient suivre "d’ici la fin de la semaine prochaine", a-t-il ajouté.

    Répondre à ce message

  • Les mesures gouvernementale toujours aussi incohérentes : des spectacles interdits alors qu’on oblige les agents du métro à travailler dans des stations bondées et qu’on autorise les messes dans les églises !!!

    Répondre à ce message

  • Le ministre de l’Economie a convoqué vendredi matin les grands banquiers et les assureurs, ainsi que le gouverneur de la Banque de France pour les appeler à soutenir les entreprises en difficultés touchées par le coronavirus.

    Pas pour soutenir les personnes frappées par la maladie ou la perte d’activité !!!

    Répondre à ce message

  • Après avoir prétendu que son principal but était de rassurer les Français, il démontre qu’il vaut d’abord et avant tout les tenir en les affolant, en leur disant qu’ils ne pourront rien contre un virus inexorable, que la propagation ne peut pas être empêchée, qu’il n’y a rien à faire alors que juste avant il disait que c’était son deuxième but : empêcher la propagation !!!

    En fait, le but numéro un dans un naufrage, c’est d’enlever le gouvernail au capitaine qui a envoyé le bateau dans les écueils !!!

    Répondre à ce message

  • Le gouvernement a annoncé la validation d’un décret permettant de déplafonner les heures supplémentaires à l’hôpital. Cela devrait permettre, selon Olivier Véran, d’assurer plus facilement la continuité des soins dans les services des hôpitaux. Concrètement, cette mesure doit faciliter la réquisition du personnel hospitalier, pour éviter une pénurie d’infirmiers ou de médecins.

    Cela permet de continuer à refuser d’embaucher du personnel dans l’hôpital public et d’épuiser les personnels en place qui vont tomber malades en masse !!!

    Répondre à ce message

  • En France, les rassemblements de plus de 1 000 personnes sont interdits, a annoncé dimanche soir Olivier Véran, le ministre de la santé, à la sortie du conseil de défense organisé à l’Elysée.
    Il a demandé aux préfets de constituer une liste de rassemblements « utiles à l’intérêt de la nation », prenant pour exemple « les manifestations, les concours, les transports en commun », qui seront exemptés d’interdiction.

    Tout est dit !

    Croyez vous que les manifestations sociales pour défendre nos conditions de vie, vont être jugées utiles à la nation ?

    Répondre à ce message

  • 1 000 tests de dépistage du coronavirus sont pratiqués chaque jour, a précisé le ministère de la Santé. C’est évidemment beaucoup trop faible face à une pandémie : c’est vider la mer avec un seau !!!

    Répondre à ce message

  • La mesure d’urgence, c’est d’imposer que toute la population dispose de masques et s’en serve !!!

    Répondre à ce message

  • La première mesure, c’est de ne plus suivre le gouvernement capitaliste !!!

    « Lorsque dans le cours des événements humains […] Toutes les fois qu’une forme de gouvernement devient destructive de ce but, le peuple a le droit de la changer ou de l’abolir. »

    Voilà ce qu’affirme le texte fondateur de la révolution américaine !

    Répondre à ce message

  • Absurde !!!

    Le stade 3 entraînera “la mobilisation complète du système sanitaire hospitalier et de ville” (médecins généralistes, infirmières, etc.), lit-on sur le site gouvernement.fr. Dans cette configuration, les gens infectés par le nouveau coronavirus n’iront plus systématiquement à l’hôpital : les patients sans gravité (80% des cas selon les études internationales) resteront chez eux. Les généralistes seront alors en première ligne pour lutter contre l’épidémie.

    Sauf que les généralistes ne disposent d’aucun test coronavirus et qu’on n’envisage même pas de les en doter et ce pour une raison très simple : il n’y en a même pas assez pour les SAMU et les services hospitaliers prétendument spécialisés pour le coronavirus au stade 2 !!!

    Autre mesure absurde : au stade 3, on va bloquer une partie des transports. C’est-à-dire qu’on va les bloquer quand on estimera que la maladie s’est propagée partout, quand on ne peut plus l’empêcher de se propager !!! Alors que bloquer les transports n’a d’intérêt que pour bloquer l’épidémie !!!

    Le conseil des ministres s’est tenu dans le salon Murat, une pièce plus vaste que celle habituellement utilisée le mercredi, et les membres du gouvernement étaient ”à une distance très raisonnables les uns des autres” par précaution. Mais les travailleurs, eux, contraints de s’entasser dans les transports ne sont pas « à une distance raisonnable » !!!

    Et il n’y a toujours pas de masques pour l’ensemble de la population !!!

    On continue à nous bassiner avec le discours selon lequel il est quasiment interdit de porter un masque si on n’est pas déclaré malade du coronavirus !!! C’est absurde puisque dans le même temps on déclare que les personnels de santé, eux, sont protégés du coronavirus en portant un masque !!!

    Et on nous dit que le masque doit être porté par ceux qui ont la maladie !!!

    En somme le masque bloquerait la maladie dans un sens et pas dans l’autre ?!!!

    Répondre à ce message

  • Ce qui est identique d’un pays à l’autre, ce n’est pas les mesures sanitaires mais celles d’aide au capitalisme : cent fois plus d’argent pour la santé des capitalistes que pour celle des personnes !!!

    Répondre à ce message

  • Même les quelques mesures de bons sens sont prises systématiquement trop tard quand c’est déjà fait comme la fermeture des écoles.

    Par exemple, la faculté d’Orsay signale quelques cas de coronavirus parmi ses étudiants et personnels et ne ferme toujours pas. Il faut que le virus soit en pleine propagation dans la faculté pour qu’elle arrête... trop tard !!!

    Répondre à ce message

  • Pas assez d’argent pour des masques, des tests, des matériels respiratoires, des effectifs de soins, mais des milliards pour soutenir les capitalistes !!!

    La Chine a débloqué 43 milliards de dollars pour aider ses entreprises, le Japon quatre milliards de dollars, l’Angleterre 35 milliards d’euros et l’Italie 25 milliards d’euros. Aux États-Unis, la Fed va baisser ses taux d’intérêts (tout comme la banque d’Angleterre) pour faciliter l’accès au crédit des acteurs économiques, qui bénéficieront aussi d’une suspension de trois mois de taxe sur les salaires, soit plus de 300 milliards de dollars. En France, le gouvernement met lui aussi en place des mesures d’aide pour les entreprises dont la somme n’est pas connue puisqu’elle « n’a pas de limite ». Enfin, l’Union européenne a annoncé un fonds d’investissement de 25 milliards d’euros (essentiellement des fonds existants). Mais si la Banque centrale européenne prévoit d’acheter 120 milliards d’euros de dettes supplémentaires d’ici la fin de l’année et un programme de prêts pour aider les PME, celle-ci laisse ses taux inchangés.

    Répondre à ce message

  • Le monde entier arrête progressivement les liaisons aériennes et ferme les frontières maintenant que c’est beaucoup trop tard !!!

    Répondre à ce message

  • Bonjour à tous ! Le coronavirus s’ajoute à une liste très longue de problèmes sociaux trouvant pour cause le capital. Le mode de production capitaliste est en crise. Les marchés financiers se sont effondrés. Un virus est en train de tuer le peuple travailleur, alors que les représentants du capital (et non les représentants du peuples) ne peuvent absolument pas protéger la population. Ce n’est pas la première crise et elle ne sera pas la dernière : le capital engendre des crises d’une manière récurrente. Le mode de production capitaliste est arrivé à un stade de développement dans lequel il veut faire toujours plus de profits, mais sans passer par les procès de production : donc faire du fric en produisant le moins possible (capitalisme spéculatif). Nous assistons donc à une réunion de plusieurs crises : coronavirus, économie fragile, aggravation de la misère, violence policière, politique corrompus et dégénéré (cas Grivaux), etc, etc ! Pourtant, la solution existe. L’économie qui s’effondrerait ne trouve pas pour cause le coronavirus ! L’économie capitaliste est appelée à s’effondrer, meme sans le coronavirus sous le poid de ses propres contradictions ! La classe ouvrière, les couches populaires, la majoritée de la population donc peut prendre en main son avenir, sans passer par des responsables non légitimes qui ne représentent uniquement leur classe bourgeoise en réalité. Le peuple travailleur prend le pouvoir politique et c’est ainsi qu’il socialisera les moyens de productions et d’échanges. Nous nous débarrasserons du mode de production capitaliste pour passer au mode de production socialiste : il est le seul qui pourrait nous protéger véritablement ! Il est temps que le front uni se declenche pour l’émancipation du peuple travailleur. Avec des camarades, nous avons constitué un collectif dans ce sens. Venez discuter et débattre avec nous ! Fraternellement. Jimmy dalleedoo pour le collectif.

    Répondre à ce message

  • Il y a, dans cette invitation à l’unité prolétarienne et communiste, un manque cruel dans cet appel : l’auto-organisation du peuple travailleur et le type de "pouvoir" socialiste !!! Ce manque se reflète dans le fait qu’il n’y a aucune leçon tirée de l’épisode juste précédent de « lutte unitaire » faussement intitulée « des retraites » !

    Lire ici le point de vue de Jimmy dalleedoo

    Répondre à ce message

  • Leurs mesures de sécurité augmentent l’insécurité !

    Oui des mesures uniquement pour sauver l’économie capitaliste et pas la population. Pareil pour les transports en commun. Ils vont supprimer des trains bus etc et donc favoriser le confinement dans ceux qui roulent.

    Pas de masques ! Pas de consignes de mettre des masques, des foulards, des écharpes !

    Pas même d’explications sur la manière de recycler un masque et une écharpe utilisés !

    Pas de tests ! Même les généralistes n’en ont pas !

    Pas de matériels respiratoires....

    Pas d’inhalateurs !

    etc, etc...

    Le confinement est limité puisque le travail continue...

    Pas de protection réel des personnels de santé ou de crèches au travail...

    Donc les gouvernants laissent sciemment l’épidémie se développer, prétendant qu’il faut attendre que la population développe son immunité ou meure !!!

    C’est leur système et leur pouvoir pourri qui va devoir mourir

    Répondre à ce message

  • Des masques, des tests, des gants, des inhalateurs, des matériels respiratoires, des foulards, des embauches massives de personnels soignants ! Contrôlons nous-mêmes les stocks de nourriture ! A bas l’état d’urgence policière et pas sanitaire ! Et ôtons le pouvoir à ceux qui nous ont jeté dans la tourmente !

    Répondre à ce message

  • Effectivement, non à l’Etat-policier sanitaire !!!

    Ils parlent maintenant de mettre six mois de prison en cas de non respect du confinement !!!

    Répondre à ce message

  • Le président de la Fédération des médecins (FMF) affirme que la première mesure consiste à "arrêter absolument les transports en commun" et "réquisitionner les taxis pour faire en sorte que ceux qui ont vraiment besoin de travailler puissent y aller dans des transports individuels, qui seraient protégés avec des charlottes, des masques et des blouses".

    Répondre à ce message

  • CONFINEMENT A GEOMETRIE VARIABLE ?
    Pour faire respecter le confinement, le gouvernement a déployé 100 000 forces de l’ordre sur le territoire, avec carte blanche.

    Comme on pouvait malheureusement s’y attendre, c’est dans les quartiers les plus pauvres et contre des habitants non-blancs que la police se déchaîne. Des vidéos de violences gratuites commencent à circuler sur les réseaux sociaux. On voit en banlieue parisienne des agents percuter ou frapper des jeunes. A Barbès, c’est une jeune femme noire qui a subi un placage ventral.
    Dans le même temps, dans les beaux quartiers parisiens, la foule a pu se promener tranquillement au soleil sans subir ni coups ni immobilisations.

    Rappelons une évidence : le confinement est beaucoup plus dur lorsque l’on vit en famille nombreuse dans un petit appartement de banlieue qu’en couple dans une grande maison avec jardin.

    Répondre à ce message

  • L’"état d’urgence sanitaire" se poursuit et il n’est pas prêt de s’arrêter car il a pour vocation d’arrêter toute manifestation sociale et politique contre la dictature qui se met en place pour accompagner l’effondrement du capitalisme qui se poursuivra quelque soient les suites de la pandémie.

    Il est donc vital de développer partout une véritable explication de ce qui se passe actuellement dans le monde (et pas dans un pays en se polarisant sur les annonces politiques d’un seul gouvernement, fusse pour les conspuer).

    Répondre à ce message

  • On peut également remarquer que le caractère fasciste du nouveau régime est manifeste dans le fait de faire appel non seulement aux forces classiques de répression de la police et de l’armée mais aussi à des forces supplétives, locales ou régionales, et même nationales, autres fonctionnaires, milices ou volontaires...

    Répondre à ce message

  • Même s’ils ne l’admettent généralement pas publiquement, il est clair que les gouvernements européens ont adopté une approche d ’« immunité collective » soi-disant pour lutter contre le virus, en fait justement pour ne pas lutter contre et laisser le virus se propager au maximum.

    Il s’agit de prétendre qu’on arrivera ainsi plus vite à des réactions immunitaires d’ensemble de la population quitte à avoir un grand nombre de morts mais un arrêt économique plus minime...

    L’épidémiologiste d’État Anders Tegnell a décrit la stratégie de la Suède dans une interview le 8 avril : « tout épidémiologiste sérieux sait que seule l’immunité du troupeau finira par ralentir la propagation du virus. Rien d’autre ne le ralentira à long terme ... et nous sommes loin d’un vaccin. »

    Comme nous le savons, le Royaume-Uni a abandonné cette approche lorsque les recherches de l’Imperial College de Londres ont montré que cela risquerait de tuer 250 000 personnes. Laisser la population s’exposer au virus sans tenir compte de la pénurie de lits de soins intensifs, d’hôpitaux mal équipés, de personnel médical surchargé de travail, de maisons de retraite médicalement mal préparées et d’établissements de santé épuisés en raison de décennies de coupures et de privatisations expose les véritables priorités du suédois gouvernement.

    En fait, rien ne prouve qu’existe cette "immunité naturelle" collective ou individuelle !!! Ils veulent seulement immuniser le capitalisme contre la révolution sociale en cassant le moral des exploités et en les rendant dépendant des Etats censés les protéger de la mort qui rôde !!!

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0