English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > L’hôpital public diminué, affaibli, agressé par Macron-Buzn se heurte de plein (...)

L’hôpital public diminué, affaibli, agressé par Macron-Buzn se heurte de plein fouet au coronavirus

jeudi 5 mars 2020, par Robert Paris

L’hôpital public diminué, affaibli, agressé par Macron-Buzn se heurte de plein fouet au coronavirus

Des consignes changeantes mais une situation qui ne change pas : pas de moyens supplémentaires !

Quel hôpital fait quoi, qui faut-il hospitaliser ou ne pas hospitaliser, comment les isoler, combien de temps, comment les traiter, qui doit être testé, comment les tester, comment les protéger, comment protéger aussi les personnels, sur tous ces points et bien d’autres encore, les consignes changent sans cesse. Un guide de quarante deux pages a été pondu par des gens qui ne savent même pas quel est réellement la période d’incubation, comment le virus se transmet, qui sont les porteurs sains, quels tests utiliser, etc. Il n’y a déjà pas assez de salles et de lits et il faut spécialiser des « salles d’isolement » ! Les hôpitaux « doivent se préparer à recevoir un patient (contaminé) qui se présenterait fortuitement », explique ce document et « disposer d’une chambre ou box d’isolement séparée des autres zones de soins, et équipée du strict nécessaire : téléphone, thermomètres, masques de protection. Les protocoles de décontamination des locaux et la gestion des déchets doivent être formalisés par écrit et les services d’urgence doivent présenter un affichage et une signalétique appropriés, en français, en anglais et en chinois. » Ces règles d’hygiène et de sécurité étaient déjà inapplicables vu le manque d’effectifs et de moyens, même avant l’épidémie !!! La France est tellement préparée à l’épidémie comme disait Buzyn qu’il n’y a ni masques, ni solutions hydro-alcooliques, au point que leurs prix flambent, ni rien de prévu dans les EPHAD, ni effectifs dans les hôpitaux.

Les personnels des hôpitaux en première ligne

A l’hôpital Tenon, c’est trois agents de l’hôpital qui ont été reconnus malades du coronavirus et dans bien d’autres hôpitaux aussi, les personnels de santé sont touchés comme dans les hôpitaux de Creil et de Compiègne, etc… Avec au départ un seul malade, les urgences de Tenon n’acceptaient déjà plus ni pompiers ni smur et 56 soignants étaient en confinement avant d’être renvoyés traiter les malades ! Prêt pour une épidémie, l’hôpital public en France, mentait Buzyn, ministre de la santé publique vendue à la santé privée !

Faites ce que je vous dis, pas ce que je fais

Coronavirus ou pas, la préoccupation du gouvernement, on le voit bien n’est pas la population, ce n’est pas les travailleurs, ce n’est pas le personnel soignant. Sa préoccupation c’est de défendre la santé privée et les intérêts politiciens de Macron. Le cas de l’ancienne ministre de la santé Buzyn est édifiant. Elle n’a pas hésité une seule seconde à lâcher les soignants qui sont en grève depuis plusieurs mois. Même la menace d’une pandémie au coronavirus, en tant qu’elle même médecin ne l’a pas sensibilisé et ne l’a pas retenue. Elle a quitté le bateau avant que le bateau ne coule alors qu’elle était le capitaine. Et il faudrait que, nous personnels de santé, mettions nos vies en péril pour continuer à servir l’économie capitaliste !

Qui devrons- nous combattre, ce virus ou.... ?

A Saint Antoine comme un peu partout dans les hôpitaux, il y a rupture de stock de désinfectant, les masques sont en compte goutte, etc... Ce sont les gouvernements qui font des choix comptables de la santé, refusant de maintenir le service public. Malgré des grands spécialistes qui prévoyaient la résurgence de certains germes très inquiétant, menaçant dans les années à venir, les gouvernants ont détruit l’hôpital public. Et ils auront donc du mal à faire face à des catastrophes. La raison en est simple. Toute l’année les effectifs sont en souffrance faute de personnel et que la politique des directions et du gouvernement, c’est d’en réduire encore davantage. C’est la même chose pour le matériel. Les stocks sont gérés à flux tendu. Après rupture de stock d’un bon nombre de produits le plus élémentaire, le personnel à du mal à trouver du gel hydro-alcoolique pour la désinfection des mains. Alors si pendant toute l’année il n’y a pas de moyens humain et matériel pour faire fonctionner l’hôpital, ce n’est pas avec la pandémie de coronavirus que ces moyens vont être trouvés.

Macron méprise les personnels de santé

Répondant à Macron, un neurologue de la Pitié Salpêtrière : « C’est sur un hôpital fragilisé que va survenir cette crise sanitaire. En clair, on pourrait être confronté à une difficulté à hospitaliser les patients dans les services des maladies infectieuses. Nous avons demandé un correctif budgétaire, et pour l’instant, il n’a absolument été accordé. » Macron lui a répondu : « Vous pouvez compter sur moi. L’inverse reste à prouver. » Menace à peine voilée. Puis : « Il n’a rien à voir avec le coronavirus ». Comme si lui en sait plus qu’un médecin de la Salpêtrière !!!

Hirsch rassure qui ?

Après des années de privations, l’hôpital aborde l’épidémie de coronavirus en fort mauvaise posture. Près d’un millier de lits sont fermés au sein du groupe faute d’infirmiers ou d’aides-soignants et plusieurs milliers si on compte le nombre d’années d’austérité et de destruction du service public de santé. « Nous faisons face en nous adaptant à une situation tenant compte de nos difficultés d’effectifs, qui sont bien connues. Mais grâce au professionnalisme de tous, ce n’est ni la tempête, ni le bazar », prétend Martin Hirsch, qui cherche à rassurer : « Notre objectif est d’éviter la mortalité. Ca se joue dans certains services très spécialisés, que l’on préserve pour ne pas être pris de court ». Hirsch, loin de revenir sur son austérité à l’hôpital, continue son blabla !!!

Le ministre totalement solidaire mais de qui ?

« Nous ferons preuve d’une solidarité totale vis-à-vis de tous les entrepreneurs qui aujourd’hui sont en première ligne. » Ni de patients ni des personnels ni des malades ni des familles des morts ! Le ministre de l’Économie Le Maire s’est dit prêt ce lundi à « débloquer ce qu’il faudra » pour venir en aide… A qui ? Aux hôpitaux ? Aux patients ? Aux familles des malades et des morts ? Pallier au manque de médicaments et de matériels ? Pas du tout : aux patrons des entreprises françaises et il ne lésinera pas sur les milliards à distribuer !!!

3000 € pour tous et pas de cadeau au patronat

Alors qu’on est en pleine crise sanitaire, on voit encore mieux que ce qui a de l’importance pour le gouvernement ce n’est pas la gestion de la crise de coronavirus. Non, c’est d’imposer son projet de réforme de retraites par le 49.3, pour faire plaisir aux grands patrons. Pendant que meurent des gens et que les personnes s’inquiètent pour leur vie, qu’à cela ne tienne, le 1er ministre profite pour faire ses coups en douce. Imposons 3000 euros de retraite pour tous !

Le ministre de la santé avance… masqué !

« Le ministère de la santé ne recommande pas le port du masque chirurgical pour les personnes non-malades car son efficacité n’est pas démontrée. » pouvait on lire sous Buzyn. Le nouveau ministre déclare lancer la production en masse de masques tout en affirmant sans cesse qu’ils ne sont pas utiles !!! « Le lavage des mains est plus efficace que les masques faciaux avec ce virus, surtout si vous n’êtes pas infecté » pouvait-on lire !!! Mais on sait maintenant que l’on ne peut pas savoir si on est infecté ou pas !!! Quant au nouveau ministre il interdit aux pharmacies de vendre des masques à ceux qui n’ont pas de prescription médicale pour cela ! Pour cacher qu’il n’a pas prévu de produire des masques en quantité suffisante pas plus que des produits hydro-alcooliques. « Personne n’a besoin de porter un masque si un médecin ne le demande pas », a martelé le ministre français de la santé. Inutiles aux non-malades pour se protéger du virus, les masques ? Si cela ne servait à rien pour protéger les personnes bien portantes, pourquoi en donner dans les bureaux de vote et pourquoi le gouvernement recommande les masques aux personnels de santé ?!!

Coronavirus : non à l’Etat-policier « sanitaire » pour maintenir la machine à fric !

Les classes dirigeantes du monde entier ont félicité les autorités chinoises dans la gestion sanitaire du coronavirus en Chine. Pourtant il a fallu attendre le 20 janvier pour que les autorités chinoises reconnaissent qu’il y avait une épidémie due à un nouveau coronavirus encore inconnu. Pendant des semaines, les autorités chinoises savaient qu’elles faisaient face à une pandémie potentielle. Mais elles n’ont émis aucun avertissement de santé publique ni en Chine ni dans le monde, alors que des millions de personnes se déplaçaient à Wuhan pour les vacances du Nouvel An. Ce n’est que contraint par la propagation du virus et par les nouvelles qui avaient quand même filtré sur internet et sur les réseaux sociaux que les autorités chinoises se sont décidées à interrompre leur silence.

Mais leur intervention, comme leur non intervention au tout début de l’épidémie, a été dictée non par un souci sanitaire de lutte contre le coronavirus mais pour défendre les intérêts économiques du capitalisme chinois et par extension du capitalisme mondial. En effet, si la Chine capitaliste-stalinienne n’a pas, dans un premier temps, reconnu l’existence du virus c’était pour éviter les seules mesures susceptibles de lutter contre, à savoir le confinement immédiat, l’arrêt de toutes les entreprises non vitales (ex automobile…). Et le confinement supposait l’arrêt de l’économie chinoise qui pèse aujourd’hui 18% de l’économie mondiale. Mettre à l’arrêt l’économie chinoise, c’était mettre à l’arrêt l’économie mondiale, autrement dit mettre à l’arrêt la machine à pognon, la machine à profit qui vit du travail de milliards de travailleurs de par le monde et mettre en péril de mort l’économie mondiale déjà moribonde. Mais, face à la propagation et à la défiance du peuple travailleur de Chine vis-à-vis des autorités, ces dernières n’ont eu d’autres choix que d’intervenir mais toujours selon les intérêts du capitalisme chinois et mondial.

Avant même que le coronavirus s’étende au monde entier, c’est la crise mondiale qui s’y étend, faisant chuter les bourses, faisant monter la valeur de l’argent et de l’or, restreignant de plus en plus massivement l’économie, menaçant tout le système mondial. Ce sont les capitalistes eux-mêmes qui le reconnaissent et en sont affolés. Le commentaire le plus judicieux de ceux-ci consistant à dire que le coronavirus est, pour l’économie mondiale, la crise sanitaire qu’il ne fallait pas au moment où il ne la fallait surtout pas. Et, sur ce seul plan, on peut les croire mais pas du tout sur le reste de leurs déclarations, comme on va le voir.

Si le coronavirus fait vaciller à ce point le capitalisme mondial c’est que ce dernier ne s’est toujours pas remis de l’effondrement de 2007/2008. Il ne survit qu’au prix d’un détournement de fonds publics (argent des Etats et des banques centrales, argent volé aux services publics et aides sociales, argent volé aux travailleurs et aux milieux populaires), vol massif sans précédent de toutes les richesses produites, aiguisant encore plus l’opposition entre une petite minorité de milliardaires qui possèdent tout pendant que le reste de l’humanité ne possède rien. Comme nous pouvons le constater, même face à une pandémie qui menace l’humanité, le capitalisme mondial, ses États et ses gouvernements sont incapables de prendre des mesures favorables aux peuples. Même dans cette situation, la défense des intérêts de la petite minorité de capitalistes est toujours de mise, d’abord et avant tout. La lutte contre la pandémie de la part des classes dirigeantes capitalistes du monde entier ne sera rien d’autre qu’une lutte contre la révolution sociale qui montait dans le monde entier. Quoi de mieux que la peur d’une pandémie mondiale pour que les peuples se jettent dans les bras des États qui se présentent comme le seul rempart ? Oui sous prétexte de lutte contre l’épidémie, on pourra demain interdire toute manifestation, rassemblement ou même enfermer des opposants politiques sous prétexte de maladie voire confiner des villes, des régions entières….

Les fossoyeurs du système de santé public ne peuvent nous protéger de l’épidémie ! Pour se prémunir, A bas l’État et le gouvernement capitaliste !

L’exemple de la France est frappant à ce sujet. Au moment où le gouvernement se réunit pour débattre de la lutte contre le coronavirus, il interdit les rassemblements de plus 5000 personnes en milieu confiné, fait passer l’attaque contre les retraites avec le 49.3 démontrant qu’il est prêt à instrumentaliser le coronavirus contre le peuple travailleur sans mettre aucun moyen réel de lutte contre l’épidémie. En effet, ce ne sont pas les fossoyeurs du système de santé publique qui peuvent prendre les mesures nécessaires à endiguer cette épidémie. L’hôpital public français, déjà au bord de la rupture, n’est pas en mesure de faire face à une telle épidémie. Déjà en sous-effectif, des centaines de travailleurs de l’hôpital se trouvent en mesure de confinement, des services sont fermées…. Comment de telles conditions lutter contre cette épidémie ? Comment faire confiance à un gouvernement qui depuis plus deux ans détruit les conditions de vie des plus modestes, des plus précaires. Comment faire confiance à un gouvernement qui depuis le début diffuse vérités et contre-vérités ? Les autorités françaises ont affirmé que le coronavirus était moins dangereux qu’une grippe pour dire ensuite que c’est le virus qui allait tuer… l’économie mondiale !

Rien n’est davantage expliqué sur les politiques mises en œuvre. Pourquoi se met-on maintenant à produire en masse des masques pour les pharmacies après avoir dit qu’ils étaient inutiles pour les personnes non malades ? Pourquoi avoir parlé des personnes non atteintes par la maladie alors que l’on ne peut pas le savoir, même après le temps d’incubation et que des personnes non atteintes peuvent transmettre la maladie sans l’avoir contractée ? Pourquoi refuser que toute la population soit masquée ? Pourquoi refuser d’arrêter les communications avec les régions les plus infectées ? Pourquoi ne pas mener une étude sérieuse sur les risques des virus voyageant sur des surfaces matérielles ? Et on en passe encore des dizaines de pourquoi à commencer par pourquoi ne pas avoir lancé dès décembre dernier un plan de mise en œuvre d’un dispositif hospitalier massif en cas d’épidémie ? Pourquoi avoir laissé Buzyn, alors ministre de la Santé, déclarer que la France était déjà prête à faire face à une épidémie avec sept salles dédiées ? Pourquoi l’avoir laissé dire que les masques ne servaient à rien, que le temps de quarantaine garantissait la non dissémination de l’épidémie ? Pourquoi ne pas reconnaître aujourd’hui que tout cela était faux ?

Pourquoi s’être refusé à bloquer les relations aériennes avec la Chine dès le début ? Puis ensuite avec l’Italie ? Pourquoi ne pas avoir mis en place dans les aéroports des points médecin avec passage obligatoire des passagers entrants ? Pourquoi avoir maintenu les activités économiques comme si de rien n’était ?

Est-ce que les messages pour rassurer n’avaient pas pour effet d’empêcher les gens de prendre des précautions ? Est-ce qu’ils n’avaient pas d’abord pour but d’éviter l’effondrement boursier, financier et économique, qui est d’ailleurs tout de même en train d’arriver… La peur qu’ils craignent, c’est d’abord celle des possesseurs de capitaux. La mauvaise santé qui les affole, c’est celle des capitaux. Dans ces conditions, comment croire que l’État capitaliste se mobilise d’abord pour défendre la population face au virus et pas, comme d’habitude, d’abord pour défendre les intérêts des milliardaires, comme on l’a vu face à toutes les catastrophes économiques et sociales. Jamais le pouvoir capitaliste ne soignera notre santé, il est bien trop préoccupé de celle de son régime économique et social, c’est-à-dire de la mainmise d’une infime minorité sur l’essentiel des richesses et jamais il ne sacrifiera quoique ce soit de ce pactole pour le bien de la santé de la population mondiale ! En conséquence, la principale leçon du coronavirus : soignons-nous du pire virus qui soit dans de telles circonstances, celui de la confiance dans les autorités et de la soumission à l’ordre établi ! Oui, face au coronavirus comme face à la crise économique, l’opposition entre exploiteurs et exploités est plus importante que jamais et il est d’autant plus décisif que nous choisissions de ne pas nous solidariser des classes dirigeantes et de ne pas marcher dans la prétendue unité nationale, qui n’est que l’unité avec nos exploiteurs ! Marcher derrière l’État ce se serait donner la corde pour se faire pendre. Ceux qui nous appelleront à marcher derrière lui ou à s’en remettre à sa politique pour lutter contre l’épidémie, disons-le très clairement sont des ennemis déclarés du peuple travailleur. Il ne faut surtout pas mettre en veilleuse nos luttes sociales et politiques face aux vraies causes de catastrophes y compris au virus qui sont toutes liées à la mainmise des milliardaires sur le monde ! Gilets jaunes révolutionnaire plus que jamais, nous combattrons tous les virus capitalistes !

Que faire face au coronavirus et au capitalisme déliquescent ?

1- Ne pas compter sur l’Etat capitaliste au service exclusif des trusts, des banques et de la finance pour protéger la population ni pour l’informer. Le secteur public ne doit plus être synonyme de secteur d’État mais de secteur aux mains de la population, organisée dans ce but avec les professionnels du secteur.

2- Ne pas compter sur les moyens d’information et d’organisation habituels, média, institutions, partis, syndicats, associations. Ne compter que sur le peuple travailleur lui-même, organisé dans ses comités de gilets jaunes, s’informant par lui-même, et indiquant lui-même ses consignes de sécurité, de protection sanitaire et sociale en liaison avec les personnels publics de santé.

3- Rendre publiques par cette organisation les véritables études et consignes de santé et de sécurité (masques et de quel type, inhalations et de quel type, protection contre le virus, etc.). Combattre la propagande anti-masques pour les personnes qui se croient non malades et qui peuvent n’être que porteurs sains, malades asymptomatiques ou en incubation. Pour les bien portants, la protection par masques est limitée mais non nulle. Imposer que des tests gratuits soient produits en masse distribuées largement aux personnels de santé, médecins, généralistes, infirmières… Imposer que ces tests coronavirus soient pratiqués pour tout soupçon de coronavirus et pas seulement la quarantaine.

4- Ne pas respecter les intérêts du capital dans cette situation d’urgence : intérêt des compagnies aériennes, intérêts de la finance, des trusts, de la banque et de la bourse, intérêt des trusts pharmaceutiques, etc. N’oublions pas que ce sont les trusts pharmaceutiques qui ont délocalisé leur production massivement en Chine, ne craignant pas de nous jeter dans une catastrophe. Il faut imposer que les patrons cessent de faire pression pour imposer aux salariés d’aller à leur travail s’ils se demandent s’ils ne sont pas en train d’attraper la maladie. Tout licenciement pour non présence au travail doit être dénoncée et interdite sous peine de réquisition de l’entreprise.

5- Mettre en place le service public du médicament qui produit en masse pour pallier la production de la Chine et la production privée capitaliste.

6- Reconstruire l’hôpital public comme un service public débarrassé du profit, de la rentabilité, de la T2A (tarification à l’activité), totalement gratuit, ouvert à tous, avec des moyens financiers publics massifs (ceux retirés aux aides aux capitalistes), avec des embauches massives de personnels de santé, avec des moyens matériels massifs.

7- Distribuer massivement et gratuitement tous les matériels de protection à la population y compris celle qui pense n’avoir nullement contracté la maladie (masques adaptés – chirurgicaux, FFP2 et FFP3, inhalateurs, gants, médicaments, mouchoirs, foulards de protection, etc.) Interdiction de faire du profit en spéculant sur la pénurie, en haussant les prix, en faisant des stocks pour les augmenter encore, que ce soit celle de matériels médicaux, de nourriture ou d’autres produits. Si nécessaire, fermeture et réquisition gratuite des entreprises qui spéculent. Interdiction de la spéculation boursière et réquisition des bourses, des banques et des trusts qui spéculent.

8- Mettre en vacances de toute l’activité économique et sociale, à l’exclusion de celle qui est nécessaire à la santé et à la vie de la population. Maintien du salaire intégral du salaire sans limitation de durée, arrêt de toutes les aides aux grandes entreprises sous prétexte de coronavirus. Transformation des magasins en distribution à domicile sans frais.

9- Assurer la subsistance de tous, salariés hors activité, précaires, chômeurs, personnes âgées, pauvres, démunis, sans logis et sans réaliser de profit. Fermeture ou réquisition gratuite des entreprises ou des capitalistes qui s’y refusent.

10- Interrompre les communications et transports non essentiels (essentiels à la population bien entendu pas aux trusts et au grand capital), les voies aériennes notamment et vérifications des motivations des personnes qui continuent à se transporter sur de longues distances. L’économie et la société du profit ne doit plus être considérée comme un motif essentiel. Interdire les licenciements, le renvoi des précaires et le diminution de salaires dans les entreprises dont l’activité baisse ou réalise moins de profit ou même s’arrête.

20 Messages de forum

  • Macron prétend que l’épidémie est "inexorable" mais qu’a-t-il fait pour la combattre, lui qui n’a cessé de prétendre qu’elle n’allait pas se propager, d’annoncer que les masques ne servaient à rien aux personnes non malades, d’affirmer que l’essentiel était de ne pas s’affoler, de continuer à casser l’hôpital public, d’assurer qu’il fallait surtout préserver l’activité économique et qui a tenu à ce que les patrons français soient sauvés mais pas la population !!!

    Répondre à ce message

  • En dissertant sur stade deux ou stade trois de l’épidémie, le gouvernement ne fait que cacher qu’il a perdu un temps précieux à faire de blabla rassurant au lieu de prendre les mesures d’urgence et du coup il n’a ni le matériel ni les effectifs de santé ni les hôpitaux pour faire face à la catastrophe et il continue la même politique criminelle de destruction de la santé publique pour favoriser la santé privée !!!

    Répondre à ce message

  • témoignage d’une infirmière :

    POURQUOI J’AI QUITTE L’HOPITAL PUBLIC

    Je n’en peux plus d’entendre aux informations que l’hôpital public en France est performant et prêt à prendre en charge une épidémie telle que s’annonce celle du coronavirus, argumentant que ce qui se passe en Italie, le triage des patients imposé aux soignants, devant choisir entre ceux que l’on va tenter de soigner et ceux que l’on va laisser mourir, ne pourrait avoir cours, chez nous.
    Parce que c’est déjà le cas !

    Je sais que les étés de canicule, le personnel ne pouvant faire face à l’affut de patients souffrant de déshydratation ou autre pathologie, est amené à sélectionner les patients qui vont être pris en charge par ordre d’âge.

    J’ai travaillé dans des services où il était impossible d’obtenir un examen primordial pour certains patients, comme une échographie cardiaque. J’ai vu nos médecins batailler, négocier avec les cardiologues pour obtenir cet examen, marchander la vie des malades, et les secrétaires programmer les examens en triant les patients selon leur âge, favorisant ceux qui avaient moins de 70 ans. Les autres pouvaient attendre.

    Pourtant, 70 ans c’est jeune pour mourir.

    J’ai vu des soignants désemparés à qui l’on demande de mettre dehors leurs patients avant d’avoir pu obtenir les examens nécessaires pour libérer des lits.

    Et tout cela, en dehors de toute épidémie !

    Non, l’hôpital public ne va pas bien en France. Non l’hôpital massacré par des années d’austérité, ne pourra faire face à une épidémie d’ampleur.

    Karine C.

    #santé#hopitalpublic#coronavirus

    Répondre à ce message

  • Ce message est pour moi l’occasion de renouveler mes très sincères remerciements pour votre engagement auprès des patients dans ce contexte particulièrement exigeant .

    Très cordialement

    Voilà ce que ce permet d’écrire Martin Hirsch

    Répondre à ce message

  • « L’épidémie de coronavirus place nos professionnels et notre établissement dans des circonstances exceptionnelles. Pour y faire face, l’AP-HP organise les modes de garde pour les enfants de tous ses professionnels, et je garantis qu’une solution sera trouvée dans 100% des cas. » dit Hirsch...

    100% menteur comme d’habitude !!!

    Et pour le coronavirus dans l’hôpital dégradé et détruit, il a une solution à 100ù aussi ?!!!

    Répondre à ce message

  • Et pour finir, moi animateur avec les enfants dans une ville proche du chu, je dois garder les enfants des soignants, les même, qui malheureusement, côtoie le plus des personnes potentiellement porteuse du virus.

    Répondre à ce message

  • Ce dont les personnels de santé ont besoin, ce n’est pas de médailles de héros, ni d’applaudissements au balcon mais de masques, de tests, d’appareils respiratoires, de lits, et surtout d’embauches en masse !!! Et de virer les criminels qui gouvernent pour le profit privé capitaliste !!!

    Répondre à ce message

  • L’hôpital public en France est à la limite de l’explosion…

    Les masques sont maintenant distribues au compte goutte et on ne peut pas les renouveler au rythme habituel quand ils sont usagers. Suivant les hôpitaux, c’est un masque chirurgical par jour ou deux !!! Dans les EPHAD, c’est souvent zéro !!!

    Les cadres nous assurent qu’il n’y a pas de pénurie... alors que ça fait 3 semaines qu’il n y a plus de masques dans les réserves...

    A priori en temps que soignants on pourrait se dépanner de masques dans les pharmacies sur présentation de notre carte professionnelle mais c’est selon les pharmacies. Certaines collègues ont essuyé un refus.

    Autre point : il n y a pas dépistage même quand on a été en contact avec quelqu’un qui a été déclarer POSITIF !!! Si ON N’A PAS DE SYMPTOMES C’EST NON !!!!!

    Nous sommes maintenant en plan blanc et les cadres nos ont demandé nos numéros de téléphone avec possibilité d’être appelées si nécessaire.

    Il n’y a pas de désinfection des espaces publics alors que le covid survit sur les surfaces !

    Le manque d’effectifs est plus cruel que jamais avec les créations d’unités covid prises sur les effectifs normaux !!!

    Répondre à ce message

  • « On ne mesure pas le drame humain qui va se jouer » : les hôpitaux de France face à « la vague » qui arrive. Tandis que, dans l’Est et en Ile-de-France, les hôpitaux saturent et les personnels craquent, l’Ouest et le Sud se préparent dans l’anxiété à la déferlante...

    Voilà ce qu’écrit Le Monde : Lire ici

    Répondre à ce message

  • Il est interdit de circuler... donc, les trains sont gratuits pour les soignants. Ha tiens, les soignants vont pouvoir partir en week-end se reposer ? Non, c’est interdit !!! Alors pourquoi rendre les trains gratuits pour les soignants ?

    Hé bien pour cacher la pénurie de masques ! Les hôpitaux ne sont toujours pas approvisionnés. C’est utile, ça permet de réapprendre l’artisanat à domicile pour que chacun fabrique son masque. Que d’implicite sexiste dans tout cela ! Car après tout les infirmières sont des femmes, elles savent coudre !!!!

    Elles pourront même tricoter dans le train qu’elles n’auront pas droit de prendre : elles n’ont que ça à faire, bien entendu !!!

    La double journée de travail est reconduite, elle est même triple !

    Répondre à ce message

  • Aujourd’hui les autorités applaudissent les infirmières !

    Et hier ?

    voir ici

    Répondre à ce message

  • Pour les personnels de santé on applaudit les « héros » sacrifiés et auxquels on ne fournit ni les moyens de se protéger, ni les moyens de soigner !!!

    Et pour les caissières de supermarché, les éboueurs, les ouvriers du bâtiment contraints d’aller travailer au péril de leur vie, ils font quoi : ils applaudissent au balcon et aussi applaudissent les mesures de Macron ?!!!

    Répondre à ce message

  • A l’hôpital public, il faut toujours se battre pour avoir deux masques par jour !!!

    Ils ne donnent des ffp2 que pour les services de réa, soins intensifs et pneumo en continu à changer toutes les 4h.

    Dans l’hôpital tous les soignants ou personnes d’accueil sont avec un masque chirurgical , le ffp2 étant réservé que à quelques services ou soins spécifiques, alors que c’est même du ffp3 qu’il faudrait pour ces soins !

    Autre scandale, on fait revenir les collègues infectés 48h après la fin des symptômes ou seulement 7 jours après le début des symptômes alors que l’on commence à savoir que la moyenne d’excrétion des virus dure environ 20 jours. Je pense que l’hôpital va devenir le principal vecteur de propagation du virus...

    Répondre à ce message

  • Macron peut toujours dire qu’il va faire un grand plan pour l’hôpital : c’est lui qui l’a détruit et cest tard, les personnels sont déjà infectés !!!

    Répondre à ce message

  • Dans certains services hospitaliers les cadres ont supprimées les CA de certains agents au titre du plan blanc et pour raison de pénurie de personnel.

    On n’est toujours pas testés quand on est en contact avec des personnes covid.

    Le vrai problème c est qu il ne veulent pas tester de façon plus large quand on sait qu il y a 30 a 40% DE FAUX NEGATIFS CONCERNANT CE TEST.

    Plusieurs collègues ont été déplacées dans des unités covid + parce qu elles étaient soi disant en trop on les ballade de services en services.

    Répondre à ce message

  • Le "plan massif" pour l’hôpital de Macron : des promesses, des mots, des discours mais rien de chiffré, pas d’engagements précis, pas de vrai plan d’action, rien !!!

    Répondre à ce message

  • Malgré les "plan hôpital" successifs du gouvernement, l’hôpital public s’enfonce dans l’horreur et les personnels tombent les uns après les autres malgré toute la bonne volonté des personnels...

    Répondre à ce message

  • Les soignants réclament des masques à l’hôpital St-Antoine (75). Voici la réponse de cette directrice méprisante "Vous croyez que j’ai que ça à faire" !!!

    Voir la video=68.ARCljmsWYXewfuVmjTsLY5IvYkzpHNYVcSVpaWK10Av3IHtm47cLvoWGk_5gOvcdjSn­Gq_FmiJ6u_L2IbMzAR2eDWa4Q8NRb9OYAVmVeLbUYWCwLJuxIpGXOEqhstRufF3xwiY5M8­8mH68UM3DFsNCSVQ47m2NIdLv3jytEm06T-Nm0d7NjFbHg3w05vVVci9n_MK4fYR-BV7dXWRquIIotuRUWzGYE7Z6OHbOY_CvVdpK866_rtn-jLGfq1plLWG9h953nyW2-tfVuXo0E6qndMiD7X3y4Dn820u9XSNtqfRN7BBLIovUpnnVEElzSY_pexAK3jf7HDEbfzT­tJTmvktEociEotaPPROSvm4Q0l1G3yAwcYobQaAGFvckB1WlD_eEl51z_JXzfoVtwlWh7b­tqyueCX0jgzLmmw2WwP4-SPmtUQDA39HnPfK6HpIZGqnvqdhBX7BWis7pOaI3owgUBDCPMtAiiYHhhKeHij7krwJNUn­jLHx2OYip77KG6qKwMeg&__tn__=K-R]

    Répondre à ce message

  • Dans cette "guerre", tous les personnels de santé sont la piétaille qu’on envoie à la boucherie sans matériel de protection et sans matériel pour soigner, ainsi que sans effectifs et sans hôpitaux !!!

    Les troupes sont envoyées au combat à l’aveuglette, sans armes, et sans beaucoup se soucier de leur sécurité. Les travailleurs de la santé ne disposent pas d’équipements de protection individuelle suffisants et ils se trouvent infectés et incapacités à un rythme alarmant, avec de nombreux décès.

    En Espagne, les travailleurs de la santé représentaient 14 pour cent des cas et en Italie 10 pour cent. Le même processus est en cours aux États-Unis. La NPR (radio publique) a rapporté que 345 employés dans les quatre plus grands hôpitaux de Boston ont testé positifs au COVID-19. À New York, des centaines d’employés sont tombés malades. Au centre médical Irving de l’Université de Columbia, à Manhattan, 50 pour cent du personnel des soins intensifs se sont infectés.

    Le résultat est qu’en plus de la pénurie de chambres d’hôpital, de lits de soins intensifs, de masques et de ventilateurs, les hôpitaux se retrouvent aussi avec une pénurie croissante de personnel médical capable de faire face au volume croissant de patients ayant besoin de soins médicaux.

    Pendant ce temps, les hôpitaux et organismes de santé menacent les médecins et les infirmières qui rendent publiques leurs préoccupations quant aux conditions de travail. Un médecin des urgences, le Dr Ming Lin, dans l’État de Washington, s’est fait licencier parce qu’il avait accordé une interview à un journal et s’était plaint de l’insuffisance d’équipements de protection.

    Répondre à ce message

  • Les États-Unis dépensent des centaines de milliards aux armements les plus avancés pour leurs multiples guerres dans diverses parties du monde mais ne peuvent donner des ventilateurs à leurs hôpitaux ou des masques et autres équipements de protection à leur personnel sanitaire. Les tests nécessaires pour suivre et contrer le virus ne sont pas disponibles. Des milliers et des milliers de personnes qui se plaignent de symptômes associés au coronavirus sont incapables de savoir avec certitude si elles sont infectées ou non.

    Les médecins, les infirmières et tous ceux qui apportent un soutien essentiel aux patients travaillent 15 à 18 heures par jour et sont eux-mêmes en danger constant de contracter la maladie. Les lits d’hôpitaux nécessaires aux malades ayant désespérément besoin de traitement n’existent pas. Les morgues sont bondées. On prive même les morts de la dignité qui leur revient.

    La crise a mis en évidence les intérêts irréconciliables incorporés dans la société américaine. Il n’y a pas mensonge plus grand que celui du « nous (c’est-à-dire les capitalistes et les travailleurs) sommes tous dans le même bateau ». Non, « nous » ne le sommes certainement pas ! L’élite financière et industrielle au pouvoir et la classe ouvrière vivent cette crise de manière absolument différente, et leurs préoccupations et priorités sont diamétralement opposées.

    Depuis le début, la principale préoccupation de l’élite financière et des sociétés – et de ses larbins politiques Démocrates et Républicains – a été de protéger des retombées économiques de la pandémie ses richesses et le système de profit capitaliste sur lequel elles reposent. Ce n’est pas le taux d’infection et le nombre croissant de morts qui ont poussé l’Administration Trump et le Congrès à agir, mais la chute soudaine et massive de la valeur des actions à Wall Street.

    Comme en 2008, mais à plus grande échelle encore, la classe dirigeante a exigé l’injection immédiate de billions de dollars dans les marchés financiers et les coffres des sociétés. Et elle n’a nullement exigé le centième de ces sommes pour la défense de la santé des peuples !!!

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0