English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 06- Livre Six : POLITIQUE REVOLUTIONNAIRE > 4- Ce qu’est le socialisme et ce qu’il n’est pas > Lettre de L. Trotsky aux travailleurs de l’URSS

Lettre de L. Trotsky aux travailleurs de l’URSS

mercredi 3 novembre 2021, par Robert Paris

L. Trotsky.

LETTRE AUX TRAVAILLEURS DE L’URSS

Chers camarades !

Je vous écris pour vous dire à nouveau que les Staline, Yaroslavskys et les faux frères vous trompent. On vous dit que je me suis tourné vers la presse bourgeoise pour mener une lutte contre la République soviétique, à la création et à la défense de laquelle j’ai travaillé main dans la main avec Lénine. Vous êtes trompés. Je me suis tourné vers la presse bourgeoise pour défendre les intérêts de la République soviétique contre les mensonges, la trahison et la perfidie de Staline et Cie.

Vous êtes encouragés à condamner mes articles. Les avez-vous lus ? Non, vous ne les avez pas lus. On vous donne une fausse et fausse traduction de petits passages individuels. Mes articles ont été publiés en russe dans une brochure distincte sous la même forme que je les ai écrits. Exigez que Staline les réimprime sans abréviations ni contrefaçons ! Il n’osera pas. C’est lui qui a le plus peur de la vérité. Je souhaite présenter ici le contenu principal de mes articles.

1. La résolution du GPU sur mon expulsion déclare que je suis en charge de la préparation de la lutte armée contre la République soviétique. Dans la Pravda, les mots de « lutte armée » ont été employés. Pourquoi ? Pourquoi Staline n’a-t-il pas pris la décision de répéter dans la Pravda (n ° 41 du 19 février 1929) ce qui a été dit dans la résolution du GPU. Parce qu’il savait que personne ne le croirait. Après l’histoire avec l’officier Wrangel, après la dénonciation de l’agent provocateur envoyé par Staline à l’opposition avec une proposition de complot militaire, après tout cela, personne ne croira que les bolcheviks-léninistes, désireux de convaincre le parti de la justesse de leurs vues, préparent une lutte armée.

C’est pourquoi Staline n’a pas osé publier dans la Pravda ce qui était dit dans la résolution GPU du 18 janvier. Mais pourquoi, dans ce cas, était-ce explicite dans la résolution GPU ? Pas pour l’URSS, mais pour l’Europe, et pour le monde entier.A travers l’agence TASS, Staline collabore systématiquement au quotidien avec la presse bourgeoise du monde entier, répandant sa calomnie contre les Bolcheviks-Léninistes. Staline ne pouvait pas autrement expliquer l’expulsion et les innombrables arrestations que par l’accusation que l’opposition se préparait à une lutte armée. Par ce mensonge monstrueux, il a infligé le plus grand mal à la République soviétique. Toute la presse bourgeoise a déclaré que Trotsky, Rakovsky, Smilga, Radek, I.N.Smirnov, Beloborodov, Muralov, Mrachkovsky et bien d’autres, qui ont construit la République et l’ont défendue, préparent maintenant une lutte armée contre le pouvoir soviétique. Il est clair à quel point une telle pensée devrait affaiblir la République soviétique aux yeux du monde entier ! Pour justifier la répression, Staline est obligé de créer des légendes monstrueuses qui infligent un préjudice incalculable au régime soviétique. C’est pourquoi j’ai jugé nécessaire d’apparaître dans la presse bourgeoise et de dire au monde entier qu’il n’est pas vrai que l’opposition va mener une lutte armée contre le pouvoir soviétique.

L’opposition a mené et continuera de mener une lutte sans merci pour le pouvoir soviétique contre tous ses ennemis. Cette déclaration a été imprimée à des dizaines de millions d’exemplaires dans les langues du monde entier. Elle sert à consolider la République soviétique. Staline veut renforcer sa position en affaiblissant la République soviétique. Je veux renforcer la République soviétique en dénonçant les mensonges des staliniens.

2. Staline et sa presse diffusent depuis longtemps dans le monde entier le message selon lequel j’aurai déclaré que la République soviétique était devenue un État bourgeois, que le gouvernement prolétarien avait péri, etc. En Russie, de nombreux travailleurs savent qu’il s’agit d’une calomnie malveillante, qu’elle est basée sur de fausses citations. J’ai exposé ce faux des dizaines de fois dans des lettres qui se passaient de main en main. Mais la presse bourgeoise mondiale le croit ou fait semblant de le croire. Toutes les fausses citations staliniennes circulent dans les colonnes des journaux du monde entier, comme preuve que Trotsky a reconnu l’inévitabilité de la mort du pouvoir soviétique. Grâce à l’énorme intérêt de l’opinion publique mondiale, surtout des larges masses, pour ce qui se passe en République soviétique, les journaux bourgeois, poussés par leurs intérêts de marché, le souci de la circulation, la pression des lecteurs, ont été contraints de publier mes articles. Dans ces articles, j’ai dit au monde entier que la puissance soviétique, malgré la mauvaise politique de la direction stalinienne, a des racines les plus profondes dans les masses, est très forte et survivra à ses ennemis.

Il ne faut pas oublier que l’écrasante majorité des travailleurs en Europe, en particulier en Amérique, se nourrit encore de la presse bourgeoise. J’ai fait une condition que mes articles soient publiés sans aucun changement. Certes, certains journaux de certains pays ont violé cette condition, mais la majorité s’y est conformée. En tout cas, tous les journaux ont été contraints de publier que, malgré les mensonges et la calomnie des staliniens, Trotsky est convaincu de la force intérieure profonde du régime soviétique et croit fermement que les travailleurs pourront changer la fausse politique actuelle du Comité central par des moyens pacifiques.

Au printemps 1917, Lénine, enfermé dans une cage suisse, utilisa la calèche Hohenzollern « scellée » pour saisir les ouvriers russes. La presse chauvine a traqué Ilitch, ne l’appelant rien d’autre qu’un mercenaire allemand et Herr Lénine. Enfermé par les thermidoriens dans la cage de Constantinople, j’ai utilisé le chariot scellé de la presse bourgeoise pour dire la vérité au monde entier. La stupide persécution des staliniens contre « M. Trotsky » dans son effraction n’est qu’une répétition de la persécution bourgeoise et socialiste-révolutionnaire contre « Herr Lénine ». Avec Ilitch, j’ai un calme mépris pour l’opinion publique de la bourgeoisie et des fonctionnaires, dont l’âme est exprimée par Staline.

3. J’ai raconté dans mes articles, déformés et falsifiés par Yaroslavsky, comment, pourquoi et dans quelles conditions j’ai été expulsé d’URSS. Les staliniens répandent une rumeur dans la presse européenne selon laquelle ils m’ont laissé partir à ma demande. J’ai aussi exposé ce mensonge. J’ai dit que j’avais été envoyé de force à l’étranger, par le biais d’un accord préliminaire entre Staline et la police turque. Et ici, j’ai agi non seulement dans l’intérêt de me protéger personnellement de la calomnie, mais surtout dans l’intérêt de la République soviétique. Si l’opposition essayait de quitter les frontières de l’Union soviétique, elle serait comprise par le monde entier comme si nous considérions la position du gouvernement soviétique comme désespérée. En attendant, il n’y a aucune trace de cela. La politique de Staline a porté des coups terribles non seulement à la révolution chinoise, au mouvement ouvrier britannique et à tout le Komintern, mais aussi à la stabilité interne du régime soviétique. C’est indéniable. Cependant, l’affaire n’est en aucun cas désespérée. L’opposition ne va en aucun cas fuir la République soviétique. J’ai catégoriquement refusé de partir à l’étranger, proposant de m’emprisonner. Les staliniens n’osaient pas recourir à ce moyen, ils craignaient que les ouvriers cherchent constamment la libération. Ils ont préféré conclure un accord avec la police turque et m’ont forcé à m’installer à Constantinople. J’ai exposé cela au monde entier. Tout ouvrier pensant dira que si Staline, à travers TASS, nourrit la presse bourgeoise quotidienne de calomnie contre l’opposition, alors j’ai été obligé d’agir pour réfuter cette calomnie.

4. À des dizaines de millions d’exemplaires, j’ai dit au monde entier que je n’avais pas été chassé par les ouvriers russes, ni par les paysans russes, ni par les soldats de l’Armée rouge soviétique, ni par ceux avec lesquels nous avons conquis le pouvoir et combattu côte à côte sur tous les fronts de la guerre civile - les apparatchiks m’ont chassé, ceux qui ont pris le pouvoir, sont devenus une caste bureaucratique, liée par une responsabilité mutuelle. Pour défendre la Révolution d’Octobre, la République soviétique et le nom révolutionnaire des bolcheviks-léninistes, j’ai dit au monde entier la vérité sur Staline et les staliniens. J’ai rappelé une fois de plus que Lénine, dans son « Testament » mûrement réfléchi, qualifiait Staline de déloyal. Ce mot est compris dans toutes les langues du monde. Cela signifie une personne sans scrupules ou malhonnête qui est guidée par de mauvais motifs dans ses actions, une personne à qui on ne peut pas faire confiance. C’est ainsi que Lénine a caractérisé Staline et nous voyons à nouveau à quel point l’avertissement de Lénine était correct. Il n’y a pas de plus grand crime pour un révolutionnaire que de tromper son parti, d’empoisonner la conscience de la classe ouvrière par des mensonges. Pourtant, c’est la principale occupation de Staline. Il trompe le Komintern et la classe ouvrière mondiale en attribuant à l’opposition des intentions et des actions contre-révolutionnaires envers le pouvoir soviétique. C’est à cause de son inclination intérieure pour une telle ligne de conduite que Lénine a qualifié Staline de déloyal, et c’est pourquoi il a proposé au parti que Staline soit démis de ses fonctions. Il est d’autant plus nécessaire maintenant, après tout ce qui s’est passé, de clarifier devant la face du monde entier ce qui a été exprimé de déloyauté, c’est-à-dire la malhonnêteté et la malhonnêteté de Staline par rapport à l’opposition.

5. Les calomniateurs (Yaroslavsky et autres agents de Staline) font des histoires sur les dollars américains. Il ne vaudrait guère la peine dans d’autres conditions de se pencher sur cette poubelle. Mais la presse bourgeoise la plus vicieuse est heureuse de salir Yaroslavsky. Pour ne rien laisser de clair, je vais donc parler de dollars.

J’ai soumis mes articles à une agence de presse américaine à Paris. Lénine et moi avons donné des interviews et des déclarations écrites de nos points de vue sur certaines questions à de telles agences des dizaines de fois. Grâce à ma déportation et à son atmosphère mystérieuse, l’intérêt pour cette affaire dans le monde entier a été colossal. L’agence comptait sur de bons profits. Cela m’a offert la moitié des revenus. Je lui ai répondu que personnellement je ne prendrais pas un seul centime, mais que l’agence devrait transférer, sous ma direction, la moitié de ses revenus de mes articles, et qu’avec cet argent je publierais en russe et en langues étrangères toute une série d’œuvres de Lénine (ses discours , articles, lettres), interdits en République soviétique par la censure stalinienne. De même, avec cet argent, je publierai un certain nombre de documents importants du parti (procès-verbaux de conférences, congrès, lettres, articles, etc.), qui ne sont cachés au parti que parce qu’ils démontrent clairement l’incohérence théorique et politique de Staline. C’est la littérature « contre-révolutionnaire » (selon les mots de Staline et de Yaroslavsky) que je vais publier. Un compte rendu précis des montants dépensés à cet égard sera publié en temps voulu. Chaque ouvrier dira qu’il est incommensurablement mieux avec de l’argent reçu sous la forme d’un tribut accidentel de la bourgeoisie de publier les œuvres de Lénine qu’avec de l’argent collecté auprès des ouvriers et paysans russes pour répandre la calomnie contre les bolchevik-léninistes. N’oubliez pas, camarades : le « Testament » de Lénine reste en URSS encore un document contre-révolutionnaire, pour la diffusion duquel il sera arrêté et exilé. Et ce n’est pas une coïncidence. Staline lutte contre le léninisme à l’échelle internationale. Il ne reste plus un seul pays au monde où les dirigeants du parti communiste d’aujourd’hui seraient ces révolutionnaires qui ont dirigé ces partis sous Lénine. Presque tous sont exclus de l’Internationale communiste. Lénine a présidé les quatre premiers congrès du Komintern. Avec Lénine, j’ai élaboré tous les documents de base du Komintern. Au 4e Congrès (1922), Lénine a partagé avec moi le rapport principal sur la nouvelle politique économique et les perspectives de la révolution internationale. Après la mort de Lénine, presque tous les participants, du moins tous les participants influents des quatre premiers congrès sans exception, ont été expulsés du Komintern. Partout et partout, à la tête des partis communistes, il y a de nouveaux gens occasionnels venus hier du camp des opposants et des ennemis. Pour mener une politique anti-léniniste, il fallait d’abord renverser la direction léniniste. Staline a fait cela en s’appuyant sur la bureaucratie, sur les nouveaux cercles petits-bourgeois, sur l’appareil d’État, sur le GPU, sur les ressources matérielles de l’État. Cela a été produit non seulement en URSS, mais aussi en Allemagne, en France, en Italie, en Belgique, aux États-Unis, en Scandinavie, en un mot, dans presque tous les pays sans exception. Seul un aveugle peut ne pas comprendre la signification du fait que les plus proches collaborateurs et compagnons d’armes de Lénine au sein du PCUS et dans tout le Komintern, tous les participants et dirigeants des partis communistes au cours des premières années difficiles, tous les participants et dirigeants des quatre premiers congrès, ont été presque complètement démis de leurs fonctions, calomniés et expulsés. Les staliniens ont besoin de cette lutte acharnée contre la direction léniniste pour mener une politique anti-léniniste.

Lorsque les bolcheviks-léninistes ont été écrasés, le parti a été rassuré par le fait qu’il serait désormais monolithique. Vous savez que le parti est maintenant plus divisé qu’il ne l’a jamais été. Et ce n’est pas encore fini. Il n’y a pas de salut sur la voie stalinienne. Il est possible de poursuivre soit la politique d’Oustrialov, c’est-à-dire la politique systématiquement thermidorienne, soit la politique léniniste. La position centriste de Staline conduira inévitablement à l’accumulation des plus grandes difficultés économiques et politiques et à la déroute et à la destruction constantes du parti.

Il n’est pas trop tard pour changer de cap. Il est nécessaire de changer radicalement la politique et le régime des partis dans l’esprit de la plate-forme de l’opposition. Nous devons arrêter la persécution honteuse des meilleurs révolutionnaires léninistes du PCUS et du monde entier. La direction léniniste doit être rétablie. Il faut condamner et éradiquer les méthodes déloyales, c’est-à-dire les méthodes sans scrupules et malhonnêtes de l’appareil stalinien. L’opposition est prête de toutes ses forces à aider le noyau prolétarien du Parti à remplir cette tâche vitale. Les persécutions frénétiques, les calomnies déshonorantes et la répression étatique ne peuvent assombrir notre attitude envers la révolution d’octobre ou envers le parti international de Lénine. Nous restons fidèles à tous les deux jusqu’à la fin - dans les prisons de Staline, en exil et en exil.

Avec les salutations bolcheviques

L. Trotsky.

Constantinople.

29 mars 1929

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0