English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 02 - Livre Deux : SCIENCES > Géodynamique et climatologie de la Terre - Protection de la planète > Pourquoi la météorologie nationale est devenue le grand n’importe quoi (...)

Pourquoi la météorologie nationale est devenue le grand n’importe quoi ?

jeudi 19 novembre 2020, par Robert Paris

Incapable de prédire la météo du jour, Météo-France se lance dans le futurisme !!!

Pourquoi la météorologie nationale est devenue le grand n’importe quoi ?

On a souvent bien rigolé d’une météo qui annonce tout le contraire de ce qui se passe : beau le matin et moche l’après-midi alors qu’elle prédisait le contraire ou encore pluie diluvienne alors qu’elle annonçait soleil couvert. On pourrait croire qu’il en a toujours été ainsi, que la météorologie n’est pas scientifique, ou qu’elle se moque du monde. On pourrait croire que la météo nationale en France n’a pas changé et prédit trop souvent à côté de ce qui se passe.

En fait, elle a changé, et comment ! Et d’abord, comme tous les services publics, elle a perdu massivement de ses moyens en effectifs et en matériel ! Ainsi, les effectifs de la météorologie nationale ne cessent de baisser… Météo-France participe depuis le début des années 2000 à un « effort de maîtrise des dépenses publiques » : diminution de la dotation de l’État, baisse des effectifs, fermeture de centres locaux. En 2008, Météo-France était présent sur 108 sites, chiffre réduit à 55 en 2017, et l’objectif pour 2022 est de 33 sites en Métropole. Parallèlement, l’effectif plafond était de 3585 en 2008, réduit à 2 925 personnes en 2018 !!! Entre 2012 et 2016, 55 des agences de Météo France ont été fermées. Le programme « Action publique 2022 », dont les syndicats réclament l’abandon, prévoit encore la diminution de 40 % des effectifs. Source Il n’y a que la Cour des Comptes pour considérer que l’effectif est resté constant à 3700 agents : source Ce que répond le Sénat à la Cour des Comptes en affirmant que les performances de Météo-France sont remarquables !!!

Météo-France pour sa part indique un graphique, hors salaires, qui montre une baisse continuelle des dépenses de fonctionnement qui passent de 54,97 millions d’euros en 2014 à 47,85 millions d’euros en 2019… Source

Ce qui permet de faire croire que l’argent de la Météo continue de se maintenir, c’est la somme allouée au soutien à l’industrie aéronautique au travers de l’organisation européenne des satellites météorologiques (Eumetsat).

Les salariés de Météo-France dénoncent la dégradation de leur situation : lire ici

Mais ce n’est pas qu’une question de dégradation des moyens, il y a aussi une dégradation des conceptions et des objectifs.

Il suffit d’ouvrir le site de la météorologie nationale pour comprendre qu’elle est devenue une opération rentable, vendue d’abord aux entreprises, jouant sur la publicité, etc…

Autre remarque sur le changement radical de conception de la météorologie nationale : celle-ci se consacrait à l’étude de la météo et maintenant elle prétend prendre position en climatologie. Or ce sont deux domaines différents. Les logiques ne sont pas les mêmes, les formations des personnels non plus.

Cela signifie que la météo nationale n’est pas spécialement compétente pour faire de la climatologie en professionnels.

Et pourtant, depuis quelques années, la météo nationale ne cesse de faire des interventions publiques en climatologie !!!

On aura deviné que ces interventions consistent à alarmer le grand public sur le « réchauffement climatique », sans réelle référence à la science du climat.

L’une des grandes différences entre météo et climat est l’échelle de temps. L’autre grande différence est le type de lois et de méthodes d’investigation.

On remarque aussi que, si la météo montre une grande incapacité à prédire à court terme, ce qui est son métier, elle se prétend très capable de prédire à très long terme, au nom de la thèse du réchauffement global. Cette prétendue très grande compétence à long terme fait doucement rigoler quand on voit qu’elle se trompe autant sur la météo du jour même !!!

En fait, la direction de la météo nationale, en alarmant sur le réchauffement climatique des gens qui ne savent pas que météo et climat ne sont pas une seule et même chose, est simplement en train de nous servir le discours gouvernemental et non de faire œuvre professionnelle.

On remarque des changements multiples par exemple sur le site de la météorologie nationale : les prédictions des heures et jours précédents sont systématiquement effacées, plus de prédictions d’heure en heure ni de deux heures en deux heures ou trois heures en trois heures, mais seulement une le matin, une l’après-midi, une le soir. Dès dix heures du matin, la prédiction de la matinée est effacée ! Pas moyen de comparer avec la réalité et il ne vaut mieux pas !!!

Par contre, on trouve sur le site de météo France, de nombreuses prédictions climatiques et références au réchauffement global qui n’est pourtant pas un fait observable mais une théorie discutable !!!

Mais, me direz-vous, la hausse des températures est observable au niveau météorologique, non ? Eh bien, justement, c’est toute la différence entre des études à des échelles très très différentes…

Le climat ne se mesure pas par des comparaisons sur dix ans et même pas sur cent ans. Ce n’est donc pas la météo qui peut dire le climat !!!

La prétention de météo France de devenir une référence en matière de déclarations climatiques est donc ridicule d’un point de vue scientifique !

Météo-France se trompe sans cesse

Quand Météo-France se fait le propagandiste du réchauffement global anthropique

Quand Météo-France veut faire croire que 20 ans est une échelle pour mesurer des changements climatiques

Contrairement à ce que prétend Météo-France, les effets de pointe météorologiques ne sont pas des signes avant-coureurs de changements climatiques globaux

Météorologie et climat

L’effet papillon entraîne une rupture entre les échelles de temps du climat et de la météo

Pourquoi la météo se trompe-t-elle si souvent ?

Des exemples de fermetures des centres de Météo-France

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0