English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > Août 2008 : l’Afrique du sud paralysée par la grève contre les hausses de (...)

Août 2008 : l’Afrique du sud paralysée par la grève contre les hausses de prix

vendredi 22 août 2008, par Robert Paris

L’Afrique du Sud paralysée par une grève contre la hausse des prix

6 août 2008

PRETORIA (AFP) — Des dizaines de milliers de Sud-Africains ont défilé mercredi dans les grandes villes du pays, paralysé par une grève générale destinée à pousser le gouvernement à agir contre la flambée des prix du carburant, de l’électricité et des aliments.

Quinze mille manifestants, selon la police, ont envahi le centre de la capitale Pretoria, traçant leur chemin en chantant et dansant jusqu’au ministère de l’Energie et des Mines, puis au siège de la présidence, où ils ont remis une pétition aux services du chef de l’Etat Thabo Mbeki.

"Les prix doivent baisser", a martelé Dutch Thomas, 16 ans, en expliquant que sa mère peinait à faire face à la hausse du coût de la vie. "Si ça continue, je vais être forcé de me mettre à voler pour survivre."

Des milliers de personnes se sont également rassemblées au Cap (sud-ouest), Port-Elisabeth (sud), Durban (sud-est), Polokwane (nord) et d’autres villes du pays, tandis que de nombreux salariés sont restés chez eux.

"Il n’y a pas de transports publics, les mines sont fermées, l’industrie textile répond très bien" à la grève, a assuré à l’AFP Patrick Craven, porte-parole du Congrès des syndicats africains (Cosatu).

La Chambre des mines a confirmé que la production minière avait été "largement affectée" par le mouvement social. Le troisième producteur mondial d’or, AngloGold Ashanti, a dû stopper toutes ses opérations. Le premier producteur du pays, Gold Fields, a enregistré 60 à 93% de grévistes selon les sites.

Le secteur industriel était également touché, le producteur automobile Volkswagen ayant même fermé son usine de Port-Elizabeth où sont produits 350 véhicules par jour.

Dans la riche région du Gauteng, où sont situées Johannesburg et Pretoria, aucun train ne circulait et les taxis collectifs étaient très rares.

"Cela fait trois heures que j’attends un taxi", a expliqué Tebogo Molokwane, 21 ans, sur un trottoir de la capitale économique. "Je soutiens le message mais pas la grève."

Cette journée d’action est le point d’orgue d’une campagne entamée en juin par le Cosatu et 21 de ses affiliés, qui a été ponctuée de manifestations dans tout le pays.

Leur premier grief porte sur l’augmentation annoncée de 27,5% du prix de l’électricité, dans le but de financer le renouvellement des infrastructures vieillissantes de la compagnie publique Eskom.

Comme le reste du monde, l’Afrique du Sud est également affectée par une flambée des prix des produits alimentaires (+16,8% en un an) et du carburant (+35,6%), qui touche durement les plus pauvres.

Première puissance économique du continent, l’Afrique du Sud connaît de fortes inégalités avec 43% de sa population sous le seuil de pauvreté et plus de 40% sans emploi.

Selon un sondage de l’institut Ipsos Markinor, les membres du Cosatu sont très mécontents de la politique du gouvernement dans le domaine. Seuls 20% considèrent que les autorités ont bien répondu à la crise énergétique, 6% à la flambée des prix alimentaires et 10% à la hausse des coûts du carburant.

"Les ministres ont prouvé leur inefficacité, il n’y a aucun doute", a lancé Zwelinzima Vavi, le secrétaire général du Cosatu devant les manifestants réunis au Cap.

"Je pense que la grève aura un coût supérieur à ses bénéfices", a estimé l’analyste Carel van Aardt du Bureau d’études de marché, soulignant que la croissance devrait être inférieure à 4% en 2008 contre plus de 5% depuis cinq ans.

"Mais si on ignore les souffrances des plus pauvres, cela pourrait devenir dangereux parce que la classe ouvrière et pauvre pourrait être tentée d’entreprendre des actions dramatiques", a-t-il ajouté.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0