English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 06- Livre Six : POLITIQUE REVOLUTIONNAIRE > 4- Ce qu’est le socialisme et ce qu’il n’est pas > Lettres de Trotsky aux travailleurs et militants de l’URSS

Lettres de Trotsky aux travailleurs et militants de l’URSS

dimanche 3 avril 2022, par Robert Paris

Lettre de Trotsky aux travailleurs de l’URSS datée du 29 mars 1929

Chers camarades !

Je vous écris pour vous dire une fois encore que les Staline, les Yaroslavsky et leurs frères vous trompent. On vous dit que je me suis tourné vers la presse bourgeoise pour mener une lutte contre la République soviétique, à la création et à la défense de laquelle j’ai travaillé main dans la main avec Lénine. Vous êtes trompés. Je me suis tourné vers la presse bourgeoise pour défendre les intérêts de la République soviétique contre les mensonges, la trahison et la perfidie de Staline et Cie.

Vous êtes encouragés à condamner mes articles. Les avez-vous lus ? Non, vous ne les avez pas lus. On vous donne une traduction fausse et fausse de petits passages individuels. Mes articles ont été publiés en russe dans une brochure séparée dans la forme même sous laquelle je les ai écrits. Exigez que Staline les réimprime sans abréviations ni contrefaçons ! Il n’osera pas. Il a le plus peur de la vérité. Ici, je veux présenter le contenu principal de mes articles.

1. La résolution du GPU sur mon expulsion déclare que je suis en charge de la préparation de la lutte armée contre la République soviétique. (N°41 du 19 février 1929.) répète ce qui est dit dans la résolution du Guépéou. Car il savait que personne ne le croirait. Après l’histoire avec l’officier Wrangel, après la dénonciation de l’agent provocateur envoyé par Staline à l’opposition avec une proposition de complot militaire, après tout cela, personne ne croira que les bolcheviks-léninistes, voulant convaincre le parti de la justesse de leurs vues, préparent une lutte armée. C’est pourquoi Staline n’a pas osez publier dans la Pravda ce qui a été dit dans la résolution du GPU du 18 janvier.Mais pourquoi, alors, ce mensonge évident devait-il être inclus dans la résolution du GPU ? Pas pour l’URSS, mais pour l’Europe et pour le monde entier. A travers l’agence TASS, Staline collabore régulièrement au quotidien avec la presse bourgeoise du monde entier, répandant ses calomnies contre les bolcheviks-léninistes. Staline ne pouvait pas autrement expliquer l’expulsion et les innombrables arrestations comme une indication que l’opposition se préparait à une lutte armée. Avec ce mensonge monstrueux, il a infligé le plus grand mal à la République soviétique. Toute la presse bourgeoise a dit que Trotsky, Rakovsky, Smigla, Radek, I.N.Smirnov, Beloborodov, Muralov, Mrachkovsky et bien d’autres qui ont construit la République et l’ont défendue préparent maintenant une lutte armée contre le pouvoir soviétique. On voit à quel point une telle pensée devrait affaiblir la République soviétique aux yeux du monde entier ! Pour justifier la répression, Staline est obligé de créer des légendes monstrueuses qui infligent des dommages incalculables au pouvoir soviétique. C’est pourquoi j’ai jugé nécessaire de paraître dans la presse bourgeoise et de dire au monde entier : il n’est pas vrai que l’opposition va mener une lutte armée contre le pouvoir soviétique. L’opposition a mené et continuera de mener une lutte sans merci pour le pouvoir soviétique contre tous ses ennemis. Cette déclaration a été imprimée à des dizaines de millions d’exemplaires dans les langues du monde entier. Il sert à consolider la République soviétique. Staline veut renforcer sa position en affaiblissant la République soviétique. Je veux renforcer la République soviétique en exposant les mensonges des staliniens.L’opposition a mené et continuera de mener une lutte sans merci pour le pouvoir soviétique contre tous ses ennemis. Cette déclaration a été imprimée à des dizaines de millions d’exemplaires dans les langues du monde entier. Il sert à consolider la République soviétique. Staline veut renforcer sa position en affaiblissant la République soviétique. Je veux renforcer la République soviétique en exposant les mensonges des staliniens.L’opposition a mené et continuera de mener une lutte sans merci pour le pouvoir soviétique contre tous ses ennemis. Cette déclaration a été imprimée à des dizaines de millions d’exemplaires dans les langues du monde entier. Il sert à consolider la République soviétique. Staline veut renforcer sa position en affaiblissant la République soviétique. Je veux renforcer la République soviétique en exposant les mensonges des staliniens.

2. Staline et sa presse diffusent depuis longtemps dans le monde entier le message que j’ai déclaré que la République soviétique est devenue un Etat bourgeois, que le pouvoir prolétarien a péri, etc. En Russie, de nombreux travailleurs savent qu’il s’agit d’une calomnie malveillante, qu’elle est basée sur de fausses citations. J’ai exposé ce faux des dizaines de fois dans des lettres qui se passaient de main en main. Mais la presse bourgeoise mondiale le croit ou fait semblant de le croire. Toutes les fausses citations staliniennes circulent dans les colonnes des journaux du monde entier, comme preuve que Trotsky a reconnu l’inévitabilité de la mort du pouvoir soviétique. Grâce à l’énorme intérêt de l’opinion publique mondiale, surtout des larges masses populaires, pour ce qui se passe en République soviétique, les journaux bourgeois, poussés par leurs intérêts de marché, le souci de la circulation, la pression des lecteurs,ont été obligés de publier mes articles. Dans ces articles, j’ai dit au monde entier que le pouvoir soviétique, malgré la mauvaise politique de la direction stalinienne, a les racines les plus profondes dans les masses, est très fort et survivra à ses ennemis.

Il ne faut pas oublier que l’écrasante majorité des travailleurs en Europe, surtout en Amérique, se nourrit encore de la presse bourgeoise. J’ai fait une condition que mes articles soient publiés sans aucun changement. Certes, certains journaux dans certains pays ont violé cette condition, mais la majorité l’a respectée. En tout cas, tous les journaux ont été contraints de publier que, malgré les mensonges et les calomnies des staliniens, Trotsky est convaincu de la force intérieure profonde du régime soviétique et croit fermement que les travailleurs seront capables de changer la fausse politique actuelle du Comité central par des moyens pacifiques.

Au printemps 1917, Lénine, enfermé dans une cage suisse, utilise la voiture « scellée » Hohenzollern pour s’emparer des ouvriers russes. La presse chauvine traquait Ilitch, l’appelant rien de plus qu’un mercenaire allemand et Herr Lénine. Enfermé par les thermidoriens dans la cage de Constantinople, j’ai utilisé le carrosse scellé de la presse bourgeoise pour dire la vérité au monde entier. Insensée dans sa licence, la persécution des staliniens contre « M. Trotsky » n’est qu’une répétition de la persécution bourgeoise et socialiste-révolutionnaire contre « Herr Lénine ». Avec Ilitch, j’ai un mépris calme pour l’opinion publique de la bourgeoisie et des fonctionnaires, dont Staline exprime l’âme.

3. J’ai raconté dans mes articles, déformés et falsifiés par Yaroslavsky, comment, pourquoi et dans quelles conditions j’ai été expulsé d’URSS. Les staliniens répandent dans la presse européenne le bruit qu’ils me laisseraient partir à l’étranger à ma demande. J’ai aussi exposé ce mensonge. J’ai dit que j’avais été envoyé de force à l’étranger, grâce à un accord préalable entre Staline et la police turque. Et ici, j’ai agi non seulement dans l’intérêt de me protéger personnellement contre la calomnie, mais surtout dans l’intérêt de la République soviétique. Si l’opposition tentait de quitter les frontières de l’Union soviétique, cela serait compris par le monde entier comme si nous considérions la position du gouvernement soviétique comme désespérée. En attendant, il n’y a aucune trace de cela. La politique de Staline a porté des coups terribles non seulement à la révolution chinoise, au mouvement ouvrier britannique et à l’ensemble du Komintern, mais aussi la stabilité interne du régime soviétique. C’est indéniable. Cependant, l’affaire n’est en aucun cas désespérée. L’opposition ne va en aucun cas fuir la République soviétique. J’ai catégoriquement refusé d’aller à l’étranger, proposant de m’emprisonner. Les staliniens n’osaient pas recourir à ce moyen, ils craignaient que les ouvriers ne recherchent obstinément la libération. Ils ont préféré s’entendre avec la police turque et m’ont obligé à m’installer à Constantinople. J’ai exposé cela au monde entier. Tout ouvrier pensant dira que si Staline, par l’intermédiaire de TASS, alimente la presse bourgeoise de tous les jours de calomnies contre l’opposition, alors j’étais obligé d’agir pour réfuter cette calomnie.m’offrant de m’emprisonner. Les staliniens n’osaient pas recourir à ce moyen, ils craignaient que les ouvriers ne recherchent obstinément la libération. Ils ont préféré s’entendre avec la police turque et m’ont obligé à m’installer à Constantinople. J’ai exposé cela au monde entier. Tout ouvrier pensant dira que si Staline, par l’intermédiaire de TASS, alimente la presse bourgeoise de tous les jours de calomnies contre l’opposition, alors j’étais obligé d’agir pour réfuter cette calomnie.m’offrant de m’emprisonner. Les staliniens n’osaient pas recourir à ce moyen, ils craignaient que les ouvriers ne recherchent obstinément la libération. Ils ont préféré s’entendre avec la police turque et m’ont obligé à m’installer à Constantinople. J’ai exposé cela au monde entier. Tout ouvrier pensant dira que si Staline, par l’intermédiaire de TASS, alimente la presse bourgeoise de tous les jours de calomnies contre l’opposition, alors j’étais obligé d’agir pour réfuter cette calomnie.alors je fus obligé d’agir pour réfuter cette calomnie.alors je fus obligé d’agir pour réfuter cette calomnie.

Lettre ouverte aux membres du Parti communiste de l’URSS datée de mars 1930

Chers camarades, Cette lettre est motivée par un sentiment de plus grande inquiétude quant à l’avenir de l’Union soviétique et au sort de la dictature du prolétariat. La politique de la direction actuelle, c’est-à-dire de l’étroite fraction stalinienne, pousse le pays à toute vitesse vers la crise la plus dangereuse et la pire catastrophe.

La chose même qui servait de munition contre l’opposition sous prétexte que l’opposition la rejetait – la smychka, la politique correcte envers le paysan – a été subitement oubliée, ou plutôt transformée en son contraire. Les principes les plus élémentaires du marxisme sont foulés aux pieds, notamment la question de la collectivisation. Sous l’effet direct de mesures purement administratives en 1928 et 1929, dans la lutte pour les céréales, la collectivisation a atteint des proportions que personne n’avait jamais prévues et n’a aucun rapport avec l’état réel des moyens de production. En conséquence, une voie s’est ouverte pour l’effondrement de la plupart des fermes collectives, l’aggravation de profondes divisions internes et un sérieux recul de la productivité agricole, déjà si réduite.

Koulak et Kholkhoze

Mais même la minorité des fermes collectives qui sont viables, alors que leur existence représente un progrès, n’est pas équivalente au socialisme. Avec leurs moyens de production actuels et les conditions d’économie de marché qui les accompagnent, les kolkhozes ne manqueront pas de faire sortir de leurs rangs une nouvelle couche d’exploitants paysans. La destruction administrative de la classe koulak en dehors des collectifs non seulement n’altère pas le tissu économique de la paysannerie, mais ne peut empêcher le développement du koulakisme à l’intérieur des fermes collectives. Ceci sera démontré principalement dans les artels les plus performants économiquement. En proclamant que les fermes collectives sont des entreprises socialistes, la direction actuelle fournit un excellent camouflage pour les koulaks au sein des collectivités.Bien sûr, il ne le fait pas délibérément, mais c’est précisément le problème de sa politique : irréfléchie, aveugle, sans fin et zigzaguant d’un extrême à l’autre.

Afin de fournir une base technologique, même limitée, à une collectivisation « générale », il est nécessaire d’augmenter rapidement la production de machines agricoles. Mais ce dernier dépend d’un certain nombre d’autres procédés industriels. Le plan de production a déjà atteint un degré de tension très élevé. Même en admettant que les nouveaux objectifs de production des machines agricoles soient possibles – ce qui est loin d’être certain – le rythme actuel de la collectivisation dépassera encore considérablement les possibilités matérielles.

Il ne faut jamais perdre de vue que la collectivisation n’est pas née d’une vaste épreuve démontrant les supériorités de l’économie collective sur l’économie individuelle, mais exclusivement de mesures administratives pour pallier la pénurie de pain. La nécessité de ces mesures est née, à son tour, de la politique économique incorrecte de 1923-1928, surtout du retard industriel et d’une attitude incorrecte envers les koulaks et la paysannerie pauvre.

Il est vrai que les difficultés fondamentales de la construction socialiste dépassent le pouvoir de la direction ; elles résident dans l’impossibilité d’établir une société socialiste dans un seul pays, d’ailleurs un pays particulièrement arriéré. Mais c’est précisément pourquoi il faut exiger du leadership une compréhension claire de tous les facteurs d’évolution, et la capacité de distinguer le possible de l’impossible. Dans ces limites, la réalisation de certains succès sur la voie de la construction socialiste est tout à fait possible, notamment la survie de la dictature du prolétariat jusqu’au moment de la victoire révolutionnaire dans les pays avancés.Malheureusement la direction centriste montre une incapacité fatale non seulement à évaluer avec précision les ressources internes de la dictature mais à saisir leur interdépendance avec les forces conjoncturelles mondiales actuelles.

Le plan quinquennal élaboré pour la première fois en 1926 prévoyait une croissance industrielle de 9 à 10 % par an. Sous l’influence des critiques de l’opposition, mises en relief par les événements eux-mêmes, le plan quinquennal est entièrement revu et le coefficient de croissance est porté à 20 %. Mais à partir de ce moment, la direction, alarmée par sa propre détermination, ne connut plus aucune retenue. Avant que les cadences élevées projetées ne soient mises à l’épreuve dans la pratique, avant qu’un quelconque degré de succès n’ait été atteint, avant qu’il y ait eu des améliorations dans les conditions de vie des travailleurs, la direction stalinienne a avancé le slogan « le plan quinquennal en quatre ans ! Dans le même temps, le programme de production de machines agricoles a adopté un rythme encore plus accéléré.Quant à la collectivisation des petites exploitations paysannes – tâche des plus difficiles et des plus laborieuses – elle a distancé tous les autres problèmes économiques. Comme cela s’est souvent produit dans l’histoire,le « chvostisme » (être à la traîne des événements) a cédé directement la place à son contraire, l’ aventurisme . Mais jamais auparavant il n’y avait eu un revirement d’une telle ampleur. Et surtout, jamais dans l’histoire l’enjeu n’avait été aussi important, à savoir le sort de la révolution d’Octobre elle-même.

La crise menaçante

L’économie ne peut pas être trompée. Un rythme accéléré qui dépasse les possibilités existantes conduit bientôt à la création de ressources imaginaires là où il n’y en a pas de réelles. C’est ce qu’on appelle l’inflation. Tous les symptômes en sont déjà présents et ils sont aussi les symptômes d’une crise économique menaçante. Si l’inflation n’a pas encore pris un caractère explosif, elle pèse déjà lourdement sur l’existence quotidienne des masses, provoquant une hausse des prix ou empêchant toute baisse. Le problème de la répartition des revenus des collectivités entre les besoins quotidiens immédiats et les besoins d’accumulation, c’est-à-dire de production élargie, constitue le problème fondamental de la construction socialiste,problème intimement lié à celui des relations mutuelles entre la classe ouvrière et la paysannerie ainsi qu’entre les différentes couches de la paysannerie elle-même. Ces problèmes ne peuvent être résolus a priori, c’est-à-dire bureaucratiquement. C’est une question de la vie quotidienne des masses, et les masses elles-mêmes doivent avoir un moyen d’appliquer à l’avance des « correctifs » aux programmes économiques. C’est ainsi que les questions économiques deviennent indissolublement liées à celles du régime du parti, des syndicats et des soviets. Comme on l’a dit, les causes fondamentales des contradictions existantes sont inhérentes à l’isolement de l’Union soviétique. Mais au lieu de les réduire, la politique de la direction actuelle les aggrave. C’est là que réside le défaut fondamental de tout le plan économique.Au lieu de poser comme tâche la consolidation économique de la dictature du prolétariat et son alliance avec la paysannerie à travers les rythmes économiques les plus avantageux et coordonnés intérieurement, en tenant compte des nécessités vitales des masses dans la période préparatoire et de transition actuelle, que est, jusqu’à la prochaine étape de la révolution internationale, le plan se fixe une tâche irréalisable, utopique et économiquement réactionnaire : sur la base de notre retard et de notre pauvreté, construire « dans les plus brefs délais » une société socialiste indépendante, isolée . Auparavant, les dirigeants avaient considéré cette tâche comme réalisable uniquement à un « pas d’escargot » (Boukharine). Or la direction, fuyant les désagréments des retards prolongés, fonce tête baissée au galop de l’hippodrome (le même Boukharine, reconstitué).

Par souci de rythmes erratiques et aventuriers que la direction n’a pas pris la peine de synchroniser ou de vérifier, un effort physique intense est exigé des travailleurs en même temps que leur niveau de vie est manifestement abaissé. Les sauts brusques de l’industrialisation dégradent la qualité des produits, qui à son tour rebondit aux dépens du consommateur et met en danger la production de demain.

C’est ainsi que par leur plan industriel, mais aussi agricole et financier, les dirigeants actuels conduisent le pays vers une crise douloureuse et une catastrophe politique. Au moment où s’écrivent ces lignes, nous parviennent les premiers signes du recul qui vient de s’amorcer : d’abord un article de Staline, puis une nouvelle circulaire du Comité central. Pris dans les griffes de contradictions toujours nouvelles dont il porte la responsabilité directe, Staline met pompeusement en garde contre "se laisser emporter par nos succès", capsulant sa sagesse en faisant remarquer qu’il est inadmissible, par exemple, de collectiviser la "poule de basse-cour". Comme si c’était ça le problème ! Comme si le caractère réactionnaire utopique de la « collectivisation à 100 % » ne résidait que dans la collectivisation prématurée des poules,et non dans l’organisation obligatoire d’immenses fermes collectives sans la base technologique qui seule pouvait assurer leur supériorité sur les petites.

La retraite stalinienne

La circulaire du Comité central va déjà beaucoup plus loin que l’article de Staline. En recul comme à l’offensive, la direction centriste achève infailliblement les processus organiques et leurs répercussions dans l’appareil. Après que la « collectivisation » eut embrassé – en quelques mois seulement ! – plus de la moitié de la paysannerie, les dirigeants ont soudain rappelé que « c’était en violation d’une des instructions de Lénine » concernant la nécessité pour la collectivisation d’être volontaire. Au passage, la circulaire accusait « ceux qui ont mis en œuvre la politique » de violations du « règlement de l’artel agricole » édicté par le Comité exécutif central. Ce code n’est apparu que très récemment, c’est-à-dire après que la collectivisation avait déjà englobé plus de 50 % des exploitations paysannes.

De plus – et bien plus important – ce code est plein de contradictions et d’omissions car il ignore délibérément toute différenciation au sein des collectifs, présentant les choses comme si, en dehors des koulaks, qui en sont exclus, le reste des paysans constituaient une masse homogène. Toute la politique de collectivisation équivaut à une politique de l’autruche. La circulaire du 15 mars accuse les malheureux exécuteurs de la politique de collectivisation de tous les péchés mortels, les appelant (au nom du Comité central !) la direction sur les agents subalternes, qui ont sérieusement accepté le mot d’ordre de la liquidation des classes « dans les plus brefs délais ». Après la circulaire inefficace et grossière du 15 mars, les malchanceux « exécuteurs testamentaires », et avec eux tout le parti se retrouve dans une impasse. Et maintenant ? Plus de la moitié de l’immense océan paysan est déjà socialisé. Quelle part de ce résultat revient aux « zélotes dangereux » ? Est-ce 5 p. 100 ou 40 ? Autrement dit, le caractère de la collectivisation déjà accomplie, prise dans son ensemble, repose-t-il sur un fondement économique ou purement bureaucratique ? La circulaire ne répond pas à cette question fondamentale. Pourtant, la réponse n’est pas seulement une évidence mais une mise en accusation impitoyable de la « ligne générale » de la direction.reposer sur une base économique ou purement bureaucratique ? La circulaire ne répond pas à cette question fondamentale. Pourtant, la réponse n’est pas seulement une évidence mais une mise en accusation impitoyable de la « ligne générale » de la direction.reposer sur une base économique ou purement bureaucratique ? La circulaire ne répond pas à cette question fondamentale. Pourtant, la réponse n’est pas seulement une évidence mais une mise en accusation impitoyable de la « ligne générale » de la direction.

Mais la retraite ne s’arrêtera pas avec ces premières manifestations, ni dans le domaine de la politique économique ni en relation avec la vie interne du parti. Cette fois, l’aveuglement de la direction a été démontré trop ouvertement. Le parti devra en assumer les conséquences. La dékoulakisation, la collectivisation à 100 %, la transformation bureaucratique des artels en communes – tous ces processus, encouragés hier encore sans aucune retenue, sont aujourd’hui totalement arrêtés. Bien sûr, une manœuvre diplomatique et administrative peut parfois être rude ; mais des virages brusques se répercutant sur les fondements vitaux de 25 millions d’exploitations paysannes et jetant les paysans de gauche à droite pendant une année entière ne peuvent se faire en toute impunité. Centrisme myope et aventurisme bureaucratique sortiront de cette expérience irrémédiablement compromis.

Une politique correcte en URSS n’est concevable qu’en harmonie avec une politique internationale de l’avant-garde prolétarienne. La direction du Komintern est tombée à un niveau beaucoup plus bas que la direction du Parti communiste de l’Union soviétique.

La théorie de la « troisième période »

Depuis 1923, le Komintern ne s’est pas débarrassé de ses voies tragiques qui minent l’organisation et affaiblissent son influence dans la classe ouvrière. Toujours à la traîne des événements et trébuchant à chaque fois contre leurs échos, la direction du Komintern a mené au cours de ces sept années une politique opportuniste pendant les périodes de poussée révolutionnaire et une politique putschiste pendant les périodes de recul. Ces dernières années, après que la révolution chinoise eut été perdue à cause de la direction de Staline-Bukharine, après que les saboteurs du syndicalisme britannique aient réussi avec l’aide de la bureaucratie aveugle de Moscou à étouffer le soulèvement des masses révolutionnaires, le la direction du Komintern a annoncé l’arrivée de la « troisième période » comme période de luttes révolutionnaires immédiates. Depuis, c’est-à-dire depuis deux ans,l’image de la révolution mondiale a été systématiquement déformée selon les lignes exigées par la « troisième période ». La politique révolutionnaire fondée sur l’état réel de la lutte des classes cède la place à une politique de feux d’artifice.

Ces mêmes années de folies du Komintern furent les années de renaissance de la social-démocratie. Une nouvelle génération d’ouvriers s’est formée, une génération qui n’a pas vécu la trahison de la social-démocratie pendant la guerre mais a connu au contraire les hésitations des partis communistes depuis six ou sept ans. Espérant d’un seul coup conquérir l’hégémonie sur les masses, le VIe Congrès adopta la théorie du « social-fascisme ». Comme si l’on pouvait vaincre un puissant ennemi au moyen d’une formule magique.

En identifiant les serviteurs démocrates du capital avec les gardes du corps fascistes du capital, le Komintern a rendu le plus grand service à la social-démocratie. Dans les pays où le fascisme fait preuve de force, c’est-à-dire d’abord en Italie, puis en Autriche et en Allemagne, la social-démocratie a peu de peine à montrer aux masses non seulement les différences mais aussi l’antagonisme entre elle et le fascisme. Du même coup, il s’absout d’avoir à montrer qu’il n’est pas le serviteur démocratique du capitalisme. Toute la lutte politique est ainsi transposée sur un plan artificiel, au plus grand bénéfice de la social-démocratie.

Ayant ainsi érigé un mur entre elle et les masses social-démocrates, la bureaucratie communiste a en réalité cessé de lutter contre la social-démocratie, réduisant sa tâche à des mobilisations tumultueuses de cette petite minorité de la classe ouvrière qu’elle influence. C’est à cela que servent les « jours rouges ».

Le travail à l’intérieur des syndicats est investi du même caractère.

Se référant à la nécessité indubitable d’utiliser les conflits économiques pour radicaliser les masses et ainsi préparer une grève générale et un soulèvement, la bureaucratie communiste, sous l’impulsion de la théorie de la « troisième période », applique une tactique aventuriste qui ne peut conduire qu’à défaites. Au lieu d’une étude de la situation concrète d’une lutte de grève, il y a des citations de directives récentes de Manuilsky ou Molotov. La « politisation » des grèves se réduit le plus souvent à substituer de faux slogans aux vrais, dans le dos des masses désorientées. Pour la bureaucratie du parti, le problème du maintien au pouvoir prime sur tous les autres. Plus ses erreurs sont graves, plus vite il utilise ses méthodes de lutte interne au parti au sein du mouvement syndical, consolidant temporairement ses positions dans l’appareil en remplacement de l’appui qu’il a perdu parmi les masses.

La presse officielle, et principalement la Pravda, induit ses lecteurs en erreur sur la situation réelle au sein du Komintern. Pourtant les faits sont là. A l’heure actuelle, alors que la crise commerciale et industrielle crée à nouveau une grande instabilité dans les relations capitalistes sur le plan social et international, nous voyons les partis communistes affaiblis, désorganisés intérieurement, sans confiance dans la direction, et sans la confiance des masses dans les mots d’ordre de l’Internationale communiste.

Le plus grave est que sous couvert d’« autocritique » un désastreux régime d’adulation servile devant tous les zigzags de la « ligne générale » – concocté par un groupe de fonctionnaires irresponsables – a été étendu du Parti communiste à l’Union soviétique. au Komintern.

La droite du communisme, inspirée par les éléments ouvertement opportunistes (Brandler, Louis Sellier, Lovestone, Jilek, Roy, etc.), qui, hier encore, travaillaient main dans la main avec Staline dans sa fureur aveugle contre la gauche, attire de nombreux ouvriers révolutionnaires trompés par l’aventurisme néfaste de la politique officielle. Mais le nombre d’ouvriers communistes qui s’aliènent finalement complètement est encore plus grand.


La position de l’aile gauche

La rupture entre les épigones de la direction et la tradition léniniste prend une forme organisationnelle définie : tous les cadres qui ont participé à la construction du Komintern et ont présidé à sa direction pendant la période des quatre premiers congrès sont non seulement expulsés de la direction mais dans leur écrasante majorité sont exclus des rangs du communisme officiel. Ce seul fait révèle l’abîme qui s’est créé entre aujourd’hui et le passé révolutionnaire. La nouvelle « théorie », la nouvelle politique et le nouveau régime ont acquis de nouvelles personnes. Il faut le dire ouvertement aux ouvriers : à l’heure du danger, au moment du combat décisif, le manque d’unité révolutionnaire de l’appareil du Komintern deviendra pour tous une évidence frappante. Des subordonnés irresponsables, toujours prêts à s’adapter à chaque nouveau leadership, n’ont jamais été capables de mener l’assaut contre les classes dirigeantes. L’aile gauche (les bolcheviks-léninistes), dont la critique lucide et les mots d’ordre ont été entièrement confirmés du point de vue du développement interne de l’URSS et des événements internationaux, subit les attaques les plus vicieuses. Néanmoins, et malgré tous les mensonges de la presse officielle, l’Opposition de gauche grandit et se fortifie idéologiquement à travers le monde. Les progrès ont été considérables, surtout au cours de cette dernière année. La presse de l’Opposition de gauche en Europe, en Amérique et en Asie est aujourd’hui la seule presse bolchevique-marxiste sérieuse, analysant les événements, tirant des conclusions, procédant à la formation de nouveaux cadres et posant les bases de la régénération du Komintern.L’aile gauche (les bolcheviks-léninistes), dont la critique lucide et les mots d’ordre ont été entièrement confirmés du point de vue du développement interne de l’URSS et des événements internationaux, subit les attaques les plus vicieuses. Néanmoins, et malgré tous les mensonges de la presse officielle, l’Opposition de gauche grandit et se fortifie idéologiquement à travers le monde. Les progrès ont été considérables, surtout au cours de cette dernière année. La presse de l’Opposition de gauche en Europe, en Amérique et en Asie est aujourd’hui la seule presse bolchevique-marxiste sérieuse, analysant les événements, tirant des conclusions, procédant à la formation de nouveaux cadres et posant les bases de la régénération du Komintern.L’aile gauche (les bolcheviks-léninistes), dont la critique lucide et les mots d’ordre ont été entièrement confirmés du point de vue du développement interne de l’URSS et des événements internationaux, subit les attaques les plus vicieuses. Néanmoins, et malgré tous les mensonges de la presse officielle, l’Opposition de gauche grandit et se fortifie idéologiquement à travers le monde. Les progrès ont été considérables, surtout au cours de cette dernière année. La presse de l’Opposition de gauche en Europe, en Amérique et en Asie est aujourd’hui la seule presse bolchevique-marxiste sérieuse, analysant les événements, tirant des conclusions, procédant à la formation de nouveaux cadres et posant les bases de la régénération du Komintern.dont la critique lucide et les slogans ont été entièrement confirmés du point de vue du développement interne de l’URSS et des événements internationaux, est soumis aux attaques les plus vicieuses. Néanmoins, et malgré tous les mensonges de la presse officielle, l’Opposition de gauche grandit et se fortifie idéologiquement à travers le monde. Les progrès ont été considérables, surtout au cours de cette dernière année. La presse de l’Opposition de gauche en Europe, en Amérique et en Asie est aujourd’hui la seule presse bolchevique-marxiste sérieuse, analysant les événements, tirant des conclusions, procédant à la formation de nouveaux cadres et posant les bases de la régénération du Komintern.dont la critique lucide et les slogans ont été entièrement confirmés du point de vue du développement interne de l’URSS et des événements internationaux, est soumis aux attaques les plus vicieuses. Néanmoins, et malgré tous les mensonges de la presse officielle, l’Opposition de gauche grandit et se fortifie idéologiquement à travers le monde. Les progrès ont été considérables, surtout au cours de cette dernière année. La presse de l’Opposition de gauche en Europe, en Amérique et en Asie est aujourd’hui la seule presse bolchevique-marxiste sérieuse, analysant les événements, tirant des conclusions, procédant à la formation de nouveaux cadres et posant les bases de la régénération du Komintern.l’Opposition de gauche grandit et se fortifie idéologiquement à travers le monde. Les progrès ont été considérables, surtout au cours de cette dernière année. La presse de l’Opposition de gauche en Europe, en Amérique et en Asie est aujourd’hui la seule presse bolchevique-marxiste sérieuse, analysant les événements, tirant des conclusions, procédant à la formation de nouveaux cadres et posant les bases de la régénération du Komintern.l’Opposition de gauche grandit et se fortifie idéologiquement à travers le monde. Les progrès ont été considérables, surtout au cours de cette dernière année. La presse de l’Opposition de gauche en Europe, en Amérique et en Asie est aujourd’hui la seule presse bolchevique-marxiste sérieuse, analysant les événements, tirant des conclusions, procédant à la formation de nouveaux cadres et posant les bases de la régénération du Komintern.

Dans tous les pays, l’Opposition de gauche a écarté de ses rangs tous ceux qui, sous couvert de sa bannière, s’efforçaient de dissimuler leur esprit d’opportunisme, leur dilettantisme petit-bourgeois ou leur hostilité semi-anarchiste au pays de la dictature prolétarienne. Malgré toutes les calomnies de la presse officielle, l’Opposition de gauche internationale reste inébranlable à la révolution d’Octobre et à l’Etat soviétique.

Les faux amis que la bureaucratie soviétique s’attire au moyen de concessions ou d’aumônes – les Purcell, les Fimmen et les Barbusse de tous les pays – sont tous très bons pour les « fêtes » d’anniversaire mais pas pour la lutte révolutionnaire. L’opposition est le résultat d’une sélection idéologique et est tempérée par la persécution et la répression. Aux heures difficiles, il sera en première ligne.

Le rôle de la social-démocratie

Les mencheviks russes, les socialistes-révolutionnaires et autres groupements réduits à néant en même temps que la bourgeoisie attendent avec impatience la crise, espérant sortir du vide. Les canailles « démocrates » des classes exploiteuses pensent pouvoir se relever dans la chute du pouvoir soviétique qu’elles attendent avec impatience. En réalité, la chute de la dictature du prolétariat ouvrirait une période de guerre civile pendant de nombreuses années, avec des tentatives sporadiques de dictature bonapartiste impuissante dans divers coins du pays à la manière chinoise ou de Dénikine, et avec la conséquence inévitable que l’économie et le développement culturel serait arrêté pendant de nombreuses années. La sortie de tout ce chaos ne pourrait pas être dans le sens d’une démocratie - cette forme politique est la moins probable en Russie,compte tenu de sa structure et de son histoire - mais beaucoup plus probablement prendrait la forme d’un assujettissement colonial ou d’une nouvelle révolution d’Octobre.

La social-démocratie internationale ne veut et ne peut reconnaître l’ampleur économique et culturelle de la révolution d’Octobre, qui a déployé dans tous les domaines une force de créativité inégalée par aucun régime dans l’histoire. Tous les dangers actuels, dont la source réside dans la trahison complète de la social-démocratie et sa soumission consciente au capitalisme plus les erreurs de la direction stalinienne, ne peuvent occulter un seul instant le fait que grâce au caractère prolétarien de l’État nous avons été capable d’atteindre un rythme de développement économique que le capitalisme n’a jamais connu. En soi, l’expérience de la production planifiée et de la collectivisation, malgré les contradictions et les erreurs, est une acquisition gigantesque pour toute l’humanité.De telles erreurs peuvent-elles être comparées un instant à des « erreurs » telles que la participation patriotique de la social-démocratie au massacre impérialiste ou le jeu répugnant actuel de Müller et MacDonald, qui rampent à la recherche d’une formule magique pour le rajeunissement du capitalisme ? ? Les réalisations de la révolution d’Octobre sont la preuve des possibilités infinies qui s’ouvriraient à l’Europe et à toute l’humanité si la social-démocratie d’Allemagne, de Grande-Bretagne et d’autres pays - où elle peut même devenir formellement majoritaire une fois qu’elle le veut simplement, c’est-à-dire , une fois qu’il met en avant un programme prolétarien – inscrit à l’ordre du jour de la reconstruction socialiste fondée sur une coopération indissoluble avec l’Union soviétique.qui rampe à la recherche d’une formule magique pour le rajeunissement du capitalisme ? Les réalisations de la révolution d’Octobre sont la preuve des possibilités infinies qui s’ouvriraient à l’Europe et à toute l’humanité si la social-démocratie d’Allemagne, de Grande-Bretagne et d’autres pays - où elle peut même devenir formellement majoritaire une fois qu’elle le veut simplement, c’est-à-dire , une fois qu’il met en avant un programme prolétarien – inscrit à l’ordre du jour de la reconstruction socialiste fondée sur une coopération indissoluble avec l’Union soviétique.qui rampe à la recherche d’une formule magique pour le rajeunissement du capitalisme ? Les réalisations de la révolution d’Octobre sont la preuve des possibilités infinies qui s’ouvriraient à l’Europe et à toute l’humanité si la social-démocratie d’Allemagne, de Grande-Bretagne et d’autres pays - où elle peut même devenir formellement majoritaire une fois qu’elle le veut simplement, c’est-à-dire , une fois qu’il met en avant un programme prolétarien – inscrit à l’ordre du jour de la reconstruction socialiste fondée sur une coopération indissoluble avec l’Union soviétique.une fois qu’il avance un programme prolétarien – mis à l’ordre du jour la reconstruction socialiste basée sur une coopération indissoluble avec l’Union soviétique.une fois qu’il avance un programme prolétarien – mis à l’ordre du jour la reconstruction socialiste basée sur une coopération indissoluble avec l’Union soviétique.

Contre la trahison « socialiste »

Mais cela est hors de question, car la social-démocratie constitue la base « démocratique » du conservatisme capitaliste et est l’avant-dernière ressource d’une société fondée sur l’exploitation. Sa ressource ultime sera le fascisme.

La « critique » social-démocrate du régime soviétique est comme le cri du veilleur de nuit : elle sert à maintenir la tranquillité des propriétaires et à les laisser dormir la nuit. Pour lutter contre la dictature du prolétariat, la social-démocratie utilise les difficultés qu’elle a elle-même créées pour l’Union soviétique, augmentées de celles que la direction a causées. Si vis-à-vis du monde capitaliste la social-démocratie joue un rôle protecteur , vis-à-vis de l’URSS sa tâche a une vocation purement restaurationniste.personnage. La lutte pour la « démocratie » et la « liberté » – dans l’arène de l’impérialisme mondial protégé par la social-démocratie – signifie une lutte pour la revitalisation du capitalisme. C’est la seule raison pour laquelle la question est importante. Il indique que plus la crise s’aggrave, plus notre lutte deviendra implacable contre tous les agents démocratiques de la restauration, quels qu’ils soient. En même temps, les événements prouvent que le communisme ne peut lutter victorieusement contre la social-démocratie que sur la voie tracée par l’opposition.

* * *

Le parti est l’arme politique suprême. C’est le parti qui incarne les possibilités de la révolution et de son avenir. Mais c’est du parti lui-même que procèdent aujourd’hui les dangers. L’aventurisme de la bureaucratie ne se préoccupe pas du sort du parti. Parallèlement à la campagne pour la collectivisation à 100 %, il y a la volonté d’inscrire 100 % des ouvriers d’usine et de magasin dans le parti. Cela signifie rien de moins que la dissolution du parti dans la classe, c’est-à-dire l’abolition du parti. L’appareil bureaucratique acquiert en même temps de plus en plus d’autosuffisance. Son comportement erratique ne rencontre ni critique, ni correction, ni opposition, jusqu’à ce que les événements eux-mêmes ripostent. Les premières secousses d’avertissement sont déjà arrivées.Tout indique que le prochain tremblement sera beaucoup plus redoutable que tous ceux qui ont précédé.

L’ensemble de la population du pays, même si ce n’est pas très visible, en tient compte très profondément. Naturellement, chaque classe à sa manière. Un malaise sourd envahit la fête. Mais le régime qui prévaut dans le parti est tel que personne n’ose exprimer ses craintes ni même se poser des questions. Le régime de « l’autocritique » dans sa nouvelle étape oblige chacun à souscrire non seulement à l’absolue justesse mais aussi au « génie » de la direction et à traquer ceux que les ordres de direction traquaient.

Victoire de Staline sur le Parti

Il en ressort clairement que la « victoire » de la bureaucratie stalinienne sur l’opposition était en même temps une victoire sur le parti. Ce processus coïncide avec l’épuisement de toute une couche de révolutionnaires, avec la croissance de la bureaucratie et de la petite bourgeoisie en URSS, avec la vague de la réaction capitaliste et de la social-démocratie dans le monde entier, avec la défaite des mouvements révolutionnaires, avec l’affaiblissement de l’influence du communisme et le renforcement des tendances opportunistes dans ses rangs.

La crise de la collecte des céréales de 1927-1928 l’ayant conduit dans une impasse, l’appareil stalinien renverse brusquement sa politique et entame une lutte contre une partie des forces petites-bourgeoises dont il a mobilisé l’aide contre l’aile gauche. Sans la moindre hésitation, l’opposition entérina ce revirement et se déclara prête à soutenir la direction jusqu’au bout dans le sens d’une politique révolutionnaire et d’un nettoyage du régime du parti.

Mais il est aujourd’hui incontestable que le basculement à gauche de 1928, qui fut à l’origine d’un zigzag extrêmement aigu, n’a pas entraîné un nouveau cap. Elle ne pouvait pas en aboutir, puisqu’elle ne s’accompagnait pas de la régénération idéologique du parti. Rien n’a changé : c’est toujours le même méli-mélo misérable et éclectique à la place de la théorie vivante ; toujours la même sélection bureaucratique fractionnelle du personnel, mais avec une base beaucoup plus étroite ; toujours les mêmes procédés mécaniques, mais poussés à l’extrême.

Le programme de liquidation administrative d’une classe n’est en réalité pas moins désastreux dans le domaine politique que le rapport scandaleux de Staline à la conférence des agronomes marxistes ne l’a été dans le domaine de la théorie. Il doit y avoir des milliers et des milliers de personnes dans le parti de Lénine qui se sentent mal à l’aise et indignées par la politique et la théorie de Staline. Néanmoins, il n’y eut aucune protestation. Personne n’a osé répondre, tandis que dans la presse les derniers flagorneurs ont commencé à promouvoir les idées de ce rapport ignorant comme le dernier mot de la pensée historique.

Le groupe stalinien de haut niveau a pris le commandement de la manière la plus déguisée. C’est précisément pourquoi l’époque de sa plus grande victoire – lorsque les « dirigeants » de la droite ont capitulé – a aussi été le début de sa fin en tant que force dominante du parti. Le couronnement de la direction infaillible a été jugé nécessaire au moment même où cette même direction faisait face à la faillite.

L’existence du parti devient de plus en plus illusoire. Staline gère les congrès du parti d’une manière plus honteuse que le tsar ne l’a fait la Douma. En même temps, dans les limites formelles du Parti communiste, il y a plusieurs dizaines de milliers de prolétaires révolutionnaires qui peuvent devenir et deviendront la force motrice de la régénération du parti. Nous relions le destin de notre faction à ce noyau.

Conditions des cadres de l’opposition

Les circonstances dans lesquelles le cadre de l’opposition a été placé sont absolument sans précédent dans l’histoire du mouvement révolutionnaire. Aux dures conditions matérielles de la déportation s’ajoute le système de l’isolement politique complet. Un système complexe de mesures d’ordre politique et personnel vise à briser les reins de la résistance en exil. En même temps, la presse officielle apporte aux opposants, abandonnés dans les régions les plus reculées du pays, des rapports élogieux sur les progrès de la collectivisation, de l’industrialisation et des victoires ininterrompues des partis communistes à travers le monde.

Certains des éléments isolés et plus faibles ne résistent pas à cette pression. Mais la plupart des capitulations sont évidemment simulées. Brisés et épuisés, ils signent ce qu’ils ne croient pas. Une nouvelle série de capitulations se prépare pour le XVIe Congrès, commençant par des négociations furtives et suivies d’accords secrets en coulisses. Ce genre de pièce de théâtre est l’une des manifestations les plus répugnantes de l’épuisement révolutionnaire et de la décadence morale. L’invocation pathétique du soi-disant besoin de « retourner » au parti n’est qu’un signe de cynisme envers ce parti. Car le parti peut-il être servi par la tromperie et le mensonge ? C’est pourquoi les capitulaires les plus « éminents » se transforment aussitôt en cadavres politiques non enterrés, tandis que l’opposition expulsée et traquée reste un facteur actif dans la vie de la république soviétique et de l’Internationale communiste.

Après tout, il n’y a rien de très étonnant là-dedans. Les innombrables livres et pamphlets contre l’opposition publiés depuis 1923, les recueils spéciaux de citations préparés pour les congrès et conférences, les arsenaux construits contre le « trotskisme », etc., sont aujourd’hui la preuve la plus convaincante en faveur de l’opposition. Nous nous appuyons sur notre propre plate-forme. Ils le craignent mortellement, tout en cherchant à l’assaillir au moyen de polémiques provocatrices. Pourtant, aujourd’hui comme hier, toute la vie idéologique du parti est centrée sur la plate-forme oppositionnelle.

La déclaration du camarade Rakovsky, soutenue par les cadres de base de l’opposition, était une application de la politique du front unique envers le parti. La direction centriste y a répondu en intensifiant les répressions. À l’expression par l’opposition de sa volonté sincère d’atténuer la rigidité organisationnelle de notre lutte pour une ligne marxiste, l’appareil a répondu en tirant sur Blumkin. Nous devons en parler ouvertement au parti et à la classe ouvrière. Nous devons expliquer le sens de notre proposition, nommer les responsables de son rejet et proclamer notre détermination indestructible à lutter pour notre opinion et à doubler, quintupler, décupler nos efforts pour consolider la faction bolchévique-léniniste. Ce n’est qu’ainsi que la fidélité à la révolution d’Octobre peut se manifester aujourd’hui.


Un proverbe français dit qu’il faut savoir parfois reculer pour mieux bondir en avant. C’est la position dans laquelle se trouvent aujourd’hui les dirigeants de l’Etat soviétique et du Komintern. Tous deux sont poussés par leur propre aventurisme dans une impasse. Plaçant le « prestige » au-dessus des intérêts de la révolution mondiale, la bureaucratie centriste serre de plus en plus fort l’étau autour du cou du parti. En matière de tactique, la première tâche est la suivante : se retirer des positions aventuristes. Un recul est de toute façon inévitable. Elle doit être effectuée dans les plus brefs délais et de la manière la plus ordonnée possible.

Mettre fin à la collectivisation « complète » en la remplaçant par une sélection rigoureuse fondée sur une réelle liberté de choix. Faire correspondre les collectifs aux ressources réellement disponibles. Mettre fin à la politique d’abolition administrative des koulaks. Enrayer les tendances à l’exploitation des koulaks restera une politique nécessaire pendant de nombreuses années. La politique fondamentale en ce qui concerne les exploitations koulaks doit consister en un système de contrat rigide, c’est-à-dire un contrat avec les organes gouvernementaux obligeant les koulaks à fournir des produits spécifiques à des prix spécifiques.

Mettre un terme à l’industrialisation au galop « hippodrome ». Réévaluer la question des rythmes de développement à la lumière de l’expérience, en tenant compte de la nécessité d’élever le niveau de vie des masses. Poser à brûle-pourpoint la question de la qualité de la production, aussi vitale pour le consommateur que pour le producteur.

Mettre un terme à l’inflation en établissant une discipline financière rigide avec une réduction correspondante des plans qui nous dépassent.

Abandonner l’« idéal » d’une économie fermée. Élaborez une nouvelle variante des plans basée sur autant d’interactions que possible avec le marché mondial.

Sur la base du chômage croissant dans un certain nombre de pays, développer une campagne internationale sérieuse de propositions concrètes pour renforcer la coopération économique avec l’Union soviétique.

Organisez une offensive des masses ouvrières sous ce mot d’ordre, en particulier des chômeurs, contre le gouvernement social-démocrate en Allemagne et le gouvernement travailliste en Grande-Bretagne.

Cessez de considérer le Komintern comme un appareil auxiliaire de lutte contre les dangers de l’intervention. Il ne s’agit plus de manifestations occasionnelles contre la guerre mais d’une lutte contre l’impérialisme et pour la révolution mondiale. Il est nécessaire de développer une véritable lutte pour gagner les masses dans les pays capitalistes, en tenant compte de l’état réel des processus économiques et politiques dans chaque pays.

Arrêtez de falsifier les faits, de transformer (verbalement) des conflits économiques insignifiants ou de petites manifestations en luttes prétendument révolutionnaires. Mettre fin à la falsification des données statistiques au service de schémas préconçus. Chassez de chez nous les vantards et les menteurs – ceux qui trahissent les masses.

Abandonnez la scolastique de la « troisième période » !

Fini la politique aventurière des « jours rouges » !

Condamnez la théorie du « social-fascisme », qui rend le plus grand service à la social-démocratie !

Retour à la politique léniniste du front unique !

La perte d’influence sur la jeunesse est l’un des symptômes les plus menaçants de l’abîme qui s’ouvre devant le Komintern et les masses. Jamais encore le bureaucratisme amer, cynique, intéressé et vaniteux n’a pu se frayer un chemin dans le cœur des jeunes générations.

Ce qu’il faut, ce ne sont pas des ordres officiels, mais une direction sensible et pleine de tact de la part du parti. Il faut donner à la jeunesse prolétarienne l’opportunité de développer sa propre initiative, de porter ses propres jugements, de discuter, de commettre des erreurs et de les corriger. Sans de telles mesures élémentaires, il y a un danger de rupture totale entre les générations révolutionnaires.

Surtout, il est nécessaire de modifier la politique du Komintern à l’Est.

L’organisation de la guérilla paysanne en Chine alors que le mouvement ouvrier dans les centres prolétariens continue de stagner est à jeter de la poussière aux yeux – c’est la voie sûre vers la destruction du Parti communiste. Il faut arrêter de jouer avec le feu de l’aventurisme. Le Parti communiste chinois doit être armé des slogans de la démocratie révolutionnaire pour l’aider dans la mobilisation des grandes masses dans les villes et les campagnes.

La faiblesse du prolétariat indien au moment où une profonde crise révolutionnaire se développe au cœur d’un immense pays colonial s’explique par le long règne de la théorie et de la pratique réactionnaires du « parti ouvrier et paysan » (Staline).

L’abandon lâche à mi-chemin de cette théorie ne suffit pas. Elle doit être impitoyablement condamnée comme le pire exemple de la trahison politique qui a depuis longtemps compromis les forces prolétariennes du Japon, de l’Inde, de l’Indonésie et d’autres pays de l’Est.

Avec non moins de détermination, il faut répudier le mot d’ordre de la « dictature démocratique du prolétariat et de la paysannerie », qui n’est qu’une couverture réactionnaire pour une politique dans le sens du Guomindang, c’est-à-dire pour l’hégémonie et la dictature du bourgeoisie dans la révolution nationale.

Le programme du Komintern adopté au sixième congrès est entièrement éclectique. Il donne une conception erronée de la situation mondiale. Il est construit sur un mélange d’internationalisme et de national-socialisme. Il donne une caractérisation menchevik des révolutions coloniales et du rôle que la bourgeoisie libérale y joue. Elle est impuissante et inepte dans le domaine des revendications transitoires. Il défend le slogan erroné de « dictature démocratique ». Il combine la scolastique de Boukharine avec l’empirisme de Staline et donne une justification théorique à tous les zigzags du centrisme.

Il faut construire un programme digne de la théorie de Marx et de l’école révolutionnaire de Lénine.

* * *

Il est impossible de sortir des contradictions actuelles sans crises et sans luttes. Un changement favorable du rapport des forces à l’échelle mondiale, un certain succès éclatant de la révolution, constitueraient un facteur important et même décisif dans les affaires intérieures de l’Union soviétique. Mais il est impossible de construire une politique sur l’attente d’un salut miraculeux « dans les plus brefs délais ». Certes, les crises économiques et révolutionnaires ne manqueront pas dans la période à venir, notamment en Europe et en Asie. Mais cela ne suffira pas à résoudre le problème. Si les défaites d’après-guerre nous ont appris quelque chose, c’est que sans un parti fort et confiant qui a gagné la confiance des masses la victoire est inconcevable – Mais sur ce point très décisif, le bilan de la période post-Lénine accuse un déficit marqué .C’est pourquoi il faut pouvoir prévoir que la situation intérieure et internationale annonce une période de difficultés prolongées et graves qui auront des répercussions politiques. Les questions refoulées, les doutes cachés, le lourd mécontentement des masses vont remonter à la surface. Le problème est de comprendre s’ils vont exploser tumultueusement, prenant le parti par surprise, ou si le parti saura rassembler suffisamment de forces au moment décisif pour redevenir un nouveau parti (ou plutôt l’ancien parti) en déterminant son rôle dans égard aux masses laborieuses. La clé de l’avenir se trouve dans cette alternative.les doutes cachés, le lourd mécontentement des masses vont remonter à la surface. Le problème est de comprendre s’ils vont exploser tumultueusement, prenant le parti par surprise, ou si le parti saura rassembler suffisamment de forces au moment décisif pour redevenir un nouveau parti (ou plutôt l’ancien parti) en déterminant son rôle dans égard aux masses laborieuses. La clé de l’avenir se trouve dans cette alternative.les doutes cachés, le lourd mécontentement des masses vont remonter à la surface. Le problème est de comprendre s’ils vont exploser tumultueusement, prenant le parti par surprise, ou si le parti saura rassembler suffisamment de forces au moment décisif pour redevenir un nouveau parti (ou plutôt l’ancien parti) en déterminant son rôle dans égard aux masses laborieuses. La clé de l’avenir se trouve dans cette alternative.

Faire le recul nécessaire, renouveler son arsenal stratégique sans trop de dégâts et sans perdre son sens du recul, cela n’est possible que pour un parti qui comprend bien son objectif et connaît sa force.

Cela exige une critique collective de toute l’expérience du parti dans la période post-Lénine. La fraude et les mensonges de « l’autocritique » doivent être remplacés par une démocratie interne au sein du parti. Un examen général de la ligne générale – non dans son application mais dans son sens – c’est par là qu’il faut commencer. Seule l’Opposition de gauche est capable dans les circonstances présentes de critiquer et d’expliquer sans crainte tout ce qui se passe dans le pays et le parti, dans la mesure où c’est le résultat de tout le cours précédent du développement. Tant que cela n’a pas été compris, il ne sert à rien de parler d’une quelconque « ligne générale » quelle qu’elle soit.

A l’heure actuelle, l’Opposition de gauche est plus que jamais une nécessité pour le parti. Les crimes de l’appareil stalinien doivent être arrêtés et l’opposition doit reprendre sa place au sein du parti. C’est ce que nous dirons une fois de plus au XVIe Congrès.

La mission de l’opposition à l’heure actuelle peut être formulée comme suit : décupler ses efforts pour aider le parti, malgré tous les obstacles, à surmonter la crise profonde qui se manifeste à l’intérieur, avant que ne se développe dans toute son ampleur une crise de la révolution.

De même que pendant les années de massacre impérialiste, de petits groupes intransigeants et même des individus révolutionnaires isolés – les « renégats » des années de guerre impérialiste – incarnaient l’internationalisme prolétarien, de même l’Opposition de gauche, peu nombreuse et persécutée, est la gardienne du parti révolutionnaire. Ni l’oppression des dirigeants ni la trahison des faibles et des épuisés ne diminueront notre détermination. Contre le bureaucratisme ! Contre l’opportunisme ! Contre l’aventurisme !

Pour la révolution d’Octobre !

Pour la régénération du Parti communiste et du Komintern sur la base du léninisme !

Pour la révolution prolétarienne internationale !

Prinkipo, 23 mars 1930 LD Trotski

Lettre de Trotsky aux travailleurs de l’URSS datée du 21 avril 1940

Salut aux ouvriers soviétiques, aux kolkhoziens, aux soldats de l’Armée rouge et aux marins de la Marine rouge ! Salutations du lointain Mexique où j’ai trouvé refuge après que la clique stalinienne m’ait exilé en Turquie et après que la bourgeoisie m’ait traqué de pays en pays !

Chers camarades ! La presse stalinienne mensongère vous trompe malicieusement depuis longtemps sur toutes les questions, y compris celles qui me concernent et qui concernent mes co-penseurs politiques. Vous ne possédez pas de presse ouvrière ; vous ne lisez que la presse de la bureaucratie, qui ment systématiquement pour vous maintenir dans l’obscurité et sécuriser ainsi le règne d’une caste parasitaire privilégiée.

Ceux qui osent élever la voix contre la bureaucratie universellement détestée sont appelés « trotskystes », agents d’une puissance étrangère ; stigmatisés comme des espions - hier c’étaient des espions de l’Allemagne, aujourd’hui ce sont des espions de l’Angleterre et de la France - puis envoyés affronter le peloton d’exécution. Des dizaines de milliers de combattants révolutionnaires sont tombés sous la bouche des GPU Mausers en URSS et dans les pays étrangers, notamment en Espagne. Tous ont été décrits comme des agents du fascisme. Ne croyez pas cette abominable calomnie ! Leur crime consistait à défendre les ouvriers et les paysans contre la brutalité et la rapacité de la bureaucratie. Toute la vieille garde du bolchevisme, tous les collaborateurs et assistants de Lénine, tous les combattants de la révolution d’Octobre, tous les héros de la guerre civile, ont été assassinés par Staline.Dans les annales de l’histoire, le nom de Staline sera à jamais inscrit avec la tristement célèbre marque de Caïn !

La révolution n’a pas été faite pour les bureaucrates

La révolution d’Octobre a été accomplie pour le bien des travailleurs et non pour le bien de nouveaux parasites. Mais du fait du retard de la révolution mondiale, de la fatigue et, dans une large mesure, du retard des ouvriers russes et surtout des paysans russes, s’est élevée sur la République soviétique et contre ses peuples une nouvelle caste oppressive et parasitaire. , dont le chef est Staline. L’ancien parti bolchevik est devenu un appareil de caste. L’organisation mondiale qu’était autrefois l’Internationale communiste est aujourd’hui un instrument souple de l’oligarchie de Moscou. Les soviets d’ouvriers et de paysans ont péri depuis longtemps. Ils ont été remplacés par des commissaires, des secrétaires et des agents du GPU dégénérés.

Mais, heureusement, parmi les conquêtes survivantes de la révolution d’Octobre figurent l’industrie nationalisée et l’économie soviétique collectivisée. Sur cette base, les Soviets ouvriers peuvent construire une société nouvelle et plus heureuse. Cette fondation ne peut être cédée par nous à la bourgeoisie mondiale sous aucune condition. Il est du devoir des révolutionnaires de défendre bec et ongles toutes les positions acquises par la classe ouvrière, qu’il s’agisse de droits démocratiques, d’échelles salariales ou d’une conquête aussi colossale de l’humanité que la nationalisation des moyens de production et l’économie planifiée. Ceux qui sont incapables de défendre des conquêtes déjà acquises ne peuvent jamais se battre pour de nouveaux cris. Contre l’ennemi impérialiste, nous défendrons l’URSS de toutes nos forces. Cependant,les conquêtes de la révolution d’Octobre ne serviront le peuple que s’ils se montrent capables de traiter avec la bureaucratie stalinienne, comme à leur époque ils ont traité avec la bureaucratie tsariste et la bourgeoisie.

Le stalinisme met l’Union soviétique en danger

Si la vie économique soviétique avait été menée dans l’intérêt du peuple ; si la bureaucratie n’avait pas dévoré et gaspillé en vain la majeure partie du revenu national ; si la bureaucratie n’avait pas foulé aux pieds les intérêts vitaux de la population, alors l’URSS aurait été un grand pôle d’attraction magnétique pour les travailleurs du monde et l’inviolabilité de l’Union soviétique aurait été assurée. Mais le tristement célèbre régime oppressif de Staline a privé l’URSS de son pouvoir d’attraction. Pendant la guerre avec la Finlande, non seulement la majorité des paysans finlandais mais aussi la majorité des ouvriers finlandais se sont montrés du côté de leur bourgeoisie. Ce n’est guère surprenant puisqu’ils connaissent l’oppression sans précédent à laquelle la bureaucratie stalinienne soumet les ouvriers de la ville voisine de Leningrad et de toute l’URSS.La bureaucratie stalinienne, si sanguinaire et impitoyable chez elle et si lâche devant les ennemis impérialistes, est ainsi devenue la principale source de danger de guerre pour l’Union soviétique.

L’ancien parti bolchevique et la IIIe Internationale se sont désintégrés et décomposés. Les révolutionnaires honnêtes et avancés ont organisé à l’étranger la Quatrième Internationale qui a des sections déjà établies dans la plupart des pays du monde. Je suis membre de cette nouvelle Internationale. En participant à ce travail, je reste sous la même bannière que j’ai servie avec vous ou vos pères et vos frères aînés en 1917 et tout au long des années de la guerre civile, la même bannière sous laquelle, avec Lénine, nous avons construit l’État soviétique et l’Armée rouge.

But de la Quatrième Internationale

Le but de la Quatrième Internationale est d’étendre la révolution d’Octobre au monde entier et en même temps de régénérer l’URSS en la purgeant de la bureaucratie parasitaire. Cela ne peut être réalisé que d’une seule manière : par les ouvriers, les paysans, les soldats de l’Armée rouge et les marins de la Marine rouge, se levant contre la nouvelle caste d’oppresseurs et de parasites. Pour préparer ce soulèvement, il faut un nouveau parti, une organisation révolutionnaire hardie et honnête des ouvriers avancés. La Quatrième Internationale se donne pour tâche la construction d’un tel parti en URSS.

Ouvriers avancés ! Soyez le premier à vous rallier à la bannière de Marx et Lénine qui est désormais la bannière de la Quatrième Internationale ! Apprenez à créer, dans les conditions de l’illégalité stalinienne, des cercles révolutionnaires soudés et fiables ! Établissez des contacts entre ces cercles ! Apprenez à établir des contacts par l’intermédiaire de personnes fidèles et fiables, en particulier les marins, avec vos co-penseurs révolutionnaires en terres bourgeoises ! C’est difficile, mais c’est faisable.

La guerre actuelle s’étendra de plus en plus, empilant ruines sur ruines, engendrant de plus en plus de chagrin, de désespoir et de protestation, poussant le monde entier vers de nouvelles explosions révolutionnaires. La révolution mondiale revigorera les masses ouvrières soviétiques avec un nouveau courage et une nouvelle détermination et sapera les appuis bureaucratiques de la caste de Staline. Il faut préparer cette heure par un travail révolutionnaire systématique et obstiné. Le sort de notre pays, l’avenir de notre peuple, le destin de nos enfants et petits-enfants sont en jeu.

A bas Caïn Staline et sa Camarilla !

A bas la bureaucratie rapace !

Vive l’Union soviétique, la forteresse des travailleurs !

Vive la Révolution Socialiste Mondiale !

Fraternellement,

LEON TROTSKY

Mai 1940

ATTENTION ! La presse de Staline déclarera bien sûr que cette lettre est transmise à l’URSS par des « agents de l’impérialisme ». Soyez prévenu que cela aussi est un mensonge. Cette lettre parviendra à l’URSS grâce à des révolutionnaires fiables qui sont prêts à risquer leur vie pour la cause du socialisme. Faites des copies de cette lettre et donnez-lui la plus large diffusion possible. LT

Trotsky sur l’URSS en janvier 1936

Dites aux travailleurs la vérité sur la traque de Staline contre les révolutionnaires en Union soviétique

Les lettres et les documents publiés récemment par les camarades Tarov et Ciliga ont servi à stimuler grandement l’intérêt pour les répressions de la bureaucratie soviétique contre les combattants révolutionnaires. Dix-huit ans après la Révolution d’Octobre, à l’heure où, conformément à la doctrine officielle, le socialisme a vaincu « définitivement et irrévocablement » en URSS des révolutionnaires indéfectiblement dévoués à la cause du communisme mais qui ne reconnaissent pas le dogme de la l’infaillibilité de la clique stalinienne sont enfermés en prison pendant des années ; incarcéré dans des camps de concentration ; obligé de faire du travail forcé ; soumis, s’ils tentent de résister, à des tortures physiques ; abattu en cas de tentatives d’évasion réelles ou fictives ; ou délibérément poussé au suicide. Quand des centaines de prisonniers, pour protester contre le harcèlement intolérable, recours aux terribles moyens de la grève de la faim, ils sont soumis à une alimentation forcée, uniquement pour être placés plus tard dans des conditions encore pires. Lorsque des révolutionnaires isolés, ne trouvant pas d’autre moyen de protestation, se coupent les veines, les agents du GPU, c’est-à-dire les agents de Staline, ne « sauvent » les suicides que pour démontrer ensuite avec une bestialité redoublée qu’il n’y a pas de véritable salut pour eux.

Dans ce tableau horrible, le récit du camarade Ciliga introduit un élément particulièrement tragique. Il était l’un des anciens dirigeants de la section yougoslave du Komintern. Dans toutes les autres conditions, les divergences d’opinion entre les chefs de ce parti auraient été réglées par la discussion, par une convention et, dans les cas extrêmes, par une scission. Mais pas au Komintern. La section du Comité central national qui, à un moment donné, exécute les instructions de la clique de Moscou, transmet à cette dernière une demande de la débarrasser de l’opposition. Staline ordonne aux opposants de se rendre à Moscou, où, après une brève tentative de les « convaincre », ils sont placés en état d’arrestation, placés à l’isolement et soumis à d’autres formes d’extirpation physique.Parmi les centaines de personnes tuées comme étant « impliquées » dans l’affaire Kirov – c’est-à-dire n’étant dans la plupart des cas aucunement impliquées dans cette affaire – un certain nombre d’opposants bulgares et autres étrangers ont été abattus. Le droit d’asile des réfugiés révolutionnaires est donc conditionné à leur obligation de renoncer à tout droit de penser de façon indépendante. Un appel à Moscou « pour une conférence » implique à maintes reprises un piège perfide. Si le « criminel » est hors de portée, alors sa femme, sa fille ou son fils sont saisis. Dans ces cas, les agents de Staline utilisent des méthodes dignes des gangsters américains les plus qualifiés.Le droit d’asile des réfugiés révolutionnaires est donc conditionné à leur obligation de renoncer à tout droit de penser de façon indépendante. Un appel à Moscou « pour une conférence » implique à maintes reprises un piège perfide. Si le « criminel » est hors de portée, alors sa femme, sa fille ou son fils sont saisis. Dans ces cas, les agents de Staline utilisent des méthodes dignes des gangsters américains les plus qualifiés.Le droit d’asile des réfugiés révolutionnaires est donc conditionné à leur obligation de renoncer à tout droit de penser de façon indépendante. Un appel à Moscou « pour une conférence » implique à maintes reprises un piège perfide. Si le « criminel » est hors de portée, alors sa femme, sa fille ou son fils sont saisis. Dans ces cas, les agents de Staline utilisent des méthodes dignes des gangsters américains les plus qualifiés.

Les soi-disant partis communistes non seulement dissimulent ces méchancetés sans précédent de MM. Marshals et Super-Marshals contre les révolutionnaires – méchancetés auxquelles participent directement les dirigeants des différentes sections du Komintern – mais la presse du Komintern cherche par dessus de cela pour renverser le fil de l’accusation contre les victimes elles-mêmes. Ici, vous voyez, ne sont pas de simples oppositionnels, ni des bolcheviks qui se rebellent contre l’arbitraire de Staline ou la dégénérescence patriotique du Komintern. Non ; il s’agit, s’il vous plaît, des « terroristes », des conspirateurs contre la personne sacrée du Chef ou d’un de ses maréchaux, et enfin, des agents d’espionnage étranger, les mercenaires d’Hitler ou du Mikado. Zinoviev et Kamenev ont été pris en flagrant délit d’un crime horrible : ils ont critiqué (entre quatre murs !) les rythmes aventureux de la collectivisation qui ont conduit à la destruction insensée de millions de personnes. Un tribunal véritablement prolétarien, instruisant l’affaire, aurait indubitablement mis en prison les aventuriers-collectivistes. Mais le tribunal de Staline et Yagoda a condamné Zinoviev et Kamenev à dix ans de prison pour – un acte terroriste dans lequel ils n’étaient et ne pouvaient en aucun cas être impliqués !

Il n’y a pas plus de deux ans, la presse social-démocrate, ouvrière et syndicale s’emparait avec empressement des révélations non seulement des crimes réels mais aussi fictifs de la bureaucratie soviétique, afin de compromettre ainsi la Révolution d’Octobre dans son ensemble. A l’heure actuelle, une volte-face complète s’est opérée dans ce sens, en Europe du moins. La politique du « front unique » social-patriote s’est transformée en une conspiration de dissimulation mutuelle. Même dans les pays où il n’existe pas de front unique en raison de l’insignifiance des partis communistes, les organisations réformistes préfèrent ne pas se quereller avec la haute bourgeoisie du Kremlin qui, aujourd’hui, après avoir inscrit sur leur bannière la défense de la Société des Nations et de la patrie démocratique,sont infiniment plus proches d’eux que les internationalistes révolutionnaires persécutés. La « défense de l’URSS » sert bien sûr de pieuse justification pour passer sous silence les crimes de la bureaucratie stalinienne. A ce propos, il faut aussi mentionner une catégorie particulière des « amis » professionnels du Kremlin : intellectuels en quête d’un idéal à trancher, écrivains qui ont fait le point sur les supériorités de la Maison d’édition d’État, avocats avides de pour la publicité et, enfin, les simples amateurs attirés par les voyages gratuits et les banquets d’anniversaire. Ces gens, parasites la plupart du temps, diffusent alors avec empressement dans les deux hémisphères les inventions et les insinuations que les agents de la GPU bourdonnent aux oreilles de leurs « amis » lors des soupers héroïques donnés en l’honneur de la Révolution d’Octobre.Qu’il suffise de se référer au rôle indigne assumé par un écrivain aussi remarquable que Romain Rolland !

La fraternisation entre les chefs du Komintern dégénéré et les chefs de la IIe Internationale suscite cependant aussi une réaction salutaire. Un nombre toujours plus grand d’ouvriers avancés commencent à ouvrir les yeux. Des « mœurs socialistes » telles que ramper constamment sur le ventre devant les « chefs », la flatterie byzantine, la création de castes de colonels, généraux et maréchaux « rouges », le culte réactionnaire de la famille petite-bourgeoise, jusqu’à la résurrection de l’arbre de Noël – tout cela oblige les travailleurs pensants de tous les pays à deviner à quel point la couche dirigeante de l’Union soviétique a réussi à dégénérer. Sur ce sol de conscience critique éveillée tombent aujourd’hui les récits des bestialités perpétrées par la bureaucratie sur ces révolutionnaires qui menacent ses privilèges sacrés,et qui refusent obstinément d’accepter l’évangile de Dimitrov, Litvinov et la Société des Nations.

Le nombre de ces « criminels » ne cesse d’augmenter. Au cours de la dernière purge du parti au pouvoir en URSS (fin 1935), il y a eu expulsion, pour autant que l’on puisse déduire des données officielles de dix à vingt mille "trotskystes" seulement. Tous les expulsés de cette catégorie sont, en règle générale, immédiatement arrêtés et soumis aux conditions qui prévalaient autrefois dans les camps de travaux forcés tsaristes. Ces faits doivent être portés à la connaissance de la classe ouvrière du monde entier !

Certes, même à l’heure actuelle, on trouve encore en Occident pas mal de militants du mouvement ouvrier qui se posent sincèrement la question suivante : Mais des dénonciations de ce genre ne porteront-elles pas préjudice à l’Union soviétique ? N’y a-t-il pas un risque qu’avec l’eau du bain, le bébé soit lui aussi jeté hors de la baignoire ? Ces craintes, cependant, n’ont aucun fondement dans la réalité.

Les révélations des bestialités staliniennes perpétrées contre les révolutionnaires peuvent-elles nuire à l’Union soviétique aux yeux du monde bourgeois ? C’est tout le contraire, car toute la bourgeoisie, y compris les émigrés des gardes blancs, voit le meilleur gage de la « normalisation » du régime soviétique dans l’offensive d’extermination de Staline contre les bolcheviks-léninistes et autres révolutionnaires. La presse capitaliste sérieuse et responsable du monde entier est unanime à applaudir la lutte contre les « trotskystes ». Petite merveille ! Car Litvinov, aux côtés des représentants de la réaction mondiale, siège à la Commission genevoise de lutte contre le « terrorisme ». Il ne s’agit bien sûr pas ici de la question de la lutte contre la terreur gouvernementale contre les ouvriers révolutionnaires,mais la question de la lutte contre les vengeurs individuels, visant les tyrans couronnés et non couronnés. Les marxistes, comme on le sait, ont irrémédiablement rejeté et continuent de rejeter la méthode de la terreur individuelle. Mais cela ne nous a jamais empêché de toujours nous ranger du côté de Guillaume Tell et non du despote autrichien Gessler. La diplomatie soviétique, d’autre part, discute maintenant avec les Gessler de la meilleure façon d’exterminer les Tell. Par sa participation à la traque internationale des terroristes, Staline complète de la meilleure manière possible sa propre traque terroriste des bolcheviks. Il va de soi qu’aux yeux de la Société des Nations, aux yeux du gouvernement américain, même aux yeux d’Hitler, nos dénonciations ne feront que renforcer le crédit déjà assez étendu de Staline.Les marxistes, comme on le sait, ont irrémédiablement rejeté et continuent de rejeter la méthode de la terreur individuelle. Mais cela ne nous a jamais empêché de toujours nous ranger du côté de Guillaume Tell et non du despote autrichien Gessler. La diplomatie soviétique, d’autre part, discute maintenant avec les Gessler de la meilleure façon d’exterminer les Tell. Par sa participation à la traque internationale des terroristes, Staline complète de la meilleure manière possible sa propre traque terroriste des bolcheviks. Il va de soi qu’aux yeux de la Société des Nations, aux yeux du gouvernement américain, même aux yeux d’Hitler, nos dénonciations ne feront que renforcer le crédit déjà assez étendu de Staline.Les marxistes, comme on le sait, ont irrémédiablement rejeté et continuent de rejeter la méthode de la terreur individuelle. Mais cela ne nous a jamais empêché de toujours nous ranger du côté de Guillaume Tell et non du despote autrichien Gessler. La diplomatie soviétique, d’autre part, discute maintenant avec les Gessler de la meilleure façon d’exterminer les Tell. Par sa participation à la traque internationale des terroristes, Staline complète de la meilleure manière possible sa propre traque terroriste des bolcheviks. Il va de soi qu’aux yeux de la Société des Nations, aux yeux du gouvernement américain, même aux yeux d’Hitler, nos dénonciations ne feront que renforcer le crédit déjà assez étendu de Staline.Mais cela ne nous a jamais empêché de toujours nous ranger du côté de Guillaume Tell et non du despote autrichien Gessler. La diplomatie soviétique, d’autre part, discute maintenant avec les Gessler de la meilleure façon d’exterminer les Tell. Par sa participation à la traque internationale des terroristes, Staline complète de la meilleure manière possible sa propre traque terroriste des bolcheviks. Il va de soi qu’aux yeux de la Société des Nations, aux yeux du gouvernement américain, même aux yeux d’Hitler, nos dénonciations ne feront que renforcer le crédit déjà assez étendu de Staline.Mais cela ne nous a jamais empêché de toujours nous ranger du côté de Guillaume Tell et non du despote autrichien Gessler. La diplomatie soviétique, d’autre part, discute maintenant avec les Gessler de la meilleure façon d’exterminer les Tell. Par sa participation à la traque internationale des terroristes, Staline complète de la meilleure manière possible sa propre traque terroriste des bolcheviks. Il va de soi qu’aux yeux de la Société des Nations, aux yeux du gouvernement américain, même aux yeux d’Hitler, nos dénonciations ne feront que renforcer le crédit déjà assez étendu de Staline.Staline complète de la meilleure manière possible sa propre traque terroriste des bolcheviks. Il va de soi qu’aux yeux de la Société des Nations, aux yeux du gouvernement américain, même aux yeux d’Hitler, nos dénonciations ne feront que renforcer le crédit déjà assez étendu de Staline.Staline complète de la meilleure manière possible sa propre traque terroriste des bolcheviks. Il va de soi qu’aux yeux de la Société des Nations, aux yeux du gouvernement américain, même aux yeux d’Hitler, nos dénonciations ne feront que renforcer le crédit déjà assez étendu de Staline.

En ce qui concerne la bureaucratie ouvrière réformiste dans les pays bourgeois, il n’y a pas non plus de raison d’avoir des craintes. Les bureaucrates réformistes sont assez bien renseignés sur les faits des répressions staliniennes, mais au cours des deux dernières années, ils les ont délibérément et malicieusement passés sous silence. Aux yeux de Léon Blum, Otto Bauer, Sir Walter Citrine, Vandervelde et Compagnie, nos dénonciations n’abaisseront en aucun cas leur estime pour la bureaucratie soviétique ; il s’agit ici d’une amitié calculée, et cette amitié est dirigée d’abord contre la gauche, l’aile révolutionnaire.

Il reste encore les masses ouvrières. Dans leur majorité, les ouvriers sont sincèrement et honnêtement dévoués à l’Union soviétique, bien qu’ils ne sachent pas toujours comment exprimer cette dévotion dans l’action. Les masses ont d’autant plus de mal à trouver une voie juste sur cette question que des appareils bureaucratiques se dressent sur elles, les dupant sans cesse et habilement. Ainsi, l’affaire se réduit à la simple question suivante : Sommes-nous de notre côté tenus de leur dire la vérité ? Pour un marxiste, poser cette question, c’est y répondre. La révolution n’a pas besoin d’amis aveugles, ni d’alliés aux yeux bandés.

Les ouvriers ne sont pas des enfants. Ils sont capables d’apprécier à la fois les conquêtes colossales de la Révolution d’Octobre et le lourd héritage historique qui s’est coagulé sur son corps sous la forme d’un affreux ulcère bureaucratique. Un révolutionnaire qui a peur de dire aux masses ce qu’il sait lui-même ne vaut absolument rien. Nous laissons la double comptabilité aux parlementaires patriotes, aux idéalistes de salon et aux prêtres. Les « Amis de l’Union soviétique » et d’autres philistins diront-ils peut-être que nous sommes motivés par la malveillance « fractionnelle » et même « personnelle » ? Bien sûr qu’ils le diront. Mais nous ne nous sommes pas encore habitués – Dieu merci – à considérer les philistins et leur opinion publique autrement qu’avec mépris. En embellissant le présent, il est impossible de préparer l’avenir.La fidélité à la Révolution d’Octobre exige d’exposer impitoyablement et, au besoin, de cautériser ses plaies. le mensonge sert d’instrument aux classes possédantes. Aujourd’hui, les mensonges sont également devenus l’instrument de la bureaucratie soviétique. Les opprimés ont besoin de la vérité. Les travailleurs doivent connaître toute la vérité sur l’Union soviétique, afin que les événements imminents ne les prennent pas au dépourvu.

Par l’intermédiaire de toutes les publications honnêtes, il est nécessaire de diffuser le plus largement possible la nouvelle des ignobles répressions auxquelles sont soumis d’irréprochables révolutionnaires prolétariens en Union soviétique. Notre tâche principale et immédiate est donc : d’alléger le sort de dizaines de milliers de victimes de la vindicte bureaucratique . Il faut leur venir en aide par tous les moyens possibles qui découlent de la situation et de notre ardent désir de sauver les combattants héroïques. En remplissant cette tâche, nous aiderons ainsi les travailleurs de l’Union soviétique et du monde entier à franchir une nouvelle étape sur la voie de l’émancipation.

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0