English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 0 - PREFACE > Le 14 juillet, nos impôts défilent !

Le 14 juillet, nos impôts défilent !

mardi 21 juillet 2020

Le 14 juillet, nos impôts défilent !

Toute la France a eu droit à son défilé militaire, un grand classique pour le 14 juillet comme si la meilleure manière de commémorer la révolution du petit peuple (les futurs sans-culottes) à Paris contre l’Etat monarchique de l’époque et ses forces armées de répression était de mettre en scène non le peuple, les hommes et les femmes des milieux populaires qui avaient fait la révolution en 1789, mais les forces armées qui répriment au contraire les peuples aux quatre coins du monde !

Et ainsi, en un moment où nous annonce petit à petit que l’Etat français est en faillite, nous voyons où passe l’argent de nos impôts : à entretenir des forces armées qui ne servent à rien pour le peuple alors qu’il n’y a aucun sou pour entretenir les services publics. On a pu voir que des milliards sont engloutis en pure perte non pas pour défendre le territoire contre des agressions extérieures mais pour aller faire des guerres aux quatre coins de la planète, des guerres que les peuples locaux ne nous ont jamais demandé de faire… En Côte d’Ivoire, au Tchad, en Libye ou en Afghanistan !

La tromperie du 14 juillet ne date pas d’aujourd’hui. Le mensonge selon lequel l’Etat des grandes fortunes bourgeoises qui s’est mis en place était l’aboutissement de la révolte populaire est le résultat de luttes incessantes des hommes politiques et des classes bourgeoises pour faire rentrer le peuple dans le rang et qu’il cesse de s’occuper lui-même des affaires publiques. Mais l’Etat – y compris en France -, c’est l’institutionnalisation du fait que ce n’est pas le peuple qui est organisé en vue de décider de son propre avenir alors que la révolution française, c’était exactement le contraire : l’organisation en masse du peuple dans des comités et le peuple en armes…

Alors la bourgeoisie au pouvoir a beau fêter la révolution, ce qu’elle montre c’est l’exact opposé de la révolution, c’est l’Etat, c’est-à-dire l’organisation du pouvoir en dehors et au-dessus du peuple, contre le peuple si celui-ci venait à se révolter. Oui, alors ce ne serait pas contre des forces étrangères que ces armées serviraient mais contre le peuple travailleur…

Car l’Etat, s’il est là pour maintenir la cohésion sociale, c’est en choisissant un des côtés des oppositions sociales qui pourraient exploser entre exploiteurs et exploités, oppresseurs et opprimés, ultra riches et pauvres, celui des classes dirigeantes, les grandes fortunes au service desquelles il a toujours été.

L’Etat français dit démocratique est celui de la république qui a massacré les révoltes ouvrières et populaires dès ses origines en 1848 et en 1871. C’est celui qui a choisi le camp du fascisme, celui qui organisé la déportation des Juifs, qui a servi les nazis. Et, depuis, il a changé de chefs mais pas de bord !!

Ces forces armées, en nombre et lourdes en armement n’ont jamais défendu le pays depuis la révolution française ! Ils n’ont fait que des guerres coloniales avec leurs cortèges de massacres (100.000 morts à Madagascar) et de déportations pendant la guerre d’Algérie jusqu’au génocide au Rwanda.

Les médailles de ces guerriers ne reflètent nullement une action pour défendre un peuple ou une démocratie et les morts qu’ont eu ces régiments ne sont rien à côté des morts civils qu’ils ont causé et dont on ne nous parlera pas.

Contrairement à un Macron, le peuple travailleur de France n’a pas à rester au garde à vous devant ces forces armées qui ne sont pas aux mains de peuple mais de ses futurs assassins… N’oublions pas que c’est l’armée qui a été envoyée contre les Gilets de la Réunion. Si l’armée n’est pas intervenue directement en métropole, c’est parce que la police suffit pour l’instant. Mais si demain cela s’avérait nécessaire, l’Etat des grandes fortunes n’hésitera pas un instant à utiliser l’armée contre le peuple travailleur comme en 1871 lorsque la future armée républicaine écrasa le soulèvement révolutionnaire du petit peuple de Paris qui avait donné naissance à la Commune de Paris qui était l’émergence d’un véritable pouvoir du peuple travailleur. Voilà pourquoi en décembre 2018 en plein mouvement des Gilets Jaunes, les hauts milieux dirigeants de l’Etat discutaient de la nécessité de faire intervenir directement l’armée car les grandes fortunes ont peu peur que l’insurrection débouche sur une révolution sociale. Si l’armée a déconseillé à Macron de la faire intervenir immédiatement, cela n’a pas empêché ce gouvernement d’utiliser des armes de guerres, des blindés et de mobiliser sentinelle pour permettre à la police de réprimer plus facilement. D’ailleurs, de nombreux gradés n’ont pas caché que si les soldats devaient tirer sur le peuple, ils le feraient. Comme d’autres hauts gradés ne cachent pas qu’ils se tiennent prêt au coup d’Etat. Et si coup d’Etat militaire devait avoir lieu, ce serait pour asseoir militairement le pouvoir des grandes fortunes qui va être de plus en plus contesté avec les attaques à venir contre le peuple.

Si les soldats du rang ne veulent pas faire couler le sang du peuple travailleur et veulent servir vraiment le peuple et non le commandement et les grandes fortunes qu’il sert, ils n’auront d’autres choix que de retourner leurs armes pour se mettre au service du peuple. Mais cela supposera aussi que les soldats forment des comités de soldats pour contrôler l’armée. Mais cela ne saurait être suffisant. Le petit peuple s’il veut pouvoir faire tomber le pouvoir des grandes fortunes et abattre leur Etat répressif, devra lui-même comme pendant la révolution française s’armer et former ses bataillons. Pas de révolution sans armement du peuple et sans contrôle du peuple dessus par l’intermédiaire de ses comités de lutte.

A bas le 14 juillet militaire des grandes fortunes

Vive la révolution du petit peuple en arme

Vive la sans-culotterie

Vive la Commune de Paris

Des Gilets Jaunes

Source

Répondre à cette brève

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0