English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 0 - PREFACE > Haïti : appel des camps

Haïti : appel des camps

dimanche 28 mars 2010

AMIS ET CAMARADES DES CAMPS !

Tandis que le gouvernement a achevé de démontrer son incapacité, sa parfaite inaptitude à notre prise en charge correcte ;

Tandis qu’il se révèle conforme à lui-même en cherchant à continuer de consolider sa position avec les mafias-criminels qu’il mettait en place ;

Tandis que les sénateurs et députés corrompus reprennent leurs magouilles pour pouvoir reparaître publiquement et ainsi assurer la continuité de leurs mandats déjà épuisés ;

Tandis que les impérialistes, sur la base de l’« aide » qu’ils sont venu « donner », où ce sont les ONGs qui progressent à une allure fulgurante en consommant les trois-quarts de cet argent, envahissent notre territoire de militaires, comme si ce pays, libéré par un peuple d’esclaves, était à présent un terrain vague ;

Tandis que Préval et son gouvernement ouvre le pays à tous ceux qui désirent bénéficier de l’exploitation accrue des entreprises et usines, au point ou certaines ouvrières meurent de cette domination ; tandis que les bourgeois continuent à faire leurs bénéfices, tirant profit de l’occasion pour augmenter encore plus leur exploitation dans les industries et manufactures…

Tandis que tous les conservateurs collaborent en cherchant à se faufiler de plus en plus près du pouvoir et ainsi participent à la réhabilitation des anciennes structures pourries.

Nous, sous les tentes, sous les bâches, sous de vieux draps, sous des cartons… continuons à endurer les pluies, souffrons, subissons des humiliations et mourrons même dans une situation où nous a placé la misère ; une misère engendrée par les grands propriétaires fonciers, les grands bourgeois, les gloutons « grands mangeurs » et le grand capital étranger, avec leur armées et polices, pour nous forcer d’accepter d’en être arrivés là. Nos Comités de Camp

Dans beaucoup de camps, des Comités ont été organisés pour extirper « l’aide », pour nous permettre de vivre après la catastrophe naturelle du séisme du 12 janvier 2010. Face à cette catastrophe naturelle, certains ont profité pour nous faire croire qu’il s’agissait d’une malédiction, ce pour nous maintenir dans l’attentisme et masquer le rôle des classes dominantes et de l’Etat réactionnaire dans la création de notre présente situation.

Certes, il existe de nombreux Comités, mais beaucoup d’entre eux sont constitués de petits escrocs alliés à de grands voleurs pour régler leurs affaires personnelles et ensuite se faufiler au sein du pouvoir grand-mangeur. Nos comités à nous ne pourraient être cela. Ils doivent être d’autant plus dynamiques, mais surtout honnêtes, sérieux, conséquents, AUTONOMES ! Ils doivent pouvoir véritablement représenter les populations des camps. Ensuite, nous devrons tenter d’établir une COORDINATION correcte parmi nous, pour avoir plus de force. Dans ce mouvement collectif, nous devrons nous TRANSFORMER pour non seulement pouvoir contrer tous ces larrons qui cherchent à profiter personnellement de la situation, nous utilisant, mais aussi et surtout pour affronter le projet de domination et d’exploitation que les classes dominantes et l’Etat comptent déferler sur nous à nouveau. Nous, face au projet des classes dominantes de domination et d’exploitation

Le projet de domination et d’exploitation continue à exister, PIRE encore. Effectivement, c’est sur nos dos, à nous travailleurs, nous des masses populaires, qu’il tente de s’asseoir en nous forçant à travailler pour des salaires de misère, tandis que c’est nous qui allons subir, souffrir, tout comme toujours. Nous devons pouvoir RÉSISTER FACE À CE PROJET. C’est pourquoi nous devons développer notre action dès les Comités pour commencer à prendre conscience, commencer à comprendre la situation qui nous affronte clairement, et puis prendre les dispositions pour résister face au martyr qu’ils souhaitent nous imposer à nouveau. Ainsi, les Comités de Camps doivent pouvoir se TRANSFORMER en Comités s’opposant à tout ce qui se présente en face de nous, qu’il s’agisse des petits voleurs ou du projet des classes dominantes d’exploitation et de domination, surtout. Ils doivent se transformer en COMITÉS DE LUTTE. Pour cela, nos intérêts à nous, les intérêts des travailleurs, des masses populaires doivent être placés à l’avant. La situation politique d’avant le 20 janvier 2010 n’a aucunement changée

La situation politique concrète que nous confrontions avant le séisme du 12 janvier n’a aucunement changée ! Il s’agit toujours de la même situation, même si actuellement les réactionnaires, voleurs et corrompus parlent de changement. Nous avons déjà montré notre désaccord avec cette situation : c’est ainsi que nous nous tenions loin du processus électoral frauduleux qui s’organisait ; ainsi, nous commencions à nous remobiliser pour défendre nos revendications, pour arracher nos droits. Nous nous sommes mobilisés pour tenter d’arracher les misérables 200 gourdes de salaire minimum journalier : Préval nous a bloqué ! Nous nous mobilisions pour tenter d’obtenir les salaires qui nous étaient dus depuis de nombreux mois : la police nous réprima ! Nous nous sommes mobilisés contre les privatisations, contre l’occupation : ils nous ont ignorés ! Nous nous mobilisions pour exiger un enseignement alternatif où il n’y aurait plus d’écoles « loteries » (où l’élève a infiniment plus de chances de « perdre » que de « gagner ») ni d’universités bancales : la police et la MINUSTAH nous tuaient ! Préval les en félicita. En fin de compte, le jour même du 12 janvier, les forces réactionnaires entreprenaient des assassinats en plein jour, prémédités !

A présent, nous entendons dire qu’ils souhaitent nous « déplacer », nous envoyer dans des lieux que nous ne connaissons pas, où nous ne pourrons pas vivre, où nous dépendrons sans fin de cette « aide » venue pour nous « sauver » : ils profitent du séisme pour nous expulser. NOUS NE L’ACCEPTERONS PAS ! La scène politique

Nous nous MOBILISONS pour défendre nos droits, pour ARRACHER NOS DROITS ! Pour cela, nous devons envahir la SCÈNE POLITIQUE véritablement ! C’est là que tout se règle actuellement. Nous ne devons plus permettre qu’elle demeure la chasse gardée des voyous, réactionnaires et voleurs, seuls ayants droit à la parole. Nous devons parler aussi, FORT, tout le temps, avec nos intérêts à nous au premier plan. NOUS DEVONS FAIRE LA SCÈNE POLITIQUE DEVENIR LA NOTRE ! NOUS DEVONS METTRE LA RUE SUR LA SCÈNE POLITIQUE ! Cet Etat n’est pas le notre !

Face à tout cela, nous devons comprendre très clairement que l’Etat existant ne nous représentera pas, ce n’est pas notre Etat ! Au contraire, c’est l’Etat des affairistes, l’Etat des grands-mangeurs, c’est l’Etat des grands bourgeois, des grands propriétaires fonciers, du grand capital impérialiste. Cet Etat est CONTRE NOUS ! Pour représenter et défendre nos intérêts véritablement, il va falloir que nous affrontions la répression qu’ils chercheront à déployer contre nous, tout en réfléchissant, ensemble, et en travaillant, ensemble, pour METTRE SUR PIED UN AUTRE ÉTAT, avec nos intérêts à l’avant-plan, seul moyen pour nous d’assurer nos vies, nos avenirs et ceux de nos enfants. À Batay Ouvriye, nous œuvrons vers cela. JOIGNONS NOS FORCES !

A BAS LE PROJET DE DOMINATION ET D’EXPLOITATION OÙ LES CLASSES DOMINANTES ET L’ÉTAT RÉACTIONNAIRE PROJETTENT DE NOUS ENFONCER ENCORE, ET PIRE ! À BAS LES POLITICIENS VÉREUX ! A BAS LES GRANDES GUEULES, GRANDS MENTEURS QUI CONSIDÈRENT LA SCÈNE POLITIQUE COMME LEUR PROPRIÉTÉ PERSONNELLE ! À BAS L’ETAT GLOUTON, CORROMPU, MAFIA, CRIMINEL DÉFENDANT LES GRANDS PROPRIÉTAIRES FONCIERS, LES GRANDS BOURGEOIS, LE GRAND CAPITAL IMPÉRIALISTE ! À BAS LES DÉPLACEMENTS CRIMINELS QU’ILS VEULENT NOUS IMPOSER ACTUELLEMENT, EN PLUS DE TOUS LES MALHEURS QUE NOUS SUBISSONS DÉJÀ !

VIVE LA LUTTE DES MASSES POPULAIRES HAÏTIENNES !

Port au Prince, 12 mars 2010

Batay Ouvriye

Répondre à cette brève

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0