English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 0 - PREFACE > La mort présumée de Ben Laden aussi orchestrée par l’impérialisme américain que (...)

La mort présumée de Ben Laden aussi orchestrée par l’impérialisme américain que sa vie...

lundi 2 mai 2011

Ce que l’assassinat de Ben Laden par les forces spéciales américaines dans un pays étranger ne doivent pas faire oublier, c’est que le terrorisme Al Qaïda est un pur produit made in USA !!! Que ce sont les USA qui ont créé, organisé, formé militairement, armé, financé Al Qaïda et Ben Laden avec l’aide des Etats saoudien et pakistanais. D’autre part, il ne faut pas oublier que tant que l’impérialisme mènera le monde, on n’en aura pas fini avec le terrorisme...

Quant à la thèse de cette mort de Ben Laden, qui peut croire que les USA ne savaient pas que Ben Laden était là ? Qui peut croire que les USA n’auraient pas eu assez de taupes à l’intérieur du régime pakistanais ou n’auraient pas payé assez de chefs militaires pour savoir qu’il était dans un bunker entouré de barbelés à une rue de la plus grande école militaire du Pakistan, dans la plus importante ville de garnison, une ville complètement gardée et surveillée où chaque habitant est connu et surveillé ? Qui peut croire que des hélicoptères militaires US ont pu survoler de nuit cette ville sans avoir prévenu ces autorités militaires pakistanaises. Un très mauvais film hollywoodien décidément pour justifier une victoire US à deux mois du retrait militaire d’Afghanistan !!! Qui peut croire que les forces spéciales US avaient ordre de ne pas le tuer pour qu’il ne soit pas jugé alors qu’il était désarmé... Qui peut croire à la thèse du corps jeté en mer soi-disant pour respecter les préceptes coraniques qui, comme chacun sait, préconisent de nourrir les requins !!!

LA PHOTO TRUQUÉE DE SA MORT

En France, le figaro.fr a été le premier à publier cette image en une ; puis leparisien.fr, suivi par le NouvelObs.com. Mais ce qui l’a crédibilisée dans l’Hexagone, c’est surtout sa reprise par l’AFP, avec une légende précisant, en anglais, qu’il s’agissait « supposément » de la photo de Ben Laden. Elle a d’ailleurs depuis été retirée.

Voilà ce que nous dit la presse :

"La comparaison de photos du corps du chef d’Al-Qaïda avec d’anciennes photos de lui par un spécialiste de la CIA a en outre "permis de déterminer avec 95% de certitude que le corps était bien celui d’Oussama Ben Laden", a-t-il poursuivi.

"Finalement, ce matin, la CIA et d’autres spécialistes ont mené une première analyse ADN qui a montré une correspondance à près de 100% entre le code génétique du corps du défunt et celui de plusieurs membres de la famille Ben Laden", a-t-il expliqué.

Lors du raid, des documents, dont la nature n’a pas été précisée, ont été saisis et emportés par le commando avec le corps. Ils vont désormais être analysés par un groupe de travail de la CIA mis spécifiquement sur pieds pour cela. Le corps a été livré à la mer"

Mais quelle photo ? Celle qu’a livré la presse est un faux !!!

La photo diffusée de sa mort est un grossier montage. Si l’on y regarde de plus près, on découvre assez aisément la grossièreté du montage. Le flou du bas du visage du leader d’Al Qaïda et sa différence de résolution avec le reste de l’image prouve qu’il a été ajouté à une autre photographie, celle d’une personne qui, elle, est bien morte (voir l’image originale, attention images choquantes). L’orientation, ensuite, la forme de la bouche, du nez, et le flou de la barbe ainsi que la lumière de l’oreille gauche, ajoutent à la croyance, déjà grande, en un faux.

Le principal mystère concerne l’absence de photos du corps de Ben Laden. L’image le montrant mort qui a fait le tour du monde ce matin était en fait un montage entre le visage du chef terroriste et une victime inconnue d’une autre opération terroriste. L’absence d’une photo du cadavre de Ben Laden suscite des interrogations et alimente les suspicions sur la mort réelle du fondateur d’Al‑Qaïda.

Surtout que les Américains n’ont pas hésité dans le passé à montrer les photos des cadavres de leurs ennemis. En juin 2006, après avoir tué Abou Moussab Al‑Zarqaoui, chef d’Al‑Qaïda en Irak, le gouvernement américain avait présenté des photos du cadavre, afin de prouver sa mort. Ils avaient également montré au monde entier les images de l’arrestation, puis de la pendaison de l’ex‑dictateur irakien Saddam Hussein.

Or, pour les Américains, Oussama Ben Laden est un trophée bien plus prestigieux que Saddam et Zarkaoui. Il était l’ennemi numéro un de l’Amérique et sa traque durait depuis 10 ans. Montrer la photo de son cadavre aurait constitué une véritable preuve de sa mort. Elle aurait aussi permis de mettre fin aux rumeurs qui le disaient toujours vivant et contribuer ainsi à démoraliser une partie des troupes d’Al‑Qaïda.

Tout est sujet à caution dans la saisie et la mort de Ben Laden :

- la participation ou non des forces pakistanaises. Les autorités d’Islamabad ont cependant pris soin de préciser dans un communiqué que le raid d’Abbottabad avait été mené "directement" par les forces américaines, et cela "en vertu de leur politique annoncée selon laquelle Oussama ben Laden serait éliminé où qu’il se trouve dans le monde".

La formule, passablement alambiquée, traduit l’embarras du Pakistan. En avril, lors d’une visite à Islamabad, le chef d’état-major américain, l’amiral Mike Mullen, avait mis les pieds dans le plat en accusant dans une interview télévisée l’ISI d’entretenir "des relations de longue haleine avec le réseau Haqqani", un groupe de talibans afghans proche d’Al-Qaïda. "Les Etats-Unis savent depuis longtemps que le Pakistan joue un double jeu, souligne Olivier Roy, chercheur au CNRS et spécialiste de la région. Mais ils savent aussi qu’ils n’ont pas les moyens de l’empêcher. Le Pakistan joue de sa faiblesse. Chaque fois que les Américains lui en demandent un peu trop, il agite l’épouvantail de sa propre implosion."

Sur ce plan-là, rien ne devrait vraiment changer, même si le refuge du chef d’Al-Qaïda, une bâtisse ultraprotégée, à proximité d’une école militaire et aussi près de la capitale, est une preuve supplémentaire de cette duplicité.

- la connaissance depuis longtemps d’une résidence de Ben Laden sur ce site. Ironie des circonstances : cette résidence de grande et ultra-protégée se situait non loin de l’académie militaire de Kakul, l’équivalent de Saint-Cyr, précise le Daily Telegraph.

- pourquoi avoir jeté son corps en mer ? Le commando prétend avoir récupéré le corps mais pourquoi ne jamais montrer ce corps ? Pourquoi ne pas l’avoir emmené aux USA pour identification ?

- a-t-il été tué volontairement ou du fait de l’assaut

Les forces qui ont mené l’assaut ont dit ne rien pouvoir confirmer ce qui rend l’affaire aussi louche que la fabrication de Ben Laden et le refus des USA de le combattre longtemps après qu’il ait dénoncé l’invasion de l’Irak par des forces américaines.

Peu de détails ont filtré de cette opération. Le chef d’Al-Qaida a été tué d’une balle dans la tête, selon des responsables US. Quatre autres personnes ont été tuées dans l’opération, aucun Américain n’a été blessé, affirment ces hauts responsables sous couvert d’anonymat. L’un d’entre eux affirme que le commando était prêt à capturer vivant Ben Laden s’il avait accepté de se rendre. « Il a résisté comme nous l’avions prévu », s’est contenté d’affirmer l’un de ces responsables, sans toutefois confirmer que l’objectif était d’éliminer le chef d’Al-Qaïda plutôt que le capturer.

Mais l’essentiel est ici : était-il nécessaire pour l’Etat américain de supprimer physiquement Ben Laden pour qu’il ne parle pas ?

En début de soirée, la Maison Blanche a assuré que le commando était prêt à capturer Oussama Ben Laden vivant. Des déclarations qui contredisent celles de hauts responsables américains qui affirmaient, à la mi-journée, que les militaires américains avaient ordre de le tuer.

Et l’hypothèse la plus simple de toute cette mise en scène est la suivante : rechercher Ben Laden était la dernière justification pour ne pas retirer les forces armées américaines battues en Afghanistan. Désormais elles peuvent quitter sans avoir l’air d’avoir été défaites...

Conclusions : les USA comme le Pakistan savaient que leur homme de main Ben Laden habitait là et sa mort de maladie ne pouvait pas leur suffire.

Il leur fallait clôturer la guerre d’Afghanistan par une victoire...

Mais cela signifie aussi que Ben Laden du World Trade Center agissait sur ordre des USA pour permettre à ceux-ci de faire face à la crise de la bourse attendue en 2001...

la suite...

Et encore après

Avant d’être le soldat de l’Arabie saoudite et du Pakistan ainsi que des USA en Afghanistan, il a été jeune étudiant d’Oxford, dissipé, versant du champagne entre les seins de jeunes filles nues... Des photos de l’époque où les USA traitaient l’islamiste radical Ben Laden de "combattant de la liberté"... « Nous étions partis en Afghanistan pour être des combattants musulmans : les Etats-Unis voulaient simplement se servir de nous contre les Russes. L’encadrement était fourni par les Pakistanais, les armes par les Américains et le financement par les Saoudiens. » déclarait Ben Laden à un journal soudanais cité par « Jeune Afrique » du 1er septembre 1998. Ben Laden parmi la guérilla des moudjahedines anti-soviétiques... N’oubliez pas que Ben Laden lui-même était un agent de la CIA La presse cultivait alors le rôle antisoviétique de Ben Laden...Tout comme la France de Sarkozy et Hollande a cultivé le rôle d’une prétendue « résistance » libyenne ou syrienne contre Kadaffi et Assad, même si celle-ci était menée par des fascismes-terroristes intégristes, tout comme elle cultive la « résistance » ukrainienne même si elle est menée par des fascistes…

Répondre à cette brève

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0