English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 22- PLAN DU SITE MATIERE ET REVOLUTION > La révolte reprend en Guinée Conakry ?

La révolte reprend en Guinée Conakry ?

samedi 22 septembre 2007

SITE : MATIERE ET REVOLUTION

www.matierevolution.fr

THE MATTER AND THE REVOLUTION

Sommaire du site

Pourquoi ce site mêle révolution, sciences, philosophie et politique ?

LE MOTEUR DE RECHERCHE EST EN HAUT, A DROITE DE LA PHOTO DE GALAXIE

Pour nous écrire, cliquez sur Répondre à cet article


Lire aussi sur le site dans le livre "Histoire contemporaine" : les luttes en Afrique de 1988-91 et les luttes de 2003-2007

Lire notamment sur le site :

Révolutions de l’Afrique antique

Afrique du sud : de l’explosion ouvrière à la fin de l’apartheid

Algérie 1988 : de l’explosion sociale au terrorisme se revendiquant de l’islamisme

Révoltes en Afrique : 1988-1991

Les responsables du génocide rwandais

1999-2000 : Révolte en Côte d’Ivoire

Mali

Emeutes au Burkina Faso

Cameroun

Actualités sociales en Algérie

L’Algérie en mouvements

Avril 2008 : les ouvriers égyptiens et la population défient Moubarak

Avril 2008 : émeutes en Afrique contre la vie chère

Avril 2008 : Des émeutes de la faim à la révolution sociale

Avril 2008 : Nouvelles du Kenya

- - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - -

Guinée : Des jeunes en colère bloquent la circulation à Gbéssia

Aminata.com (Conakry) 4 Septembre 2007 Publié sur le web le 4 Septembre 2007 SAM Décidément les guinéens sont de plus en plus emportés par la manie de prendre la rue pour réclamer leurs droits et pour exiger un mieux être. Ce lundi encore aux alentours de midi, les jeunes du quartier Gbéssia ont battu le pavé pour organiser une manifestation de contestation contre le manque de courant électrique. Et de nombreux automobilistes ont vite fait de battre en retraite pour épargner leurs véhicules de la casse programmée par ces jeunes visiblement remontés contre l’entreprise électricité de Guinée. Il faut signaler que cette manifestation de colère de la jeunesse de gbéssia fait suite à celles déjà enregistrées à Bambéto et à Hamdallaye où les jeunes ont violemment exprimés leur raz le bol face au coupure intempestive du courant électrique. D’autres manifestations ne sont pas à exclure car la desserte de la ville de conakry est loin d’être satisfaisante malgré les efforts fournis par EDG. Ces actes constituent un signe du réveil des guinéens qui comptent désormais se faire entendre à chaque fois que l’autorité faillira à ,ses responsabilités en terme d’amélioration des conditions de vie des populations.

Guinée : Ras-le bol contre la cherté de vie dans la banlieue de Conakry. Aminata.com (Conakry) 19 Septembre 2007 Publié sur le web le 20 Septembre 2007 Kourouma Salimatou En une semaine la haute banlieue a enregistrée plus de deux manifestations de rues. La banlieue, d’Hamdallaye à Cosa en passant par Bambéto toujours dans la commune de Ratoma s’est réveillée encore ce mardi 18 Septembre sous une manifestation de rues, émaillée d’incidents malheureux. Des véhicules ont laissé leurs pare-brises, des commerces fermés, des barricades ça et là. Selon les informations c’est une frange de la population de ces quartiers qui est subitement sorties pour manifester contre la cherté de vies. Dans la soirée le calme est revenu sur les lieux mais, on remarque une forte présence des forces de l’ordre. Ceux-ci ont procédés à des dizaines d’interpellations considérées comme manifestants. Interrogés la plupart des interpellés nient les faits. Cependant certains estiment que le problème ne peut être résolu dans la violence. En attendant les résultats de l’enquête, le commissaire principal de Ratoma estime pour sa part que ces mineurs ont été mandatés par leurs parents.

Guinée : L’intégralité du discours de l’Intercentrale lu par le n°2 de la CNTG, Yamoussa Touré. Aminata.com (Conakry) 5 Septembre 2007 Publié sur le web le 5 Septembre 2007 Ce mardi, 04 septembre 2007, la Bourse de travail a été le théâtre d’un meeting de toutes les forces vives de la Guinée pour non seulement,soutenir le changement amorcé par le gouvernement de large consensus, mais aussi de mettre en garde les anciens dignitaires qui veulent saboter cet important processus. Ce meeting est organisé par l’inter centrale CNTG-USTG, élargie à l’ONSLG et à l’UDTG en collaboration avec CNOSC et le CNPG. Nous vous livrons l’intégralité du discours de l’Intercentrale. Camarades Secrétaires Généraux de l’Intercentrale, Monsieur le Président du Conseil National du Patronat, Monsieur le Président de la Société Civile, Camarades Syndicalistes, Travailleurs, Travailleuses, des secteurs mixtes, publiques, privés,informels et Retraités de Guinée, Mesdames et Messieurs, Chers Camarades Syndicalistes, Chers Camarades Travailleurs et Travailleuses, La présente assemblée générale de ce mardi 04 septembre 2007 se situe dans la trajectoire du renforcement de la dynamique du changement instaurée par le mouvement syndical guinéen appuyé par l’ensemble des forces vives de la nation. En effet, en dépit de la situation des accords tripartites de mars et de juin 2006 et de janvier et février 2007, les forces rétrogrades opposées au changement s’agitent et oeuvrent inlassablement à saper la mise en oeuvre des mesures salvatrices pour assurer le bonheur du Peuple. Des individus responsables de la mal gouvernance, de la gabégie du bradage et du pillage en règle de nos resources matérielles et financières, nostalgiques d’un passé à jamais révolu pensent être les héritiers du patrimoine national, et pensent également être les seuls capables de diriger les destinées de notre pays. C’est ceux-là mêmes qui, aujourd’hui se mettent au travers de la marche irréversible de notre pays vers son indépendance socio-économique. Ces bandits à cols blancs, s’il faut se rappeler de la situation de notre pays à la veille de notre historique mouvement, ont fini par vider les caisses de l’Etat en complicité avec les affairistes à leurs profits exclusifs plongeant ainsi notre pays dans une crise économique et sociale profonde qu’il traverse actuellement. Mesdames et Messieurs, Chers Camarades ; Savez -vous qu’au moment où l’Inter Centrale déclenchait ce mouvement, le pays croulait sous le poids d’une dette colossale de milliards de dollars alors que le pays n’a ni eau, ni électricité, ni routes suffisantes. Nos ressources minières ( cas Hyper Dynamics et Russal), halieutiques sont expoloitées par des sociétés sans impacts positifs sur les conditions de vie des travailleurss et de la population guinéenne. Au regard de cette situation chaotique, le movement syndical, la société civile et toutes sles forces du progrès doivent prendre leur responsabilité pour sauver le pays en pérennisant le changement obtenu au prix d’énormes sacrifices humains et matériels. Camarades sommes- nous prêts pour le changement ? Camarades, c’est l’éveil de nos consciences face au devenir de notre nation qui nous est chère. Le changement, c’est aussi en nous et autour de nous, c’est faire peau neuve, regarder ensemble vers un meme horizon, c’est préserver l’unité nationale, la paix, la justice sociale, qui sont de nos jours des impératifs de toutes les filles et tous les fils du pays. Le changement, c’est la consolidation du tissu social. Le changement, c’est le respect et l’application scrupuleux des protocoles d’accords et des process verbaux tripartites signés entre l’Inter Central, le Gouvernement et le patronat. Le changement, c’est la mise en fonction immédiate de la commission d’enquête nationale indépendante chargée d’identifer tous les auteurs des tueries et excations lors des grèves et de l’état de siège en vue de leur jugement.

Guinée : une manifestation contre la hausse des prix dispersée à Conakry 18.09.07 | 15h18

Plusieurs milliers de Guinéens, dont une grande partie de jeunes, ont manifesté mardi pour protester contre la récente hausse du prix de denrées de première nécessité, avant d’être dispersés par les forces de l’ordre, ont indiqué à l’AFP des sources concordantes. Dès les premières heures de la matinée, des centaines puis des milliers de personnes se sont dirigées vers le boulevard Le Prince, qui relie la banlieue au centre de la capitale guinéenne, ont rapporté des habitants à l’AFP. Selon ces sources, les manifestants entendaient marcher vers le centre pour protester contre l’augmentation ces dernières semaines des prix de plusieurs produits de première nécessité, dont la viande, le riz ou l’essence, et manifester leur impatience face aux coupures d’électricité à répétition dans certains quartiers. De petits groupes de jeunes ont installé des barricades et brûlé des pneus dans les quartiers de Hamdallaye et Enco 5, épicentres des manifestations contre le régime de Lansana Conté qui avaient été réprimées dans le sang en janvier-février en marge d’une grève générale. La police et la gendarmerie ont été déployées sur le boulevard et ont dispersé les manifestants en faisant usage de grenades lacrymogènes. Selon plusieurs témoins, elles ont ensuite démonté les barricades et éteint les feux. "Ca a été éphémère, il n’y a eu ni arrestations, ni blessés, seuls quelques agités ont troublé l’ordre public avant qu’il ne soit rapidement rétabli", a déclaré sous couvert de l’anonymat un haut-responsable de la police. Après une vague de contestation populaire contre le régime du président Conté qui avait fait au moins 137 morts en janvier-février, le diplomate Lansana Kouyaté avait, sur proposition des syndicats, été nommé au poste de Premier ministre, fonction auparavant occupée par le président Conté. M. Kouyaté a entamé de profondes réformes pour rompre avec la mauvaise gouvernance et tenter de relancer l’économie de ce pays riche en ressources minières, mais les Guinéens, en proie à une crise sociale depuis plusieurs années, n’en tirent toujours pas de véritables bénéfices.

MANIFESTATION :

Le Conseil national des jeunes de Guinée soutien le gouvernement 30.08.2007 17:41:09 | Un article de Pivi Bilivogui Il est prévu ce jeudi 29 août 2007 une grandiose manifestation organisé par le conseil national des jeunes, une des nombreuses associations de jeunesse évoluant dans la capitale Conakry. Cette manifestation se veut la réplique cinglante à celle tenue par les anciens ministres, préfets et gouverneurs, il y a un peu plus d’une semaine. L’occasion sera notamment mise à profit pour attirer l’attention de l’opinion nationale et internationale sur les conséquences des grèves...

...de janvier et février derniers.

Ce faisant, les jeunes comptent rappeler aux anciens dignitaires le rôle néfaste qu’ils ont joué dans l’histoire récente de la Guinée.

Et profiter en même temps pour réaffirmer leur adhésion au programme du gouvernement du premier minsitre Lansana Kouyaté. En avant goût de la manifestation, les jeunes ont organisé ce mercredi un carnaval à travers les cinq communes de Conakry, pour appeler les blessés et les parents des victimes à prendre part aux festivités.

Le tout agrémenté par de la musique tous azimuts qui sonne dans des véhicules réquisitionnés à cet effet et transformés en discothèques roulantes. Comme pour dire que la fête sera tout simplement belle.

pour GuineeConakry.info

Guinée : Siguiri - Après l’affrontement entre civils et militaires, le retour au calme. Aminata.com (Conakry) 16 Septembre 2007 Publié sur le web le 17 Septembre 2007 Sambegou Diallo C’est l’une des zones nourricières de la nation, un poumon de l’économie du pays. Même s’il y a, au moins, une station-service, il convient de noter qu’une frange importante des usagers de la route se procure du carburant au marché noir. Trop cher. Pourquoi, s’interrogent les autorités locales, du carburant préalablement destiné au pompage se retrouve-t-il sur le marché illicite, entre les mains des petits spéculateurs du coin ? La nécessité de mettre un terme aux différentes combines visant à détourner les carburants s’impose donc, aux yeux des autorités locales. Des combines constatées entre les gérants de ladite station et quelques citoyens. Alors, convient-on, mettre fin à ce marché illicite contribuerait à juguler la pénurie quasi-permanente de carburant à la pompe. Avec quelle formule et quels moyens, va-t-on essentiellement venir à bout de cette fraude ? Un noeud gordien pas si difficile à dénouer car les autorités ont une idée géniale : lancer une patrouille de Rangers, basés à Soronkhoni... C’est une perspective pour laquelle ont opté les autorités préfectorales de Siguiri vers fin août. Les Rangers, une unité d’élite de l’armée guinéenne, récemment formée par des instructeurs militaires américains et chinois, se mirent à la tâche. Un beau matin, un de ces soldats se mit -sur la base d’une information « fiable »- à la recherche d’un jeune de la localité qu’il retrouvera à son domicile. En guise d’enquêtes préliminaires, le soldat se mit à rouer le jeune de coups, sans discernement. Et sans l’intervention d’aucun tiers. Après avoir été molesté et tambouriné à souhaits, saignant comme boeuf à l’abattoir, le malheureux profite de quelques secondes d’accalmie pour prendre la poudre d’escampette. La direction qu’il choisit ? Le commissariat de Police situé à quelques encablures. Le pauvre ! Il tente de se sauver du léopard pour se confier à l’hyène. Le Rangers se mit derrière, sans coup férir, pour rattraper le fugitif qu’un compatriote éprouve le besoin de secourir. « Ecoute toi ! T’as pas le droit de vie sur les gens ici », dit le mec au soldat qui, irrité, sortira un couteau pour le poignarder. Cela, de fil en aiguille, a provoqué une révolte et un soulèvement d’une rare violence des populations de Siguiri. Des populations qui instaurent une véritable chasse à l’homme contre la soldatesque. Le commissariat de police est complètement saccagé ; les plaques d’immatriculation et bien d’autres objets partent en fumée ; tous les postes de contrôle incendiés et des motos (Dieu sait qu’elles étaient nombreuses !) premièrement destinées aux impôts sont brûlées ou emportées... Dans cette folie, bien de fonctionnaires ont été pris à partie, dont notamment, le nouveau préfet qui sera giflé puis "balayé" avant d’être sommé de « bien travailler comme c’est le changement. » Sinon...

Guinée : les syndicats renoncent à bloquer le pays Ils ont annulé la grève générale prévue ce jeudi

Les syndicats guinéens ont décidé dans la soirée de mercredi de lever le mot d’ordre de grève illimitée lancé, contre l’avis des partis d’opposition et du gouvernement, pour ce jeudi. Ils souhaitaient dénoncer une tentative de l’entourage du président Conté de regagner du pouvoir, face au Premier ministre, après les concessions faites début 2007.


jeudi 10 janvier 2008, par Zaïre Djaouane


Les quatre principales centrales syndicales de Guinée ont décidé mercredi de suspendre jusqu’au 31 mars le mot d’ordre de grève générale illimitée lancé vendredi dernier pour ce jeudi. « Nous avons obtenu la mise en place de deux structures, l’une d’évaluation et l’autre de suivi du protocole d’accord signé en janvier 2007 », a déclaré Yomodou Touré, secrétaire général de l’Organisation nationale des syndicats libres de Guinée (ONSLG). Après plusieurs mouvements de protestation réprimés qui avaient fait 186 morts, ce protocole avait établi un partage du pouvoir entre le président Lansana Conté, au pouvoir depuis 1984, et son chef de gouvernement, Lansana Kouyaté, le premier de l’histoire de la Guinée à disposer d’autant de prérogatives.

Lansana Kouyaté : « c’est ici que je vais me battre »

Or, selon l’« intercentrale » syndicale, ce partage a été violé par le président lorsqu’il a démis de ses fonctions Justin Morel Junior, ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, par un décret présidentiel lu à la télévision le jeudi 3 janvier, sans raisons officielles. Le fait qu’il a été remercié « sans l’avis du chef du gouvernement (…) constitue une violation de la feuille de route du Premier ministre », estimaient les syndicats à travers un communiqué. Dans le même sens, ils reprochaient au président Conté « un décret du 5 décembre dernier portant restructuration des départements ministériels qui attribue l’essentiel des pouvoirs au secrétaire général [de la présidence] au détriment du Premier ministre ».

Après avoir calmé le jeu, Lansana Kouyaté lui-même s’est élevé vendredi dernier contre le limogeage de Justin Morel, qui était un membre important du gouvernement de consensus : « Mon ministre a été limogé sans [que l’on m’ait] préalablement consulté, je ne suis pas d’accord et j’exige qu’il soit rétabli dans ses fonctions. En tout cas, je ne vais pas m’asseoir autour d’une même table en conseil des ministres avec le nouveau ministre Issa Condé (ex-directeur de l’Agence guinéenne de presse) nommé à la place de Morel Junior », a-t-il déclaré à l’AFP. Avant d’ajouter : « si le président le veut, qu’il me démette, car je ne démissionnerai pas (…) je resterai ici et c’est ici que je vais me battre ».

L’appel à la grève dénoncé

Au terme d’un conseil extraordinaire, réuni vendredi dernier à la Primature, en présence de Justin Morel Junior, le gouvernement a demandé à l’unanimité au président Conté de rétablir le ministre limogé. Néanmoins, il a de nouveau demandé mercredi aux syndicats de lever leur mot d’ordre de grève. Les partis politiques de l’opposition eux-mêmes ont rejeté l’appel à la grève lancée « sur des bases qui sont d’ordre purement politiques et non syndicales », et prévenu qu’ils « n’entendent pas demander à (leurs) militants de descendre dans la rue ».

Le bâtonnier de l’Ordre des avocats de Guinée, Me Boubacar Sow, ne comprend pas non plus l’intervention des syndicats dans cette passe d’arme politique : « les syndicats ne sauraient valablement contester un décret du président de la République limogeant un ministre, à plus forte raison déclencher une grève », a estimé Boubacar Sow, ce lundi, à la télévision publique. Pierre Fofana, président du Conseil supérieur des Guinéens de France, qui avait soutenu l’année dernière les citoyens guinéens dans leurs revendications économiques et sociales, estime comme Me Sow que la Constitution autorise le président Conté à démettre un ministre, et que les accords tripartites signés en début d’année dernière ne sauraient s’y substituer.

Répondre à cette brève