English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > Emmanuel Macron, tel qu’il se décrit lui-même et tel que certains humoristes (...)

Emmanuel Macron, tel qu’il se décrit lui-même et tel que certains humoristes le décrivent…

lundi 24 avril 2017

Emmanuel Macron, tel qu’il se décrit lui-même et tel que certains humoristes le décrivent…

Manuel Macron : « Quand je serre la main d’un pauvre, je me sens sale pour toute la journée »

Tout ça pour nous faire croire que ça lui est arrivé de serrer la main d’un pauvre !!!

« Bien souvent, la vie d’un entrepreneur est bien plus dure que celle d’un salarié, il ne faut pas l’oublier. Il peut tout perdre, lui, et il a moins de garanties. »

Il a encore déclaré à ces pauvres qui lui reprochaient ses costards de luxe : « Le meilleur moyen de s’acheter un costard c’est de travailler ».

« Si j’étais chômeur, je n’attendrais pas tout de l’autre, j’essaierais de me battre d’abord. »

« Il faut des jeunes Français qui aient envie de devenir milliardaires. »

Mais ce n’est pas avec l’envie qu’ils vont se nourrir et se loger !!!

« Les salariés doivent pouvoir travailler plus, sans être payés plus si les syndicats majoritaires sont d’accord. »

« La valeur travail, pour moi, est primordiale, et il faut parfois remettre les pendules à l’heure pour ces gens qui ne pensent qu’à faire la grève ou regarder la télé en se coupant les ongles de pied… Je veux tirer les Français vers le haut. »

« Il faut de la flexibilité, c’est sûr. Nous y travaillons. Aujourd’hui, le défi, c’est de réussir à donner plus de flexibilité à l’organisation du marché du travail. »

« Les 35 heures seront assouplis par des accords collectifs ».

« Le statut du fonctionnaire n’est plus adéquat pour les missions. »

Voilà qui promet quelques belles luttes sociales en perspective !!!

« La vie de politique, je l’ai apprise à mes dépens, ce n’est pas que profiter des largesses de l’Etat : il faut aussi parfois se mélanger au peuple, leur adresser la parole, serrer leurs grosses mains moites, les regarder s’empiffrer de sandwichs-merguez lors des conventions… Je ne suis pas méprisant parce que je les vois comme des êtres humains à part entière, mais j’aimerais qu’ils ne s’approchent plus de mon costume. »

« Je suis très satisfait de mes costumes que je fais faire sur mesure chez un tailleur italien. Je ne comprends pas pourquoi tout le monde ne le fait pas, je me sens si bien dans cette veste cintrée 100% laine… Sinon, je prends régulièrement des bains de lait pour garder la peau très douce, et j’utilise des shampoings à l’huile essentielle d’économiste ultralibéral, pour me sentir bien dans ma tête. Qu’il est bon d’être Emmanuel Macron ! »

« Alors « En marche ! » mais dans des chaussures Prada ! »

Il n’y a pas que les pauvres que Macron aime… Il y a aussi les femmes…

« Il y a dans cette société une majorité de femmes. Il y en a qui sont, pour beaucoup, illettrées. »

En annonçant la création de son mouvement « En marche ! », le Ministre de l’économie a omis de préciser que l’adresse légale de son association était le domicile privé du directeur de l’un des principaux clubs patronaux, l’Institut Montaigne ! Véritable officine au service de l’organisation patronale (MEDEF), l’objectif de l’Institut Montaigne est de promouvoir des idées néo-libérales telles que la mise du gaz de schiste au service de la compétitivité, la privatisation de l’assurance maladie, l’augmentation du temps de travail, ou encore le départ à la retraite à 63 ans avec une durée de cotisation de 43 ans. Il convient aussi de noter que le président de l’Institut Montaigne Henri de Castries fut président-directeur-général du groupe d’assurance Axa de mai 2000 à août 2016, où il s’est vu accorder un salaire annuel (hors revenus du capital) oscillant entre 2,8 millions et 3,2 millions d’euros. Quant à sa retraite (dorée), elle atteint un confortable revenu annuel de 1 056 000 euros.

En 1994, Henri de Castries était nommé à la French-American Foundation, institution connue pour être un Cheval de Troie du libéralisme américain dans la société française, qui compte parmi ses anciens disciples communément appelés « Young Leaders », une ribambelle de journalistes et de personnages politiques français. En septembre 2016, sur le site de la French-American Foundation nous pouvions lire "Breakfast avec Emmanuel Macron, ministre de l’Economie".

Pour finir par l’honnêteté, valeur très prisée ces derniers temps par les Français : « Cette semaine, vous allez entendre dire que j’ai un compte caché ! C’est faux ! »

Tout cela pour expliquer qu’il avait gagné des millions et qu’on ne les retrouvait pas dans ses déclarations… Le compte, dont il était le seul à parler, doit être très bien caché…

En tout cas, selon ses déclarations, il aurait claqué un SMIC par jour pendant trois ans, ce qui en fait un digne représentant de la moyenne de la population !!!

Voilà l’homme qui en quittant son ministère avec Hollande-Valls, déclarait « avoir touché du doigt les limites de notre système politique »… Mais là, après avoir touché du doigt, il n’a pas dit qu’il se sentait sale…

« J’ai vu de l’intérieur la vacuité de notre système politique ».

La vacuité, il l’a vue de l’intérieur ? De son cerveau ?

« Pour ma part, je suis de gauche. D’une gauche qui se confronte au réel, qui veut réformer le pays, qui croit dans la liberté précisément parce qu’elle construit la véritable égalité de tous. » disait-il alors.

Ensuite, il s’est dit le représentant de « la gauche du réel », pour finir par dire que le mouvement En marche ! n’était "pas à droite" et "pas à gauche".

« Je ne suis pas socialiste » a-t-il finalement déclaré mais sans affirmer parallèlement : « je ne suis pas capitaliste », car alors on sait qu’il aurait menti ! Il suffit de voir la tête des courbes de la bourse à l’annonce de ses résultats, et particulièrement les résultats des banques !!!

Ne pas confondre le « candidat anti-système » avec un candidat anticapitaliste, même si, jusqu’à preuve du contraire, la France est encore en système… capitaliste ?!!!

Lire encore

19 Messages de forum

  • Emmanuel Macron, tel qu’il se décrit lui-même… 25 avril 2017 17:09, par Landru

    « Quand je serre la main d’un pauvre, je me sens sale pour toute la journée » c’est une blague d’un site humoristique Le Gorafi

    Répondre à ce message

  • Les humoristes ne l’ont pas inventée la phrase de Macron sur "les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien"  ! Et, bien entendu, Macron ne se tourne que vers ceux qui réussissent que vers "les jeunes qui veulent devenir milliardaires" ! Après cela qu’on nous dise que les classes sociales n’existent plus !!!

    Répondre à ce message

  • Des propos récemment tenus par Emmanuel Macron sur la fécondité africaine et le volume des aides destinées à l’Afrique n’en finissent pas de faire des vagues tant ils sont méprisants et mensongers à l’égard des africains...

    Lors du dernier sommet du G20 à Hambourg , le 8 juillet dernier en Allemagne, Emmanuel Macron a tenu des propos surprenants en conférence de presse en affirmant, d’une part, que plusieurs pays d’Afrique subsaharienne continuaient à avoir un taux de fécondité « de sept à huit enfants par femme », ce qui, selon lui, serait la cause de toutes leurs difficultés économiques et sociales, oubliant de pointer que la France s’enrichit sur leur dos, et d’autre part, que des plans Marshall avaient déjà été « décidés et faits » en faveur du continent noir. La réalité est pourtant bien différente.

    Contrairement à ce que l’on pourrait penser, le niveau de la fécondité en Afrique subsaharienne a déjà commencé à baisser dans la quasi-totalité des pays, et ce, depuis au moins deux décennies. Quant aux plans Marshall, il se font toujours attendre.

    Répondre à ce message

  • Fini les prix bradés pour remplir les autocars "Macron". La hausse des billets observée depuis l’an dernier sur les lignes de ces autocars longue distance libéralisés en 2015 se confirme : + 2 euros en moyenne par trajet au deuxième trimestre. Soit une hausse de 13% par rapport au premier trimestre et de 31% par rapport à la même période l’an dernier, selon les données publiées aujourd’hui par l’Autorité de régulation des activités ferroviaires et routières (Arafer). Le niveau le plus élevé relevé par le gendarme du rail.

    Répondre à ce message

  • Plus de contrats aidés, merci Macron !

    L’Assemblée a voté dans la nuit du mercredi 8 au jeudi 9 le budget en baisse de la mission "Travail et emploi", dont l’une des mesures les plus emblématiques, la réduction du nombre de contrats aidés, a été fustigée par l’opposition pour sa "brutalité".

    Les crédits de la mission passent de 15,4 milliards d’euros en 2017 à 13,9 milliards, soit une diminution de 1,5 milliard. La baisse est essentiellement liée à la réduction du nombre de contrats aidés, qui passera en 2018 à 200 000, exclusivement dans le secteur non marchand, pour une enveloppe de 1,4 milliard d’euros. Il s’agit d’une baisse d’un milliard d’euros.

    Répondre à ce message

  • Macron est en lutte « contre la radicalisation » et fait exprès de faire semblant de confondre radicalisation sociale et intégrisme musulman, et aussi intégrisme et terrorisme :

    « La radicalisation s’est installée dans les quartiers populaires parce que la République a démissionné. »

    Sa réponse : davantage de policiers « de proximité » quitte à armer des « citoyens » contre ces « radicaux » !!!

    Macron a donc peur de “ceux qui ne sont rien” !!!

    Répondre à ce message

  • Les bus Macron, un échec sanglant pour les usagers et pour les compagnies !!!

    Répondre à ce message

  • Macron, en chef de la françafrique…
    « Vous me parlez comme si j’étais une puissance coloniale ! Mais moi je ne veux pas m’occuper de l’électricité dans les universités au Burkina Faso. C’est le travail du président ! », lâche-t-il, en désignant Roch Marc Christian Kaboré. Les rires fusent autant que les regards gênés.

    En plein discours d’Emmanuel Macron, le président Kaboré quitte la salle…

    « Du coup, il s’en va… Reste là ! plaisante Macron. Du coup, il est parti réparer la climatisation », ajoute-t-il, dans l’hilarité générale.

    C’est une pause pipi !

    Le président français en rajoute une couche, quelques minutes plus tard. « Dès qu’il aura réparé la climatisation de l’amphithéâtre, il sortira de la zone franc, vous l’aurez compris », plaisante Emmanuel Macron après avoir expliqué qu’il appartenait aux pays africains et non à la France de décider du destin du franc CFA.

    Faisant comme si la France n’avait aucun intérêt au franc CFA ni à mettre l’Afrique en coupe réglée !!!!

    Répondre à ce message

  • "Ce que dit Simone Weil dans les années 1938-1939, de la crise qui traverse l’Europe dans ces années-là, dit quelque chose de la crise au moins aussi profonde que nous sommes en train de traverser"

    Emmanuel Macron, le 03/07/2017, a choisi de citer Simone Weil mais quelle citation pourrait-il reconnaître de celle-ci ?
    Celle-ci par exemple :

    « C’est une étude de Trotsky, écrite en janvier dernier, au sujet de la situation en Allemagne. Elle n’a, aujourd’hui encore, rien perdu de son intérêt. Au milieu du désarroi, du découragement général, Trotsky, exilé, isolé, calomnié en tous pays par tous les partis, les quelques amis qui lui sont restés fidèles en Russie presque tous morts, déportés ou en prison, a su seul garder intacts son courage, son espérance, et cette lucidité héroïque qui est sa marque propre. En cette étude se manifeste une fois de plus cette faculté, propre à l’homme d’action véritable, de passer froidement en revue tous les éléments de n’importe quelle situation, et de maintenir pourtant cette analyse, menée avec une probité théorique sans reproche, orientée tout entière vers l’action immédiate. »

    Lire la suite

    Répondre à ce message

  • Macron, déjà pris à organiser ses festivités à Versailles, le fait maintenant à Chambord !

    Le roi Macron ?!!!

    Répondre à ce message

  • Parmi les petites phrases assassines de Macron, rappelons le "L’audiovisuel public est la honte de la France" !

    "C’est une honte pour nos concitoyens, c’est une honte en termes de gouvernance, c’est une honte en ce que j’ai pu voir ces dernières semaines de l’attitude des dirigeants".

    Répondre à ce message

  • Macron disait qu’il allait baisser les impôts ?!!! Eh bien, le bilan entre hausses et baisses, c’est 4,5 milliards d’euros en 2018 DE PLUS de pris sur le pouvoir d’achat de la population malgré des milliards cadeaux aux capitalistes !!!

    Répondre à ce message

  • Les vœux de Macron :

    « Demandez-vous chaque matin ce que vous pouvez faire pour votre pays. »

    Pour le pays qui s’appelle coffre-fort !

    « Le travail est le cœur de notre projet commun ».

    Le travail est au cœur du profit capitaliste mais pas le travailleur !

    Répondre à ce message

  • Bagnères-de-Bigorre, où il passait ses vacances, Macron a déclaré qu’il allait s’attaquer aux chômeurs qui ne font rien pour retrouver du travail et touchent quand même leurs allocations : "Il faut s’assurer que chacune et chacun recherchent bien l’emploi qui peut être offert et que lorsqu’un emploi correspond à ses compétences, il le prenne. Je crois qu’il n’y a rien de choquant, c’est normal, c’est ce que font tous les pays qui nous entourent", (interview à LCI, mercredi 27 décembre).

    Citée par « le Canard enchaîné », une note du ministère du Travail confirme les projets d’Emmanuel Macron, qui avait promis durant sa campagne un contrôle « drastique » des inscrits à Pôle Emploi.

    Selon le document en question, l’exécutif souhaite durcir les sanctions visant les chômeurs jugés trop peu motivés par le retour à l’emploi. Une implication insuffisante, le refus d’une formation ou le rejet de deux offres d’emploi « raisonnables » entraîneraient à l’avenir une diminution de 50% de l’indemnisation pendant deux mois. En cas de récidive, elle serait totalement supprimée pour la même durée. L’ardeur du demandeur d’emploi serait notamment évaluée sur la base d’un « rapport d’activité mensuel », rédigé par lui et énumérant l’ensemble de ses démarches. Selon le Monde, les sanctions seraient en revanche revues à la baisse en cas d’absence aux convocations de Pôle Emploi – une faute qui représente aujourd’hui le principal motif de radiation des inscrits.

    Répondre à ce message

  • Le titre du livre-programme du futur président Macron était « Révolution »…

    Pourquoi ne pas l’aider à réaliser son objectif : provoquer la révolution sociale !!!

    Répondre à ce message

  • Macron a déclaré que les jeunes footballeurs de l’équipe de France étaient un modèle pour tous les jeunes de France. Un modèle de quoi ? De l’argent qu’il faut gagner comme salaire ? Ou de l’intelligence des propos et des comportements ? En tout cas, c’est un modèle pour Macron !

    Répondre à ce message

  • Quand Macron prétend parler social, ça paie !!!

    Citons-le :

    « Les aides sociales coûtent trop cher »…

    « En matière de protection sociale, mettre toujours lus d’argent n’est pas la solution »…

    « Le système de protection sociale coûte un pognon de dingues »…

    On remarquera que ce qu’il dit aux pauvres ne ressemble pas à ce qu’il dit aux capitalistes.

    La protection sociale, c’est nul, c’est foutu, c’est dépassé, cela ne colle plus avec le monde moderne…

    Par contre, le système capitaliste qu’il faut sauver avec sans cesse plus d’argent d’Etat, il ne le trouve ni dépassé, ni couteux !!!

    Répondre à ce message

  • Macron n’a qu’une parole ? Pas du tout !

    Sur la petite centaine de propositions concrètes du candidat Macron, celle-ci apparaissait en quatrième position dans la première priorité du candidat En marche intitulée "bien vivre de son travail et inventer de nouvelles protections". Il promettait alors un droit nouveau pour les salariés démissionnaires.

    "Nous ouvrirons les droits à l’assurance-chômage aux salariés qui démissionnent", pouvait-on lire page 7. Sur son site de campagne, il était aussitôt précisé quelques petites conditions. "Tous les cinq ans, chacun y aura droit, s’il choisit de démissionner pour changer d’activité ou développer son propre projet professionnel", ajoutait l’ancien ministre de l’Economie.

    Un peu plus d’un an après son accession à l’Elysée, l’heure est venue d’appliquer ce qu’Emmanuel Macron présentait comme une assurance-chômage universelle. C’est l’un des enjeux du projet de loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel que l’Assemblée nationale commence à examiner ce lundi. Porté par la ministre du Travail Muriel Pénicaud, il est souvent présenté comme le deuxième volet plus social et plus protecteur de la réforme du marché du travail après les ordonnances de l’année 2017 qui l’ont libéralisé.

    Pendant la campagne, Emmanuel Macron avait évoqué un peu plus d’un milliard avant que l’Institut Montaigne (classé à droite) n’évoque 2,7 milliards. À l’automne 2017, citant des sources au ministère du Travail, Les Echos avaient carrément avancé le chiffre de 5 milliards en rythme de croisière et jusqu’à 14 milliards d’euros pour la première année sous l’effet d’une possible vague de départs massifs de salariés malheureux dans leur poste actuel.

    Répondre à ce message

  • Un échange a eu lieu avec un jeune chômeur le 15 septembre, à l’occasion des Journées du Patrimoine, au palais de l’Élysée. "Vous êtes inscrit à Pôle Emploi ?", lui demande le chef de l’État.

    "Oui, et j’ai beau envoyer des CV et des lettres de motivation, ça ne fait rien", lui répond le jeune homme, qui explique être formé en tant qu’horticulteur et regrette de ne jamais avoir de réponse lorsqu’il postule. Et Emmanuel Macron de rétorquer : "Je traverse la rue et je vous trouve un travail."

    Répondre à ce message

Répondre à cette brève

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0