English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > Résultat du calendrier

Contribution au débat sur la philosophie dialectique du mode de formation et de transformation de la matière, de la vie, de l’homme et de la société Ce site est complémentaire de https://www.matierevolution.org/

  • Gènes architectes et horloges du développement

    26 juin 2008, par Robert Paris
    Gènes homéotiques, le film On a longtemps cru qu’il fallait un très grand nombre de mutations élémentaires, lentement accumulées dans le capital génétique, pour obtenir une autre espèce, en particulier pour obtenir un nouveau plan d’organisation. Cependant on a trouvé que ce n’était pas seulement un caractère qui est concerné par un gène mais le plan d’organisation lui-même. Donc certains gènes permettent d’ordonnancer la confection d’un individu, étape par étape. Il s’agit là de la découverte des gènes (...)

  • Fonctionnement hiérarchisé et non-linéaire des gènes

    26 juin 2008, par Robert Paris
    Cherchons maintenant où sont les fractales du fonctionnement génétique. On a montré précédemment que les fractales permettent une régulation de la transmission d’énergie ou d’information. On les trouve donc dans les mécanismes d’homéostasie. L’homéostasie est le processus qui permet au corps d’être maintenu à un niveau à peu près stable, ou presque cyclique, en termes de température, de pression ou de concentration de produits chimiques. Elle se réalise par des régulations internes fondées sur une cybernétique (...)

  • Biologie du vivant : le figé crée la variété

    26 juin 2008, par Robert Paris
    « Avec chaque niveau d’organisation, apparaissent des nouveautés, tant de propriétés que de logiques. (…) Une dialectique fait s’interpénétrer les contraires et s’engendrer la qualité et la quantité. » François Jacob dans « La logique du vivant » Qu’est-ce que le vivant, Michel Morange, le film La manière dont on conçoit les modifications génétiques a considérablement changé. On croyait l’ADN fixé d’avance ce qui signifiait que l’individu était prédéterminé au sein d’une espèce, indépendamment du (...)

  • Le hasard et la nécessité en biologie

    26 juin 2008, par Robert Paris
    Aujourd’hui, on sait agir sur les cellules embryonnaires comme sur les gènes du développement et cela nous en apprend énormément sur leur fonctionnement. On sait maintenant introduire des gènes d’un être vivant sur un autre être vivant. C’est le clonage. Les organismes génétiquement modifiés sont devenus un sujet presque banal. Avec le clonage et l’embryologie moléculaire, la science de l’évolution devient une science expérimentale. On peut en effet expérimenter des changements sur les gènes et savoir (...)

  • Boucles de rétroaction en génétique

    26 juin 2008, par Robert Paris
    René Thomas, spécialiste en circuits de feedback de la génétique, analyse le rôle des boucles de rétroaction en génétique et leur importance dans le processus de différenciation cellulaire. Il débute par quelques considérations d’analyse mathématique qui montrent qu’il y a une analogie entre des boucles de rétroaction interactives et des systèmes d’équations différentielles chaotiques. Rappelons d’abord qu’on a une boucle de rétroaction à chaque fois que part d’un élément une série de réactions qui revient (...)

  • Le lien entre maladies et suicide cellulaire

    26 juin 2008, par Robert Paris
    Rappelons que le suicide de la cellule est génétiquement programmé (gènes et protéines) par avance mais inhibé au cours du fonctionnement de celle-ci. Cela nous amène à la liaison entre le suicide cellulaire et certaines maladies. En effet, de nombreuses maladies sont liées à une apoptose massive restée souvent inexpliquée. Ou au contraire dans le cas des cancers à un blocage de l’apoptose. Ainsi, la maladie d’Alzheimer produit la mort d’un grand nombre de neurones. Le sida tue la plupart des (...)

  • La complexité du vivant construite par la destruction

    26 juin 2008, par Robert Paris
    Apoptose et développement du système nerveux Exposons le lien que Jean Claude Ameisen établit entre le suicide cellulaire et la construction progressive de la complexité du vivant. Pour cela rappelons d’abord que loin d’être un exemple de stabilité, la vie est fondée sur l’instabilité. La vie est un phénomène sans cesse en mouvement depuis le jour de la fécondation de l’oeuf. Nous ne sommes jamais exactement le même, ne serait-ce que parce que nos cellules changent sans cesse. Chaque jour, plus de cent (...)

  • La construction du système immunologique

    26 juin 2008, par Robert Paris
    C’est un processus faisant appel à l’apoptose qui explique également la formation du système immunitaire. Rappelons ce qu’est notre système immunitaire, constitué de dizaines de milliards de cellules appartenant à plus d’une dizaine de familles cellulaires différentes, voyageant à travers notre corps, pénétrant nos tissus et nos organes, parcourant nos vaisseaux sanguins et nos vaisseaux lymphatiques, et reliant les milliers de petits ganglions qui parsèment notre corps. Notre système immunitaire est (...)

  • La sculpture du corps dans l’embryon

    26 juin 2008, par Robert Paris
    J’en viens à la sculpture du corps qui se produit lors du développement de l’embryon. Bien entendu, le développement d’un individu nécessite une multiplication de cellules qui permet d’augmenter la taille et de passer de l’œuf fécondé à une être vivant complet. Mais cet être vivant n’est pas seulement constitué d’un amas indifférencié de cellules. Il faut doter cet individu de liaisons, de fonctionnements et d’organes. Ceux-ci doivent être produits progressivement de manière à être connectés dès leur formation (...)

  • L’organisation collective des cellules

    26 juin 2008, par Robert Paris
    J’en viens en effet au caractère collectif de la vie cellulaire qui mène à l’auto-organisation de ces cellules, c’est-à-dire à leur capacité spontanée de structurer le désordre originel et de supprimer le hasard lié à la fabrication de ces cellules. De façon spontanée, les cellules se multiplient et se déplacent de façon désordonnée. La plupart arrivent à des zones où n’existe aucune cellule capable de leur envoyer un message de survie et se suicident. Le désordre qui existe dans le fonctionnement spontané est (...)

0 | 10

Pas de Brèves pour 26 juin 2008

Pas de message pour 26 juin 2008


SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0