English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > Résultat du calendrier

Contribution au débat sur la philosophie dialectique du mode de formation et de transformation de la matière, de la vie, de l’homme et de la société Ce site est complémentaire de https://www.matierevolution.org/

  • A cien años de la Semana Trágica

    24 septembre 2009, par Robert Paris
    Lucha internacionalista Este artículo ha sido trasladado al sitio www.matierevolution.org

  • Obama al rescate de General Motors

    24 septembre 2009, par Robert Paris
    Este artículo ha sido trasladado al sitio www.matierevolution.org

  • Du neuf sur la crise ?

    24 septembre 2009, par Robert Paris
    Selon Joseph Stiglitz, la brutale résorption des stocks des entreprises provoquée par la crise s’atténue, "ce qui donne l’illusion d’une amélioration" de la conjoncture, mais la crise n’est pas finie. "En fait, nous revenons à une récession normale", poursuit-il. L’ancien conseiller économique de Bill Clinton à la Maison Blanche récuse l’idée que le retour de la croissance dans certains pays (Japon, France, Allemagne, etc.) signerait la fin de la récession. Près d’un an après la faillite de Lehman (...)

  • Débat ouvert sur la signification de la crise mondiale systémique

    24 septembre 2009, par Robert Paris
    Le point de vue de Matière et révolution 1- Parler de crise n’est pas une avancée de la compréhension de la situation du monde ni de ses perspectives. En effet, ce que fait le système mondial depuis nombre d’années, c’est au contraire d’empêcher la crise cyclique par des interventions financières, politiques et militaires, des USA et des autres Etats impérialistes. La crise aurait dû éclater à l’échelle mondiale au moins depuis 2000. La guerre qui a suivi le 11 septembre a permis d’y pallier. 2- Pour (...)

  • Septembre 2009 : l’économie mondiale en route vers la sortie de crise ou vers un nouveau krach ?

    24 septembre 2009, par Robert Paris
    Il y a des signaux positifs, nous dit-on... Les banques ont renoué avec les profits. Mais c’est seulement parce que les banques centrales leurs donnent des sommes colossales à taux très bas qu’elles prêtent à des taux élevés. Et elles ont augmenté les tarifs de leurs "produits financiers". N’ont-elles plus de "titres pourris" ? Pas du tout ! Ne sont-elles plus menacées de faillite ? Ont-elles cessé d’investir dans de nouveau titres pourris ? Ont-elles de nouvelles règles qui éviteraient des (...)


SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0