English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 06- Livre Six : POLITIQUE REVOLUTIONNAIRE > 6- L’organisation du prolétariat > Amedeo Bordiga - Vers la création de conseils ouvriers en Italie

Amedeo Bordiga - Vers la création de conseils ouvriers en Italie

mercredi 17 novembre 2021, par Robert Paris

Amedeo Bordiga

Vers la création de conseils ouvriers en Italie

Janvier-février 1920

Avertissement : nous partageons avec Bordiga la volonté de clarifier ce que sont et ne sont pas les soviets ou conseils révolutionnaires menant au pouvoir aux travailleurs, la volonté d’abord d’en construire, ensuite de vouloir qu’ils soient dirigés par une politique réellement communiste révolutionnaire ce qui nécessite de clarifier le fait qu’ils ont un rôle politique en vue du pouvoir d’Etat et pas seulement économique, d’une politique de classe et pas d’une gestion de l’usine. Mais nous ne sommes par nécessairement d’accord avec lui sur les différents points complètement abstraits et peu ouverts à la vie révolutionnaire réelle que le camarade Bordiga développe dans ces textes. Un seul petit exemple : « nous ne nous opposons pas à la mise en place de conseils d’usine internes si les travailleurs eux-mêmes ou leurs organisations le demandent » dit Bordiga, très réservé vis-à-vis des conseils d’usine comme on le voit. Lénine et Trotsky ne l’étaient pas du tout et ne théorisaient pas à ce point la supériorité des soviets. Quant à la supériorité du parti politique sur les soviets, la question ne doit pas être posée en ces termes à notre avis. Le parti n’est révolutionnaire que s’il milite, non seulement en principe mais en fait pour les soviets et leur prise du pouvoir et pas sur la prise de pouvoir du parti, même s’il se dit communiste et révolutionnaire. Bordiga écrit notamment : « Comme Enrico Leone, Tasca et ses amis attachent trop d’importance à l’apparition dans la révolution russe d’un nouvel organe représentatif social, le soviet, et lui confèrent une force intérieure telle que sa simple création constitue une solution historique tout à fait nouvelle au problème du prolétariat et de sa lutte contre le capitalisme. » Eh oui ! camarade Bordiga, l’apparition d’organes de direction autonomes du prolétariat du type des conseils est une solution historique à la crise de la direction révolutionnaire du prolétariat !

Les textes de Bordiga :

I

Nous avons maintenant rassemblé pas mal de matériel concernant des propositions et des initiatives pour l’établissement de soviets en Italie, et nous nous réservons le droit d’exposer pas à pas les éléments de l’argumentation. A ce stade, nous souhaitons faire quelques observations préliminaires d’ordre général, auxquelles nous avons déjà fait référence dans nos derniers numéros.

Le système de représentation prolétarienne introduit pour la première fois en Russie a un double caractère : politique et économique. Son rôle politique est de lutter contre la bourgeoisie jusqu’à ce que celle-ci soit totalement éradiquée. Son rôle économique est de créer tout le nouveau mécanisme de production communiste. Au fur et à mesure que la révolution se déroule et que les classes parasites sont progressivement éliminées, les fonctions politiques deviennent de moins en moins importantes par rapport à leurs homologues économiques : mais en premier lieu, et surtout lorsqu’il s’agit de lutter contre le pouvoir bourgeois, l’activité politique doit venir en premier.

L’instrument authentique de la lutte de libération du prolétariat, et surtout de sa conquête du pouvoir politique, est le parti de classe communiste. Sous le régime bourgeois, le parti communiste, moteur de la révolution, a besoin d’organes dans lesquels il puisse opérer ; ces organes sont les conseils ouvriers. Déclarer qu’ils sont les organes de libération du prolétariat, sans évoquer le rôle du parti, à l’instar du programme adopté au Congrès de Bologne, nous paraît erroné. Maintenir, à la manière des camarades turinois de L’Ordine Nuovo, qu’avant même l’effondrement de la bourgeoisie les conseils ouvriers sont des organes, non seulement de lutte politique, mais de formation technico-économique dans le système communiste, ne peut être vu que comme un retour au gradualisme socialiste. Ce dernier, qu’on l’appelle réformisme ou syndicalisme, se définit par la croyance erronée que le prolétariat peut s’émanciper en faisant des progrès dans les relations économiques alors que le capitalisme détient encore le pouvoir politique à travers l’État.

Nous allons maintenant développer la critique des deux concepts que nous avons mentionnés.

Le système de représentation prolétarienne doit être enraciné dans l’ensemble du processus technique de production. C’est un principe parfaitement valable, mais il correspond au stade où le prolétariat organise la nouvelle économie après sa prise du pouvoir. Appliquez-le sans modification au régime bourgeois, et vous n’accomplirez rien en termes révolutionnaires. Même au stade où en est la Russie, la représentation politique de type soviétique — c’est-à-dire l’échelle qui culmine dans le gouvernement des commissaires du peuple — ne part pas des équipes de travail ou des ateliers d’usine, mais du soviet administratif local, élu directement par le travailleurs (regroupés si possible sur leurs lieux de travail respectifs). Pour être précis, le Soviet de Moscou est élu par le prolétariat de Moscou à raison d’un délégué pour 1 000 travailleurs.Entre les délégués et les électeurs, il n’y a pas d’organe intermédiaire. Ce premier niveau conduit ensuite aux niveaux supérieurs, au Congrès des Soviets, au comité exécutif et enfin au gouvernement des commissaires.

Le conseil d’usine joue son rôle dans un tout autre réseau, celui du contrôle ouvrier sur la production. Par conséquent, le conseil d’usine, composé d’un représentant pour chaque atelier, ne nomme pas le représentant de l’usine au soviet politico-administratif local : ce représentant est élu directement et indépendamment. En Russie, les conseils d’usine sont l’unité de base d’un autre système de représentation (lui-même subordonné bien sûr au réseau politique des soviets) : le système de contrôle ouvrier et d’économie populaire. Contrôle au sein de l’usinen’a une signification révolutionnaire et expropriative qu’après le passage du pouvoir central aux mains du prolétariat. Alors que l’usine est encore protégée par l’Etat bourgeois, le conseil d’usine ne contrôle rien. Les quelques fonctions qu’il remplit sont le résultat de la pratique traditionnelle : 1. du réformisme parlementaire ; 2. la résistance syndicale, qui ne cesse d’être une voie réformiste d’avancer.

Pour conclure : nous ne nous opposons pas à la mise en place de conseils d’usine internes si les travailleurs eux-mêmes ou leurs organisations le demandent. Mais nous insistons sur le fait que l’activité du parti communiste doit se fonder sur un autre terrain, à savoir la lutte pour la conquête du pouvoir politique. Cette lutte peut être fructueusement avancée par la mise en place d’organes représentatifs des travailleurs — mais il doit s’agir de conseils ouvriers urbains ou ruraux élus directement par les « noms », en attendant de se substituer aux conseils municipaux et organes locaux du pouvoir d’État au moment où les forces bourgeoises s’effondrent. Ayant ainsi avancé notre thèse, nous promettons de lui fournir amplement de documentation et d’appui factuel, et de présenter notre travail dans un rapport à la prochaine réunion de la fraction communiste.

II

Avant d’aborder les problèmes pratiques de la mise en place de conseils d’ouvriers, de paysans et de soldats en Italie, et compte tenu des considérations générales contenues dans l’article que nous avons publié dans notre dernier numéro, nous souhaitons examiner les orientations programmatiques ou le système soviétique tels qu’ils sont développés dans les documents de la révolution russe et dans les déclarations de principe émises par certains ou les courants maximalistes italiens, tels que le programme adopté par le Congrès de Bologne, la motion proposée par Leone et d’autres camarades au même congrès ; et les écrits de L’Ordine Nuovo sur le mouvement des conseils d’usine de Turin.

Les Conseils et le programme bolchevique

Dans les documents de la IIIe Internationale et du Parti communiste russe, dans les rapports magistraux de ces redoutables défenseurs de la doctrine, les chefs du mouvement révolutionnaire russe — Lénine, Zinoviev, Radek, Boukharine — revient à de fréquents intervalles l’idée qu’en Russie la révolution n’a pas inventé des structures nouvelles et imprévues, mais a simplement confirmé les prédictions de la théorie marxiste concernant le processus révolutionnaire.

Le cœur du phénomène imposant de la révolution russe est la conquête du pouvoir politique par les masses laborieuses et l’instauration de leur dictature, à la suite d’une authentique guerre des classes.

Les soviets — et il est bon de rappeler que le mot soviet signifie simplement conseil, et peut être employé pour décrire toute sorte de corps représentatif — les soviets, en ce qui concerne l’histoire, sont le système de représentation employé par la classe prolétarienne une fois qu’il a pris le pouvoir. Les soviets sont les organes qui se substituent au parlement et aux assemblées administratives bourgeoises et remplacent peu à peu toutes les autres ramifications de l’Etat. Pour reprendre les termes du dernier congrès des communistes russes, cités par le camarade Zinoviev, « les soviets sont les organisations d’État des ouvriers et des paysans pauvres ; ils exercent la dictature du prolétariat pendant la période où toutes les formes précédentes de l’État s’éteignent. »

En dernière analyse, ce système d’organisations étatiques donne une représentation à tous les producteurs en leur qualité de membres de la classe ouvrière, et non en tant que membres d’un secteur commercial ou industriel particulier. Selon le dernier manifeste de la Troisième Internationale, les soviets représentent « un nouveau type d’organisation de masse, qui embrasse la classe ouvrière dans son ensemble, indépendamment des métiers individuels ou des niveaux de maturité politique ». Les unités de base du réseau administratif soviétique sont les conseils urbains et ruraux ; le réseau culmine dans le gouvernement des commissaires.

Et pourtant, il est vrai que pendant la phase de transformation économique, d’autres organes émergent parallèlement à ce système, comme le système de contrôle ouvrier et l’économie populaire. Il est vrai aussi, comme nous l’avons maintes fois souligné, que ce système économique absorbera progressivement le système politique, une fois que l’expropriation de la bourgeoisie sera achevée et qu’il n’y aura plus besoin d’une autorité centrale. Mais le problème essentiel pendant la période révolutionnaire, comme il ressort clairement de tous les documents russes, est celui de maintenir les diverses revendications et intérêts locaux et sectoriels subordonnés à l’intérêt général (dans l’espace et dans le temps) du mouvement révolutionnaire.

Ce n’est que lorsque les deux ensembles d’organes seront fusionnés que le réseau de production sera complètement communiste, et alors seulement ce principe (à qui on accorde une importance exagérée selon nous) d’une parfaite adéquation entre le système de représentation et les mécanismes de la production système soit réalisé avec succès. Avant cette étape, alors que la bourgeoisie résiste encore et surtout qu’elle détient encore le pouvoir, le problème est de parvenir à un système représentatif dans lequel l’intérêt général prévaut. Aujourd’hui, alors que l’économie repose encore sur l’individualisme et la concurrence, la seule forme sous laquelle cet intérêt collectif supérieur peut se manifester est un système de représentation politique dans lequel le parti politique communiste est actif.

Nous reviendrons sur cette question, et montrerons comment la volonté de sur-bétoniser et de déterminer techniquement le système soviétique, surtout quand la bourgeoisie est encore au pouvoir, met la charrue avant les bœufs et retombe dans les vieilles erreurs du syndicalisme et du réformisme. Pour l’instant nous citons ces paroles non ambiguës de Zinoviev : « Le parti communiste unifie cette avant-garde du prolétariat qui lutte, de façon consciente, pour mettre en œuvre le programme communiste. [en particulier, il s’efforce d’introduire son programme dans les organisations d’État, les soviets, et d’obtenir une domination complète en leur sein.

Pour conclure, la République soviétique de Russie est dirigée par les Soviets, qui représentent dix millions d’ouvriers sur une population totale d’environ quatre-vingts millions. Mais pour l’essentiel, les nominations aux comités exécutifs des soviets locaux et centraux sont réglées dans les sections et congrès du grand parti communiste qui a la maîtrise des soviets. Cela correspond à la défense émouvante par Radek du rôle révolutionnaire des minorités. Autant ne pas créer un fétichisme majoritaire-ouvriériste qui ne pourrait qu’être à l’avantage du réformisme et de la bourgeoisie. Le parti est en première ligne de la révolution dans la mesure où il est potentiellement composé d’hommes qui pensent et agissent comme des membres de la future humanité ouvrière dont tous seront des producteurs harmonieusement insérés dans un merveilleux mécanisme de fonctions et de représentation.

Le Programme de Bologne et les Conseils

Il est à déplorer que dans le programme actuel du Parti il n’y ait aucune trace de la proposition marxiste selon laquelle le parti de classe est l’instrument de l’émancipation prolétarienne ; il n’y a que le codicille anodin : « décide (Qui décide ? Même la grammaire a été sacrifiée dans la hâte de décider — en faveur des élections.) de fonder l’organisation du Parti socialiste italien sur les principes susmentionnés ».

En ce qui concerne le paragraphe qui nie la transformation de tout organe de l’Etat en un organe de lutte pour la libération du prolétariat, il y a certaines remarques à faire — mais il faudra le faire à une autre occasion, après une indispensable clarification préalable des termes. Mais nous nous écartons encore plus fortement du programme où il est dit que les nouveaux organes prolétariens fonctionneront d’abord, sous le régime bourgeois, comme des instruments de la lutte violente pour la libération, et deviendront par la suite des organes de transformation sociale et économique ; car parmi les organes mentionnés se trouvent non seulement les conseils d’ouvriers, de paysans et de soldats, mais aussi les conseils de l’économie publique, ce qui est inconcevable sous un régime bourgeois. Même les conseils politiques ouvriers doivent être considérés avant tout comme des véhicules de l’activité communiste de libération du prolétariat.

Encore tout récemment, le camarade Serrati, en opposition flagrante à Marx et Lénine, a sous-estimé le rôle du parti de classe dans la révolution. Comme le dit Lénine : « Avec les masses laborieuses, le parti politique marxiste et centralisé, l’avant-garde du prolétariat, conduira le peuple sur la bonne voie, vers la dictature victorieuse du prolétariat, vers la démocratie prolétarienne et non bourgeoise, vers le pouvoir soviétique et l’ordre socialiste." Le programme actuel du Parti sent le scrupule libertaire et le manque de préparation théorique.

Les Conseils et la motion Leone

Cette motion se résumait en quatre points exposés dans le style évocateur de l’auteur.

Le premier de ces points trouve une inspiration miraculeuse dans l’affirmation que la lutte des classes est le véritable moteur de l’histoire et qu’elle a brisé les syndicats sociaux-nationaux. Mais alors le mouvement se met à exalter les soviets en tant qu’organes de la synthèse révolutionnaire, qu’ils sont censés réaliser virtuellement par le mécanisme même de leur création ; il déclare que seuls les soviets, plutôt que les écoles, les partis ou les corporations, peuvent mener à bien les grandes initiatives historiques.

Cette idée de Léone, et des nombreux camarades qui ont signé sa motion, est bien différente de la nôtre, que nous avons déduite du marxisme et des leçons de la révolution russe. Ce qu’ils font, c’est mettre l’accent sur une forme à la place d’une force, tout comme les syndicalistes l’ont fait dans le cas des syndicats, attribuant à leur pratique minimaliste la vertu magique de pouvoir se transformer en révolution sociale. De même que le syndicalisme a été démoli d’abord par la critique des vrais marxistes, puis par l’expérience des mouvements syndicalistes qui, partout dans le monde, ont collaboré avec le régime bourgeois en lui fournissant des éléments pour sa préservation, de même l’idée de Leone s’effondre devant l’expérience des conseils ouvriers sociaux-démocrates contre-révolutionnaires, qui sont précisément ceux qui n’ont pas été pénétrés avec succès par le programme politique communiste.

Seul le parti peut incarner les énergies révolutionnaires dynamiques de la classe… Chaque parti se définit sur la base de son propre programme, et ses fonctions ne peuvent être comparées à celles des autres partis, alors que nécessairement tous les syndicats et même, au sens technique, tous les conseils ouvriers ont des fonctions en commun avec un seul objectif limité. Le défaut des partis sociaux-réformistes n’était pas qu’ils étaient des partis politiques, mais qu’ils n’étaient pas des partis communistes et révolutionnaires. Ces partis ont mené la contre-révolution, tandis que les partis communistes, en opposition à eux, ont mené et nourri l’action révolutionnaire. Il n’y a donc pas d’organes révolutionnaires par leur forme ; il n’y a que des forces sociales révolutionnaires par leur orientation. Ces forces se transforment en un parti qui se bat avec un programme.

Les Conseils et l’initiative de L’Ordine Nuovo à Turin

À notre avis, les camarades autour du journal L’Ordine Nuovo vont encore plus loin que cela. Ils ne sont même pas satisfaits de la formulation du programme du Parti, car ils prétendent que les soviets, y compris ceux à caractère technico-économique (les conseils d’usine), non seulement existent déjà et fonctionnent comme des organes de la lutte de libération du prolétariat sous le régime bourgeois, mais sont déjà devenus des organes de reconstruction de l’économie communiste.

En effet, ils publient dans leur journal la section du programme du Parti que nous avons citée plus haut, en omettant quelques mots pour en transformer le sens selon leur point de vue :

« Ils devront être combattus par de nouveaux organes prolétariens (conseils d’ouvriers, de paysans et de soldats, conseils de l’économie publique, etc.) — ... organes de transformation sociale et économique et pour la reconstruction du nouvel ordre communiste. »

Mais cet article est déjà long, aussi reportons-nous à notre prochain numéro l’exposition de notre profonde dissension par rapport à ce principe ; à notre avis, elle risque de se transformer en une expérience purement réformiste impliquant la modification de certaines fonctions des syndicats et peut-être la promulgation d’une loi bourgeoise sur les conseils ouvriers.

III

A la fin de notre deuxième article sur l’établissement des soviets en Italie, nous nous sommes référés au mouvement turinois pour établir des conseils d’usine. Nous ne partageons pas le point de vue qui inspire les efforts des camarades de L’Ordine Nuovo, et tout en appréciant leur ténacité à faire mieux connaître les fondements du communisme, nous pensons qu’ils ont commis des erreurs majeures de principe et de tactique.

Selon eux, l’essence de la révolution communiste réside dans la mise en place de nouveaux organes de représentation prolétarienne, dont le caractère fondamental est leur alignement strict sur le processus de production ; finalement, ces organes doivent contrôler directement la production. Nous avons déjà fait remarquer que nous y voyons une trop grande insistance sur l’idée d’une coïncidence formelle entre les organes représentatifs de la classe ouvrière et les divers agrégats du système technico-économique de production. Cette coïncidence se réalisera en effet à un stade beaucoup plus avancé de la révolution communiste, lorsque la production sera socialisée et que toutes ses diverses activités constitutives seront subordonnées de façon harmonieuse aux intérêts généraux et collectifs.

Avant cette étape, et pendant la période de transition d’une économie capitaliste à une économie communiste, les groupements de producteurs sont en constante évolution et leurs intérêts individuels peuvent parfois se heurter aux intérêts généraux et collectifs du mouvement révolutionnaire du prolétariat. Ce mouvement trouvera son véritable instrument dans une institution représentative de la classe ouvrière à laquelle chaque individu participe en sa qualité de membre de la classe ouvrière, et à ce titre intéressé à un changement radical des rapports sociaux, plutôt qu’en tant que composante d’un commerce, usine ou groupe local.

Tant que le pouvoir politique reste entre les mains de la classe capitaliste, un organe représentatif incarnant les intérêts révolutionnaires généraux du prolétariat ne peut être trouvé que dans l’arène politique . Ce ne peut être qu’un parti de classe qui a l’adhésion personnelle du genre de personnes qui, pour se consacrer à la cause de la révolution, ont réussi à surmonter leurs intérêts étroits égoïstes, sectionnels et même parfois de classe (ce dernier cas obtenant lorsque le parti admet dans ses rangs des déserteurs de la classe bourgeoise, à condition qu’ils soient partisans du programme communiste).

C’est une grave erreur de croire qu’en important les structures formelles qu’on s’attend à former pour gérer la production communiste dans l’environnement prolétarien actuel, parmi les salariés du capitalisme, on fera naître des forces qui sont en elles-mêmes et par nécessité révolutionnaire. C’était l’erreur des syndicalistes, et c’est aussi l’erreur des partisans trop zélés des conseils d’usine.

L’article publié par le camarade C. Niccolini dans Communismo arrive à un moment opportun. Il constate qu’en Russie, même après la prise du pouvoir par le prolétariat, les conseils d’usine ont fréquemment mis des obstacles sur la voie des mesures révolutionnaires ; plus encore que les syndicats, ils opposent les pressions d’intérêts étroits au déroulement du processus révolutionnaire. Même au sein du réseau de l’économie communiste, les conseils d’usine ne sont pas les principaux déterminants du processus de production. Dans les organes qui remplissent cette fonction (Conseils de l’économie populaire), les conseils d’usine ont moins de représentants que les syndicats ou les autorités de l’Etat prolétarien ; c’est ce réseau politique centralisé qui est l’instrument et le facteur dominant de la révolution - compris non seulement comme une lutte contre la résistance politique de la classe bourgeoise,mais aussi comme processus de socialisation de la richesse.

Au point où nous sommes arrivés en Italie, à savoir au moment où l’Etat prolétarien est encore une aspiration programmatique, le problème fondamental est la conquête du pouvoir par le prolétariat, ou mieux le prolétariat communiste - c’est-à-dire les travailleurs qui sont organisés en un parti politique de classe, qui sont déterminés faire de la forme historique du pouvoir révolutionnaire, la dictature du prolétariat, une réalité concrète.

Le camarade A. Tasca lui-même, dans L’Ordine Nuovo n° 22, expose clairement son désaccord avec le programme de la majorité maximaliste adopté au Congrès de Bologne, et son désaccord encore plus grand avec nous les abstentionnistes, dans le passage suivant qui mérite d’être reproduit.

« Un autre point du nouveau programme du Parti mérite d’être considéré : les nouveaux organes prolétariens (conseils d’ouvriers, de paysans et de soldats, conseils de l’économie publique, etc.) fonctionnant d’ abord (sous le régime bourgeois) comme instruments de la violence lutte pour la libération, se transforment par la suite en organes de transformation sociale et économique, pour la reconstruction du nouvel ordre communiste. Lors d’une précédente session de la Commission, nous avions souligné les lacunes d’une telle formulation, qui confiait des fonctions différentes aux nouveaux organes « initialement et par la suite », séparés par la prise du pouvoir de la part du prolétariat. Gennari avait promis de faire une modification, dans le sens de « ...initialement principalement en tant qu’instruments... », mais il est évident qu’il a finalement abandonné cette idée, et comme je n’ai pas pu assister à la dernière session de la Commission, je n’ai pas pu lui faire adopter à nouveau. Il y a cependant dans cette formulation un véritable point de désaccord qui, tout en rapprochant Gennari, Bombacci et d’autres des abstentionnistes, met plus de distance entre eux et ceux qui croient que les nouveaux organes ouvriers ne peuvent fonctionner comme « instruments de la lutte violente pour la libération », sauf et dans la mesure où ils deviennent « organes de transformation sociale et économique » à la fois (plutôt que par la suite). La libération du prolétariat s’accomplit par la manifestation de sa capacité à contrôler de façon autonome et originale les processus sociaux qu’il a créés par et pour lui-même : la libération consiste en la création de sortes d’organes qui, s’ils sont actifs et alertes, en vertu de ce fait seul provoque la transformation sociale et économique qui est leur but. Ce n’est pas une question de forme, mais de fond. Dans la formulation actuelle, répétons-le, les rédacteurs du programme ont fini par adhérer à la conception de Bordiga, qui attache plus d’importance à la conquête du pouvoir qu’à la formation des soviets ; pour la période actuelle, Bordiga considère les soviets comme ayant plus une fonction « politique », au sens strict du terme, qu’un rôle organique de « transformation économique et sociale ». De même que Bordiga soutient que le soviet complet ne verra le jour que pendant la période de la dictature du prolétariat, de même Gennari, Bombacci, etc., soutiennent que seule la conquête du pouvoir (qui acquiert ainsi un caractère politique, et boucler la boucle aux « pouvoirs publics » déjà dépassés) peut assurer aux soviets leurs véritables et pleines fonctions. C’est cela qui est à notre avis le nœud de l’argument, et cela doit nous conduire tôt ou tard à une nouvelle révision du programme nouvellement adopté."

Selon Tasca, la classe ouvrière peut donc projeter les étapes de sa libération, avant même d’avoir arraché le pouvoir à la bourgeoisie. Tasca laisse d’ailleurs entendre que cette conquête pouvait se faire même sans violence, une fois que le prolétariat avait achevé son travail de préparation technique et d’éducation sociale : voilà la méthode révolutionnaire concrète des camarades de L’Ordine Nuovo. Nous n’allons pas longuement démontrer que cette idée finit par coïncider avec celle de réformisme et devient étrangère aux fondements du marxisme révolutionnaire ; selon la doctrine marxiste, la révolution ne se produit pas en raison de l’éducation, de la culture ou de la capacité technique du prolétariat, mais en raison des crises internes du système de production capitaliste.

Comme Enrico Leone, Tasca et ses amis attachent trop d’importance à l’apparition dans la révolution russe d’un nouvel organe représentatif social, le soviet , et lui confèrent une force intérieure telle que sa simple création constitue une solution historique tout à fait nouvelle au problème du prolétariat et de sa lutte contre le capitalisme. Mais les soviets — définis avec plus de succès par le camarade Zinoviev comme les organisations d’État de la classe ouvrière — ne sont rien d’autre que des organes du pouvoir prolétarien, exerçant la dictature révolutionnaire de la classe ouvrière ; c’est ce dernier qui est la cheville ouvrière du système marxiste, et dont la première expérience positive fut la Commune de Paris de 1871. Les soviets sont la forme et non la cause de la révolution.

Outre ce désaccord, il y a un autre point qui nous sépare des camarades turinois. Les soviets, organisations d’État du prolétariat victorieux, ne sont pas du tout identiques aux conseils d’usine, et ces derniers ne constituent pas non plus la première étape ou le premier échelon du système politique soviétique. Cette confusion est également présente dans la déclaration de principes adoptée par la première assemblée des délégués d’atelier des usines de Turin, qui commence ainsi :

« Les délégués d’usine sont les seuls et authentiques représentants sociaux (économiques et politiques) de la classe prolétarienne, du fait qu’ils sont élus par tous les travailleurs sur leur lieu de travail sur la base du suffrage universel. Aux différents niveaux de leur constitution, les délégués incarnent l’union de tous les travailleurs telle qu’elle est réalisée dans les organes de production (équipe de travail, atelier, usine, union des usines d’une industrie donnée, union des entreprises productives d’une ville, union des organes de production dans la mécanique et l’industrie agricole d’un district, d’une province, d’une région, de la nation, du monde) dont l’autorité et le leadership social sont investis dans les conseils et le système des conseils.

Cette déclaration est inacceptable, puisque le pouvoir prolétarien se forme directement au sein des soviets municipaux de ville et de campagne, sans passer par les conseils et comités d’usine, comme nous l’avons maintes fois répété ; ce fait ressort aussi des exposés lucides du système soviétique russe publiés par L’Ordine Nuovo lui-même. Les conseils d’usine sont des organes dont la tâche sera de représenter les intérêts des groupes d’ouvriers pendant la période de transformation révolutionnaire de la production. Ils représentent non seulement la détermination d’un groupe particulier à parvenir à la libération par la socialisation de l’entreprise du capitaliste privé, mais aussi le souci du groupe de la manière dont ses intérêts seront pris en compte au cours du processus de socialisation lui-même, un processus discipliné par la volonté organisée. de l’ensemble de la collectivité de travail.

Les intérêts ouvriers ont été jusqu’à présent représentés par les syndicats, pendant toute la période où le système capitaliste paraissait stable et où il n’y avait de possibilité que de faire monter les salaires. Les syndicats continueront d’exister pendant la période révolutionnaire, et assez naturellement il y aura un conflit de démarcation avec les conseils d’usine, qui n’émergera que lorsque l’abolition du capitalisme privé apparaîtra imminente, comme cela s’est produit à Turin. Cependant, ce n’est pas une question de grand moment révolutionnaire pour décider si les membres non syndiqués doivent participer ou non aux élections des délégués. S’il est logique qu’ils y participent effectivement, compte tenu de la nature même du conseil d’usine, il ne nous paraît certainement pas logique qu’il y ait un mélange d’organes et de fonctions entre conseils et syndicats,dans le sens des propositions de Turin — obligeant, par exemple, la section turinoise de la Fédération des métallurgistes à élire son propre conseil exécutif parmi l’assemblée des délégués d’atelier.

Quoi qu’il en soit, les relations entre les conseils et les syndicats en tant que représentants des intérêts particuliers de groupes particuliers de travailleurs continueront d’être très complexes ; ils ne seront réglés et harmonisés qu’à un stade très avancé de l’économie communiste, lorsque la possibilité que les intérêts d’un groupe de producteurs soient en désaccord avec l’intérêt général dans le progrès de la production sera réduite au minimum.

Ce qu’il est important d’établir, c’est que la révolution communiste sera dirigée et conduite par un organe représentant politiquement la classe ouvrière ; avant l’écrasement du pouvoir bourgeois, c’est un parti politique. Par la suite, c’est le système des soviets politiques élus directement par les masses, dans le but de choisir des représentants qui ont un programme politique général et ne sont pas seulement les exposants des intérêts étroits d’un commerce ou d’une entreprise.

Le système russe est tellement conçu que le soviet municipal d’une ville est composé d’un délégué pour chaque groupe de prolétaires, qui ne votent que pour un seul nom. Les délégués sont cependant proposés aux électeurs par le parti politique ; le même processus est répété pour les deuxième et troisième degrés de délégation, aux organes supérieurs de l’État. C’est donc toujours un seul parti politique — le Parti communiste — qui sollicite et obtient des électeurs un mandat pour administrer le pouvoir. Nous ne disons certainement pas que le système russe devrait être adopté d’une manière non critique ailleurs, mais nous pensons que le principe qui sous-tend le système révolutionnaire de représentation - à savoir. la soumission des intérêts égoïstes et sectoriels à l’intérêt collectif doit être respectée encore plus étroitement qu’en Russie.

Serait-il utile à la lutte révolutionnaire des communistes si le réseau d’un système politique de représentation de la classe ouvrière était institué dès maintenant ? C’est le problème que nous examinerons dans le prochain article, lorsque nous discuterons des propositions pertinentes élaborées par la direction du Parti. Nous resterons inébranlables dans notre conviction qu’un tel système représentatif serait bien différent du système des conseils et comités d’usine qui a commencé à se former à Turin (et c’est d’ailleurs en partie reconnu dans les propositions du Parti).

IV

Nous croyons en avoir assez dit sur la différence entre les conseils d’usine et les conseils politico-administratifs d’ouvriers et de paysans. Le conseil d’usine représente les intérêts ouvriers qui ne dépassent pas le cercle étroit d’une entreprise industrielle. Sous un régime communiste, c’est l’unité de base du système de "contrôle ouvrier" qui a un certain rôle à jouer dans le système des "Conseils de l’économie", système qui prendra en charge à terme la gestion technique et économique des production. Mais le conseil d’usine n’a rien à voir avec le système des soviets politiques, dépositaires du pouvoir prolétarien.

Sous le régime bourgeois, donc, le conseil d’usine, ou d’ailleurs le syndicat, ne peut être considéré comme un organe de conquête du pouvoir politique. Si, en revanche, on les considérait comme des organes d’émancipation du prolétariat par une voie qui n’implique pas la conquête révolutionnaire du pouvoir, on retomberait dans l’erreur syndicaliste : les camarades autour de L’Ordine Nuovo sont à peine corrects quand ils soutiennent, comme ils l’ont fait dans la polémique avec Guerra di Classe, que le mouvement des conseils d’usine, comme ils le théorisent, n’est pas en quelque sorte un mouvement syndicaliste.

Le marxisme se caractérise par sa prédiction que la lutte pour l’émancipation du prolétariat sera divisée en un certain nombre de grandes phases historiques, dans lesquelles l’activité politique et l’activité économique varient énormément en importance : la lutte pour le pouvoir ; l’exercice du pouvoir (dictature du prolétariat) dans la transformation de l’économie ; la société sans classes et sans État politique. Identifier, dans le rôle des organes de libération du prolétariat, les étapes du processus politique avec leurs homologues économiques, c’est retomber dans la caricature petite-bourgeoise du marxisme appelée économisme (que l’on peut à son tour classer en réformisme et syndicalisme). Trop insister sur le conseil d’usine n’est qu’une résurrection de cette vieille erreur, qui unit le petit-bourgeois Proudhon à tous ces révisionnistes qui croient avoir transcendé Marx.

Sous un régime bourgeois, donc, le conseil d’usine représente les intérêts des travailleurs dans une entreprise particulière, tout comme il le fera sous un régime communiste. Elle survient lorsque les circonstances l’exigent, par des changements dans les méthodes d’organisation économique du prolétariat. Mais peut-être plus encore que le syndicat, le conseil ouvre son flanc aux déviations du réformisme.

La vieille tendance minimaliste qui plaide en faveur de l’arbitrage obligatoire et de l’intéressement des travailleurs (c’est-à-dire leur participation à la gestion et à l’administration de l’usine) pourrait bien trouver dans le conseil d’usine la base pour l’élaboration d’un texte anti-révolutionnaire de législation. C’est ce qui se passe en Allemagne en ce moment, où les indépendants s’opposent non pas au principe mais à la manière du projet de loi, contrairement aux communistes qui soutiennent que le régime démocratique ne peut accorder au prolétariat aucune forme de contrôle sur les fonctions capitalistes. . Il devrait donc être clair que cela n’a aucun sens de parler de contrôle des travailleurs jusqu’à ce que le pouvoir politique repose entre les mains de l’État prolétarien. Un tel contrôle ne peut être exercé, en prélude à la socialisation des entreprises et de leur administration par des organes appropriés de la collectivité, qu’au nom de l’Etat prolétarien et sur la base de son pouvoir.

Les conseils d’ouvriers — ouvriers de l’industrie, paysans et, à l’occasion, soldats — sont, comme on le voit, les organes politiques du prolétariat, les fondements de l’État prolétarien. Les conseils locaux urbains et ruraux se substituent aux conseils municipaux sous le régime bourgeois. Les Soviets provinciaux et régionaux remplacent les conseils provinciaux actuels, avec cette différence que les Soviets provinciaux ne sont pas élus directement, mais indirectement parmi les Soviets locaux. Le Congrès d’Etat des Soviets, avec le Comité exécutif central, remplace le parlement bourgeois, avec la différence encore qu’ils ne sont pas élus directement, mais au suffrage du troisième ou même du quatrième degré.

Il n’est pas besoin ici d’insister sur les autres différences, dont la plus importante est le droit de révocation des électeurs de tout délégué à tout moment. Si le mécanisme pour faire face à ces rappels doit être flexible, alors les élections en premier lieu ne devraient pas être basées sur des listes de candidats, mais devraient impliquer de donner un seul délégué à un groupe d’électeurs qui, si possible, devrait vivre et travailler ensemble. Mais la caractéristique fondamentale de tout ce système ne réside pas dans ces détails techniques, qui n’ont rien de magique, mais bien dans le principe qui pose que le droit de vote, tant actif que passif, est réservé aux seuls travailleurs et refusé aux bourgeois.

En ce qui concerne la formation des soviets municipaux, deux erreurs sont couramment rencontrées. L’une est l’idée que les délégués aux soviets sont élus par les conseils et comités d’usine (commissions exécutives des conseils des délégués d’atelier), alors qu’en fait, comme nous ne nous excusons pas de le répéter, les délégués sont élus directement par la masse des électeurs. Cette erreur est reproduite dans la proposition de Bombacci d’établir des soviets en Italie (paragraphe 6).

L’autre erreur consiste à penser que le soviet est un corps composé de représentants simplement nommés par le parti socialiste, les syndicats et les conseils d’usine. Le camarade Ambrosini, par exemple, commet cette erreur dans ses propositions. Un tel système pourrait peut-être être utile pour former des soviets rapidement et à titre provisoire, mais il ne correspond pas à leur structure définitive. Il est vrai qu’en Russie un petit pourcentage de délégués au soviet s’ajoute à ceux élus directement par les électeurs prolétariens. Mais en réalité, le Parti communiste, ou tout autre parti, obtient sa représentation en présentant comme candidats des membres éprouvés de son organisation et en faisant campagne autour de son programme devant l’électorat. Dans notre vision, un soviet ne peut être qualifié de révolutionnaire que si la majorité de ses délégués sont membres du parti communiste.

Tout cela, il faut bien le comprendre, se réfère à la période de la dictature prolétarienne. Venons-en maintenant à la question épineuse : quels devraient être le rôle et les caractéristiques des conseils ouvriers tant que le pouvoir de la bourgeoisie est encore intact ?

En Europe centrale actuellement, les conseils ouvriers coexistent avec l’Etat bourgeois-démocrate, d’autant plus anti-révolutionnaire qu’il est républicain et social-démocrate. Quelle est la signification de ce système représentatif prolétarien, s’il n’est pas le dépositaire et le fondement du pouvoir d’État ? A tout le moins, agit-il comme un organe de lutte efficace pour la réalisation de la dictature du prolétariat ?

A ces questions répond le camarade autrichien Otto Maschl dans un article que nous avons trouvé dans la revue genevoise Nouvelle Internationale . Il déclare qu’en Autriche les conseils ont provoqué leur propre paralysie et ont remis leur pouvoir à l’assemblée nationale bourgeoise. En Allemagne en revanche, selon Maschl, une fois que les Majoritaires et les Indépendants ont quitté les conseils, ces derniers sont devenus de véritables foyers de lutte pour l’émancipation du prolétariat, et Noske a dû les briser pour permettre à la social-démocratie de gouverner. En Autriche, cependant, conclut Maschl, l’existence des conseils dans le système démocratique, ou plutôt l’existence de la démocratie Malgré les conseils, prouve que ces conseils ouvriers sont loin de jouer le rôle de ce qu’on appelle les soviets en Russie. Et il exprime le doute que peut-être au moment de la révolution, des soviets alternatifs, vraiment révolutionnaires, puissent émerger et devenir les dépositaires du pouvoir prolétarien à la place de ces versions domestiquées.

Le programme du Parti adopté à Bologne déclare que les soviets doivent être établis en Italie comme organes de lutte révolutionnaire. L’objet de la proposition Bombacci est de concrétiser cet objectif.

Avant d’entrer dans les détails, discutons des idées générales qui ont inspiré le camarade Bombacci. Tout d’abord, et que personne ne nous accuse d’être pédants, demandons une clarification formelle. Dans la phrase : "seule une institution nationale plus large que les soviets peut inaugurer la période actuelle vers la lutte révolutionnaire finale contre le régime bourgeois et son masque démocratique : le parlementarisme", cela signifie-t-il que le parlementarisme est l’ institution plus large susmentionnée , ou est-ce c’est le masque démocratique ? Nous craignons que la première interprétation ne soit la bonne, sentiment qui est confirmé par le paragraphe sur le programme d’action des Soviets, qui est un étrange mélange des fonctions de ces derniers avec l’activité parlementaire du Parti. Si les conseils à mettre en place devaient exercer leurs activités sur ce terrain ambigu, alors il vaudrait certainement mieux ne pas les mettre en place du tout.

L’idée que les soviets devraient avoir pour rôle d’élaborer des propositions de législation socialiste et révolutionnaire que les députés socialistes mettront devant l’Etat bourgeois — voilà une proposition qui fait bon ménage avec celle sur le soviétisme communal-électoraliste si bien démolie par notre propre DL Pour l’instant nous n’irons pas plus loin que de rappeler aux camarades qui de telles propositions d’une des conclusions de Lénine dans la déclaration adoptée par le Congrès de Moscou : « Mettez-vous à distance de ceux qui trompent le prolétariat en proclamant la possibilité de leurs victoires dans le cadre bourgeois, et proposez que les nouveaux organes prolétariens se combinent ou collaborent avec les instruments de la domination bourgeoise." Si les premiers sont les sociaux-démocrates (toujours membres de notre Parti), ne faut-il pas reconnaître les seconds dans les maximalistes électoraux,soucieux qu’ils soient de justifier leur activité parlementaire et communale par de monstrueux projets pseudo-soviétiques ?

Les camarades de la faction victorieuse de Bologne sont-ils aveugles au fait que ces gens ne sont même pas en phase avec cette forme d’électoralisme communiste qui peut légitimement s’opposer - sur la base des arguments de Lénine et de certains communistes allemands - à notre propre abstentionnisme irréductible et de principe ?

V

Avec cet article, nous proposons de conclure notre exposé, bien que nous puissions reprendre la discussion en polémique avec des camarades qui ont commenté notre point de vue dans d’autres journaux. La discussion est maintenant reprise par l’ensemble de la presse socialiste. Les meilleurs articles que nous ayons rencontrés sont ceux de C. Niccolini dans Avanti ! Ces articles ont été écrits avec une grande clarté et en accord avec de véritables principes marxistes ; nous sommes entièrement d’accord avec eux.

Les soviets, les conseils d’ouvriers, de paysans (et de soldats), sont la forme adoptée par le système représentatif du prolétariat, dans son exercice du pouvoir après l’écrasement de l’Etat capitaliste. Avant la conquête du pouvoir, alors que la bourgeoisie est encore politiquement dominante, il peut arriver que des conditions historiques particulières, correspondant probablement à de graves bouleversements dans les arrangements institutionnels de l’État et de la société, fassent exister les soviets — et il peut être très approprié pour communistes pour faciliter et stimuler la naissance de ces nouveaux organes du prolétariat. Il faut cependant être bien clair que leur formation de cette manière ne peut être un procédé artificiel, la simple application d’une recette — et qu’en tout cas la simple constitution de conseils ouvriers, comme la forme de la révolution prolétarienne, n’implique pas que le problème de la révolution soit résolu, ni que des conditions infaillibles aient été posées pour son succès. La révolution peut ne pas se produire même lorsque les conseils existent (nous citerons des exemples), si ceux-ci ne sont pas imprégnés de la conscience politique et historique du prolétariat — une conscience qui se condense, pourrait-on presque dire, dans le parti politique communiste.

Le problème fondamental de la révolution consiste donc à mesurer la détermination du prolétariat à briser l’Etat bourgeois et à prendre le pouvoir en main. Une telle détermination de la part des larges masses de la classe ouvrière existe comme le résultat direct des relations économiques d’exploitation par le capital ; ce sont elles qui placent le prolétariat dans une situation intolérable et le poussent à briser les formes sociales existantes. La tâche des communistes est donc de diriger cette réaction violente des masses et de lui donner une plus grande efficacité. Les communistes — comme le Manifeste l’a dit il y a longtemps - ont une connaissance supérieure des conditions de la lutte des classes et de l’émancipation du prolétariat que le prolétariat lui-même. La critique qu’ils font de l’histoire et de la constitution de la société les met en mesure de faire des prédictions assez précises sur les développements du processus révolutionnaire. C’est pour cette raison que les communistes forment le parti politique de la classe, qui se donne pour tâche d’unifier les forces prolétariennes et d’organiser le prolétariat en classe dominante par la conquête révolutionnaire du pouvoir. Lorsque la révolution est imminente et que ses conditions préalables ont mûri dans le monde réel, un parti communiste puissant doit exister et sa conscience des événements à venir doit être particulièrement aiguë.

Quant aux organes révolutionnaires qui exerceront le pouvoir prolétarien et représenteront les fondements de l’Etat révolutionnaire au lendemain de l’effondrement de la bourgeoisie, leur conscience de leur rôle dépendra de la mesure dans laquelle ils seront dirigés par des ouvriers conscients de la besoin d’une dictature de leur propre classe — c’est-à-dire des travailleurs communistes. Partout où ce n’est pas le cas, ces organes concèderont le pouvoir qu’ils ont conquis et la contre-révolution triomphera. Ainsi, si à un moment donné ces organes sont nécessaires et que les communistes ont besoin de se préoccuper de les mettre en place, il ne faut donc pas penser que nous ayons en eux un moyen de déborder facilement la bourgeoisie et de vaincre presque automatiquement sa résistance à la cession du pouvoir. .

Les soviets, organes d’Etat du prolétariat victorieux, peuvent-ils jouer un rôle d’organes de lutte révolutionnaire pour le prolétariat alors que le capitalisme contrôle encore l’Etat ? La réponse est oui — dans le sens, cependant, qu’à n’importe quelle étape, elles peuvent constituer le terrain propice à la lutte révolutionnaire que mène le Parti. Et à ce stade-là, le Parti doit se façonner un tel terrain, un tel groupement de forces.

Aujourd’hui, en Italie, sommes-nous arrivés à ce stade de lutte ? On sent qu’on en est très proche, mais qu’il y a encore une étape à franchir. Le parti communiste, qui doit travailler au sein des soviets, n’existe pas encore. Nous ne disons pas que les Soviétiques l’attendront avant d’émerger. Il peut arriver que les événements se produisent différemment. Mais alors nous courrons ce risque grave, que l’immaturité du parti permette à ces organes de tomber entre les mains des réformistes, complices de la bourgeoisie, saboteurs et falsificateurs de la révolution. Et nous pensons donc que le problème de la formation d’un véritable parti communiste en Italie est beaucoup plus urgent que le problème de la création des soviets. Etudier les deux problèmes, et établir les conditions optimales dans lesquelles s’attaquer aux deux sans délai — cela aussi est acceptable, mais sans fixer de dates fixes et schématiques pour une quasi officielle inauguration des soviets en Italie.

Réaliser la formation du véritable parti communiste, c’est séparer les communistes des réformistes et des sociaux-démocrates. Certains camarades pensent que la proposition même de créer des soviets faciliterait aussi ce processus de tri. Nous ne sommes pas d’accord — pour la simple raison que le soviet, à notre avis, n’est pas par essence un organe révolutionnaire. En tout cas, si la montée des soviets doit être la source d’éclaircissements politiques, on ne voit pas comment cela pourrait s’accomplir sur la base d’une entente — comme dans la proposition de Bombacci — entre réformistes, maximalistes, syndicalistes et anarchistes ! Au contraire, la formation d’un mouvement révolutionnaire sain et sain en Italie ne sera jamais accomplie en faisant avancer de nouveaux organes modelés sur des formes futures,comme les conseils d’usine ou les soviets - tout comme c’était une illusion de croire que l’esprit révolutionnaire pouvait être sauvé du réformisme en l’important dans les syndicats, considérés comme le noyau de la société future.

Nous n’effectuerons pas le tri par une nouvelle recette, qui n’effraiera personne, mais en abandonnant une fois pour toutes les anciennes "recettes", les méthodes pernicieuses et fatales du passé. Pour des raisons bien connues, nous pensons que si une méthode doit être abandonnée et expulsée de nos rangs avec les non-communistes, alors ce devrait être la méthode électorale - et nous ne voyons pas d’autre voie vers la création d’un parti communiste. digne de s’affilier à Moscou.

Travaillons vers ce but — en commençant, comme le dit si bien Niccolini, par l’élaboration d’une conscience, d’une culture politique, chez les dirigeants , à travers une étude plus sérieuse des problèmes de la révolution, avec moins de distractions des fausses élections, activités parlementaires et minimalistes.

Travaillons vers cet objectif. Faisons plus de propagande concernant la conquête du pouvoir, pour faire prendre conscience de ce que sera la révolution, quels seront ses organes, comment fonctionneront réellement les soviets. Alors nous pouvons dire que nous avons fait un travail vraiment précieux pour établir les conseils du prolétariat et gagner en leur sein la dictature révolutionnaire qui ouvrira la voie radieuse au communisme.

Annexe

La déclaration de Leone.

« Le Congrès de Bologne du Parti socialiste proclame et reconnaît que la révolution russe, qu’il salue comme l’événement le plus magnifique de l’histoire du prolétariat mondial, a suscité la nécessité de faciliter son expansion dans tous les pays de la civilisation capitaliste ; il croit que les méthodes et les formes de cette expansion révolutionnaire, destinée à transformer le bouleversement russe en une révolution sociale totale, sont à chercher dans les modèles d’une révolution qui, bien qu’elle soit dite russe en référence à la géographie, est de caractère universel. — une révolution fondée sur le principe de l’union des prolétaires du monde. Les leçons que nous pouvons tirer de cette révolution des soviets, révolution qui a réalisé dans la pratique toutes les attentes des authentiques champions de la cause du socialisme,peut être résumé dans les points suivants.

"1. La lutte des classes s’est révélée comme le véritable moteur de l’histoire actuelle de l’humanité, démontrant sa capacité à briser l’union sociale-nationale, à laquelle les gouvernements bourgeois avec leurs mystifications entendaient confier la tâche de l’éliminer ou de la retarder.

« 2. La révolution socialiste a manifesté en pratique un double mouvement : (a) un mouvement d’érosion et de vidage des pouvoirs de l’Etat et de négation des institutions fondamentales que les formes démocratiques utilisent pour détourner la mission historique du prolétariat ; c’est-à-dire les assemblées constituantes, qui placent opprimés et oppresseurs sur un pied d’égalité juridique, et les parlements qui en découlent - organes complémentaires de la souveraineté de l’Etat et non expressions de la volonté populaire ; (b) un mouvement de construction , grâce à un organe de classe de nouvelle créativité - le Soviet d’ouvriers paysans et soldats — qui, en tant qu’organe de liaison de tous les opprimés désireux d’atteindre les sommets vertigineux déjà atteints par les pionniers russes, devrait désormais s’établir dans toute l’Italie et l’Europe occidentale, et dont la composition sociale devrait être constituée des masses d’ouvriers et de les paysans et aussi (sans abandonner leur spécificité individuelle) les partis qui mènent une campagne révolutionnaire pour l’abolition de la propriété privée et des pouvoirs de l’Etat bourgeois ; les syndicats, qui fonctionneront à un niveau socio-politique plus élevé et plus révolutionnaire au sein du soviet qu’ils ne l’ont atteint jusqu’à présent en raison de leur structure corporative ; les membres du mouvement coopératif, qui dans le soviet pourront lutter contre le régime capitaliste comme alliés des salariés,compenser l’inactivité révolutionnaire de leur organisation ; et les Ligues ouvrières d’anciens combattants.

« 3. La lutte politique contre l’État, organe militaire de guerre, sous toutes les formes politiques qui s’offrent à lui, doit, comme en Russie, avoir de la passion et de l’ élan rebelle , car le socialisme s’est transformé d’un pur problème de logique sociale en une fournaise d’ardeur et d’enthousiasme. , en implantant dans le prolétariat civil et militaire la confiance qu’il peut effectuer le transfert du pouvoir aux Soviétiques et les défendre ensuite contre toute attaque révolutionnaire. Ceci et rien d’autre n’est l’appel à la violence avec lequel les pionniers russes nous interpellent. C’est une dette d’honneur et une nécessité pour nous de l’assumer, plutôt que le conflit et le chaos contre lesquels le socialisme en Russie est devenu la garantie, en tant que porteur d’un ordre nouveau.

« 4. Le Parti bolchevik russe, et également le Parti socialiste italien, n’abandonneront pas son existence tant que l’expérience soviétique n’aura pas atteint sa pleine maturité - une expérience qui doit être immédiatement initiée - bien qu’elle doive subordonner toutes ses activités aux principes suggérés par le parti russe. expérience révolutionnaire, qui enseigne que seul le prolétariat groupé en soviets, qui sont supérieurs aux partis, aux écoles, aux corporations, peut prendre de grandes initiatives historiques et les mener à une conclusion triomphale.

1 Message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0