English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS > Célébrer la fin d’une boucherie mondiale ou le début de la prochaine (...)

Célébrer la fin d’une boucherie mondiale ou le début de la prochaine ?

mardi 16 novembre 2021, par Alex, Waraa

Cette fois-ci, allons nous mourir pour l’OTAN ou pour l’Organisation de Coopération de Shangaï ?

OCS : OTAN :

Célébrer la fin d’une boucherie mondiale ou le début de la prochaine ?

Les cérémonies officielles du 11 novembre ont comme chaque année donné l’occasion au personnel politique de la bourgeoisie de sommer les travailleurs de se mettre au garde-à-vous, de s’incliner pour rendre hommage aux boucheries impérialistes qu’elle a co-organisées : la première et la deuxième guerre mondiale.

Ces guerres, comme l’écologie ou la lutte contre les épidémies, ne dépassent-elles pas les clivages entre classes sociales ? C’est bien la fonction de ces célébrations de nous faire oublier la lutte des classes, alors que l’histoire réelle nous la rappelle à chaque occasion.

Novembre 1918 n’est pas la fin de la guerre : c’est l’effondrement des trois empires d’Allemagne, de Russie et d’Autriche-Hongrie, trois révolutions grandioses menées par la classe ouvrière. Le 11 novembre 1918, la guerre impérialiste ne s’arrête pas, elle montre son véritable visage en se transformant en guerre ouverte contre les prolétaires, avec à sa tête des officiers français pour l’écrasement de la révolution hongroise, le soutien aux armées blanches en Russie ; l’occupation de la Ruhr en 1921. Sans compter l’occupation sanglante des territoires spoliés aux vaincus comme la Syrie et le Cameroun. Ces guerres contre révolutionnaires avaient commencé par l’écrasement de l’Irlande en 1916 par l’armée britannique. Les ouvriers de l’Europe entière se sont soulevés contre cette guerre que notre classe politique veut nous faire célébrer pour préparer la prochaine.

Ce n’est pas en célébrant le militaire d’extrême droite de Gaulle que la jeunesse s’instruira, mais en étudiant les mutineries des marins de la Mer Noire qui refusèrent en 1919 de se transformer en bourreaux des ouvriers et paysans d’Ukraine et de Russie, la campagne du parti communiste français contre l’occupation de la Ruhr en 1923, la guerre du Rif en 1925-27.

Ces questions ne sont pas des querelles d’historiens. Ce sont les contradictions inhérentes au capitalisme de l’époque impérialiste qui entrainèrent ces guerres. Ces contradictions n’ont pas disparu car les vague révolutionnaires d’après les deux guerres n’ont pas été jusqu’au bout, à savoir la prise du pouvoir économique et politique par les exploités. C’est contre une dictature bourgeoise mise en place lors de la décolonisation que se battent les travailleurs, les femmes du Mali et du Soudan. L’impérialisme américain a pris le relais de l’impérialisme britannique comme principal gendarme de l’impérialisme mondial, les colonies ont pris leur indépendance, mais l’impérialisme asservit toujours l’humanité.

La Chine est certes parvenue à passer de pays dit sous-développé à la plus grande puissance industrielle du monde. Mais elle l’a fait à la demande des USA et des autres puissances occidentales, afin d’exploiter une main d’œuvre prolétarienne exploitable à merci, qui n’a aucun droit, qui ne peut ni faire grève, ni se syndiquer, ni écrire, ni parler, et qui, si elle se révolte, se retrouve dans le plus grand goulag du monde, le « laogaï » !

La transformation de la Chine en atelier du monde a certes permis une baisse du salaire à l’échelle mondiale pour répondre temporairement à la crise des années 70, mais la Chine est devenue une puissance industrielle qui étouffe dans les frontières, comme l’Allemagne d’avant 1914. Le besoin de débouchés commerciaux, d’exportation de capitaux dans un monde où le terrain est déjà occupé, financièrement et militairement, par les USA où les anciennes puissances comme la France, est une source de conflit économiques puis militaires. La Chine, comme les USA, est à la tête d’une alliance mondiale. Les USA ont l’OTAN, la Chine a l’Organisation de Coopération de Shanghai. La puissance d’un pays capitaliste ne se mesure pas qu’à la quantité de marchandises produites, mais aussi à sa capacité à les faire circuler pour les vendre. Or la Chine dépend de ses exportations, restant à la merci des USA qui contrôlent les routes maritimes, les détroits stratégiques. Même sur le marché intérieur, la réussite de la compagnie immobilière chinoise Evergrande peut se transformer en facteur déstabilisant le régime par la ruine des classes moyennes et de leurs rêves de petits propriétaires, comme en Europe après 1918.

"Les marines européennes cherchent leur chemin dans l’Indopacifique" titre le Figaro. En effet, dans le sillage de la VIIème flotte Etats-unienne, les impérialismes alliés des USA se positionnent, prêts à participer à la guerre peut-être annoncée par J. Biden lorsqu’il se déclare, ce qui est un tournant dans la politique étrangère des USA, prêt à défendre militairement l’indépendance de Taiwan contre la Chine Populaire.

S’alignant sur Biden, les puissances occidentales multiplient les actes militaires provocants contre une Chine renforcée par la conquête d’une alliance internationale impérialiste et préparent la troisième guerre mondiale.

Une guerre, c’est comme une vaccination forcée : des débouchés assurés par la contrainte extra-économique exercée par l’Etat, au nom de la morale et de la patrie ; c’est des dépenses d’Etat illimitées, un écrasement des exploités en les faisant s’entretuer au service de leurs exploiteurs. Un capitalisme en crise a besoin de ces contraintes extra-économiques, justifiant des mesures "exceptionnelles".

La course aux armements actuelle n’est pas sans risques de guerre réelle. Oui, les impérialismes sont parfaitement capables de jeter le monde dans la boucherie thermonucléaire car le capitalisme est au bout du rouleau, en Chine comme aux USA comme partout. De son côté, la Chine aussi se prépare militairement et dit aussi à sa population de stocker de la nourriture. Mais la propagande selon laquelle les pays occidentaux ne font que se défendre est mensongère. C’est même eux qui choisissent de mener des opérations militaires de préparation de guerre antichinoise dans la zone chinoise.

Un monde qui se battrait contre covid ne serait pas en train de préparer la guerre mondiale. Tous ces bruits de bottes et de sous-marins nucléaires montrent bien que le monde capitaliste, arrivé à ses limites de capitalisation, est incapable de se proposer autre chose qu’une destruction mondiale. Ce n’est pas les morts du covid qui lui fait peur puisqu’il prépare encore d’autres millions de morts ! Sa prétention à lutter contre la pandémie n’est que mascarade.

Aucun Etat capitaliste ne défendra ni n’a jamais défendu le peuple travailleur, pas plus contre la pandémie que contre la crise économique ou contre la guerre.

Nous n’avons aucun camp impérialiste à défendre, et surtout pas le nôtre qui n’est que celui de nos exploiteurs et oppresseurs.

Jamais plus qu’aujourd’hui il n’a été vrai que les prolétaires n’ont pas de patrie à défendre. Mais ils ont un monde nouveau à construire. La seule lutte pour la paix est celle pour le renversement du capitalisme et son remplacement par une société dirigée par et pour le peuple travailleur.

10 Messages de forum

  • Les puissances de l’alliance occidentale mènent des grandes manœuvres militaires face à la Chine :

    https://www.lefigaro.fr/internation...

    https://www.nouvelobs.com/monde/202...

    Répondre à ce message

  • Barkhane a été mise de côté par le président Macron en juin, mais en fait, les effectifs réduits, où iront-ils ?

    Une autre opération permettant de créer une force européenne est en cours depuis plusieurs années : Takuba

    https://www.francetvinfo.fr/monde/a...

    https://www.lemonde.fr/afrique/arti...

    https://www.lemonde.fr/afrique/arti...

    https://duckduckgo.com/?q=Takuba&am...

    Et au fait, où vont aller les Paras nommés Rapaces ?
    Les Rapaces du 1er RCP de Pamiers ? Certains vont pour Barkhane, et les autres ?

    Publié le 11/11/2021 à 14:15 , mis à jour à 16:17

    l’essentiel Les Rapaces du 1er RCP de Pamiers sont sur le pied de guerre. Un déploiement de centaines de militaires dans le cadre de l’opération Barkhane, notamment, interviendra en début d’année. L’annonce a été officialisée ce jeudi matin à l’occasion de la commémoration de l’armistice de 14-18.

    Voir ici =>https://www.ladepeche.fr/2021/11/11...

    Répondre à ce message

  • Voici ce que donne dans la presse les félicitations blanqueriennes :

    « Le niveau en français et en mathématiques des écoliers est même meilleur qu’avant la pandémie, selon les résultats présentés par l’Éducation nationale. Ces évaluations montrent néanmoins les lacunes en lecture des élèves. »

    « À l’entrée en sixième, près d’un élève sur deux n’a pas le niveau requis en lecture »
    Voir ICI : https://www.francetvinfo.fr/societe...

    Ha tient-donc, le niveau est meilleur qu’avant la pandémie, mais près d’un élève sur deux n’a pas le niveau requis. Mais on ne nous dit pas comment c’était avant !

    C’est meilleur de rester chez soi pour apprendre ? Serait-ce l’effet pandémie qui favoriserait un meilleur niveau ? Alors pourquoi obliger les enfants à aller en classe et à l’école dès 3 ans ?

    Finalement, on ne sait plus très bien à quoi servent ces évaluations : à mesurer le niveau des élèves ou à mesurer le niveau de satisfaction d’un ministre ? ou peut-être de tout un gouvernement ? ou de plusieurs gouvernements ?

    Répondre à ce message

    • En attendant la boucherie, le ministre de l’éducation veille sur les enfants et demande aux parents d’être de bon flics pour leurs enfants.

      Il reconnaît que les évaluations de sixième, CP et CE1 sont des outils politiques de contrôle. Dans son bilan, en vue des élections, il formule ses remerciements aux enseignants, se gratifie d’améliorations chiffrées sans donner les sources, et il qualifie un nouvel outil de « radar ». Voyez plutôt :

      « Ces évaluations connaissent des améliorations régulières, à partir des retours d’expérience aussi bien sur les tests eux-mêmes que sur les documents d’accompagnement. C’est ainsi que nous avons mis en place, cette année, de nouvelles fiches de restitution sous la forme d’un « radar », plus lisible et apprécié des parents. Ce document peut être ainsi un très bon outil de liaison et de communication entre vous et les familles pour faire le point sur chaque élève. »

      Heureusement, en bon chrétien, tout en passant de longues phrases et paragraphes à se féliciter de la réussite... de ce qu’il a fait au ministère , en s’attribuant de bons résultats issus des études et statistiques maison, il parle de faire ce qu’il ne fait pas :

      « Bien évidemment, il nous faut demeurer humbles devant ces résultats : rien n’est pleinement acquis et il nous faut poursuivre nos efforts.

      Plusieurs aspects encore perfectibles doivent notamment attirer notre attention. »

      En prétendant se féliciter de la réussite des élèves, c’est plutôt de sa politique qu’il se félicite. Il fait de la pub pour ce qu’il a fait.

      « Et s’il faut assurément demeurer humbles, a fortiori en cette période encore incertaine, ces résultats ne peuvent que nous encourager car ils confirment que nous sommes sur la bonne voie : celle d’un travail déterminé et sans cesse réaffirmé pour garantir des apprentissages solides et renforcés à tous les élèves dès le plus jeune âge. »

      Rappelons l’obligation scolaire dès 3 ans : du contrôle, du flicage, et des têtes bien assujetties pour faire passer les guerres et les boucheries à venir. Voilà l’idéologie républicaine préparant bien les esprits à être bien dociles. Parfait pour recruter de futurs soldats ou des citoyens assujettis à la politique de guerre mondiale qui vient.

      Répondre à ce message

  • Concernant la présence de la France en Afrique

    Depuis 2014, la France envoie de nombreux soldats et officiers en Afrique. La France organise ainsi une armée européenne au Sahara et au Sahel.

    Pourtant, les civils de la région sont bien souvent victimes non seulement des terroristes mais des troupes françaises de Barkhane ou des troupes africaines qui lui sont alliées.
    Il y a beaucoup plus de militaires français sur le sol ouest-africain en 2020 qu’au lendemain de la vague d’indépendance en 1960… C’est dire le choc des peuples qui constatent que les terroristes et Barkhane servent mutuellement de justification politique et militaire.

    Ainsi, depuis le début de l’intervention française au Mali en 2013, le nombre de victimes civiles n’a que peu baissé dans un premier temps avant d’augmenter de façon effrayante depuis 2018.
    La guerre au Mali a fait plus du double de victimes civiles entre 2018 et 2020 qu’entre 2013 et 2018 : un peu plus de 700 pour les 5 premières années de conflit contre plus de 1300 pour ces 18 derniers mois.

    La France essaie souvent de camoufler des bavures soit en disant que ces civils étaient des terroristes cachés soit en accusant du crime les troupes terroristes mais la vérité finit souvent par percer…

    La guerre de la France au Sahel fait deux morts par jour, en moyenne, dont un seul terroriste, et un civil innocent.

    Sous couvert d’opérations à prétention antiterroriste et avant les attentats de 2015, l’opération Barkhane a été lancée. Plus de 5000 militaires pour « aider » officiellement les armées des pays : Burkina Faso, Mali, Mauritanie, Niger et Tchad. C’est-à-dire presque tous les pays depuis les côtes atlantiques jusqu’aux frontières du Soudan. En juin, on nous a annoncé que cette opération allait être réduite. Mais pas supprimée. D’ailleurs, une autre opération est en route pour la constitution d’une armée européenne : Takuba. Peu d’informations circulent concernant cette opération.

    En guise de commémoration du 11 novembre, des para du régiment de Pamiers partent pour Barkhane ou d’autres opérations. Pourquoi un tel déploiement secret ? Que prépare la France suite au coup d’état du Soudan ? Un appui pour préparer un nouveau génocide contre les populations en révolte ? Comme au Rwanda ?

    Troupes françaises hors d’Afrique !

    Répondre à ce message

  • Le sommet virtuel entre Joe Biden et Xi Jinping n’a rien réglé de leurs contentieux qui sert de prétexte à la montée de la menace guerrière

    https://www.lemonde.fr/internationa...

    Répondre à ce message

  • L’amiral américain James Stavridis imagine un conflit entre la Chine et les Etats-Unis autour de Taïwan

    Cet ancien commandant des forces de l’OTAN en Europe estime qu’un tel conflit est "très probable", même avant 2034.

    https://www.rts.ch/info/monde/12152...

    Répondre à ce message

  • Émeutes à Rotterdam : les policiers tirent à balles réelles pendant la manifestation anti-pass sanitaire

    https://www.midilibre.fr/2021/11/20...

    Répondre à ce message

  • Lire aussi :

    Biden déclare que les États-Unis entreront en guerre contre la Chine pour défendre Taïwan

    https://www.wsws.org/fr/articles/20...

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0