English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 06- Livre Six : POLITIQUE REVOLUTIONNAIRE > 4- Ce qu’est le socialisme et ce qu’il n’est pas > Les bolcheviks-léninistes dans l’isolateur politique du Haut-Oural

Les bolcheviks-léninistes dans l’isolateur politique du Haut-Oural

jeudi 17 novembre 2022, par Robert Paris

Les bolcheviks-léninistes dans l’isolateur politique du Haut-Oural

https://www.marxists.org/francais/4...

Fin janvier 2018, une trentaine de documents manuscrits datant de 1932-1933 ont été retrouvés à la prison de Verkhneuralsk dans l’Oural du Sud, dont les auteurs sont des membres de l’Opposition de gauche trotskyste qui y étaient incarcérés. Des documents sous forme de cahiers ont été trouvés lors de réparations sous les planchers de la cellule n° 312. (Photo de A. A. Fokin)

La découverte étonnante a été annoncée par le jeune historien russe A. A. Fokin. La Quatrième Internationale connaissait en termes généraux les opposants exilés. Dans les années 1930, les opposants Viktor Serge et Ante Ciliga, qui se sont miraculeusement évadés, ont écrit sur les héros bolcheviques dans les prisons de Staline.

Le célèbre écrivain marxiste Victor Serge, qui a lui-même passé plusieurs années dans les colonies d’exil et les prisons de Staline, dans son roman tragique Minuit du siècle, a décrit comment les idées de Trotsky ont pénétré les opposants emprisonnés à l’isolement. Un ingénieur non partisan en voyage d’affaires à l’étranger à Paris en 1932 achète un exemplaire du Bulletin de l’Opposition, lit et en fait des extraits. Les extraits sont si significatifs et profonds que même après que l’ingénieur, par souci d’auto-préservation, ait détruit le journal original et son bloc-notes avec des extraits, même après son arrestation et son emprisonnement dans l’une des sharashkas de production du Goulag, cet ingénieur raconte le contenu des articles à Ivanov, un autre prisonnier, opposant marxiste conscient.

« La mémoire photographique a aidé Botkin à restituer presque textuellement ce qu’il avait lu furtivement en Occident ; attendant dans un silence polaire, le contenu de son cahier imaginaire migre imperceptiblement complètement dans la conscience d’Ivanov. Le communiste a ri en secret sans raison apparente. Il s’avère que c’est ainsi que les idées transcendent les frontières !

"Ivanov passait une bonne moitié de ses journées dans la cabine vitrée du Bureau de statistique sur le fait que sur des bandes de papier mince d’une largeur, plusieurs timbres-poste de long, clairement tracés au stylo à dessin, des lettres qui ne pouvaient être déchiffrées qu’avec une loupe, pour composer des messages : un - au Moyen Âge, en Asie par les exilés de Semipalatinsk, un autre - en Sibérie occidentale par les exilés de Kansk, le troisième - au nord, à Chernoye. « Chers camarades, le sort de la révolution se décide d’heure en heure. Nous pensons que pour des millions de prolétaires stupides… » Personne ne saura jamais comment ces messages ont été envoyés, comment les avions postaux du camp ont fonctionné, quels miracles d’ingéniosité les ont livrés à leurs destinations. À Semipalatinsk, une ville parmi les sables de Semipalatinsk, ils ont été reçus par des journées chaudes sous le soleil brûlant, la station de Kansk sur le Transsibérien a été saisie par des gelées bleues,

Les communistes de l’opposition ont commencé à être expulsés du parti et exilés à la fin de 1927. V. Rogovin écrit : « En 1928, Staline et les boukhariniens, qui étaient entièrement d’accord avec lui en ce qui concerne les « trotskystes », n’ont pas osé emprisonner les opposants dans les prisons et les camps de concentration. L’atmosphère dans le parti n’était pas encore telle qu’on puisse même penser à une mesure de répression plus sévère contre les communistes dissidents que l’exil temporaire. Dans les colonies exilées, les opposants ont établi des contacts avec des sympathisants parmi les résidents locaux, réunis en cercles dans lesquels ils ont discuté des événements politiques en URSS et à l’étranger, et ont entretenu une correspondance active avec leurs personnes partageant les mêmes idées dans d’autres colonies. (V. Rogovin, "Pouvoir et Opposition", 1993, p. 32)

Peu à peu, le régime bureaucratique s’est durci et les communistes exilés, à commencer par les plus connus et les plus actifs, ont commencé à être enfermés dans des quartiers d’isolement politique. En 1931, le Bulletin de l’Opposition , publié par Léon Trotsky à l’étranger , publie une liste des bolcheviks-léninistes (trotskystes) et des "décistes" emprisonnés dans le quartier d’isolement de Verkhneuralsky. Lev Sedov, fils de Trotsky et rédacteur technique-éditeur de la revue, était apparemment l’auteur de cette publication et a donné un certain nombre de brèves données biographiques dans cet article :


Dingelstedt Fyodor Nikolaevich, membre du parti bolchevique depuis 1910. Membre du comité du parti de Petrograd pendant la révolution de février ; un participant actif en octobre. Les deux articles du camarade Dingelstedt qui nous ont été envoyés par l’Union ont été publiés dans les numéros 6 et 12-13 du Bulletin. Ces articles étaient accompagnés par la rédaction du Bulletin d’une brève biographie de l’auteur. Il est donc connu des lecteurs. Les camarades Dingelstedt, Solntsev, Stopalov, Yakovin et Eltsin sont tous les cinq anciens membres du Parti. Tous ont des travaux scientifiques et marxistes indépendants sur l’économie et l’histoire. Écrivains hors pair, ce sont de jeunes théoriciens de l’opposition de gauche. Mais leur travail théorique de « cabinet » s’est toujours accompagné d’une lutte politique active. Après la fin de la guerre civile, ils ont échangé un fusil contre un livre afin de l’échanger à nouveau contre un fusil lorsque les intérêts du communisme l’exigeaient. Eltsine Victor Borisovitch. Il adhère au parti en 1917. A Perm, il participe à la préparation et à la conduite de la Révolution d’Octobre. En 1918, il était président du comité exécutif provincial de Viatka. 1919 et 1920, il a travaillé sur le front de l’Est : chef du département politique de la division et commissaire militaire de la division. Après la liquidation du koltchakisme, il était dans le travail économique. Depuis 1922, un étudiant de l’Institut du Rouge. Prof. Diplômé de l’Institut en 1926. A partir de 1923 dans l’opposition ; l’un de ses principaux employés à Moscou - jusqu’à l’expulsion. Editeur de la collection "Œuvres" de Trotsky. A partir de janvier 1928 dans l’exil de Staline ; à partir de la fin de 1929, il fut emprisonné. Ici, il est nécessaire de dire au moins quelques mots sur toute la famille Eltsin. Le père de Victor Eltsin, Boris Mikhailovich Eltsin, le bolchevik le plus âgé ; assis dans les prisons royales et en exil. BM Eltsine est l’un des leaders de l’opposition. Il a signé le premier document de la plate-forme de l’opposition, la soi-disant "Déclaration des 46", qui est devenue le centre de la discussion de 1923. B. M. Eltsin a été arrêté à l’été 1929 et depuis lors, il est emprisonné - dans un isolement complet, complètement seul - à la prison de Souzdal. Eltsin Joseph, le deuxième fils de B. M. Eltsin, est en exil à Stary Krym depuis plus de deux ans. Il est atteint de tuberculose sous une forme extrêmement grave. Les médecins pensent qu’il est en danger de mort si ses conditions de vie ne sont pas modifiées... Le quatrième membre de cette famille de révolutionnaires, la fille de B. M. Eltsin, est en exil en Sibérie. Ainsi, toute la famille Eltsine est non seulement sous le confinement de Staline ou en exil, mais tous ses membres sont coupés les uns des autres. L’homme de Nevelson. Membre du parti depuis 1917. Depuis le début de la révolution de février, il participe à la fête et au travail du Komsomol à Petrograd. Garde rouge pendant la Révolution d’Octobre. Du début de 1918 au milieu de 1920, le camarade Nevelson a combattu dans les rangs de l’Armée rouge (commissaire du régiment, commissaire politique de la division et chef du département politique de l’armée). Depuis 1923 au travail économique ; Au même moment, le camarade Nevelson rejoint l’opposition. A partir de janvier 1928 en exil ; à partir du milieu de 1929 dans des quartiers d’isolement, d’abord à Tobolsk, puis à Verkhneuralsk. Membre du parti Poznansky I.M. depuis 1917. Participant actif au soulèvement d’octobre à Saint-Pétersbourg. Il a passé toute la guerre civile sur les fronts, en particulier, il était inspecteur de cavalerie sur le front sud et y a organisé avec succès la cavalerie ; était en état de choc. En 1921, il se bat pour la dictature du prolétariat près de Cronstadt. Après la fin de la guerre civile et avant l’exil, le camarade Poznansky était le secrétaire du camarade Trotsky (Voir Ma vie, Vol. II). En février 1928, il est arrêté et exilé par la Guépéou vers le Nord pour avoir tenté de suivre Trotsky à Alma-Ata ; en 1930, il est emprisonné. Reshetnichenko Volodymyr Ivanovitch Membre du parti depuis 1917. Ouvrier militaire et héros de la guerre civile (décoré de l’Ordre de la bannière rouge) ; universitaire militaire. Maggid Musya. Membre du parti depuis 1917. Pendant la période de Denikine, elle a travaillé dans la clandestinité bolchevique en Ukraine. Emprisonné pour avoir fui l’exil. Surnov . Un ancien membre du parti, dans la dernière période, avant l’exil, était le commissariat du peuple de la République de Crimée. Ces informations fragmentaires, bien sûr, ne reflètent qu’une partie de l’activité révolutionnaire des camarades susmentionnés. Mais ils donnent toujours une idée du "Haut Oural" comme un type de révolutionnaire bolchevique. Membre du soulèvement d’Octobre ; participant à la guerre civile ; travail économique ou scientifique après la victoire sur les fronts ; une lutte de sept ans contre la révision stalinienne du marxisme et du léninisme ; lien ; isolant. Toujours et dans toutes les conditions, courage révolutionnaire et dévouement désintéressé à la cause. Aucune pensée sur "moi". Bulletin de l’opposition, n° 19, mars 1931 Ante Ciliga, membre du Comité central du Parti communiste yougoslave, ainsi qu’un certain nombre de ses camarades, ont été arrêtés en 1930. Ciliga a passé 5 1 ⁄ 2 ans dans divers exilés et isolateurs politiques. En décembre 1935, sous la pression de l’opinion publique et des milieux de gauche en Europe, il est libéré d’URSS. Tsiliga a collaboré avec Trotsky pendant un certain temps et a écrit dans le Bulletin de l’Opposition : « En un mot, je peux dire que dans les Beaux-Arts du Haut-Oural, ils vivaient politiquement de manière très intensive, de nombreux articles ont été publiés sur toutes les questions de la vie sociale de l’URSS, ainsi que sur la question principale de la politique internationale pour 1930-1933 : fascisme, Allemagne. Un certain nombre de magazines (écrits à la main) de tous les groupes, sous-groupes et tendances ont été publiés. Il y a eu de grandes discussions. En 1931-1932. dans le groupe b.-l. il y avait des scissions et une confusion organisationnelle. En 1933-1934. les points de vue convergent à nouveau et un seul collectif b.-l. se forme à nouveau. avec un magazine. Quelques (dix) b.-l. allé aux décisions. Les décistes et les myasnikovites ont également eu leurs propres conflits et scissions, mais en 1933-1934. et là un rapprochement a eu lieu et une "fédération des communistes de gauche" s’est formée. Vues b.-l. dans les beaux-arts, en général, allait dans le même sens que les idées de l’opposition étrangère et de L. D. Trotsky. (n° 47, janvier 1936 ).

https://iskra—research-org.transla...

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0