English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 06- Livre Six : POLITIQUE REVOLUTIONNAIRE > 4- Ce qu’est le socialisme et ce qu’il n’est pas > Quand Staline faisait assassiner en Russie le plus jeune fils de Léon (...)

Quand Staline faisait assassiner en Russie le plus jeune fils de Léon Trotski, Sergueï Sedov

vendredi 19 mai 2023, par Robert Paris

Quand Staline faisait assassiner en Russie le plus jeune fils de Léon Trotski, Sergueï Sedov

Sergueï Lvovitch Sedov (en russe : Сергей Львович Седов), né le 21 mars 1908 et mort le 29 octobre 1937 au camp du goulag de Vorkouta, est le plus jeune fils de Léon Trotski (1879-1940), né de sa seconde femme, Natalia Sedova (1882-1962).

Sergueï Sedov fait des études d’ingénieur. Quoiqu’il ne soit pas engagé politiquement, contrairement à son frère aîné Lev Sedov (1906-1938), il est néanmoins éliminé au cours des purges menées par Staline en 1937.

Sergei Trotsky emprisonné par les bureaucrates staliniens Un acte de vengeance

Une mère demande une enquête sur la dernière série de persécutions

Nathalia Sedova Trotsky

(juin 1935)

Récemment, des rumeurs ont largement circulé parmi les camarades à l’effet que cette fois Staline a choisi notre plus jeune fils Sergei comme objet de sa vengeance.

Les amis ne cessent de nous demander : est-ce vraiment vrai ? Oui, c’est vrai : Sergei a été arrêté au tout début de cette année.

Si d’abord on pouvait espérer que l’arrestation était accidentelle, qu’à un jour ou deux il serait libéré, il est clair que les geôliers ont des desseins bien plus sérieux. Étant donné que beaucoup de camarades sont profondément préoccupés par le nouveau coup porté à notre famille, il serait peut-être préférable que j’énonce tout le cas dans une lettre destinée à l’information générale.

Jamais en politique

Sergei est né en 1908. Au début de la révolution d’Octobre, il était un garçon de neuf ans. Il a grandi au Kremlin. Dans les familles dont les aînés sont absorbés par la politique, les plus jeunes en sont souvent repoussés. Tel était aussi notre cas. Sergei ne s’est jamais occupé de questions politiques ; il n’était même pas membre de la Jeunesse communiste (Komsomol).

Pendant ses années d’école, il a été absorbé par le sport, le cirque et il est devenu un athlète accompli. À l’université, il s’est concentré sur les mathématiques et la mécanique. En tant qu’ingénieur, il a reçu un poste de professeur dans l’une des écoles techniques supérieures et au cours des deux dernières années, il y a mené une vaste activité pédagogique. Avec deux autres collègues, il a publié récemment un ouvrage spécial intitulé : Light Gas Generators of Automobile-Tractor Type . Le livre publié par l’Institut Scientifique Automobile-Tracteur a été chaleureusement accueilli par les spécialistes les plus éminents du domaine.

A séjourné en Russie

Lorsque nous avons été contraints à l’exil à l’étranger, Sergei était encore étudiant. Les autorités permettaient aux membres de notre famille soit de nous accompagner, soit de rester en URSS. Sergueï décida de rester à Moscou pour ne pas être arraché à ce travail qui désormais absorbait tout son être.

Les conditions matérielles de son existence étaient très difficiles mais ne différaient pas à cet égard des conditions de vie de l’écrasante majorité de la jeunesse soviétique défavorisée. Bien sûr, les calomnies honteuses continuellement diffusées par la presse soviétique à propos de LD Trotsky et de ses co-penseurs ne pouvaient manquer de causer des souffrances morales à Sergei.

Mais de cela, je ne peux que supposer. Ma correspondance avec mon fils se limitait exclusivement à des sujets quotidiens « neutres », ne touchant jamais aux questions politiques et aux conditions de vie particulières de notre entourage familial (il faut ajouter que même ces lettres ne lui parvenaient que dans des cas exceptionnels). LD n’a pas du tout correspondu avec notre fils dans les années d’exil pour ne pas donner aux autorités le moindre prétexte à des persécutions ou à de simples ennuis. Et, en fait, au cours des six années de notre émigration actuelle, Sergei a poursuivi son intense travail scientifique et pédagogique sans aucune ingérence de la part des autorités.

Six mois de prison

Les choses ont pris une tournure différente après l’assassinat de Kirov et le fameux procès de Zinoviev et Kamenev. La correspondance cessa complètement. Sergueï a été arrêté. De jour en jour, je m’attendais à ce que la correspondance reprenne. Mais près de six mois se sont écoulés depuis que Sergei est en prison. C’est précisément ce qui m’oblige à penser que les geôliers ont en tête des desseins particuliers.

Est-il possible de concevoir que sous l’influence des événements mon fils se soit engagé récemment dans une activité d’opposition ? Je serais heureux pour lui si je pouvais le penser car alors Sergei pourrait supporter beaucoup plus facilement le coup qui lui a été porté. Mais une telle supposition doit être considérée comme absolument hors de question. De diverses sources, nous savions que Sergei était tout aussi éloigné de la politique ces dernières années qu’avant. Personnellement, je n’avais même pas besoin de ces témoignages car je ne connais que trop bien sa constitution psychologique et son penchant intellectuel.

Un acte de vengeance

Pourquoi, même les autorités, depuis Staline jusqu’en bas, en étaient bien conscientes : Sergei, je le répète, a grandi au Kremlin, le fils de Staline était un visiteur fréquent dans la chambre du garçon ; la Guépéou et les autorités universitaires exercèrent sur lui une surveillance redoublée d’abord en tant qu’étudiant, ensuite en tant que jeune professeur. Il n’a pas été arrêté pour une quelconque activité d’opposition (qui n’existait pas et ne pouvait en aucun cas exister) mais exclusivement en tant que fils de LD dans le but de se venger de la famille. C’est la seule explication possible.

Tous les camarades se souviennent de la tentative du Guépéou de lier le nom de LD à l’assassinat de Kiroff : le consul letton qui a donné de l’argent pour l’acte terroriste a proposé en même temps aux terroristes de transmettre une lettre d’eux à Trotsky. Cependant, tout ce projet échoua et ne servit qu’à compromettre les organisateurs du procès.

Un nouvel amalgame

Mais justement à cause de cela nous répétions fréquemment dans notre entourage familial après le procès : « Ils ne s’arrêteront pas là, ils devront préparer un nouveau dossier pour dissimuler l’échec de l’amalgame avec le consul. La même pensée a également été exprimée par LD dans ses articles du Bulletin russe .

La seule chose que nous ne savions pas était la méthode que le GPU choisira cette fois. Mais maintenant, il ne peut y avoir même l’ombre d’un doute. En arrêtant l’absolument innocent Sergueï et en le gardant en prison pendant des mois, Staline poursuit clairement et indubitablement le but de créer un nouvel « amalgame ».

À cette fin, il doit imposer à Sergei une sorte d’aveu approprié, même s’il ne s’agit que d’une « renonciation » à son père. Je ne parlerai pas des méthodes par lesquelles Staline obtient les aveux qu’il demande, je n’ai aucune information à ce sujet. Mais toutes les circonstances parlent d’elles-mêmes...

Un comité international

Il serait très simple de vérifier les faits énoncés dans cette lettre. Il suffirait, par exemple, d’établir un comité international composé de personnalités faisant autorité et sincères, bien entendu d’amis bien établis de l’URSS. Un tel comité aurait à examiner, entre autres, toutes les répressions liées à l’assassinat de Kirov. cela jetterait également la lumière nécessaire sur le cas de notre fils Sergei.

Cette suggestion n’a rien d’exceptionnel ou d’inacceptable. Lorsque les socialistes-révolutionnaires, les organisateurs des attentats contre Lénine et Trotsky, furent jugés en 1922, le Comité central sous la direction de Lénine et Trotsky accorda à Vandervelde, Kurt Rosenfeld et à d’autres adversaires du gouvernement soviétique le droit de participer à la procès en tant que défenseurs des terroristes accusés. Cela a été fait précisément pour dissiper dans l’esprit du prolétariat international tout doute quant à l’équité du procès.

Romain Rolland, Charles Gide, Bernard Shaw et d’autres amis de l’Union soviétique ne pourraient-ils pas prendre l’initiative de créer un tel comité en accord avec le gouvernement soviétique ? Ce serait le meilleur moyen de vérifier les accusations et les soupçons largement répandus dans les masses ouvrières.

La bureaucratie soviétique ne peut se placer au-dessus de l’opinion publique de la classe ouvrière internationale. En ce qui concerne les intérêts de l’Etat ouvrier, une vérification sérieuse de ses actions ne pouvait qu’être à son avantage. Pour ma part, je soumettrais à un comité aussi compétent toutes les informations et tous les documents nécessaires concernant mon fils.

Cette lettre est donc un appel direct aux organisations de la classe ouvrière et aux amis de l’URSS à l’étranger, non pas aux avocats intéressés de la bureaucratie soviétique, bien sûr, mais aux amis sincères et indépendants de la révolution d’Octobre.

Si après de longues hésitations, je soulève ouvertement la question de Serge, ce n’est pas seulement parce qu’il se trouve être mon fils. Cette raison serait plus que suffisante pour une mère mais insuffisante pour susciter l’initiative politique. Mais le cas de Sergueï représente un cas clair, simple et indiscutable de volonté consciente et criminelle, un cas qui peut être très facilement vérifié : la haute société bureaucratique écrase et tourmente un ouvrier soviétique hautement qualifié, connu pour sa loyauté et absolument innocent - seulement pour satisfaire les vils instincts de vengeance sans aucune justification politique : car n’est-il pas absolument évident que la souffrance physique infligée au fils ne saurait avoir aucune influence sur la direction de l’activité politique du père, une activité à lequel Sergei n’a jamais été lié d’aucune façon ?

C’est pourquoi je me permets de penser que le cas de mon fils mérite l’attention publique. En tout cas, quiconque veut agir doit agir immédiatement, car étant donné le silence et l’impunité, les actes de vengeance de Staline pourraient bientôt prendre un caractère irréparable.

France, 1 juin 1935

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0