Accueil > 03 - Livre Trois : HISTOIRE > 3ème chapitre : Révolutions bourgeoises et populaires > Quand "la France" colonisait la Mauritanie

Quand "la France" colonisait la Mauritanie

vendredi 14 juin 2024, par Robert Paris

Quand « la France » colonisait la Mauritanie

Le traité du 20 octobre 1891 entre Léon Fabert et le roi Ahmed Ould Sidi Ahmed, roi de l’Adrar établit un protectorat français sur la vaste région d’oasis étendue du Sénégal au Sud-marocain. La colonisation française peut être présentée selon la chronologie :

• 1902 : début de la pénétration coloniale française.

• 1903 : la Mauritanie est placée sous protectorat de la France.

• 1904 : rattachement de la rive droite du fleuve Sénégal à la Mauritanie sous protectorat de la France ; arrêté du 10 avril 1904 prononçant l’éclatement du cercle de Kayhayzi et le rattachement de sa rive droite au nouveau protectorat.

• 1920 : la Mauritanie est décrétée colonie française.

• 1934 : fin de la résistance armée (deux ans après la bataille d’Oum Tounsi qui eut lieu en août 1932).

• 1945 : la Mauritanie est élevée au statut de territoire d’outre-mer de l’Union française.

• 1957 : la Mauritanie bénéficie de la loi-cadre (dite loi Defferre).

• 1958 : devenue autonome, la République islamique est proclamée le 28 novembre (dans la nouvelle mais éphémère Communauté française qui remplace les anciennes fédérations administratives de territoires de l’Union française).

• 1960 : le 28 novembre, l’indépendance nationale est octroyée en vertu des accords franco-mauritaniens de restitution de souveraineté.

Les Portugais avaient déjà eu des contacts avec les habitants du banc d’Arguin. Le commerce de la gomme au nord du Sénégal se développe. Le fort Portendick au nord de l’estuaire du fleuve Sénégal ainsi que la vallée du Sénégal deviennent une région servant de base à l’expansion économique des colonies. En 1816, le navire Méduse s’échoue sur le banc d’Arguin en tentant de rejoindre Saint-Louis. Faidherbe considère que les émirats sont source d’insécurité et commence par annexer l’empire du Oualo avant de conquérir l’autre rive du fleuve. Les maures du Trarza tentent d’instaurer une paix entre les tribus, mais dès 1899 l’administrateur Coppolani instituera une Mauritanie occidentale, tout en reconnaissant en 1900 les intérêts des Espagnols établis au cap Blanc.

Les Français s’établissent dans l’Adrar en 1908 puis au Hodh en 1911. Les frontières sont fixées à la suite d’un accord franco-espagnol en 1912, attribuant à l’Espagne le territoire du Río de Oro (Wadi al-Dahab) et de la Saguia El Hamra (actuel Sahara occidental). En 1920, la Mauritanie devient une des colonies de l’Afrique-Occidentale française (AOF). 1934 sonne le glas de la résistance, alors que 1936 marque l’achèvement de l’occupation militaire de la Mauritanie.

Il n’y aura pratiquement pas de développement du pays, seulement une domination militaire en s’appuyant sur les chefs traditionnels afin de sécuriser le territoire (les antagonismes entre les différentes tribus seront utilisés avec profit par les Français). Saint-Louis du Sénégal — capitale de l’AOF et du Sénégal — fera donc office de capitale administrative de la Mauritanie. Il faudra attendre l’indépendance pour voir s’ériger des installations portuaires ou des aéroports. Durant cette période, les populations nomades s’appauvrissent.
En novembre 1945 les Sénégalais Amadou Lamine-Guèye et Léopold Sédar Senghor sont élus députés de la circonscription réunissant le Sénégal et la Mauritanie.

En 1946, la Mauritanie accède au statut de territoire d’outre-mer et le 10 novembre 1946, Ahmeddou Ould Horma Ould Babana devient le premier député mauritanien. Cela permet dès 1948 le développement d’une nouvelle élite administrative et de partis politiques. La loi-cadre Gaston Defferre du 23 juin 1956 autorise la création d’un pouvoir exécutif local, dont la mise en place est confiée à un jeune avocat, Moktar Ould Daddah.

Après l’indépendance du Maroc, à partir de 1956, le royaume chérifien, par la voix de son souverain, Mohammed V, revendique la Mauritanie comme partie intégrante de son territoire.

Après le référendum de 1958, la Constitution mauritanienne adoptée l’année suivante instaure un régime parlementaire. L’indépendance est proclamée le 28 novembre 1960. Le pays est reconnu officiellement par l’Organisation des Nations unies (ONU) le 27 octobre 1961 et devient membre fondateur de l’Organisation de l’unité africaine (OUA) en 1963. Le Maroc ne reconnait la Mauritanie qu’en 1969, neuf ans après son indépendance, levant ainsi le dernier obstacle à son adhésion à la Ligue arabe, qui devient effective en 1973.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mauritanie

À partir du XIXe siècle, le processus de colonisation débute. Installés au Sénégal, les Français profitent des conflits entre les émirats pour les soumettre et ainsi réaliser l’unité de l’Empire français entre l’Algérie et l’Afrique Occidentale Française. La lutte pour la possession du Maroc voisin est également un enjeu important qui s’ajoute à la volonté de pacifier la vallée du Sénégal, soumise aux rezzous des Maures.

Entre 1902 et 1934, la Mauritanie est conquise par l’armée coloniale française, la cité de Rashid est rasée, et partagée avec l’Espagne au nord. En 1920, elle est distinguée comme entité dans le cadre de l’Afrique-Occidentale française, et toute référence à l’empire de Maroc ou à celui du Soudan disparaît. En 1939, on lui adjoint la région de Oualata et de Néma, jusqu’alors sous administration de Bamako. Sa capitale reste Saint Louis, sur le fleuve Sénégal, et en réalité, les colons français ne traversent que ponctuellement le fleuve, à Rosso, à Bogué et à Kahédi essentiellement, toutes les régions peules et Hassanya sont laissées à l’écart du développement colonial.

Le 27 octobre 1946, avec la promulgation de la IVe Constitution française, la Mauritanie devient un territoire d’Outre-mer. Le 10 novembre, Horma Ould Babana est le premier député mauritanien à entrer à l’Assemblée nationale française. Horma Ould Babana fut le premier député représentant la Mauritanie à l’Assemblée française à la suite des élections législatives de 1946, N’Diaye Sidi el Moktar lui succéda de 1951 à 1959.

En juin 1957, le premier Conseil de gouvernement se prononce pour le transfert du chef-lieu de Saint-Louis à Nouakchott. Le décret est signé par la France le 27 juillet 1957.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_de_la_Mauritanie

La colonie de la Mauritanie était une colonie française intégrée à l’Afrique-Occidentale française (A.-O.F.), couvrant une grande partie du territoire de l’actuel État de Mauritanie.

En 1903, elle avait le statut de protectorat, avant de devenir un territoire civil de 1904 à 1920, puis une colonie. En 1946, elle devient un territoire d’outre-mer de la République française et fait donc partie à ce titre de l’Union française. Le 28 novembre 1958, la République islamique de Mauritanie est proclamée et devient un des États membres (autonomes) de la Communauté française. Exactement deux ans plus tard, le 28 novembre 1960, la Mauritanie devient indépendante en vertu des accords franco-mauritanien de restitution de souveraineté.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Colonie_de_la_Mauritanie

Mauritanie sous administration coloniale

file :///C :/Users/HP/Downloads/alvaro_arribas,+3++REIM+21.pdf

Une indépendance… dépendante

https://books.openedition.org/iremam/1249?lang=fr

De 1920 à 1960, la Mauritanie est une colonie française. Le développement du pays est inexistant durant ces quatre décennies. La domination militaire est le cœur du projet colonial. Les antagonismes tribaux sont utilisés par les Français. De plus, son statut était particulier car la capitale de la colonie, Saint-Louis, était au Sénégal du fait de son intégration à l´Afrique Occidentale Française (seul pays du Maghreb). A cela s´ajoute une colonisation en plusieurs étapes.

Le début de la présence française date de 1902, mais la puissance coloniale fait face à une résistance armée. La religion musulmane fut à la fois un ressort et un facteur de solidarité face à la domination coloniale.

Néanmoins, précisons que les Français reçurent le soutien de deux autres chefs religieux. Cheikh Sidia Baba et Cheikh Tourad. Le premier alla jusqu`à tenter de justifier l´occupation comme un “bienfait d´Allah” suite à une réunion avec Xavier Copolani, administrateur colonial, en 1902 dans la ville de Boutilimitt (sud-ouest de la Mauritanie).

Deux chefs religieux prirent part à la résistance armée, Cheikh Malaïnine et Chiekh Hamamoullah. Le premier combat la France et affirme que « toute collaboration avec les occupants est une trahison de l’islam ».

Il est armé et financé par le sultan du Maroc Moulay Abdelaziz. Le second ajoute que « la présence des Français sur cette terre d’islam est provisoire. Il ne faut donc pas se compromettre à leurs côtés ». En 1903, la Mauritanie est néanmoins placée sous protectorat de la France. En 1904, la rive droite du fleuve Sénégal est rattachée à la Mauritanie.

En 1907, Henri Gouraud est nommé commissaire du Gouvernement général en Mauritanie et décide de mener une campagne d´envergure contre ceux qui lancent des razzias. En 1908, son rapport au gouvernement permet de mieux comprendre sa vision : « Il ne s’agit point de faire la conquête de l’Adrar en vue d’une occupation permanente de ce pays et d’une nouvelle extension de nos possessions africaines. Nos intentions tendent seulement à l’organisation d’une forte colonne de police qui recevrait exclusivement pour mission de purger ce pays de tous ces éléments de troubles et de désordre et de réduire une fois pour toutes le millier de guerriers dissidents qui font obstacle à notre œuvre de pacification. »

La Mauritanie devint une colonie française en 1920. Précisons que la résistance armée ne s´achèvera qu´en 1934. L’administration française a longtemps été sous régime militaire dans certaines régions, comme précédemment mentionné. William Ponty, Gouverneur général de l’AOF, expliqua clairement ses objectifs dans un rapport au gouvernement en 1910 : « Nous devons détruire toute hégémonie d’une race sur une autre, d’un groupe ethnique sur un autre groupe ethnique, combattre l’influence des aristocraties locales de manière à nous assurer la sympathie des collectivités, supprimer les grands commandements indigènes qui sont presque toujours une barrière dressée entre nous et nos administrés ».

De nombreux chefs traditionnels sont visés par ce projet colonial. Notamment les « Grands électeurs » Toucouleur et les Emirs du Brakna, du Tagant et de l’Adrar. De plus, les populations nomades s’appauvrissent. Le développement n´arrivera jamais. La Mauritanie est le territoire le plus pauvre de l’AOF. Malgré une lourde pression fiscale pour la population locale, les recettes sont insuffisantes. Les dépenses sont trop importantes car les frais de fonctionnement de l’administration sont très lourds dans le désert.

Julie d’Andurain, professeur d´histoire contemporaine à l´université de Metz (France) résuma la pensée de Gouraud dans un article datant de 2011 en écrivant que « le principe de son combat contre les nomades est simple : il s’agit de les harceler jusqu’à ce que la vie devienne impossible pour eux et de profiter des quelques combats pour établir la supériorité technique des Français, ce qu’il appelle le prestige. De l’importance de ce dernier dépendent, en fin de compte, les demandes d’aman. Encore une fois, le contact avec la population indigène relève d’un rapport de soumission” . Pierre Bonte, anthropologue et directeur de recherche au CNRS à Paris (mort en 2013), écrivait, en 2008, que : « la pénétration et la colonisation a rencontré en Mauritanie, comme sous d’autres cieux des résistances nombreuses et variées. Il ne fait aucun doute que les communautés villageoises de la vallée et les tribus ont manifesté leur opposition par des révoltes et des refus de toutes sortes. Ils s’opposèrent de leur propre chef afin de défendre la terre des aïeux et sauvegarder leur religion, leur liberté et leur indépendance ».

La Mauritanie obtient son indépendance en 1960. Elle a ouvert la porte à de nouveaux défis et obstacles, dont les divisions internes et tensions avec les puissances régionales (Maroc, Algérie). Malheureusement, les travaux universitaires qui concernent la période coloniale en Mauritanie restent trop peu nombreux. Une historiographie qui mériterait d’être enrichie, tant pour les Mauritaniens que pour les Français.

https://www.aa.com.tr/fr/afrique/la-colonisation-francaise-en-mauritanie-et-ses-cons%C3%A9quences-/2042527

Souvenirs coloniaux du général Gouraud qui a dirigé les troupes françaises en Mauritanie coloniale

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9934604.r=nouakchot?rk=42918;4

La Mauritanie, colonie « française » en 1906

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54620482.r=mauritanie?rk=300430;4

La Mauritanie, colonie « française » en 1907

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6548728g.r=mauritanie?rk=472105;2

La Mauritanie, colonie « française » tenue par l’armée française en 1908

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1100374r.r=mauritanie?rk=1437775;2

La Mauritanie, colonie « française » en 1909

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1100376k.r=nouakchot?rk=107296;4

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1100376k.r=mauritanie?rk=1137344;4

La « randonnée de guerre » de l’armée française en Mauritanie en 1903-1911

https://www.google.fr/books/edition/Mauritanie_1903_1911_M%C3%A9moires_de_randon/meIXBgAAQBAJ?hl=fr&gbpv=1&dq=colonisation+de+la+mauritanie&printsec=frontcover

La Mauritanie, colonie « française » du colonel Gouraud, « pacifiée » de force par l’armée française en 1910

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57844898

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k57844898/texteBrut

La Mauritanie, colonie « française » en 1916

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6541271k.r=mauritanie?rk=1287560;0

La Mauritanie, colonie « française » en 1919

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6540894b/f1.item.r=nouakchot

La Mauritanie, colonie « française » en 1920

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6565966g.r=Mauritanie?rk=64378;0

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6565966g.r=nouakchot?rk=171674;4

La Mauritanie, colonie « française » en 1922

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1100166h/f4.item.r=Mauritanie

La Mauritanie, colonie « française » en 1928

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k11002411.r=mauritanie?rk=1008588;4

La Mauritanie, colonie « française » en 1929

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k166693c.r=Mauritanie?rk=21459;2

La Mauritanie, colonie « française » en 1931

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1666920.r=Mauritanie?rk=42918;4

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k11001742.r=nouakchot?rk=64378;0

La Mauritanie, colonie « française » de 1933 à 1935

https://www.google.fr/books/edition/L_%C3%A9ducation_saharienne_d_un_k%C3%A9pi_noir/qim2JfeX9fsC?hl=fr&gbpv=1&dq=colonisation+de+la+mauritanie&printsec=frontcover

La Mauritanie, colonie « française » en 1935

https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k33458459.r=Mauritanie?rk=107296;4

L’armée coloniale française dans l’ouest saharien : armée
de conquête ou élément de police pour la “ pacification ”
des zones sahariennes

https://hal.science/hal-01159985/document

Quand la France « décolonisait » la Mauritanie

https://www.matierevolution.fr/spip.php?article7555

Mais la France continuait à intervenir militairement en Mauritanie…

Les opérations militaires françaises en Mauritanie « indépendante », « écouvillon », « Ouragan », « Cornue », « Lamantin », autant de noms évocateurs qui ne désignent qu’une même réalité : des opérations militaires françaises sur le sol mauritanien, ont lieu entre 1958 et 1978. Elles partagent toutes un caractère confidentiel et sont tout simplement classées secret défense.

file :///C :/Users/HP/Downloads/AFCO_235_0027.pdf

C’est l’impérialisme français, ancienne puissance colonial, qui fabrique l’armée soi-disant indépendante mauritanienne

https://hal.science/hal-01159980/document

Film sur le cirque colonial français en Mauritanie, sur la fin de l’ère coloniale (du moins fin officielle)

https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/afe85007776/le-voyage-de-monsieur-jaquet-en-mauritanie

https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/caf97044535/signature-du-transfert-de-la-capitale-de-la-mauritanie

https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/caf97044532/edition-speciale-retro-mauritanie

https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/caf90043608/voyage-du-general-de-gaulle-en-afrique

https://madelen.ina.fr/content/mauritanie-naissance-dun-etat-78777

L’interpénétration des éléments de maintien de l’ordre dans le Sahara mauritanien sous domination coloniale française (1920-1958)

https://books.openedition.org/pur/117612?lang=fr

Le passé colonial et les héritages actuels en Mauritanie

https://www.google.fr/books/edition/Le_pass%C3%A9_colonial_et_les_h%C3%A9ritages_act/5SKVBQAAQBAJ?hl=fr&gbpv=1&dq=colonisation+de+la+mauritanie&printsec=frontcover

Sociétés musulmanes et pouvoir colonial

https://www.google.fr/books/edition/Soci%C3%A9t%C3%A9s_musulmanes_et_pouvoir_colonia/M8LDhBHHTDUC?hl=fr&gbpv=1&dq=colonisation+de+la+mauritanie&printsec=frontcover

L’esclavage en Mauritanie, un forfait colonial

https://www.google.fr/books/edition/L_esclavage_en_Mauritanie_un_forfait_col/cFUAEQAAQBAJ?hl=fr&gbpv=1&dq=colonisation+de+la+mauritanie&printsec=frontcover

Une géopolitique coloniale

https://www.google.fr/books/edition/Soudan_fran%C3%A7ais_Mauritanie_une_g%C3%A9opoli/aN5D3cKtf4kC?hl=fr&gbpv=1&dq=colonisation+de+la+mauritanie&printsec=frontcover

Introduction à la Mauritanie

https://www.google.fr/books/edition/Introduction_%C3%A0_la_Mauritanie/PfQJCwAAQBAJ?hl=fr&gbpv=1&dq=colonisation+de+la+mauritanie&printsec=frontcover

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.