Accueil > 04 - Livre Quatre : HISTOIRE CONTEMPORAINE > 000- Le stalinisme ou la révolution trahie > Qu’est-ce que la "Pensée Mao Zedong" ?

Qu’est-ce que la "Pensée Mao Zedong" ?

dimanche 7 juillet 2024, par Alex

L’expression "Pensée Mao Zedong" est apparue en 1943, elle est un des éléments du culte de la personnalité de Mao qui fut mis en place cette même année.

Le Parti communiste chinois (PCC) devint ouvertement stalinien, anti-trotskiste à partir de 1927. Chen Duxiu servit de bouc émissaire suite à la défaite de 1927, et fut démis de sa fonction de dirigeant du parti cette même année.

A partir de janvier 1935 (conférence de Zunyi), Mao prend la direction du PCC, abandonnant l’objectif de la révolution prolétarienne au profit de celui de la révolution bourgeoise. Mao put justifier ce tournant en s’appuyant sur la politique de Front populaire officialisée en 1935 par Staline.

Quand Mao parle de révolution, c’est donc de la révolution bourgeoise. Depuis ce tournant qui eut lieu en 1935, les marxistes ne peuvent se contenter de parler de révolution, mais doivent préciser "prolétarienne", car Mao, comme tous les Front Populaires, ont dévoyé cette expression, ils ne parlent que de révolution bourgeoise s’ils parlent de révolution alors qu’ils se disent marxistes.

Le PCC est donc l’exemple par excellence d’un parti qui n’a plus rien d’un parti marxiste, mais est un parti bourgeois qui est obligé par les circonstances de conserver un langage marxiste. Ce parti a même conservé officiellement son caractère marxiste jusqu’à aujourd’hui.

Le PCC peut donc être vu comme, à l’état presque pur, un parti bourgeois au langage marxiste, une référence incontournable pour comprendre le vocabulaire de partis qui se disent marxistes mais ont des tendances bourgeoises, comme les groupuscules LO, NPA-révolutionnaires en France qu’on peut qualifier de centristes, intermédiaires entre les pôles purement prolétariens ou purement bourgeois que sont un parti bolchévik et un parti du type PCC.

Ces partis comme LO ou le NPA abusent par exemple du terme de révolution, en général sans le qualificatif de "prolétarienne", ils suivent Mao sur ce terrain.

1943 : la naissance de la "Pensée Mao Zedong"

L’expression "Pensée Mao Zedong" est apparue en 1943, elle est un des éléments du culte de la personnalité de Mao qui se mit en place.

Chaque affirmation de Mao Zedong devient géniale. Si Mao remarque qu’il fait beau, c’est génial, s’il affirme ensuite que le temps va se couvrir, c’est encore plus génial, c’est qu’il maitrise la dialectique. Personne d’autre que lui n’aurait pu observer ou prédire cela.

Mao affirme comme Nietzsche tout et son contraire et cela montre que sa pensée est géniale bien qu’elle soit, et surtout parce qu’elle est, incompréhensible pour le commun des mortels.

Bref la "Pensée Mao Zedong" est une caricature du marxisme, l’utilisation d’un vocabulaire marxiste dans un verbiage qui sous couvert de dialectique est une suite de non-sens ou de banalités.

Il est un modèle pour les partis centristes.

La date de 1943 est assez peu mise en avant dans l’histoire de la Chine, c’est pourtant à cette date que les USA reconnaissent la Chine comme une grande puissance, abolissent tous les traités inégaux organisant le pillage impérialiste de la Chine depuis la première guerre de l’opium.

Un des objectifs séculaires des peuples de Chine est enfin atteint non pas grâce à une révolution bourgeoise, mais grâce à la guerre mondiale qui a modifié les équilibres entre puissances impérialistes :

Le 11 janvier 1943, les Etats-Unis et la Grande-Bretagne avaient renoncé à tous leurs privilèges dans l’Empire du Milieu ; c’était la fin de ce qui subsistait de ces "traités inégaux" qui, depuis le début du siècle, avaient servi de levain xénophobe et révolutionnaire aux élites chinoises.

A la Conférence du Caire (1er décembre 1943), la restitution de la Mandchourie, de Formose et des Pescadores à la Chine avait été décidée. C’était raisonnable mais Washington devait aller beaucoup plus loin. C’est à son initiative et malgré les réticences britanniques et russes que la Chine fut proclamée une des grandes puissances du monde ; le 30 octobre 1943, la Déclaration de Moscou lui reconnaissait le droit de participer, avec les Etats-Unis, l’URSS et la Grande-Bretagne, à la conduite de la guerre, à l’organisation de la paix et à l’établissement des moyens de coopération internationale dans l’après-guerre.

A Washington, Roosevelt disait dans un message de Noël à la nation : "nous et la République de Chine, sommes plus près l’un de l’autre que jamais, en profonde amitié et communauté d’objectif".
La Chute de Chiang Kaï-shek - Souvenirs d’un diplomate en Chine 1944-1949 (Robert Rotschild, 1972)

De plus, la dissolution de la IIIème Internationale cette même année 1943 implique que formellement le PCC n’est plus sous le commandement direct de Staline, Mao peut devenir le numéro 1 alors que cette place était réservée à Staline avant cette date, dans tous les PC du monde.

Un biographe de Mao décrit la naissance en 1943 de la "Pensée Mao Zedong qui s’ensuivit :

En juillet [1943], Liu Shaoqi (...) donna le coup d’envoi à l’adulation effrénée. Dans un article hagiographique, il affirma que la seule manière de garantir que le Parti ne commettrait plus d’erreurs était de s’assurer que "le commandement de Mao Zedong s’implante partout". Ce fut le signal pour ses collègues du Politburo, de Zhou Enlai à Zhou De, de se joindre à un choeur d’approbation délirante. Deux journalistes américains, Theodore White et Annalee Jacoby, en visite à Yenan quelques mois plus tard, racontèrent que Mao "était placé sur le pinacle de l’idolatrie", qu’il faisait l’objet de "panégyriques d’une éloquence pompeuse au plus haut point et servile jusqu’à en être écoeurante".

Encore plus frappant, à leurs yeux, était le fait que des collègues dirigeants de Mao, "des hommes eux-mêmes de haut rang, prenaient de façon ostentatoire des notes sur les discours improvisés de Mao, comme s’ils buvaient à la fontaine de la connaissance".

C’est l’époque où l’expression "pensée Mao Zedong" fut inventée et où les premières versions de ses "Oeuvres choisies furent compilées. C’est alors aussi que fut composé l’hymne maoïste, L’Orient est rouge
L’Orient est rouge, le soleil se lève.
En Chine un Mao Zedong est né.
Il recherche le bonheur du peuple.
C’est le grand sauveur du peuple

Le portrait de Mao était peint sur les murs de villages et sur les bâtiments publics à travers toute la Chine rouge. On donnait son nom aux écoles : l’école des jeunes cadres Zedong de Yenan, l’école de la jeunesse
Zedong au Shandong. Dès qu’ils avaient trois ans, les enfants apprenaient à chanter : "Nous sommes tous les bons petits enfants du président Mao."

L’hiver suivant, les héros du travail envoyèrent des messages, saluant Mao comme l’"étoile salvatrice" de la Chine — un terme qui, dans les esprits chinois, évoquait le lien entre l’empereur et le ciel. Au printemps 1944, Mao fut invité à semer les premières graines de millet, comme autrefois l’empereur labourait symboliquement le premier sillon.
Mao Tse-tong (P. Short, 1999)

La "Pensée Mao Zedong" est un reflet de la lutte des classes

Mais attention, la "Pensée Mao Zedong" est l’expression d’une réalité objective.
Par exemple le texte de Mao De la pratique (1937) , s’il n’a aucun intérêt concernant les liens dialectiques entre théorie et pratique, car c’est une énumération de généralités creuses, au mieux des paraphrases de Marx et Lénine, est cependant le reflet d’une lutte qui eut lieu dans le Parti communiste chinois : la lutte entre les représentants de la bourgeoisie chinoise (Mao) et les militants envoyés par Staline. Ces derniers représentent "la théorie", alors que Mao est incarné par "la pratique".

Ainsi quand dans ce texte Mao défend la pratique contre la théorie, il ne fait que dire : « ces militants formés en Russie (les « 18 bolchéviks ») ne sont que des chiens savants formés par les russes, nous parlons moins bien qu’eux et n’avons pas léché les bottes de Staline, mais nous allons les exclure de la direction du parti en envoyant nos paysans leur donner du coup de poing puis nous les ferons dévorer vivants par nos cochons. »

Nous avons tenté de traduire le passage suivant de « pensée Mao Zedong » :

Le présent ouvrage a pour but de dénoncer, en partant des positions de la théorie marxiste de la connaissance, les erreurs subjectivitstes commises par les partisans du dogmatisme et de l’empirisme, et en particulier du dogmatisme, au sein de notre Parti.
Mao, De la pratique

Tous les textes de Mao sont de cet acabit, ils ne font que justifier l’exclusion, l’assassinat de certains de ses camarades, et ne sont compréhensibles et peuvent avoir un certain intérêt uniquement si l’on connait les épisodes qu’ils décrivent.

La "Pensée Mao Zedong" est vivante : le NPA et les enseignants

Ce procédé : utilisation d’un verbiage obscurantiste basé sur un vocabulaire pseudo-marxiste est encore utilisé, et le sera tant que la bourgeoisie aura besoin de partis pseudo-marxistes pour tromper les travailleurs.
Voyons comment le concept de la Pensée Mao Zedong peut nous permettre de comprendre certains textes obscurs, mais qui reflètent la lutte des classes.

L’article Les enseignants sont-ils des (nouveaux) prolétaires ? est à notre avis un des meilleurs de l’école "Pensée Mao Zedong". On y lit le verbiage incompréhensible suivant dans la conclusion :

En faisant des enseignant·es les défenseurs de la République, l’État produit une fracture abstraite entre les enseigné·es et les enseignant·es par l’opposition sur des « valeurs idéologiques », alors que les enseignant·es sont opposé·es par leur pratique professionnelle à la marchandisation des facultés humanisantes. C’est pourquoi les luttes contre l’aliénation des enseignant·es sont celles de notre camp social.

Attention, comme nous l’avons dit ce verbiage n’est pas une thèse introductive qui serait suivie de volumes d’explications pour les simples d’esprit comme nous. Ce passage est la conclusion de l’article.
Un prolétaire conscient passera tout de suite à autre chose après avoir pensé : on y comprend rien, il n’y a rien à comprendre. Un petit-bourgeois cadre du NPA (y compris sans doute les auteurs de ce texte), sautillera de joie : on ne comprend rien à ce texte, mais si je fais semblant de comprendre quelque chose à ce texte j’aurai une stature de dirigeant du NPA, un marxiste capable de produire une pensée Mao Zedong !

Mais souvenons-nous justement du concept de la "pensée Mao Zedong" : derrière un texte sans intérêt se cache un phénomène de la lutte des classes, le texte n’ayant pour but que d’exprimer des thèses réactionnaires sous un voile marxiste.

Or ici le sens du texte est clair : le NPA souhaite légitimer le fait que les enseignants petits-bourgeois ont vocation à parasiter des organisations qui se veulent ouvrières, tout en prétendant garder, voire renforcer le caractère prolétarien de ces organisations.
Sophie Binet à la tête de la CGT, N. Arthaud à la tête de Lutte ouvrière sont deux manifestations du poids croissant de la petite bourgeoisie dans ces organisations.

Le texte du NPA, au lieu de tirer le signal d’alarme et le danger de gangrène, prétend que les enseignants sont les nouveaux prolétaires. Sur la liste de LO aux élections européennes, 20 candidats sur 80 sont des enseignants, c’est démesuré par rapport à la prétention qu’à cette organisation à militer avant tout dans la classe ouvrière. Où sont ces enseignants entre deux élections, eux qu’on ne voit jamais animer aucune grève de l’enseignement ? Mystère.

Les enseignants ne sont pas des prolétaires mais sont incontestablement des travailleurs, l’abus du terme "les travailleurs" par le NPA et LO ne peut pas faire oublier le fait que les "travailleurs" ne forment pas une classe sociale. Remplacer le terme "classe ouvrière" par le terme "travailleurs" est la forme verbale que prend le remplacement du communisme scientifique de Marx et Engels par l’anticapitalisme.

Le NPA a le mérite, en utilisant la pensée Mao Zedong (verbiage marxiste maquillant une politique bourgeoise), de révéler le poids croissant des enseignants dans son organisation. Un phénomène analogue avait touché le PC de Mao, comme le dénonça un opposant :

La "lettre ouverte aux membres du parti" publiée en janvier 1948 par le Comité Central de la région Shansi-Shantung-Honan déclarait :

"Les directives actuelles du Parti visent une fraction du parti qui est composée de propriétaires et de paysans riches qui préservent les biens de leur famille et de leurs amis." Et le stalinien Nieh Yung-jin, dans son texte sur "le Renouvellement de nos Rangs", admet que "ces éléments (les propriétaires et les paysans riches) occupent la plupart des postes dans notre parti." Il va même jusqu’à déclarer que, "vue à la lumière de la réforme agraire, notre politique apparaît comme reflétant les vues des propriétaires et des paysans riches."
La "Révolution" de Mao Tse-Toung -Rapport sur le stalinisme chinois par Hsieh Yueh (15 avril 1948)

La "Pensée Mao Zedong" est vivante : le NPA et la question nationale

Le NPA dans le numéro 711 de son hebdomadaire l’Anticapitalise semble appeler à une insurrection armée généralisée contre l’oppression des nationalités (bien que le NPA n’utilise par cette expression marxiste, la seule valable dans ces question) par différents impérialismes :

IMPÉRIALISME Kharkiv, Rafah, Nouméa : soutien à la résistance des peuples !
(...)
Poutine, comme Netanyahou, ne veut pas la paix. Pas plus que Macron en Kanaky. Tout ce qu’ils veulent, c’est prendre, occuper, en un mot coloniser. (...) La faiblesse de la réaction des États occidentaux — ceux-là même qui répètent sans cesse « plus jamais ça » mais ne font rien pour stopper ces massacres — encourage les projets coloniaux.(...) Les mobilisations de solidarité doivent s’amplifier à la base pour stopper les massacres à Gaza et mettre fin à l’impunité d’Israël. Les liens de solidarité avec les militants de la gauche ukrainienne doivent se renforcer. Et ici, nous devons peser de toutes nos forces sur nos dirigeants et lutter contre notre propre impérialisme qui tue en Kanaky. (...)
Nous exigeons un cessez-le-feu immédiat et permanent à Gaza, le retrait total des troupes russes d’Ukraine et des troupes françaises de Kanaky. Nous proclamons notre soutien à la résistance armée et non armée des peuples face à la colonisation et réaffirmons leur droit à disposer d’eux-mêmes. De manière concrète, et autant que possible, nous apportons notre assistance aux peuples opprimés en toute indépendance des États. Vive la Palestine libre, vive la Kanaky libre, vive l’Ukraine libre, soutien à la résistance !
L’anticapitaliste 711 page 4 ( 6 juin 2024)

Tout cela parait très radical, le NPA a l’air d’être un acteur de tous ces affrontement armés, mais il ne fait que le commenter. Actuellement à Mayotte un tel affrontement armé n’a pas lieu, le NPA ne proclame donc pas : "Vive Mayotte libre !"

Que veut dire "libre" ? "Vivre l’Ukraine socialiste" serait un slogan bien plus révolutionnaire, mais le NPA n’est plus socialiste, seulement anticapitaliste.

Mao a été le dirigeant d’une révolution bourgeoise, qui prit la forme d’une lutte armée. La lutte armée de Mao était donc mise au service d’un changement politique réactionnaire, car c’est la révolution prolétarienne socialiste était à l’ordre du jour dès la fondation du Parti communiste chinois en 1921.
Grâce à la pensée Mao Zedong, le NPA peut faire passer un vocabulaire guerrier pour une propagande révolutionnaire socialiste, alors que c’est un langage très bourgeois. Faire croire que soutenir, comme le fait le NPA, la livraison d’arme par l’OTAN à l’Ukraine est similaire à soutenir la révolte de Kanaks est un mensonge cousu de fil blanc.

Grâce à la pensée Mao Zedong, le NPA s’est engagé dans le nouveau Front Populaire et alors que la répression contre les militants nationalistes kanaks vient de s’aggraver, dans son hebdomadaire daté du 4 juillet le NPA a mis en veille ses appels à l’insurrection armée en Nouvelle Calédonie, se contentant désormais d’une seule phrase :

La politisation de la jeunesse, notamment lors des mobilisations pour la Palestine, la Kanaky ou les luttes antiracistes, va dans le sens de l’antifascisme.
L’anticapitaliste 715 (4 juillet)

Rien de plus sur ce sujet, alors que Le Figaro rapportait le 2 juillet :

Incarcéré à Mulhouse, le leader kanak est soupçonné d’avoir organisé des troubles en Nouvelle-Calédonie lors de la réforme électorale.
« Je suis un prisonnier politique ». Cette phrase, Christian Tein l’a prononcée lundi depuis sa prison de Mulhouse alors qu’il était visité par les sénateurs écologistes Jacques Fernique (Bas-Rhin) et Anne Souyris (Paris).
Le Figaro

Le NPA est-il sur la même longueur d’onde que ses camarades écologistes du NFP sur cette question ? La pensée Mao Zedong impose parfois le silence sur les points gênants. Voter E. Borne et G. Darmanin pour combattre le RN fait partie de ces sujets qui sont évacués par la pensée Mao Zedong !

Le NPA préten qu’il "faudra" appuyer le NFP par des luttes, mais se garde de mettre au premier plan de sa campagne électorale non pas une lutte future hypothétique, mais une lutte présente bien réelle, en lançant l’appel : Libération de Christian Tein !

Conclusion

Pour la Libération de Christian Tein !
A Bas la pensée Mao Zedong ! A Bas la nouvelle pensée Mao Zedong version NPA ! A bas tous les Fronts Populaires, que ce soit en Chine, en France ou en Palestine !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.