English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS > Editorial 03-10-2010 - Quels crimes on commet en ton nom...

Editorial 03-10-2010 - Quels crimes on commet en ton nom...

dimanche 3 octobre 2010, par Robert Paris

Editorial 03-10-2010 - Quels crimes on commet en ton nom...

Les crimes qu’on commet en ton nom à l’autre bout de la planète La guerre d’Afghanistan a commencé comme une "croisade du Bien contre le Mal", unissant presque toute la planète contre des dictateurs et des terroristes, suite à l’horreur provoquée par les attentats du Wold Trade Center. C’est du moins ainsi qu’elle a été présentée par Bush et compagnie. C’est encore ainsi que Sarkozy l’a présentée lorsque, tout récemment, il a tenu à rendre publique que la France continuerait presque éternellement à être en guerre en Afghanistan contre Al Qaïda. Des rodomontades, certes, mais qui signifiaient que le président français souhaitait faire remarquer à Al Qaïda la France comme terre d’élection de nouveaux attentats terroristes… Que ne ferait-on pas pour détourner la colère sociale qui monte en France. Que n’avait pas fait Bush pour détourner de la colère sociale qui montait en 2000 aux USA…

Et les succès sont venus : une guerre qui unissait Russes et Américains, le Sud et le Nord, et avait même le soutien de pays arabes, a donc commencé, avec des forces militaires colossales. Le pays le plus pauvre est devenu le plus grand terrain de guerre du monde. Presque dix ans après, on en voit le résultat. Le terrorisme est plus fort que jamais. Le terrorisme d’Etat de l’Afghanistan, par exemple. Ensuite le terrorisme des pays qui y font la guerre, y massacrent impunément des civils en nombre sans cesse grandissant. Enfin, celui des groupes armés qui se cachent derrière la religion. Le pays, qui était censé devenir un paradis de démocratie, est plus que jamais le royaume de la drogue, du féodalisme, des bandes armées, de la terreur, du sous-développement, de l’oppression des femmes. Les Talibans y sont toujours au pouvoir, y compris sous l’égide du pouvoir mis en place par les forces armées étrangères, c’est-à-dire par les USA. Ce pouvoir est tellement corrompu et dictatorial que les USA eux-mêmes ont été contraints de s’en démarquer un peu…

Il reste encore un soutien de ce pouvoir, c’est la France, ou du moins Sarkozy. Mais ce n’est pas un seul homme. C’est aussi toute la classe dirigeante. Dans ce domaine, le président français a même la caution discrète de la gauche et des syndicats. Qui a vu un rassemblement, une manifestation, un tract même, pour dénoncer la guerre ignoble de la France en Afghanistan ? Personne, parce qu’il n’y a pas eu…

Sarkozy a eu beau déclarer en août dernier : "La France restera engagée en Afghanistan, avec ses alliés, aussi longtemps que nécessaire et aussi longtemps que le souhaitera le peuple afghan", lors de son discours devant la Conférence annuelle des ambassadeurs réunie à Paris, cela n’a eu d’autre résultat que de déclencher la guerre actuelle de la France au Sahel. "Nous avons une stratégie claire : mettons-la en oeuvre jusqu’au bout !" (...) "Nous avons des objectifs politiques réalistes (...), c’est une transition progressive et ordonnée", a souligné le chef de l’Etat pour qui l’action de la France " au service de la paix ne doit pas, me semble-t-il, être soumise à des calendriers artificiels ou aux humeurs médiatiques" a-t-il dit sans nous convaincre : en quoi la présence de 3 750 soldats français en Afghanistan contribue-t-elle à la sécurité internationale des peuples ? En rien !

En quoi l’occupation militaire impérialiste sert-elle la sécurité du peuple afghan ? En rien !

En quoi l’intervention de 150 000 hommes de l’OTAN dans un pays où nulle trace d’Al-Qaida ne subsiste contribue-t-elle à la paix mondiale ? En rien !

Au contraire, toutes ces guerres impérialistes qui s’étendent, celle d’Afghanistan au Pakistan, celle du Golfe au Yémen, etc.., ne font que nourrir le terrorisme. Contrairement à ce qu’ils prétendent les impérialismes ne combattent pas vraiment le terrorisme. Ce dernier leur permet d’offrir comme exutoire à la colère des peuples des exactions de bandes fascistes et réactionnaires. Non, l’impérialisme ne combattra jamais pour la démocratie et le progrès et les travailleurs et les peuples doivent dénoncer et combattre les objectifs des impérialismes. Même et surtout s’il s’agit de l’impérialisme de leur propre pays !!!

A bas la sale guerre d’Afghanistan

La décision de l’Administration Nord-Américaine d’intensifier la guerre en Afghanistan avec le renforcement du contingent militaire occupant de 30 000 hommes supplémentaires représente une menace sérieuse pour les peuples de ce pays et de toute l’Asie Centrale.

En faisant tomber le masque de la rhétorique autour de la « paix » et du « dialogue », l’Administration Obama vient avec cette décision de montrer qu’elle persévère sur la ligne militariste et belliciste de l’impérialisme nord-américain et qu’elle poursuit une stratégie qui, au nom d’un « multi-latéralisme » proclamé, vise à pousser les autres membres de l’OTAN et de l’Union Européenne à participer à l’intensification et à l’élargissement géographique de la guerre en Afghanistan.

La situation chaotique dans laquelle le peuple afghan tente de survivre, l’intensification des combats militaires et des crimes perpétrés par les forces occupantes contre les populations civiles, la fraude politique monumentale que constitue « l’élection » de Hamid Karzai et l’élargissement du conflit militaire au Pakistan, démontrent que le seul chemin pour la paix dans la région passe obligatoirement par le retrait immédiat de toutes les troupes occupantes et par le respect de l’indépendance et de la souveraineté de l’Afghanistan. Espagne, Hongrie, Portugal : quand trois gouvernements socialistes augmentent leur contingent en Afghanistan...

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0