English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS > Des attentats, oui mais pourquoi ?

Des attentats, oui mais pourquoi ?

jeudi 2 juillet 2015, par Robert Paris

Qui sont des milices terroristes qui massacrent à Falloudja ? Des militaires américains !

Qui soutient les milices intégristes et terroristes syriennes du front Al Nosra qui tuent ici des militaires syriens ? Les USA et la France !

L’armée US tue des civils en Irak et fabrique ainsi plus de miliciens intégristes qu’elle n’en élimine

Attentats, terrorismes, guerres, menaces de guerre mondiale ne peuvent pas effacer que ce monde est plus que jamais un affrontement du Capital et du Travail

Attentat en France (Isère), attentat en Tunisie (Sousse), attentat au Koweit, attentat en Somalie, attentats en Afghanistan, en Irak, en Syrie, en Libye, au Yémen, au Nigeria, au Cameroun… Les violences terroristes se multiplient et posent la question de leur source et de leur but. Il est indispensable, en premier, de se rappeler que, loin d’être les responsables du développement ou du succès de l’intégrisme se revendiquant mensongèrement de l’Islam, les populations musulmanes en sont l’immense majorité des victimes.

Il est remarquable d’abord que cette montée des violences ait lieu en même temps que d’autres montées de menaces et aussi de violences : celles entre le bloc autour des USA et le bloc autour de la Russie et de la Chine, violences qui se manifestent en Ukraine et en mer de Chine. La menace de remontée des préparatifs guerriers rappelle ici la guerre froide et pourrait bien, du fait de la crise mondiale du capitalisme dont celui-ci est incapable de sortir, se changer en guerre tout court. Il est remarquable également qu’elles se produisent en même temps qu’une recrudescence des crimes raciaux contre les noirs aux USA. Il est aussi remarquable – et toutes ces remarques ne peuvent pas être des hasards – qu’elles se manifestent en même temps qu’une recrudescence mondiale des crimes racistes, des luttes intercommunautaires et interreligieuses comme au Centrafrique, en Côte d’Ivoire, en Russie, en Chine, en Asie ainsi qu’on vient de le dire aux USA mais aussi en Europe où le racisme violent refait surface et où l’extrême droite raciste anti-musulmane se développe dangereusement. Il faut bien dire aussi que les guerres auxquelles participent les grandes puissances occidentales dont les USA, la France et l’Angleterre sont plus nombreuses et violentes que cela n’avait été le cas depuis longtemps, que la course aux armements a repris, que les Etats en question n’embauchent plus de fonctionnaires que s’il s’agit de soldats…

Oui, nous voulons dire ici c’est que, pour comprendre le monde actuel, il ne faut pas isoler le terrorisme comme un facteur à part mais voit comment il a pu apparaître et pourquoi, ce qui nécessite de relier le terrorisme non à des facteurs seulement culturels ou religieux mais aussi aux politiques des grandes puissances qui, elles-mêmes, sèment la violence partout dans le monde.

Bien sûr, ces grandes puissances occidentales disent ne faire la guerre que pour lutter contre la violence, contre les dictatures, contre les guerres, contre le terrorisme. Elles ne vont pas nous dire la vérité sur leurs buts, car elles ne l’ont jamais fait ni dans les guerres locales ou régionales ni dans les guerres mondiales. Elles continuent à nous dire qu’elles ont bien fait de se faire la guerre en 1871, en 1914 et en 1939, même si les buts affichés de ces guerres sont complètement mensongers et les buts réels restent cachés.

Il faut cependant rappeler que jamais les grandes puissances n’ont combattu les dictatures, les fascismes, les violences et jamais elles n’ont œuvré pour les peuples et pour la paix.

Ainsi, il convient de rappeler que ce sont elles qui ont déstabilisé des pays comme Afghanistan, Irak, Somalie, Rwanda, Centrafrique, Mali, Syrie, Libye, Yémen, Ukraine, livrant ces pays à des milices fascistes armées qu’elles ont-elles mêmes financées et armées et qu’elles continuent souvent d’armer et de financer. Bien sûr, une fois encore, elles prétendent le contraire et affirment n’y intervenir que pour combattre le terrorisme mais elles mentent. Ce sont elles qui ont mis ces pays à feu et à sang. Ce sont elles qui en ont fait de véritables enfers. Ce sont elles qui les ont bombardé, tuant hommes, femmes et enfants, détruisant toutes les infrastructures sans jamais les reconstruire, démolissant des régimes mais sans mettre en place la démocratie qu’ils prétendaient y exporter par la force…

Chacun sait que ces guerres ont commencé sous le prétexte de combattre le réseau terroriste se revendiquant de l’Islam appelé Al Qaïda mais chacun sait aussi que ce réseau avait été fondé et armé par les USA contre la Russie en Afghanistan, au Pakistan et en Arabie saoudite et ce n’est pas un scoop de révéler que Ben Laden n’était alors rien d’autre qu’un agent de la CIA ayant ses entrées aux USA, lié aux services secrets américains autant qu’à ceux du Pakistan et de l’Arabie saoudite. C’étaient les USA qui cultivaient alors le prétendu courant islamiste contre la Russie. C’étaient aussi eux qui avaient développé ce courant intégriste au Pakistan pour casser les luttes ouvrières. C’est encore eux qui viennent de soutenir financièrement, militairement et politiquement le « front Al Nosra » qui n’est rien d’autre qu’une filiale d’Al Qaïda. Et ces grandes puissances affirment sans honte qu’il faut soutenir Al Qaïda pour contrer Daesch, son concurrent intégriste et terroriste qui ne vaut pas mieux ni pire !! Cette nouvelle doit sonner curieusement aux oreilles de millions d’Américains qui ont cru leur pays en guerre à mort avec Al Qaïda depuis les attentats du 11 septembre !!! Etonnant pour les Français aussi que l’Etat français soutienne lui aussi Al Nosra ?!!!

Et pourtant, il n’y a pas beaucoup d’articles dans les média pour relayer cette information officielle. Car on ne tient pas trop que les peuples comprennent la réalité de ce qui est en train de se tramer. De même que l’on présente maintenant Israël comme un pays qui combat les pays musulmans et intégristes alors que la véritable alliance la plus forte qui est en train de se monter dans cette région est celle entre Israël et l’Arabie saoudite, pourtant intégriste elle aussi !!! Comme on le voit, dans les « démocraties » occidentales, le mensonge n’est pas moins roi que dans le reste du monde. Mensonge qui se poursuit quand l’Europe prétend défendre la démocratie en Ukraine alors qu’elle y entretient des milices fascistes qui ont massacré des civils, hommes, femmes et enfants à grande échelle et produit des destructions innombrables sous prétexte de lutter contre la Russie.

En réalité, il faut relier ces violences qui montent à la crise de la domination capitaliste sur le monde, crise économique qui se poursuit en crise sociale et crise politique, depuis les révoltes du monde arabe, du Maghreb, montées ouvrières d’Afrique du sud, luttes du Brésil, révoltes d’Afrique (Burundi notamment), révoltes de Bosnie et d’Ukraine, ainsi que d’autres pays d’Europe de l’Est, révolte populaire de Grèce aussi et montée des mécontentements sociaux comme en Espagne ou en Italie.

Les guerres et les terrorisme sont des réponses à toutes ces révoltes dont le fondement est d’abord social, a un caractère de classe. Quand le capitalisme n’est plus capable d’apporter emploi, revenu régulier et stabilité, la lutte des classes reprend ses droits et les régimes politiques valsent au gré des révolutions.

Les guerres, les milices, la terreur sont la réponse des classes dirigeantes, locales comme impérialistes comme autrefois les fascismes et les dictatures des années 20 et 30 face à d’autres crises du capitalisme.

Dans les pays impérialistes eux-mêmes, les attentats servent la politique intérieure de ces grandes puissances. On l’a vu après le 11 septembre aux USA avec la « loi Patriot » qui a permis d’arrêter quiconque manifestait ou faisait grève, diffusait des informations contre la politique d’Etat, sans avoir à rendre des comptes à la justice, torturer, interner ou faire disparaître ces personnes sans que cette « démocratie » n’ait à le justifier jamais. La prolifération des « agences de renseignement » aux USA a bien montré que celles-ci n’ont jamais réussi à empêcher les attentats, même quand ils avaient à l’avance, et curieusement, tous les renseignements nécessaires sur les préparatifs d’attentats sur le sol américain, comme le 11 septembre, mais aussi après. Ce n’est pas seulement de failles des dispositifs qu’il faut parler mais de manipulation du terrorisme et du contre-terrorisme. En France ou en Angleterre aussi, dans chaque cas de terrorisme, il s’est avéré que les terroristes étaient connus, fichés, repérés mais pas surveillés, pas interrogés, blanchis même au contraire par ces service anti-terroristes, qui sont des services très très spéciaux où on fabrique, sous prétexte de contre-terrorisme et d’infiltration du milieu, eh bien… des terroristes qui parfois se retournent contre le formateur !!! Qui peut oublier l’exemple de Ben Laden ?!! Dans le dernier attentat en France comme dans le cas des frères Kouachi, de Merah et de Coulibaly, on a eu affaire à des gens que ces services connaissaient et qui y avaient semble-t-il leurs entrées, directement ou indirectement. Et pourtant, on n’a pas cessé de nous vanter le renseignement intérieur, les forces spéciales, le contre-terrorisme et aucune enquête sérieuse n’a été menée sur les actions de ces groupes de l’Etat français. On vient même de voter une loi qui empêchera désormais toute investigation sur les actes de ces forces spéciales. Et on nous dit qu’il faut sacrifier un peu de démocratie pour protéger plus surement la sécurité des populations. On est en droit de se demander si moins de transparence ne nuit pas justement à cette sécurité.

Mais au-delà, ce qui nuit fondamentalement à la sécurité des populations, des pays occidentaux comme de tous les autres, ce sont ces guerres multiples, à répétition, sans fin que ces puissances mènent aux quatre coins du monde, sans avoir à rendre aucun compte à personne des crimes qui s’y commettent, de la destruction de populations entières, d’exactions innombrables, d’un terrorisme de masse auprès duquel celui des milices terroristes n’est qu’une pâle imitation. De même que le terrorisme palestinien n’est même pas un centième du terrorisme d’Etat de l’Etat israélien dirigé par des hommes politiques fascistes reconnus, pourtant considéré comme un allié des pays occidentaux, comme tout ce qu’il y a de fréquentable et dont la politique criminelle doit être considérée comme un juste effort pour sécuriser sa population juive ! Au passage, on se garde bien de rappeler qu’autrefois, quand l’ennemi numéro un d’Israël s’appelait l’OLP, ce pays a lui-même œuvré pour aider à la mise en place et au succès de son concurrent le Hamas. Et les services du contre-espionnage israélien, quand l’OLP avait renoncé au terrorisme, ont fabriqué un groupe terroriste dirigé par Abou Nidal qui a commis des actes terroristes anti-israéliens que l’Etat d’Israêl s’est empressé d’attribuer à l’OLP pour justifier ses guerres et des propres actes de terrorisme d’Etat.

Bien évidemment, et nullement par hasard, la montée des violences actuelles vient à point nommé pour justifier le durcissement politique et policier dans les grandes métropoles du monde capitaliste en crise. Même si les dispositifs policiers se sont toujours révélés totalement et curieusement impuissants face aux actes des terroristes, les Etats continuent à tout fonder sur eux et sur l’accroissement de la répression, comptant sur la montée des peurs pour justifier plus de répression.

En réalité, c’est la crise économique et sociale, qui ne s’est jamais arrêtée depuis 2007, continuant à détruire emplois, services publics, fonds publics, aides sociales, tissus social, qui justifie, pour les classes dirigeantes, la nécessité de ce durcissement de la répression étatique et cette réduction de la démocratie. L’Etat peut bien dire qu’il augmente les guerres extérieures et les répressions intérieures pour nous protéger du terrorisme, on voit que celui-ci augmente en proportion de leurs interventions. Plus les puissances occidentales mènent des guerres destructrices dans le monde, plus le terrorisme s’y développe et plus il risque de revenir un peu en boomerang dans les pays occidentaux aussi.

Ceux qui accusent telle ou telle communauté, telle ou telle religion, tel ou tel quartier de ces violences sont les dupes des classes dirigeantes. Ils ne font que réagir comme le souhaitent les banquiers, les bandits de la spéculation, de l’exploitation, du vol généralisé que sont les grands capitalistes. Ce sont les grands organisateurs du terrorisme qui viennent de la finance, de la banque et des trusts. Ce sont également eux qui profitent en premier de la montée des violences dans le monde car ils peuvent ainsi détourner la colère sociale qui monte contre eux. Car ce ne sont pas les masses pauvres ni les quartiers pauvres qui financent les Daesch et autres Al Qaïda, ce sont des milliardaires ! Et nos grandes puissances occidentales, tellement soucieuses de démolir les groupes terroriste, disent-elles, se gardent même de dévoiler qui sont les financiers des groupes terroristes, ce qui montre bien leur mensonges, se gardent bien aussi de dévoiler quand ce sont elles-mêmes qui les financent comme en Syrie, en Libye ou en Ukraine.

Alors, les travailleurs des pays occidentaux ne peuvent pas compter sur leurs Etats pour les défendre, pas plus pour les défendre des licenciements que pour les défendre du terrorisme ou des menaces de guerre. Ce sont les peuples qui, par l’action directe, ont conquis les démocraties. Ce sont eux qui ont renversé les Ben Ali ou les Moubarak comme ce sont eux qui avaient renversé les Louis XVI ou les tsar Nicolas. Ce ne sont pas les armées permanentes des Etats bourgeois qui luttent contre la dictature, contre la guerre, contre la terreur. Ne nous solidarisons pas de nos pires ennemis sous prétexte d’union nationale contre le terrorisme car nous serions alors aux mains de gens qui prétendent que notre pire ennemi serait le travailleur d’à côté, seulement parce qu’il n’aurait pas la même religion, la même origine, la même couleur de peau que nous. Notre ennemi ne s’appelle pas Mohamed ni Maurice. Il ne s’appelle pas banlieue ni Islam, mais il s’appelle Bouygues, Total, Areva, L’Oréal ou BNP. Nous sommes le Travail et notre ennemi s’appelle le Capital. C’est lui qui licencie, qui expulse, qui clôture les comptes en banque, qui jette à la rue, qui ponctionne les fonds publics, c’est lui qui mène des guerres aux peuples du monde comme aux classes ouvrières. Travailleurs, ne nous trompons pas d’adversaire !

Ne suivons pas ceux qui veulent nous entraîner dans une « guerre de civilisations », c’est-à-dire une guerre contre nos frères prolétaires du reste du monde, ni dans une « croisade du christianisme contre l’Islam », qu’ils viennent de la fausse gauche, de la vraie droite ou de l’extrême droite faisant semblant de ne plus être fasciste !

La seule guerre que nous devons mener est celle du Travail contre le Capital !

3 Messages de forum

  • Des attentats, oui mais pourquoi ? 2 juillet 2015 15:10

    Notre ennemi principal est le Capital.
    Mais croire que les religions ne sont pas nos ennemis est une faute.

    Répondre à ce message

    • Des attentats, oui mais pourquoi ? 3 juillet 2015 07:51, par Robert Paris

      « L’abolition complète de la religion ne sera atteinte que dans une structure socialiste complètement développée, c’est à dire, lorsqu’il y aura une technique qui libérera l’homme de toute dépendance dégradante envers la nature. Cela n’est possible que dans le cadre de rapports sociaux déniés de tout mystère, parfaitement lucides et n’oppressant pas l’humanité. La religion traduit le chaos de la nature et le chaos des rapports sociaux dans le langage d’images fantastiques. Seule l’abolition du chaos terrestre peut supprimer à jamais son reflet religieux. »

      Léon Trotsky

      Tout ce qui aveugle l’homme est notre ennemi, la religion mais aussi et surtout la croyance dans le bon chef d’Etat, dans la démocratie bourgeoise, dans l’entente de classe, dans l’union nationale, le racisme, l’ethnisme, la xénophobie, le machisme et j’en passe...

      Répondre à ce message

  • Un nouveau crime à Manchester qui répète exactement les mêmes caractéristiques avec les mêmes buts !!!

    La police britannique connaissait le terroriste qui avait été dénoncé, elle ne l’a pas arrêté à son retour en Angleterre, elle n’a pas donné suite à son enquête et maintenant des gens attaquent une mosquée à Manchester, agressent des musulmans en public, et les musulmans sont scandaleusement accusés de ce crime terroriste !! Et personne n’accuse l’antiterrorisme, même pas pour incompétence !!!

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0