English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS > Les bandes armées terroristes de la contre-révolution sèment la mort, la peur (...)

Les bandes armées terroristes de la contre-révolution sèment la mort, la peur et la haine. Pourquoi ?

samedi 21 novembre 2015, par Robert Paris

Les bandes armées terroristes de la contre-révolution sèment la mort, la peur et la haine. Pourquoi ?

Les assassins ont tué à Paris. Des victimes innocentes, désarmées, qui n’avaient rien fait à ces tueurs et à leurs proches. Et, paraît-il en réponse, l’armée française et l’armée américaine ont bombardé en Syrie et en Irak, tuant paraît-il des terroristes.

En bombardant des villes, les aviations française et américaine n’ont tué que des terroristes ?!! Non bien sûr, ils ont, une fois de plus, tué aussi des victimes civiles innocentes, désarmées, qui n’avaient rien fait à leurs tueurs et à leurs proches.

Terreur et contre-terreur… Dans les deux cas, les victimes principales ne sont pas les tueurs : ce sont les populations civiles ! On le sait depuis les guerres d’Irak et d’Afghanistan où on nous parlait de « frappes chirurgicales » et où on nous a parlé ensuite de « dégâts collatéraux ».

Mais ces « dégâts », ce sont aussi des peuples physiquement et moralement détruits et des pays, des économies, des infrastructures démolies que personne n’a ensuite reconstruites, ni en Irak, ni en Afghanistan, ni en Libye, ni en Syrie, ni au nord du Mali. La démocratie et le développement ne sont pas davantage le fruit des bombardements occidentaux que la suppression du terrorisme.

Encore faudrait-il comprendre d’où il vient ce terrorisme ! Et il n’a pas plus sa source dans le Coran que la violence d’un Hitler n’avait sa source dans le protestantisme allemand ni celle du Rwanda dans la religion catholique ou celles de l’Inde dans le bouddhisme, ni les horreurs du fascisme japonais dans le taoïsme. Ce ne sont là que des couvertures idéologiques et elles n’expliquent pas l’éruption brutale de la violence, dont la raison est à chercher dans la crise de la société et pas dans les discours justificateurs des criminels.

Que les terroristes se revendiquent de l’islam ne signifie pas qu’il faille les croire quand ils affirment que leurs actes s’expliquent par le Coran, pas plus qu’il ne fallait croire Hitler quand il disait vouloir le bien du peuple allemand. Sous prétexte de fanatisme religieux, les bandes fascistes de Daesh ont tué cent fois plus de musulmans croyants que d’Européens et leur terrorisme n’est pas né en Europe, ni de la situation politique, économique et sociale de celle-ci. Quant aux bombardements des armées occidentales, on a mille fois vérifié qu’ils entretenaient le terrorisme au lieu de le détruire.

Après les attentats de Charlie et l’Hyper Casher, Valls lui-même déclarait devant l’assemblée nationale le 13 janvier 2015 : "Comment remédier à ce foyer du terrorisme international qu’est l’État islamique ? La solution ne réside pas dans de nouveaux bombardements alors que les opérations précédentes n’ont fait qu’empirer la situation." Dire tout et son contraire, c’est ça l’art de la politique bourgeoise. De même qu’hier, le gouvernement déclarait qu’en Syrie c’est d’abord la lutte contre Daesh aux côtés de la Russie et demain il déclarera avec Obama que c’est d’abord la lutte contre Assad et la Russie !

Les drapeaux des guerres sont tissés de mensonges. Pensons-y aussi quand Hollande-Valls nous chantent la « guerre contre le terrorisme », soutenus en cela par la plupart du monde politique et par les média. Mensonge parce qu’on ne tue pas le terrorisme par des bombardements mais aussi mensonge parce qu’on ne défend pas la démocratie en la tuant par l’état d’urgence, par l’état de guerre, par la suppression des libertés, par l’état policier et militaire.

Ces mesures ne visent pas que les assassins : elles visent toutes les libertés et d’abord celles des travailleurs, la liberté de faire grève, la liberté de manifester, la liberté de critiquer la politique des classes dirigeantes. Et ce n’est pas un hasard si ces dernières utilisent l’émotion suscitée par le massacre du 13 novembre, suivant ceux de Charlie et de l’hyper casher, pour justifier les guerres du Moyen Orient ainsi que la dérive des méthodes gouvernementales vers l’Etat policier.

Les terroristes ne sont pas les seuls à utiliser la peur. Le gouvernement Hollande-Valls ne se contente pas de la peur qu’a suscitée l’attaque terroriste du 13 novembre. Il ne se contente de la peur rétrospective que les forces de l’ordre déclenchent en affirmant qu’à Saint-Denis elles auraient désarmé une autre vague de terreur. Non, ils brandissent la menace d’une attaque chimique et bactériologique sur la France et même les risques d’utilisation de l’arme nucléaire par les terroristes, rien que ça ! Cela nous rappelle « les armes de destruction massive » de Saddam Hussein qui n’existaient que dans l’imagination des services secrets américains. Mais c’est bien utile pour faire reculer le peuple et les travailleurs français. Car il va falloir justifier non seulement la recrudescence des guerres extérieures mais aussi celle de la guerre intérieure : état d’urgence, régime policier, police en arme sans cesse prête à tirer, arrestations arbitraires, interdictions de presse arbitraire, pleins pouvoirs au gouvernement, suppression des libertés et des droits, attaques non seulement anti-terroristes mais anti-sociales, antigrève, anticritiques médiatiques au nom des prétendues nécessités de la sécurité.

Dans les guerres, on croit mourir pour la liberté, la démocratie et l’intérêt des peuples et on meurt pour les intérêts des banquiers et des industriels, nous rappelaient justement les Jean Jaurès, les Anatole France comme les Auguste Blanqui.

La guerre contre le terrorisme est un mensonge aussi car la guerre entretient le terrorisme, elle ne le tue pas. S’il y a une chose que cette guerre des USA et de ses alliés a démontré, c’est bien cela. Des dizaines d’années après une telle guerre avec les grands moyens de toutes les puissances occidentales, le terrorisme se porte mieux que jamais ! Il couvre un territoire plus grand que jamais !

Les libertés que les groupes intégristes ont attaquées pendant de longues années ne sont pas celles des occidentaux mais celles des peuples du Moyen Orient. L’explication de l’ampleur de leur succès est à chercher dans la situation des pays d’origine. Le terrorisme a fleuri sur la destruction de la société, sur la destruction de l’espoir de vivre libre et sur la destruction de la confiance dans le développement de leur pays. Dans aucun des pays du Moyen Orient, le terrorisme n’est né avant les interventions militaires massives des puissances occidentales. Dans toutes, il en est directement le produit.

D’ailleurs, n’est-ce pas justement parmi ces fameux « dégâts collatéraux » de la guerre occidentale en Irak qu’on peut classer la fabrication des bandes armées terroristes appelées Daesh et de leur occupation d’un territoire grand comme l’Angleterre qui s’étend maintenant à la Syrie et à la Libye ?

Qui a permis un tel succès des bandes terroristes, sinon les grandes interventions armées notamment de la France et des USA, sinon la destruction méthodique des Etats, des armées, des institutions, des infrastructures économiques, sociales et politiques de l’Irak, de la Libye et de la Syrie, destruction minutieusement programmée par les puissances occidentales sous le prétexte d’y établir la démocratie ?

Alors pourquoi cette terreur ? Qui a besoin de semer la haine entre les peuples, entre les religions, entre les nations ? Quelles circonstances amènent cette montée des violences ?

La réponse est à chercher non dans les croyances des peuples mais dans les intérêts économiques, sociaux et politiques des classes dirigeantes. On ne parvient pas à dominer tout un territoire sans leur soutien. On ne fonde pas une armée terroriste sans que cela serve des classes dirigeantes. Toutes les expériences que nous connaisons dans l’Histoire de terrorisme à grande échelle nous apprennent que, derrière les chefs terroristes et leurs discours mensongers, il y avait toujours des classes dirigeantes qui décidaient que leur pouvoir était menacé par une déstabilisation économique, puis sociale et politique et qu’il fallait y répondre par un bain de sang.

Cette fois encore, derrière cette terreur il y a des intérêts des classes dirigeantes, celles du Moyen Orient menacées par la vague des révolutions qui découlent de la crise mondiale mais aussi celles des grandes puissances qui n’en sont pas moins menacées quand l’effondrement économique va révéler la fin de l’ancien monde.

Les peuples des puissances occidentales sont restés dans l’ignorance de la situation du Moyen Orient, dans l’incompréhension que leur sort aussi se jouait là. Une ignorance cultivée par les gouvernants occidentaux. Tout au plus, en France, on savait que le choix américain de la guerre à outrance en Irak, soit-disant pour abattre Saddam Hussein, y était discutable et critiquable, vu que les classes dirigeantes françaises avaient, au contraire des USA, fait le pari de la pérennité du régime de Saddam et développé à fond leurs affaires avec lui.

Le dernier numéro du « Canard Enchaîné » peut titrer : « A Georges W. Bush, le djihad reconnaissant » en écrivant : « Le 19 octobre 2004, lors d’un débat télévisé, Georges W. Bush affirmait qu’attaquer l’Irak trouvait sa justification dans la tactique dite « de la guerre préventive » : attaquer l’ennemi avant qu’il ne vous attaque. Face à lui, son adversaire démocrate John Kerry disait : « Quel ennemi ? Attaquer l’Irak après le 11 septembre revient à attaquer le Mexique après Pearl Harbor. » L’ancien chef d’Etat anglais Tony Blair a récemment avoué que le mythe des « armes de destruction massive » de Saddam Hussein était tout aussi mensonger que la responsabilité de Saddam dans le 11 septembre et s’est excusé d’avoir ainsi contribué à fonder le terrorisme islamique !

Mais les chefs de l’impérialisme mondial n’agissent pas par bêtise ou par erreur. S’ils ont fondé Al Qaïda, s’ils ont financé et armé Al Nosra, tous deux sources futures de Daesh = EI = ISIS, ce n’est pas en aveugles, c’est consciemment. Ils avaient des raisons profondes d’estimer que le monde capitaliste avait besoin d’un ennemi dangereux pour polariser la planète contre lui, et détourner ainsi des problèmes aigües que vont entraîner les effondrements liés à l’impasse du capitalisme depuis 2007.

Daesh s’est construit en Irak, sur la base des destructions de toutes les infrastructures étatiques, politiques, morales, économiques dues aux bombardements massifs des américains pendant deux guerres qui ont suivi la guerre Iran-Irak durant laquelle ce sont les puissances occidentales qui poussaient l’Irak de Saddam contre l’Iran, qui l’armaient et le finançaient. C’est ainsi que, pendant des années, les impérialismes occidentaux ont produit des dizaines de milliers de tueurs qu’ils s’indignent aujourd’hui d’y trouver et qu’ils prétendent être le produit du vieux texte religieux et réactionnaire du Coran !

Ceux qui veulent semer la peur et la haine ont peur de nous, de notre liberté, nous disent les dirigeants politiques français. Mais, alors que nous sommes enfoncés plus que jamais dans la crise majeure du système capitaliste mondial, alors que le Japon annonce qu’il s’effondre malgré des investissements étatiques les plus massifs de l’Histoire, suivant en cela la Chine, l’Inde, la Russie, l’Europe de l’Est, l’Europe du sud, la Turquie, le Brésil et l’Argentine, ceux qui craignent les libertés des peuples ce sont les classes dirigeantes. Ce sont elles qui ont commencé à être menacées par la révolte des peuples de l’Egypte à la Tunisie, du Brésil à la Croatie, de la Bosnie à la Chine, ce sont les classes dirigeantes qui ont peur du peuple travailleur du monde. Ce sont elles qui ont intérêt à établir partout des dictatures et des fascismes, à soulever les peuples les uns contre les autres, à semer la discorde, la haine, la peur pour que les bains de sang effacent les poussées révolutionnaires.

Remarquons qu’au même moment que l’économie chinoise s’effondre, le gouvernement chinois lance une campagne antiterroriste contre le Xinjiang et les Ouïghours.

Remarquons qu’en même temps que l’économie japonaise s’écroule, le gouvernement japonais lance une campagne contre les intérêts chinois.

Remarquons qu’en même temps que l’économie russe s’écroule, le gouvernement russe lance une campagne contre le terrorisme caucasien.

Remarquons qu’en même temps que la population syrienne avait commencé à se mobiliser pacifiquement et en masse contre le régime d’Assad, les classes dirigeantes de Syrie et des pays occidentaux ont fait le choix de transformer cette révolution, du même type que celles d’Egypte et de Tunisie, en affrontement armé en soutenant des groupes islamistes sous le doux nom de « résistance syrienne » !

Les classes dirigeantes et les responsables des Etats capitalistes savent deux choses que les travailleurs et les peuples ne savent pas :

1°) que l’époque de fonctionnement du système qui développait l’économie, fût-ce au travers des crises, est bel et bien finie et que la stabilité sociale et politique qu’elle permettait est derrière nous.

2°) que les travailleurs du monde sont capables de mettre à bas l’ancienne société d’exploitation arrivée en bout de course et de renverser les classes exploiteuses.

Les travailleurs et les peuples ne croient pour l’instant ni à la fin du capitalisme ni à leurs propres capacités de bâtir une société nouvelle débarrassée de la propriété privée des capitaux.

C’est pour cela qu’ils ne savent pas que les classes dirigeantes les craignent au point de les jeter dans des horreurs guerrières et fascistes.

Le fait qu’ils ne connaissent pas leurs capacités révolutionnaires n’est pas suffisant à rassurer les classes dirigeantes. Les travailleurs de la Commune de Paris ne les connaissaient pas non plus, eux qui croyaient revendiquer seulement des droits municipaux, eux qui ne voulaient pas faire la guerre aux soldats Versaillais. Les travailleurs de la révolution d’Octobre 1917 en Russie ne les connaissaient pas non, eux qui ne pensaient pas prendre le pouvoir mais seulement obtenir la démocratie et revendiquer le pain, la paix, les droits des nationalités et la terre. Jamais les travailleurs n’ont commencé par la prise de conscience de leur rôle révolutionnaire historique : il n’est venu qu’après la révolution. Rien d’étonnant que les travailleurs ignorent pourquoi les classes dirigeantes les livrent aux bourreaux : ils ne savent pas à quel point ils sont dangereux. Ils se contentent encore de répéter : pourquoi ils nous licencient alors que nous sommes rentables, pour quoi ils nous tuent alors que nous ne faisions rien de dangereux contre ces classes dirigeantes, pour ces bandes armées nous massacrent puisque nous ne leur avions rien fait !

Oui, la crise du terrorisme et la crise des migrants sont directement liés à la crise de la vague des révolutions, à la crise économique mondiale et aux risques révolutionnaires qui pèsent sur les classes dirigeantes. Nous, travailleurs, n’avons pas conscience de menacer ces classes dirigeantes au moment où nous avons le sentiment d’être impuissants face au chômage comme aux violences qui montent. Mais les classes dirigeantes savent qu’elles doivent nous frapper d’abord : elles expliquent que l’ennemi, il faut le frapper préventivement !

L’utilisation des bandes armées se fondant sur l’intégrisme religieux est un vieux classique des classes dirigeantes : l’actuel dirigeant de l’Inde est un fasciste bouddhiste qui a fait toute sa carrière avec cette méthode meurtrière et il est reconnu comme parfaitement respectable par toute la communauté internationale ! Le régime pakistanais pro-occidental de Zia ul Haq avait méthodiquement employé le même moyen pour casser la radicalisation sociale dans son pays. Les généraux algériens, suite au début de révolution de 1988, en avaient fait autant. Mais la religion n’est pas forcément nécessaire comme l’avait montré François Mitterrand en se fondant au Rwanda sur des bandes armées fascistes qui s’appuyaient seulement sur l’ethnisme pour casser les débuts d’une révolution en 1989-1991.

Oui, les classes dirigeantes du monde occidental comme du monde oriental ont peur du peuple travailleur du monde !

Oui, ils sont prêts à utiliser la terreur de masse pour détourner le risque qui leur paraît le plus menaçant : celui de la révolution sociale !

Oui, le seul moyen d’empêcher les horreurs de la guerre civile, de la guerre, du terrorisme et du fascisme, c’est d’enlever le pouvoir à la classe capitaliste en mettant à la tête de la révolution sociale la seule classe de la société capable de gouverner contre les possesseurs de capitaux : la classe ouvrière.

La terreur est employée par la classe capitaliste et ses serviteurs étatiques contre la révolution sociale parce que la révolution sociale peut menacer l’ordre capitaliste dont la terreur est une des armes.

On ne peut pas éviter que le monde capitaliste bascule dans la violence car cela provient de l’impasse de son système, les capitalistes privés se détournant massivement des investissements productifs, mais on peut éviter que le capitalisme nous assassine : en le renversant.

C’est le capitalisme qui sème la terreur. C’est le capitalisme qui n’a plus d’avenir. Comme autrefois l’empire romain, le capitalisme accuse ses franges de barbarie mais c’est parce qu’il a atteint ses limites qu’il finit dans des bains de sang.

C’est contre la perspective de la révolution sociale que tous les assassins attaquent les peuples et ce n’est pas le moment de baisser le drapeau de la révolution sociale !

20 Messages de forum

  • Les questions sur l’anti-terrorisme et les services de renseignements français se multiplient depuis les assassinats de Charlie, de l’hyper casher et du 13 novembre…

    Tout le monde dit que le Bataclan était ciblé de longue date par les islamistes alors pourquoi ne pas l’avoir protégé ?

    Les services de renseignements savaient que des salles de spectacle allaient être frappées et elles n’ont pas transmis l’information au public ? Pourquoi n’y a-t-il pas eu de protection particulière des salles les plus ciblées ?

    Les terroristes étaient fichés en Belgique et les services français affirment ne pas avoir reçu l’information mais on apprend par ailleurs que Français et Belges ont mis en commun leurs fichiers. Qui ment ?

    Les services de renseignement syriens auraient proposé la liste des terroristes agissant en Syrie en échange d’aide équivalente inverse de l’Etat français. Valls a refusé. Il a par contre accepté cet échange avec les services spéciaux marocains. Qu’a donné Valls au roi du Maroc sur les opposants marocains en France pour que les services spéciaux des deux pays soient aussi copains comme cochons depuis que le responsable de la torture au Maroc a été décoré de la légion d’honneur par Valls ?

    Comment l’un des terroristes les plus recherchés du monde, Abbaoud, a-t-il pu gagner la région parisienne sans jamais être inquiété ?

    Pourquoi les deux tueurs de Charlie Hebdo, Chérif Kouachi et son frère Saïd, ont cessé d’être mis sur écoute fin 2013 et en juin 2014.

    Pourquoi les forces d’intervention on tellement attendu avant d’intervenir au Bataclan, laissant le temps aux tueurs d’assassiner un par un autant de victimes ?

    Et c’est sans parler des multiples interrogations de l’affaire Merah !!!

    Tout cela ne résulte pas d’incompétences des services spéciaux mais de choix politiques…

    Répondre à ce message

  • « La première victime de la guerre est la vérité. »

    Rudyard Kipling

    Répondre à ce message

  • Les bombardements français tuent des enfants !

    Lire ici

    Lire aussi ici

    Ici les victimes civiles des bombardements américains

    Les victimes civiles des raids de la coalition occidentale

    Quand la France bombardait la Côte d’Ivoire

    Sur une autre époque où il était interdit de parler des victimes civiles des bombardements des puissances occidentales : lire ici

    Répondre à ce message

  • Les 71 personnes délogées lors de l’intervention à Saint-Denis dans la nuit de mardi à mercredi derniers dorment toujours dans un gymnase, faute de pouvoir rejoindre leur appartement.

    Répondre à ce message

  • La population française a été soulée par les émissions permanentes sur les attentats, émissions qui n’expliquaient rien, et elle ne veut plus en entendre parler. Technique très efficace pour empêcher que les gens ne réfléchissent !

    Répondre à ce message

  • La France de Hollande et Valls ne se contente pas de bombarder Syrie et Irak qui avaient déjà eu leur dose de bombardements : elle pousse toutes les puissances impérialistes à en faire de même !

    Répondre à ce message

  • La guerre inter-impérialiste, entre les blocs a commencé en Syrie !

    La Turquie a abattu un avion militaire russe près de sa frontière syrienne...

    Répondre à ce message

  • Pourquoi les guerres des pays occidentaux loin de leur pays se multiplient-elles, que ce soit dans le but proclamé de renverser des dictateurs ou de combattre le terrorisme ?

    Et pourquoi sont-elle proportionnelles aux aggravations de la crise économique et des réactions sociales qui en découlent ?

    Pourquoi remarque-t-on que chacune de ces guerres ds grandes puissances, même menée par tous les grands pays riches occidentaux, même avec un luxe de moyens guerriers, loin d’en finir avec le terrorisme lui donne une assise et l’ancre durablement dans le paysage et sert même à justifier le terrorisme mené en direction des pays riches occidentaux ?

    Pourquoi ces pays riches occidentaux proclament-ils désormais qu’ils sont en guerre, de manière globale, intérieure comme extérieure, pourquoi ont-ils recommencé à légitimer la posture guerrière, allant jusqu’à glorifier la première guerre mondiale comme si on était en 1918 ?

    Y a-t-il un lien entre la recrudescence des guerres, des guerres civiles et des attentats terroristes et la crise économique mondiale ainsi que la vague des révolutions sociales et politiques qui en découle au Maghreb, dans le monde arabe et en Afrique ?

    Comment se fait-il que, plus les hommes politiques parlent d’unité nationale, plus celle-ci est fracturée volontairement par des oppositions entre communautés, entre religions, entre partie des milieux populaires, dont les oppositions sont attisées volontairement et consciemment ?

    Quel lien entre la fracture inter-communautaire que l’on essaie de dresser et le fait que la crise économique du capitalisme mondial entraîne une fracture sociale potentiellement porteuse de révolutions et de mouvements sociaux plus profonds et radicaux ?

    Se peut-il que les forces spéciales ou les services secrets des Etats occidentaux, ou encore leurs armées, tentent de pénétrer et de récupérer des éléments du milieu terroriste pour y avoir leurs antennes, leurs intermédiaires, leurs observateurs et délateurs, ou pour s’allier momentanément à eux contre tel ou tel chef d’Etat, et se peut-il que, parfois, ces services spéciaux soient eux-même dupés par leurs agents doubles et doublés à leur tour au point d’être incapables d’empêcher de nuire les terroristes qu’ils croyaient avoir embauché, une fois que ceux-ci décident de tomber le masque ?

    Une nation occidentale dite démocratique peut-elle utiliser des groupes terroristes de la même manière qu’elle peut utiliser des dictatures locales à son service ?

    Une nation riche occidentale peut-elle employer elle-même des méthodes terroristes (bombes contre des civils, des écoles, des hôpitaux, méthodes de dictature, de terreur, de tortionnaires, de tortures, etc…) dans les guerres qu’elles mènent prétendument contre des dictatures et contre des terroristes ?

    Où passe la frontière entre un attentat terroriste d’un groupe de milices paramilitaires, un attentat terroriste mené par un Etat comme Israël, la Syrie ou l’Irak et un attentat organisé par un grand pays riche occidental, par exemple la France au Rwanda ?

    Comment est-il possible qu’un réseau terroriste repéré depuis longtemps (repéré depuis plus de dix ans par les autorités françaises, anglaises et américaines) ne soit plus du tout surveillé, au point que ses membres puissent voyager, au Yémen ou ailleurs dans des zones de combats, sans être remarqués, puissent s’acheter des gilets pare-balles et des armes de guerre sans susciter d’inquiétude particulière ?

    Répondre à ce message

  • Intéressant de suivre ces grèves en Belgique malgré l’état d’urgence et la tentative d’imposer l’unité nationale !!!!

    A suivre et voir leur développement

    Répondre à ce message

  • amis et camarades,

    Un nouveau Tallerand qui indique sa vision de l’impérialisme US et des petits impérialistes sur "Le Grand Moyen-Orient" de G. Bush.. Instructif !

    Lire ici

    Répondre à ce message

  • Sous le coup de l’émotion et après l’annonce de mesures sécuritaires, François Hollande bondit de 17 points dans le baromètre Ipsos/Le Point. Le chef de l’État revient à 41 % de «  bonnes opinions  », un score qu’il n’avait plus réalisé depuis octobre 2012.

    Les mauvaises langues diront : cherchez à qui profite...

    Répondre à ce message

  • Je ne vois pas le rapport du terrorisme avec la contre-révolution et avec la révolution sociale.

    Répondre à ce message

    • Et tu n’es pas le seul à ne pas voir le rapport ! Et c’est bien le problème car la guerre civile, le terrorisme n’en étant qu’un moyen, provient de la lutte des classes exacerbée.

      Bien sûr, tout est fait pour faire croire que les guerres, les dictatures, les interventions des grandes puissances n’auraient rien à voir avec la révolution.

      Mais la réalité, c’est que la vague de terrorisme et d’islamisme radical vient en réponse à la vague des révolutions du Maghreb et du monde arabe, comme la vague islamiste radicale d’Algérie avait répondu à la vague révolutionnaire sociale de 1988.

      Le rapport, c’est qu’il y a eu des révolutions en Irak, en Libye et en Syrie. Et le radicalisme islamiste répond par la contre-révolution, en mobilisant des masses mais contre le prolétariat et le communisme.

      Le rapport, c’est aussi que les bourgeoisies occidentales redoutent le moment où leur base va céder, suite à la crise économique et sociale. Favoriser la poussée vers la guerre est un moyen d’éviter la révolution sociale.

      On voit déjà comment l’exploitation du Bataclan permet d’interdire grèves et manifestations.

      Répondre à ce message

  • Les grandes puissances prétendent qu’elles interviennent contre la dictature d’Assad mais cette dictature datait de longues années et jamais elles ne s’étaient avisées de la renverser avant que la vague des révolutions arabes touche la Syrie. Elles ont alors seulement estimé qu’il fallait qu’elles aident la « résistance armée » mais cette résistance n’avait rien à voir avec la vague de révolution démocratique sociale et politique. C’étaient des bandes armées de la contre-révolution qu’ont financé et armé les puissances occidentales. Assad est resté en place mais la révolution a été laminée. Si bien que personne ne se souvient plus des débuts révolutionnaires de la lutte contre la dictature en Syrie et pense qu’il n’y a eu que des guerres.

    Ce processus n’est pas nouveau ni particulier. C’est la réponse classique de la bourgeoisie à toute montée révolutionnaire de la transformer en bain de sang armé. On l’a vu déjà dans la Commune de Paris en 1871. On l’a vu dans les guerres mondiales. On l’a vu dans les fascismes. Qui se souvient que les années 1990 de l’Algérie ont découlé des débuts révolutionnaires de 1988 ? Qui se souvient que la guerre civile yougoslave a découlé de la vague de révolution ouvrière de 1987-1988 ? Qui se souvient des révolutions kurdes et chiites, révolutions sociales et pas luttes de bandes armées, contre Saddam Hussein ?

    La révolution russe et européenne avait déjà suscité comme réponse les guerres, les guerres civiles et les fascismes de la part des « démocraties » occidentales. Les bains de sang effacent les potentialités révolutionnaires comme elles l’ont fait dans deux guerres mondiales qui n’avaient nullement pour but de défendre des nations mais d’écraser des révolutions montantes de manière préventive. Après le bain de sang, on ne s’est plus souvenu que la révolution montait… avant !

    Répondre à ce message

  • Toujours aucun geste de l’Etat français pour les victimes de Saint-Denis !!!

    c’est là qu’on voit que ce n’est pas la population qui préoccupe ces gouvernement !

    71 personnes dont 26 enfants vivent dans un gymnase depuis que leur immeuble a été criblé de balles, le 18 novembre...

    Répondre à ce message

  • « J’ai marché sur des douilles. J’ai marché sur des tas de balles, quand j’ai pu sortir de chez moi avec mes enfants. On était vivants, alors qu’on s’était vu mourir cent fois, pendant les sept heures qu’aura duré l’assaut. On a subi des actes de guerre, mais l’Etat nous a abandonnés. » Widad, 30 ans, s’apprête à aller chercher ses trois petits, âgés de 15 mois, 3 et 6 ans, pour rentrer au gymnase, leur nouvelle « maison ». Malgré une réunion en préfecture devant décider du sort de sa famille et de celui des 28 autres foyers sinistrés par l’opération de police de mercredi 18 novembre, ce lundi soir, cette ancienne habitante du 48, rue de la République à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) ne sait toujours pas de quoi « demain sera fait ».

    Répondre à ce message

  • Il est utile de noter que, malgré ces attentats censés être stupéfiants et tout changer et malgré qu’ils aient conduit certaines des plus anciennes « démocraties » du monde à l’abandon de principes qu’elles prétendaient maintenir depuis deux siècles, les marchés mondiaux eux, ne semblent pas s’en faire. Dans les 10 jours écoulés depuis ces attaques, les cours boursiers ont été à la hausse dans presque tous les pays. Le CAC français est monté de 1,69 pour cent, le Nasdaq américain de 3,5 pour cent et le DAX allemand de 3,59 pour cent.

    Cela tranche avec la réaction violente des Etats qui en profitent pour jeter à la poubelle toute démocratie tout en prétendant agir pour la défendre.

    Répondre à ce message

  • Une question lancinante reste posée et sans réponse !!!

    Bataclan : pourquoi avoir attendu deux heures et demi pour donner l’assaut, laissant aux trois terroristes tout le temps de tuer un par un les spectateurs du rock alors que les forces d’assaut de la police se tenaient en attente à l’extérieur ?

    Répondre à ce message

  • La république française, comme le révèle le président François Hollande dans un entretien avec le journaliste Xavier Panon, a en effet fourni des armes aux « rebelles » syriens dés 2012. Par l’intermédiaire de la DGSE, ce sont des canons de 20 mm, mitrailleuses, lance-roquettes, missiles anti-chars qui auraient été livrés aux rebelles dits « modérés », en violation de l’embargo mis en place l’été 2011 par l’Union Européenne.

    Un conseiller de l’Elysée admet également auprès de Xavier Panon :

    « Oui, nous fournissons ce dont ils ont besoin, mais dans la limite de nos moyens et en fonction de notre évaluation de la situation. Dans la clandestinité, vous ne pouvez agir qu’à petite échelle. À moyens limités, objectifs limités. »

    La France aurait également envoyé des forces spéciales sur le terrain destinées à la formation et au soutien opérationnel des combattants.

    En mars 2012, treize officiers français ont ainsi été capturés par l’armée syrienne lors de la reprise du califat islamique instauré dans le quartier de Baba Amr à Homs par la brigade Al-Farsouq et Al-Waleed. Cette dernière a ensuite rejoint les rangs de l’Etat Islamique.

    Le président Hollande, cité par le journal Le Monde a encore confié en août 2014 :

    « Nous ne devons pas relâcher le soutien que nous avions accordé à ces rebelles qui sont les seuls à participer à l’esprit démocratique. »

    Alors que le président Syrien Bachar-al-Assad a déclaré à plusieurs reprises qu’il n’y avait pas de rebelles « modérés » sur le terrain, on peut s’interroger sur la véritable nature des groupes rebelles soutenus et armés par l’état français depuis 2012. Le ministre des affaires étrangères Laurent Fabius a déclaré à ce propos en 2012 que le Front Al-nosra, la branche syrienne d’Al-Qaïda, « faisait du bon boulot »… Une plainte de victimes syriennes des groupes rebelles a d’ailleurs été déposé à l’encontre du ministre français à ce sujet auprès du tribunal administratif de Paris pour « les fautes personnelles commises par le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius, dans ses fonctions. »

    Dans un rapport de 2012 l’agence de renseignement militaire américaine (DIA) avançait déjà que le soutien aux rebelles dits « modérés » profitait en réalité essentiellement à l’Etat Islamique. Selon le directeur de l’agence, le général Flynn le soutien indirect des USA et de la coalition occidentale à l’Etat Islamique « était une décision intentionnelle ». Dans un précédent article sur le rôle trouble de la coalition occidentale en Irak et en Syrie, j’avais également pointé différents éléments factuels qui montraient le soutien et la collaboration opérationnelle de la Turquie, des états-unis et d’Israël avec différents groupes djihadistes.

    Ces différents éléments montrent assez clairement que la coalition occidentale, dont fait partie la France, a mené une politique de soutien à divers groupes djihadistes en Syrie dans l’objectif de renverser le président Bachar-al-Assad, sous couvert de la fiction de l’aide apportée à des groupes fictifs de rebelles « modérés ».

    Répondre à ce message

  • Les pilotes américains et alliés de la coalition opérant en Syrie et en Irak ont reçu l’ordre de ne jamais frapper les terroristes du groupe Front al-Nosra, la filiale syrienne d’Al-Qaïda, révèle le Canard enchaîné du 6 octobre.

    « La Turquie (membre de l’Otan), l’Arabie saoudite et le Qatar (alliés et clients des Etats-Unis et de la France) arment et financent cette Armée de la Conquête », une force « dirigée par le Front Al-Nosra (branche syrienne d’Al-Qaïda) », écrit le Canard.
    « Les pilotes américains et alliés ont, voilà plus d’un an, reçu l’ordre de ne jamais balancer le moindre missile sur ces héritiers de Ben Laden. Une interdiction encore valable aujourd’hui », poursuit le journal célèbre pour ses révélations.
    Et le Canard de poursuivre en énumérant, parmi d’autres « vérités premières » : « c’est l’armée de Bachar, avec le soutien militaire de la Russie, de l’Iran et du Hezbollah, qui a empêché Daech de planter ses drapeaux noirs sur Damas ».

    Répondre à ce message

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0