English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > La situation catastrophique des hôpitaux aux Antilles

La situation catastrophique des hôpitaux aux Antilles

vendredi 2 février 2018, par Robert Paris

La situation catastrophique des hôpitaux aux Antilles

Si la situation de l’hôpital public s’aggrave en métropole, elle est déjà en pleine catastrophe aux Antilles.

C’est au point que ceux qui en ont les moyens envoient les malades directement d’une île à une autre et même… en métropole pour se faire soigner !!! Les incidents et les accidents qui se multiplient ne font que souligner que le fond même de l’état du système hospitalier antillais est radicalement démoli…

Ainsi, c’est la vétusté qui a amené un incendie à détruire un local technique au CHU de Point-à-Pitre, contraignant de déplacer les patients vers des hôpitaux et des cliniques incapables d’absorber ce surcroît de malades, y compris en envoyant ceux qui le pouvaient, en affrétant des avions, vers la Martinique où, là aussi, les moyens de les accueillir n’étaient pas suffisants.

C’est au point que des infirmières sont contraintes, aux Antilles, de remplacer les médecins quand ceux-ci sont absents ou en vacances !!!

GUADELOUPE

Le Centre Hospitalier Universitaire de Pointe-à-Pitre-Abymes en Guadeloupe poursuit sa reconstruction, après l’incendie qui a ravagé l’établissement le 28 novembre dernier. Il a conduit à l’évacuation de plus de 500 patients et 700 membres du personnel. Un hôpital de campagne, l’ESCRIM (Elément de sécurité civile rapide d’intervention médicale), avait été érigé quelques jours plus tard afin d’accueillir les cas les plus urgents.

Le Centre Hospitalier de Basse-Terre a accueilli de son côté 90 patients, auxquels s’ajoutent une soixantaine de patients transférés de la clinique des Eaux Claires, à Baie-Mahault. Le CHU de Martinique a également pris en charge 52 patients. Du personnel a également été appelé en renfort.

Après cet incident, la vétusté de l’établissement a été mise en question. Mais pour Pierre Thépot, le directeur du CHU « ce n’est pas le sujet ».

Et, pire, l’Agence régionale de Santé (ARS) affirme que le retour à l’équilibre financier de l’établissement est lié à sa reconstruction. Les suppressions d’emplois sont donc une condition nécessaire pour obtenir les moyens financiers de cette reconstruction !!!

En mars dernier, le CHU de Point à Pitre était déjà en grève… Mais cela n’a fait qu’empirer depuis…

MARTINIQUE

Le CHU de Martinique a été placé sous administration provisoire, l’Etat faisant peser sur ce CHU la responsabilité de son trou financier et mettant en place un plan drastique de retour à l’équilibre financier avec entre autres… la suppression de 900 postes !!! C’est la condition imposée en échange d’un cadeau… de 11 millions, remboursable par la suite… Cela s’appelle du chantage puisque, sans ces 11 millions, le CHU fermait ses portes, du fait du non paiement de ses fournisseurs (300 jours de non-paiement déjà)…

La Cour des Comptes affirme à propos du CHUM : « Sur le plan médical, la haute autorité de santé (HAS) a fait été en avril 2015 d’un nombre important de réserves majeures et de réserves sur la qualité et la sécurité des soins ».

Mais « la qualité et la sécurité des soins » ne risquent pas de s’améliorer en supprimant 900 postes !!

En février de l’an dernier le personnel du CHUM s’était rassemblé pour protester. En avril de l’an dernier, le personnel hospitalier du nouveau plateau technique du CHU de Martinique était en lutte pour dénoncer sous effectifs, burn out, absence de communication avec la direction…

Et cela ne fait que s’aggraver : pénurie de personnel, pénurie de matériel, pénurie de brancards, c’est le quotidien de La Meynard en Martinique !!!

Quant au personnel, le quotidien, c’est sous-effectif, surcharge de travail, burn out, stress, personnels qui craquent… Les uns après les autres, les services se révoltent (réanimation, chirurgie rachidienne, cardiologie, neurologie...)

La grève à Fort de France

Suppression de postes, manque de matériels, déficit, les CHU d’Outre-mer en souffrance

Situation inquiétante pour les personnels du CHU de Guadeloupe

Déjà en 2006…

Lire encore

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0