Français German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Home page > 08- Livre Huit : ACTUALITE DE LA LUTTE DES CLASSES > Face aux réactions violentes contre la police raciste de Minneapolis, Trump (...)

Face aux réactions violentes contre la police raciste de Minneapolis, Trump lance une guerre civile - Protests and demonstrations have erupted throughout the US in an explosive reaction to the police murder of George Floyd in Minneapolis, Minnesota

Friday 29 May 2020, by Robert Paris

Des policiers tuent sciemment George Floyd Trump appelle à tirer sur les manifestants qui protestent contre l’assassinat d’un noir par un policier de Minneapolis. L’armée et la garde nationale interviennent violemment pour sauver la police raciste de Minneapolis

Lire ici sur la police raciste des USA

La version en français suit le texte in english

Trump threatens to mobilize the military to shoot protesters

Mass anger erupts throughout the US in protests against police murder of George Floyd

By Anthony Bertolt - WSWS

Protests and demonstrations have erupted throughout the US in an explosive reaction to the police murder of George Floyd in Minneapolis, Minnesota.

In Minneapolis, thousands gathered on the same block where Floyd was killed and marched to the Minneapolis Third Police Precinct building. Multiple fires were burning Thursday, including at the Third Police Precinct, which remains on fire at the time of writing. The Minnesota National Guard announced late last night that 500 soldiers had been activated and were preparing to deploy.

Also late Thursday night, US President Donald Trump threatened to deploy the military against the demonstrators and shoot protesters. “I can’t stand back & watch this happen to a great American city, Minneapolis,” Trump tweeted. “Either the very weak Radical Left Mayor, Jacob Frey, get his act together and bring the City under control, or I will send in the National Guard & get the job done right.”

Trump called the protesters “THUGS” and said that he “just spoke to [Minnesota] Governor Tim Walz and told him that the Military is with him all the way. Any difficulty and we will assume control but, when the looting starts, the shooting starts.”

Demonstrations were also held in New York City, where 33 protestors were arrested after a scrum with police. Hundreds of people also participated in demonstrations in Columbus, Ohio; Albuquerque, New Mexico; Pensacola, Florida; Louisville, Kentucky; and Los Angeles, California. In Columbus, protesters attempted to break into the Ohio statehouse.

Several hundred gathered in downtown Louisville and marched through the streets to demand the arrest of the cops who killed Breonna Taylor in March. In Denver, Colorado, a protestor was hit by a car that forced its way through the crowd.

Floyd was murdered Monday after being seized by four Minneapolis cops who were responding to an alleged “forgery in progress.” As of Thursday, none of the cops involved in the murder had been arrested or charged.

Floyd repeatedly cried out for help, screaming “I can’t breathe” and “I’m gonna die,” as Derek Chauvin kneeled on his neck and Tou Thao helped keep the crowd from interfering.

At a Thursday afternoon press conference, Democratic Mayor Jacob Frey attempted to placate protesters and pleaded with them to “be better than we have been.” Minneapolis Police Chief Medaria Arrodondo joined in the plea to restore order in the city. “I know that there is currently a deficit of hope in our city… But I will not allow anyone to continue to increase that deficit by re-traumatizing those folks in our community,” he said.

Popular anger was further stoked Thursday by the comments of the prosecutor who has jurisdiction over the case, Hennepin County Attorney Mike Freeman. He told reporters that there is “other evidence that does not support a criminal charge… I will not rush to justice.”

Freeman is responsible for the decision to not bring charges against the officer who killed Jamar Clark in 2016, sparking days of protest, as well as the more than half-a-year delay in deciding to charge and arrest the officer who shot and killed Justine Damond in 2017.

The eruption of anger is not only over the killing of George Floyd. This is only the latest in an unending string of killing and brutalization. Every year, the police in the US kill 1,000 people in cities and states throughout the country, whether run by Democrats or Republicans.

To the outrage over police violence is added the explosive situation created by the response of the ruling class to the coronavirus pandemic. Trillions have been handed out to the rich, while tens of millions of workers are out of work and will not have a job to return to.

The Trump administration is seeking to utilize mass social distress to force a return to work that will lead to a sharp spike in COVID-19 cases and deaths. Already, more than 100,000 people have died from the coronavirus.

From the representatives of the ruling elite, there have been the usual hypocritical statements that follow every horrific police killing. Democratic presidential candidate Joe Biden, who was vice president under Barack Obama, declared that the killing of Floyd is “part of an ingrained systemic cycle of injustice that still exists in this country.” The Obama Justice Department repeatedly whitewashed police killings, refusing to bring federal charges against killer cops.

This is combined with the efforts of Democratic Party figures like Al Sharpton and Jesse Jackson to frame police violence as a product of racial conflict, as they did in speeches at the Minneapolis protest on Thursday.

There is no doubt that racism was involved the killing of Floyd and other incidents of horrific police violence. The most backward and fascistic layers are deliberately recruited into the police. The Trump administration in particular has encouraged unrestrained police violence with impunity.

However, the police are fundamentally an instrument of class rule. As social tensions reach a breaking point in the United States, the ruling class is turning ever more directly to the mobilization of its apparatus of repression.

Trump menace de mobiliser l’armée pour tirer sur les manifestants

Une colère de masse éclate aux États-Unis lors des manifestations contre le meurtre de George Floyd par la police

Par Anthony Bertolt - WSWS

Des protestations et des manifestations ont éclaté aux États-Unis dans une réaction explosive au meurtre de George Floyd par la police à Minneapolis, Minnesota.

À Minneapolis, des milliers de personnes se sont rassemblées dans le même bloc où Floyd a été tué et ont marché vers le troisième bâtiment de la Cité de police de Minneapolis. Plusieurs incendies brûlaient jeudi, notamment dans le troisième poste de police, qui est toujours en feu au moment de la rédaction du présent rapport. La garde nationale du Minnesota a annoncé tard hier soir que 500 soldats avaient été activés et se préparaient à se déployer.

Jeudi soir également, le président américain Donald Trump a menacé de déployer l’armée contre les manifestants et de tirer sur les manifestants. «Je ne peux pas prendre du recul et regarder cela arriver dans une grande ville américaine, Minneapolis», a tweeté Trump. "Soit le très faible maire de la gauche radicale, Jacob Frey, se ressaisit et contrôle la ville, soit j’envoie la garde nationale et je fais le travail correctement."

Trump a appelé les manifestants «PENSEZ» et a déclaré qu’il «venait de parler au gouverneur [du Minnesota] Tim Walz et lui a dit que l’armée était avec lui tout le temps. Toute difficulté et nous prendrons le contrôle mais, lorsque le pillage commencera, le tournage commencera. »

Des manifestations ont également eu lieu à New York, où 33 manifestants ont été arrêtés après une mêlée avec la police. Des centaines de personnes ont également participé à des manifestations à Columbus, Ohio; Albuquerque, Nouveau-Mexique; Pensacola, Floride; Louisville, Kentucky; et Los Angeles, Californie. À Columbus, des manifestants ont tenté de s’introduire dans la maison d’État de l’Ohio.

Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées au centre-ville de Louisville et ont défilé dans les rues pour exiger l’arrestation des flics qui ont tué Breonna Taylor en mars. À Denver, dans le Colorado, un manifestant a été heurté par une voiture qui s’est frayé un chemin dans la foule.

Floyd a été assassiné lundi après avoir été saisi par quatre flics de Minneapolis qui répondaient à une prétendue «contrefaçon en cours». Jeudi, aucun des policiers impliqués dans le meurtre n’avait été arrêté ou inculpé.

Floyd a crié à plusieurs reprises à l’aide, criant "Je ne peux pas respirer" et "Je vais mourir", alors que Derek Chauvin s’agenouilla sur son cou et Tou Thao a aidé à empêcher la foule d’interférer.

Lors d’une conférence de presse jeudi après-midi, le maire démocrate Jacob Frey a tenté d’apaiser les manifestants et les a suppliés d’être "meilleurs que nous." Le chef de la police de Minneapolis, Medaria Arrodondo, s’est joint à l’appel pour rétablir l’ordre dans la ville. "Je sais qu’il y a actuellement un déficit d’espoir dans notre ville ... Mais je ne permettrai à personne de continuer à augmenter ce déficit en traumatisant à nouveau ces gens dans notre communauté", a-t-il déclaré.

La colère populaire a encore été attisée jeudi par les propos du procureur compétent, le procureur du comté de Hennepin, Mike Freeman. Il a déclaré aux journalistes qu’il existe "d’autres preuves qui ne soutiennent pas une accusation pénale ... Je ne me précipiterai pas en justice".

Freeman est responsable de la décision de ne pas porter d’accusations contre l’officier qui a tué Jamar Clark en 2016, déclenchant des jours de protestation, ainsi que du retard de plus d’un demi-an dans la décision d’accuser et d’arrêter l’officier qui a tiré et tué Justine Damond en 2017.

L’irruption de la colère n’est pas seulement due au meurtre de George Floyd. Ce n’est que la dernière d’une série de meurtres et de brutalisations sans fin. Chaque année, la police américaine tue 1 000 personnes dans les villes et les États du pays, qu’elles soient dirigées par des démocrates ou des républicains.

À l’indignation suscitée par la violence policière s’ajoute la situation explosive créée par la réponse de la classe dirigeante à la pandémie de coronavirus. Des milliers de milliards de dollars ont été distribués aux riches, tandis que des dizaines de millions de travailleurs sont sans emploi et n’auront pas de travail où retourner.

L’administration Trump cherche à utiliser la détresse sociale de masse pour forcer un retour au travail qui entraînera une forte augmentation des cas et des décès liés à COVID-19. Déjà, plus de 100 000 personnes sont mortes du coronavirus.

Des représentants de l’élite dirigeante, il y a eu les déclarations hypocrites habituelles qui suivent chaque meurtre horrible de la police. Le candidat démocrate à la présidentielle, Joe Biden, qui était vice-président de Barack Obama, a déclaré que le meurtre de Floyd faisait «partie d’un cycle systémique d’injustice profondément ancré qui existe toujours dans ce pays». Le ministère de la Justice d’Obama a blanchi à plusieurs reprises des homicides de policiers, refusant de porter des accusations fédérales contre des policiers tueurs.

Cela est combiné avec les efforts de personnalités du Parti démocrate comme Al Sharpton et Jesse Jackson pour qualifier la violence policière de produit d’un conflit racial, comme ils l’ont fait lors de discours lors de la manifestation de Minneapolis jeudi.

Il ne fait aucun doute que le racisme a impliqué le meurtre de Floyd et d’autres incidents d’horribles violences policières. Les couches les plus arriérées et fascistes sont délibérément recrutées dans la police. L’administration Trump en particulier a encouragé la violence policière sans restriction en toute impunité.

Cependant, la police est fondamentalement un instrument de règle de classe. Alors que les tensions sociales atteignent un point de rupture aux États-Unis, la classe dirigeante se tourne de plus en plus directement vers la mobilisation de son appareil de répression.

6 Forum messages

Reply to this article

SPIP | template | | Site Map | Follow-up of the site's activity RSS 2.0