English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS > éditorial - Pour le crime de la pandémie du covid-19, j’accuse le (...)

éditorial - Pour le crime de la pandémie du covid-19, j’accuse le capitalisme

lundi 10 mai 2021, par Karob, Robert Paris

éditorial

Pour le crime de la pandémie du covid-19, j’accuse le capitalisme

J’accuse le capitalisme de crime contre l’humanité, de génocide sciemment perpétré depuis plus d’un an et qui se poursuit avec la complicité de tout le monde capitaliste.

Un Boris Johnson, un Trump comme un Biden, un Modi ou un Bolsonaro ne sont pas moins criminels les uns que les autres, pas moins que les dirigeants chinois. C’est un crime mondial du capitalisme et son but n’est pas autre chose que de tuer le plus de monde possible, de terroriser le plus de monde possible, d’écraser l’humanité. Si le peuple travailleur du monde a du mal à le croire, c’est justement à cause de la taille de ce crime qui se poursuit sans cesse et ne s’arrêtera que si la révolte du peuple travailleur du monde l’arrête.

Une autre raison pousse la plupart des gens à penser que les gouvernants agissent mal contre la pandémie mais ne le font pas sciemment : cela leur paraît non seulement énorme mais absurde. Que pourraient-ils gagner à détruire la planète, y compris son économie ? Car la plupart des gens ont intégré un énorme mensonge qui affirme que, si l’économie mondiale s’écroule, c’est à cause de la pandémie !

La pandémie n’a pas d’origine clairement reconnue et donc on ne peut pas dire nettement si son origine est naturelle ou pas. On ne peut qu’avoir des soupçons, avoir des doutes sérieux, par exemple sur le fait que, justement à côté du point de départ de la pandémie, existe un laboratoire effectuant des essais scientifiques et militaires sur le covid. On peut se demander comment le plus gros capitaliste mondial de la santé, Bill Gates, a pu se préparer à une vaccination de masse et a investi en conséquence avant même de savoir que le covid allait se déclarer… Mais on peut dire à coup sûr que le développement sans frein de la propagation du virus, lui, n’a rien de naturel !!!

Tout d’abord, on peut dire sans erreur possible que tous les gouvernants du monde ont sciemment affirmé que le covid n’était pas dangereux, « moins qu’une grippe ». Ensuite, on peut dire que ces gouvernants n’ont lancé aucune campagne de financement de la santé publique, pour faire face à une éventuelle pandémie, par exemple en lançant la fabrication massive de masques, d’appareils respiratoires, des embauches de personnels médicaux, des constructions d’hôpitaux spéciaux. On peut dire aussi que des scientifiques les ont prévenu du danger et qu’ils ont sciemment refusé de les écouter, diffusant partout des messages dans les média soi-disant pour rassurer. On allait rapidement voir qu’ils ne cherchaient en fait nullement à rassurer et aller vite s’emparer du covid, dès qu’on en connaitrait la dangerosité et pas par eux, pour terroriser la population encore plus que nécessaire.

On peut dire aussi que c’est sciemment qu’ils n’ont pas proposé à la population des moyens de se protéger, et l’épisode des masques, qu’ils ont refusé au grand public, allant jusqu’à affirmer que ceux qui en portaient en n’étant ni malades ni personnels de santé, les avaient volés aux hôpitaux !!!

Le plus criminel de tout, les autorités mondiales ont refusé, au tout début de la pandémie, de couper les communications avec la Chine, refusé même d’examiner médicalement (y compris seulement vérifier la fièvre) pour toutes les personnes qui en venaient récemment, ont continué leur relation avec ce pays, les aéroports ne pratiquant même pas de test de température des arrivants et encore moins de quarantaine sous une forme quelconque. Par exemple, les universités ont envoyé un message à tous ceux qui revenaient de Chine leur disant de se déclarer s’ils avaient attrapé, mais ils ne leur ont pas demandé d’envoyer leurs analyses et ne leur ont nullement imposé d’en faire. Ils ont ainsi largement favorisé la diffusion du virus.

Les autorités ont reculé à chaque fois le plus possible le moment de diffuser une information exacte concernant le virus. Par exemple, au début, ils ont caché le fait qu’il y avait une grande part des personnes touchées par le virus qui ne pouvaient le savoir, étant asymptomatiques, mais qui étaient porteuses et propagatrices du virus autour d’elles.

Ils ont affirmé qu’ils suffisait que garder des distances alors que, dès le début, des études scientifiques avaient montré que covid était porté par des microparticules dans l’air et pas par les postillons des conversations. Du coup, même les personnes qui portaient des masques les enlevaient quand il n’y avait personne autour d’elles, alors que l’air pouvait être porteur de covid dans les microparticules issues des arbres, de la pollution, etc.

Mais le pire de tout dans le refus de casser la propagation a été la décision de ne pas interrompre les communications aériennes internationales qui ont été le vecteur de base de la pandémie.

En fait, aucune activité rentable n’a été rapidement interrompue par décision gouvernementale dans aucun pays. Le capitalisme a ainsi donné raison à Karl Marx qui disait que ce système est incapable de s’arrêter ne serait-ce qu’une semaine sans chuter définitivement.

Les faux confinements déclarés par les gouvernants n’ont confiné que les gens chez eux, mais pas l’activité industrielle non essentielle à la population. Ainsi, la production d’armes s’est poursuivie, la fabrication d’avions militaires ou civils aussi, la production automobile également, etc. Les transports en commun, même bondés, ont été autorisés et on a même diffusé de fausses informations selon lesquelles il n’y avait pas grand danger dans des wagons de métro fermés bondés !!! Depuis des études américaines ont démontré le contraire…

En fait, toutes les informations qui ont été données au grand public se sont révélées sciemment erronées comme d’affirmer que les femmes enceintes ne risquaient rien, ni leur bébé naissants, ni les enfants, ni les jeunes, que seuls des personnes obèses, âgées, ayant des problèmes graves comme l’asthme, risquaient quelque chose. On n’en finirait pas de citer tous les mensonges officiels, s’appuyant sur des bureaucrates de la Santé prêts à dire ce que leur demandait le gouvernement.

Gouverne - Ment est alors devenu la base même de toute politique en matière de covid.

Et le premier mensonge à grande échelle qui a été diffusé dans le monde entier consiste à dire que l’effondrement économique en cours provient du confinement causé par la pandémie.

Par exemple, on nous affirme que des trusts comme Renault ou Safran chutent à cause de la pandémie et c’est complètement faux.

Le capitalisme s’attendait à une chute économique d’ampleur historique depuis la mi-2019 et la presse de l’époque ne le cachait même pas. Aujourd’hui, tout le monde fait semblant de ne plus le savoir !!!

Parce que la cause de cet effondrement de 2019 est parfaitement connue et remonte à la chute de 2007-2008, qui n’a jamais été réellement interrompue mais seulement retardée par l’injection de sommes colossales de la part des Etats et des banques centrales. Mais, direz-vous, cet apport d’argent a peut-être résolu le problème qui se posait en 2007 ?

Eh bien, justement, non ! Certainement pas ! Tout simplement parce que le problème qui se posait en 2007, c’est qu’il y beaucoup trop de capitaux par rapport aux investissements productifs rentables. La méthode pour soigner une situation de surplus de capitaux ne peut certainement pas être de déverser sur les marchés des tonnes de capitaux. On ne sauve pas un noyé en lui faisant absorber des tonnes d’eau, on fait remarquer des commentateurs avisés !

Pourtant, depuis la chute de 2007, tous les grands Etats du monde, toutes les banques centrales du monde l’ont fait dix fois et plus ! Alors, pour quelles raisons si cela ne fait qu’aggraver le niveau de la crise, si cela ne fait que noyer des économies déjà englouties ?!!!

En fait, s’il y a trop de capitaux, ce n’est pas du point de vue du propriétaire de capitaux individuel mais de celui de l’ensemble des investissements productifs qui ne sont plus capables de proposer des placements en quantité suffisante de sorte qu’une fraction croissante des capitaux doivent chercher ailleurs leur placement rentable et d’abord dans la spéculation.

Bien sûr, l’existence de fractions du capital qui ne s’investissent pas dans la production et qui spéculent n’est pas du tout neuve, mais jamais une fraction aussi importante et sans cesse croissante des capitaux a dû se détourner de la production. Et, du coup, le capitalisme ne produit plus la quantité de plus-value tirée du travail humain qu’il doit ensuite distribuer aux investisseurs. Et c’est pour cette raison fondamentale que le grand capital est contraint de demander aux Etats et aux banques centrales de distribuer des sommes folles pour donner sa rente au capital. Le capitalisme n’est plus capable, par lui-même, de distribuer ces profits à une fraction croissante du grand capital. Et c’est aussi pour cela que le fonctionnement capitaliste, même s’il se survit à lui-même depuis 2008, est historiquement mort.

Et c’est encore pour cela qu’il doit, à tout prix, au prix de la vie de millions d’êtres humaines, s’attaquer à la population mondiale, la laisser aux mains de la pandémie, afin qu’elle soit écrasée, démoralisée, désorganisée, déboussolée et qu’ensuite le grand capital puisse imposer une dictature féroce et sanglante en espérant éviter des réponses en termes de révolution sociale organisée par les exploités eux-mêmes. Voilà où est le lien entre la pandémie et l’effondrement capitaliste et voilà pourquoi covid est absolument indispensable au capitalisme en phase nécrophile. Un enterrement cache l’autre…

Pour les prolétaires, voilà aussi pourquoi il ne faut surtout pas attendre que le capitalisme et ses gouvernants en finissent avec la pandémie pour mener leur lutte de classe, pour mettre en place leurs organisations de classe, avec des comités de salariés des entreprises et des comités de quartiers populaires. C’est là qu’est le seul avenir pour l’humanité et pas dans le faux espoir que des politiciens bourgeois nous sortent du bourbier sanglant où nous jette le système capitaliste.

Non, seulement le capitalisme doit être accusé de crime contre l’humanité mais sa culpabilité doit se payer à son prix : la perte de son pouvoir planétaire et de sa mainmise sur toutes les richesses du monde, sur ses capitaux, ses entreprises, sur ses matières premières, sur ses marchés, sur ses actions, sur TOUT !!!

28 Messages de forum

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0