English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 0 - PREFACE > Pas de trève des confiseurs pour les attaques antisociales, dites anti-covid (...)

Pas de trève des confiseurs pour les attaques antisociales, dites anti-covid !!!

dimanche 27 décembre 2020

Pas de trève des confiseurs pour les attaques antisociales, dites anti-covid !!!

La période des fêtes n’a nullement signifié une baisse des attaques antisociales, bien au contraire !!!

Pas d’augmentation du smic ni des minima sociaux, autorisation à la pelle des plans « sociaux » ou PSE, c’est-à-dire des plans de destruction des emplois, de l’élimination progressive de millions d’emplois, aides financières massives aux capitalistes sous prétexte de covid, des « aides à l’emploi » qui ne sont que des aides aux capitalistes, des « mesures anti pauvreté » qui laissent s’aggraver follement la pauvreté et la précarité, des mesures antisociales aussi pour les fonctionnaires territoriaux comme la suppression des RTT ou des congés, suppression du droit de retrait, d’autres mesures antisociales pour les personnels hospitaliers comme le refus d’embaucher et même la poursuite des suppressions d’emplois comme dans les autres services publics, comme c’est déjà le cas notamment à la SNCF, le maintien de ces personnels de services publics très exposés physiquement et moralement en période de pandémie et qui ne reçoivent aucun soutien supplémentaire pour faire face à des tâches alourdies, la durée du travail portée jusqu’à 60 heures par semaine dans certains secteurs comme « l’énergie », « les télécoms », « la logistique », « les transports » ou encore « l’agroalimentaire », l’autorisation au patronat de plusieurs secteurs comme le Bâtiment de déroger aux mesures de protection anti-covid, notamment au port du masque, les 35 heures remises en cause dans certains secteurs dits « secteurs essentiels », l’imposition par l’employeur de la prise de congés payés pendant les périodes de confinement, l’obligation d’aller travailler même si on n’a pas les moyens de se procurer des masques, des mesures antisociales de la loi d’urgence sanitaire comme l’état d’exception qui détruit toutes les libertés démocratiques, répression notamment des manifestations et rassemblements, de multiples chantages à l’emploi pour faire passer des reculs sociaux et des conditions de travail, absence de mesures réelles pour éviter que se développent les clusters covid d’entreprise, notamment pas d’interdiction des ventilations qui brassent l’air et envoient des covid partout, des mesures répressives, notamment de lourdes amendes, soi-disant pour non respect du confinement, la protection des patrons en cas de nombreux cas de covid dans l’entreprise et le refus de considérer le covid contracté dans l’entreprise comme maladie professionnelle, fermeture des universités pendant qu’on impose l’ouverture des écoles et crèches pour imposer aux travailleurs de se sacrifier au travail au péril de leur vie…

Aucune réelle mesure sanitaire n’a été prise et notamment la sécurisation des transports en commun en augmentant le service alors qu’au contraire celui-ci a été diminué, aucune mesure visant l’augmentation massive des effectifs des personnels de l’hôpital public, aucune mesure réelle de lutte contre covid en ne faisant fonctionner que les activités indispensables, aucune mesure sérieuse de remboursement des dépenses anticovid !

Les mesures des gouvernants capitalistes, quelles que soient leurs divergences dans leurs politiques pseudo-sanitaires, celles-ci ne visent qu’à défendre la santé… des capitalistes ! Pour défendre la santé publique et les intérêts des peuples, il faut un gouvernement aux mains des travailleurs organisés dans des comités révolutionnaires !

Répondre à cette brève

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0