English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 0 - PREFACE > Grève des cheminots algériens

Grève des cheminots algériens

mardi 14 juillet 2009

Hormis quelques cadres dirigeants de la SNTF qui étaient, hier, en poste, les quelque 1.000 cheminots, tous services confondus, ont observé hier une journée de protestation à l’appel de leur fédération.

Prévue initialement le 30 juin dernier, cette action a été reportée pour, croit-on savoir auprès de la fédération nationale des cheminots, lui assurer toutes les conditions de sa réussite. A la gare d’Oran tous les départs ont été annulés à l’exception de celui de 7h45 dans le sens Oran-Alger qui a été jumelé à celui de 6h40, et qui a quitté la gare avec un retard. C’est ce que nous a appris Djamal Bechikhi, membre du bureau fédéral des cheminots, qui explique qu’en raison de la fermeture des guichets, presque la moitié des voyageurs ont pris place sans billets.

Cette journée de protestation s’est traduite, dans la région Est, par une paralysie totale du réseau : de Constantine à Souk Ahras en passant par Skikda et Annaba, aucun train n’a circulé et même les trains de banlieue étaient à l’arrêt. A Constantine, selon les informations recueillies auprès des cheminots, le débrayage a débuté hier matin à zéro heure et les quelques voyageurs qui sont venus tôt le matin prendre le train à l’arrêt à la gare furent informés par le personnel de service qu’ils observaient un arrêt de travail.

Les cheminots de l’est algérien, est menée par les conducteurs de train et les mécaniciens, ajoutant que ce mouvement de protestation a surpris les usagers car aucun préavis n’a été donné.

Les autres cheminots du pays se sont joints à ce mouvement et demandent à la direction de la SNTF (Société nationale du transport ferroviaire), une amélioration de leur situation socioprofessionnelle et sécuritaire et l’augmentation des indemnités liées aux risques de travail et aux longs déplacements.

Un mouvement de débrayage national qui a paralysé l’ensemble du trafic ferroviaire.

Même si la reprise de l’activité devait avoir lieu aujourd’hui, la tension demeure palpable dans les gares, et le bras de fer qui oppose les cheminots à la direction générale de la SNTF risque de perdurer encore dans les jours à venir. En tout cas, il est fort probable que les journées de protestation se multiplient au cours de cet été. Et pour cause, la Fédération nationale des cheminots (FNC) semble déterminée à faire aboutir son combat et arracher la satisfaction de ses revendications.

Celles-ci portent essentiellement sur l’augmentation du salaire de 53%. Une exigence jugée « irréaliste » par la direction générale. « L’entreprise est gravement déficitaire. Ses dettes se chiffrent à des milliards. Dans ce contexte, une telle revendication est vraiment déplacée », estime un cadre qui n’hésite pas à parler d’une tentative de déstabilisation de la SNTF, laquelle fait des pieds et des mains pour mettre en oeuvre son plan de redressement.

trois mois après le dernier mouvement de protestation, les conducteurs et les mécaniciens de train estiment ces avancées « insuffisantes ».

A ce titre, ils ont décidé de manifester leur désaccord et de revendiquer l’amélioration de leur situation socioprofessionnelle et sécuritaire, l’augmentation des indemnités liées aux risques de travail et aux longs déplacements. Ces doléances devaient être prises en charge par le département de Amar Tou, ministre des Transports, dans un délai de deux mois.

Or, jusqu’à aujourd’hui, rien n’a été fait. Ceci dit, la première victime de ce grand cafouillage qui sème la zizanie à l’intérieur de la SNTF est le simple citoyen, usager du train. Celui-là n’a en aucun cas été informé de cette journée de protestation. Et, pourtant, dans toute entreprise qui se respecte, on affiche tout ordre de grève et on informe les usagers des désagréments qu’on s’apprête à leur causer.

1 Message

  • Grève des cheminots algériens 17 juillet 2009 22:55, par bianco

    Grève des cheminots algériens répons
    mercis de nous avoir informe.
    les cheminots on raison de faire grève car quand on voie le niveau de vie qui devient de plus on plus chère et les salaire ils on toujours stagnes et les caisse de l état ils son plaine........
    Mais les caisse ils on plaine pour la classe dirigeante pour les voleur de puis 1962.la zizanie et les parasite sons ces voleur ces assassin qui nous on fait une guerre âpre avoir que tous les opprimes ils sons pas laisser faire notamment en octobre 1988.

    Répondre à ce message

Répondre à cette brève

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0