English German Espagnol Portugese Chinese Japanese Arab Rusian Italian Norvegian Dutch Hebrew Polish Turkish Hindi
Accueil du site > 16- EDITORIAUX DE LA VOIX DES TRAVAILLEURS > Comment fabriquer des boucs émissaires pour cacher la responsabilité des (...)

Comment fabriquer des boucs émissaires pour cacher la responsabilité des classes dirigeantes ?

jeudi 20 septembre 2012, par Robert Paris

Comment fabriquer des boucs émissaires pour cacher la responsabilité des classes dirigeantes ?

On assiste à de grandes manœuvres pour désigner du doigt de faux responsables de la situation catastrophique mondiale, aux plans économique, social et politique. Les thèses les plus invraisemblables circulent pour accuser les peuples des crimes des classes dirigeantes.

Ainsi, la Cour de comptes aurait découvert le responsable des trous dans les caisses de l’Etat. Ce ne serait pas les banques qui ont comblé leurs trous sur fonds publics et se voient racheter leurs actifs pourris et leurs investissements hasardeux et spéculatifs en Grèce, en Espagne ou au Portugal, ce ne seraient pas les bourses qui n’ont grimpé que grâce à l’argent public, ce ne seraient pas les trusts qui ont été renfloués grâce aux caisses de l’Etat. Les sommes précédentes représentent pourtant des centaines de milliards d’euros. Non, ce serait seulement les quelques centaines de millions des retraites auxquelles il faudrait, paraît-il selon cette Cour, faire payer des impôts ! Ne demandez pas ce que touchent les membres de cette Cour comme ceux de la Cour constitutionnelle ou du Conseil d’Etat, qui viennent se rajouter aux gouvernants et empochent un petit pactole de revenus ! Désigner du doigt les retraités, alors qu’il est évident que le revenu des retraités s’effondre progressivement face aux hausses des prix, alors que les fortunés sont ailleurs pour l’essentiel, c’est fort de café !

Mais ce n’est pas tout ! Les boucs émissaires sont aussi ailleurs. On nous a trouvé d’autres faux responsables des trous dans les caisses de l’Etat. Ce sont les mairies, les collectivités locales, les regroupements de communes, la gestion des tâches municipales et locales ! Ben voyons ! C’est là que l’on a engouffré des centaines de milliards ? Ils n’existent pas dans les comptes des mairies et l’essentiel des maires ne touchent quasiment rien. Pendant ce temps, l’Etat et le ministère des Finances organisent eux-mêmes l’évasion fiscale en construisant des niches fiscales pour exonérer d’impôts les entreprises de main d’œuvre, ceux qui travaillent dans le « développement durable », les trusts de la recherche, de la pharmacie, les entreprises exportatrices, etc, etc…

Après les localités, les retraités, il reste les fonctionnaires, accusés d’être trop nombreux et de couter trop cher… Ceux qui croyaient que cela allait changer avec le gouvernement de gauche sont servis ! Ayrault supprime massivement les emplois des fonctionnaires partant en retraite au nom du retour à l’équilibre des finances publiques. Il ne pense pas, par contre, à ce retour à l’équilibre quand il s’agit d’annoncer un nouveau « plan Automobile » pour faire cadeau de milliards aux trusts automobile qui, en guise de remerciement, suppriment massivement des emplois, quand il s’agit de payer rubis sur l’ongle les dettes de la banque CIF qui menaçait de couler, en faisant payer l’affaire aux salariés de la banque en menaçant leurs emplois, quand il s’agit de prévoir de nouveaux cadeaux aux entreprises du Bâtiment avec la loi Duflot qui remplace, en mieux pour les riches, la loi Sellier, en faisant cadeau aux patrons la paie des nouveaux contrats jeunes qui sont des contrats précaires pour les jeunes et où le patron ne paie qu’une part minime, etc, etc…

Certes, le gouvernement se déclare économe en ponctionnant les budgets la santé, des transports, de l’enseignement, mais il ne l’est plus pour « aider l’activité économique », aider les banques et les trusts, pour faire des guerres aux quatre coins du monde…

Alors qu’il se glorifie de voter l’austérité comme les autres pays européens, le gouvernement de gauche continue à emprunter 22 millions d’euros à l’heure en payant six millions d’euros de l’heure aux prêteurs, ce qui accroît sans cesse son déficit pour le plus grand profit du capital privé ! Six millions d’intérêts pour emprunter vingt deux millions, c’est fort ! Quand on pense que les banques qui prêtent à l’Etat ont reçu cet argent des institutions centrales comme la BCE quasiment gratuitement, pour une durée quasi illimitée et presque sans intérêt !!!

On nourrit donc des institutions internationales qui nous prêtent ensuite à prix d’or quelques miettes ! De qui se moque-t-on ?

Et, quand le résultat de toutes ces politiques, de gauche comme de droite, est l’effondrement économique, social et politique, ce sont encore les peuples qui sont accusés d’avoir abusé ! On a pris comme boucs émissaires les Grecs, accusés d’avoir profité, de vivre au dessus de leurs moyens, de ne pas payer d’impôts, de cacher leurs revenus, etc… Pendant ce temps, personne ne parle des armateurs grecs qui ne paient pas d’impôts, des chefs militaires et policiers grecs qui ont reçu des pactoles, des chefs religieux orthodoxes aussi et de la grande bourgeoisie, grecque, française ou allemande, qui s’est fait des profits en or sur le dos de la Grèce ! Et encore, les sacrifices qu’on impose au peuple grec ne sont-ils là que pour dédommager les banques et trusts français investis en Grèce et non pour relancer l’économie et payer les dettes de la Grèce ! Quant à dénoncer les spéculateurs français en Grèce, à commencer par les banques françaises, il n’en est nullement question ! Pas plus avec Hollande qu’avec Sarkozy. Hollande s’entend aussi bien que Sarkozy avec Merkel pour exiger que la Grèce licencie massivement ses fonctionnaires…

Mais la politique du bouc émissaire ne s’arrête pas là. Il semble nécessaire aux classes dirigeantes de désigner du doigt les immigrés, les sans papiers, les musulmans, les chinois et on en passe…

Certes, nous sommes depuis 2007 dans une crise démarrée aux USA et on aurait pu penser que les média allaient nous affirmer que les classes dirigeantes américaines qui roulent sur l’or étaient les responsables de l’effondrement international dont le monde n’est nullement sorti depuis. Pas du tout ! Les capitalistes les plus riches du monde, américains mais aussi français, ont été à la source de la spéculation catastrophique de 2007 et de celles qui ont suivi, et c’est eux qui ont bénéficié de toutes les aides des Etats, US comme français. Quand des enquêtes les ont visés comme c’est le cas pour la banque Goldman Sachs, elles y ont aisément échappé et les poursuites ont été arrêtées sans conclusions. De même en ce qui concerne les banques françaises, anglaises ou suisses. Par contre, on nous affirme que les étrangers sont la cause de nos malheurs ! On nous affirme que nos emplois sont délocalisés alors que l’emploi chute dans le monde entier ! On nous dit que les immigrés nous prennent nos emplois alors que ce sont les patrons qui désindustrialisent et suppriment des emplois, que ce sont les patrons français de Peugeot, de Sanofi, d’Air France et autres Bouygues qui nous volent nos emplois et détruisent nos vies !

Et, dans le monde, tous les moyens sont bons pour monter les haines entre les peuples pour détourner la colère sociale de la lutte des classe contre les vrais responsables de l’effondrement : les capitalistes.

C’est dans cette rubrique qu’il faut placer la montée des violences entre Japonais et Chinois sous prétexte de contestation de la propriété de quelques îlots de mer de Chine. C’est aussi dans cette rubrique qu’il faut voir la montée des menaces d’une guerre en Iran et Israël, de la poursuite de la guerre en Syrie entre forces armées pro-US et pro-française et, de l’autre côté, l’Iran, la Russie et la Chine. C’est encore cette même méthode consistant à faire monter les haines violentes entre les peuples qui est à la source des actuels affrontements concernant les Musulmans. Des provocations comme la vidéo qui insulte les peuples musulmans ou des caricatures ne sont pas les seules bases de cette vague de violence. La base, c’est le fait d’avoir écrasé sous les bombes l’Irak et l’Afghanistan, de bombarder systématiquement le Pakistan. C’est la déclaration de la guerre des civilisations de Bush qui a mis le feu aux poudres et pas des caricatures et des films. Mais ces derniers ont ranimé les cendres pour convaincre les peuples de pays dits occidentaux qu’ils ne sont pas menacés d’abord par leurs classes dirigeantes, mais d’abord par les peuples dont la croyance serait musulmane.

Et ainsi les impérialismes occidentaux parviennent aussi à convaincre les peuples d’origine musulmane que leur seule issue serait de prendre partie pour les intégristes qui sont pourtant des fascistes, ennemis mortels des travailleurs, des peuples, des femmes ! En même temps, comment s’étonner que cela amène des fascistes occidentaux à devenir de nouveaux Breivik ?

Oui, l’effondrement mondial du capitalisme est en train de mener à des affrontements mondiaux qui préfigurent la nouvelle guerre mondiale. Et la seule issue pour les peuples, pour les travailleurs, ce n’est pas de voir l’ennemi dans le peuple d’à côté, dans les travailleurs d’à côté, c’est au contraire d’unir les opprimés pour en finir avec ce système d’exploitation qui s’autodétruit en désinvestissant et que nos sacrifices ne pourront jamais faire renaitre de ses cendres !

Demain, le monde peut très bien basculer dans la guerre, les peuples de chaque camp se croyant en train de se défendre et aussi dans la guerre civile entre communautés différentes, comme le montre la montée des haines en France. De caricatures en manifestations et en attentat, il est facile de dresser les communautés les unes contre les autres, même si cela ne résoudra d’aucune manière les vraies causes de crise sociale, économique et politique.

Musulmans et occidentaux, Juifs et Arabes, Coréens du nord et du sud, Israéliens et Iraniens, Chinois et Japonais, etc, peuvent se croire ennemis mortels et se faire la guerre, mais quelque soient les toiles d’araignée, religion, nationalisme, ethnisme et autre qu’ils croient les motiver, ils ne seront en mouvement que parce que cela intéresse les classes dirigeantes du monde capitaliste de détourner vers de affrontements sanglants entre peuples la colère des masses face à l’effondrement du capitalisme.

Travailleurs, ne nous trompons pas d’ennemi !

Notre principal ennemi est dans notre propre pays et c’est la bourgeoisie et son Etat !

Nos amis sont dans le monde entier : ce sont les travailleurs et les peuples !

L’avenir est à nous si nous savons combattre nos véritables ennemis et en finir avec le système d’exploitation !

Répondre à cet article

SPIP | squelette | | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0